« A book is a place » (Tools of change for publishing)

Bob Stein, de l’Institute for the Future of the Book, a ouvert la journée par une intervention sur la définition du livre. Il part de l’idée que les livres sont les choses qui permettent aux humains de manipuler des idées à travers le temps et l’espace (« Books are what humans use to move ideas arount time and space »). Et il fait évoluer peu à peu cette définition, constatant que le réseau, bien plus que le numérique, apporte de profondes modifications au livre…
Et de proposer une nouvelle définition : un livre est un endroit où les lecteurs, et parfois les auteurs, se retrouvent (« A book is a place where readers (and sometimes authors) congregate »). Et il va plus loin, suggérant que les auteurs deviennent les têtes de file de communautés de questionnements (quand il s’agit d’essais et d’idées) ou les créateurs de mondes que les lecteurs peuplent, quand il s’agit de fictions. Je ne résiste pas au plaisir de le citer dans le texte : « Authors becomle leaders of communities of inquiry (non-fiction) or creators of worlds that readers populate (fiction) ». Il me semble bien avoir entendu que, concernant la fiction, son modèle était Warcraft (en fait, World of warcraft). Un monde conçu par des gens qui constituent la population de ce monde… Renversant.

Se plaçant délibérément dans une approche prospective, il soutient que nos arrières petits-enfants penseront la lecture comme une expérience socialisée, quelque chose que l’on fait à plusieurs. « Our great grandchildren will think of reading as a sociales experience -something they do with others. » Dès lors, le rôle principal des éditeurs dans le futur pourrait être de construire et d’alimenter des communautés vivantes, pour les auteurs et pour leurs lecteurs. « The principel role of publishers in the future is to build and nutrure vibrant communities for authors and their readers. »

Dans The book nobody read, Owen  Gingerich, rappelle que De revolutionibus est un livre qui a été annoté énormément. L’annotation est un ancien concept. C’est une forme de conversation entre le lecteur et l’auteur. Le livre en réseau va plus loin. Le livre devient le support d’une conversation, plus vaste, au point de devenir une conversation lui-même. C’est dans cette optique que Commentpress a été développé par l’institut pour le futur du livre : pour développer des pratiques de lectures publiques (pas au sens des bibliothèques)  des lectures conversationnelles. Désormais, le livre n’est pas la fin du processus. Le livre ne procède plus seulement des réflexions, discussions et échanges qui précèdent son impresion et le figent. Il y a désormais un processus après, qui relève de l’écrit, et qui est notoire, public. Et la boucle peut être bouclée. Le potentiel de rétroactivité est important, puisque la conversation post-publication peut donner naissance à une évolution du livre, voire à une véritable réédition de celui-ci.

Commentpress va être encore amélioré, plus robuste, plus puissant. Giant Chair va s’impliquer dans son développement.
Je me permets d’ajouter une remarque personnelle, inspirée par cette conférence: pour qu’une culture soit vivante, elle ne doit pas être trop fortement sacralisée. Le livre, par certains aspects, est parfois devenu l’objet d’une vénération quasi-mystique, qui me paraît négative, parce qu’elle en fige la dynamique, la forme et les modalités. Le livre n’est pas sacré, il est précieux. L’annoter, c’est entrer en relation avec lui. C’est lui marquer la plus grande marque de respect, puisqu’il s’agit de commencer à penser ou à ressentir avec lui.


Marin Dacos

Director of OpenEdition Directeur d'OpenEdition

Vous aimerez aussi...

9 réponses

  1. Aldus dit :

    Merci Marin, vous faites un boulot remarquable avec ces billets journaliers.

  2. Marin Dacos dit :

    Merci! Quelques autres billets devraient sortir progressivement. Je crois, très profondément, que nous n’échangeons pas assez sur le coeur de nos compétences et sur les évolutions en cours. Par paresse. Par manque de temps. Par crainte. Il me faut donc mettre mes actes en cohérence avec mes convictions… Emprunter, donner. Donner, emprunter. Emprunter, donner. Etc.

  3. sol gaitan dit :

    Barthes, dans « La mort de l’auteur » dit que l’auteur doit céder sa place au lecteur qui devient l’espace dans lequel tous les aspects d’un texte se rencontrent. L’auteur n’est plus à l’origine du texte. Le livre n’est pas sacré, le livre qui devient une conversation, devient un espace vivant.

  4. Luc Jodoin dit :

    Bonjour,

    Je cite :

    « Et de proposer une nouvelle définition : un livre est un endroit où les lecteurs, et parfois les auteurs, se retrouvent »

    Il n’y a rien de neuf dans cette définition, on peut entre autres relire Umberto Eco(Lector in fabula) sur la question.

    Par ailleurs, pour une analyse assez fine des mutations apportées par les lectures numériques, je porte à votre attention un texte de Susan Bertrand Gastaldy, 2002, mais ça n’a pas vieilli :

    Des lectures sur papier aux lectures numériques : quelles mutations?
    http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/sic_00000256.html

  5. loiseau dit :

    Soit, le livre peut être dématérialisé (quoi que), mais je ne vois pas le
    sens (ni l’avenir) des lectures conversationnelles dans le domaine de la
    littérature
    Je lis en ce moment le livre de Manguel et ses chapitres sur la lecture
    silencieuse et sur la lecture collective sont très instructifs. La lecture
    silencieuse, par opposition à la lecture à haute voix, est apparue comme
    une prise de possession de l’œuvre par le lecteur, un plaisir solitaire
    d’abord regardé comme suspect puis finalement admis. L’auteur s’adressait
    au lecteur et à lui seul. Avec la lecture collective, plus tard, on
    palliait l’analphabétisme. Il n’était d’ailleurs pas question
    d’interrompre le lecteur pour gloser sur le texte et les gens ne se
    trouvaient assemblés que pour des raisons pratiques. Et puis
    l’alphabétisation a progressé, les bibliothèques avec, et cette évolution
    n’est sans doute pas le fait du hasard. Chacun aspirait à s’approprier le
    livre et son contenu. L’expérience me semble unique, liée au lecteur, au
    contexte de sa lecture…
    Je pense que la lecture reste personnelle et cette idée de livre en
    réseau, en construction perpétuelle, me pose un problème également par
    rapport au processus créatif. Quand s’arrête-t-il, quel en est l’auteur ?
    Quel engagement créatif de la part de l’auteur ?
    Tout cela m’emmène un peu loin, je suis peut-être finalement très
    élitiste, pas assez « participative ». Peut-être aussi ai-je mal compris la
    thèse de Stein et le principe de son Commentpress…
    Il est question aussi de l’annotation des ouvrages. Ces annotations
    étaient en effet une forme d’interpellation de l’auteur par le lecteur, pas
    tout à fait une conversation. S’il y avait conversation, c’était davantage
    avec la petite communauté d’érudits qui y avait accès.

  1. 11 février, 2009

    […] Dacos continue sa série de publication depuis TOC 2009. Avec un billet stimulant de l’intervention de Bob Stein de l’Institut du futur du livre qui explique que […]

  2. 12 février, 2009

    […] de se dérouler trois jours de conférences et d’exposition relayées par Marin Dacos et Hubert Guillaud. Là, comme dit Alain qui tel un jazzman calé scande, là, sa phrase, le […]

  3. 19 février, 2009

    […] ma gauche, cité par Hubert, le billet de Marin Dacos qui publie depuis TOC 2009, qui cite lui même Bob Stein que je cite à mon tour (oui oui, la vie […]

  4. 31 mars, 2009

    […] pour le futur du livre, à la conférence Tools of Change for Publishing 2009 (vidéo – voir le compte rendu de Marin Dacos du Centre pour l’édition électronique ouverte), pour nos petits enfants, la lecture sera une expérience éminemment socialisée. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *