Le Cleo prend position et se projette dans l’avenir

Ingénieurs de recherche, ingénieurs d’études, assistants ingénieurs, techniciens, enseignants, titulaires, en CDD, en contrats de vacations, tous personnels du Centre pour l’édition électronique ouverte, unité de service du CNRS, de l’EHESS, de l’Université de Provence, de l’Université d’Avignon, nous exprimons notre vive inquiétude quant à l’avenir du CNRS et de la politique de recherche en France. Nous exprimons notre attachement à un organisme de recherche national, qui regroupe l’ensemble des disciplines scientifiques et des métiers contribuant à une recherche de qualité, reconnue au niveau international. Nous refusons à ce titre que le CNRS se transforme en agence de moyen séparant de fait les chercheurs des métiers d’accompagnement de la recherche. Nous exprimons également notre refus d’une précarisation institutionnalisée des postes d’ITA comme de ceux des chercheurs.

Nous soutenons le mouvement de la Coordination nationale des universités autour du statut des enseignants-chercheurs en ce que cette réforme préfigure l’éclatement des personnels aux services de la recherche.

Nous soutenons également la motion votée par l’Assemblée générale régionale PACA du CNRS le 28 janvier 2009.

Enfin, nous soutenons l’« Appel des appels » et insistons sur les dangers qu’une précarisation des emplois fait peser sur la qualité des services publics, notamment celui de la recherche.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *