Le Cléo participe au « printemps des Sciences Humaines et Sociales »

shs2010_affiche_web« Le Printemps des Sciences Humaines et Sociales » organisé par la Maison des Sciences Humaines et Sociales (MESHS) à Lille aura pour thème cette année les  « SHS 2.0 : objets et pratiques numériques ».

Dans le cadre de cette manifestation, Marin Dacos, directeur du Cléo interviendra aux côtés de Renaud Limelette, chef de projet du portail Fontes Historiae IurisCynthia Pedroja, Chargée des ressources documentaires numériques à la MESHS et Stéphane Pouyllau,  Responsable du pôle Digital Humanities au TGE Adonis et du Centre national pour la numérisation de sources visuelles (CN2SV) dans un séminaire consacré aux Digital Humanities. La séance sera introduite et menée par Gabriel Galvez-Béhar, Maître de conférences en histoire à l’Université Lille 3 (laboratoire IRHiS), responsable scientifique à la MESHS.

L’intensification des usages des technologies de l’information et de la communication bouleversent les sciences humaines et sociales. Si ces pratiques constituent un terrain d’enquête et d’analyse, elles rencontrent également celles des chercheurs en SHS. Avec le développement du micro-ordinateur et avec l’essor d’Internet, de nouvelles possibilités techniques sont mises au service de la recherche et redéfinissent en même temps les manières de faire, voire transforment les communautés savantes elles-mêmes.
Ce constat est au cœur des Digital Studies qui se développent outre-Atlantique depuis plus d’une dizaine d’années et dont le but est d’intégrer les nouvelles technologies aux pratiques de recherche et d’enseignement en SHS. Les humanités numériques jouent désormais un rôle fondamental dans la constitution et la conservation des données ; elles transforment le rapport aux sources, dont la démultiplication nécessite de nouveaux modes de critiques. L’usage des nouvelles technologies intervient également dans la production des connaissances, qu’il s’agisse d’analyse textuelle, de système d’information géographique ou de simulation statistique. Enfin, les humanités numériques jouent aussi un rôle important dans la diffusion des savoirs. L’émergence de l’édition électronique transforme l’économie de l’argumentation mais aussi les modes de validation des connaissances.
Lire la suite…

Ce séminaire est ouvert au public et a lieu le lundi 22 mars 2010 de 15h à 18h / MESHS – Espace Baïetto / 2 rue des canonniers – Lille

Présentation du « printemps des Sciences Humaines et Sociale »

L’importance croissante des données numériques et de leur échange (qu’il s’agisse d’images, de textes, de vidéo, de musique ou de quelque autre « data ») a donné à l’ordinateur individuel, ou au serveur de données, une place prépondérante dans l’économie de la recherche, tout comme dans notre rapport individuel à l’information et au savoir. Sans micro-ordinateur, point de salut. Après avoir bénéficié de l’aide à l’écriture par le biais du traitement de texte, le chercheur dispose aujourd’hui d’un outil de traitement du savoir. Cet outil ordonne, classe, échange, propose, parfois impose des formats. Le numérique est un fait, il remodèle le paysage du savoir, de son apprentissage et des méthodes qui y donnent accès.

Devant notre écran, nous croyons disposer d’un assistant ; d’aucuns pensent que nous avons trouvé un maître (un maître autoritaire) car son action est parfaitement diffuse et continue, parfois tellement omniprésente qu’elle en devient presque invisible et finalement naturelle. Pour avoir sur lui un semblant de maîtrise, il a fallu apprendre des gestes (utiliser des menus, enregistrer, se connecter, envoyer un courriel, ouvrir et redimensionner une image) comme on a appris jadis à lire, compter ou écrire. La pratique de l’outil, si alerte soit-elle, ne nous renseigne cependant pas sur sa nature technologique ou son mode de fonctionnement. Nous utilisons une technique, peut-être même un savoir, si l’on considère que l’informatique est fille des mathématiques, sans toutefois le connaître (à moins d’être informaticien) pour faire progresser ou soutenir le nôtre. Que devons-nous donc penser de cette nouvelle interdépendance des savoirs ?

La Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS), en consacrant son deuxième Printemps des SHS au thème du numérique, s’est proposé de mener une réflexion sur ce qui apparaît à certains comme une révolution. Dans quelle mesure l’informatique (l’ordinateur, pour ne citer que cette machine numérique) intervient-elle dans les processus de recherche ? Jusqu’où les objets d’étude eux-mêmes s’en trouvent-ils modifiés, voire redéfinis ? Dans quelle mesure aussi, et pas seulement au sein des seuls champs disciplinaires des sciences de l’homme et de la société, le numérique réorganise-t-il certains aspects de nos pratiques sociales et culturelles ? (…)

En réunissant des chercheurs d’horizons divers, le Printemps des SHS 2010 entend nourrir une réflexion interdisciplinaire qui rompe avec des questionnements souvent sectoriels sur des pratiques et des objets pourtant omniprésents.
Lire la suite…


Le Printemps des SHS 2010 se déroulera en quatre semaines, introduisant quatre volets différents :

  • L’informatique : un nouveau langage pour un nouveau savoir ?
  • La norme, le droit et la régulation
  • Le document et l’immatériel
  • Accès, interactivité et réseaux sociaux

Les manifestations sont ouvertes à tous. L’entrée y est libre, dans la limite des places disponibles. Une inscription est recommandée.

Liens :

Programme détaillé en ligne

Programme détaillé en PDF

Inscriptions / réservations


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 21 octobre, 2010

    […] au «printemps des Sciences Humaines et Sociales;».” L’édition électronique ouverte. http://leo.hypotheses.org/4149 (Accédé Mars 11, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *