Création du comité des utilisateurs d’Adonis

Working together

Working Together, par Mr. Greenjeans

Le communiqué au format PDF est téléchargeable ici : Création du comité des utilisateurs d’Adonis

Texte du communiqué de création du comité des utilisateurs d’Adonis

Le Comité des Utilisateurs d’Adonis est né de l’Université d’été organisé par le TGE Adonis les 2, 3 et 4 septembre à Ecully, réunissant l’ensemble des porteurs de projet numériques et des opérateurs soutenus par le TGE. Il s’est formé à partir du constat d’une communauté d’orientations, de pratiques et d’intérêts entre tous ces acteurs, représentant une part importante des Humanités numériques (digital humanities) en France.

Nous considérons que la construction d’une cyber-infrastructure en sciences humaines et sociales (SHS) est un enjeu décisif :

  • d’un point de vue disciplinaire, car c’est le seul outil, avec les bibliothèques, qui, d’une part concerne toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, et d’autre part, tisse des liens au-delà des SHS,
  • d’un point de vue scientifique, car il doit permettre un décloisonnement et une libération de l’accès aux données de la recherche,
  • d’un point de vue technologique, car il est le seul à même de permettre la mise en place de conditions durables de diffusion universelle de ces données et de leur conservation à très long terme,
  • sur le plan national, car il est le seul à même de coordonner les nombreuses initiatives dispersées sur le territoire, afin de leur offrir une cohérence inédite,
  • sur le plan international, car il présente la taille critique nécessaire à la visibilité de nos travaux et à leur intégration au sein de réseaux professionnels internationaux.

Depuis un an, le TGE Adonis a accompli un travail considérable et essentiel :

  • en menant une concertation précoce, intense et très large avec l’ensemble des acteurs,
  • en faisant appel à des études préalables sollicitant des expertises diverses, complémentaires, dépassant les chapelles et les intérêts particuliers,
  • en soutenant un grand nombre d’initiatives et d’opérateurs innovants, formant la trame, solide et performante d’une cyber-infrastructure pour les SHS,
  • en mettant en place les conditions de la publicité des travaux et des résultats,
  • en organisant une université d’été à la fois riche dans son contenu, intense par la liberté de ton, fertile en ce qu’elle constitue la première ébauche palpable d’un véritable réseau de compétences et de projets dans le champ des digital humanities, au sens large.

Il aborde aujourd’hui une nouvelle étape avec le lancement du chantier d’élaboration d’un méta-portail donnant un accès unifié aux données de la recherche en SHS. La participation des diffuseurs de données que nous sommes, en tant qu’opérateurs et porteurs de projets du TGE est essentielle à la conduite de ce projet ; pas seulement aux sein de groupes de travail techniques et partiels, mais aussi à un niveau plus global.

Nous sommes attachés à la prise en compte, par ce projet, de la réalité et la complexité des humanités numériques en France, pour ne pas parler de la complexité méthodologique des disciplines. L’ambition du méta-portail doit s’appuyer sur une expertise fine des dispositifs existants et poursuivre l’effort de consolidation, de mise en réseau et d’identification des lacunes. Il doit éviter toute redondance avec les initiatives existant au niveau des établissements de recherche et d’enseignement supérieur (notamment les ENT), afin de mettre en place des stratégies de valorisation et d’interconnexion des ressources existantes.

Le méta-portail doit répondre à trois enjeux majeurs :

  • pour les utilisateurs d’outils numériques (chercheurs, enseignants, étudiants) : identifier et accéder rapidement aux ressources disponibles. Il s’agit de construire un moteur de recherche puissant, riche, fin et réactif à la fois. Cet outil devra être accompagné de guides d’intégrations multiples correspondant à une grille de besoins exprimés par les acteurs du domaine et les groupes d’utilisateurs du TGE Adonis. Il s’agit aussi de mettre en place des circuits d’information et de formations des communautés de chercheurs souhaitant réaliser des projets (ANR, Régions, Europe) et ayant des besoins en matière de digital humanities.
  • pour les projets en cours, qui sont de taille et d’intérêt très différents : mettre en place des convergences vers des structurations durables (accessibilité, pérennité, interopérabilité, inscription dans la durée, archivage), sur la base de recommandations fortes, et de plateformes professionnelles (formations, montées en compétence, stabilisation d’équipes, etc.).
  • pour les digital humanities : aboutir à un dispositif riche et réactif de services numériques qui fait cruellement défaut à l’heure actuelle, susceptible de fonctionner sous la forme d’une « trousse à API[1]« . Il s’agit en particulier de satisfaire les besoins suivants : archivage de documents, conversions de documents, enrichissements divers de documents, identification unique et pérenne de documents, cross-linking, etc.

Le Comité des utilisateurs d’Adonis se porte volontaire pour participer à cette entreprise et proposer sa contribution, dans l’esprit de coopération et de stimulation intellectuelle qui est celui du TGE Adonis.

Les membres fondateurs de ce comité appellent les utilisateurs du TGE Adonis, opérateurs et porteurs de projets soutenus par le TGE, à les rejoindre pour discuter, échanger, et, le cas échéant, affirmer des positions communes sur une base démocratique.

Liste du Comité des utilisateurs d’Adonis

http://listes.cru.fr/sympa/info/cua

Contact : cua-request@cru.fr

Premiers membres

Christine Berthaud, CNRS, ISH, HAL-SHS et MUTEC christine.berthaud@ish-lyon.cnrs.fr
Paul Bertrand, CNRS, IRHT, TELMA paul.bertrand@cnrs-orleans.fr
Florence Clavaud, Ecole nationale des chartes, TELMA florence.clavaud@enc.sorbonne.fr
Marin Dacos, CNRS, Centre pour l’édition électronique ouverte marin.dacos@revues.org
Maud Ingarao, ENS-LSH, MUTEC maud.ingarao@ens-lsh.fr
Pierre Mounier, EHESS, Centre pour l’édition électronique ouverte pierre.mounier@revues.org
Jean-Christophe Peyssard, CNRS, Institut français du proche-orient jc.peyssard@ifporient.org
Stéphane Pouyllau, CNRS,  CRHST, Centre National pour la Numérisation de Sources Visuelles (CN2SV) pouyllau@ivry.cnrs.fr
Raphaël Tournoy, CNRS, ISH, MUTEC raphael.tournoy@ish-lyon.cnrs.fr


[1] API : Application programming interface.

Crédits photographiques : « Working Together », par Mr. Greenjeans, licence CC.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *