Des livres aux hommes [L’édition comme un (web) service] (Tools of change for publishing)

Digital Library Federation
Digital Library Federation
En léger différé de New-York.

Literature as a (Web) Service

« The explosion of publications on the web, in combination with increasingly ubiquitous broadband networks, accessible from ever-more mobile computing platforms, leads us to consider how literature might serve as a collection of data to enable new services on the web. Publishing is becoming not merely a producer of short story collections, essays, and treatises, but an entry point into new opportunities for machine-enabled applications. Hypothetical examples discussed include the integration of online book repositories into wikipedia, and enabling the availability of all published non-fiction as a set of queryable-facts in any major world language. »

L’édition comme un (web) service

A Tools of change for publishing, nous avons entendu le conférence de Peter Brantley, de la Digital Library Federation. Lui aussi mène une réflexion sur la définition du livre, de l’édition, du texte aujourd’hui. D’après Brantley, quand nous pensons aux livres, nous pensons trop souvent exclusivement aux objets qu’ils constituent. Parfois, nous pensons aussi à eux comme à des objets d’art. Nous devons en fait réaliser que les livres sont des objets fabriqués par des machines. Ils sont imprimés, découpés, reliés/collés, … Les livres sont des objets réussis (cela me fait penser à la notion d’optimum historique que je défendais dans Blogo-numericus). Mais le livre est bien plus que cela.
Le livre est un mouvement, il n’est pas statique. En 1924, Ivor Armstrong RIchards disait que le livre était « a machine to think with ». Une machine à l’aide de laquelle penser, peut-être même avec laquelle penser. Parce que livre est un objet dynamique, c’est un mouvement, très fortement associé à la langue et à l’espace personnel du lecteur.

Notre civilisation est gagnée par le numérique (« Our culture is being uplifted to digital »). Ce processus doit nous mener à redéfinir le livre comme une nouvelle forme de commodity (service), au sein d’un nouveau jeu de relations. Les livres sont désormais des network commodities, pas seulement des biens physiques. La pratique de la lecture, elle aussi, subit des mutations. La lecture a toujours été une pratique solitaire : une personne, un livre. De plus en plus, ce qui est publié est associé à ceux qui sont impliqués dans la lecture. From books to people. [Je ne suis pas sûr que cela soit véritablement nouveau, tant le livre me paraît avoir toujours été un objet social ; ce qui est possible, en revanche, c’est que se produise un changement d’échelle. Les historiens du livre nous éclaireraient sans doute bien mieux que mes pauvres intuitions incultes].

Le livre en ligne nous engage à extraire ce qui compte à l’intérieur du livre. Les mots qui sont contenus dans le livre représentent les faits, la beauté, la pensée, la peine…. Ils peuvent être reliés avec d’autres mots. Ils peuvent être reliés à des données. Les mots sont augmentés par leurs mots, par des mots qui leurs sont reliés, et par des êtres humains. Books are empowered in the digital age.

Là est la nouveauté : les mots produisent de nouveaux services. Le livre se définit dès lors comme une communauté, comme une société. Un livre en réseau, un livre numérique, c’est un environnement of participatory engagement. C’est le monde des crossbooks. Le livre devient un passage. Words of books can be associated among each others : les mots peuvent se rencontrer, d’un livre à l’autre.


Marin Dacos

Marin Dacos (CNRS) is the founder and director of OpenEdition. He has been awarded two Google Digital Humanities Research Awards (2010 and 2011) and the CNRS Innovation Medal (2016). He is scientific advisor for open science to the director-general of research and innovation at the Ministry for Research (France).

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 23 février, 2009

    […] Dacos a continué sa série sur TOC 2009, notamment par une synthèse des propos de Peter Brantley, de la Digital Library Federation, sur la littérature comme web service : […]

  2. 24 février, 2009

    […] ne sait à quoi ressembleront les livres de demain, et les discussions sur cette question continuent, et continueront encore longtemps. Mais quelle […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *