Archivo del Autor: Claire Vital

Compte rendu : « Les modèles économiques de l'édition numérique »

Virginie Clayssen - Photo par Élodie Picard

Virginie Clayssen - Photo par Élodie Picard

Du 7 au 11 septembre 2009, le Centre pour l'édition électronique ouverte a organisé son Université d'été de l'édition électronique ouverte. Nous mettons à votre disposition les comptes rendus des conférences et des cours donnés durant cette semaine de formation. Ce compte-rendu a été rédigé par Claire Vital, assistante de documentation et d'édition au Cléo.

Les modèles économiques de l'édition numérique (cours)

Intervenante : Virginie Clayssen
Vendredi 11 septembre 2009 - 10h30-12h30 (amphi Charve - Université St Charles)

Virginie Clayssen est chargée de développement et de veille numérique pour le groupe Editis et présidente de la commission numérique du Syndicat national de l'édition depuis juin 2009.

Le Read/Write Book : anglicisme ou désambiguïsation ?

L'utilisation d'un titre anglais pour un livre dont le contenu est principalement rédigé en français pourrait en surprendre plus d'un. Pourtant, ce titre est au cœur de la problématique. Il décrit avant tout les propriétés d'un support informatique : read, c'est être accessible en lecture ; write, accessible en écriture. Ainsi, le vocabulaire de l'univers du code vient percuter l'écosystème traditionnel du livre. Si le livre imprimé est lui aussi accessible en lecture et en écriture (par les annotations), il ne l'est que par les êtres humains et échappe notamment à l'indexation automatique. Avec le numérique, le livre devient accessible en lecture via un dispositif technique. Certains dispositifs permettent également d'écrire ; le livre peut alors devenir accessible en écriture.

Virginie Clayssen rappelle l'époque pré-Internet du livre numérique, celle du CD-Rom (ROM pour Read Only Memory, un support non inscriptible donc). L'usage du CD-Rom ne permettait pas réellement l'écriture et liait celle-ci à l'usage d'une machine particulière (sur le disque dur de l'ordinateur).

Dans le monde d'où nous venons, le privilège est l'autorisation exclusive d'imprimer et de vendre un livre pour une durée déterminée. Dans l'univers du code, ce terme revêt un sens tout particulier et désigne les droits que l'on accorde à un utilisateur sur une base de données. Une fois encore, nous sommes donc confrontés à une nouvelle polysémie. Tout comme il existe différents types de privilèges, il y a une variété des usages pour le livre.

Roger Chartier : « Ici se situe le grand défi, qui est de savoir si le texte électronique doit être soumis à des concepts hérités et donc du coup doit être transformé dans sa matérialité même, avec une fixité et des sécurités, ou si inversement les potentialités de cet anonymat, de cette multiplicité, de cette mobilité sans fin vont dominer les usages d'écriture et de lecture. Je crois que là se situent la discussion, les incertitudes, les vacillations contemporaines. »1

Difficile de savoir de quelle manière nous lirons dans vingt ans. Mais les comportements de lecture ont déjà changé et nous devons nous poser des questions.

Le moment e-book : le Kindle et autres liseuses

Il y a quelques années, on pensait que le numérique était réservé à un certain type d'édition, tel que l'édition médicale. Il était alors inconcevable d'imaginer que nous pourrions lire un livre sur un écran. Contre toute attente, il existe bien un public de lecteurs pour le livre numérique, en littérature. Ce phénomène est particulièrement significatif aux États-Unis, où beaucoup d'éditeurs ont d'ores et déjà fait basculer une partie de leur catalogue en numérique. Le principal acteur de ce changement est Amazon, avec l'introduction du Kindle sur le marché américain. Sigue leyendo

  1. « Le livre : son passé, son avenir. Entretien avec Roger Chartier », Ivan Jablonka, La Vie des idées, 29/09/2008 []

Les clés du référencement

jcp2

Les clés du référencement (cours)

Intervenant : Jean-Christophe Peyssard
jeudi 10 septembre 2009 - 10h30-12h30 (Université St Charles)

Du 7 au 11 septembre, le Centre pour l'édition électronique ouverte organise son Université d'été de l'édition électronique ouverte. Nous mettons à votre disposition les enregistrements des conférences et des cours donnés durant cette semaine de formation. Ces podcasts ont été réalisés par Élodie Picard, Pierre-Alain Mignot et Christophe Bonijol.

Mettre en ligne n'est pas diffuser. Un document publié sur Internet reste invisible tant que son existence n'est pas signalée auprès d'intermédiaires qui référencent le document et permettent à ses lecteurs potentiels d'en connaître l'existence. Avec l'évolution des technologies et des usages du réseau, le paysage du référencement est chaque jour plus compliqué : au delà des moteurs de recherche, et de Google, auquel on est tenté de s'arrêter, il ne faut négliger ni les bases de données professionnelles qu'utilisent les bibliothèques pour dresser la liste des ressources disponibles, ni, à l'autre extrême, les réseaux sociaux - généralistes et spécialisés - et autres outils de micro-blogging qui connaissent de fortes croissances d'usages. Finalement, c'est à une large palette d'acteurs très différents les uns des autres qu'il faut s'adresser si l'on souhaite optimiser la visibilité des documents qu'on diffuse sur Internet.

Comment identifier les intermédiaires de référencement pertinents ? Sur quelle bases peut-on les sélectionner ? Comment leur signaler ses contenus ? Comment présenter ses métadonnées ? Quels sont les standards et protocoles de communication utilisés pour transmettre les données ? C'est en répondant à ces questions qu'on élabore une véritable stratégie de référencement ciblée sur canaux les plus efficaces et proportionnée aux forces dont on dispose.


Sigue leyendo