La feuille. Une mine d’informations sur l’édition électronique

hubert-guillaud

Le travail de veille d’Hubert Guillaud dans La feuille est sans doute un des efforts les plus intéressants qui soit donné en France sur l’édition et l’édition électronique. De très nombreux professionnels de l’édition y trouvent une matière indispensable à la compréhension et à l’anticipation de l’évolution de leur métier. En ce mois de juillet, de nombreux billets constituent des jalons indispensables :

  • L’information sur le document fait partie du document

    Extrait : « Andrew Savikas d’O’Reilly revient sur le magasin de Scribd pour rappeler qu’en tant qu’administrateur d’O’Reilly, il obtient par ce biais une information continue sur les publications d’O’Reilly hébergées par Scribd : statistiques d’accès, mises de documents en favoris, critiques et notations des documents par les usagers, nombre de ventes… et ce en temps réel. Et Andrew Savikas de souligner le besoin de statistiques temps réel – peu disponibles jusqu’à présent chez la plupart des vendeurs de livres électroniques -, accessibles non seulement aux éditeurs, mais aussi en grande partie aux lecteurs (notamment les plus lus, les plus appréciés, plus mis en favoris, les plus discutés). »
  • Pratiques de lecture

    Extrait : « Je suis également plus libre des impératifs surmoiques : « il faut finir un livre que l’on a commencé» . Je lis en passant par l’index s’il y en a un, ou en commençant par les chapitres qui m’intéressent. Cela ne me gène pas de parcourir un livre dans tous les sens et cela ne gène pas la compréhension que je peux avoir du texte. En un mot, j’ai du livre une lecture hypertextuelle.” »

  • Kindle : Vers un écosystème ouvert ?

    Extrait : « Voilà une bonne nouvelle pour tous ceux qui pensent – c’est mon cas – que les écosystèmes fermés (type Kindle ou iPhone) ne sont pas viables à terme. Visiblement, Jeff Bezos est en passe de le comprendre, comme il l’a déclaré au WiredBiz. Amazon vient donc de libérer le code source du Kindle, ce qui devrait être la porte ouverte au développement d’applications pouvant fonctionner sur le Kindle (via eBouquin) et annonce le portage du catalogue du Kindle sur d’autres lecteurs que le Kindle. Amazon sépare donc la boutique du matériel et ouvre les deux… On devine que c’est bien le seul moyen pour développer de la valeur pour la boutique – vendre sur un seul terminal restreint trop le marché – et la valeur de l’appareil – l’appareil va s’augmenter des innovations des gens – et cela fait longtemps que ce sont eux qui font les meilleures innovations. »

  • La Feuille » Archive du blog » Françoise Benhamou et le livre

    Extrait : « Comme le souligne François Bon sur Twitter, si vous avez le temps, la présentation qu’a donné l’économiste et blogueuse Françoise Benhamou vaut le coup d’être regardé, notamment parce qu’on y trouve quelques vérités à discuter, comme celle-ci : “numérique et papier, on a toujours parlé de complémentarité, elle ne peut être que transitionnelle”. (je fais mon malin, mais je n’ai pas encore eu le temps de tout écouter). »
  • Bookser : la simplicité de la recommandation.

    Extrait : « Bookser est un outil de recommandation d’une déconcertante simplicité qui puise dans Amazon et LibraryThing pour vous donner des conseils une fois que vous avez indiqué le titre et l’auteur du livre que vous avez apprécié. Simple et graphique. Via Karl en son twitt. »
  • L’électronique… encore un effort svp

    Extrait : « Atari et Anuman ont adapté la collection parascolaire Tout Savoir d’Hatier pour la Nintendo DS… Une collection de titres qui se vendent entre 20 et 30 euros. Et bien, non seulement l’adaptation est assez nulle (on a l’impression d’être toujours dans un cahier), mais en plus, je ne résiste pas au plaisir de vous montrer comment ils ont traité les leçons : comme de simples images, des scans de pages de cahiers, coupées par le double écran de la DS… A vous de naviguer pour essayer de lire les leçons… »

  • L’édition électronique doit nous aider à réinventer la profession

    Extrait : “L’éditeur devient l’animateur de la coopération. Il rassemble sous sa bannière les auteurs qui l’intéressent et monte des équipes liées par un intérêt commun. Il consacre son énergie à l’élaboration du contenu et à sa promotion. Il passe d’une économie où il faut miser de l’argent à une économie où il faut miser du temps et de l’intelligence.”

  • Lecture Académie

    Extrait : « Je tombe (via Calaméo) sur Lecture-Academy, un site de partage de lecture pour ados développé par Hachette livre. L’initiative me semble plutôt intéressante (intégration d’extraits via Calameo, possibilité d’achats extérieurs…), même si on a tendance à n’y voir que les limites »
  • Comprendre le monopole de Google

    Extrait : « Comme toujours, une excellente analyse d’Olivier Ertzscheid d’affordance sur le Google Book Settlement (quelqu’un aurait-il commis une traduction, au moins partielle, des 141 pages de l’accord lui-même ?). On pourrait s’arrêter sur de nombreux points, mais j’aime bien son analyse du duopole Amazon et Google« 

Crédits photographiques : « Hubert Guillaud », par jeanbaptisteparis. Licence CC.


Marin Dacos

Director of OpenEdition Directeur d'OpenEdition

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Vincenz dit :

    Hubert : la matrice

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *