Les métiers du Cléo (9) : rédactrice en chef de Calenda (Delphine Cavallo)

rhızomıng spacε▲timε wall fall plεats . .

rhızomıng spacε▲timε wall fall plεats . .

L’édition électronique ouverte poursuit sa série d’entretiens présentant les métiers du Cléo. Ces entretiens ont été réalisés par Élodie Picard. Aujourd’hui, nous présentons Delphine Cavallo, chargée de communication scientifique, rédactrice en chef de Calenda et responsable du pôle Information scientifique du Cléo.

QUELLE A ÉTÉ TA TRAJECTOIRE AVANT D’ARRIVER AU CLÉO ?

J’ai une trajectoire typiquement SHS. Quand je suis arrivée au Cléo, j’étais encore doctorante en sciences politiques. Auparavant, j’avais obtenu un DEA (actuel master 2) d’économie et un DEA de sciences politiques. Au cours de ma thèse en sciences politiques, j’ai travaillé pour différents laboratoires, notamment l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM). J’ai obtenu une bourse d’aide à la recherche pour une période de quatre ans à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) de Tunis.
Dans les instituts français à l’étranger, les doctorants font partie intégrante de l’équipe de recherche, quasiment au même titre que les chercheurs. Ils ont des responsabilités en matière d’organisation de séminaires, d’ateliers mais aussi de participation au comité de rédaction de la revue ou du bulletin. À l’IRMC, nous avions à mon arrivée un bulletin scientifique, Correspondances, qui publiait des articles et des comptes rendus, sans pour autant prétendre au statut de revue scientifique. Lorsque le directeur de l’institut a changé, il a été décidé de créer une véritable revue, Alfa, Maghreb et sciences sociales ; cela m’a permis de participer aux discussions autour de sa création, sur la politique éditoriale et la forme que devait prendre cette revue, sur ses objectifs. J’ai aussi co-dirigé le premier numéro.
En rentrant de Tunis, j’ai compris que j’aurais des difficultés à trouver un poste en tant que chercheur ou enseignant-chercheur, et j’ai commencé à chercher des options de conversion : cette expérience autour de la création d’une revue m’avait intéressée, et je me suis tournée vers l’édition en SHS.
J’ai commencé à travailler à Revues.org en tant qu’assistante d’édition. Puis, très vite, j’ai contribué à la validation des annonces pour Calenda. Corine Cassé, qui était alors en charge de la validation sur Calenda, partait, et avec le background que j’avais, notamment ma connaissance du milieu des SHS, davantage de responsabilités m’ont été confiées parce que j’avais les codes pour situer les annonces, situer les personnes, mais aussi pour penser l’évolution de l’outil en lui-même. Aujourd’hui, je fais aussi partie des personnes qui gèrent le blog du laboratoire, je rédige les supports de communication du Cléo, etc.

DONC QUELLE EST TA FONCTION AU SEIN DE L’ÉQUIPE ? COMMENT QUALIFIERAIS-TU TON MÉTIER ?

L’intitulé exact est « chargée de communication scientifique ». Ce que l’on entend par « communication scientifique » au Cléo, c’est d’abord Calenda, c’est-à-dire que nous gérons un outil de communication scientifique et le mettons à la disposition des acteurs des SHS. Plus largement, je suis aussi en charge de la communication du laboratoire au sens traditionnel du terme, de la communication envers les revues, les partenaires, l’extérieur, mais aussi de la communication interne au Cléo. Je m’occupe également d’autres missions telles que le suivi juridique (le montage de contrats) et le suivi de projet par exemple.
Je travaille au pôle Information scientifique, créé par Jean-Christophe Peyssard, qui est d’abord documentaliste. Ce pôle est relativement récent au Cléo ; il correspond à la consolidation de métiers nécessaires dans le domaine de l’édition électronique : le référencement, la documentation, la communication, la diffusion et la qualité de l’information.
L’information scientifique est une fonction assez nouvelle et en perpétuelle redéfinition. Le positionnement de notre pôle au sein du Cléo est particulier. Comparativement aux autres pôles, ce n’est pas toujours très clair, mais en même temps, cela présente l’intérêt de bouger constamment. En ce moment par exemple, on fait beaucoup de suivi de projets, de montage de dossiers de partenariats et de nouveaux projets, de demandes de financements. Conjointement à ça, je fais le suivi du rapport d’activité, je produis la documentation interne, etc. Mais tout ça ne donne pas une définition à proprement parler. J’aime bien l’idée qu’on fait de la médiation scientifique.

QUEL EST LE DERNIER PROJET PARTICULIÈREMENT STIMULANT QUE TU AS MENÉ À TERME ?

Le gros projet que j’ai mené à terme dernièrement, c’est la rédaction des contrats. Il s’agissait de mettre en place l’assise juridique de nos relations avec les revues. On a enfin formalisé les conditions générales d’utilisation, c’est-à-dire les engagements respectifs du Cléo et des revues qui décident d’avoir un site sur Revues.org. Conjointement à ce document, on a réécrit le formulaire de demande d’adhésion qui est devenu un formulaire de demande d’accession. Et on a co-rédigé le contrat tripartite de collaboration entre Cairn, le Cléo et les revues adhérentes du Cléo qui souhaitent avoir une partie de leurs collections commercialisées sur Cairn. Un des intérêts de ce travail se trouve dans la tentative d’appliquer à la constitution de ces documents la méthode valorisée par le Cléo, celle des logiciels libres notamment, qui est de faire une première proposition à tous les acteurs concernés par les contrats, de leur donner un temps pour faire des retours et puis de leur faire une nouvelle proposition. Ça a été le cas pour les conditions générales d’utilisation, qui ont été proposées aux revues au cours de l’assemblée des revues 2008 ; elles ont pu nous envoyer toutes leurs remarques, que l’on a ensuite intégrées. Le texte a été lu et retravaillé par le service Partenariat et Valorisation de la Direction régionale du CNRS, qui est le service juridique du CNRS, et qui n’a pas vraiment l’habitude de cette méthode de travail. L’idée étant d’avoir un contrat unique pour toutes les revues, cela a nécessité de nombreux allers et retours afin de trouver un accord global de la communauté éditoriale concernée.
Ce travail a donc été long, complexe mais il présente l’intérêt d’avoir enfin posé les assises des différentes formes de collaboration entre Revues.org et les revues. Un autre point important a été de sensibiliser le service Partenariat et Valorisation du CNRS aux questions d’édition et plus particulièrement d’édition électronique. Questions qui leur étaient assez étrangères jusqu’alors. Il s’est aussi agit de formaliser ce que sont les apports et la valeur ajoutée du Cléo pour ce qui concerne la mise en ligne, ce qui a eu l’intérêt de permettre de poser et de consolider une définition de nos métiers et de mettre en évidence leurs particularités.

BIBLIOGRAPHIE DE DELPHINE CAVALLO

  • « Trade Unions in Tunisia », in E. Lust-Okar et S. Zerhouni (dir.), Political Participation in the Middle East, Boulder, Lynne Rienner Publishers, 2008 (à paraître), p. 239-255.
  • En co-direction avec Kmar Bendana et Katia Boissevain, « Biographies et récits de vie » (dossier thématique), Alfa, Maghreb et Sciences sociales, 2005, Tunis / Paris, IRMC / Maisonneuve et Larose, 2006, p. 9-118.
  • « Le discours social de la Banque Mondiale sur la Tunisie », Annuaire de l’Afrique du Nord 2000-2001, Paris, Presses du CNRS, 2003, p. 435-447.

Crédits photographiques : « rhızomıng spacε▲timε wall fall plεats . . », par Jef Safi, licence CC-by-nc-nd.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *