Des formes mineures de communication scientifique. Refonder le rapport entre sciences et sociétés ?

Le 14 octobre prochain, OpenEdition proposera un panel sur le thème du blogging sientifique à l’occasion du Forum mondial des sciences sociales de Montréal, dédié, cette année, aux transformations sociales à l’ère du numérique.

Palais des Congrès de Montréal, JamesCTerry (CC BY-NC 2.0)

Palais des Congrès de Montréal, JamesCTerry (CC BY-NC 2.0)

Marin Dacos
Introduction

Initié par les physiciens, le mouvement de l’open access s’est étendu très largement, et a été relayé par la Commission européenne et le G8. Si leur motivation est essentiellement liée à l’innovation, à la compétitivité et à l’efficacité économique des investissements des États, l’accès ouvert introduit également un changement majeur dans le rapport entre sciences et sociétés. Le citoyen ayant accès aux résultats des sciences sociales en temps réel et en intégralité, c’est tout le rapport des sciences avec les sociétés qui est renouvelé. Ce débat se focalise, cependant, sur les formes majeures de publications scientifiques que sont les articles de revues et les livres.

Pourtant, dans les interstices, de façon quasiment invisible pour l’institution académique, se développent des formes dites mineures de communication scientifique qui constituent une forme de “séminaire virtuel permanent” et tissent des liens aux potentiels heuristiques, pédagogiques et sociétaux prometteurs. Les carnets de recherches constituent, depuis une décennie, une expérience de médiation scientifique qui permet l’expérimentation de formats, rythmes et interactions différents du système scientifique traditionnel, tant en amont qu’en aval de la publication. Ils tissent de profondes articulations avec les questions de sociétés, ouvrent de nouveaux fronts, sortent de la tour d’ivoire académique.

De la « Just in time sociology » à l’interprétation en profondeur des « printemps arabes », de l’analyse de la culture visuelle contemporaine à la connaissance des mouvements contemporains tels que le rap, les tatouages ou les conversions religieuses, les carnets de recherches insèrent les sciences sociales au cœur de la société qu’ils étudient. Le public est au rendez-vous. A travers eux, un phénomène de démocratisation de l’accès à la science est en cours. Ce mouvement de fond offre des perspectives et ouvre de nombreuses nouvelles questions, à la fois éthiques, épistémologiques et scientifiques.

Arthur Charpentier
Freakonometrics. Quelle place pour un blog, dans une activité d’enseignant-chercheur

La transmission de savoir, pour un enseignant-chercheur s’articule autour de deux activités. Un chercheur se doit de produire des articles de recherche, destinés a un public très restreint, suivant un processus très rigide, avec des contraintes fortes (de temps, de forme). Un enseignant se doit d’intéresser des étudiants, il doit vulgariser pour susciter l’intérêt, tout essayant d’apprendre ce qu’est la rigueur de la production scientifique : poser des hypothèses, trouver les résultats qui peuvent être obtenus si les hypothèses sont vérifiées, et se questionner sur la validité des hypothèses.

Je reviendrais sur l’expérience du blog Freakonometrics, né en tant que réponse a une difficulté pédagogique, qui s’appuyait sur deux aventures récentes. La première a été le blog (puis les livres) de Stephen Dubner et Steven Levitt, Freakonomics, qui proposait d’expliquer des comportements économiques a l’aide d’exemples étonnant, voire provocateurs. La seconde a été l’explosion récente de la data visualization, née autour de l’open data, et du big data, montrant que la statistique pouvait être élégante, en plus d’être informative. Le blog Freakonometrics est ainsi né du soucis d’expliquer de manière très concrète comment fonctionne la modélisation économétrique, en mettant a disposition des données (ou en expliquant comment les trouver), et en mettant en ligne des codes permettant de produire des graphiques. Il proposait aux étudiants un complément (et une interactivité, via les commentaires) a un cours formel, et plus traditionnel.

Cette expérience a donné l’occasion de publier des études sous une forme différente de celle communément admise pour une activité de recherche. Si la rigueur est la même que celle d’un article soumis dans une revue à comité de lecture, mais la forme n’est pas celle d’un article académique, permettant de glisser des anecdotes ou de profiter de la richesse de la forme d’un document en ligne (avec des animations, des liens, etc). Les billets de blog permettent ainsi d’aller plus loin sur la notion de recherche reproductible, l’idée n’étant pas d’impressionner le lecteur, en lui laissant croire qu’il lit quelque chose de novateur (ce que l’on cherche tous a faire dans un article académique), mais plus d’accompagner le lecteur dans une idée du do-it-yourself, en permettant à tout lecteur de reproduire l’analyse.

Loïc Le Pape
Jeunes chercheurs, blogging scientifique et société

Ma communication vise à discuter des conséquences de l’ouverture d’un carnet de recherche sur la plate-forme Hypothèses en lien avec ma position de “jeune chercheur”, en prenant appui sur mon expérience du blogging scientifique. L’hypothèse que je voudrais suivre ici est de montrer que le blogging scientifique, pour des jeunes chercheurs, est un moyen de s’émanciper des règles du monde académique. On y trouve une liberté éditoriale sans équivalent, et une potentielle reconnaissance académique. Ce faisant, je voudrais montrer, qu’au delà de l’émancipation académique, c’est le savoir qui s’émancipe, en touchant des secteurs et des publics qui initialement n’étaient pas visés spécifiquement. J’espère ainsi montrer l’articulation concrète entre émancipation du jeune chercheur et émancipation du savoir.

Dans un premier temps, je vais montrer en quoi le blogging scientifique des jeunes chercheurs est une façon de s’émanciper (ou du moins de mettre à distance) des règles du champ académique. Dans un second temps, je vais essayer de montrer qu’en fait, en s’affranchissant de la sphère académique, les jeunes chercheurs mettent à disposition des savoirs, des compétences et des qualités qui peuvent profiter à tout le monde.

André Gunthert
Le blogging académique, entre l’art et la science

Dans un contexte de difficultés financières et de perte d’influence, les sciences sociales accordent désormais plus de valeur à la production de l’autorité qu’à celle des connaissances. Concurrents des publications traditionnelles, mais dépourvus de légitimité institutionnelle, les nouveaux outils de micro-publication numérique se sont donc heurtés à de fortes résistances. Les caractéristiques qui en font de formidables outils de recherche, de communication et de discussion académique, en particulier dans des modes de travail collectif ou collaboratif, restent largement ignorés. En l’absence d’incitations et de formations adaptées, leur usage se développe sur un mode viral, et reste très en deçà des possibilités qu’ils pourraient permettre de déployer. Les usages constatés ne resteront-ils qu’une promesse maintenue tant bien que mal à la marge de l’institution ? Tant que les sciences humaines bouderont leurs responsabilités sociales, la pratique du blogging académique restera un art plutôt qu’une science.

Marin Dacos
Un angle mort ? Les infrastructures numériques pour l’édition électronique en général, et le blogging scientifique en particulier

Après plusieurs siècles de développement, les technologies du savoir ont abouti à un écosystème très structuré autour du livre et de la revue, avec des métiers, des infrastructures et des acteurs clairement identifiés. De l’éditeur à la bibliothèque, de l’auteur à la librairie, un monde du livre s’est développé et a favorisé la circulation des idées. Avec l’avènement du réseau, ces rôles se redéfinissent lentement et de nouveaux acteurs émergent rapidement.

Le rapport de l’ACLS en 2006 (Our Cultural Commonwealth. The report of the American Council of Learned Societies Commission on Cyberinfrastructure for the Humanities and Social Sciences) est une des premières prises de conscience de ce besoin d’infrastructures numériques. Celles-ci ne concernent pas que les objets nobles, comme la revue et le livre. Elles concernent également les formes dites mineures. Or, il ne suffit pas de poser un serveur sous un bureau pour développer de telles infrastructures. Au contraire, elles nécessitent la création de plateformes, qui occasionnent la naissance de nouvelles équipes et de nouveaux métiers, ceux de l’édition électronique. Ces plateformes sont souvent proposées ou rachetées par des multinationales prédatrices (Mendeley absorbée par Elsevier).

Les alternatives issues du monde universitaire existent (Zotero pour les bibliographies, Hypothèses pour les blogs), mais sans que la communauté universitaire ait pris la pleine mesure des opportunités et des risques que cela représente. L’université aurait intérêt à ne pas se laisser marginaliser dans ses propres infrastructures, au risque de reproduire les errements liés au système éditorial mondial, extraordinairement concentré, qui a largement dépossédé le monde de la recherche de capacités d’initiatives intellectuelles et budgétaires.

Les intervenants

Marin Dacos
http://www.openedition.org
http://leo.hypotheses.org
http://blog.homo-numericus.net
@openmarin
@marindacos

Arthur Charpentier
http://freakonometrics.hypotheses.org

Loïc Le Pape
http://politicsofreligion.hypotheses.org
@llepape

André Gunthert
http://culturevisuelle.org
@gunthert

Lire ce billet en anglais : http://oep.hypotheses.org/1224


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *