Archives pour la catégorie Séminaire du Cléo

Reprise du séminaire Digital Humanities à l'EHESS

Le séminaire "Digital Humanities, les transformation numériques du rapport au savoir"

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/ue/324/

reprend cette année avec une première séance le :

Mercredi 10 octobre de 13h à 15h à l'EHESS, 190 avenue de France, 75013, Salle 3

Nous serons trois cette année à animer ce séminaire : Aurélien Berra, Marin Dacos et Pierre Mounier.

Aurélien Berra assurera la première séance, dans le cycle "Lectures" :

Lectures : L’établissement d’une culture commune implique des références historiques et théoriques. Sous la forme d’ateliers, nous présenterons et discuterons des ouvrages importants, produits aussi bien dans le domaine anglophone que dans les diverses autres traditions des digital humanities.

- Première séance :  Susan Schreibman, Raymond G. Siemens et John M. Unsworth (éd.), A Companion to Digital Humanities, Oxford, Blackwell, 2004 (version préliminaire en ligne : http://www.digitalhumanities.org/companion).

Le séminaire est ouvert à tous, mais il faut annoncer sa présence. Merci de le faire en écrivant à pierre.mounier@ehess.fr

Séminaire Digital Humanities à l'EHESS. Programme de l'année 2012

History Club meeting. New York Public Library

History Club meeting. New York Public Library

Le séminaire Digital Humanities à l'EHESS reprendra ses travaux le mercredi 25 janvier 13h-15h au "France", 190-198 avenue de France, 75013 Paris, Salle 3. Le séminaire est ouvert à tous mais sur inscription : pierre.mounier@ehess.fr

Présentation

Le Séminaire Digital Humanities, les transformations numériques du rapport aux savoirs http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2011/ue/1094/ se penche sur l'émergence des digital humanities (DH), en Amérique du Nord et en Europe, à l'intersection des sciences humaines et sociales et des sciences de l’information. Ce terme désigne tout à la fois un ensemble de pratiques de recherche mobilisant de manière structurelle des moyens informatiques, des modèles épistémologiques relevant du concept de « e-sciences », mais aussi des modes de diffusion des résultats de la recherche qui mobilisent les nouveaux moyens de communication en réseau. À un autre niveau, le développement des digital humanities a des implications en terme de politique scientifique pour les sciences humaines et sociales en faisant porter l'attention sur le besoin d'infrastructures de recherche d'un nouveau type (développement des cyberinfrastructures, grilles de calcul et plates-formes d'édition). Enfin, les digital humanities représentent, pour des disciplines dont l'inscription dans le champ scientifique fait débat, une opportunité pour aborder sous un angle différent leur position dans les relations sciences-société.

Cette année, le séminaire sera consacré à la préparation d’une action coordonnée par le Cléo qui aboutira en septembre 2012. Cette action s’articule autour de l’organisation d’un événement scientifique, d’une publication, et de la préparation d’un programme de recherche.

Evénement : A la fin du mois de septembre 2012, le Cléo organisera le deuxième THATCamp à l’EHESS à Paris. Pour mémoire,  un ThatCamp – acronyme de The Humanities and Technology Camp – est une conférence qui se déroule selon un mode d’organisation particulier : «Un THATCamp est une rencontre ouverte où chercheurs de sciences humaines et informaticiens de tous les niveaux apprennent ensemble et échangent au cours de sessions proposées spontanément»: http://thatcamp.org/. Des THATCamps sont organisés régulièrement partout dans le monde. C’est à Paris qu’a eu lieu le premier THATCamp se déroulant en Europe : http://tcp.hypotheses.org/

Publication : Conjointement à cet événement, le Cléo publiera un nouveau Read/Write Book, consacrée aux digital humanities (le premier était dédié à l’édition électronique http://cleo.revues.org/128 ). Le RWB 2 constituera une anthologie des meilleurs textes (chapitres d’ouvrages, articles, billets de blogs) publiés en ligne sur le sujet au cours des toutes dernières années.

Programme de recherche : dans le cadre de la construction d’une association européenne des digital dumanities – Humanistica http://www.humanistica.eu/ –, un programme de recherche international, comparatif, sur les périmètres et les méthodes des digital humanities dans les différents pays européens est en préparation. Plusieurs séances du séminaire seront consacrées à l’organisation de ce programme qui démarrera officiellement à la suite du THATCamp.

Contrairement aux années précédentes, le séminaire ne sera donc pas articulé autour de présentations formelles de projets – à une exception près,  la séance du 16 mai. La plupart des séances seront des sessions de travail en commun sur l’un ou l’autre des éléments de l’action coordonnée. Le séminaire est ouvert à tous ceux qui veulent y participer et apporter leur contribution.

Programme des séances :

25 janvier - Un Read/Write Book sur les digital humanities (séance 1)
La séance sera consacrée à une présentation de l’action coordonnée (objectifs, modalités, organisation, calendrier, partenaires) puis à une première recension des textes candidats à sélection dans le RWB2. Tous les participants sont invités à faire des propositions. Une liste bibliographique complète sera établie à l’issue de la séance.

15 février - Un Read/Write Book sur les digital humanities (séance 2)
La séance sera consacrée à une lecture critique et à une discussion des textes proposés. Une organisation par parties et une structuration de la collection de textes sera proposée à l’issue du travail en commun. Ce travail servira à la construction du Read/Write Book 2 qui, comme son prédécesseur, se présente comme une anthologie de textes publiés. L’édition scientifique de cet ouvrage prendra modèle sur les “living books about life” expérimentés par OpenHumanities Press : http://www.livingbooksaboutlife.org/about.html

21 mars - Humanistica, association européenne des digital humanities
La séance sera consacrée à la présentation du projet de création de l’association européenne des digital humanities : Humanistica. L’idée fondatrice en a été lancée à l’issue du THATCamp de Florence (23-26 mars 2011) http://www.thatcampflorence.org/ . Une séance de travail a été organisée au cours du ThatCamp Lausanne (11-12 novembre 2011) http://switzerland2011.thatcamp.org/  qui a débouché sur la proposition de construire un programme de recherche européen sur les méthodes des digital humanities. Cette séance du séminaire permettra de faire avancer la préparation de ce programme. Elle sera organisée en visio-conférence (sous réserve) avec le THATCamp Luxembourg : http://www.digitalhumanities.lu/ qui se déroule au même moment.

16 mai -  Séance spéciale : La généalogie des métadonnées
Seth van Hooland, titulaire de la Digital Information Chair à l’Université libre de Bruxelles http://homepages.ulb.ac.be/~svhoolan/ présentera ses recherches : "Pour une généalogie des méta-données : évaluer et améliorer la qualité des pratiques documentaires dans le secteur culturel". Résumé : “La numérisation du patrimoine culturel rend la problématique de la qualité des bases de données documentaires particulièrement aigüe. Si l’accès aux collections culturelles est de plus en plus aisé, leur interprétation demeure problématique. Une application originale du concept de «temporalité étagée» (Braudel) à une étude de cas réelle et complexe, à savoir le processus de transformation des supports physiques des catalogues durant plus d’un siècle au sein du Musée Royal de l’Afrique Centrale (Tervuren), contribue à répondre à cette question. Cette herméneutique des bases de données documentaires donne lieu à des résultats opérationnels et généralisables pour la gestion de la qualité des dispositifs documentaires au sein du secteur culturel”.

20 juin - Autour du THATCamp : Bootcamp, Booksprint, Codesprint
Cette séance sera consacrée à la préparation du THATCamp de septembre, et plus particulièrement des sessions qui l’encadreront. Il s’agit de :
- Sessions de formation (Bootcamp) en salle informatique, pour permettre aux participants d’apprendre à maîtriser des logiciels, des techniques de traitement de données ou des dispositifs de co-production, partage ou diffusion de l’information.
- Sessions de co-production intensive de logiciels (Codesprint http://en.wikipedia.org/wiki/Sprint_%28software_development%29) ou de livres (manuels) (Booksprint http://www.booksprints.net/)
Un appel à manifestation d’intérêt pour participer et animer ces sessions est lancé. Les propositions seront discutées et articulées au cours du séminaire.

Séminaire Digital Humanities : séances du 18 mai et du 15 juin 2011

Les deux prochaines séances du séminaire Digital Humanities, les transformations numériques du rapport aux savoirs auront lieu le mercredi 18 mai et mercredi 15 juin  de 14h à 16h au 96 bd Raspail, Paris 6e, en salle informatique.

La participation au séminaire est ouverte, mais sur inscription. Pour d’évidentes raisons de gestion des places, il est nécessaire d’annoncer sa présence en écrivant à

pierre.mounier@revues.org ou marin.dacos@revues.org

Page de présentation du séminaire : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2010/ue/894/

Séance du 18 mai : Pierre Mercklé : La sociologie des réseaux sociaux

Avant même l’explosion du web social, de Facebook, Twitter et autres plateformes, la notion de « réseau » connaissait en sciences sociales une vogue grandissante depuis quelques décennies, où elle tendait de plus en plus à supplanter celle de « classe sociale ». Le caractère scientifiquement discutable de « l’idéologie réticulaire » ainsi promue ne doit pas toutefois masquer les apports des développements méthodologiques et théoriques dont la notion de réseau a permis l’élaboration : les méthodes et les concepts fournis aux sciences sociales par « l’analyse structurale » depuis les années soixante, peuvent venir utilement compléter la « boîte à outils » des chercheurs, comme nous essaierons d’en témoigner  à travers quelques exemples et démonstrations d’outils.

Pierre Mercklé est maître de conférences en sociologie à l’ENS de Lyon et membre de l’équipe DPCS (Dispositions, Pouvoirs, Cultures, Socialisations) du Centre Max Weber (UMR 5283 du CNRS). Il mène actuellement des recherches dans deux directions principales : d’une part, depuis 2003, une recherche sur les pratiques culturelles des enfants, et d’autre part, sur la construction de l’histoire des sciences sociales au XIXe siècle. En supplément de ces deux axes principaux, il continue de mener par ailleurs, seul ou en collaboration, des travaux sur les méthodes quantitatives en sciences sociales et la sociologie des réseaux sociaux. Pierre Mercklé a créé, en 2001, le site internet Liens Socio http://www.liens-socio.org qui est un des principaux portails francophones d’information en sciences sociales. Il est membre du conseil scientifique du CLEO et du comité de lecture de la revue Sociologie, créée et dirigée par Serge Paugam, dont il est également rédacteur en chef de la version électronique.

Séance du 15 juin : Emmanuelle Corne, Dana Rappoport : Vers une nouvelle transmission des savoirs, à propos de Chants de la terre aux trois sangs, ouvrage multimédia publié par les Editions de la Maison des sciences de l’homme

L'ethnomusicologie a notamment pour but de décrire l'organisation des musiques de tradition orale.  La discipline doit articuler modèles musicologiques et analyses ethnographiques. Elle mobilise des données audio, visuelles et aussi textuelles relatives à des contextes très différents.Certains chercheurs se trouvent souvent confrontés à des questions de représentation de ces données et  de ces modèles musicologiques. Ils se heurtent aux difficultés d'édition d'un appareil analytique et critique en liaison avec ces données. Ils butent également sur la difficulté à synthétiser des constructions théoriques empruntant à des champs variés de connaissance.De nouveaux modes de représentations pourraient permettre aujourd'hui de surmonter quelques unes de ces difficultés. Par la réalisation d'un ouvrage à paraître, un pari est tenté : celui de représenter des connaissances ethnomusicologiques d'une autre manière. Chants de la « terre aux trois sangs ». Musiques des Toraja Sa'dan de l'île de Sulawesi (Indonésie) est co-édité par Epistèmes et la Maison des Sciences de l'Homme. Nous présenterons dans ce séminaire les raisons du choix du format scd, les modes de présentation, la question des supports, le lien entre l’auteur, l’éditeur, les graphistes et les développeurs ainsi que tous les problèmes rencontrés à l’occasion de la réalisation de cet ouvrage.

Emmanuelle Corne est responsable  des éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Dana Rappoport est ethnomusicologue au Centre Asie du Sud-Est (CNRS-EHESS). Ses recherches portent sur les musiques austronésiennes de l’archipel indonésien, étudiées à la fois sous l’angle de la musicologie formelle, de l’anthropologie de la religion et de l’organisation sociale. Après quinze années de recherche dans les montagnes de l’île de Sulawesi, elle enquête à présent sur les systèmes musicaux de l’Est indonésien, en particulier à la pointe orientale de l’île de Flores.

  • Dana Rappoport: http://www.case.cnrs.fr/spip.php?article147
  • Dana Rappoport, Chants de la terre aux trois sangs : Musiques rituelles des Toraja de l'île de Sulawesi (Indonésie), livre-DVD-ROM multilingue, co-édition Epistèmes-Maison des sciences de l'homme, 2010 (présentation).
  • Dana Rappoport, Un livre-DVD-ROM sur les musiques Toraja : une nouvelle organisation des savoirs pour l'ethnomusicologie, Musimédiane, n° 3, mai 2008 (en ligne).
  • Dana Rappoport, entretien avec Anne Rodriguez, Small World, 2007 (en ligne).
  • Dana Rappoport, Musique et morphologie rituelle chez les Toraja d'Indonésie, L'Homme, 171-172, 2004, p. 197-218 (en ligne).
  • Dana Rappoport, Chanter sans être ensemble. Musiques juxtaposées pour un public invisible, L'Homme, 152, 1999, p. 143-162 (en ligne).
  • La revue Arkeotek (en ligne).

Crédit photographique : Osaka, Network. Human Synthesizer T-Shirt Design, novembre 15, 2008. http://www.flickr.com/photos/networkosaka/3031707049/ CC by-nc-nd 2.0

Séminaire digital humanities : De l’anthropologie visuelle à la création numérique, quelles méthodes face aux nouveaux terrains ?

La prochaine séance du séminaire Digital Humanities, les transformations numériques du rapport aux savoirs aura lieu le mercredi 16 mars 2011 de 14h à 16h au 96 bd Raspail, Paris 6e, en salle informatique. Nous accueillerons Nadine Wanono, Ingénieur de recherche au CEMAF.

La participation au séminaire est ouverte, mais sur inscription. Pour d’évidentes raisons de gestion des places, il est nécessaire d’annoncer sa présence en écrivant à

pierre.mounier@revues.org ou marin.dacos@revues.org

Page de présentation du séminaire : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2010/ue/894/

Résumé : Après avoir précisé les spécificités méthodologiques et le contexte académique dans lequel l’anthropologie visuelle s’inscrit, nous présenterons les évolutions  épistémologiques et technologiques qui militent en faveur d un renouvellement des outils et des modes d’expression de cette discipline, organisée autour d’une représentation de la réalité cadrée par les critères académiques.

Nous aborderons la  problématique de la création, comme méthode et dynamique, sous deux axes:

- La  maîtrise par les anthropologues des possibilités offertes par le langage de programmation lors de la création de nouvelles formes de représentations et des modes de diffusion des données recueillies sur le terrain.

- de quelle méthodologie et de quels outils disposent les anthropologues et chercheurs en sciences humaines lorsque leurs terrains sont inscrits principalement sur un espace numérique ?

Nous présenterons certaines recherches entreprises par des équipes ou laboratoires européens qui travaillent activement dans ces domaines depuis plusieurs années afin de présenter et d’évaluer les interactions issues  de ces collaborations.

Biographie : Ingénieur de recherche au CEMAF, Secrétaire Générale du Comité du Film Ethnographique, Nadine Wanono,a réalisé et produit plusieurs films ethnographiques lors de ses activités de recherche menées au Mali.

Dans le cadre de ses travaux autour des nouvelles modalités de représentation offertes par le langage de programmation, elle a co-organisé un séminaire intitulé Singularité et Technologies de 2005 à 2008 afin de favoriser un dialogue interdisciplinaire entre les chercheurs en sciences humaines et les informaticiens.  Elle a, par ailleurs, conçu une action de vulgarisation intitulée Cultures Jeunes, soutenue par la Mairie de Paris et le CNRS,  où une dizaine de jeunes adolescents furent initiés au langage de programmation en collaboration avec un artiste numérique.  Dans le cadre des activités de VANEASA, elle est responsable éditoriale du Journal of Visual Anthropology, prochainement hébergé par Revues.org. En collaboration avec Jacques Lombard, Président du Comité du Film Ethnographique et dans le cadre des actions menées avec le CFE, une première rencontre dédiée aux « Narrativités Singulières » sera organisée au Cube, centre de création numérique, en novembre 2011.

De l’anthropologie visuelle à la création numérique,
quelles méthodes face aux nouveaux terrains ?

Résumé : Après avoir précisé les spécificités méthodologiques et le contexte
académique dans lequel l’anthropologie visuelle s’inscrit, nous présenterons
les évolutions épistémologiques et technologiques qui militent en faveur d un
renouvellement des outils et des modes d’expression de cette discipline, organisée
autour d’une représentation de la réalité cadrée par les critères académiques.
Nous aborderons la problématique de la création, comme méthode et
dynamique, sous deux axes:
- La maîtrise par les anthropologues des possibilités offertes par le langage de
programmation lors de la création de nouvelles formes de représentations et des
modes de diffusion des données recueillies sur le terrain.
- de quelle méthodologie et de quels outils disposent les anthropologues et
chercheurs en sciences humaines lorsque leurs terrains sont inscrits principalement
sur un espace numérique ?
Nous présenterons certaines recherches entreprises par des équipes ou
laboratoires européens qui travaillent activement dans ces domaines depuis
plusieurs années afin de présenter et d’évaluer les interactions issues de ces
collaborations.

Biographie : Nadine Wanono, Ingénieur de recherche au CEMAF, a réalisé et produit
plusieurs films ethnographiques lors de ses activités de recherche menées au Mali.
Dans le cadre de ses travaux autour des nouvelles modalités de représentation
offertes par le langage de programmation, elle a co-organisé un séminaire
intitulé Singularité et Technologies de 2005 à 2008 afin de favoriser un dialogue
interdisciplinaire entre les chercheurs en sciences humaines et les informaticiens.
Elle a, par ailleurs, conçu une action de vulgarisation intitulée Cultures Jeunes,
soutenue par la Mairie de Paris et le CNRS, où une dizaine de jeunes adolescents
furent initiés au langage de programmation en collaboration avec un artiste
numérique. Dans le cadre des activités de VANEASA, elle est responsable éditoriale
du Journal of Visual Anthropology, prochainement hébergé par Revues.org. En
lien avec le Comité du Film Ethnographique, une première rencontre dédiée
aux « Narrativités Singulières » sera organisée au Cube, centre de création
numérique, en novembre 2011.De l’anthropologie visuelle à la création numérique,
quelles méthodes face aux nouveaux terrains ?

Résumé : Après avoir précisé les spécificités méthodologiques et le contexte
académique dans lequel l’anthropologie visuelle s’inscrit, nous présenterons
les évolutions épistémologiques et technologiques qui militent en faveur d un
renouvellement des outils et des modes d’expression de cette discipline, organisée
autour d’une représentation de la réalité cadrée par les critères académiques.
Nous aborderons la problématique de la création, comme méthode et
dynamique, sous deux axes:
- La maîtrise par les anthropologues des possibilités offertes par le langage de
programmation lors de la création de nouvelles formes de représentations et des
modes de diffusion des données recueillies sur le terrain.
- de quelle méthodologie et de quels outils disposent les anthropologues et
chercheurs en sciences humaines lorsque leurs terrains sont inscrits principalement
sur un espace numérique ?
Nous présenterons certaines recherches entreprises par des équipes ou
laboratoires européens qui travaillent activement dans ces domaines depuis
plusieurs années afin de présenter et d’évaluer les interactions issues de ces
collaborations.

Biographie : Nadine Wanono, Ingénieur de recherche au CEMAF, a réalisé et produit
plusieurs films ethnographiques lors de ses activités de recherche menées au Mali.
Dans le cadre de ses travaux autour des nouvelles modalités de représentation
offertes par le langage de programmation, elle a co-organisé un séminaire
intitulé Singularité et Technologies de 2005 à 2008 afin de favoriser un dialogue
interdisciplinaire entre les chercheurs en sciences humaines et les informaticiens.
Elle a, par ailleurs, conçu une action de vulgarisation intitulée Cultures Jeunes,
soutenue par la Mairie de Paris et le CNRS, où une dizaine de jeunes adolescents
furent initiés au langage de programmation en collaboration avec un artiste
numérique. Dans le cadre des activités de VANEASA, elle est responsable éditoriale
du Journal of Visual Anthropology, prochainement hébergé par Revues.org. En
lien avec le Comité du Film Ethnographique, une première rencontre dédiée
aux « Narrativités Singulières » sera organisée au Cube, centre de création
numérique, en novembre 2011.

Séminaire Digital Humanities : Les manuscrits de Stendhal en ligne : du papier au papier en passant par le numérique / une double édition complémentaire papier/numérique

La prochaine séance du séminaire Digital Humanities, les transformations numériques du rapport aux savoirs aura lieu le mercredi 19 janvier 2011 de 14h à 16h au 96 bd Raspail, Paris 6e, en salle informatique. Nous accueillerons Thomas Lebarbé,  Maître de conférences, Habilité à Diriger des Recherches à l'Université Stendhal - Grenoble 3, enseignant en Informatique, Linguistique et Traitement Automatique des Langues au Département d'Informatique Pédagogique (DIP), chercheur au Laboratoire de Linguistique et Didactique des Langues Etrangères et Maternelles (LIDILEM, EA 609). Il présentera le projet qu'il dirige avec Cécile Meynard, de numérisation des manuscrits de Stendhal.

Résumé :
Les manuscrits de Stendhal constituent indéniablement un élément important du patrimoine culturel français. L'équipe interdisciplinaire du même nom a entrepris depuis 4 ans le projet ambitieux de produire une double édition complémentaire numérique / papier des 40.000 pages conservées à la Bibliothèque municipale de Grenoble. Au delà des aspects résultatifs de ce projet, la mise en place de procédures et d'outils d'aide à la transcription et à l'édition ont permis de soulever des problèmes méthodologiques génériques dans les trois disciplines impliquées : analyse critique et génétique, informatique documentaire, linguistique de corpus. En nous appuyant sur cette expérience qui a passé un cap symbolique en novembre 2009 avec l'inauguration du site http://manuscrits-de-stendhal.org, nous tenterons de mettre en évidence les enjeux, l'intérêt mais aussi les contraintes d'un tel projet interdisciplinaire.
Le site des Manuscrits : http://manuscrits-de-stendhal.org
Le site de l'équipe : http://stendhal.msh-alpes.prd.fr/
Page personnelle de Thomas Lebarbé : http://w3.u-grenoble3.fr/lebarbe/
Support de présentation

Page de présentation du séminaire : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2010/ue/894/

Séminaire Digital Humanities : Traitement Automatique des Langues et Apprentissage automatique pour la fouille de textes : comment la connaissance peut jaillir du désordre

La prochaine séance du séminaire Digital Humanities, les transformations numériques du rapport aux savoirs aura lieu le mercredi 15 décembre  2010 de 17h à 19h au 96 bd Raspail, Paris 6e, en salle informatique. Nous accueillerons Patrice Bellot, maître de conférences à l'Université d'Avignon.
Ce séminaire sera l'occasion de présenter, dans leurs grandes lignes, les approches récentes de traitement automatique des langues et d'apprentissage automatique qui permettent à des systèmes informatiques de rechercher, classer et extraire de l'information dans de (très) grandes collections de documents écrits. On s'intéressera aux évolutions historiques des méthodes et hypothèses en oeuvre dans ces systèmes. Elles souligneront les interactions entre les disciplines que sont l'informatique, la linguistique, les mathématiques et les sciences de l'information.
Le propos sera illustré par des exemples concrets obtenus par les chercheurs de la thématique "Langage" du Laboratoire d'Informatique de l'Université d'Avignon (CERI-LIA) sur des données diverses. Ils permettront d'opposer approches de masse "à la Google" et analyses en profondeur ; oppositions qui interrogeront notamment sur la place de l'expert au sein des systèmes d'information et sur la manière dont ces systèmes peuvent, ou non, être adaptés à des corpus spécifiques et à des langues différentes.

En abordant ces différents aspects, nous espérons que les auditeurs du séminaire seront ensuite plus à même d'appréhender les outils de fouille de textes actuels, qu'ils / elles pourront mieux percevoir comment en tirer profit, et, pourquoi pas, apporter leurs propres contributions au futur de ces systèmes.

Page de présentation de Patrice Bellot sur le site du LIA : http://lia.univ-avignon.fr/personnel/index.html?tx_gestionutilisateurs_pi1[idutil]=8

La participation au séminaire est ouverte, mais sur inscription. Pour d’évidentes raisons de gestion des places, il est nécessaire d’annoncer sa présence en écrivant à :

pierre.mounier@revues.org ou marin.dacos@revues.org

Page de présentation du séminaire : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2010/ue/894/

Séminaire Digital Humanities : Internet comme objet et moyen de recherches en sciences sociales

La seconde séance du séminaire Digital Humanities, les transformations numériques du rapport aux savoirs aura lieu le mercredi 17 novembre 2010 de 14h à 16h au 96 bd Raspail, Paris 6e, en salle informatique. Nous inviterons pour cette séance, Dominique Cardon, sociologue, chercheur au laboratoire des usages de France Telecom R&D et Christophe Prieur, maître de conférence à Paris 7, chercheur au Laboratoire d'Informatique Algorithmique: Fondements et Applications. Ils viendront nous parler d'"Internet comme objet et moyen de recherche en sciences sociales"

A partir d'une série d'enquêtes menées sur l'exposition de soi en ligne, les usages de Flickr, des blogs politiques ou de Wikipédia, ils se proposent de réfléchir sur les transformations des méthodologies d'enquête en sciences sociales dans l'analyse des pratiques du web. Ils reviendront notamment sur les techniques de questionnaire en ligne, d'extraction et d'analyse des traces d'activités des internautes, de recherche interdisciplinaire avec les sciences de l'informatique et sur les questions déontologiques nouvelles que soulèvent ces approches.

Page personnelle de Christophe Prieur : http://www.liafa.jussieu.fr/~prieur/

Page de présentation de Dominique Cardon sur le site du CEMS : http://cems.ehess.fr/document.php?id=155

La participation au séminaire est ouverte, mais sur inscription. Pour d’évidentes raisons de gestion des places, il est nécessaire d’annoncer sa présence en écrivant à

pierre.mounier@revues.org ou marin.dacos@revues.org

Page de présentation du séminaire : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2010/ue/894/

A signaler : Dominique Cardon vient de publier aux éditions du Seuil, La Démocratie Internet, qui a fait l'objet d'un compte rendu publié sur Homo Numericus : http://homo-numericus.net/spip.php?breve1007

Support de présentation de Dominique Cardon

Archive vidéo du séminaire

Séminaire Digital Humanities S02 E01. A. Casilli. Les Liaisons numériques. 20 octobre 2010

Le séminaire Digital Humanities, les transformations numériques du rapport aux savoirs reprend pour la seconde année consécutive à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris. Le séminaire se penche sur l'émergence des Digital Humanities (DH), en Amérique du Nord et en Europe, à l'intersection des sciences humaines et sociales et des computer sciences. Ce terme désigne tout à la fois un ensemble de pratiques de recherche mobilisant de manière structurelle des moyens informatiques, des modèles épistémologiques relevant du concept de "e-sciences", mais aussi des modes de diffusion des résultats de la recherche qui mobilisent les nouveaux moyens de communication en réseau.

Page de présentation du séminaire : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2010/ue/894/

La première séance de l'année aura lieu le mercredi 20 octobre 2010 de 14h à 16h au 96 bd Raspail, Paris 6e, en salle informatique. Nous inviterons pour cette séance, Antonio Casilli, sociologue, chercheur au Centre Edgar Morin de l'EHESS. Antonio Casilli est l'auteur des Liaisons Numériques, ouvrage paru au Seuil en 2010 dans lequel il explore le développement d'une nouvelle sociabilité s'appuyant en grande partie sur les réseaux numériques. Il viendra nous parler à cette occasion de la manière dont il circonscrit des objets sociologiques, comme des relations sociales, articulant numérique et non-numérique et des questions méthodologiques que cela pose.

La participation au séminaire est ouverte, mais sur inscription. Pour d'évidentes questions de gestion de places, il est nécessaire d'annoncer sa présence en écrivant à pierre.mounier@revues.org ou marin.dacos@revues.org

Le séminaire dispose par ailleurs d'une liste de discussions à laquelle il est conseillé de s'inscrire : https://listes.cru.fr/sympa/subscribe/dh

On peut enfin, pour préparer la séance, aller consulter le site officiel du livre Les Liaisons Numériques, sur lequel on trouvera de nombreux textes de présentations, des liens vers les comptes rendus du livre qui ont été publiés, ainsi que les signalements de interventions de l'auteur : http://www.liaisonsnumeriques.fr/

Enregistrement audio de la séance

L’analyse de grands corpus évolutifs et la socio-informatique des controverses : de Prospero à Marloweb (présentation et enregistrement)

Le séminaire du Cléo : Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs a organisé une séance le mercredi 24 mars 2010 sur « L’analyse de grands corpus évolutifs et la socio-informatique des controverses : de Prospero à Marloweb »

Intervenants

Francis Chateauraynaud (GSPREHESS)
Josquin Debaz (Chercheur au GSPR)

Résumé de l'intervention

A partir de travaux développés depuis le milieu des années 1990 à la croisée de la sociologie et de l’informatique, cette séance du séminaire a examiné des méthodes et des procédures utilisées pour l’analyse de dossiers complexes saisis comme autant de grands corpus évolutifs, formés de textes numérisés.

La première partie de la séance est revenue  sur la genèse des outils placés au cœur de la suite logicielle Prospéro-Marlowe-Tirésias tout en les situant dans le champ des outils d’analyse informatisée pour les SHS.

La deuxième partie fut consacrée à une démonstration réalisée sur plusieurs corpus de façon à expliciter un certain nombre de concepts et de protocoles.

Bien que fortement orientés vers les objets de la sociologie des controverses et des conflits, ces outils peuvent trouver des applications sur des corpus très différents, et à ce titre devraient intéresser la plupart des disciplines des sciences sociales.

Enfin, la troisième partie a pris la forme d’un travail d’enquête collaborative sur un dossier choisi par les participants. Les discussions qui ont surgi ont permis d’examiner collectivement les conditions dans lesquelles ce type d’approche peut s’insérer dans le mouvement plus général des digital humanities et entrer en interaction avec de multiples formes d’archivages et de traitements numériques.

La socio-informatique des controverses a depuis l’automne 2009 son carnet de recherche sur hypotheses.org. On y trouvera des billets méthodologiques destinés à accompagner des recherches collectives  et à alimenter les discussions, ainsi que de multiples sources et références relatives aux logiciels utilisés et à leurs grandes applications.

Support de présentation

Enregistrement audio de la séance

XML TEI : un outil méthodologique pour la recherche en SHS (supports de présentation)

La  séance du séminaire Digital Humanities, Les transformations numériques du rapport aux savoirs qui a eu lieu le mercredi 3 février à l’EHESS,a porté  sur le sujet suivant : « XML TEI : un outil méthodologique pour la recherche en SHS ».

La séance s'est déroulée en trois temps. Voici les supports de présentation et enregistrements de cette séance :
  • 1er temps : introduction à XML-TEI. Enjeux et perspectives, par Nicole Dufournaud
  • 2e temps : un projet de recherche en phase de démarrage au Grihl-CRH : l’édition électronique critique de « La Vie de Michel de Marillac par Nicolas Lefevre de Lezeau » (XVIIe siècle). Présentation d’un exemple à partir des variantes de 3 versions manuscrites du chapitre 16 sur la Ligue, par Valérie Gratsac-Legendre, Christian Jouhaud, François-Xavier Petit, Cécile Soudan.
  • 3e temps : atelier pratique. Indexation d’un corpus TEI à partir d’une plateforme collaborative, par Nicole Dufournaud

Enregistrement audio de la séance :

Le Cléo organise THATCamp Paris, les 18 et 19 mai 2010

cc by-nc-nd

La communauté des Digital humanities émerge de plus en plus nettement, en particulier en Angleterre et aux USA. Nous, français et européens du continent, sommes invités par les américains à nous positionner, à participer au développement de la discipline. Comment y contribuer ?

le Cléo organise THATCamp Paris les 18 et 19 mai prochains. Il s'agit d'une « non-conférence » portant sur les Digital humanities. THATCamp (“The Humanities And Technology Camp”) Paris s'inscrit dans un vaste mouvement international lancé à Washington et qui couvre aujourd'hui les USA et l'Europe (Great Lakes, Columbus, Austin, Londres, Cologne, Florence...).

THATCamp Paris a pour objectif de répondre à la question : en Lettres, Sciences humaines et Sciences sociales, les individualités mettant en œuvre des dispositifs numériques veulent-elles travailler ensemble ? Quelles sont les conditions de mutualisation, de pérennisation et d'interconnexion des milliers de corpus construits isolément par les programmes de recherche, en France, en Europe, ou même dans le monde ? En en mot, quelles bonnes pratiques faut-il mettre en place pour dépasser la recherche isolée, s'inscrire dans une démarche collective et, si possible, cumulative ? La perspective de cyber-infrastructures peut-elle se mettre en place sans une implication forte de la communauté scientifique elle-même, trop souvent éloignée de questions souvent ramenées à des dimensions exclusivement techniques ?

THATCamp Paris a pour objectif de donner une meilleure visibilité à cette discipline émergente que sont les Digital Humanities et de structurer la communauté autour de ce thème.

Liens

Information :

Site THATCamp Paris 2010

Twitter

Inscriptions et/ou propositions d'ateliers :

Sur le Wiki ou en nous écrivant sur contact@revues.org

L’analyse de grands corpus évolutifs et la socio-informatique des controverses : de Prospero à Marloweb

Le séminaire du Cléo : Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs tiendra sa prochaine séance le mercredi 24 mars à 14h en salle informatique du 96 bd Raspail.

La séance portera sur « L’analyse de grands corpus évolutifs et la socio-informatique des controverses : de Prospero à Marloweb »

Intervenants

Francis Chateauraynaud (GSPREHESS)
Josquin Debaz (Chercheur au GSPR)

Programme

A partir de travaux développés depuis le milieu des années 1990 à la croisée de la sociologie et de l’informatique, cette séance du séminaire examinera des méthodes et des procédures utilisées pour l’analyse de dossiers complexes saisis comme autant de grands corpus évolutifs, formés de textes numérisés.

La première partie de la séance reviendra sur la genèse des outils placés au cœur de la suite logicielle Prospéro-Marlowe-Tirésias tout en les situant dans le champ des outils d’analyse informatisée pour les SHS.

La deuxième partie sera consacrée à une démonstration réalisée sur plusieurs corpus de façon à expliciter un certain nombre de concepts et de protocoles.

Bien que fortement orientés vers les objets de la sociologie des controverses et des conflits, ces outils peuvent trouver des applications sur des corpus très différents, et à ce titre devraient intéresser la plupart des disciplines des sciences sociales.

Enfin, la troisième partie prendra la forme d’un travail d’enquête collaborative sur un dossier choisi par les participants. Les discussions qui ne manqueront pas de surgir permettront d’examiner collectivement les conditions dans lesquelles ce type d’approche peut s’insérer dans le mouvement plus général des digital humanities et entrer en interaction avec de multiples formes d’archivages et de traitements numériques.

La socio-informatique des controverses a depuis l’automne 2009 son carnet de recherche sur hypotheses.org. On y trouvera des billets méthodologiques destinés à accompagner des recherches collectives  et à alimenter les discussions, ainsi que de multiples sources et références relatives aux logiciels utilisés et à leurs grandes applications.

Contacts

Le séminaire est ouvert mais sur inscription auprès de pierre.mounier@ehess.fr ou marin.dacos@revues.org. Afin de mieux gérer le nombre de places disponibles, il est nécessaire de confirmer par mail sa présence.

Du Literary and linguistic computing aux Digital Humanities : retour sur 40 ans de relations entre sciences humaines et informatique

Dans le cadre du séminaire Digital Humanities : les transformations numériques du rapport aux savoirs, nous avons reçu le 16 décembre dernier Lou Burnard, qui est directeur de l’Information and support group des Oxford University Computing Services. Figure importante de la communauté TEI, il est co-éditeur des Guidelines for Electronic Text Encoding and Interchange et participe aux travaux du British National Corpus. Il travaille depuis cette année à temps partiel pour le TGE Adonis.

Résumé de la communication

Les sciences humaines sont en train de vivre un tournant majeur en intégrant de manière de plus en plus étroite l’usage des technologies numériques dans leurs pratiques de recherche. Cette évolution est pourtant en marche depuis plusieurs décennies, avec, dès les années 60, la réalisation de l’index Thomisticus par Roberto Busa. Dans son intervention, Lou Burnard revient sur cette évolution historique qu’il propose d’analyser suivant une structuration en trois périodes : Literary & linguistic computing, Humanities computing et enfin Digital humanities. Ces trois moments peuvent être identifiés comme trois pistes et positionnements différents dans la manière d’explorer les relations entre sciences humaines et informatique.

Support de présentation

Enregistrement audio de la séance

Notes prises par Marin Dacos au cours de la séance
L'histoire des digital humanities, depuis 40 ans, par la confrontation entre le texte et les données. Dans les années 1970, se posait déjà le problème :

- en traitant le texte comme s'il était des données,

- en traitant les données... comme si elles n'étaient pas du texte ! Les données ne sont pourtant rien sans leur contexte.

Nous avons atteint un point de non-retour. Notre infrastructure scientifique est devenue complètement numérique. La structure de la connaissance est numérique, de façon irréversible. Les modèles commerciaux de l'infrastructure des connaissances sont également devenus numériques. Les bouleversements quantitatifs ont eu un impact qualitatif.

Les objets des SHS sont désormais numériques, même si les méthodes n'y parviennent pas encore. Et nos méthodes changent en permanence.

En particulier, nous sommes en train de passer de l'hypertexte à l'hyperdata : d'un web des documents à un web des données. La technologie est à peu près prête, mais les principaux problèmes sont plutôt socio-politico-culturels.

Première période. Literary and linguistic computing (LLC)

C'est l'âge héroïque. Le père Busa, un Jésuite,  en 1949, s'est mis en tête qu'il pourrait se servir de ces grosses machines, les mainframes IBM. Il avait des amis à Rome qui lui ont permis de se servir de l'installation IBM à Londres, pour gérer une nouvelle édition de Thomas d'Aquin. Ils ont tapé l'ouvrage en entier. C'est le premier travail d'édition électronique! Ça a pris beaucoup de temps. L'index Thomasticum est sorti en 1972.

Dix ans plus tard, à l'université de Brown, aux USA, on a construit le premier corpus linguistique. The Brown corpus for use on digital computers. Deux linguistiques américains, Henry Kucera et Nelson Francis, ont créé ce corpus. Il y avait un million de mots dans ce corpus ! Là aussi, c'était tapé à la machine, sur des cartes perforées, en lettres majuscules. Ils cherchaient à décrire la langue anglaise contemporaine. Ils ont pris quelques dizaines de livres, dans une bibliothèque, comprenant des fictions et des essais, de nombreux genres. C'est une des étape importante dans l'évolution de l'application des technologies dans les recherches linguistiques.

Ensuite, Thesaurus linguae graecae : corpus de langue grecque ancienne. Un professeur de grec, aux USA, Theodor Brunner, donnait des cours du soir, au grand public, pour présenter la littérature grecque. Un soir, un membre du public lui a demandé ce qu'il lui manquait pour mener des recherches sur les occurrences des mots dans la littérature. C'était David Hewlett (fils de Hewlett de Hewlett Packard). Il a financé Brunner pour enregistrer toute la littérautre. Il rencontra notamment des problèmes d'encodage. A l'époque des cartes perforées, il pouvait décrire les 26 lettres de l'alphabet latin, et quelques autres signes. Mais le grec... Ils ont dû inventer leur propre système d'encodage. Il s'appelait Beta Code. C'est une façon de présenter les lettres de l'ancien grec, sous format déguisé, en ASCII. Cela a posé problème ensuite, avec l'apparition d'Unicode... En ASCII, le A est le 31. Mais en Beta code, c'est un Alpha. C'est une convention qui dit : vous êtes en Beta Code, donc il faut savoir que 31 est l'Alpha. C'est un génial bricolage, qui utilise 256 caractères de l'ASCII. Evidemment, pose de gros problèmes de cohabitation entre Latin et Grec, et entre machines.

Il y a eu bien d'autres projets, qui auraient pu être sélectionnés dans cette histoire.

Construire un corpus... c'est bien. Mais que va-t-on faire avec ? A l'époque, l'idée était surtout de quantifier le style : mesurer les régularités statistiques dans le texte (quantification of style). Par exemple, étude de la concordance : la concordance est une invention médiévale, qui permet de savoir comment il faut se servir de tel ou tel mot. Lou montre le British national corpus, et cherche le mot « juxtaposition ». On voit apparaître les régularités des contextes d'apparition du mot, essentiellement les éléments qui le précèdent et qui le suivent. En 1959, les Cornell University Presses publient (sur papier) un nombre de concordances littéraires extraites d'un tri informatique. C'est un travail très lourd, qui donne une ligne par occurrence de chaque mot. Cornell University Press l'a vendu sous forme imprimée, mais ce n'était guère pratique... En 1968, fondation de CETEDOC, à Louvain la Neuve. C'est un des premiers centres de recherche dédié à l'appplication de l'informatique à des études médiévales et classiques. Ce centre fonctionne encore.

Autre cas : recherches portant le style, avec l'idée d'identifier un auteur par son style. Par exemple, ce type de méthode a été appliqué à l'attribution de textes à Saint Paul. A.Q. Morton, Paul, the man and the myth (1966). On étudie la courbe de fréquence des mots de chaque auteur, qui ne correspond pas du tout à une courbe qui serait due au hasard. Selon certains auteurs, il existe des « empreintes digitales » dans la manière dont chaque auteur utilise la langue et les mots. Lou Burnard est un peu sceptique sur cette approche très statistique.

En LLC, ce qui compte... c'est de compter.

En 1974, Robert William Fogel and Stanley L. Engerman, Time on the Cross: The Economics of American Negro Slavery. Boston: Little, Brown and Company, 1974. xviii + 286 pp. L'ouvrage essaie de voir si l'esclavage, en tant que système économique, était plus efficace que la liberté. Leur idéologie était l'idéologie numérique. Pour eux, le plus important étaient les faits, les chiffres, les faits. Ils ont fini par dire que les esclaves n'étaient fouettés que 0,7 fois par an. Ce livre a provoqué une explosion de critiques. C'était méthodologiquement très neuf. Cela reste un texte fondamental dans l'histoire économique et l'histoire des noirs. Ils ont été attaqués comme cliometricians. Cela a porté un coup très dur à la méthode informatique en histoire.

LLC est aussi une revue, fondée en 1976. http://llc.oxfordjournals.org/ Les LLC sont toujours vivantes et particulièrement en France. C'est la textométrie : le texte est considéré comme un phénomène statistique. Ils utilisent l'analyse factorielle et le data mining. Equipe à Lyon.

Deuxième phase. Humanities computing. Les années 1980-1994

Émergence des humanities centers. En Angleterre, se développent les programmes d'informatisation des écoles : “Computers in teaching initiative”. Il y a eu le BBC micro, vendu aux écoles pour que chaque enfant apprenne le Basic. Du côté recherche, “Arts and humanities data service” : une infrastructure pour les centres numériques existants. Est-ce qu'on était en train de faire quelque chose de nouveau ?

Ont émergé des communautés. Le Web n'existait pas. Mais le courrier électronique et les liste de discussion se développent. En 1987, fondation de la liste Humanist.

En 1976, Lou Burnard fonde le Oxford text archive. Ils disposaient d'une machine permettant de scanner et de faire de l'OCR sur le corpus. Ils mettaient la machine à disposition des chercheurs anglais. Ils numérisaient pour les chercheurs, à condition qu'ils acceptent qu'un entrepôt de données conserve les textes.

A la même époque, le Projet Gutenberg se développe, mais ce dernier n'étant pas construit très scientifiquement.

En France, Jean-Philippe Genet et d'autres historiens avancent prudemment l'idée que la numérisation des textes permettrait d'extraire des faits pour soutenir une théorie ou une hypothèse. Cela a été systématisé par Manfred Thaller, via Kleio, une base de données textuelle avant la lettre.

Une association internationale pour l'histoire et l'informatique est créée en 1987.

Le défi pour les humanities computing

Est-ce que les Humanities computing ont une théorie ? Est-ce que les textes numérisés sont intrinsèquement différents des textes analogiques ? Ou est-ce seulement un assemblage de méthodes et d'ingéniéries ?

Quand on a une ressource, on l'encode, on fait l'analyse, mais l'analyse comme l'encodage dépendent d'un modèle abstrait. Le modèle abstrait définit ce qu'est un texte : les paragraphes, les divisions, etc.

Dans le domaine universitaire, il ne suffit pas de conserver les octets d'un encodage. On a besoin d'une continuité de compréhension : l'encodage doit être auto-descriptif. C'est le sens et l'importance de la Text encoding initiative (TEI).

TEI est le seul projet d'Humanities computing qui dure toujours aujourd'hui. Il y avait une véritable tour de Babel de formats, avec une absence totale de standardisation, bien que chacun soit s'appuie sur le même modèle conceptuel. Il était difficile de faire converger les modalités pratiques d'encodage. La TEI a émergé comme un simple modèle, encyclopédique, des « significant particularities » des ressources textuelles.

Exemple : les tablettes de Vindolanda, dans un fort romain du mur d'Hadrien. Dans les années 1980, on a trouvé de petites tablettes, avec couche de cire par dessus. Ça permettait d'effacer. Mais on a trouvé des traces d'écritures superposées. Il montre un exemple d'encodage, qui permet de décrire le texte avec toutes ses ambiguïtés. L'encodage en question est le résultat d'un travail collaboratif de retranscription, débouchant sur un consensus.

Finalement 1995-... : les digital humanities

Et en 1994, le Web est arrivé. Pendant que les humanities computing discutaient... apparition de la numérisation en masse, explosion des capacités informatiques. L'informatique devient une commodité. Dans les années 1980, ça marchait peu ou prou... Emergence du grid computing. Emergence des folksonomies, du cloud computing...

La Library of congress a fait un rapport très intéressant sur les folksonomies apportées par le public à photothèque du Library of Congress sur FlickR.

  • Convergence et collaboration : rethinking scholarly editing, redefining the discipline.
  • New infrastructures?
  • The rise of digital library
  • Problème de l'autorité et de "link-rot".
  • Les biens non rivaux.
  • L'open source.

Est-ce que ce modèle peut marcher pour les ressources numérisées? Il y a des projets qui sont en train d'essayer de faire cela : “Digital humanities manifesto 2.0” (UCLA). Pour eux, les digital humanities ne sont pas un champ unifié, mais un ensemble de pratiques qui convergent :

  1. L'imprimé n'est plus le seul média permettant la dissémination de la connaissance, de la science. L'imprimé se trouve absorbé par de nouvelles configurations multimédia.
  2. Les digital tools, techniques and media ont modifié la façon de faire de la science.

L'économie des digital humanities est basée sur l'abondance, et non sur la rareté.

The importance of not reading

Que va-t-il pouvoir faire des millions de livres numérisés ? John Unsworth : “Although there is still a need for close-reading... we never don't not read”. Nouvelle synergie de méthodes, comme le corpus linguistiques, les pattern recognition, le data mining, la visualisation...

Conclusion

Les humanities apportent une contribution importante au web sémantique (TEI).

Pour Lou, l'informatique, c'est une discipline des humanités.

XML TEI : un outil méthodologique pour la recherche en SHS

CanadaType

La prochaine séance du séminaire Digital Humanities, Les transformations numériques du rapport aux savoirs, aura lieu le mercredi 3 février à l'EHESS, de 14h à 18h, au 96 bd Raspail, Salle informatique. Cette séance portera sur le sujet suivant : « XML TEI : un outil méthodologique pour la recherche en SHS ».

La séance se déroulera en trois temps :
  • 1er temps : introduction à XML-TEI. Enjeux et perspectives, par Nicole Dufournaud
  • 2e temps : un projet de recherche en phase de démarrage au Grihl-CRH : l'édition électronique critique de « La Vie de Michel de Marillac par Nicolas Lefevre de Lezeau » (XVIIe siècle). Présentation d'un exemple à partir des variantes de 3 versions manuscrites du chapitre 16 sur la Ligue, par Valérie Gratsac-Legendre, Christian Jouhaud, François-Xavier Petit, Cécile Soudan.
  • 3e temps : atelier pratique. Indexation d'un corpus TEI à partir d'une plateforme collaborative, par Nicole Dufournaud

Le séminaire est ouvert sur inscription auprès de pierre.mounier@ehess.fr ou marin.dacos@ehess.fr. Afin de mieux gérer le nombre de places disponibles, merci de bien vouloir confirmer par courriel votre présence.

Lire la suite