Archives de l’auteur : Pierre Mounier

Open Access Week

Open Access Week : une semaine de rencontres pour le libre accès aux résultats de la recherche

OA Week 2013 ParisDu 21 au 27 octobre prochains se déroulera l’Open Access Week, un événement mondial permettant à tous de découvrir des initiatives visant à permettre le libre accès aux résultats de la recherche.
Cette année, OpenEdition est partenaire de l’événement aux côtés de nombreux partenaires. Ce sont pas moins de trois rencontres thématiques qui sont organisées à Paris les lundi, mercredi et jeudi soirs. En outre, des ateliers pratiques sont prévus tout au long de la semaine, consacrés à des dimensions concrètes de l’open access.
Voici le programme détaillé de ces rencontres. Inscrivez-vous sur cette page et venez nombreux !

21 octobre : L’open access pour tous !

Fondation Maison des Sciences de l’Homme, auditorium, 190 avenue de France, Paris 13e, Métro Quai de la Gare
Soirée présentée par Nicolas De Lavergne, responsable de la communication et de l’innovation numérique à la FMSH.
18h-18h30: Introduction : du libre accès aux sciences participatives

18h30: Table Ronde : ouvrir la recherche aux citoyens. Trois exemples.

19h30: Open Buffet

23 octobre : L’open access pour la recherche

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, amphithéâtre, 105 boulevard Raspail, Paris 6e. Métro Notre-Dame-des-Champs

24 octobre : Open access et nouveaux médias

Université Pierre et Marie Curie, amphi 25, 4 place Jussieu, Paris 5e, Métro Jussieu

  • 18h15-18h45: Digital humanities
  • 18h45-19h15: Réseaux sociaux et Open Access
  • 19h15-20h15: Vers de nouvelles pratiques de recherche ?
  • 20h15: Open buffet

Ateliers « L’open access en pratique » – 22, 23, 24 octobre

L’URFIST de Paris, le CCSD (Centre pour la communication scientifique directe) et la BUPMC(Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie) vous proposent des ateliers pratiques d’une durée d’une heure, intitulés :

  • Les modèles économiques : green, gold, qui paie ?
  • Contribuer au libre accès : comment déposer des articles dans l’archive ouverte HAL ?

Les places sont limitées à 15 par session, inscrivez-vous vite !

Open Access Week

MAE_8

Journée “carnets de recherche en archéologie et ethnologie” à Nanterre le 4 octobre

MAE_8Le 4 octobre prochain, le programme “ArchéoNum. L’archéologie dans les humanités numériques” organisera une journée de rencontres autour des carnets de recherche en ethnologie et archéologie.

Trois moments ponctueront cette journée :

  • une table-ronde au cours de laquelle des carnetiers rendront compte de leur expérience et de leurs pratiques d’écriture
  • un atelier d’initiation permettant de prendre en main un carnet de recherche sur Hypothèses ou WordPress et d’apprendre la plupart des manipulations de base
  • un atelier de formation avancée permettant de tirer le meilleur parti de son carnet en découvrant des fonctionnalités avancées.

Cette journée, organisée en partenariat avec l’équipe d’Hypothèses se déroulera à la Maison de l’archéologie et de l’ethnologie René Ginouvès à Nanterre. Tous les renseignements utiles sont disponibles à cette adresse : http://archeonum.hypotheses.org/163

bandeauhypo-2012-1000x100_MAIN

Formation Hypothèses à Montréal (Qc)

Vous avez un carnet (blogue) de recherche, vous désirez en ouvrir un pour votre recherche, pour un programme, groupe, Institut de recherche cette formation s’adresse à vous.

A l’initiative de [VertigO] – la revue électronique en sciences de l’environnement et de l’Institut des sciences de l’environnement, Hypothèses la plateforme internationale de publication de carnets de recherche propose une formation de 3 heures le mardi 20 novembre prochain, de 13h30 à 16h30. Cette formation est offerte par Pierre Mounier, Directeur adjoint du CLÉO (Centre pour l’édition électronique ouverte).

Hypothèses, proposée par OpenEdition, offre, par le biais des carnets de recherche, une solution rapide et légère pour rendre compte régulièrement de nouvelles recherches. Elle accompagne le travail de mise en forme et de valorisation de projets éditoriaux en mettant à disposition des équipes les fonctionnalités souples d’un blog.

La formation vous permettra de créer et d’ouvrir votre carnet de recherche, de personnaliser et de configurer votre carnet et enfin de maîtriser l’ensemble des fonctionnalités d’édition et de gestion qui vous sont offertes. En complément de cette formation pratique, vous aurez droit à une introduction aux enjeux des blogs scientifiques ainsi qu’une présentation des pratiques existantes.

Objectifs de la formation

* Connaître la plateforme Hypothèses
* Ouvrir un carnet de recherche sur Hypothèses : prise en main de l’outil Wordpress
* Éditer et publier des billets, des pages et du contenu multimédia sur son carnet de recherche
* Personnalisation et configuration avancées
* Gestion éditoriale des contenus

Public

Cette formation est à destination de toutes les personnes désireuses d’ouvrir un carnet de recherche ainsi qu’à tous les utilisateurs déjà inscrits sur la plateforme. La formation est ouverte à la communauté universitaire de l’ensemble des universités et des CEGEP.

Lieu

La formation se tiendra à l’UQAM, au pavillon Président-Kennedy (PK), 201 Président-Kennedy, Métro Place des arts.
Local : PK3210

Matériel

Vous devez apporter votre ordinateur portable. Pour les membres de l’UQAM prévoir la connexion Internet Wifi.

Inscription

Auprès d’Eric Duchemin :

eric [point] duchemin [at ]editionsvertigo [point] org
companion

Reprise du séminaire Digital Humanities à l’EHESS

Le séminaire “Digital Humanities, les transformation numériques du rapport au savoir”

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/ue/324/

reprend cette année avec une première séance le :

Mercredi 10 octobre de 13h à 15h à l’EHESS, 190 avenue de France, 75013, Salle 3

Nous serons trois cette année à animer ce séminaire : Aurélien Berra, Marin Dacos et Pierre Mounier.

Aurélien Berra assurera la première séance, dans le cycle “Lectures” :

Lectures : L’établissement d’une culture commune implique des références historiques et théoriques. Sous la forme d’ateliers, nous présenterons et discuterons des ouvrages importants, produits aussi bien dans le domaine anglophone que dans les diverses autres traditions des digital humanities.

- Première séance :  Susan Schreibman, Raymond G. Siemens et John M. Unsworth (éd.), A Companion to Digital Humanities, Oxford, Blackwell, 2004 (version préliminaire en ligne : http://www.digitalhumanities.org/companion).

Le séminaire est ouvert à tous, mais il faut annoncer sa présence. Merci de le faire en écrivant à pierre.mounier@ehess.fr

Lancement du ThatCamp Paris 2012

Les 25 et 26 septembre prochains, le Centre pour l’édition électronique ouverte organise son deuxième ThatCamp à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris. Inventés par le Center for History and New Media de l’Université George Mason à Washington, les ThatCamps (The Humanities and Technology Camp) sont des rencontres informelles entre acteurs des humanités numériques qui leur permettent de partager expériences et bonnes pratiques dans ce domaine de recherche en pleine expansion. Plus de cent cinquante personnes venant de toute la France et provenant des toutes les disciplines des sciences humaines et sociales participeront à l’événement. Cette rencontre se déroule près de deux ans après la première du genre en France, au cours de laquelle avait été rédigé le Manifeste des digital humanities. Il est soutenu par plusieurs structures de recherche et d’enseignement supérieur impliquées dans le champ des humanités numériques : le CNRS, l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, l’Université d’Aix-Marseille, l’Université d’Avignon, le TGE Adonis, le Campus Condorcet, le Centre Virtuel pour le Connaissance de l’Europe, la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, la Fondation Maison des Sciences de l’Homme, le Réseau des URFIST, le Centre pour la Communication Scientifique Directe, l’Association for Literary and Linguistic Computing.

L’organisation de ce ThatCamp a été l’occasion de proposer à la communauté des opérations complémentaires :

  • Deux jours de formation assurés par le CVCE, le médialab de Sciences Po et le laboratoire ICAR permettant de s’initier aux techniques et outils de lexicométrie, de visualisation de données ou de programmation en python
  • Une conférence sur les humanités numériques donnée par Paul Bertrand, professeur d’Histoire Médiévale à l’Université de Louvain-la-Neuve
  • La réalisation en “booksprint” d’un ouvrage d’actes de ces rencontres aux Editions de la MSH
  • Trois “codesprints” complémentaires pour développer des fonctionnalités à partir d’Isidore, de Zotero et de Django
  • La publication chez OpenEdition Press d’un Read/Write Book sur les humanités numériques compilant plus de vingt contributions des spécialistes du domaine.
  • Un soutien financer a par ailleurs été accordé à trois jeunes chercheuses européennes venant d’Italie et d’Espagne pour leur permettre de participer à l’événement à Paris.

Voir le programme sur le site du ThatCamp

medialab-small350

Publication : Opinion Mining et Sentiment analysis, par D. Boullier et A. Lohard

OpenEdition Press annonce la création d’une nouvelle collection de livres en partenariat avec le médialab de Sciences Po.  Cette collection, dirigée par Bruno Bachimont et Dominique Boullier a pour ambition de publier des ouvrages méthodologiques sur les humanités numériques.

Le premier volume s’intitule Opinion Mining et Sentiment analysis. Il est écrit par Dominique Boullier et Audrey Lohard.

L’ « opinion mining » est en passe de devenir une véritable industrie, tout aussi stratégique que celle des sondages. Les promesses avancées sont impressionnantes : la puissance de calcul des outils informatiques permettrait de suivre toutes les évolutions de l’opinion sur le web en temps réel, quel qu’en soit le volume. Plus encore, les capacités de traitement linguistique permettraient de détecter les tonalités de tous les verbatims recueillis, grâce aux méthodes dites de « sentiment analysis ».

L’état de l’art des offres commerciales et technologiques présenté dans cet ouvrage rend compte de cette effervescence mais en souligne aussi la démesure, en veillant à distinguer les résultats réels des slogans promotionnels quelquefois trompeurs.

L’ouvrage écrit par des chercheurs du médialab de Sciences Po, laboratoire spécialisé dans le traitement des masses de données disponibles sur le web pour les sciences sociales, permet aussi de resituer l’intérêt de ces nouveaux moyens techniques pour la recherche, dans le cadre de ce qu’on appelle désormais les « humanités numériques ».

Enfin, soucieux de permettre à chaque lecteur de prendre en main ces outils, certes puissants mais aux limites de validité bien réelles, les auteurs décrivent pas à pas toutes les phases d’un projet mobilisant les méthodes d’opinion mining, en précisant les pièges et les impératifs d’intervention de l’expertise humaine, toujours nécessaire.

Largement illustré, cet ouvrage devrait encourager les chercheurs, les professionnels de l’opinion et du marketing tout autant que les informaticiens et spécialistes des « web studies » à échanger pour faire progresser ces outils communs.

Cet ouvrage, comme tous les volumes publiés par OpenEdition Press est accessible en libre accès sur le Web : http://press.openedition.org/198. Les formats pdf et epub sont distribués au sein de l’offre OpenEdition freemium, pour les usagers des bibliothèques abonnées, ou en vente à l’unité dans la plupart des librairies électroniques.

Il est aussi disponible sur support papier en impression à la demande : http://www.i6doc.com/fr/livre/?GCOI=28001100220730

Opinion Mining et Sentiment analysis est accompagnée d’un carnet de recherche en ligne qui permet de trouver des mises à jour, des éléments d’actualité et de discussion relatifs au domaine.

Marin Dacos, directeur du Centre pour l’édition électronique ouverte, participera à la présentation de l’ouvrage, mercredi 30 mai à 17h00 au médialab de Sciences Po, à l’occasion du troisième anniversaire du médialab.

Affiche présentation Open Edition à la MSHA

Présentation d’OpenEdition à la MSHA Bordeaux le 30 mars 2012

Affiche présentation Open Edition à la MSHA

Affiche présentation Open Edition à la MSHA

Vendredi 30 mars 2012, de 10 à 12h, une présentation d’OpenEdition (http://www.openedition.org) aura lieu à la Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, à Bordeaux. Cette présentation se déroulera dans le cadre du séminaire sur les outils des programmes de recherche en sciences humaines et sociales organisé par la MSHA et coordonné par Alain d’Iribarne. En voici la présentation détaillée :

OpenEdition.org, une plateforme complète de publication et de communication en libre accès pour les sciences humaines et sociales.

Dans le cadre de ses activités transversales, la MSHA organise un séminaire général sur les outils des programmes de recherche en SHS. À partir d’exemples concrets présentés en ouverture, l’objectif de ce séminaire est de discuter des expériences développées par les chercheurs, en mobilisant de nouveaux outils de travail ou en adaptant ces outils de recherche au nouvel environnement scientifique et technique. Cette mutualisation 
des expériences pour
ra contribuer à orien
ter les stratégies 
de recherche, dans 
le choix des outils
 communs et des équipements, qu’il s’agisse des programmes en cours ou dans la perspective de montage de nouveaux projets. Le séminaire fera naturellement toute sa place au débat de fond sur l’apport de ces outils et leurs limites.

Créé en 2009, le Centre pour l’édition électronique ouverte développe les plateformes Revues.org et Calenda qui sont désormais bien connues. Ouverte plus récemment, la plateforme Hypotheses.org donne la possibilité aux équipes de recherche de diffuser simplement et rapidement de l’information scientifique sur leurs activités sous la forme de “carnets de recherche”. Par ailleurs, le Cléo est engagé dans un programme de numérisation et de diffusion de plusieurs milliers de livres de sciences humaines et sociales en libre accès sur les huit prochaines années. L’ensemble de l’offre éditoriale proposée à partir de ces plateformes représente un environnement cohérent de publication et de communication : OpenEdition.org. Cette initiative vise à constituer une base documentaire internationale, multilingue et en libre accès pour les sciences humaines et sociales. Elle permet la construction d’un modèle économique durable pour les publications en libre accès dans ces disciplines : OpenEdition freemium.

Vendredi 30 mars, 10h-12h
MSHA Salle Jean Borde
domaine universitaire – 10 esplanade des antilles
33607 Pessac Cedex
Renseignements
05 56 84 68 21 – msha.sg@msha.fr


 

 

 

 

De l’open access au freemium. Françoise Benhamou. Vidéo uecleo 2011

En septembre dernier, le Cléo organisait sa deuxième université d’été de l’édition électronique ouverte. Cet événement a permis à plus de cent personnes, chercheurs, éditeurs, bibliothécaires et documentalistes,  de bénéficier de cours, conférences, ateliers pendant une semaine complète à Marseille. Vous pouvez visionner sur L’Edition électronique ouverte les enregistrements vidéos des cours et conférences de l’Université d’été. Après la conférence d’Hervé Bienvault sur Les tablettes de lecture électroniques, nous vous proposons cette semaine le cours du 13 septembre proposé par Françoise Benhamou sur Les modèles économiques de l’édition numérique. Cet enregistrement vidéo ainsi que tous ceux qui suivent ont été réalisés et montés par Thomas Giovannetti de l’équipe Télé Campus Provence, partenaire de cet événement.

 

URL de l’enregistrement vidéo : http://www.archive.org/details/DeLopenAccessAuFreemium

Eric Duchemin

Eric Duchemin, rédacteur en chef de la revue Vertigo sur Radio Canada

Samedi 28 janvier, l’émission La Sphère animée par Matthieu Dugal sur la Première Chaîne de Radio Canada, invite Eric Duchemin, professeur associé et chargé de cours à l’Institut des sciences de l’environnement à l’UQAM, à parler de la revue Vertigo dont il est le créateur et le rédacteur en chef. Présentée comme à l’”avant-garde la publication scientifique”, la revue Vertigo que diffuse Revues.org, publie aujourd’hui une centaine d’articles par an en provenance d’Amérique, d’Europe ou d’Afrique. Dans cette émission, Eric Duchemin évoque les motivations qui l’ont conduit à créer cette revue purement électronique dès 2000 : libre accès, diffusion vers un lectorat pas seulement académique, visibilité internationale, mise en oeuvre de pratiques éditoriales innovantes, par exemple avec son carnet de recherche associé. Eric Duchemin, qui est membre du Conseil Scientifique du Cléo, s’enorgueillit à juste titre de représenter une des revues les plus consultées de Revues.org, à l’égal de Nuevo Mundo, une autre revue purement électronique de même génération, qui a fait elle aussi le pari du libre accès.

Vertigo comme Nuevo Mundo participent au programme OpenEdition freemium.

On peut écouter cette émission en différé sur Internet.

Voici une présentation de la revue Vertigo : “VertigO. La revue électronique en sciences de l’environnement, fondée en avril 2000 et diffusée dans l’ensemble de la francophonie, s’attache à promouvoir les recherches et les opinions scientifiques sur les problèmes environnementaux contemporains. VertigO privilégie la diffusion de savoirs critiques, de travaux et résultats de recherche et de dossiers d’actualité.

Les numéros sont généralement dédiés à un thème. La revue publie des travaux relevant de disciplines multiples notamment de la sociologie, des sciences de la nature, de l’anthropologie, du droit, de la philosophie, des sciences de la santé, des sciences politiques. Elle est soutenue notamment par l’Institut des sciences de l’environnement et la Faculté des sciences de l’Université du Québec à Montréal (Canada).”
GP-Nicolas THELY copie

Nicolas Thély, auteur du carnet Déja là sur France Culture

Nous vous recommandons d’écouter l’émission Place de la Toile sur France Culture ce samedi 28 janvier de 18 à 19h. L’invité de cette semaine est en effet Nicolas Thély, professeur en art, esthétique et humanités numériques à l’Université Rennes 2 et auteur du carnet de recherches Déjà là  sur Hypotheses.org. Nicolas Thély vient d’ailleurs de publier Le Tournant numérique de l’esthétique chez Publie.net, recueil d’articles qu’il a écrits entre 2005 et 2011.

Philosophe de formation, Nicolas Thély s’intéresse non seulement aux conditions contemporaines de la création artistique dans l’environnement numérique, mais aussi et surtout à la manière dont émerge une production esthétique amateure qui tire profit de la démocratisation de l’accès aux outils de création numérique. Engagé plus récemment dans le champ des humanités numériques, il s’intéresse à la manière dont la recherche en esthétique peut se développer au sein de ce champ en expansion.

L’émission de Place de la Toile intitulée “Comment l’art est travaillé par le numérique” peut être écoutée en direct sur Internet, mais aussi en différé via une diffusion en podcast.

Voici une présentation de son dernier ouvrage : ”

Dans Le tournant numérique de l’esthétique, Nicolas Thély  parle de pratiques artistiques et de pratiques amateurs contemporaines. Il nous invite à nous ressaisir du rôle des nouvelles technologies dans la production esthétique du regard. Car le numérique bouleverse le regard.

Comment percevoir ces changements ? Comment penser ces évolutions bientôt radicales ? Nicolas Thély trouve une juste distance : il place sa réflexion au plus près des œuvres, des formes et des pratiques et trouve le pas de côté qu’il faut pour permettre au lecteur de comprendre comment, depuis une quinzaine d’années, le numérique est une expérience qui irradie les formes, qui induit des transformations profondes.

Le tournant numérique de l’esthétique est dans la logique de l’après-coup. Il nous permet de saisir à partir des œuvres et des pratiques ce qui n’est déjà plus et nous donne des outils pour comprendre l’actualité mouvante de notre monde, la complexité de nos expériences contemporaines. Et de prendre alors conscience des changements de la sensibilité et de l’inscription du numérique dans notre humanité même. Car ce monde numérique, c’est profondément et esthétiquement le nôtre.

Evidence du sujet, des enjeux soulevés, des thèmes et des questions abordées, analysées. Conviction ensuite que cette publication numérique sur publie.net était le prolongement d’un geste réflexif. Evidence enfin de la cohérence d’ensemble : on avance dans une pensée qui s’expérimente avec les formes nouvelles, les pratiques en devenir, ces imperceptibles transformations qui, bientôt, auront radicalement changé les existences.”

History Club meeting. NYPL

Séminaire Digital Humanities à l’EHESS. Programme de l’année 2012

History Club meeting. New York Public Library

History Club meeting. New York Public Library

Le séminaire Digital Humanities à l’EHESS reprendra ses travaux le mercredi 25 janvier 13h-15h au “France”, 190-198 avenue de France, 75013 Paris, Salle 3. Le séminaire est ouvert à tous mais sur inscription : pierre.mounier@ehess.fr

Présentation

Le Séminaire Digital Humanities, les transformations numériques du rapport aux savoirs http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2011/ue/1094/ se penche sur l’émergence des digital humanities (DH), en Amérique du Nord et en Europe, à l’intersection des sciences humaines et sociales et des sciences de l’information. Ce terme désigne tout à la fois un ensemble de pratiques de recherche mobilisant de manière structurelle des moyens informatiques, des modèles épistémologiques relevant du concept de « e-sciences », mais aussi des modes de diffusion des résultats de la recherche qui mobilisent les nouveaux moyens de communication en réseau. À un autre niveau, le développement des digital humanities a des implications en terme de politique scientifique pour les sciences humaines et sociales en faisant porter l’attention sur le besoin d’infrastructures de recherche d’un nouveau type (développement des cyberinfrastructures, grilles de calcul et plates-formes d’édition). Enfin, les digital humanities représentent, pour des disciplines dont l’inscription dans le champ scientifique fait débat, une opportunité pour aborder sous un angle différent leur position dans les relations sciences-société.

Cette année, le séminaire sera consacré à la préparation d’une action coordonnée par le Cléo qui aboutira en septembre 2012. Cette action s’articule autour de l’organisation d’un événement scientifique, d’une publication, et de la préparation d’un programme de recherche.

Evénement : A la fin du mois de septembre 2012, le Cléo organisera le deuxième THATCamp à l’EHESS à Paris. Pour mémoire,  un ThatCamp – acronyme de The Humanities and Technology Camp – est une conférence qui se déroule selon un mode d’organisation particulier : «Un THATCamp est une rencontre ouverte où chercheurs de sciences humaines et informaticiens de tous les niveaux apprennent ensemble et échangent au cours de sessions proposées spontanément»: http://thatcamp.org/. Des THATCamps sont organisés régulièrement partout dans le monde. C’est à Paris qu’a eu lieu le premier THATCamp se déroulant en Europe : http://tcp.hypotheses.org/

Publication : Conjointement à cet événement, le Cléo publiera un nouveau Read/Write Book, consacrée aux digital humanities (le premier était dédié à l’édition électronique http://cleo.revues.org/128 ). Le RWB 2 constituera une anthologie des meilleurs textes (chapitres d’ouvrages, articles, billets de blogs) publiés en ligne sur le sujet au cours des toutes dernières années.

Programme de recherche : dans le cadre de la construction d’une association européenne des digital dumanities – Humanistica http://www.humanistica.eu/ –, un programme de recherche international, comparatif, sur les périmètres et les méthodes des digital humanities dans les différents pays européens est en préparation. Plusieurs séances du séminaire seront consacrées à l’organisation de ce programme qui démarrera officiellement à la suite du THATCamp.

Contrairement aux années précédentes, le séminaire ne sera donc pas articulé autour de présentations formelles de projets – à une exception près,  la séance du 16 mai. La plupart des séances seront des sessions de travail en commun sur l’un ou l’autre des éléments de l’action coordonnée. Le séminaire est ouvert à tous ceux qui veulent y participer et apporter leur contribution.

Programme des séances :

25 janvier – Un Read/Write Book sur les digital humanities (séance 1)
La séance sera consacrée à une présentation de l’action coordonnée (objectifs, modalités, organisation, calendrier, partenaires) puis à une première recension des textes candidats à sélection dans le RWB2. Tous les participants sont invités à faire des propositions. Une liste bibliographique complète sera établie à l’issue de la séance.

15 février – Un Read/Write Book sur les digital humanities (séance 2)
La séance sera consacrée à une lecture critique et à une discussion des textes proposés. Une organisation par parties et une structuration de la collection de textes sera proposée à l’issue du travail en commun. Ce travail servira à la construction du Read/Write Book 2 qui, comme son prédécesseur, se présente comme une anthologie de textes publiés. L’édition scientifique de cet ouvrage prendra modèle sur les “living books about life” expérimentés par OpenHumanities Press : http://www.livingbooksaboutlife.org/about.html

21 mars – Humanistica, association européenne des digital humanities
La séance sera consacrée à la présentation du projet de création de l’association européenne des digital humanities : Humanistica. L’idée fondatrice en a été lancée à l’issue du THATCamp de Florence (23-26 mars 2011) http://www.thatcampflorence.org/ . Une séance de travail a été organisée au cours du ThatCamp Lausanne (11-12 novembre 2011) http://switzerland2011.thatcamp.org/  qui a débouché sur la proposition de construire un programme de recherche européen sur les méthodes des digital humanities. Cette séance du séminaire permettra de faire avancer la préparation de ce programme. Elle sera organisée en visio-conférence (sous réserve) avec le THATCamp Luxembourg : http://www.digitalhumanities.lu/ qui se déroule au même moment.

16 mai –  Séance spéciale : La généalogie des métadonnées
Seth van Hooland, titulaire de la Digital Information Chair à l’Université libre de Bruxelles http://homepages.ulb.ac.be/~svhoolan/ présentera ses recherches : “Pour une généalogie des méta-données : évaluer et améliorer la qualité des pratiques documentaires dans le secteur culturel”. Résumé : “La numérisation du patrimoine culturel rend la problématique de la qualité des bases de données documentaires particulièrement aigüe. Si l’accès aux collections culturelles est de plus en plus aisé, leur interprétation demeure problématique. Une application originale du concept de «temporalité étagée» (Braudel) à une étude de cas réelle et complexe, à savoir le processus de transformation des supports physiques des catalogues durant plus d’un siècle au sein du Musée Royal de l’Afrique Centrale (Tervuren), contribue à répondre à cette question. Cette herméneutique des bases de données documentaires donne lieu à des résultats opérationnels et généralisables pour la gestion de la qualité des dispositifs documentaires au sein du secteur culturel”.

20 juin – Autour du THATCamp : Bootcamp, Booksprint, Codesprint
Cette séance sera consacrée à la préparation du THATCamp de septembre, et plus particulièrement des sessions qui l’encadreront. Il s’agit de :
- Sessions de formation (Bootcamp) en salle informatique, pour permettre aux participants d’apprendre à maîtriser des logiciels, des techniques de traitement de données ou des dispositifs de co-production, partage ou diffusion de l’information.
- Sessions de co-production intensive de logiciels (Codesprint http://en.wikipedia.org/wiki/Sprint_%28software_development%29) ou de livres (manuels) (Booksprint http://www.booksprints.net/)
Un appel à manifestation d’intérêt pour participer et animer ces sessions est lancé. Les propositions seront discutées et articulées au cours du séminaire.

Le Pont Neuf vu depuis le quai de Tounis, Toulouse

Formations OpenEdition.org et Hypotheses.org à l’URFIST de Toulouse

Le Pont Neuf vu depuis le quai de Tounis, Toulouse

Le Pont Neuf vu depuis le quai de Tounis, Toulouse

Dans le cadre de son partenariat avec le réseau des URFIST, le Cléo animera deux formations  lundi 16 janvier et mardi 17 janvier 2012 à Toulouse. Les inscriptions doivent être prises directement auprès de l’URFIST de Toulouse : http://www.urfist.cict.fr/spip.php?article4

 

Lundi 16 janvier 2012 : OpenEdition, une plateforme documentaire en libre accès au service des bibliothèques et de leurs usagers : Revues.org, Hypotheses.org, Calenda

Formateur : Pierre MOUNIER, EHESS
Durée : 1 journée (10h-13h et 14h-17h)
Lieu : Urfist de Toulouse

Objectifs :
Présenter aux professionnels de l’information (bibliothécaires, documentalistes) de l’enseignement supérieur, aux enseignants-chercheurs et aux doctorants, toutes les ressources documentaires de la plateforme d’édition électronique OpenEdition : 300 revues et collections de livres (Revues.org), 300 carnets de recherche (Hypothèses), 15000 événements scientifiques (Calenda)
Montrer les différents services proposés aux usagers, former à l’utilisation avancée de la plateforme
Montrer l’apport des ressources intéressant directement le monde des bibliothèques universitaires
Présenter l’offre OpenEdition Freemium proposant aux bibliothèques et centres de documentation un nouveau modèle économique pour le libre accès

Contenu :
Introduction : l’édition électronique en sciences humaines et sociales
Présentation de la plateforme d’édition électronique OpenEdition et de ses contenus : le catalogue des revues et des livres, le catalogue des carnets, les programmes scientifiques ; distribution par disciplines, modes de diffusion, structuration documentaire
Les services pour les usagers : principes de navigation, moteur de recherche et index, interopérabilité avec les autres plateformes scientifiques, objets multimédias
Les services pour les bibliothèques : coverage lists, dépôt OAI, intégration dans les outils de recherche (EBSCO, AtoZ, Primo,…), fichiers OPML, envoi de documentation imprimée et de supports de formation.
OpenEdition Freemium : un bouquet de services reposant sur un modèle économique innovant pour les bibliothèques et le libre accès : accès personnalisé aux livres et revues aux formats HTML, PDF, ePub et mobipocket sans DRM ; diffusion multicanal pour lecture des contenus sur ordinateurs, liseuses, tablettes et smartphones, statistiques d’usages à la norme Counter, téléchargement de notices bibliographiques au format UNIMARC, formations sur site, newsletter, système d’alerte, accès à l’API Calenda,
Conclusion : quelle place pour le libre accès dans l’écosystème des publications scientifiques ?

Mardi 17 janvier 2012 : Ouvrir un carnet de recherche en sciences humaines et sociales sur Hypotheses.org

Formateur : Pierre MOUNIER, , EHESS
Durée : 1 journée (9h-12h et 13h-16h)
Lieu : Urfist de Toulouse

Objectifs :
D’une durée d’une journée, cette formation permettra aux participants de créer et ouvrir leur carnet de recherche. La formation permet de :
Connaître les apports du blog dans la communication scientifique
Connaître Hypothèses (http://hypotheses.org), la plateforme de carnets de recherche en SHS éditée par le Cléo (http://cleo.cnrs.fr)
Apprendre à créer, alimenter et configurer un blog avec WordPress, sur Hypothèses ou ailleurs

Contenu :
1e partie : Présentation (1h)
Diversité des blogs de recherche et enjeux que ce moyen de communication peut représenter pour les enseignants-chercheurs et les doctorants
Présentation de la plateforme Hypothèses, plateforme de carnets de recherche en SHS éditée par le Cléo (http://cleo.cnrs.fr)
2e partie : Travaux pratiques (5h)
Ouverture du carnet et première configuration
Personnalisation de l’apparence du carnet
Gestion des objets éditoriaux du carnet : billets, pages, catégories et mots-clés
Edition de contenus simples
Les options de configuration avancées
Edition de contenus complexes (insertion d’objets multimédias)
Configurations particulières : photoblog, carnet ” radar “

La Place

Comment bloguent-ils ? Rencontres autour d’Hypotheses.org à Lyon

La Place

La Place

Depuis quelques années, les acteurs de la recherche en sciences humaines se sont approprié les outils du Web 2.0 :  signets partagés, réseaux sociaux, plateformes de partage de contenus. Parmi eux, le blog est souvent utilisé comme un moyen simple et efficace de communication sur l’actualité de la recherche.

« Comment bloguent-ils ? » C’est la question qui sera explorée les 1er et 2 décembre 2011 au cours d’un événement organisé à Lyon par l’URFIST de Lyon, l’Institut des Sciences de l’Homme, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée et le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo).

Trois moments forts ponctueront cette manifestation autour des carnets de recherche en sciences humaines et sociales.

Lire la suite

cropped-Header_300dpi

OpenEdition au ThatCamp Lausanne

Les 11 et 12 novembre prochains, L’Université de Lausanne accueillera le premier ThatCamp se déroulant en Suisse. Organisée par infoclio.ch, hist.net et l’association Histoire et Informatique, en collaboration avec les Archives fédérales suisses, le Historisches Seminar de Bâle et la coordination E-learning de l’université de Zurich, cette manifestation typique des «Digital Humanities», le THATCamp, proposera aux étudiants, doctorants et chercheurs de se rassembler pour partager ressources, connaissances et expériences dans ce domaine en pleine expansion.

L’équipe d’OpenEdition sera présente à ce ThatCamp et animera un atelier du bootcamp sur les carnets de recherche. Ce sera l’occasion de parler de l’internationalisation de la plateforme hypotheses.org, en particulier du côté du monde germanophone où un projet est en cours de développement… On parlera aussi sans doute à d’autres moments de l’association Humanistica dont l’idée avait été lancée au cours du ThatCamp Florence. A ne pas manquer, la conférence inaugurale de Willard McCarty du King’s College à Londres.

Ces “non-conférences” que sont les ThatCamps n’ont pas de programme préétabli. Ce sont les participants qui proposent et choisissent  sur le moment les sessions auxquelles ils souhaitent participer. Voici la liste provisoire des sessions actuellement proposées :

  • Advanced Database management
  • Annotation tools
  • Bibliography and citations in digital environments
  • Bibliography management softwares
  • Building a digital humanities proposal for the Swiss History Days (2013)
  • Collaborative research practices
  • Creating a CSL Zotero stylesheet for the Swiss historical scientific community
  • Data driven history, Big data history
  • Digital information literacy
  • Digital humanities curriculum
  • Digital sources criticism / Digital forensics
  • Digital humanities project management
  • Designing a Swiss digital humanities center
  • G.I.S and geodata
  • Improving archive web services
  • Institutional repositories strategies
  • Long term digital preservation
  • Medieval digital history
  •  New forms of scholarly publications
  • Open source advocacy in institutional context
  • Open access advocacy
  • Research data preservation and re-use
  • Scholarly blogging
  • Semantic web
  • Should humanist/historian learn programming ? If yes, how ?
  • Social media for research and teaching
  • Special digital research techniques
  • Teaching with the Web 2.0
  • Toward a German speaking scientific blogging platform ( in collaboration with hypotheses.org)
  • Visualization of research results
  • Websites and digital born documents as historical sources

ThatCamp Lausanne : Programme et inscriptions

 

b9-square

OpenEdition Freemium à Berlin 9

OpenEdition sera présent à Washington la semaine prochaine pour la conférence internationale sur le libre accès Berlin 9. Notre offre innovante en direction des bibliothèques universitaires, OpenEdition freemium, sera présentée lors de la pré-conférence sur la publication en libre accès qui aura lieu le 8 novembre à l’université Johns Hopkins. Berlin 9 s’inscrit dans la lignée des neuf conférences internationales qui se sont déroulées dans différents pays du monde sur un rythme annuel depuis le 22 octobre 2003, date à laquelle fut signée la Déclaration de Berlin sur le libre accès au savoir dans les sciences et les humanités. Depuis cette date, plus de 300 institutions de recherche, bibliothèques, archives, musées, agences de financement de la recherche et gouvernements du monde entier ont signé cette déclaration. Parmi elles, on compte en particulier l’Université de Provence qui a rejoint le mouvement pour le libre accès en 2009. On notera aussi que l’Association of Research Librairies qui représente la plupart des bibliothèques universitaires aux Etats-Unis vient de rejoindre à son tour la liste des signataires.

Pour mémoire, voici le texte de la Déclaration de Berlin en français :

Préface

L’Internet a fondamentalement transformé les réalités matérielles et économiques de la diffusion de la connaissance scientifique et du patrimoine culturel. Pour la toute première fois, l’Internet nous offre la possibilité de constituer une représentation globale et interactive de la connaissance humaine, y compris son patrimoine culturel, et la garantie d’un accès mondial. Nous, signataires, ressentons l’obligation de relever les défis que nous pose l’Internet, support fonctionnel émergeant pour la diffusion de la connaissance. A l’évidence, ces évolutions seront en mesure de changer sensiblement l’édition scientifique tout comme le système actuel d’assurance de la qualité.

 Conformément à l’esprit de la Déclaration de Budapest pour l’accès ouvert, de la charte ECHO et de la Déclaration de Bethesda pour l’éditon en libre accès, nous avons élaboré la déclaration de Berlin pour promouvoir un Internet qui soit un instrument fonctionnel au service d’une base de connaissance globale et de la pensée humaine, et de définir des mesures qui sont à envisager par les responsables politiques en charge de la science, les institutions de recherche, les agences de financement, les bibliothèques, les archives et les musées.

 Objectifs

 Nous remplissons par trop imparfaitement notre mission de diffusion de la connaissance si l’information n’est pas mise rapidement et largement à la disposition de la société. De nouveaux modes de diffusion de la connaissance, non seulement sous des formes classiques, mais aussi, et de plus en plus, en s’appuyant sur le paradigme du libre accès via l’Internet, doivent être mises en place. Nous définissons le libre accès comme une source universelle de la connaissance humaine et du patrimoine culturel ayant recueilli l’approbation de la communauté scientifique.

 Dans le but de concrétiser cette vision d’une représentation globale et accessible de la connaissance, le web du futur doit être durable, interactif et transparent. Le contenu comme les outils logiciels doivent être librement accessibles et compatibles.

 Définition d’une contribution au libre accès

 Dans l’absolu, pour être une procédure avantageuse, le libre accès requiert l’engagement de tout un chacun en tant que producteur de connaissance scientifique ou détenteur du patrimoine culturel. Les contributions au libre accès se composent de résultats originaux de recherches scientifiques, de données brutes et de métadonnées, de documents sources, de représentations numériques de documents picturaux et graphiques, de documents scientifiques multimédia. Les contributions au libre accès doivent satisfaire deux conditions :

 1. Leurs auteurs et les propriétaires des droits afférents concèdent à tous les utilisateurs un droit gratuit, irrévocable et mondial d’accéder à l’oeuvre en question, ainsi qu’une licence les autorisant à la copier, l’utiliser, la distribuer, la transmettre et la montrer en public, et de réaliser et de diffuser des oeuvres dérivées, sur quelque support numérique que ce soit et dans quelque but responsable que ce soit, sous réserve de mentionner comme il se doit son auteur (les règles usuelles de la collectivité continueront à disposer des modalités d’attribution légitime à l’auteur et d ‘utilisation responsable de l’oeuvre publiée, comme à présent), tout comme le droit d’en faire des copies imprimées en petit nombre pour un usage personnel.

 2. Une version complète de cette oeuvre, ainsi que de tous ses documents annexes, y compris une copie de la permission définie dans ce qui précède, est déposée (et, de fait, publiée) sous un format électronique approprié auprès d’au moins une archive en ligne, utilisant les normes techniques appropriées (comme les définitions des Archives Ouvertes [Open Archives]), archive gérée et entretenue par une institution académique, une société savante, une administration publique, ou un organisme établi ayant pour but d’assurer le libre accès, la distribution non restrictive, l’interopérabilté et l’archivage à long terme.

 Soutenir le passage au paradigme du libre accès électronique

 Il est de l’intérêt de nos organismes que le nouveau paradigme du libre accès soit encouragé pour le plus grand profit de la science et de la société. Pour cette raison, nous souhaitons progresser en

  •  Encourageant nos chercheurs et boursiers à publier leurs travaux selon les principes du paradigme du libre accès.
  •  Encourageant les détenteurs du patrimoine culturel à soutenir le libre accès en mettant leurs ressources à disposition sur l’Internet.
  •  Développer les moyens et les modalités pour évaluer les contributions au libre accès et les revues scientifiques en ligne pour maintenir les critères d’assurance qualité et d’éthique scientifique.
  •  En agissant favorablement pour que les publications en libre accès soient jugées lors des évaluations intervenant dans le cadre de la promotion professionnelle et académique.
  •  En illustrant les mérites intrinsèques du libre accès et des contributions à une telle infrastructure par le développement d’outils logiciels, la fourniture de contenus, la création de métadonnées, la publication d’articles, etc.

 Nous sommes conscients que cette évolution vers le libre accès entraîne des mutations dans la diffusion de la connaissance sur les plans juridique et financier. Nos organismes ont pour but de trouver des solutions aptes à soutenir le développement des cadres juridique et financier actuels en vue de faciliter un accès et un usage optimaux.