Hypothèses, une plateforme plurilingue pour le blogging scientifique

Nous reproduisons ici le texte présenté par Delphine Cavallo, responsable du pôle information scientifique, au colloque annuel de l’Agence universitaire de la francophonie 2015, qui avait pour thème « L’université en contexte plurilingue dans la dynamique numérique ».

L’objet de cet article est de montrer, à partir de l’expérience d’une plateforme de blogging scientifique, comment les nouveaux modes de communication scientifique permettent de penser techniquement et éditorialement le plurilinguisme dans la recherche. Pour ce faire, je m’appuierai sur l’exemple d’Hypothèses, plateforme de carnets de recherche en sciences humaines et sociales créée et développée par le Centre pour l’édition électronique ouverte, à Marseille. En déclinant les différentes étapes de la prise en charge de la pluralité des langues des utilisateurs de la plateforme – lecteurs et blogueurs – je montrerai comment l’infrastructure a choisi de répondre aux enjeux du plurilinguisme dans la recherche.

L’objectif du développement de la plateforme est de valoriser la recherche francophone en l’insérant dans un espace plurilingue, de manière à refléter les conditions réelles de production de la recherche et de la communication scientifique. À ce titre, le blogging scientifique, en tant que nouveau mode de communication des chercheurs, est largement perméable au plurilinguisme et à la circulation des langues, en raison notamment de la fluidité des contenus et de la rapidité de la publication. Espace de communication directe et immédiate, le blogging offre davantage de liberté dans le choix de la langue utilisée par le chercheur qu’un article dans une revue ou un chapitre de livre. Il peut ainsi dans son blog reproduire son intervention dans un colloque dans la langue où elle a été prononcée, dialoguer avec des spécialistes de son objet dans la langue de ceux-ci, analyser ses sources en naviguant entre la langue de celles-ci et sa langue d’exercice professionnel.

Comment rendre compte de cette richesse linguistique, inhérente à la pratique scientifique en sciences humaines et sociales, sur une plateforme d’abord pensée dans un espace francophone ? La construction du plurilinguisme de la plateforme Hypothèses s’est faite en plusieurs étapes, correspondant à différents degrés de prise en charge de la diversité linguistiques des différents types d’utilisateurs d’Hypothèses (lecteurs, carnetiers, communautés scientifiques). Chacune de ces étapes correspond à un enjeu de valorisation du plurilinguisme dans les sciences humaines et sociales, auquel nous avons tenté d’apporter une réponse à la fois technologique et éditoriale.

1. Hypothèses, plateforme de blogging pour les sciences humaines et sociales

Créée en 2008, Hypothèses est la première plateforme de blogging scientifique dédiée aux sciences humaines et sociales à l’échelle francophone. Elle s’intègre dans un écosystème plus large, celui d’OpenEdition, dont la plateforme de carnets est l’un des quatre piliers, au même titre que Calenda (calendrier des SHS, créé en 2000), Revues.org (plateforme de revues électroniques, créée en 1999) et OpenEdition Books. OpenEdition est développé et porté par le Centre pour l’édition électronique ouverte.

L’invention d’Hypothèses répond à la diffusion de nouveaux usages d’écriture par les chercheurs, ceux du blogging scientifique. Jusque-là surtout réalisée de manière éparse, sur des plateformes de blog grand public, cette pratique de communication scientifique directe (entre le chercheur et son lecteur, qu’il soit de l’académie ou non) avait besoin de franchir un pas vers davantage de structuration et de valorisation de ses productions. L’appellation “carnets” – par analogie aux carnets de terrain des anthropologues ou aux carnets de fouille des archéologues – permet d’insérer ce type d’objet dans une longue tradition d’écriture et de conversation scientifique, tout en renouvelant les modalités et les dimensions de la diffusion du travail de recherche.

Hypothèses a d’emblée été conçue comme une plateforme de carnets de recherche mise à disposition des chercheurs et personnels de la recherche, de manière libre et gratuite, quels que soient leur langue et leur lieu d’activité. Un conseil scientifique fixe les critères d’acceptation des candidatures à l’ouverture d’un blog sur Hypothèses, et plus largement le périmètre éditorial et scientifique de la plateforme. Une équipe éditoriale, basée à Marseille, est chargée d’appliquer ces critères aux candidatures, et de créer les carnets de recherche dans la foulée. Ceux-ci doivent présenter un projet précis et être portés par un membre de la communauté scientifique au sens large (chercheur, mais aussi doctorant, documentaliste, bibliothécaire, etc.). Les carnets peuvent être individuels ou d’équipe : plusieurs auteurs peuvent être accueillis sur un même carnet de recherche, et plusieurs statuts peuvent leur être attribués (administrateur, éditeur, auteur, etc). Il est donc possible techniquement de reproduire la structuration d’une équipe de recherche, tout en laissant aussi la possibilité à un chercheur seul de produire son blog.

C’est grâce aux particularités du format blog (commentaires ouverts, publication rapide, organisation anté-chronologique des billets), et aux atouts qu’offre une plateforme comme Hypothèses, que les carnets de recherche trouvent toute leur place dans un écosystème constitué également de revues, d’ouvrages et d’événements scientifiques. Permettant à ses auteurs une immense liberté de format, de ton, de style et de thématiques abordées, tout en présentant l’intérêt majeur de pouvoir enrichir ses billets avec des médias et des fonctionnalités web, le carnet de recherche est un outil complémentaire idéal des publications scientifiques classiques. Fin 2015, Hypothèses compte plus de 1 300 carnets à son catalogue, animés par plus de 2000 carnetiers.

2. La navigation plurilingue, ou comment orienter le lecteur parmi des contenus scientifiques

Les lecteurs sont également au rendez-vous puisque la plateforme accueille un million de visites mensuelles, en provenance de l’ensemble de la planète. L’ouverture de la plateforme est extrêmement large puisque la consultation des carnets et des billets est entièrement libre et gratuite, ce qui se confirme au niveau des statistiques détaillées de fréquentation. Si le lectorat originaire des pays francophones est majoritaire, de nombreuses personnes situées en Europe (notamment en Allemagne et en Espagne) et en Amérique du Nord utilisent Hypothèses. Ainsi, des lecteurs du monde entier – membres ou non de la communauté scientifique – peuvent bénéficier des contenus publiés sur Hypothèses.

Pour faciliter l’accueil et la navigation de ces lecteurs, n’ayant pas nécessairement le français comme langue maternelle au secondaire, la première mesure a consisté classiquement à proposer plusieurs langues de navigation sur la page d’accueil de chaque carnet. Les langues disponibles sont multiples, parmi lesquelles le français, l’anglais, l’espagnol, l’allemand et le portugais. Cette première mesure permet au lecteur de se repérer sur la page web, ce qui constitue le premier élément de mise en confort du visiteur en lui donnant les moyens de comprendre où il se trouve. L’enjeu est donc bien de fournir les premières clés de lecture pour comprendre le cadre de la page web : un blog qui expose les avancées ou résultats d’une recherche, et ce quelle que soit sa langue de communication.

Mais si ce système propose une traduction des principaux éléments de navigation, il ne propose évidemment pas une traduction des contenus : la pluralité linguistique des contenus est assurée par les blogueurs eux-mêmes, et le travail de la plateforme consiste à favoriser et valoriser cette pluralité tout en orientant le lecteur.

3. Accueillir des contenus plurilingues sur une plateforme de blogging scientifique

Bien que développée depuis la France, Hypothèses a en effet très tôt accueilli des carnetiers travaillant dans le monde entier : d’abord parce que les chercheurs circulent beaucoup, et qu’Hypothèses est un instrument de la cohérence de l’identité numérique du chercheur, qui change de pays et d’institution de rattachement tout au long de sa carrière. Hypothèses est également un outil permettant à une équipe de recherche éparpillée de par le monde de se rassembler sur un espace commun en ligne pour partager des sources et co-écrire ses avancées. Mais Hypothèses a aussi accueilli d’emblée des blogueurs du monde entier parce que, gratuite, basée sur une technologie supportant nativement le multiliguisme et documentée en plusieurs langues (WordPress), la plateforme est à même d’accueillir des chercheurs de tous les pays, dans toutes les langues d’expression scientifique, et ce en garantissant par exemple le respect des normes d’encodage pour tous les types de caractères. Toutes les autres langues que le français sont les bienvenues sur Hypothèses et aucune limite technique ne freine le plurilinguisme sur la plateforme. Pour faciliter l’accès de carnetiers non francophones à la plateforme, le formulaire de candidature et la documentation technique sont traduits au moins en anglais, et les échanges avec l’équipe d’Hypothèses peuvent s’effectuer dans cette langue.

Le plurilinguisme des contenus produits sur la plateforme s’exprime au sein des billets et des blogs de différentes manières. La première est la cohabitation de différentes langues dans un même billet, l’une étant la langue de publication de la recherche, les autres étant souvent les langues des sources du chercheur. Peuvent ainsi cohabiter différents jeux de caractères au sein d’un même billet[1]. La deuxième manière est la rédaction d’un même texte en plusieurs langues, donnant chacune lieu à un billet différent[2]. Un carnetier peut également choisir de rédiger certains de ses billets dans une langue, d’autres dans une seconde langue, sans qu’aucun ne soit la traduction de l’autre : dans ce cas, le plurilinguisme du carnet reflète les différents espaces d’inscription de la recherche et de sa communication[3]. Enfin, certains carnetiers choisissent d’ouvrir autant de blogs que de langues utilisées dans leur travail, ce qui permet d’orienter les lecteurs vers la langue qui leur est la plus aisée à lire. Les billets sur les différents carnets peuvent être des traductions respectives comme des originaux, selon l’humeur, la disponibilité et les opportunités scientifiques du carnetier[4].

Ainsi, sur les quelques 1300 carnets au catalogue d’Hypothèses à l’automne 2015, les langues déclarées comme langue d’écriture par chaque blogueur sont réparties comme suit : français (1033), allemand (141), anglais (141), espagnol (36), portugais (17), italien (11), arabe (4), turc (2), néerlandais (1), russe (1), chinois (1). Notons qu’il s’agit ici des langues déclarées par les carnetiers lors de leur candidature à Hypothèses. Nous observons que dans leurs usages courants d’écriture sur leur blog, les chercheurs et équipes utilisent davantage de langues d’expression que celles déclarées, avec une variété de modalités d’usage (traduction, juxtaposition, articulation, etc.) telles que décrites précédemment.

4. Valoriser le plurilinguisme des blogs au niveau de la plateforme

Du côté de la plateforme, l’enjeu est alors de trouver comment valoriser la pluralité des langues représentées au sein des blogs d’Hypothèses. Si la plateforme – c’est-à-dire le niveau du site qui agrège et met en valeur les billets produits sur les centaines de blogs -, propose comme chaque blog plusieurs langues de navigation, nous avons estimé qu’à ce niveau d’accès le site devait afficher des contenus déjà sélectionnés en fonction de leur langue. Nous avons ainsi décidé de mettre en place quatre plateformes dites linguistiques, c’est-à-dire où le lecteur sait que les billets mis en avant sont écrits dans telle ou telle langue. Ces plateformes proposent ainsi respectivement des billets en français, anglais, allemand et espagnol. Techniquement, la langue de la plateforme est reconnaissable grâce à son URL : fr.hypotheses.org, en.hypotheses.org, etc.

Cependant, pour éviter le risque d’une compartimentation des langues donc des recherches ainsi diffusées, une plateforme multilingue a été mise en place sous l’URL générique hypotheses.org. Elle met en valeur, par un système d’agrégation automatique depuis les différentes plateformes linguistiques, l’ensemble des billets de blogs déjà valorisés sur les espaces linguistiques. Nous avons fait le choix d’écrire les textes présentant le service et la plateforme en anglais, de manière à positionner cette plateforme comme internationale. Elle propose néanmoins une navigation en français, anglais, espagnol, allemand et portugais.

Ainsi s’articulent deux systèmes de gestion de la pluralité linguistique des contenus d’Hypothèses : d’un côté les plateformes linguistiques qui agrègent des contenus en fonction de leur langue principale d’expression, de l’autre une plateforme multilingue qui rend compte du foisonnement de langues utilisées sur les carnets d’Hypothèses.

5. Construire des communautés linguistiques, enjeu du plurilinguisme de la plateforme

Rare plateforme en sciences humaines et sociales de ce genre au niveau mondial – les autres plateformes étant surtout développées par des universités, à destination de leurs chercheurs (c’est le cas par exemple de Stanford ou de Paris-Descartes) – Hypothèses a très vite attiré des chercheurs exerçant dans d’autres pays et s’exprimant en d’autres langues que le français. Cependant, ces expériences ont au début été limitées à quelques chercheurs isolés, ne propulsant pas une communauté et une diffusion des usages.

Pour passer à un réel multilinguisme de la plateforme, et multiplier les contenus non francophones, il a fallu développer une politique active vers des bassins linguistiques et académiques autres. En effet, le développement d’une communauté linguistique de carnetiers sur Hypothèses exige, l’expérience le montre, une appropriation et une acculturation de la plateforme aux spécificités de l’espace académique concerné.

Hypothèses a ainsi engagé deux expériences d’internationalisation de ses communautés, vers les pays germanophones et vers les pays hispanophones. Ces expériences montrent que pour réussir, le premier élément indispensable est l’existence d’un ou de plusieurs partenaires sur place, prêts à porter la responsabilité éditoriale, scientifique et d’animation de communauté nécessaire à la plateforme. Les partenaires allemand (la Fondation Max Weber, Bonn) et espagnol (l’Université nationale d’enseignement à distance, Madrid) d’Hypothèses embauchent les community managers chargés d’accompagner les carnetiers de leurs communautés linguistiques, d’animer la liste de discussion des carnetiers dans leurs langues respectives, et d’assurer des formations sur place. Ces équipes, avec lesquelles nous échangeons quotidiennement, sélectionnent également les candidatures de carnetiers en allemand ou en espagnol en fonction des critères spécifiques de leurs conseils scientifiques, adaptés aux spécificités de ces espaces académiques. Elles assurent ainsi la structuration et le fonctionnement des équipes éditoriales et des conseils scientifiques des portails linguistiques : le mode de fonctionnement de chaque espace linguistique colle alors au mieux aux logiques propres des espaces académiques associés. Enfin, ces équipes réalisent la valorisation éditoriale des contenus produits dans ces deux langues en sélectionnant les meilleurs billets pour les mettre en une de leurs plateformes linguistiques. La cohérence entre ces différentes plateformes et entre leurs conseils scientifiques est assurée par l’existence de listes de discussion partagées entre les différentes équipes, de réunions régulières entre elles, et par la circulation des membres des conseils scientifiques entre les différents conseils. Ce faisant, nous assurons une homogénéité éditoriale entre les différents espaces linguistiques, tout en respectant les spécificités académiques et en valorisant le plurilinguisme ainsi produit, véritable richesse de la plateforme Hypothèses.

Conclusion

En construisant Hypothèses comme un espace d’emblée ouvert à toutes les langues d’expression scientifique, nous avons voulu répondre à un enjeu majeur pour la recherche francophone, celui de l’inscrire dans un espace internationalisé pour qu’elle soit davantage visible et qu’elle converse avec les autres langues scientifiques. Pour ce faire, les choix technologiques et éditoriaux opérés par l’équipe de la plateforme de blogging permettent un travail de valorisation du foisonnement linguistique, la mise en dialogue des chercheurs où qu’ils exercent, et l’appropriation par les utilisateurs d’un objet éditorial universel, le blog. Je l’ai montré, il ne suffit pas pour cela d’offrir la solution technologique : le guidage des lecteurs tout comme l’accompagnement des carnetiers sont autant de jalons nécessaires vers la construction d’une plateforme véritablement plurilingue. Avec un million de visites mensuelles provenant du monde entier, et onze langues officiellement représentées, nous espérons être sur la bonne voie.

[1] Voir par exemple “Culture et politiques arabes” d’Yves Gonzalez-Quijano : http://cpa.hypotheses.org

[2] C’est le choix fait notamment par Mathilde Chèvre dans son carnet “Lire le livre” : http://lirelelivre.hypotheses.org

[3] François Guillemot utilise ainsi alternativement la français, l’anglais et le vietnamien dans son carnet “Mémoires d’Indochine” : https://indomemoires.hypotheses.org

[4] L’équipe de Biblindex anime deux carnets, l’un en français, http://biblindex.hypotheses.org, et l’autre en anglais, http://biblindex-en.hypotheses.org.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *