Compte rendu : « L’impression à la demande : une révolution pour l’objet-livre ? »

Luc Spooren - Photo par Élodie Picard

Luc Spooren - Photo par Élodie Picard

Du 7 au 11 septembre 2009, le Centre pour l’édition électronique ouverte a organisé son Université d’été de l’édition électronique ouverte. Nous mettons à votre disposition les comptes rendus des conférences et des cours donnés durant cette semaine de formation. Ce compte-rendu a été rédigé par Pierre André, chargé d’édition au Cléo.

L’impression à la demande : une révolution pour l’objet-livre ? (conférence)

Intervenants : Luc Spooren et Virginie Clayssen
Jeudi 10 septembre 2009 – 18h-19h (amphi Charve – Université St Charles)

Luc Spooren est directeur de la société Unibook. Virginie Clayssen est chargée des projets numériques chez Éditis, et s’occupe du dossier numérique au Syndicat national de l’édition.

L’impression numérique, l’impression à la demande

Il convient de distinguer l’impression numérique (le processus technique, s’apparentant à un copieur élargi), et l’impression à la demande (service proposé aux particuliers ou aux éditeurs, dit aussi print on demand, parfois abrégé POD).

Il existe deux croyances tenaces sur l’impression numérique. Celle-ci aurait vocation à remplacer l’impression traditionnelle : ce n’est pas le cas, l’offset restant une solution plus avantageuse pour de gros volumes et pour certains travaux (livres d’art). La deuxième croyance est que cette forme d’impression s’adresserait avant tout à l’auto-édition, c’est-à-dire à des particuliers souhaitant publier leurs mémoires ou leurs romans (vanity publishing). Même si c’est vrai en partie, les usages sont plus variés que cela, et on constate que les éditeurs s’y intéressent également. Notamment pour maintenir certains titres épuisés en vente et ainsi prolonger la vie des ouvrages ; ou pour de petits tirages, pouvant s’adapter à la demande du marché. Outre les éditeurs, les entreprises, administrations et autres associations peuvent tirer profit de ce mode d’impression.

Si l’on prend le cas d’Unibook, qui se veut plate-forme unique pour créer, publier et trouver des livres en impression à la demande, une majeure partie (70 %) de la clientèle est composée de particuliers. Mais comme Unibook offre sur son site Internet des modules permettant à quiconque de créer son propre livre, on peut penser que cette proportion se voit augmentée, par rapport à un prestataire qui proposerait un simple service d’impression numérique, pas forcément destiné aux particuliers. Unibook n’est d’ailleurs pas imprimeur (la production est déléguée à différents sites dans le monde), constituant un cas particulier puisqu’il redistribue également les ouvrages, sans toutefois être éditeur, le contenu n’étant pas vérifié (hors dérives manifestes).

Lorsqu’il est question d’impression à la demande, il faut se demander : à la demande de qui ? Ainsi, deux modèles d’édition émergent :

À la demande de l’auteur

Certains auteurs contournent la chaîne éditoriale classique (phénomène des wannabes, souhaitant à tout prix être édités, mais ayant essuyé des refus de la part d’éditeurs traidtionnels). Mais ceci est peut-être un cliché. De nombreux particuliers souhaitent simplement partager images et textes avec leur entourage, par l’intermédiaire d’un livre, car l’objet-livre a fait la preuve de sa commodité. On constate que cette dernière catégorie est la plus représentée dans la clientèle d’Unibook, par exemple. L’auto-édition devient un service répondant à un besoin.

Le compte d’auteur ayant toujours existé, cela ne change pas fondamentalement les choses, mais facilite considérablement la réalisation de ce type de projets.

À la demande du lecteur

Ce qui est nouveau, c’est que les lecteurs peuvent désormais choisir d’imprimer des livres qui les intéressent. On parle beaucoup des Espresso book machines, qui pourraient être mises en place en librairie, plus ou moins en libre-service. Mais les éditeurs proposent de plus en plus des services d’impression de livres épuisés. Par exemple, Faber & Faber, sur son site Faber Finds. On peut penser que Google Books mettra en place, à terme, ce genre de services [depuis cette conférence, c’est officiellement annoncé]. Le livre devient potentiellement éternel. Se pose alors la question des droits, notamment pour les couvertures. Faber & Faber, en l’occurrence, a mis en place un système permettant de générer automatiquement des couvertures uniques pour chaque livre, car les droits liés aux illustrations sont souvent difficiles à obtenir.

Nouveaux modèles

Outre ce type de service d’impression de titres épuisés, qui est le premier qui vient à l’esprit, émerge un nouveau modèle à mi-chemin entre l’édition numérique et l’impression à la demande, avec des innovations autour du livre personnalisé. Par exemple, ce qu’on appelle le pick & mix, service consistant à piocher dans une base de données d’un éditeur divers chapitres et les mêler dans un seul ouvrage, en ajoutant également des options personnelles, et en customisant l’apparence. L’exemple classique est le livre de cuisine, ou les manuels universitaires. Le modèle économique étant le freemium : la conception du livre est gratuite, mais l’impression finale est payante.

De nombreuses questions peuvent se poser lorsque l’on parle d’impression à la demande et de livre numérique.

Quid des droits d’auteur et du prix unique du livre ?

Un livre en impression à la demande peut être plus cher que l’original, puisqu’il revient plus cher à produire au niveau d’un exemplaire. Si l’on considère que le livre imprimé à la demande est une réimpression, un nouveau prix peut être fixé, et le consommateur peut être prêt à payer plus cher pour un livre donné.

La loi sur le prix unique du livre ne concerne pas les livres sous forme numérique (la définition fiscale de ce qu’est un livre, dans la loi française, ne mentionne pas sa version électronique pour l’instant).

Quant au piratage : si un particulier veut imprimer à la demande un livre en fournissant un fichier dont il ne possède pas les droits, Unibook ne vérifie pas. Mais les conditions d’utilisation stipulent que la personne envoyant le livre doit être titulaire des droits, et l’utilisateur doit cocher une case en conséquence.

Les livres numériques ont-ils un ISBN ?

Oui, un ISBN par format doit être assigné, en théorie, pour des raisons de gestion. Dans la perspective d’une revente d’un livre électronique par morceaux (ex. Lonely Planet), des ISBN par chapitre peuvent même être assignés.

Quelle est la rentabilité pour Unibook ?

Chaque exemplaire est profitable en impression à la demande, car il n’y a pas de coûts fixes de calage, par exemple. Mais, en revanche, le service Faber & Faber mentionné précédemment n’est pas forcément rentable. Il s’agit d’un service proposé au lecteur (qui peut aussi permettre à l’éditeur de maintenir ses titres en vente, lui évitant d’éventuels ennuis liés à la clause de disponibilité).

Avec les nouveaux services de type pick & mix, que devient la notion d’autorité de l’éditeur sur le contenu ?

Pour le cas des manuels scolaires, par exemple, on constate déjà que des professeurs créent souvent leur cours à partir de plusieurs spécimens qui leur sont envoyés par les éditeurs. Autant reproduire cela en numérique, sur le modèle du freemium (conception gratuite, et impression payante). Le problème majeur étant actuellement la structuration du contenu afin de l’intégrer dans des bases de données nécessaires à ce type de traitements. Des partenariats se créent entre éditeurs et sociétés informatiques spécialisées dans les bases de données et le XML. On citera, à titre d’exemple de ce type d’initiative, le site Sharedbook qui produit www.allrecipes.com (livres de cuisine personnalisés).

Quelle est la typologie des prestataires d’impression à la demande à l’heure actuelle ? Sont-ils tous basés sur le même modèle et les mêmes technologies, ou ont-ils des stratégies différentes ?

L’offre proposée par les prestataires est variable, en effet. Certains sont spécialisés dans les livres de photos, à l’instar de Blurb, pouvant même être liés à des sites comme Flickr. Ces sites peuvent proposer de surcroît une aide à la mise en page et à la présentation du contenu, fournissant un service plus élaboré que MyPix, par exemple. Ces sites se placent délibérément dans une sorte de niche, contrairement à Lulu.com, Unibook , Books on demand, qui sont plus généralistes.

Iuniverse ou Virtual Word Publishing se focalisent sur les auteurs souhaitant faire leur promotion, sans passer par un éditeur, en leur proposant différentes offres et conseils (correction, avis d’un éditeur…). L’impression de l’ouvrage n’est qu’une partie de leur métier.

Dans un état d’esprit similaire, HarperCollins, éditeur américain, propose un site, Authonomy, dédié aux auteurs en quête de publication (wannabes). Les auteurs publient leur livre en train de se faire (avec possibilité de commenter), et un service d’impression à la demande est offert, via CreateSpace (racheté par Amazon). Le site constitue un vivier d’auteurs pour HarperCollins, qui peut décider de publier un livre s’il constate que celui-ci remporte un certain succès, ce qui redouble l’intérêt des auteurs pour ce site. L’éditeur sait que l’autoédition existe et tente d’en profiter. On assiste à une explosion de la chaîne du livre.

Liens

Crédits photographiques : « Luc Spooren – L’impression à la demande : une révolution pour l’objet-livre ? », Élodie Picard, tous droits réservés.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28 octobre, 2009

    […] Voir le compte rendu : « L’impression à la demande : une révolution pour l’objet livre ? » […]