Archives de l’auteur : Emma Bester

head words

La lecture numérique au regard des technologies de l’attention et des sciences cognitives

head wordsMichel Roland-Guill, co-directeur de l’Urfist PacaC, a présenté à l’université d’été du Cléo une intervention intitulée “De la lecture numérique”, qui met en perspective  les différentes pratiques de lecture avec les évolutions technologiques. S’intéressant particulièrement aux “technologies de l’attention”, son propos fait écho à une  journée d’étude sur l’économie de l’attention organisée par l’Urfist de Bordeaux en juin 2011.

Benoît Le Blanc, directeur adjoint de l’Institut de Cognitique (Université de Bordeaux), y explicitait le concept d’économie de l’attention par rapport aux mécanismes de la mémoire. Claire Belisle,  docteure en psychologie, experte auprès de la Commission Européenne pour l’évaluation des projets de recherche en multimédia éducatif et coordinatrice du livre “Lire dans un monde numérique” (2011),  insistait quant à elle sur le phénomène attentionnel dans les nouvelles pratiques de lecture.

Je propose ici un compte-rendu croisé de ces interventions, qui apportent des éclairages complémentaires notamment au regard des sciences cognitives, sur les enjeux de l’économie de l’attention pour la médiation des ressources documentaires numériques.

1. La fabrique de la mémoire, clé d’entendement des modalités attentionnelles

Suivant une approche cognitive, B. Le Blanc explique que l’attention “se situe entre la perception et la mémoire”.  Ce que l’on perçoit active des éléments de mémoire qui sont en sommeil le reste du temps, afin de ne pas épuiser notre mémoire .. vive. Notre attention procède d’ une forme d’économie (i.e. administration des ressources): en agissant comme un filtre intercesseur vers les éléments mémoriels à mobiliser, elle vise à nous protéger de la surcharge cognitive. Il s’agit donc de prendre en compte les mécanismes de la mémoire pour comprendre les mécanismes de mobilisation de l’attention.

  • La mémoire a trois types d’activités: l’encodage, le stockage, le rappel des éléments mémorisés. Ces rappels peuvent se faire au niveau sémantique, syntaxique ou phonotique.
  • Elle est le résultat d’une perception (attention) et d’une construction circonstancielle (contexte). L’information perçue dans un temps donné d’attention prend sens – devient connaissance- dans un contexte, une association qui est mémorisée.
  • Il y a plusieurs modèles de la mémoire: épisodique, à court terme, sémantique, perceptive et procédurale (liée à l’action, au geste).
  • Au stade du rappel (ou du raisonnement, comme c’est analysé pour les situations de mécanismes décisionnels), deux stratégies humaines peuvent être mobilisées: on peut raisonner avec des heuristiques de représentativité (classification) ou des heuristiques de disponibilité (instanciation).

Pour améliorer les systèmes de navigation dans les interfaces homme-machine, il convient donc de s’appuyer sur une pluralité de styles cognitifs. Les utilisateurs faisant face à trois problèmes majeurs (quantité d’information, localisation des informations, orientation), il faut leur donner des éléments de repérage (identifier les éléments porteurs de sens), d’agrégation (pouvoir nommer un ensemble afin de libérer de l’attention pour le reste), de cadrage (par rapport à un acquis préalable), et d’appropriation (à vérifier dans le temps par des études d’usage). Au terme d’études menées auprès d’usagers, sont notamment identifiés comme supports cognitifs:

  • des points de repères
  • des ruptures interfacielles (pouvoir changer les modes de représentation)
  • des associations geste-information
  • de privilégier la vision périphérique et centrale car la plus attentionnelle
  • de recourir aux images, prédominantes dans l’activité cérébrale

Tout comme M. Roland Guill, B. Le Blanc questionne pour finir l’impact des technologies de l’information sur les pratiques cognitives, en référence mais en contre par rapport à l’ouvrage de Nicolas Carr (Est-ce que Google nous rend idiot?). Il réfute tout déterminisme technologique (il n’existe pas de neurone de la lecture, la culture de l’oralité a dominé longtemps), tout évolutionnisme technologique également (les technologies n’occurrent pas de mutation biologique, ce sont les comportements qui évoluent). Enfin, les technologies ne doivent pas entrer en concurrence avec le cerveau humain mais en être complémentaires afin de libérer de la mémoire, de l’attention.

2. Comprendre les modalités attentionnelles, enjeux des nouvelles pratiques de lecture

La seconde intervention de la journée d’étude sur l’économie de l’attention, donnée par Claire Belisle, portait  sur l’évolution des pratiques de lecture:
1.    La lecture, expérience-clé, se transforme
2.    Le temps de lecture s’accélère
3.    Les capacités d’attention se modifient
4.    Un nouveau rapport au savoir s’invente
5.    De nouveaux défis pour les médiateurs

A l’instar de M. Roland-Guill, C. Belisle précise que les technologies de l’attention comme supports cognitifs à la lecture  ont  existé très tôt et évolué avec les supports et pratiques de lecture, suivant les trois âges de la lecture déterminés par les historiens (R. Chartier):

  • Du rouleau au codex, passage de la lecture collective à haute voix à la lecture individuelle silencieuse: apparition des points et espaces pour faciliter la lecture silencieuse.
  • XVe et XVIe siècles, l’imprimerie s’inscrit au coeur de l’Humanisme, qui voit le passage d’une lecture-médiation à une lecture-réflexion: production de nouveaux repères de lecture (titre, paragraphe, chapitre..). Aux XVIIIe et XIXe siècles, passage de la lecture d’autorité vers la lecture-distraction.
  • Le troisième âge distingué est celui de la lecture au temps de l’informatique numérique, qui marque le passage d’une lecture-continue à une lecture-dispersion (C. Vandendorpe, 2009).

Les pratiques de lecture, explique C. Belisle, sont donc enracinées dans une culture liée au livre papier, mais il est nécessaire de reconstruire une vision culturelle qui intègre les diverses et nouvelles modalités de lecture. Il faut aujourd’hui prendre en compte:

  • La diversification des finalités de lecture: lecture utilitaire et pragmatique, lecture dynamique et focalisée, lecture professionnelle et privée. Cela s’accompagne d’un nouveau rapport au savoir: rapport utilitaire et non plus humaniste au savoir, dans un processus de reconstruction permanente de l’information en fonction de son propre projet.
  • Le déroulement multitâche de la lecture induit par les supports numériques: vitesse, sauts, balayage; courtes séquences de concentration; activation de liens, retours en arrière; recours à des outils (visualisation, moteur de recherche).
  • Les types, capacités et supports de l’attention, qui se modifient: attention focalisée/sélective, spontanée/volontaire, hyper/poly attention; supports technologiques, nouveaux rythmes/repères, supports de l’interaction et interactivité; expérience corporelle émergente: l’acteur participant, multi-tâches, multi-polaire, multiculturel.

Lire est donc une pratique à réinventer. Elle exige de nouvelles compétences (maîtrise d’outils numériques pour interagir avec l’information, maîtrise des structures cognitives des différents types d’information, de savoirs et de connaissances) et la construction de nouveaux repères sensoriels. Il s’agit, conclue C. Belisle, de s’interroger sur les “repères de pensée” – au sens kantien de l’expression (Kant, Critique de la faculté de juger, 1790) – pour l’âge de l’informatique numérique, et d’acquérir “un mode de pensée numérique”, suivant l’expression empruntée à Gérard Berry (chaire Informatique et sciences numériques du Collège de France).

Les interventions de Benoît Le Blanc et Claire Besliles apportent donc un éclairage complémentaire en soulignant l’apport des sciences cognitives pour mieux appréhender les modalités attentionnelles en jeux dans les pratiques informationnelles et de lecture numériques. Nous emprunterons pour conclure la formule de Benoît Le Blanc: “Dans notre univers techno-centré, l’étude des capacités et des limites cognitives de l’humain est une nécessité pour recomposer un monde anthropo-centré”.

 

Directory Open Access Journals (DOAJ)

Enquête sur la numérisation et la préservation à long terme

Photographie de Alain Bachelier, "L'oiseau fantôme"

La Bibliothèque nationale de Hollande lance une enquête sur les besoins et les politiques de numérisation et de préservation à long terme des éditeurs de revues scientifiques. L’enquête est ouverte jusqu’au 11 mars 2011 et demande 10 à 15 minutes. Les résultats seront accessibles à tous les répondants. Le Cléo, aux côtés du Directory Open Acces Journal (DOAJ), encourage cette initiative.

Enquête en ligne: http://www.surveymonkey.com/s/publishing_digitization

On behalf of the Koninklijke Bibliotheek, The National Library of the Netherlands, we (DOAJ) would like to ask you to participate in their survey below. The survey aims to discover the extent of publisher’s knowledge, concern, and commitment with respect to digitization and long-term preservation. In addition, the expectations publishing institutions have of libraries within the context of long-term preservation and the potential for future partnerships will also be explored.
The results of this survey will be treated confidentially and will be joined with a concurrent study of national libraries.

http://www.surveymonkey.com/s/publishing_digitization
Please answer before March 11th.
If you have any questions regarding the survey, please contact:
Stacey von Winckelmann

StaceyLynn.vonWinckelmann@KB. Koninklijke Bibliotheek – Nationale bibliotheek van Nederland

Kind regards, The DOAJ-team

Stage en information scientifique et technique: identification et reconnaissance de références bibliographiques

Mission

Le stagiaire sera chargé du suivi documentaire du projet de recherche « Robust and Language Independent Machine Learning Approaches for Automatic Annotation of Bibliographical References in DH Books, Articles and Blogs », assuré conjointement par le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) et le Laboratoire d’Informatique Avignon (LIA) dans le cadre du programme Google Grant for Digital Humanities

Le projet a pour objectif final le développement d’outils de reconnaissance automatique de références bibliographiques, quelque en soient les occurrences (normalisées ou non) dans la documentation scientifique numérique. Le stagiaire participera à toutes les étapes préalables à la phase de développement technique : de la réflexion sur les méthodes à déployer (typologie des usages et des formes bibliographiques existantes, identification de cas problématiques, exploitation de référentiels) à la rédaction d’un cahier des charges technique.  Il procèdera ensuite à l’évaluation des résultats (échantillonnage, tests). Il s’appuiera  sur le triple corpus du Centre pour l’édition électronique ouverte : articles de revues, livres et compte-rendus de lectures sur Revues.org ; annonces d’évènements scientifiques sur Calenda ;  billets de blogs ou carnets de recherche sur Hypotheses.org. Le stagiaire travaillera au sein du Pôle Information Scientifique du Cléo, et en lien étroit avec le laboratoire d’informatique d’Avignon (LIA). Au carrefour de l’Apprentissage automatique (Machine Learning, TAL) et de l’Edition électronique, le projet demande un intérêt fort pour les Digital Humanities et une bonne connaissance du milieu et des pratiques de la recherche en Sciences humaines et sociales. Des compétences en développement et en mathématiques ne sont pas requises.

Durée du stage: de 3 à 6 mois.

Indemnité : Indemnité de stage prévue, en conformité avec la réglementation en vigueur.

Lieu : Le stage aura lieu à Marseille (13003)

Candidater : Envoyer CV et lettre de motivation à l’adresse contact@revues.org.

L’employeur

Le Cléo est un laboratoire associant le CNRS, l’EHESS, l’Université d’Avignon et l’Université de Provence. Il fait activement partie du réseau constitué par le Très grand équipement-Adonis. Il est installé à l’Université de Provence (site Saint-Charles) et mène des missions de service public : mise à disposition d’une plateforme complète comprenant un portail (Revues.org) de revues scientifiques en libre accès, une plateforme de carnets de recherche en sciences humaines (Hypothèses), développement de fonctionnalités, mise en place d’accords d’interopérabilité. Il met en ligne plus de 50 000 documents structurés en XML, via des sites web éditorialement gérés par plus de deux cents chercheurs, enseignants, documentalistes et éditeurs en sciences humaines. Le nombre de projets éditoriaux, de visiteurs et de fonctionnalités est en forte croissance et en phase d’internationalisation.

Cléo Revues.org

CNRS/EHESS/UP/UAPV
3, place Victor Hugo, Case n°86,
13331 Marseille Cedex 3
FRANCE
Tél. +33 4 13 55 03 55
Fax +33 4 13 55 03 41
http://cleo.cnrs.fr

who's who

Qui êtes-vous ?

Vous êtes aujourd’hui 35 000 fidèles abonnés à notre Lettre électronique et plus d’un million à venir nous consulter chaque mois, mais nous savons peu de choses de vous !

Le Cléo invite donc aujourd’hui les lecteurs de Revues.org à prendre la parole. Nous lançons ainsi une grande enquête pour mieux comprendre l’usage que vous en faites et améliorer encore les services que nous vous proposons. Faites-nous l’amitié de nous faire part de vos impressions en prenant dix minutes pour répondre à ce questionnaire en ligne :

http://www.revues.org/enquetes/index.php?sid=82358&lang=fr

Lire la suite