Archives pour la catégorie Université d’été

À paraître le 25 mars 2010 : la seconde édition du Read/Write Book. Le livre inscriptible

Read Write Book - Le livre inscriptible - 2ème éditionRead/Write Book. Le livre inscriptible est le premier ouvrage publié par le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo). Sa première version a accompagné, sous forme expérimentale et multi-supports, l’université d’été de l’édition électronique ouverte, qui s’est tenue à Marseille du 7 au 11 septembre 2009.

La seconde version du recueil, revue et augmentée  sortira le 25 mars 2010. Cette nouvelle édition sera diffusée, d’une part au format papier par les Éditions du Cléo et d’autre part aux formats epub et PDF en librairie électronique.

Remerciements

Ce recueil constitue un état des lieux des réflexions d’une communauté de chercheurs, de professionnels du livre, de pédagogues, de professionnels du numérique, d’expérimentateurs et d’explorateurs, parfois même de conquistadores, bref, d’une communauté d’intellectuels inscrits dans leur siècle que l’on appelle parfois la bouquinosphère. Ils partagent, débattent et parfois même s’étripent au sujet d’un sujet qui les passionne tous : le livre. Il faut saluer leur générosité et l’acuité de leur pensée. Je remercie particulièrement Hubert Guillaud, Virginie Clayssen et Pierre Mounier, dont l’inlassable travail de repérage, traduction, confrontation et mise en perspective ont rendu ce livre possible. Enfin, la dette de ce livre envers l’ensemble de l’équipe du Centre pour l’édition électronique ouverte est énorme, à travers l’enthousiasme, l’exigence de service public et le goût du travail bien fait dont ils font preuve chaque jour.

Sommaire

Introduction

Marin Dacos
Read/Write Book. Le livre devient inscriptible

Le livre électronique est un texte

Alain Pierrot et Jean Sarzana
Réflexion autour du livre et de l’œuvre numérique

Hubert Guillaud
Le papier contre l’électronique

Hubert Guillaud
Qu’est-ce qu’un livre à l’heure du numérique ?

Bob Stein
A Unified Field Theory of Publishing in the Networked Era

Nova Spivack
Bienvenue dans le flux : un nouvel âge pour le web

Monopolivre

Joël Faucilhon
Portrait du pirate en conservateur de bibliothèque

Milad Doueihi
Le livre à l’heure du numérique : objet fétiche, objet de résistance

Philippe Aigrain
La contribution créative : le nécessaire, le comment et ce qu’il faut faire d’autre

Robert Darnton
La bibliothèque universelle, de Voltaire à Google

Tim O’Reilly
Concurrence sur le marché du livre

Andrew Savikas
Amazon Ups the Ante on Platform Lock-In

Fabrice Epelboin
Données et métadonnées : transfert de valeur au cœur de la stratégie des médias

Édition électronique scientifique ?

Janet Stemwedel
The Saga of the Journal Comment

Pierre Mounier
L’édition en ligne : un nouvel eldorado pour les sciences humaines ?

Antoine Blanchard
Ce que le blog apporte à la recherche

André Gunthert
Why Blog ?

Conclusion

Pierre Mounier
Le livre et les trois dimensions du cyberespace

Orientations bibliographiques

À propos des auteurs

Compte rendu : « Les modèles économiques de l’édition numérique »

Virginie Clayssen - Photo par Élodie Picard

Virginie Clayssen - Photo par Élodie Picard

Du 7 au 11 septembre 2009, le Centre pour l’édition électronique ouverte a organisé son Université d’été de l’édition électronique ouverte. Nous mettons à votre disposition les comptes rendus des conférences et des cours donnés durant cette semaine de formation. Ce compte-rendu a été rédigé par Claire Vital, assistante de documentation et d’édition au Cléo.

Les modèles économiques de l’édition numérique (cours)

Intervenante : Virginie Clayssen
Vendredi 11 septembre 2009 – 10h30-12h30 (amphi Charve – Université St Charles)

Virginie Clayssen est chargée de développement et de veille numérique pour le groupe Editis et présidente de la commission numérique du Syndicat national de l’édition depuis juin 2009.

Le Read/Write Book : anglicisme ou désambiguïsation ?

L’utilisation d’un titre anglais pour un livre dont le contenu est principalement rédigé en français pourrait en surprendre plus d’un. Pourtant, ce titre est au cœur de la problématique. Il décrit avant tout les propriétés d’un support informatique : read, c’est être accessible en lecture ; write, accessible en écriture. Ainsi, le vocabulaire de l’univers du code vient percuter l’écosystème traditionnel du livre. Si le livre imprimé est lui aussi accessible en lecture et en écriture (par les annotations), il ne l’est que par les êtres humains et échappe notamment à l’indexation automatique. Avec le numérique, le livre devient accessible en lecture via un dispositif technique. Certains dispositifs permettent également d’écrire ; le livre peut alors devenir accessible en écriture.

Virginie Clayssen rappelle l’époque pré-Internet du livre numérique, celle du CD-Rom (ROM pour Read Only Memory, un support non inscriptible donc). L’usage du CD-Rom ne permettait pas réellement l’écriture et liait celle-ci à l’usage d’une machine particulière (sur le disque dur de l’ordinateur).

Dans le monde d’où nous venons, le privilège est l’autorisation exclusive d’imprimer et de vendre un livre pour une durée déterminée. Dans l’univers du code, ce terme revêt un sens tout particulier et désigne les droits que l’on accorde à un utilisateur sur une base de données. Une fois encore, nous sommes donc confrontés à une nouvelle polysémie. Tout comme il existe différents types de privilèges, il y a une variété des usages pour le livre.

Roger Chartier : « Ici se situe le grand défi, qui est de savoir si le texte électronique doit être soumis à des concepts hérités et donc du coup doit être transformé dans sa matérialité même, avec une fixité et des sécurités, ou si inversement les potentialités de cet anonymat, de cette multiplicité, de cette mobilité sans fin vont dominer les usages d’écriture et de lecture. Je crois que là se situent la discussion, les incertitudes, les vacillations contemporaines. »1

Difficile de savoir de quelle manière nous lirons dans vingt ans. Mais les comportements de lecture ont déjà changé et nous devons nous poser des questions.

Le moment e-book : le Kindle et autres liseuses

Il y a quelques années, on pensait que le numérique était réservé à un certain type d’édition, tel que l’édition médicale. Il était alors inconcevable d’imaginer que nous pourrions lire un livre sur un écran. Contre toute attente, il existe bien un public de lecteurs pour le livre numérique, en littérature. Ce phénomène est particulièrement significatif aux États-Unis, où beaucoup d’éditeurs ont d’ores et déjà fait basculer une partie de leur catalogue en numérique. Le principal acteur de ce changement est Amazon, avec l’introduction du Kindle sur le marché américain. Lire la suite

  1. « Le livre : son passé, son avenir. Entretien avec Roger Chartier », Ivan Jablonka, La Vie des idées, 29/09/2008 []

Questions de typographie, « Place de la toile » sur France culture (30 octobre 2009)

logo_franceculture
bd542b6c75771d5c685112a6bbae0e4a

L’émission « Place de la toile » abordera les questions de typographie vendredi 30 octobre à partir de 11h avec Inès Secondat de Montesquieu, éditrice au Centre pour l’édition électronique ouverte.

Le programme de l’émission :

  • Première partie : ce que la technologie change à la musique.
  • Deuxième partie : questions de typographie

Les intervenants :

  • Jean-Samuel Beuscart. Sociologue, économiste Orange Labs, chercheur associé à l’université de Marne-la-Vallée.
  • Jean-Yves Leloup. DJ et artiste sonore, journaliste et critique spécialisé en musique électronique, musique pop, art et technologies, travaille notamment pour le magazine Tsugi et le site Culture Mobile.
  • Cosmo Vitelli. Musicien et fondateur du label “I’m a cliché”.
  • Inès Secondat de Montesquieu. Responsable du pôle édition, Centre pour l’édition électronique ouverte (CNRS – EHESS – Université de Provence – Université d’Avignon).

Enregistrement de l’émission :

Liens

Compte rendu : « La typographie pour le web »

Inès Secondat de Montesquieu

Inès Secondat de Montesquieu

Du 7 au 11 septembre 2009, le Centre pour l’édition électronique ouverte a organisé son Université d’été de l’édition électronique ouverte. Nous mettons à votre disposition les comptes rendus des conférences et des cours donnés durant cette semaine de formation. Ce compte-rendu a été rédigé par Annik Le Pape, chargée d’édition au Cléo.

La typographie pour le Web (cours)

Intervenante : Inès Secondat de Montesquieu
jeudi 10 septembre 2009 – 10h30-12h30 (Université St Charles)

Inès Secondat de Montesquieu est éditrice et responsable du pôle édition du Centre pour l’édition électronique ouverte.

La typographie est fondamentalement ancrée dans la culture de l’imprimé mais tend de plus en plus à devenir une spécialité graphique plutôt qu’un métier à part entière. Trois questions : qu’en est-il de la typographie transposée dans l’environnement web ? comment améliorer la lisibilité visuelle des textes en ligne (micro-typographie) ? et comment composer des sites web qui facilitent la lecture cognitive (macro-typographie) ?

I. La typographie et son émergence sur le web

Notions basiques

On le sait, les deux principales familles de caractères sont les polices à empattement (dites « serif », comme le Times ou le Garamond), et les polices sans empattement (également appelées « linéales », « sans-serif » ou « bâton », comme l’Arial ou le Verdana).

La taille du caractère (son « corps ») est exprimée en « points » (Times 12 pt). Sur un support électronique, on va définir le corps d’une police soit en pixels (px, unité absolue), soit en « em » ou en « ex » (i.e. largeur du « m » ou du « x », unités relatives).

Lente émergence de la recherche typographique pour le web

Les débuts du web sont marqués par une absence totale de prise en considération de la typographie : usage exclusif des polices sans-serif, hyperliens soulignés, texte affiché sur tout l’écran, graphismes surchargés (images de fond, couleurs dans tous les sens…), voire abandon de tout enrichissement typographique au risque de perdre le sens même du texte (ainsi du Grand Meaulnes dont toute mise en forme est abolie dans sa restitution « Gutenberg »)1.

Ce n’est que progressivement que l’édition électronique s’est professionnalisée. De nouveaux métiers ont émergé : les producteurs de contenu ont commencé à travailler avec les développeurs, la question de la qualité éditoriale et des données s’est finalement posée. Introduites au milieu des années 1990, les CSS (Cascading Style Sheets, feuilles de style en cascade) ont grandement contribué à l’amélioration typographique des sites web – notamment à partir des années 2000, quand les navigateurs ont correctement supporté cet outil respectant les standards établis par le World Wide Web Consortium (W3C) pour l’affichage de documents HTML et XML. Il est ainsi devenu possible de spécifier pour toutes les pages d’un site leurs caractéristiques typographiques : police (font-family), taille (font-size), couleur, interlignage, interlettrage (letter-spacing), espace entre les paragraphes, hauteur des exposants et décalage des indices par rapport à la ligne de base, taille des petites capitales, des lettrines, etc.

Contraintes matérielles et techniques

La grande difficulté dans le webdesign est d’accepter que l’affichage puisse être déformé et, même, que le créateur n’aie aucune maîtrise sur le rendu final – qui dépendra des écrans, de leur taille, de leur résolution, du paramétrage des couleurs, des navigateurs parfois configurés par les internautes, ou encore des paramètres système de lissage ou non des polices… Cette instabilité du graphisme global, il faut s’y soumettre.

L’affichage du texte n’est pas davantage contrôlable. Si la typographie traditionnelle se composait ligne à ligne, et si la PAO a suivi les mêmes procédures, ce travail n’est plus possible sur le web : le texte est un flux, recomposable à l’intérieur d’un bloc prédéfini. Cet affichage de la ligne par défaut n’est pas stable, le texte pouvant être redimensionné par l’utilisateur et la césure placée en fin de ligne devenant inutile en cas d’agrandissement du texte. De la même façon, la gestion des caractères varie d’un navigateur à l’autre : l’espace fine n’est pas restituée de la même manière par Internet Explorer et par Firefox. Et l’on perd également la gestion des espaces entre les mots, la possibilité de placer une image où on le souhaite dans un bloc (centré, en habillage, etc.). Lire la suite

  1. Wikipedia est une bonne illustration de ces principes hérités des premiers moments du web : un affichage simplifié (sans doute pour favoriser l’appropriation de l’outil par les internautes), liens très visibles, texte sur large justification. []

Place de la toile, « Spéciale édition numérique » (le 16 octobre 2009)

logo_franceculture

bd542b6c75771d5c685112a6bbae0e4a

Marin Dacos.  Directeur du Centre pour l’édition électronique ouverte (CLEO). Fondateur du logiciel Lodel et les portails :Revues.org, Calenda, le calendrier des sciences sociales, In-extenso.org, Hypotheses.org. Est ingénieur de recherches au CNRS (architecte de systèmes d’information).
A été chargé de mission pour l’édition électronique au Ministère de la Recherche.

Hubert Guillaud.  Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, rédacteur en chef d’InternetActu.net et responsable de la veille à la Fondation Internet nouvelle génération.

Virginie Clayssen.  Directrice adjointe du Développement Numérique chez Editis

http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/place_toile/fiche.php?diffusion_id=76648&pg=avenir

Compte rendu : « Droit d’auteur et numérique, où en est-on ? »

Yann Bergheaud - Phot par Élodie Picard

Yann Bergheaud - Photo par Élodie Picard

Du 7 au 11 septembre 2009, le Centre pour l’édition électronique ouverte a organisé son Université d’été de l’édition électronique ouverte. Nous mettons à votre disposition les comptes rendus des conférences et des cours donnés durant cette semaine de formation. Ce compte-rendu a été rédigé par Pierre André, chargé d’édition au Cléo.

Droit d’auteur et numérique : où en est-on ? (cours)

Intervenant : Yann Bergheaud
Mardi 8 septembre 2009 – 10h30-12h30 (Université St Charles)

Yann Bergheaud est expert en propriété intellectuelle et artistique, spécialiste du droit de l’Internet et du e-learning. Il est chef de service du SUEL (Service universitaire d’enseignement en ligne) – Université Lyon 3, et expert auprès du Ministère C2i Métiers du Droit. Il est également organisateur des Journées lyonnaises du e-learning.

Le but de cette intervention était de passer en revue les adaptations du droit d’auteur aux enjeux du numérique, en commençant par une présentation générale des aspects les plus courants de la législation. Le sujet étant vaste, tout n’a pu être abordé. Mais on retiendra que le numérique n’a pas nécessairement apporté beaucoup de changements à la loi, bien que certains cas de figure soient actuellement dans une sorte de flou juridique.

Propriété intellectuelle

Le droit d’auteur, tel qu’envisagé aujourd’hui, est une création relativement récente, que l’on peut faire remonter à la Révolution française. Sa création visait à répondre à un impératif : mettre en place un régime juridique permettant aux auteurs d’être rémunérés pour leurs créations. La révolution industrielle a, par la suite, distingué la propriété industrielle (droit des brevets), et la propriété littéraire et artistique (droit d’auteur). Ces deux ensembles constituent la propriété intellectuelle.

Droit d’auteur

Le droit d’auteur, qui intéresse l’édition au premier chef, peut s’appliquer à tous types d’œuvres : littéraires ;  picturales ; musicales ; cinématographiques, mais aussi aux sites ; jeux vidéos ; logiciels, etc. La loi n’a pas été modifiée pour tenir compte de toutes ces créations nouvelles, même si l’Art. L.112 2 du Code de la propriété intellectuelle inclut les logiciels.

Le droit d’auteur est défini depuis l’origine en référence au droit de propriété (CPI Art. L 111-1). Cette propriété peut être immatérielle et incorporelle, ce qui n’est pas sans ambiguité. On préfère aujourd’hui le terme « monopole d’exploitation » à « droit de propriété ». Ce monopole autorise le créateur d’une œuvre de l’esprit d’en disposer comme bon lui semble, et de décider de son exploitation.

L’article 111-1 indique que deux types d’attributs sont à distinguer dans le droit : les attributs d’ordre intellectuel et moral (droit moral : perpétuel, imprescriptible, inaliénable), et les attributs d’ordre patrimonial (droits d’exploitation, expirant 70 ans après la mort de l’auteur avant le passage de l’œuvre dans le domaine public).

Notion d’œuvre

Le problème est qu’il n’existe pas de définition, dans le code, de ce qu’est une œuvre protégée par le droit d’auteur. Le juge a donc décidé que le critère définissant une œuvre est l’originalité. Comment définir l’originalité ? On considère que l’originalité est la marque de la personnalité de l’auteur, ce qui reste éminemment subjectif. Il est plus simple de définir ce qui n’est pas protégé : ce qui est banal, qui relève de la pure technique. Une œuvre doit être une formalisation d’une idée, elle peut même être inachevée. Les méthodes (comme pour apprendre à jouer d’un instrument), les formules mathématiques ne sont pas protégeables. Mais tout ce qui matérialise une conception intellectuelle est soumis au droit d’auteur.

À l’inverse, ce qui relève de la technique n’est pas protégé : un fichier HTML basique, un modèle de document de traitement de texte par exemple. En revanche, le contenu qui y est inséré est protégé.

Protection de l’œuvre

Contrairement aux brevets, une œuvre n’a pas à être déposée pour être protégée (CPI Art. L. 111-2). Problème : une œuvre non divulguée peut être plagiée. Autre problème, en cas de litige : il faut pouvoir prouver qu’une création appartient à son auteur. Le critère temporel est alors important. Sur Internet, il est conseillé de dater les pages et de conserver les logs des serveurs, même si ce type d’information peut être falsifié.

Dépôt légal

Le dépôt légal (Art L.131-2 du Code du patrimoine) peut être utile pour prouver l’originalité d’une œuvre. Mais ce dépôt est avant tout conservatoire, et il n’existe pas de sanctions en cas de manquement. De fait, bon nombre d’œuvres ne sont pas déposées auprès de l’autorité de dépôt. La loi DADVSI (2006-961 du 1er août 2006 relative aux droits d’auteur et aux droits voisins dans la société de l’information, titre IV) a étendu ce dépôt aux sites internet, mais cela ne requiert pas de démarche de la part du créateur du site (pour simplifier, c’est une tâche effectuée par la BNF).

Unité de l’art

L’Art. L 112-1 précise que toutes les œuvres sont protégées, quelle que soit leur nature, quel que soit le genre, la forme d’expression, le mérite ou la destination. Cela inclut les œuvres orales (un cours, une plaidoirie). Logiquement, les supports numériques n’ont rien changé à cette disposition. Ce texte interdit au juge de porter un regard moral, esthétique, artistique, sur une œuvre.

Types d’œuvres protégeables

Les articles 112-1 à 112-4 listent les œuvres protégeables.  Cela comprend des œuvres issues de transformations ou de combinaisons originales : traductions, anthologies, bases de données. Une traduction nécessite une cession des droits de la part de l’auteur de l’œuvre originale. Les anthologies, qui ne sont a priori qu’une compilation d’œuvres existantes, sont le fruit d’une sélection et d’une organisation marquant la personnalité de leur auteur (sans parler de l’appareil critique).

Quant aux bases de données, elles tombent sous une législation spécifique, différente du droit d’auteur. On retiendra que le contenant est protégé en premier lieu, et non le contenu. Dans le droit d’auteur en général, l’idée est moins protégée que la forme sous laquelle elle est exprimée (on ne peut revendiquer de droits sur des thèmes universels).

Auteur de l’œuvre

L’Art. L 113-1 précise que la qualité d’auteur appartient, sauf preuve contraire, à celui ou à ceux sous le nom de qui l’œuvre est divulguée. Il s’agit donc d’une présomption. Dans le cas où il y a usurpation, il faut amener la preuve devant le juge (qui pourra trancher selon différents moyens : graphologie, etc.).

Cas des agents publics auteurs

L’Art. L. 131-3-1, issu de la loi DADVSI de 2006, apporte quelques précisions sur le statut des agents publics auteurs.

Le droit d’exploitation des œuvres est cédé à l’État, si celles-ci sont réalisées d’après des instructions reçues, dans le strict accomplissement de la mission. L’exploitation commerciale, en revanche, fait seulement l’objet d’un droit de préférence. L’auteur reste titulaire, bien évidemment, de son droit moral (il doit être cité).  Les agents autonomes (enseignants-chercheurs, par exemple) ne sont pas concernés par ces dispositions : ils sont automatiquement titulaires des droits. Leur statut le prévoit juridiquement. Les contributions à des publication, même dans le cadre de leur activité, restent leur propriété.

Œuvre de collaboration, collective, et composite

L’Art. L. 113-2 distingue ces différents types d’œuvres, et le reste du chapitre précise les choses.

Œuvres de collaboration

On retiendra que l’œuvre de collaboration peut s’appliquer particulièrement à des projets comme des sites, qui impliquent le plus souvent informaticiens, infographistes, rédacteurs… La loi précise que la propriété est commune, et que chaque auteur peut exercer ses droits sur l’ensemble de l’œuvre. Chaque élément est constitutif de l’ensemble, ce qui entraîne la nécessité d’agir à l’unanimité, les désaccords éventuels devant faire l’objet d’une procédure. Le meilleur moyen d’éviter ce genre de litiges est de prévoir en amont les conditions d’application du droit (à la majorité, par exemple).

Le dernier alinéa de l’Art. 113-3 sur les œuvres de collaboration est trompeur : « Lorsque la participation des coauteurs relève de genres différents, chacun peut exploiter séparément sa contribution personnelle. » Cela n’est pas toujours possible, car l’intégrité de l’œuvre dépend parfois de l’ensemble. L’exploitation séparée de ces éléments n’est pas possible si elle porte préjudice à l’ensemble.

Œuvre collective

Elle est régie par l’Art L. 113-5. L’œuvre est créée à l’initiative d’une seule personne (un chef de projet, par exemple), qui donne des directives à une équipe. La liberté de création de chaque auteur est moins prégnante dans ce cas. Cette personne est investie des droits d’auteur. Il peut s’agir d’une personne physique ou morale (État, etc.).

La distinction entre œuvre collective et œuvre de collaboration doit être définie clairement lors du démarrage du projet, afin d’éviter les conflits, par la suite.

Œuvre composite

Les œuvres composites (Art L. 113-4), créées à partir d’autres œuvres sont protégées, sous réserve des droits de l’œuvre préexistante (on pense notamment à des manipulations avec des logiciels de retouche d’images d’œuvres préexistantes : sampling visuel). La question est de savoir si cela donne lieu à des droits pour les auteurs des œuvres adaptées ou transformées ; et si l’autorisation qui est faite d’une image couvre tous les cas de figure, en particulier s’il y a dénaturation (ce qui relève alors du droit moral, donc plus subjectif). Ce genre de problématiques doit se résoudre au cas par cas.

Passage du papier au web

Lors du passage d’une édition papier à une édition en ligne, le consentement écrit de l’auteur est obligatoire, à moins que le contrat n’ait déjà prévu ce cas de figure. Voir l’Art. L. 132-7.

De manière générale, les contrats de droit d’auteur doivent prévoir tous les cas de figure quant à l’exploitation de l’œuvre : droits de représentation/droits de reproduction ; supports envisagés ; zone géographique (pour Internet, prévoir une exploitation mondiale, à quelques exceptions près) ; durée de cession (qui peut être égale aux droits de l’auteur : cession globale). La spécificité d’Internet est que l’accès à l’information est multiple. Les contrats doivent mentionner les supports existants, mais aussi prévoir la possibilité de publication pour médias présents et futurs (liseuses, par exemple). Chaque support doit être listé, tout ce qui n’étant pas expressément prévu dans le contrat est exclu.

Autre problème, qui touche en particulier aux images : si l’on considère que la numérisation d’une œuvre dégrade l’œuvre originale (compression, perte d’informations), est-ce que la mise en ligne constitue une dénaturation ? Cela relève du droit moral, ce qui n’est pas sans causer quelques problèmes : des ayants droits peuvent s’en prémunir bien après la mort de l’auteur. Si possible, la meilleure solution reste d’associer l’auteur au travail, dès le départ.

Creative Commons

Les licences de type Creative Commons sont multiples et prévoient de nombreux cas de figure. Très schématiquement, elles constituent une façon simple pour un auteur de renoncer à ses droits d’exploitation afin de diffuser son œuvre. Elles permettent de fixer les conditions d’utilisation d’une œuvre sans volonté de commercialisation. Une large diffusion permet notamment d’éviter plagiats et contrefaçons. Les licences CC ne constituent pas forcément des cessions de droits. Elles sont des applications du droit d’auteur classique, adaptées à la juridiction française.

Le problème juridique est de savoir si ces licences constituent des contrats à part entière (engagement entre deux parties), ou bien si elles peuvent être assimilées à des actes unilatéraux (l’auteur déclare ne pas exercer son monopole d’exploitation). Dans le premier cas, les deux parties sont soumises aux règles. Mais s’il s’agit d’un acte unilatéral, le contrat peut être mis en cause à tout moment si l’auteur ne s’engage pas. Le retrait d’une œuvre de Creative Commons par l’auteur ou un ayant droit peut donc être source de problèmes. Mais l’usage a prouvé que les licences Creative Commons étaient en général utilisées à bon escient, et que l’intention originelle de partage de l’œuvre est rarement remise en cause par la suite.

Exception pédagogique

L’utilisation de contenu sous droits d’auteur dans le cadre d’un cours ou de pédagogie peut échapper au versement de droits. Voir l’Art . L.122-5-3, modifié par la loi DADVSI. Mais dans les faits, il est très difficile de décider ce qui constitue une exception, dans ce cas. Le CFC (Centre français d’exploitation du droit de copie) a des chartes très complexes pour quantifier le volume des passages utilisables librement. Au final, on arrive souvent à des situations où les éditeurs sont rémunérés plusieurs fois pour un même contenu : par le prêt public des ouvrages en bibliothèque ; pour l’accès aux bases de données numériques ; et enfin dans le cadre de l’activité pédagogique.

Pour conclure…

En conclusion, malgré tous les changements apportés par les nouveaux supports, il n’y a pas encore eu de refonte globale du droit d’auteur. Jusqu’ici, les modifications se sont surtout faites par des couches d’amendements successifs. Les licences libres s’accordent avec l’idée de libre accès à l’information promue par Internet, mais elles ne constituent pas un changement fondamental du droit. Par ailleurs, de nombreuses incohérences subsistent dans les relations entre droit individuel et bien public, en particulier pour ce qui est de la reproduction des œuvres d’art tombées dans le domaine public (rémunération d’un photographe exploitant commercialement un patrimoine collectif, sans forcément ajouter une originalité à l’œuvre de départ). Il s’agit certes d’une source de revenu pour les musées, mais cela force parfois des administrations à devoir payer un contenu appartenant à la collectivité.

Liens

Lire la suite

Compte rendu : « L’impression à la demande : une révolution pour l’objet-livre ? »

Luc Spooren - Photo par Élodie Picard

Luc Spooren - Photo par Élodie Picard

Du 7 au 11 septembre 2009, le Centre pour l’édition électronique ouverte a organisé son Université d’été de l’édition électronique ouverte. Nous mettons à votre disposition les comptes rendus des conférences et des cours donnés durant cette semaine de formation. Ce compte-rendu a été rédigé par Pierre André, chargé d’édition au Cléo.

L’impression à la demande : une révolution pour l’objet-livre ? (conférence)

Intervenants : Luc Spooren et Virginie Clayssen
Jeudi 10 septembre 2009 – 18h-19h (amphi Charve – Université St Charles)

Luc Spooren est directeur de la société Unibook. Virginie Clayssen est chargée des projets numériques chez Éditis, et s’occupe du dossier numérique au Syndicat national de l’édition.

L’impression numérique, l’impression à la demande

Il convient de distinguer l’impression numérique (le processus technique, s’apparentant à un copieur élargi), et l’impression à la demande (service proposé aux particuliers ou aux éditeurs, dit aussi print on demand, parfois abrégé POD).

Il existe deux croyances tenaces sur l’impression numérique. Celle-ci aurait vocation à remplacer l’impression traditionnelle : ce n’est pas le cas, l’offset restant une solution plus avantageuse pour de gros volumes et pour certains travaux (livres d’art). La deuxième croyance est que cette forme d’impression s’adresserait avant tout à l’auto-édition, c’est-à-dire à des particuliers souhaitant publier leurs mémoires ou leurs romans (vanity publishing). Même si c’est vrai en partie, les usages sont plus variés que cela, et on constate que les éditeurs s’y intéressent également. Notamment pour maintenir certains titres épuisés en vente et ainsi prolonger la vie des ouvrages ; ou pour de petits tirages, pouvant s’adapter à la demande du marché. Outre les éditeurs, les entreprises, administrations et autres associations peuvent tirer profit de ce mode d’impression.

Si l’on prend le cas d’Unibook, qui se veut plate-forme unique pour créer, publier et trouver des livres en impression à la demande, une majeure partie (70 %) de la clientèle est composée de particuliers. Mais comme Unibook offre sur son site Internet des modules permettant à quiconque de créer son propre livre, on peut penser que cette proportion se voit augmentée, par rapport à un prestataire qui proposerait un simple service d’impression numérique, pas forcément destiné aux particuliers. Unibook n’est d’ailleurs pas imprimeur (la production est déléguée à différents sites dans le monde), constituant un cas particulier puisqu’il redistribue également les ouvrages, sans toutefois être éditeur, le contenu n’étant pas vérifié (hors dérives manifestes).

Lorsqu’il est question d’impression à la demande, il faut se demander : à la demande de qui ? Ainsi, deux modèles d’édition émergent :

À la demande de l’auteur

Certains auteurs contournent la chaîne éditoriale classique (phénomène des wannabes, souhaitant à tout prix être édités, mais ayant essuyé des refus de la part d’éditeurs traidtionnels). Mais ceci est peut-être un cliché. De nombreux particuliers souhaitent simplement partager images et textes avec leur entourage, par l’intermédiaire d’un livre, car l’objet-livre a fait la preuve de sa commodité. On constate que cette dernière catégorie est la plus représentée dans la clientèle d’Unibook, par exemple. L’auto-édition devient un service répondant à un besoin.

Le compte d’auteur ayant toujours existé, cela ne change pas fondamentalement les choses, mais facilite considérablement la réalisation de ce type de projets.

À la demande du lecteur

Ce qui est nouveau, c’est que les lecteurs peuvent désormais choisir d’imprimer des livres qui les intéressent. On parle beaucoup des Espresso book machines, qui pourraient être mises en place en librairie, plus ou moins en libre-service. Mais les éditeurs proposent de plus en plus des services d’impression de livres épuisés. Par exemple, Faber & Faber, sur son site Faber Finds. On peut penser que Google Books mettra en place, à terme, ce genre de services [depuis cette conférence, c'est officiellement annoncé]. Le livre devient potentiellement éternel. Se pose alors la question des droits, notamment pour les couvertures. Faber & Faber, en l’occurrence, a mis en place un système permettant de générer automatiquement des couvertures uniques pour chaque livre, car les droits liés aux illustrations sont souvent difficiles à obtenir.

Nouveaux modèles

Outre ce type de service d’impression de titres épuisés, qui est le premier qui vient à l’esprit, émerge un nouveau modèle à mi-chemin entre l’édition numérique et l’impression à la demande, avec des innovations autour du livre personnalisé. Par exemple, ce qu’on appelle le pick & mix, service consistant à piocher dans une base de données d’un éditeur divers chapitres et les mêler dans un seul ouvrage, en ajoutant également des options personnelles, et en customisant l’apparence. L’exemple classique est le livre de cuisine, ou les manuels universitaires. Le modèle économique étant le freemium : la conception du livre est gratuite, mais l’impression finale est payante.

De nombreuses questions peuvent se poser lorsque l’on parle d’impression à la demande et de livre numérique.

Quid des droits d’auteur et du prix unique du livre ?

Un livre en impression à la demande peut être plus cher que l’original, puisqu’il revient plus cher à produire au niveau d’un exemplaire. Si l’on considère que le livre imprimé à la demande est une réimpression, un nouveau prix peut être fixé, et le consommateur peut être prêt à payer plus cher pour un livre donné.

La loi sur le prix unique du livre ne concerne pas les livres sous forme numérique (la définition fiscale de ce qu’est un livre, dans la loi française, ne mentionne pas sa version électronique pour l’instant).

Quant au piratage : si un particulier veut imprimer à la demande un livre en fournissant un fichier dont il ne possède pas les droits, Unibook ne vérifie pas. Mais les conditions d’utilisation stipulent que la personne envoyant le livre doit être titulaire des droits, et l’utilisateur doit cocher une case en conséquence.

Les livres numériques ont-ils un ISBN ?

Oui, un ISBN par format doit être assigné, en théorie, pour des raisons de gestion. Dans la perspective d’une revente d’un livre électronique par morceaux (ex. Lonely Planet), des ISBN par chapitre peuvent même être assignés.

Quelle est la rentabilité pour Unibook ?

Chaque exemplaire est profitable en impression à la demande, car il n’y a pas de coûts fixes de calage, par exemple. Mais, en revanche, le service Faber & Faber mentionné précédemment n’est pas forcément rentable. Il s’agit d’un service proposé au lecteur (qui peut aussi permettre à l’éditeur de maintenir ses titres en vente, lui évitant d’éventuels ennuis liés à la clause de disponibilité).

Avec les nouveaux services de type pick & mix, que devient la notion d’autorité de l’éditeur sur le contenu ?

Pour le cas des manuels scolaires, par exemple, on constate déjà que des professeurs créent souvent leur cours à partir de plusieurs spécimens qui leur sont envoyés par les éditeurs. Autant reproduire cela en numérique, sur le modèle du freemium (conception gratuite, et impression payante). Le problème majeur étant actuellement la structuration du contenu afin de l’intégrer dans des bases de données nécessaires à ce type de traitements. Des partenariats se créent entre éditeurs et sociétés informatiques spécialisées dans les bases de données et le XML. On citera, à titre d’exemple de ce type d’initiative, le site Sharedbook qui produit www.allrecipes.com (livres de cuisine personnalisés).

Quelle est la typologie des prestataires d’impression à la demande à l’heure actuelle ? Sont-ils tous basés sur le même modèle et les mêmes technologies, ou ont-ils des stratégies différentes ?

L’offre proposée par les prestataires est variable, en effet. Certains sont spécialisés dans les livres de photos, à l’instar de Blurb, pouvant même être liés à des sites comme Flickr. Ces sites peuvent proposer de surcroît une aide à la mise en page et à la présentation du contenu, fournissant un service plus élaboré que MyPix, par exemple. Ces sites se placent délibérément dans une sorte de niche, contrairement à Lulu.com, Unibook , Books on demand, qui sont plus généralistes.

Iuniverse ou Virtual Word Publishing se focalisent sur les auteurs souhaitant faire leur promotion, sans passer par un éditeur, en leur proposant différentes offres et conseils (correction, avis d’un éditeur…). L’impression de l’ouvrage n’est qu’une partie de leur métier.

Dans un état d’esprit similaire, HarperCollins, éditeur américain, propose un site, Authonomy, dédié aux auteurs en quête de publication (wannabes). Les auteurs publient leur livre en train de se faire (avec possibilité de commenter), et un service d’impression à la demande est offert, via CreateSpace (racheté par Amazon). Le site constitue un vivier d’auteurs pour HarperCollins, qui peut décider de publier un livre s’il constate que celui-ci remporte un certain succès, ce qui redouble l’intérêt des auteurs pour ce site. L’éditeur sait que l’autoédition existe et tente d’en profiter. On assiste à une explosion de la chaîne du livre.

Liens

Lire la suite

Outils de publication web : comparaison et évolutions

Marin Dacos, Pierre Mounier

Outils de publication web : comparaison et évolutions (cours)

Intervenants : Marin Dacos et Pierre Mounier
vendredi 11 septembre 2009 – 10h30-12h30 (Université St Charles)

Du 7 au 11 septembre, le Centre pour l’édition électronique ouverte organise son Université d’été de l’édition électronique ouverte. Nous mettons à votre disposition les enregistrements des conférences et des cours donnés durant cette semaine de formation. Ces podcasts ont été réalisés par Élodie Picard, Pierre-Alain Mignot et Christophe Bonijol.

Lodel, Spip, Drupal, OJS, Scenari, Joomla, Xoops, Typo3 : la jungle des outils de publication de contenus sur le Web s’enrichit chaque jour d’une nouvelle variété de produits. S’y repérer est bien difficile pour qui doit choisir son outil à la veille d’entamer un projet de réalisation de site web. Le cours n’a pas pour objectif – impossible – de dresser une liste exhaustive des outils existants, mais plutôt de cerner des éléments de méthodologie permettant à un responsable de projet de se poser les bonnes questions au moment du choix de son outil. Cette famille de logiciels est d’ailleurs traversée depuis ses débuts par une tension entre la conception d’outils génériques, couteaux suisses de la publication web d’un côté, et la proposition d’outils spécialisés sur un type particulier de contenus ou un usage spécifique. Les formateurs feront le point sur cette question et tenteront de dégager les évolutions importantes qui traversent le champ aujourd’hui.


Lire la suite

Les modèles économiques de l’édition numérique

Virginie Clayssen

Les modèles économiques de l’édition numérique (cours)

Intervenante : Virginie Clayssen
vendredi 11 septembre 2009 – 10h30-12h30 (Université St Charles)

Du 7 au 11 septembre, le Centre pour l’édition électronique ouverte organise son Université d’été de l’édition électronique ouverte. Nous mettons à votre disposition les enregistrements des conférences et des cours donnés durant cette semaine de formation. Ces podcasts ont été réalisés par Élodie Picard, Pierre-Alain Mignot et Christophe Bonijol.

L’arrivée de la “révolution numérique” dans le secteur de l’édition donne lieu à des interprétations contrastées : côté usages, c’est tout un ensemble de nouvelles possibilités qui sont offertes aux auteurs et aux lecteurs pour communiquer de manière différente autour du livre, ou même pour s’affranchir des contraintes formelles qu’impose l’objet livre et inventer de nouvelles formes éditoriales. Côté éditeurs, la perception est différente : à regarder ce qui s’est passé dans d’autres secteurs, comme la presse ou l’industrie musicale, la révolution numérique apparaît davantage comme un facteur de fragilisation des industries culturelles et de leur modèle économique. Selon certains économistes, le numérique entraîne un “transfert d’utilité” depuis les industries culturelles vers l’industrie des télécommunication, qui revient à une destruction plus ou moins complète de leurs sources habituelles de revenus.Les modèles économiques de l’édition numérique restent donc à trouver ; et il semble que sur ce point, les modèles économiques globaux ne sont pas d’une grande utilité. L’heure est aux expérimentations, comme en témoignent les très nombreuses initiatives, qui explorent dans le même temps des pistes opposées.

Liens


Lire la suite

Les nouveaux usages en bibliothèques universitaires

Daniel Bourrion

Les nouveaux usages en bibliothèques universitaires (conférence)

Intervenant : Daniel Bourrion
vendredi 11 septembre 2009 – 9h-10h (amphi Charve – Université St Charles)

Du 7 au 11 septembre, le Centre pour l’édition électronique ouverte organise son Université d’été de l’édition électronique ouverte. Nous mettons à votre disposition les enregistrements des conférences et des cours donnés durant cette semaine de formation. Ces podcasts ont été réalisés par Élodie Picard, Pierre-Alain Mignot et Christophe Bonijol.

La mise à disposition de ressources électroniques dans les bibliothèques universitaires s’accompagne-t-elle du développement de nouveaux usages de consultation et de lecture ? Quels sont ces usages ? Sont-ils différents selon les publics ? La bibliothèque de l’Université d’Angers a lancé cette année une expérimentation sur le prêt aux lecteurs de “livrels” (livres électroniques). Quel bilan peut-on tirer de cette expérimentation ? Que peut-elle nous dire du repositionnement des bibliothèques dans l’éco-système de circulation de l’information numérique ?


Lire la suite

L’impression à la demande : une révolution pour l’objet-livre ?

Luc Spooren, Virginie Clayssen

L’impression à la demande : une révolution pour l’objet-livre ? (conférence)

Intervenants : Luc Spooren et Virginie Clayssen
jeudi 10 septembre 2009 – 18h-19h (amphi Charve – Université St Charles)

Du 7 au 11 septembre, le Centre pour l’édition électronique ouverte organise son Université d’été de l’édition électronique ouverte. Nous mettons à votre disposition les enregistrements des conférences et des cours donnés durant cette semaine de formation. Ces podcasts ont été réalisés par Élodie Picard, Pierre-Alain Mignot et Christophe Bonijol.

Liens


Lire la suite

Où va l’édition électronique ?

Hubert Guillaud

Où va l’édition électronique ? (conférence)

Intervenant : Hubert Guillaud
mercredi 9 septembre 2009 – 18h-19h (amphi Charve – Université St Charles)

Du 7 au 11 septembre, le Centre pour l’édition électronique ouverte organise son Université d’été de l’édition électronique ouverte. Nous mettons à votre disposition les enregistrements des conférences et des cours donnés durant cette semaine de formation. Ces podcasts ont été réalisés par Élodie Picard, Pierre-Alain Mignot et Christophe Bonijol.

Difficile de répondre à la question “Où va l’édition électronique ?”, car cette question implique de parler de ce qui serait un secteur en soi. Or je dois confesser que le secteur m’intéresse bien moins que les pratiques. Je me contenterais donc de dresser un tableau sur les transformations que le numérique va faire subir au livre, à nos pratiques de lectures et par-delà, à nos métiers.

Qu’est-ce qu’un livre à l’heure du numérique ?

Que devient le livre à l’heure de l’électronique ? Comment le livre va-t-il s’augmenter d’électronique ? Qu’est-ce qu’un livre quand il n’a plus de support physique ? Quand la forme matérielle qui définit son existence même n’existe plus ?

Voilà une question à laquelle il est très difficile de répondre. Parce qu’en dématérialisant l’oeuvre, le format électronique détruit (c’est une destruction créatrice, mais c’est une destruction tout de même) ce qui faisait la définition même du livre : son support. En remettant en cause son support même, l’électronique remet en cause tout le modèle du livre que l’on connaissait jusqu’à présent.


Lire la suite

Les clés du référencement

jcp2

Les clés du référencement (cours)

Intervenant : Jean-Christophe Peyssard
jeudi 10 septembre 2009 – 10h30-12h30 (Université St Charles)

Du 7 au 11 septembre, le Centre pour l’édition électronique ouverte organise son Université d’été de l’édition électronique ouverte. Nous mettons à votre disposition les enregistrements des conférences et des cours donnés durant cette semaine de formation. Ces podcasts ont été réalisés par Élodie Picard, Pierre-Alain Mignot et Christophe Bonijol.

Mettre en ligne n’est pas diffuser. Un document publié sur Internet reste invisible tant que son existence n’est pas signalée auprès d’intermédiaires qui référencent le document et permettent à ses lecteurs potentiels d’en connaître l’existence. Avec l’évolution des technologies et des usages du réseau, le paysage du référencement est chaque jour plus compliqué : au delà des moteurs de recherche, et de Google, auquel on est tenté de s’arrêter, il ne faut négliger ni les bases de données professionnelles qu’utilisent les bibliothèques pour dresser la liste des ressources disponibles, ni, à l’autre extrême, les réseaux sociaux – généralistes et spécialisés – et autres outils de micro-blogging qui connaissent de fortes croissances d’usages. Finalement, c’est à une large palette d’acteurs très différents les uns des autres qu’il faut s’adresser si l’on souhaite optimiser la visibilité des documents qu’on diffuse sur Internet.

Comment identifier les intermédiaires de référencement pertinents ? Sur quelle bases peut-on les sélectionner ? Comment leur signaler ses contenus ? Comment présenter ses métadonnées ? Quels sont les standards et protocoles de communication utilisés pour transmettre les données ? C’est en répondant à ces questions qu’on élabore une véritable stratégie de référencement ciblée sur canaux les plus efficaces et proportionnée aux forces dont on dispose.


Lire la suite

La typographie pour le Web

Inès Secondat de Montesquieu

La typographie pour le Web (cours)

Intervenante : Inès Secondat de Montesquieu
jeudi 10 septembre 2009 – 10h30-12h30 (Université St Charles)

Du 7 au 11 septembre, le Centre pour l’édition électronique ouverte organise son Université d’été de l’édition électronique ouverte. Nous mettons à votre disposition les enregistrements des conférences et des cours donnés durant cette semaine de formation. Ces podcasts ont été réalisés par Élodie Picard, Pierre-Alain Mignot et Christophe Bonijol.

La typographie est l’art et la manière de composer un texte afin de rendre le texte lisible et favoriser sa compréhension. Communément réduite à un choix de police, de taille ou de couleur, la typographie est une véritable science mise au service du texte. L’objectif de ce cours est d’observer l’adaptation du concept de typographie au support électronique ; de confronter les pratiques typographiques imprimées de composition manuelle des pages, avec celles de génération automatisées de pages web. Face aux multiples contraintes techniques de ce nouveau support, comment publier sur le web une page dans une typographie harmonieuse, lisible et agréable à la lecture ? Quelles sont les problématiques actuelles entre webdesign et typographie ? Quels sont les outils, les obstacles, ou les possibilités typographiques sur le web ?

Liens


Lire la suite

Le blogging scientifique

Pierre Mounier

Le blogging scientifique (conférence)

Intervenant : Pierre Mounier
jeudi 10 septembre 2009 – 9h-10h (amphi Charve – Université St Charles)

Du 7 au 11 septembre, le Centre pour l’édition électronique ouverte organise son Université d’été de l’édition électronique ouverte. Nous mettons à votre disposition les enregistrements des conférences et des cours donnés durant cette semaine de formation. Ces podcasts ont été réalisés par Élodie Picard, Pierre-Alain Mignot et Christophe Bonijol.

Longtemps considéré comme un mode d’expression personnel, un “journal intime” en ligne, le blog est pourtant de plus en plus intégré dans les pratiques professionnelles. Dans les milieux scientifiques, il fait l’objet d’une adoption croissante par les chercheurs eux-mêmes qui voient en lui un moyen simple et rapide de communiquer facilement et avec souplesse sur leur travail au quotidien. Carnet de notes lié à une activité de veille pour les uns, outil de discussion quasi-instantanée au sein des communautés de recherche pour d’autres, le blog peut aussi être un moyen très satisfaisant pour les chercheurs de vulgariser leur travail et d’entamer un dialogue avec le public sur les enjeux éthiques, politiques, sociétaux de leurs recherches.

Pour autant, la place de ce mode de communication dans l’écosystème de circulation des connaissances scientifique est encore à débattre. Manifestement, le blog repose sur des codes très différents des modes plus traditionnels de communication scientifique, comme la revue à comité de lecture. Ce faisant, on peut se demander s’il ne vient pas assumer de manière croissante un certain nombre de fonctions que ces revues, du fait de l’évolution des conditions de publication, n’assument plus.


Crédits photographiques : « Le blogging scientifique », Élodie Picard, tous droits réservés.