Socialgraphics (Tools of change for publishing)

Create-Your-Own-EconomyblurbbookDale Dougherty a co-confondé les éditions O’Reilly. Depuis six ans, il crée des magazines. Il est venu parler pour revenir sur le Web 2.0 et ses possibilités dans l’édition générale, orientée très grand public et même kiosques. Comme la très grande majorité des autres intervenants, il est là pour proposer des possibilités de développer des revenus.
Il met en avant un nombre : 84000. C’est le nombre de personnes qui exercent la profession d’interprète d’Elvis Presley aux USA. Il énumère également de nombreux « tribudes bands », ces groupes qui clonent Kiss ou les Village People. Le jeu Guitar hero surfe sur ce type de passion, ce qui a permis de vendre 34 millions de morceaux… Et Dale Dougherty de citer les Guitar Zeros, qui ont détourné Guitar hero pour pouvoir programmer leur propre musique… Cette énumération d’exemples permet à Dale Dougherty de proposer à ses auditeurs de s’appuyer sur l’enthousiasme du public, pour ses passions. Il se base sur le livre de Tyler Cowen, Create your own economy. The Path to Prosperity in a Disordered World. Ce livre affirme que Twitter, Facebook, Myspace sont des espaces de création de valeur.

Rien de bien neuf, il faut le reconnaître. Le conférencier en profite pour parler de ses projets autour de l’idée de « Do it yourself » :  http://makerfaire.com/ et http://makersmarket.com/ Des rencontres de bricoleurs, que Dale Dougherty réunit, fait se rencontrer. Il se présente donc comme un catalyseur de passions… mais il faut reconnaître que c’est bien peu intéressant… De même, l’application ebird.org, une encyclopédie des oiseaux, avec géolocalisation, qui est devenue une application iPhone, qui permet aux passionnés de retrouver l’information en contexte, particulièrement d’un point de vue géographique. On voit bien le potentiel de ces livres-applications, mais la démonstration s’arrête vite… on passe déjà à foursquare, puis Tweetawatt, qui est un outil pour twitter sa consommation électrique en temps réel… So what?

Le cœur du propos du conférencier est de pousser à l’étude et à la cartographie des usages sociaux en ligne, ce qu’il appelle sociographics. Il s’agit d’une analyse statistique et graphique des comportements en réseau des internautes, à travers l’étude de leur identité numérique, de leurs relations et de leur activité en ligne. Il cite quelques outils allant dans ce sens :
http://my.peoplebrowsr.com/
http://squawq.com/

Pas de quoi tomber de son fauteuil, me semble-t-il. Au fond, le vrai point intéressant de la conférence porte sur la dénonciation des approches fermées et centralisatrices des réseaux sociaux comme Facebook. Il promeut l’adoption de Google Open Social API, pour disposer d’outils transversaux et ouverts, permettant d’avoir des interactions sociales dans un univers complexe, associant de nombreux sites et de nombreux périphériques. Mais les détails sur l’API Open Social de Google seront sans doute pour une autre conférence…


Marin Dacos

Marin Dacos (CNRS) is the founder and director of OpenEdition. He has been awarded two Google Digital Humanities Research Awards (2010 and 2011) and the CNRS Innovation Medal (2016). He is scientific advisor for open science to the director-general of research and innovation at the Ministry for Research (France).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *