Les guides de voyage en ligne (Tools of change for publishing)

Quatre témoignages de responsables de guides de voyages en ligne, où chacun présente son projet et ses orientations. On notera que, désormais, des acteurs purement numériques sont fortement implantés, sans avoir fait disparaître, pour autant, les éditeurs issus du papier, qui ont opté pour une stratégie à double support, papier et web. Le web n’est plus la seule plateforme numérique : Facebook, le Kindle, le Iphone sont désormais un territoire occupé par les guides de voyages.

John Wiley & Sons

70% de leurs revenus viennent de contenus numériques.Ils font plutôt du B2B, et produisent des logiciels dédiés. Ils ne produisent pas que du contenu. Ils ont publié des guides dans Appstore, s’appuyant sur les capacités de géolocalisation du Iphone, et sur Google maps. Ils ont publié 12 guides de voyages pour le Kindle. Ils essaient de fournir le contenu là où sont les lecteurs. Les voyageurs aiment partager avec d’autres voyageurs leurs expériences de voyage, et produisent des contenus sur leur plateforme.Ce qui compte le plus, c’est la confiance dans l’information qui est apportée.

Lonely planet

Ils ont une communauté de lecteurs très active, et très fidèle.Les lecteurs ont besoin d’avoir des informations précises et contextualisées, très rapidement. Et des informations reliées, géolocalisées.

Le guide de voyage, comme le livre de cuisine, est un produit particulièrement adapté à la vitesse et à la disponibilité permanente du numérique. Ils se sont tous les deux fortement développés, très rapidement, grâce au fait que les gens ont beson de l’information à un moment précis, et que le web est en mesure de leur apporter cette information sans délai.

Tripadviser

100% des revenus de Tripadviser sont en ligne. Nous avons 9 millions de membres. 20.000 millions de « reviews »  sur leur site.L’objectif est de fournir la bonne information au bon moment.Le trafic augmente de façon massive. 4000 reviews ajoutés chaque jour.Ils ajoutent réguièrement des services. La recherche par restaurant est importante et correspond à une demande forte. Ils ont une application Facebook, qui est la 2e application la plus utilisée sur Facebook.Le travail de modération et de régulation des contenus est réalisé grâce à des algorithmes. C’est largement géré automatiquement. Si le médias est honnête avec ses lecteurs sur la façon dont le contenu est conçu, il n’y a pas de problème de malentendu.

Travel Ad Network

Il faut oublier l’idée que les gens savent où ils veulent aller, et quand ils veulent aller. La structure traditionnelle des guides de voyages a vécu. Il faut penser les sites de voyage autrement que comme des guides de voyage. Le lecteur ne sait pas, au départ, où il veut aller et il tape sur Google une requête vague, qui le mène, ou ne le mène pas, vers votre site de voyage. Ce secteur, aux USA, est extrêmement concurrentiel. Les revenus publicitaires sont aléatoires, dans la mesure où les très gros acteurs concentrent les revenus publicitaires mondiaux.

La valeur de l’information est sa structuration et la confiance.

Crédits photographiques : http://flickr.com/photos/multiget/2792839059/ – licence CC.


Marin Dacos

Marin Dacos (CNRS) is the founder and director of OpenEdition. He has been awarded two Google Digital Humanities Research Awards (2010 and 2011) and the CNRS Innovation Medal (2016).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *