Bookserver, diffusion et commercialisation distribuée de livres sur Internet (OPDS pour les intimes) – TOC 2010

Schéma de Bookserver - Auteur inconnu et licence inconnue

Schéma de Bookserver - Auteur inconnu et licence inconnue

Pour la deuxième année consécutive, me voici à New York, pour assister à Tools of change for publishing (TOC), la grand-messe sur l’édition et sur l’édition électronique. Je tente de bloguer en direct les conférences les plus marquantes.

Je l’ai déjà écrit dans ces colonnes, les protocoles et les formats d’échanges de données doivent être ouverts. Dans le domaine de l’édition électronique, l’enjeu est évident. La norme OPDS, pour  Open Publication Distribution System, est une des planches de salut en direction d’une ouverture du monde des livres en ligne, dans une perspective distribuée, par opposition à une perspective qui serait hyper-concentrée autour de trois ou quatre acteurs, qui serait Amazon, Apple et Google.

Le format OPDS est un format de syndication pour la publication électronique s’appuyant sur ATOM (RFC4287) et le protocole HTTP (RFC2616). Il permet l’agrégation, la distribution, la détection et l’acquisition de publications électroniques. OPDS utilise des standards ouverts existants ou émergeants, en mettant l’accent sur la simplicité.

Dans un atelier très clair, mais trop court pour entrer dans les détails, Hadrien Gardeur (Feedbooks), Keith Fahlgren (Threepress Consulting Inc.) et Liza Daly (Threepress Consulting Inc.) ont montré le potentiel de ce format.

Il s’agit de permettre la diffusion de catalogues de contenus (livres et publications en général), indépendamment de la plateforme de diffusion et du lecteur utilisé (sofware et hardware). C’est l’équipe de développement de Stanza est à l’origine de la création d’OPDS. Depuis son acquisition par Amazon, si j’ai bien compris, il n’y a pas de position officielle d’Amazon au sujet d’OPDS.

J’ai tenté de résumer l’architecture par un schéma naïf (ci-dessous).

Schéma OPDS

On distingue :

  • le lecteur, qui s’adresse à un client (au sens de logiciel),
  • le client, qui peut être une application iPhone (Stanza), Androïd (Aldiko), un cyberlibraire (Immateriel),
  • des catalogues, qui sont compatibles avec OPDS.

Le lecteur interroge l’interface proposée par le client. Sur Aldiko, la présentation est construite pour donner l’impression qu’on consulte une bibliothèque. Le client est capable de mettre en valeur chaque catalogue séparément, ou bien de mettre en place sa propre approche de valorisation, s’appuyant sur les métadonnées de l’ouvrage délivrées par le catalogue, ou bien en ajoutant une couche d’information qui lui soit propre.

Le catalogue offre au client deux types d’informations :

  • des métadonnées classiques, décrivant la ressource;
  • un ou des liens dits d’acquisition : lien vers emprunt, location ou achat. L’acquisition peut être gratuite ou payante.
Ecran d'Aldiko

Ecran d'Aldiko

OPDS s’appuie sur ATOM, standard très répandu. Le protocole s’appuie aussi sur le standard OpenSearch. Il a, par ailleurs, l’ambition d’être un standard plus simple qu’Onyx.

Les spécifications ne sont pas encore définitives. On nous les promet pour bientôt…

L’OPDS a pour objectif d’être, pour les livres, ce que l’OAI-PMH a été pour les articles scientifiques. Un outil de distribution relativement aisé à mettre en place, délivrant des métadonnées structurées à destination des opérateurs souhaitant moissonner et valoriser les contenus des dépôts d’articles. Ici, la différence est que le livre a fortement inspiré ce protocole (qui n’est en fait pas vraiment un protocole), ce qui a plusieurs incidences :

  • l’objet physique a une importance, et les outils de consultation de catalogue affichent volontiers une couverture (au besoin, une couverture fictive), qui est prévue dans les champs de base du format ;
  • l’unité documentaire de base est la publication (en général, le livre), c’est-à-dire que nous nous situons plus haut dans la hiérarchie documentaire. L’unité documentaire de l’OAI-PMH, les articles, est plus profonde, ce qui a eu pour effet de diluer l’importance du numéro, parfois même de la revue elle-même. Il y a bien des “sets”, mais ceux-ci peuvent décrire beaucoup de choses différentes, et la structure n’est pas très directive… Au final, dans l’OPDS, il est possible de décrire en profondeur une structure éditoriale, et à chaque niveau, de proposer le texte correspondant au téléchargement. C’est conçu pour des livres, mais ça peut marcher pour des revues : il suffit de proposer au téléchargement le numéro (au niveau n) et les articles (au niveau n-1 ou n-2 ou même n-3).
  • le format de diffusion du texte intégral n’est pas contraint, mais les concepteurs d’OPDS promeuvent le format Epub. Il est tout-à-fait possible de proposer de la TEI, du PDF ou du MP3…
  • la diffusion en libre accès n’est qu’une des modalités de diffusion : la diffusion commerciale est également possible, avec inclusion d’un prix et d’un protocole de transaction. C’est sur ce point que la présentation a été la plus rapide et la moins précise. Il semble cependant que la transaction soit en fait assurée par le détenteur du catalogue, typiquement l’éditeur. L’authentification https semble prévue, mais les détails ont manqué lors de cette courte présentation. Des authentifications par plages d’IP seront-elles possibles ? Pourra-t-on gérer des accès à des lots ou des bouquets de contenus, en complément d’accès à l’unité ?

On devine qu’il sera possible de créer une architecture plus complexe que cela, dans laquelle des catalogues OPDS seraient alimentés par d’autres catalogues OPDS…

Par ailleurs, OPDS ne demande qu’à se développer et à s’étendre (Cf. Extending OPDS).

Il faudra approfondir tout cela. Les organisateurs de TOC ont considéré que le sujet était assez important pour lui consacrer une conférence plénière, en plus de l’atelier d’aujourd’hui : A Future for Books: BookServer. C’est Brewster Kahle, d’Internet Archive, qui officiera. Quand on vous dit que c’est important ! Et on se doute que certains acteurs vont contourner OPDS pour imposer leur mode opératoire et construire des citadelles bien gardées. Il ne tient qu’à la profession de s’organiser pour rendre cela impossible.

Mieux comprendre

Un diaporama qui reprend une grande partie de ce qui a été dit aujourd’hui : http://www.slideshare.net/bisg/bisg-webcast-bookserver

Des explications d’Internet Archive : http://www.archive.org/bookserver

Hubert Guillaud a assisté à la même conférence que moi : Welcome to OPDS (Open publication distribution system) !

Quelques liens techniques

Le site d’OPDS : http://code.google.com/p/openpub/

Spécifications provisoires : http://code.google.com/p/openpub/wiki/CatalogSpecDraft

Propositions d’extensions d’OPDS : Extending OPDS


Imprimir ésta entrada Imprimir ésta entrada

3 pensamientos en “Bookserver, diffusion et commercialisation distribuée de livres sur Internet (OPDS pour les intimes) – TOC 2010

  1. Pingback: links for 2010-09-03 « Ikan66

  2. Pingback: Autopublication de livres numériques « Lectures mobiles

  3. Pingback: Publications SHS en libre accès : en finir avec L’Harmattan? | Rumor

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos necesarios están marcados *

Puedes usar las siguientes etiquetas y atributos HTML: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">