Pierre Mounier aux 4e journées du réseau Médici : « l’internationalisation est au coeur de l’activité d’OpenEdition »

4ejournées-reseau-medici

Où en est la diffusion de l’édition scientifique en France ? A quels défis se trouve-t-elle aujourd’hui confrontée ? Comment le numérique, et notamment internet, modifie-t-il les équilibres de ce secteur ? Et comment l’internationalisation et son corollaire, la compétition de plus en plus âpre des acteurs à l’échelle mondiale, la conduisent-elles à évoluer ?

C’est pour répondre à ces questions que le réseau Médici, qui rassemble des professionnels de l’édition scientifique publique, organisait, les 9 et 10 avril 2013 à l’île d’Oléron, ses quatrièmes journées consacrées à la diffusion de l’édition scientifique.

Pierre Mounier, aux côtés de Marc Minon Un cadre détente, mais un ambiance studieuse. Au programme : de nombreux ateliers, des communications et deux tables-rondes dont la première, intitulée « la diffusion numérique de la science au défi de l’international », posait d’emblée la toile de fond des débats des deux journées.

Cette table-ronde, animée par Paul Thirion, directeur du réseau des bibliothèques de l’Université de Liège, a été l’occasion pour Pierre Mounier, aux côtés de Marc Minon (CAIRN) et Jean-Marc Quilbé (EDP Sciences), de partager quelques idées chères à OpenEdition :

 

 

De ces interventions très riches, retenons quelques idées.

Mieux prendre en compte la diversification des intermédiaires

D’abord, à côté des intermédiaires classiques de la diffusion de l’édition scientifique, tels que les bibliothèques et les librairies, de nombreux autres acteurs sont apparus : les moteurs de recherche, l’industrie du traitement de l’information mais aussi les médias sociaux, nouveaux lieux de discussions et de signalements de plus en plus fréquentés par la communauté scientifique. Pour Pierre Mounier, il faut absolument que les éditeurs investissent de tels réseaux.

Le libre accès au service de la diffusion

Deuxième idée : la frontière classique entre diffusion et distribution est aujourd’hui plus ténue. L’accessibilité des ressources, qui relève en principe des activités de distribution, joue en effet un rôle de plus en plus significatif sur la diffusion. Le libre accès, en particulier, en offrant de la visibilité aux productions éditoriales, devient une condition, sans doute pas suffisante, mais nécessaire à l’amélioration de la diffusion de l’édition scientifique.

Et les données de la recherche ?

La bataille de la diffusion à l’international ne se joue pas uniquement sur le terrain des publications, des articles, des revues. Elle porte aussi sur les données qui sont aux sources des productions éditoriales scientifiques. Mais voilà : est-ce bien le rôle des éditeurs scientifiques de prendre aussi en charge ces contenus très hétérogènes ? Pour Pierre Mounier, la réponse est à nuancer : il faut laisser cette dimension à des acteurs scientifiques dont c’est la compétence. Mais cela n’exonère pas les éditeurs de participer activement à la réflexion sur les formats et les nomenclatures de ces données. Surtout, pour Pierre Mounier, les éditeurs doivent travailler à l’intégration des données de recherche dans les productions éditoriales elles-mêmes en leur donnant des formes variées (images, vidéos, cartes animées, etc.) qui enrichissent et apportent de la valeur ajoutée aux contenus éditoriaux.

La traduction en anglais n’est pas l’alpha et l’omega de la diffusion internationale

Enfin, aux yeux de Pierre Mounier, si les politiques de traduction, notamment du français à l’anglais, contribuent certainement à améliorer la diffusion internationale des productions éditoriales, ce serait pourtant une erreur de croire qu’elles en constituent l’horizon indépassable. D’une part parce que, surtout en sciences humaines et sociales, d’autres langues que l’anglais sont très actives ; d’autre part parce que les chercheurs ont l’habitude de dialoguer au-delà des frontières des langues et que, en ce sens, « l’important, c’est d’être dans le paysage ». La formule, empruntée par Pierre Mounier à Thierry Gervais, directeur de la revue Études Photographiques, renvoie les éditeurs scientifiques à une exigence : la diversité éditoriale doit rendre compte de la dimension transnationale de l’espace scientifique.

« L’internationalisation est au cœur de l’activité d’OpenEdition »

Ce n’est pas un hasard si OpenEdition a récemment développé des partenariats avec des établissements étrangers comme la Fondation Max Weber à Bonn, l’Université d’enseignement à distance à Madrid ou encore le CRIA de Lisbonne. Plutôt que de se limiter à promouvoir des contenus français en les traduisant dans d’autres langues, pourquoi en effet ne pas construire des espaces éditoriaux et scientifiques qui soient en cohérence avec les modes d’interactions transnationaux des chercheurs ?

C’est tout le pari d’OpenEdition, pour qui le meilleur moyen de renforcer la visibilité des productions éditoriales françaises et d’en accroître la citabilité consiste à les faire circuler sur des plateformes internationales et multilingues. A l’échelle internationale aussi, c’est bien la « bibliodiversité » qui doit rester le maître-mot !

Mathieu Rouault, pour OpenEdition.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 30 avril, 2013

    […] Lire la suite : L’internationalisation est au coeur de l’activité d’OpenEdition […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *