Les métiers du Cléo (10) : responsable du pôle Formations et Usages (Pierre Mounier)

piotrr-1

L’édition électronique ouverte poursuit sa série d’entretiens présentant les métiers du Cléo. Ces entretiens ont été réalisés par Élodie Picard. Aujourd’hui, nous présentons Pierre Mounier, responsable du pôle Formations et Usages du Cléo.

Comment es-tu arrivé au Cléo ? Quelle a été ta trajectoire ?

J’ai d’abord suivi un cursus en lettres classiques puis je me suis tourné vers l’anthropologie pour finir par les sciences de l’information et de la communication. Sur le plan statutaire, je suis  enseignant. À partir de là, j’ai acquis des compétences « sur le tas » dans les technologies de l’information et de la communication (TIC), en particulier lorsque j’ai fondé le site Homo Numericus, qui traite des relations entre les technologies numériques et les questions de société.  En 2002, j’ai été recruté par l’École normale supérieure Lettres et sciences humaines afin de monter une cellule d’édition numérique en sciences humaines et sociales. J’ai très vite compris qu’il était intéressant de le faire en partenariat avec Revues.org qui était alors une initiative encore proche de ses débuts. J’ai donc rencontré Marin Dacos et j’ai été très séduit par la manière dont Revues.org voulait faire de l’édition électronique, c’est-à-dire à la fois en profitant de l’aspiration de toutes les innovations du Web, et en plaçant la notion d’appropriation au cœur de cette innovation. Je suis ensuite entré au comité de rédaction de Revues.org en 2003. Les années passant, j’ai continué de développer cette cellule d’édition numérique – qui est aujourd’hui devenue un service d’édition numérique à l’ENS LSH – tout en participant au comité de rédaction de Revues.org. Par la suite, j’ai fini par basculer totalement chez Revues.org qui est devenu le Cléo depuis. Je suis donc entré officiellement au Cléo en septembre 2008.

Comment définirais-tu ton métier aujourd’hui au sein de l’équipe du Cléo ?

Au Cléo, je suis responsable du pôle formations et usages et mon métier, c’est d’être formateur. Ce poste prend en charge plusieurs aspects liés les uns aux autres : le premier et le plus important serait la formation sous ses différentes facettes. Il s’agit d’assurer et d’organiser des formations à l’édition électronique. Certaines  formations  sont généralistes et théoriques. Elles peuvent prendre la forme de présentations ou de formations plus formelles, comme par exemple l’Université d’été que nous organisons en septembre. Et puis il y a des formations pratiques à l’utilisation du logiciel Lodel ou à l’utilisation d’autres outils proposés par le Cléo comme Hypothèses, Manuscrits, ou même à l’utilisation du portail lui-même, plus récemment.

Le dernier aspect de mon métier concerne les usages. Cela correspond à un rôle plutôt exploratoire sur le développement de nouveaux usages et de nouveaux services. Deux services sont actuellement en cours de développement : Hypothèses et Manuscrits, pour lesquels je joue un rôle d’explorateur.

Ensuite, il y a un travail de rédaction et de documentation, complémentaire aux formations. On souhaite aussi développer de nouveaux supports de formation tels que des screencasts (des petites vidéos montrant les actions à accomplir, des sortes de tutoriels).

Le troisième aspect, moins visible mais aussi important, est un travail de veille. Il consiste en un suivi quotidien des évolutions de l’environnement, qu’il soit immédiat comme tout ce qui concerne l’actualité de l’édition électronique en SHS, l’actualité de l’édition électronique pour les publications scientifiques de manière plus large, l’actualité de l’édition électronique en soi et l’actualité des nouvelles technologies. Ce sont des niveaux qui sont imbriqués les uns dans les autres et les innovations sont tellement rapides et importantes qu’on ne peut pas se priver de regarder ce qui se passe, même dans des domaines qui peuvent paraitre assez lointains comme la question de la musique ou du cinéma en ligne, ou celle de la gouvernance de l’internet par exemple, etc. ; en fait, tout ce qui peut avoir des répercussions sur l’édition électronique.

Les blogs sont un cas typique. On se dit souvent que les blogs n’ont absolument rien à voir avec l’édition électronique en SHS, que cela ne relève que du narcissisme adolescent ou de l’expression personnelle. L’expérience montre le contraire. Ce qui s’est développé au niveau des interactions sociales, au niveau de la vie quotidienne des gens, a eu des répercutions dans le milieu de la recherche. Il y a de plus en plus de chercheurs qui utilisent cet outil aujourd’hui pour faire ce que nous appelons les carnets de recherches en sciences humaines. Je crois que c’est un bon exemple de l’importance de l’activité de veille qui permet de détecter des innovations à la marge de son coeur de métier, mais qui, à terme, vont avoir un impact important.

Alors justement, une question ciblée : comment définirais-tu la notion d’usages ?

C’est un terme qui est presque un faux ami, on se dit souvent que les usages consistent simplement en l’utilisation d’un outil ou d’un objet technique. Finalement, c’est autre chose. C’est un concept qui permet d’éviter ce qu’on pourrait qualifier de réductionnisme. Quand on s’intéresse aux technologies de l’information et de la communication, il y a plusieurs pièges et notamment des pièges de réductionnisme dans lesquels il vaut mieux éviter de tomber.  Le mieux connu est le réductionnisme techniciste qui tendrait à croire que c’est bien l’objet technique qui détermine les utilisations, que c’est l’innovation technique qui entraîne un certain type de pratiques. Beaucoup d’études ont démontré le contraire depuis.

Ce qu’on pourrait appeler un réductionnisme sociologique au contraire, consisterait à croire que ce sont les structures sociales qui déterminent entièrement les utilisations et que la technologie serait neutre, qu’elle n’aurait aucune incidence sur les pratiques en question. C’est aussi les études micros sur les pratiques et sur les utilisations des objets techniques qui ont montré que ce n’était pas non plus le cas, qu’il n’y avait pas une détermination complète par des structures sociales pré-établies des utilisations des objets techniques.

La sociologie des usages essaie de sortir de ce double réductionnisme. En France, la chercheuse Josiane Jouët en est une des représentantes. Ce courant est assez important pour ce que l’on fait, nous, au Cléo. Nous ne faisons pas de recherche mais nous tentons de garder à l’esprit cette approche lorsque nous  imaginons des dispositifs techniques ou lorsque nous les mettons en place. Nous essayons d’avoir à l’esprit et de garder ensemble tout un tas de niveaux et d’éléments hétérogènes qui jouent un rôle très important dans notre travail. Il y a des éléments micros, comme des éléments d’ergonomie par exemple ; il y a des éléments techniques, liés à la nature même de l’objet technique ; mais il y a aussi d’autres éléments, plus macros cette fois et moins évidents dans une première approche, liés aux représentations, c’est-à-dire aux imaginaires techno-culturels. Comment les personnes, c’est-à-dire à la fois ceux qui conçoivent les dispositifs et ceux qui les utilisent, imaginent utiliser ces dispositifs. Sachant que les pratiques ne correspondent pas automatiquement aux imaginaires évidemment.

Patrice Flichy, qui se situe en grande partie dans ce courant de la sociologie des usages, a très bien étudié ce rôle des imaginaires socio-techniques dans l’innovation, surtout pour les technologies de l’information et de la communication.

D’autres aspects sont aussi importants, il s’agit par exemple des questions de normes qui sont en partie liées aux représentations, avec la question de savoir comment les normes se construisent dans les usages des objets techniques ou des dispositifs techniques et/ou comment s’appliquent des normes qui sont propres à un milieu par exemple. Ici, le milieu auquel on s’adresse est celui de sciences humaines et sociales qui a sa propre déontologie. Cette déontologie, ces normes, ces coutumes jouent un rôle essentiel dans la manière dont les chercheurs utilisent les dispositifs.

Il s’agit avant tout de faire en sorte que ce que l’on essaie d’imaginer, d’inventer, que les innovations que l’on essaie de pousser aient une prise sur le public auquel on s’adresse. Et pour cela, il faut satisfaire tous les niveaux.

Une des notions primordiales de la sociologie des usages, que Revues.org utilise d’ailleurs depuis très longtemps, c’est la notion d’appropriation. L’appropriation est donc possible lorsque tous ces éléments ont été pris en compte et que le dispositif que l’on a imaginé se situe au point de rencontre entre des préoccupations techniques, ergonomiques, politiques même (au sens rapport de pouvoir), sociologiques, professionnelles, etc. Et c’est pour ça que le mot usage est important et n’est pas synonyme de celui d’utilisation.

Bibliographie de Pierre Mounier

  • En collaboration avec Marin Dacos : L’édition électronique, coll. « Repères », La Découverte, Paris, 2010 (à paraître) ;
  • En collaboration avec Marin Dacos : « Les carnets de recherche, laboratoire du savoir savant et d’une refondation du rapport science-société », in Christian Jacob (dir.), Lieux de savoir, T. 2, Gestes et supports du travail savant, Albin Michel, à paraître ;
  • « Internet governance and the question of legitimacy », in Governance, Regulations and Powers on the Internet, E. Brousseau, M. Marzouki, C. Méadel (dir.) Cambridge University Press (à paraître) ;
  • En collaboration avec Marin Dacos : « Sciences et société en interaction sur Internet. Eléments pour une histoire de l’édition électronique en sciences humaines et sociales », Communication et Langage, avril 2009.
  • « Les NTIC et la crise de la culture », in L’état du monde, 2009, Paris, La Découverte, 2008.
  • « Assurer la diversité culturelle à l’ère numérique », in G. Debrégéas et T. Lacoste (dir.), L’Autre Campagne, Paris, La Découverte, 2007.
  • « Une analyse technologique d’un réseau de communautés : samizdat.net », in Communautés virtuelles : penser et agir en réseau, Presses de l’Université Laval, 2006
  • « Technologies libres et société », La Revue Nouvelle, n°6-7, juin-juillet 2005
  • En collaboration avec Joëlle Le marec, « Institutions publiques : entre logiques marchandes et échanges communautaires », Terminal, n°97-98, 2006
  • Accès libre », in La ‘société de l’information’, glossaire critique, Commission nationale française pour l’UNESCO, La Documentation Française, Paris, 2005
  • Les Maîtres du Réseau : une histoire politique d’Internet, Paris, La Découverte, 2002.
  • Pierre Bourdieu, une introduction, Paris, Pocket, 2001.
  • « L’ICANN : Internet à l’épreuve de la démocratie », Mouvement, n°18, novembre-décembre 2001

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *