Archives de l’auteur : Marin Dacos

A propos Marin Dacos

Director of OpenEdition Directeur d'OpenEdition

Si vous êtes à Mexico mi-septembre...

Can we reach Open Access in the Humanities and the Social sciences ?

OpenEdition sera en déplacement au Mexique du 12 au 24 septembre 2013. Ce sera l'occasion de plusieurs conférences (dont "Can we reach Open Access in the Humanities and the Social sciences ? (conference, Mexico, September 17th)). D'autres conférences sont programmées et seront annoncées bientôt. Une formation Lodel (en espagnol) et une formation à Hypothèses (anglais) seront également proposées. Des rencontres avec des éditeurs (livres, revues), des plateformes et des laboratoires sont également à l'ordre du jour.

Pour nous rencontrer à cette occasion : contact@openedition.org

Lancement de la nouvelle Très Grande Infrastructure de Recherche (TGIR) Huma-Num

logo-email

Lancement de la nouvelle Très Grande Infrastructure de Recherche (TGIR) Huma-Num. 

http://www.huma-num.fr/

Née de la fusion du Très Grand Équipement Adonis et de IR-CorpusHuma-Num vise à faciliter le tournant numérique des sciences humaines et sociales.

Elle est bâtie sur une organisation originale consistant à mettre en œuvre un dispositif humain (concertation collective) et technologique (services numériques pérennes) à l'échelle nationale et européenne. Elle s'appuie sur un important réseau de partenaires et d'opérateurs.

La TGIR Huma-Num est portée par l'Unité Mixte de Services 3598 associant le CNRS, l'Université d'Aix-Marseille et le Campus Condorcet.

bas-email

Salon de la valorisation en sciences humaines et sociales

Innovative-SHS_referenceLe transfert des résultats de la recherche vers la société est au cœur de la réflexion menée actuellement sur l’évolution de la recherche et de l’enseignement supérieur. Les sciences humaines et sociales participent de manière massive à ce transfert de connaissances et d’innovations vers la société, non seulement en exerçant des activités d’expertises auprès des entreprises, des collectivités locales ou des médias mais aussi en créant des produits multimédia d'apprentissage des langues, des logiciels d'aide à la décision ou des outils de reconstitution 3D pouvant être diffusés ou commercialisés. Le caractère protéiforme de la valorisation en sciences humaines et sociales fait cependant que leurs apports, pourtant fondamentaux dans ce domaine, sont souvent méconnus, en du monde des décideurs. C’est la raison pour laquelle l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS, en lien avec l’Alliance Athéna, a souhaité mettre en lumière les initiatives des chercheurs de toutes les disciplines des sciences sociales et des humanités. Il organise les 16 et 17 mai 2013 à l’Espace Charenton Innovatives SHS, le premier salon de la valorisation de la recherche en sciences humaines et sociales.

OpenEdition sera présent à ce salon pour présenter son programme OpenEdition Freemium et la plateforme Hypothèses.

Programme officiel

http://www.cnrs.fr/inshs/innovatives-shs2013/presentation.htm

OpenEdition recrute un/e développeur/e open source

William and Holly in Westlake

CC, by Thomas Hawk http://www.flickr.com/photos/thomashawk/277123912/ 

Poste pourvu.

OpenEdition recrute un/e développeur/e open source.

OpenEdition (Centre pour l’édition électronique ouverte) recrute un/e développeur/e web.

Informations sur le poste

Dans le cadre du développement de ses activités et notamment de l'obtention du label "Equipement d'excellence", OpenEdition recrute un développeur pour un contrat de 24 mois (renouvelable deux fois). Il/elle aura pour mission des développements au sein des plateformes d'OpenEdition (OpenEdition Books, Revues.org, Calenda et Hypothèses) qui reçoivent chaque mois plus de 3 millions de visites. Il/elle s'intègrera dans une équipe informatique de sept personnes, dans un contexte très évolutif :

* l'environnement est construit autour de CMS alimentant Lucene SOLR, et faisant appel à des technologies comme NGNIX et VARNISH ;

* la croissance très forte des usages d'écriture et de lecture sur les plateformes d'OpenEdition amènent à faire évoluer l'architecture (25 serveurs dans un centre de calcul du CNRS) et les CMS mis à contribution ;

* des fonctionnalités sont régulièrement ajoutées dans le cadre des projets de recherche et développement d'OpenEdition Lab, s'appuyant notamment sur la fouille de textes et sur une coopération très étroite avec le LSIS.

Nous travaillons avec pour objectif de tendre vers un modèle de type SSP, sur la base des standards du Web (XML et accessibilité notamment) et des standars issus de la recherche scientifique (TEI).

Nos projets ont pour objectif de développer l'open access aux résultats de la recherche scientifique. Nos plateformes sont en voie d'internationalisation, avec la mise en place de partenariats en Espagne, au Portugal, en Allemagne, au Brésil, en Angleterre, au Québec, en Belgique, en Suisse, en Italie, etc.

Date de disponibilité : entre juillet et octobre 2013.

Poste : Développeur.

Contrat : CDD de 24 mois à plein-temps (renouvelable deux fois).

Rémunération : Environ 1670€ net mensuel (Ingénieur d’études Aix-Marseille Université).

Région : Provence Alpes Côte d’azur.

Lieu de travail : Marseille (Château-Gombert, Ecole centrale de Marseille). Toute forme de télétravail est exclue.

Mission : Développement.

Date limite de réponse à l’offre : 22 mai 2013.

Diplômes : Bac +3 minimum.

Compétences requises

  • Expertise sur au moins un langage de développement libre (PHP, Python, Perl, etc.)
  • Familiarité avec l'environnement GIT.
  • Maîtrise du langage SQL.
  • Anglais lu et écrit.

Compétences appréciées

  • Pratique régulière de l’environnement Linux.
  • Connaissances des webservices et des protocoles structurés d’échanges de données.
  • Connaissance d'AJAX.

Candidature

Envoyer lettre de motivation et CV à l’adresse contact@openedition.org

Publication par Le Monde d'une contribution au débat sur l'accès ouvert

oa-badge1Le Monde vient de publier une tribune signée par soixante membres de la communauté de l’enseignement supérieur et de la recherche, présidents d’universités, directeurs de maisons des sciences de l’homme, éditeurs, revues, représentants de bibliothèques universitaires, enseignants-chercheurs. L’appel est ouvert à tous, ingénieurs, chercheurs, étudiants, documentalistes, bibliothécaires, journalistes, etc.

La tribune est accessible en ligne : “Qui a peur de l’open access ? Arguments pour l’accès ouverts aux résultats de la recherche scientifique”. Elle fait notamment suite à l'article du Monde "A qui appartient le savoir ?" et à sa version longue.

Un site recense les signatures et propose des informations sur le sujet, notamment une liste de questions fréquentes, une liste d'initiatives de référence et un glossaire de l'accès ouvert : http://iloveopenaccess.org/

The Public Domain Manifesto

OpenEdition Books est désormais en ligne et nous voudrions en profiter pour introduire une des nouvelles fonctionnalités que nous proposons : l'intégration ("encapsulage") de chapitres sur des sites distants. En voici un exemple.

Vous trouverez ci-dessous le "Public domain manifesto"  publié par Open Book Publishers sur OpenEdition Books par Melanie Dulong de Rosnay et Juan Carlos De Martin dans le livre :

DULONG DE ROSNAY, Melanie ; MARTIN, Juan Carlos De. The Digital Public Domain.New edition [online]. Cambridge: Open Book Publishers, 2012 (connexion on 20 février 2013). Available on the Internet : <http://books.openedition.org/obp/513>.

Qu'en pensez-vous? Vous pouvez commenter ce billet.

Une liste de discussion francophone sur l'accès ouvert

En écho à l'énergie collective catalysée lors des journées sur l'accès ouvert aux résultats de la recherche scientifique organisée par Couperin (le 25 janvier 2013), nous avons créé une liste dédiée à ce sujet. Celle-ci est hébergée par un acteur neutre, le GIP Renater, et permettra de partager veille, avis, questions et encouragements sur la question de l'accès ouvert, qu'il soit "green", "gold" ou autre. Vous pouvez vous abonner à cette liste, quel que soit votre grade, votre matricule, votre employeur ou votre statut. Elle est libre d'accès.

Ca se passe par ici : https://groupes.renater.fr/sympa/subscribe/accesouvert

OpenEdition recrute son/sa gestionnaire (Marseille)

OpenEdition recrute son/sa gestionnaire à Marseille.

Gestionnaire financier et comptable 

Mission

  • Le gestionnaire financier et comptable réalise des actes de gestion administrative dans le respect des techniques, des règles et des procédures applicables au domaine de la gestion financière et/ou comptable. Ces actes concernent les trois tutelles suivantes : CNRS, AMU et EHESS. 

Activités principales

  • Procéder aux opérations d’engagement, liquidation, mandatement,
  • Suivre les crédits par type de dépenses ou d’opérations, ou par structure et par tutelles,
  • Réaliser les opérations de règlement des indemnités de types missions en France et à l’étranger,
  • Réserver les transports pour l’équipe auprès des marchés de chaque tutelle,
  • Organiser les missions des agents du Cléo,
  • Enregistrer les données budgétaires,
  • Classer et archiver les pièces et justificatifs d’opérations financières et comptables,
  • Collecter et contrôler les pièces justificatives nécessaires aux opérations de gestion,
  • Gérer les envois par courrier postal du Cléo, les réceptionner et les envoyer,
  • S'assurer du bon entretien des locaux par les prestataires,
  • S’assurer du bon fonctionnement des cartes de l’Université,
  • Procéder à la facturation des engagements,
  • Réserver les salles pour les formations, séminaires et réunions, à Marseille ou Paris,
  • Gérer les alias de courriers électroniques,
  • Faire des demandes de facturation,
  • Participer au recyclage des cartouches imprimantes et papier,
  • Mettre en place des PUMA.

Activités associées

  • S’informer et suivre l’évolution de la réglementation dans son domaine d’activité,
  • Consigner les procédures applicables dans son domaine,
  • Manipuler NOUBA, pour rechercher des codes nomenclatures, codes familles, fournisseurs, …

Compétences principales

Savoirs généraux, théoriques ou disciplinaires

  • Connaissance générale des règles et des techniques de la comptabilité,
  • Notions de base de la comptabilité publique,
  • Compétences en informatique (bureautique).

Savoir-faire opérationnels

  • Appliquer les procédures spécifiques à l’un ou les domaines suivants : budget, recettes, dépenses, salaires, contrats, marchés publics, inventaires…
  • Structurer et contrôler la légalité puis la régularité des opérations,
  • Utiliser les fonctionnalités d’un tableur,
  • Utiliser les outils informatiques appliqués à la gestion financière et comptable,
  • Respecter la confidentialité,
  • Rendre compte de son activité,
  • Mettre en œuvre des procédures pour collecter, traiter, vérifier, enregistrer, transmettre des informations spécifiques au domaine de la gestion financière et comptable,
  • Alerter en cas de dysfonctionnements liés aux traitements des opérations de gestion,
  • Communiquer avec les usagers, les responsables de budgets, avec les autres services des établissements et avec des structures externes.

Compétences linguistiques

  • Compréhension et expression écrite et orale en anglais (ou une autre langue étrangère) de niveau 1 ou niveau 2

Compétences associées

Savoir-faire opérationnels

  • Contrôler la qualité et la cohérence des données saisies,
  • Assurer une veille permanente sur les données propres au domaine de gestion,
  • Proposer des améliorations pour faciliter le fonctionnement du service,
  • Travailler en équipe.

Lieu d'exercice

  • L’activité s’exerce au sein du Cléo, centre pour l’édition électronique sur son site à Marseille (Saint-Charles).

Diplôme exigé

  • Baccalauréat

Formations et expérience professionnelle souhaitables

  • Techniques comptables et gestion,
  • Expérience dans une fonction comptable ou financière et au sein des EPST.

Contrat

  • CDD d'un an renouvelable,
  • Employeur : Université d'Aix-Marseille ou CNRS,
  • Rémunération correspondant aux grilles salariales des catégories B de la fonction publique,
  • Début du contrat : mars 2013,
  • Temps plein.

Candidature

  • Adresser à contact@openedition.org un CV et une lettre de motivation.

 

Déclaration de Bruxelles sur le libre accès : la Belgique s'engage

Nous reproduisons ici l'annonce faite sur le site de l'université de Liège.

A l'occasion de l'Open Access Week 2012, une journée de conférence « Open Access to Excellence in Research » était organisée le lundi 22 octobre au Palais des Académies de Bruxelles. Après une présentation de la politique Open Access à l'échelle européenne ainsi qu'une discussion avec un panel d'experts sur les aspects de la politique OA à mener en Belgique la journée a été marquée par la signature de la :

Brussels Declaration on Open Access to Belgian publicly funded research

Cette déclaration, signée par les représentants des Ministres Paul Magnette (Politique scientifique fédérale), Jean-Marc Nollet (FWB) et Ingrid Lieten (EWI), définit une politique belge en matière d'accès ouvert à l'information scientifique. Elle affirme le soutien du gouvernement belge au mouvement de l'Open Access et en fait le moyen de diffusion par défaut des résultats de recherches scientifiques belges.

Les signataires s'engagent à favoriser l'accès libre aux résultats de recherches financées par des fonds publics par diverses actions :

  • Informer activement les chercheurs sur l'OA
  • Recommander aux chercheurs de rendre leurs publications issues de ces recherches disponibles en OA, de préférence immédiatement ou au plus tard 6 à 12 mois après la publication (selon la discipline scientifique)
  • Etudier la possibilité, pour les pouvoirs publics, de couvrir les coûts de la publication en OA
  • Appuyer la création et le maintien de dépôts OA et d'autres infrastructures numériques innovantes dans le but de faciliter la communication scientifique
  • Etudier les nouvelles opportunités offertes par l'OA au sens large, en collaboration avec les acteurs concernés, en considérant l'accès libre aux publications scientifiques comme précurseur de nouvelles initiatives dans les domaines de l'Open Data ou l'Open Science.

Les Recteurs des Universités francophones belges (CRef) ont, de plus, dans le cadre de la discussion menée par un panel d'experts sur le thème « What should be done on policy level to give Open Access in Belgium a boost? », exprimé clairement leur volonté :

  • de renforcer les dépôts institutionnels (DI), notamment en résolvant la problématique de la cession des droits d'auteurs, mais surtout en allant vers un mandat belge OA commun ;
  • de créer un portail commun harvestant les DI des Universités en Communauté française, offrant ainsi une fenêtre globale de visibilité de l'excellence de la recherche belge francophone.

Source : http://orbi.ulg.ac.be/homenews?id=53

Les chiffres du libre accès sur OpenEdition

Dans le cadre de la semaine internationale de l’Open Access, OpenEdition publie une série de billets sur les différents aspects de l’articulation entre édition scientifique et libre accès. Ce troisième billet est consacré à l’évolution de nombre de textes en libre accès sur l'ensemble de nos plateformes.

En 2010, nous avons publié 6 613 articles en libre accès, puis 8 279 en 2011. Au cours des 12 derniers mois, les revues membres de la plateforme Revues.org ont publié 9 313 articles en libre accès. Ces chiffres ne mentionnent que les articles, pas les autres types de documents publiés en libre accès, comme les comptes rendus de lecture, par exemple. Chaque année, la proportion d'articles en libre accès sur Revues.org augmente. Les mécanismes que nous déployons en faveur du libre accès portent leurs fruits.

Mais l'originalité d'OpenEdition est de ne pas se focaliser sur l'objet traditionnel qu'est la revue. Nous proposons aussi deux plateformes originales, qui contribuent, à leur niveau, à la circulation du savoir.

Calenda, le calendrier des Lettres et des Sciences humaines et sociales, publie plus de 20 000 programmes d'événements en libre accès. Ces événements sont soumis par leurs organisateurs, sélectionnés, édités et catégorisés par notre équipe de validation, sous la gouverne de notre Conseil scientifique.

Hypothèses, sans doute la plus grande plateforme de carnets de recherches en SHS au monde, a publié  14 596 billets depuis janvier 2012, soit en moins de 10 mois. Cette croissance phénoménale dote Hypothèse de 49 964 billets au total.

Rendez-vous dans quelques mois, pour assister à la naissance d'OpenEdition Books!

Position du Conseil scientifique d’OpenEdition sur le libre accès

Dans le cadre des Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche, le conseil scientifique d’OpenEdition (Centre pour l’édition électronique ouverte) souhaite attirer l’attention du gouvernement français sur la situation du libre accès (Open Access) à la littérature scientifique.

Le libre accès est au bénéfice de tous

Nous affirmons que le libre accès aux résultats de la recherche scientifique est une avancée pour la société dans son ensemble. Il s’agit d’un paradigme efficace et juste, car il facilite l’accès par les chercheurs du monde entier, mais également par l’ensemble des citoyens, aux résultats de la recherche. Les bénéfices directs sont évidents pour le progrès de la science, de la connaissance et de la société. Dans le secteur des Sciences humaines et sociales, qui permet de comprendre les sociétés complexes dans lesquelles nous vivons, le libre accès aux résultats de la recherche est également essentiel, tant à la marche de nos sociétés qu’à l’enrichissement culturel de chacun. Par ailleurs, le libre accès favorise le rayonnement de la recherche bien au-delà des frontières nationales et disciplinaires. Enfin, l’essentiel des recherches étant financées sur fonds publics, il est nécessaire de restituer au public les fruits de cet investissement collectif aussi vite et aussi efficacement que possible.

Progrès du libre accès

L’Union européenne a bien compris ces enjeux et s’est engagée dans la promotion du libre accès, considéré comme un atout pour l’innovation à l’échelle du continent et, donc, comme un levier améliorant l’efficacité de ses investissements dans le secteur de la recherche. Elle défend deux voies. La première est la voie appelée verte (« green road »), incarnée notamment par HAL en France, qui est celle des archives ouvertes, dans lesquelles les chercheurs déposent leurs travaux en texte intégral et les rendent accessibles à tous. Cette solution a permis l’élévation vers le libre accès de centaines de milliers d’articles dans toutes les disciplines. Nous soutenons cette démarche. Cependant, elle ne doit pas être la seule stratégie à développer.

Ce qu’on appelle la voie dorée (« gold road ») est fortement soutenue par le Royaume Uni, suite au rapport Finch. Le Gold Open Access désignait traditionnellement des publications éditées (revues, livres) en libre accès. Progressivement, cette définition a été détournée pour se résumer à un seul modèle économique, celui de l’“auteur-payeur”. Ce modèle se développe rapidement et impose le paiement, par les auteurs, leur centre de recherche ou leur organisme de financement, de sommes variables pour couvrir les frais d’édition (entre 1000$ et 5000$ par article). Ce mécanisme, généralisé dans certaines disciplines, ne nous paraît pas le plus favorable au progrès de la science :

  • il relie la capacité à publier à la capacité financière du chercheur, de son laboratoire ou de son établissement ;
  • il comporte, dans son principe, une incitation pour les éditeurs à augmenter le nombre de publications, alors que leur mission et leur modèle économique reposaient traditionnellement sur une sélection des meilleurs articles ou livres ;
  • l’écosystème éditorial en vient à dépendre d’une relation trop exclusive entre l’auteur, ou plutôt l’institution qui le finance, et les éditeurs. Se retrouvent dès lors marginalisés les représentants de lecteurs, notamment les bibliothèques, qui, dans le modèle traditionnel, réalisent des choix dans l’offre éditoriale.

Nous manifestons notre préférence pour une troisième voie pour le libre accès. La voie appelée platinum est celle d’une édition en libre accès qui permet aux auteurs de publier et aux lecteurs de lire sans obstacle financier. Pour financer un tel modèle, diverses modalités existent, recensées par l’Open Access Directory. Nous privilégions un modèle hybride, le modèle  Freemium, dans lequel le texte est en libre accès, mais un ensemble de services à forte valeur ajoutée sont par ailleurs commercialisés. C’est dans cette optique qu’OpenEdition a lancé en 2011 OpenEdition  Freemium pour les revues, et lancera fin 2012 un programme Freemium pour les livres (OpenEdition Books). L’accueil de cette proposition par le public, les éditeurs et les bibliothèques, mais également l’émergence d’initiatives s’appuyant sur le même principe, avec des modalités différentes, sont des signes de diffusion de cette idée. Le modèle  Freemium est au cœur du projet d’équipement d’excellence porté par OpenEdition et sélectionné par le gouvernement français pour les huit prochaines années.

 

Les membres du Conseil scientifique d’OpenEdition

Claire Lemercier, Philippe Cibois, Sylvain Piron, Patrice Bellot, Florence Bouillon, Chérifa Boukacem, Marin Dacos, Björn-Olav Dozo, Éric Duchemin, Melanie Dulong de Rosnay, Hubert Guillaud, Pierre-Cyrille Hautcoeur, Jean Kempf, Octavio Kulesz, Joëlle Le Marec, Antónia Lima, Pierre Mercklé, Pierre Mounier, Natalie Petiteau, Jean-Christophe Peyssard, Laurent Romary, Sophie Roux, Hervé Théry, Milad Doueihi, Claudine Moulin.

Pour en savoir plus

  • Position de la Commission européenne de juillet 2012 : “Pour un meilleur accès aux informations scientifiques : dynamiser les avantages des investissements publics dans le domaine de la recherche”

http://ec.europa.eu/research/science-society/document_library/pdf_06/era-communication-towards-better-access-to-scientific-information_fr.pdf

  • Rapport Finch : “Accessibility, sustainability, excellence: how to expand access to research publications”

http://www.researchinfonet.org/publish/finch

  • Budapest Open Access Initiative 10 years

http://www.soros.org/openaccess/boai-10-translations/french

  • Liste des différents modèles économiques pour le Libre Accès recensés par l’Open Access Directory

http://oad.simmons.edu/oadwiki/OA_journal_business_models
http://oad.simmons.edu/oadwiki/OA_book_business_models

  • OpenEdition et OpenEdition Freemium

http://www.openedition.org/6438
http://www.openedition.org/8699

Version anglaise

http://oep.hypotheses.org/1039

Le comité d’éthique du CNRS se prononce pour le libre accès et dresse un portrait édifiant du secteur de l’édition scientifique

Ce billet a initialement été publié sur Blogo-numericus.
***

Le CNRS dis­pose d’un Comité d’éthique (COMETS) qui émet des avis sur des ques­tions aussi impor­tantes et com­plexes que :

  • Les aspects éthiques de la contro­verse sur le chan­ge­ment cli­ma­tique : avis (30 juin 2011 — pdf), résumé (pdf)
  • Aspects éthiques du finan­ce­ment public de la recherche sur pro­jet : avis (28 juin 2010 — pdf 235 ko), auto­sai­sine (sep­tembre 2008 — pdf 19 ko)
  • Éthique de la recherche dans l’expérimentation sociale : avis (19 jan­vier 2010 — pdf 158 ko)

En juin 2011, le COMETS a publié un avis sur les rela­tions entre cher­cheurs et mai­sons d’édition scien­ti­fique (30 juin 2011 — pdf, résumé — pdf). Cet avis «  se pro­pose d’analyser quelques-​uns des pro­blèmes actuel­le­ment ren­con­trés par les cher­cheurs dans leurs rela­tions avec les mai­sons d’édition scien­ti­fiques, d’en étudier les consé­quences et d’envisager des mesures qui pour­raient être prises pour y remé­dier.  »

Ce rap­port rap­pelle les fonc­tions majeures de l’édition dans le pro­ces­sus scien­ti­fique : enre­gis­tre­ment, vali­da­tion par les pairs, valo­ri­sa­tion, dif­fu­sion et archi­vage. Ces éléments consti­tuent le point aval de l’ensemble du pro­ces­sus de recherche et sont le cœur de pro­blèmes d’ordre juri­diques, éthiques et heuristiques.

Le pro­blème de la ces­sion des droits par les auteurs

L’avis men­tionne le pro­blème des ces­sions exclu­sives de droits aux éditeurs : « l’auteur est a priori pas­sible de pour­suites s’il met l’article, dont il est l’auteur, sur son site Web ou sur celui de son labo­ra­toire, une pra­tique pour­tant cou­rante, qu’il semble sou­hai­table de soutenir. »

L’avis ajoute que «  la pra­tique actuelle du droit d’auteur (…) n’encourage pas de façon évidente la créa­ti­vité. » Il va plus loin, en men­tion­nant le pro­blème de la « posi­tion domi­nante » de cer­tains éditeurs grâce à cer­tains titres consi­dé­rés comme majeurs. Regret­tant l’absence d’aide «  aux cher­cheurs dans la négo­cia­tion de leurs contrats avec les mai­sons d’édition  », le COMETS insiste sur­tout sur la néces­sité d’une plus grande cir­cu­la­tion des idées et des résul­tats de la recherche.

La ces­sion d’une idée est un jeu à somme positive

Insis­tant sur le carac­tère cumu­la­tif et col­lec­tif du savoir («  Chaque géné­ra­tion de cher­cheurs s’appuie sur le savoir des géné­ra­tions pré­cé­dentes et sur les recherches effec­tuées dans tous les pays  »), le COMETS met en évidence les carac­tères spé­ci­fiques des pro­duc­tions intel­lec­tuelles des scien­ti­fiques, quelle que soit leur discipline :

« quand on donne une pomme on la perd, mais quand on donne une idée, on la garde, tout en en fai­sant béné­fi­cier d’autres le plus lar­ge­ment pos­sible. Ainsi la ces­sion d’une pomme est-​elle un “jeu à somme nulle” (selon la ter­mi­no­lo­gie de Fer­nand Brau­del) tan­dis que la ces­sion d’une idée est un “jeu à somme positive” ».

C’est là qu’intervient la notion de biens non rivaux. Cette notion n’est pas uti­li­sée expli­ci­te­ment par l’avis, mais elle sous-​tend l’ensemble de l’argumentation du Comité : les carac­té­ris­tiques des idées et des docu­ments numé­riques sont très proches. En effet, trans­mettre à quelqu’un une idée, ou un docu­ment numé­rique, n’en dépos­sède pas son pro­prié­taire, alors que c’était le cas pour les biens ana­lo­giques (le livre papier étant l’idéal-type des biens ana­lo­giques dans le sec­teur des idées).

Un sec­teur à la ren­ta­bi­lité com­mer­ciale excessive

Para­doxa­le­ment, l’entrée dans le monde numé­rique a favo­risé l’apparition d’un oli­go­pole pla­çant les biblio­thèques devant une situa­tion bloquée :

C’est dans ce contexte que cer­taines mai­sons d’édition scien­ti­fique com­mer­ciales ont pro­gres­si­ve­ment pris le contrôle des échanges aca­dé­miques. Cette évolu­tion s’est accé­lé­rée lors de la der­nière décen­nie depuis que des inves­tis­seurs finan­ciers se sont aper­çus du carac­tère “inélas­tique” du mar­ché de l’édition scien­ti­fique (les clients conti­nuent à ache­ter même si les prix aug­mentent) de par le carac­tère non sub­sti­tuable des pro­duits échan­gés. Cette concen­tra­tion a été faci­li­tée par la tran­si­tion aux moyens élec­tro­niques de dif­fu­sion, qui ont d’abord bou­le­versé l’industrie de l’impression, néces­si­tant une recon­ver­sion du per­son­nel et des inves­tis­se­ments impor­tants. Pour ceux qui ont pu fran­chir ce pas et qui par­viennent à sus­ci­ter et à tirer parti des pro­grès tech­no­lo­giques, si le coût mar­gi­nal de la mise en ligne est négli­geable, il reste les coûts d’exploitation de la plate-​forme infor­ma­tique ainsi que sa mise à jour per­ma­nente et aussi de pro­mo­tion, coûts dont la per­ti­nence est sou­vent dis­cu­tée. Cer­taines mai­sons d’édition com­mer­ciales par­viennent tout de même à des taux de ren­ta­bi­lité supé­rieurs à 35 %, une situa­tion excep­tion­nelle pour un sec­teur écono­mique où est censé régner la concur­rence et qui conduit à s’interroger sur les prix pratiqués.

Le Comité d’éthique ne se pro­non­çant pas sur des cas par­ti­cu­liers, il ne cite pas Else­vier, mais c’est bien de lui et de ses équi­va­lents qu’il s’agit. Allons au terme du rai­son­ne­ment. Avec un chiffre d’affaires tour­nant autour 5 mil­liards d’euros1, Else­vier est un géant de l’édition. Son chiffre d’affaire est signi­fi­ca­ti­ve­ment plus élevé que celui d’Hachette Livres. Or, Else­vier fait état de béné­fices tour­nant autour de 25 à 30% (après salaires, dont on sait qu’ils ne sont pas ridi­cules). Ces taux sont proches de ceux de Micro­soft, qui est dans une situa­tion de quasi-​monopole sur son marché.

Des marges de manœuvre considérables

Ainsi, la recherche mon­diale pour­rait écono­mi­ser plus d’1,6 mil­liard d’euros par an avec le seul Else­vier. Dans la mesure où d’autres éditeurs pri­vés sont dans des situa­tions proches du point de vue de leur marge béné­fi­ciaire, on constate qu’il serait pos­sible de déga­ger plu­sieurs mil­liards de dol­lars d’économies pour les puis­sances publiques occidentales.

Le Comité insiste sur le fait qu’il ne s’agit pas, pour autant, de contes­ter la légi­ti­mité du tra­vail d’édition et sa néces­saire rému­né­ra­tion : « La rétri­bu­tion des ser­vices ainsi ren­dus n’est pas contes­tée par les uti­li­sa­teurs, qu’ils soient cher­cheurs ou biblio­thé­caires  ». En effet, le métier d’éditeur n’a sans doute jamais été aussi indis­pen­sable pour struc­tu­rer la pro­duc­tion de savoir, qui n’a jamais été aussi mas­sive et complexe.

Le Comité met l’accent sur la dimen­sion inélas­tique du mar­ché de l’édition scien­ti­fique, et sur l’incapacité du sec­teur public à faire face à des pra­tiques contraires aux inté­rêts col­lec­tifs de la part des éditeurs domi­nant le marché :

Pour appuyer ces remarques nous cite­rons les conseils don­nés, il y a quelques années, par la firme Mor­gan Stan­ley à ses inves­tis­seurs : “The scien­ti­fic jour­nal busi­ness is cha­rac­te­ri­sed by rela­ti­vely inelas­tic demand, with indi­vi­dual jour­nals gene­rally having a strong fol­lo­wing within their par­ti­cu­lar niche […] The niche nature of the mar­ket and the rapid growth in the bud­gets of aca­de­mic libra­ries have com­bi­ned to make scien­ti­fic publi­shing the fas­test gro­wing sub-​sector of the media indus­try over the last 15 years” (Paul Goo­den, Mat­thew Owen, Sarah Simon and Louise Sin­gle­hurst, Scien­ti­fic Publi­shing: Know­ledge is Power, Mor­gan Stan­ley, Equity Research Europe, 30 Sep­tem­ber 2002). La situa­tion n’a pas vrai­ment changé mais pour­rait chan­ger brus­que­ment dans un ave­nir proche comme on peut le lire dans l’article “Aca­de­mic Publi­shing: Of Goats and Hea­daches” (The Eco­no­mist, 26 mai 2011), dont le sous-​titre est “One of the best media busi­ness is also one of the most resen­ted”.

Pour une redis­tri­bu­tion des cartes dans le sec­teur de l’édition scientifique

Fort de ce constat, le Comité appelle à une redis­tri­bu­tion des cartes dans ce secteur :

« Les dif­fi­cul­tés ren­con­trées par de nom­breuses ins­ti­tu­tions scien­ti­fiques lors de la négo­cia­tion des abon­ne­ments numé­riques illus­trent bien le fait qu’il devient urgent de mettre au point de nou­velles pra­tiques en matière de dif­fu­sion des résul­tats scien­ti­fiques. »

Pour cela, le Comité d’éthique émet cinq recom­man­da­tions qui sont citées inté­gra­le­ment en annexe de ce billet. Nous retien­drons ici les deux dernières :

  • recom­man­da­tion n°4 : néces­sité d’une inter­ven­tion publique pour per­mettre «  l’émergence de modèles écono­miques per­met­tant à des enti­tés, dont les pra­tiques seraient en accord avec la mis­sion de leurs cher­cheurs, d’exister face à d’autres opé­ra­teurs beau­coup plus puis­sants finan­ciè­re­ment  »
  • recom­man­da­tion n°5 : consi­dé­rer le savoir scien­ti­fique comme «  un patri­moine com­mun (com­mons) de l’humanité  », ce qui doit pous­ser au libre accès, dans les délais les plus courts possibles.

C’est le moment. Au travail !

Marin Dacos

Les recom­man­da­tions du Comité d’éthique du CNRS

1. Le CNRS devrait éclai­rer les cher­cheurs de ses labo­ra­toires sur la situa­tion juri­dique dans laquelle ils se trouvent lorsqu’ils publient un article dans une revue. Si le CNRS n’est aucu­ne­ment impli­qué dans la ces­sion du droit d’auteur à une mai­son d’édition, puisque qu’il ne par­tage pas le droit d’auteur des cher­cheurs, il doit les aider à pré­ser­ver leurs droits et à ne pas s’exposer à des risques juri­diques. Dans le cadre de l’élaboration de cet avis, une demande de note de cadrage a été faite à ce pro­pos au ser­vice juri­dique du CNRS.

2. Le CNRS devrait recom­man­der de faire ajou­ter dans le contrat de ces­sion des droits une clause sur la libre dis­po­si­tion des articles à des fins non com­mer­ciales sur le site des cher­cheurs sur la toile et sur les sites d’archives publiques. Pour­rait être explo­rée la pos­si­bi­lité de créer un grou­pe­ment euro­péen d’intérêt écono­mique (GEIE), entité morale recon­nue en droit euro­péen (cf. règle­ment CEE 2137/​85 du Conseil du 25 juillet 1985), dont les cher­cheurs et leurs ins­ti­tu­tions, CNRS entre autres, seraient membres et qui pour­rait être man­da­taire d’un droit de dif­fu­sion sans faire payer de droit d’accès, et à terme pou­voir repré­sen­ter les cher­cheurs pour défendre leurs droits.

3. Lors de négo­cia­tions avec les mai­sons d’édition pour l’achat de l’accès aux revues, aussi bien sous forme papier que sous forme élec­tro­nique, il est impé­ra­tif que les biblio­thé­caires, sou­vent regrou­pés dans des réseaux cen­tra­li­sant les achats, béné­fi­cient des conseils de juristes connais­sant bien la pra­tique en matière de droit com­mer­cial et de droit d’auteur, aussi bien fran­çais qu’étranger. Le CNRS doit y pour­voir en ce qui concerne ses labo­ra­toires et ses réseaux. Par ailleurs il est sou­hai­table que des repré­sen­tants des cher­cheurs soient asso­ciés à la pré­pa­ra­tion de ces négociations.

4. Les dys­fonc­tion­ne­ments mis en évidence dans cet avis pro­viennent du fait que le mar­ché de l’édition scien­ti­fique est passé depuis quelques années dans de nom­breuses dis­ci­plines sous le contrôle, soit de socié­tés com­mer­ciales, soit de socié­tés savantes qui sou­vent uti­lisent les revues qu’elles publient pour finan­cer d’autres acti­vi­tés moins lucra­tives. Il serait sou­hai­table que des orga­nismes publics, tel le CNRS, inter­viennent pour per­mettre l’émergence de modèles écono­miques per­met­tant à des enti­tés, dont les pra­tiques seraient en accord avec la mis­sion de leurs cher­cheurs, d’exister face à d’autres opé­ra­teurs beau­coup plus puis­sants finan­ciè­re­ment. Il y va du bon fonc­tion­ne­ment de leurs ins­tal­la­tions scien­ti­fiques, dont les centres de docu­men­ta­tion et de sto­ckage de données.

5. Le savoir scien­ti­fique se consti­tue grâce aux finan­ce­ments publics et se dif­fuse par les publi­ca­tions qui en résultent. Il devrait dès lors être consi­déré comme un patri­moine com­mun (com­mons) de l’humanité. À ce titre, il devrait res­ter libre­ment acces­sible à cha­cun, au bout d’un temps aussi court que pos­sible, ceci pour le béné­fice de l’avancement des connais­sances et la for­ma­tion de nou­velles géné­ra­tions de scien­ti­fiques. Là encore les efforts faits au niveau de cer­taines com­mu­nau­tés scien­ti­fiques pour garan­tir l’accès sans res­tric­tion aux archives scien­ti­fiques doivent être relayés par les ins­ti­tu­tions publiques, dont le CNRS.

Call for papers : Websites as sources

Un événement soutenu par le Centre pour l'édition électronique ouverte (Cléo)

Digital Humanities Luxembourg (DHLU) 2012 presents two interlinked events taking place in Luxembourg from 20 to 23 March

 I. DHLU Symposium 2012 ‘Websites as sources’

II. THATCamp Luxembourg/Greater Region

 The First Meeting of the International Federation for Public History (IFPH) will take place alongside these two events

CALL FOR PAPERS

DHLU Symposium 2012

WEBSITES AS SOURCES:

How should humanities and social sciences approach, use and diffuse publicly available online sources?

 

The Jean Monnet Chair in History of European Integration and its Research Programme ‘Digital Humanities Luxembourg’ — DIHULUX (research unit Identités-Politiques-Sociétés-Espaces [IPSE]), together with the Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe (CVCE), are pleased to launch the call for papers for the DHLU Symposium 2012.

This Symposium follows the DHLU Symposium 2009, also organised in Luxembourg by these two institutions on the topic of ‘Contemporary history in the digital age’. This second edition aims to examine the use of websites as sources for research in the humanities and social sciences, especially encouraging an analysis of this heuristic question in the field of on European integration studies (EIS). The Symposium will address both methodological aspects and the theoretical and institutional implications of the public dissemination of research results, focusing on digitised and online published sources as well as on websites themselves, which will be analysed as born digital sources. The potential of this innovative research approach will also be explored and emphasised.

The Symposium will be structured around the following research clusters, but may also include other related approaches:

1.     Holding the mirror

This first cluster addresses the challenges and potentialities of online archives offering primary sources for research purposes. It will look into the modes of presentation and theoretical-methodological debates concerning uses, approaches and interconnections of such sources.

2.     The critical added value

This cluster focuses on online secondary sources and enhanced publications, with a special emphasis in digital research corpora. It aims at examining ongoing developments in the intertwining modes between available primary sources and resulting secondary sources centred on the priority of critically commenting and enriching contents as a scientific asset.

3.      (Self-)reflections and the creative observer

This cluster will take a step beyond textual sources to examine the unique features of audiovisual sources and hence of new forms of creation and re-creation of historical memories. A special section within this cluster will be dedicated to innovative digital oral history sources and projects.

4.     Institutional and dissemination aspects: digital public history

This cluster will focus on forms of institutionalisation of digital research practices, results and dissemination strategies by means of collaborative projects in the humanities and social sciences targeted towards a wide variety of audiences.

5.     Web history and digital history methods for the use of websites as sources

Web history constitutes a new scientific field centred on the historical study of websites for research purposes, thus paving the way for increasingly interdisciplinary trends in the humanities and social sciences. This session will offer Web historians the opportunity to share their experiences concerning their ongoing results and chosen methods.

We welcome papers focusing on digital humanities and social sciences from researchers and scholars at all stages of their careers. Papers examining cases related to European integration studies (EIS) are especially encouraged. Abstracts (max. 500 words), submitted together with a short CV (max. 250 words) and a list of publications, can be written in English or French and should be sent to the following contact email address, which can also be used for any enquiries: dhlu@cvce.eu

The authors of the selected proposals will be invited to present their contributions at the DHLU Symposium 2012, to be held in Luxembourg, and their papers will be published in the Symposium proceedings (only English versions of the revised full papers will be accepted for publication). Participation costs will be covered up to a set limit. For further information, please refer to the DHLU Symposium 2012 website: http://www.digitalhumanities.lu

—    Deadline for proposals: 30th November 2011

—    Deadline for the submission of revised full papers: 30th September 2012

Scheduled keynote speakers are Michael H. Frisch (University at Buffalo, State University of New York) and Peter Haber (hist.net / University of Basel).

The Symposium will be followed by THATCamp Luxembourg/Greater Region, closely linked to the main themes of the Symposium and offering technology and humanities specialists the opportunity to meet and discuss during brainstorming sessions based on the Symposium’s liveliest debates. More information is available at http://www.digitalhumanities.lu/thatcamp

Open Access Week

Apresentação do projeto LusOpenEdition dia 27 de outubro na Fundação Calouste Gulbenkian

Open Access Week

Open Access Week

A apresentação do projeto LusOpenEdition vai decorrer no dia 27 de outubro de 2011, às 14.30 h, na Sala 2 da Fundação Calouste Gulbenkian. O projeto LusOpenEdition desenvolve-se no âmbito do portal OpenEdition, disponibilizando à comunidade científica três plataformas de publicação e de informação em ciências sociais e humanas, de âmbito internacional:

  • Revues.org – Revistas e Livros
  • Calenda – Agenda das ciências sociais e humanas
  • Hypotheses.org – Blogs científicos

O LusOpenEdition constitui um espaço dedicado à valorização da investigação, publicando documentos científicos em acesso livre. O objetivo é implementar, nos próximos três anos, uma plataforma lusófona de edição eletrónica nas áreas das Letras e Ciências Humanas e Sociais, a fim de valorizar e difundir os resultados da investigação científica em língua portuguesa (ver folheto informativo).

 

 

 

Programa do evento:
14h30: Abertura da sessão de apresentação do projeto LusOpenEdition – Jorge Lucas (Serviço de Educação e Bolsas – Fundação Calouste Gulbenkian, Portugal)
14h40: Apresentação do projeto LusOpenEdition e inauguração do website lusopenedition.org – Marin Dacos (Diretor do Cléo, França)
15h20: Apresentação do papel do CRIA no projeto LusOpenEdition – Antónia Lima (Presidente do CRIA, Portugal)
15h30: O acesso livre ao conhecimento (Open Access) ao serviço das ciências sociais e humanidades - Eloy Rodrigues (Diretor dos Serviços de Documentação da Universidade do Minho, Portugal)
16h00: Ciência Aberta: prática ou movimento social? - Gustavo Cardoso (Investigador no CIES, ISCTE-IUL, Portugal)
16h30: Encerramento

O LusOpenEdition é desenvolvido e financiado pelo Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo – UMS 3287), pelo Centro em Rede de Investigação em Antropologia – CRIA, e pela Fundação Calouste Gulbenkian.

Source : http://www.acessolivre.pt/semana/

Formation à Lodel à Montréal les 5 et 6 mai

Stéphane Pouyllau, Le peuple des machines, licence cc by-nc-sa

Inès Secondat de Montesquieu, responsable du pôle Édition au Cléo, sera présente au Québec du 2 au 13 mai (du 2 au 8 mai à Montréal, du 9 au 13 mai à Sherbrooke). Lors de son voyage, elle organisera une formation au logiciel Lodel et des rencontres avec des revues de la plateforme Revues.org, mais également avec toutes personnes curieuses et intéressées par les projets menés au sein du Cléo.

Les 5 et 6 mai une formation au logiciel Lodel à l'UQAM est donc proposée. La formation est ouverte à tous, équipes rédactionnelles des revues adhérentes de Revues.org souhaitant élargir les compétences liés à Lodel, mais également à toute personne curieuse de connaître cet outil de publication en ligne.

N’hésitez pas à transmettre cette information autour de vous. La formation est gratuite et dure deux jours. Pour vous inscrire, il suffit de remplir le formulaire disponible à l'adresse suivante http://cleo.cnrs.fr/824.

Inès Secondat de Montesquieu (ines.demontesquieu@revues.org) reste à votre disposition si vous souhaitez la rencontrer lors de cette période ou avoir des renseignements sur la formation.

Informations pratiques

La formation aura lieu les 5 et 6 mai de 9h à 17h.

Salle PK-M500 (porte d'entrée du Laboratoire informatique de la Faculté des sciences (LAMISS) de l'UQAM)
Université du Québec à Montréal
Pavillon Président-Kennedy,
201, avenue du Président-Kennedy
Montréal, Québec Canada H2X 3Y7