Archives pour la catégorie Métiers du Cléo

Le Cléo recrute un(e) community manager

Poste pourvu

Le Centre pour l’édition électronique recrute un(e) community manager pour sa plateforme Hypotheses.org et pour un contrat à durée déterminée d’un an, renouvelable.

Disponibilité : février 2011 (ou mars, ou avril).

Statut : CDD 12 mois (renouvelable)

Salaire : 23 874€ brut annuel

Niveau d’études : Licence, Bac + 3

Expérience : Une première expérience en animation de communauté ou en gestion de projets web est souhaitée

Candidater : Envoyer CV et lettre de motivation à l’adresse contact@revues.org

Date limite de dépôt des candidatures : il est recommandé de candidater le plus rapidement possible, les entretiens ayant lieu en continu. Dès que le poste sera pourvu, l’annonce originale l’indiquera : http://leo.hypotheses.org/5740

Employeur : CNRS, Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo)

Branche d’activité professionnelle : F – Documentation, Edition, Communication

Corps : Ingénieur d’étude

Mission

Il/Elle coordonne l’ensemble des opérations conduisant à la mise en œuvre et à l’animation d’Hypotheses.org, plateforme de blogs de sciences humaines et sociales (architecture globale, conception scientifique et éditoriale, contenus, animation des communautés d’utilisateurs – contributeurs et lecteurs) en phase avec l’orientation scientifique et la politique des systèmes d’information et de communication du Cléo.

Tendances d’évolution

  • Développement d’outils d’information et de communication scientifique à l’échelle de l’ensemble des sciences humaines et sociales
  • Constitution de communautés d’utilisateurs autour des outils d’information scientifique
  • Intégration des sites internet dans des systèmes d’information scientifique interconnectés
  • Généralisation du Web dynamique
  • Évolution et renouvellement des normes et des technologies Web
  • Internationalisation des sites internet

Activités principales

  • Mise en oeuvre de la stratégie de développement de la plateforme Hypothèses
  • Rédaction de cahiers des charges pour les développements informatiques et les interfaces de la plateforme
  • Suivi de réalisation des développements informatiques et d’intégration de maquettes
  • Animation de la communauté des utilisateurs de la plateforme
  • Rédaction de documentation à destination des utilisateurs
  • Animation de formations et de présentations à destination des utilisateurs
  • Veille sur les usages du Web 2.0 dans la communication scientifique (science blogging, social bookmarking, réseaux sociaux, plateformes collaboratives)
  • Veille sur les évolutions du logiciel WordPress et de sa communauté de développement

Compétences principales

Savoirs généraux, théoriques ou disciplinaires

  • Connaissances approfondies des sciences humaines et sociales francophones (acteurs, institutions, objets, évolutions)
  • Connaissance approfondie des usages du Web 2.0 dans la communication scientifique (science blogging, social bookmarking, réseaux sociaux, plateformes collaboratives)
  • Connaissance générale des normes de l’édition électronique scientifique
  • Connaissances approfondie des méthodologies de conception des sites web
  • Connaissance approfondie des méthodes d’animation de communautés virtuelles
  • Connaissance générale des technologies de développement web multimédia
  • Connaissance générale des technologies de l’infographie
  • Connaissance approfondie du logiciel WordPress et de sa communauté de développement

Savoirs sur l’environnement professionnel

  • Les normes et standards de l’Internet et du multimédia
  • Le projet et les priorités de son établissement et des autres tutelles
  • L’organisation et les activités des composantes
  • L’organisation et les activités de l’établissement et des autres tutelles (formation, recherche, édition)

Savoir-faire opérationnels

  • Définir les objectifs de communication du site
  • Maîtriser parfaitement l’expression écrite et les règles typographiques en français
  • Utiliser les outils de publication et de gestion de contenus pour le Web
  • Paramétrer le logiciel WordPress
  • Analyser les attentes des fournisseurs de contenus et des utilisateurs
  • Structurer et rédiger un document technique et fonctionnel adapté aux différents utilisateurs
  • Établir un cahier des charges technique, graphique et éditorial
  • Veiller à l’ergonomie et à l’esthétique des sites
  • Veiller au respect des dispositions qualités et des normes
  • Organiser et mener des campagnes de tests sur les développements

Compétences linguistiques

  • Anglais : expression écrite et orale : niveau 2 / compréhension écrite et orale : niveau 2
  • Notions d’une autre langue européenne

Compétences associées

Savoirs généraux, théoriques ou disciplinaires

  • Connaissance générale des droits d’auteur, du droit d’utilisation / diffusion, droit à l’image et droit des contrats.

Savoirs sur l’environnement professionnel

  • L’offre logicielle libre et l’offre du marché concurrentiel.

Savoir-faire opérationnels

  • Planifier les activités et répartir la charge de travail au sein des équipes de développement et de rédaction
  • Organiser et gérer une équipe pluridisciplinaire en mode projet
  • Suivre la progression des travaux au sein de l’équipe
  • Transmettre un certain nombre de savoir-faire en adaptant ses explications au public concerné
  • Prendre en compte les observations et questions des demandeurs et utilisateurs

Environnement professionnel

Lieu d’exercice

  • L’activité s’exerce au sein du pôle information scientifique du Centre pour l’édition électronique ouverte, UMS 3287 (CNRS-EHESS-Université de Proveence-Université d’Avignon), à Marseille (13003).

Diplôme réglementaire exigé

  • Pour le recrutement externe : Licence

Formations et expérience professionnelle souhaitables

  • Domaines de formation : sciences humaines et sociales, multimédia ou web, informatique
  • Expérience souhaitable : information et communication scientifique, animation de communauté en ligne, collaboration étroite avec les enseignants chercheurs, travail au sein d’équipes pluridisciplinaires

Crédits photographiques : Bird Houses, par See-Ming Lee, en CC by-sa 2.0 sur Flickr

Mission
Il coordonne l’ensemble des opérations conduisant à la mise en œuvre et à l’animation d’Hypotheses.org, plateforme de blogs de sciences humaines et sociales (architecture globale, conception scientifique et éditoriale, contenus, animation des communautés d’utilisateurs – contributeurs et lecteurs) en phase avec l’orientation scientifique et la politique des systèmes d’information et de communication du Cléo.

Tendances d’évolution
•                  Développement d’outils d’information et de communication scientifique à l’échelle de l’ensemble des sciences humaines et sociales
•                  Constitution de communautés d’utilisateurs autour des outils d’information scientifique
•                  Intégration des sites internet dans des systèmes d’information scientifique interconnectés
•                  Généralisation du Web dynamique
•                  Évolution et renouvellement des normes et des technologies Web
•                  Internationalisation des sites internet

Activités principales
Mise en oeuvre de la stratégie de développement de la plateforme Hypothèses
Rédaction de cahiers des charges pour les développements informatiques et les interfaces de la plateforme
Suivi de réalisation des développements informatiques et d’intégration de maquettes
Animation de la communauté des utilisateurs de la plateforme
Rédaction de documentation à destination des utilisateurs
Animation de formations et de présentations à destination des utilisateurs
Veille sur les usages du Web 2.0 dans la communication scientifique (science blogging, social bookmarking, réseaux sociaux, plateformes collaboratives)
Veille sur les évolutions du logiciel WordPress et de sa communauté de développement

Compétences principales
Savoirs généraux, théoriques ou disciplinaires
•                  Connaissances approfondies des sciences humaines et sociales francophones (acteurs, institutions, objets, évolutions)
•                  Connaissance approfondie des usages du Web 2.0 dans la communication scientifique (science blogging, social bookmarking, réseaux sociaux, plateformes collaboratives)
•                  Connaissance générale des normes de l’édition électronique scientifique
•                  Connaissances approfondie des méthodologies de conception des sites web
Connaissance approfondie des méthodes d’animation de communautés virtuelles
•                  Connaissance générale des technologies de développement web multimédia
•                  Connaissance générale des technologies de l’infographie
•                  Connaissance approfondie du logiciel WordPress et de sa communauté de développement
Savoirs sur l’environnement professionnel
•                  Les normes et standards de l’Internet et du multimédia
•                  Le projet et les priorités de son établissement et des autres tutelles
•                  L’organisation et les activités des composantes
•                  L’organisation et les activités de l’établissement et des autres tutelles (formation, recherche, édition)
Savoir-faire opérationnels
•                  Définir les objectifs de communication du site
•                  Maîtriser parfaitement l’expression écrite et les règles typographiques en français
•                  Utiliser les outils de publication et de gestion de contenus pour le Web
•                  Paramétrer le logiciel WordPress
•                  Analyser les attentes des fournisseurs de contenus et des utilisateurs
•                  Structurer et rédiger un document technique et fonctionnel adapté aux différents utilisateurs
•                  Établir un cahier des charges technique, graphique et éditorial
•                  Veiller à l’ergonomie et à l’esthétique des sites
•                  Veiller au respect des dispositions qualités et des normes
•                  Organiser et mener des campagnes de tests sur les développements
Compétences linguistiques
•                  Anglais : expression écrite et orale : niveau 2 / compréhension écrite et orale : niveau 2
•                  Notions d’une autre langue européenne
Compétences associées
Savoirs généraux, théoriques ou disciplinaires
•                  Connaissance générale des droits d’auteur, du droit d’utilisation / diffusion, droit à l’image et droit des contrats.
Savoirs sur l’environnement professionnel
•                  L’offre logicielle libre et l’offre du marché concurrentiel.
Savoir-faire opérationnels
•                  Planifier les activités et répartir la charge de travail au sein des équipes de développement et de rédaction
•                  Organiser et gérer une équipe pluridisciplinaire en mode projet
•                  Suivre la progression des travaux au sein de l’équipe
•                  Transmettre un certain nombre de savoir-faire en adaptant ses explications au public concerné
•                  Prendre en compte les observations et questions des demandeurs et utilisateurs
Environnement professionnel
Lieu d’exercice
•                  L’activité s’exerce au sein du pôle information scientifique du Centre pour l’édition électronique ouverte, UMS 3287 (CNRS-EHESS-Université de Proveence-Université d’Avignon), à Marseille (13003).
Diplôme réglementaire exigé
•                  Pour le recrutement externe : Licence
Formations et expérience professionnelle souhaitables
•                  Domaines de formation : sciences humaines et sociales, multimédia ou web, informatique / Expérience souhaitable : information et communication scientifique, animation de communauté en ligne, collaboration étroite avec les enseignants chercheurs, travail au sein d’équipes pluridisciplinaires

Karim Hammou mention au Prix de la recherche de l’Inathèque 2010

Maxi 45 tours Planète Mars, IAM, Labelle noir / Delabel 1991

Karim Hammou, membre de l’équipe de validation de Calenda, et membre du Conseil scientifique d’Hypotheses.org, a reçu une mention au Prix de la recherche de l’Inathèque 2010 pour sa thèse de sociologie Batailler pour un chant. La constitution d’une culture professionnelle musicienne du rap français, sous la direction d’Emmanuel PEDLER, directeur d’études à l’EHESS.

Grâce aux archives de l’Institut national de l’audiovisuel, il a pu analyser les premières émissions de télévision qui font découvrir, sur TF1, A2 et FR3, l’existence d’un rap en français de 1987 à 1991.

Il est l’auteur du carnet de recherche Sur un son rap, prolongement de sa thèse portant sur les usages d’un genre musical rap en France.

Toute l’équipe du Cléo félicite Karim pour cette mention !

Questions de typographie, « Place de la toile » sur France culture (30 octobre 2009)

logo_franceculture
bd542b6c75771d5c685112a6bbae0e4a

L’émission « Place de la toile » abordera les questions de typographie vendredi 30 octobre à partir de 11h avec Inès Secondat de Montesquieu, éditrice au Centre pour l’édition électronique ouverte.

Le programme de l’émission :

  • Première partie : ce que la technologie change à la musique.
  • Deuxième partie : questions de typographie

Les intervenants :

  • Jean-Samuel Beuscart. Sociologue, économiste Orange Labs, chercheur associé à l’université de Marne-la-Vallée.
  • Jean-Yves Leloup. DJ et artiste sonore, journaliste et critique spécialisé en musique électronique, musique pop, art et technologies, travaille notamment pour le magazine Tsugi et le site Culture Mobile.
  • Cosmo Vitelli. Musicien et fondateur du label “I’m a cliché”.
  • Inès Secondat de Montesquieu. Responsable du pôle édition, Centre pour l’édition électronique ouverte (CNRS – EHESS – Université de Provence – Université d’Avignon).

Enregistrement de l’émission :

Liens

Compte rendu : « La typographie pour le web »

Inès Secondat de Montesquieu

Inès Secondat de Montesquieu

Du 7 au 11 septembre 2009, le Centre pour l’édition électronique ouverte a organisé son Université d’été de l’édition électronique ouverte. Nous mettons à votre disposition les comptes rendus des conférences et des cours donnés durant cette semaine de formation. Ce compte-rendu a été rédigé par Annik Le Pape, chargée d’édition au Cléo.

La typographie pour le Web (cours)

Intervenante : Inès Secondat de Montesquieu
jeudi 10 septembre 2009 – 10h30-12h30 (Université St Charles)

Inès Secondat de Montesquieu est éditrice et responsable du pôle édition du Centre pour l’édition électronique ouverte.

La typographie est fondamentalement ancrée dans la culture de l’imprimé mais tend de plus en plus à devenir une spécialité graphique plutôt qu’un métier à part entière. Trois questions : qu’en est-il de la typographie transposée dans l’environnement web ? comment améliorer la lisibilité visuelle des textes en ligne (micro-typographie) ? et comment composer des sites web qui facilitent la lecture cognitive (macro-typographie) ?

I. La typographie et son émergence sur le web

Notions basiques

On le sait, les deux principales familles de caractères sont les polices à empattement (dites « serif », comme le Times ou le Garamond), et les polices sans empattement (également appelées « linéales », « sans-serif » ou « bâton », comme l’Arial ou le Verdana).

La taille du caractère (son « corps ») est exprimée en « points » (Times 12 pt). Sur un support électronique, on va définir le corps d’une police soit en pixels (px, unité absolue), soit en « em » ou en « ex » (i.e. largeur du « m » ou du « x », unités relatives).

Lente émergence de la recherche typographique pour le web

Les débuts du web sont marqués par une absence totale de prise en considération de la typographie : usage exclusif des polices sans-serif, hyperliens soulignés, texte affiché sur tout l’écran, graphismes surchargés (images de fond, couleurs dans tous les sens…), voire abandon de tout enrichissement typographique au risque de perdre le sens même du texte (ainsi du Grand Meaulnes dont toute mise en forme est abolie dans sa restitution « Gutenberg »)1.

Ce n’est que progressivement que l’édition électronique s’est professionnalisée. De nouveaux métiers ont émergé : les producteurs de contenu ont commencé à travailler avec les développeurs, la question de la qualité éditoriale et des données s’est finalement posée. Introduites au milieu des années 1990, les CSS (Cascading Style Sheets, feuilles de style en cascade) ont grandement contribué à l’amélioration typographique des sites web – notamment à partir des années 2000, quand les navigateurs ont correctement supporté cet outil respectant les standards établis par le World Wide Web Consortium (W3C) pour l’affichage de documents HTML et XML. Il est ainsi devenu possible de spécifier pour toutes les pages d’un site leurs caractéristiques typographiques : police (font-family), taille (font-size), couleur, interlignage, interlettrage (letter-spacing), espace entre les paragraphes, hauteur des exposants et décalage des indices par rapport à la ligne de base, taille des petites capitales, des lettrines, etc.

Contraintes matérielles et techniques

La grande difficulté dans le webdesign est d’accepter que l’affichage puisse être déformé et, même, que le créateur n’aie aucune maîtrise sur le rendu final – qui dépendra des écrans, de leur taille, de leur résolution, du paramétrage des couleurs, des navigateurs parfois configurés par les internautes, ou encore des paramètres système de lissage ou non des polices… Cette instabilité du graphisme global, il faut s’y soumettre.

L’affichage du texte n’est pas davantage contrôlable. Si la typographie traditionnelle se composait ligne à ligne, et si la PAO a suivi les mêmes procédures, ce travail n’est plus possible sur le web : le texte est un flux, recomposable à l’intérieur d’un bloc prédéfini. Cet affichage de la ligne par défaut n’est pas stable, le texte pouvant être redimensionné par l’utilisateur et la césure placée en fin de ligne devenant inutile en cas d’agrandissement du texte. De la même façon, la gestion des caractères varie d’un navigateur à l’autre : l’espace fine n’est pas restituée de la même manière par Internet Explorer et par Firefox. Et l’on perd également la gestion des espaces entre les mots, la possibilité de placer une image où on le souhaite dans un bloc (centré, en habillage, etc.). Lire la suite

  1. Wikipedia est une bonne illustration de ces principes hérités des premiers moments du web : un affichage simplifié (sans doute pour favoriser l’appropriation de l’outil par les internautes), liens très visibles, texte sur large justification. []

Les métiers du Cléo (10) : responsable du pôle Formations et Usages (Pierre Mounier)

piotrr-1

L’édition électronique ouverte poursuit sa série d’entretiens présentant les métiers du Cléo. Ces entretiens ont été réalisés par Élodie Picard. Aujourd’hui, nous présentons Pierre Mounier, responsable du pôle Formations et Usages du Cléo.

Comment es-tu arrivé au Cléo ? Quelle a été ta trajectoire ?

J’ai d’abord suivi un cursus en lettres classiques puis je me suis tourné vers l’anthropologie pour finir par les sciences de l’information et de la communication. Sur le plan statutaire, je suis  enseignant. À partir de là, j’ai acquis des compétences « sur le tas » dans les technologies de l’information et de la communication (TIC), en particulier lorsque j’ai fondé le site Homo Numericus, qui traite des relations entre les technologies numériques et les questions de société.  En 2002, j’ai été recruté par l’École normale supérieure Lettres et sciences humaines afin de monter une cellule d’édition numérique en sciences humaines et sociales. J’ai très vite compris qu’il était intéressant de le faire en partenariat avec Revues.org qui était alors une initiative encore proche de ses débuts. J’ai donc rencontré Marin Dacos et j’ai été très séduit par la manière dont Revues.org voulait faire de l’édition électronique, c’est-à-dire à la fois en profitant de l’aspiration de toutes les innovations du Web, et en plaçant la notion d’appropriation au cœur de cette innovation. Je suis ensuite entré au comité de rédaction de Revues.org en 2003. Les années passant, j’ai continué de développer cette cellule d’édition numérique – qui est aujourd’hui devenue un service d’édition numérique à l’ENS LSH – tout en participant au comité de rédaction de Revues.org. Par la suite, j’ai fini par basculer totalement chez Revues.org qui est devenu le Cléo depuis. Je suis donc entré officiellement au Cléo en septembre 2008.

Comment définirais-tu ton métier aujourd’hui au sein de l’équipe du Cléo ?

Au Cléo, je suis responsable du pôle formations et usages et mon métier, c’est d’être formateur. Ce poste prend en charge plusieurs aspects liés les uns aux autres : le premier et le plus important serait la formation sous ses différentes facettes. Il s’agit d’assurer et d’organiser des formations à l’édition électronique. Certaines  formations  sont généralistes et théoriques. Elles peuvent prendre la forme de présentations ou de formations plus formelles, comme par exemple l’Université d’été que nous organisons en septembre. Et puis il y a des formations pratiques à l’utilisation du logiciel Lodel ou à l’utilisation d’autres outils proposés par le Cléo comme Hypothèses, Manuscrits, ou même à l’utilisation du portail lui-même, plus récemment.

Le dernier aspect de mon métier concerne les usages. Cela correspond à un rôle plutôt exploratoire sur le développement de nouveaux usages et de nouveaux services. Deux services sont actuellement en cours de développement : Hypothèses et Manuscrits, pour lesquels je joue un rôle d’explorateur.

Ensuite, il y a un travail de rédaction et de documentation, complémentaire aux formations. On souhaite aussi développer de nouveaux supports de formation tels que des screencasts (des petites vidéos montrant les actions à accomplir, des sortes de tutoriels).

Le troisième aspect, moins visible mais aussi important, est un travail de veille. Il consiste en un suivi quotidien des évolutions de l’environnement, qu’il soit immédiat comme tout ce qui concerne l’actualité de l’édition électronique en SHS, l’actualité de l’édition électronique pour les publications scientifiques de manière plus large, l’actualité de l’édition électronique en soi et l’actualité des nouvelles technologies. Ce sont des niveaux qui sont imbriqués les uns dans les autres et les innovations sont tellement rapides et importantes qu’on ne peut pas se priver de regarder ce qui se passe, même dans des domaines qui peuvent paraitre assez lointains comme la question de la musique ou du cinéma en ligne, ou celle de la gouvernance de l’internet par exemple, etc. ; en fait, tout ce qui peut avoir des répercussions sur l’édition électronique.

Les blogs sont un cas typique. On se dit souvent que les blogs n’ont absolument rien à voir avec l’édition électronique en SHS, que cela ne relève que du narcissisme adolescent ou de l’expression personnelle. L’expérience montre le contraire. Ce qui s’est développé au niveau des interactions sociales, au niveau de la vie quotidienne des gens, a eu des répercutions dans le milieu de la recherche. Il y a de plus en plus de chercheurs qui utilisent cet outil aujourd’hui pour faire ce que nous appelons les carnets de recherches en sciences humaines. Je crois que c’est un bon exemple de l’importance de l’activité de veille qui permet de détecter des innovations à la marge de son coeur de métier, mais qui, à terme, vont avoir un impact important.

Alors justement, une question ciblée : comment définirais-tu la notion d’usages ?

C’est un terme qui est presque un faux ami, on se dit souvent que les usages consistent simplement en l’utilisation d’un outil ou d’un objet technique. Finalement, c’est autre chose. C’est un concept qui permet d’éviter ce qu’on pourrait qualifier de réductionnisme. Quand on s’intéresse aux technologies de l’information et de la communication, il y a plusieurs pièges et notamment des pièges de réductionnisme dans lesquels il vaut mieux éviter de tomber.  Le mieux connu est le réductionnisme techniciste qui tendrait à croire que c’est bien l’objet technique qui détermine les utilisations, que c’est l’innovation technique qui entraîne un certain type de pratiques. Beaucoup d’études ont démontré le contraire depuis.

Ce qu’on pourrait appeler un réductionnisme sociologique au contraire, consisterait à croire que ce sont les structures sociales qui déterminent entièrement les utilisations et que la technologie serait neutre, qu’elle n’aurait aucune incidence sur les pratiques en question. C’est aussi les études micros sur les pratiques et sur les utilisations des objets techniques qui ont montré que ce n’était pas non plus le cas, qu’il n’y avait pas une détermination complète par des structures sociales pré-établies des utilisations des objets techniques.

La sociologie des usages essaie de sortir de ce double réductionnisme. En France, la chercheuse Josiane Jouët en est une des représentantes. Ce courant est assez important pour ce que l’on fait, nous, au Cléo. Nous ne faisons pas de recherche mais nous tentons de garder à l’esprit cette approche lorsque nous  imaginons des dispositifs techniques ou lorsque nous les mettons en place. Nous essayons d’avoir à l’esprit et de garder ensemble tout un tas de niveaux et d’éléments hétérogènes qui jouent un rôle très important dans notre travail. Il y a des éléments micros, comme des éléments d’ergonomie par exemple ; il y a des éléments techniques, liés à la nature même de l’objet technique ; mais il y a aussi d’autres éléments, plus macros cette fois et moins évidents dans une première approche, liés aux représentations, c’est-à-dire aux imaginaires techno-culturels. Comment les personnes, c’est-à-dire à la fois ceux qui conçoivent les dispositifs et ceux qui les utilisent, imaginent utiliser ces dispositifs. Sachant que les pratiques ne correspondent pas automatiquement aux imaginaires évidemment.

Patrice Flichy, qui se situe en grande partie dans ce courant de la sociologie des usages, a très bien étudié ce rôle des imaginaires socio-techniques dans l’innovation, surtout pour les technologies de l’information et de la communication.

D’autres aspects sont aussi importants, il s’agit par exemple des questions de normes qui sont en partie liées aux représentations, avec la question de savoir comment les normes se construisent dans les usages des objets techniques ou des dispositifs techniques et/ou comment s’appliquent des normes qui sont propres à un milieu par exemple. Ici, le milieu auquel on s’adresse est celui de sciences humaines et sociales qui a sa propre déontologie. Cette déontologie, ces normes, ces coutumes jouent un rôle essentiel dans la manière dont les chercheurs utilisent les dispositifs.

Il s’agit avant tout de faire en sorte que ce que l’on essaie d’imaginer, d’inventer, que les innovations que l’on essaie de pousser aient une prise sur le public auquel on s’adresse. Et pour cela, il faut satisfaire tous les niveaux.

Une des notions primordiales de la sociologie des usages, que Revues.org utilise d’ailleurs depuis très longtemps, c’est la notion d’appropriation. L’appropriation est donc possible lorsque tous ces éléments ont été pris en compte et que le dispositif que l’on a imaginé se situe au point de rencontre entre des préoccupations techniques, ergonomiques, politiques même (au sens rapport de pouvoir), sociologiques, professionnelles, etc. Et c’est pour ça que le mot usage est important et n’est pas synonyme de celui d’utilisation.

Bibliographie de Pierre Mounier

  • En collaboration avec Marin Dacos : L’édition électronique, coll. « Repères », La Découverte, Paris, 2010 (à paraître) ;
  • En collaboration avec Marin Dacos : « Les carnets de recherche, laboratoire du savoir savant et d’une refondation du rapport science-société », in Christian Jacob (dir.), Lieux de savoir, T. 2, Gestes et supports du travail savant, Albin Michel, à paraître ;
  • « Internet governance and the question of legitimacy », in Governance, Regulations and Powers on the Internet, E. Brousseau, M. Marzouki, C. Méadel (dir.) Cambridge University Press (à paraître) ;
  • En collaboration avec Marin Dacos : « Sciences et société en interaction sur Internet. Eléments pour une histoire de l’édition électronique en sciences humaines et sociales », Communication et Langage, avril 2009.
  • « Les NTIC et la crise de la culture », in L’état du monde, 2009, Paris, La Découverte, 2008.
  • « Assurer la diversité culturelle à l’ère numérique », in G. Debrégéas et T. Lacoste (dir.), L’Autre Campagne, Paris, La Découverte, 2007.
  • « Une analyse technologique d’un réseau de communautés : samizdat.net », in Communautés virtuelles : penser et agir en réseau, Presses de l’Université Laval, 2006
  • « Technologies libres et société », La Revue Nouvelle, n°6-7, juin-juillet 2005
  • En collaboration avec Joëlle Le marec, « Institutions publiques : entre logiques marchandes et échanges communautaires », Terminal, n°97-98, 2006
  • Accès libre », in La ‘société de l’information’, glossaire critique, Commission nationale française pour l’UNESCO, La Documentation Française, Paris, 2005
  • Les Maîtres du Réseau : une histoire politique d’Internet, Paris, La Découverte, 2002.
  • Pierre Bourdieu, une introduction, Paris, Pocket, 2001.
  • « L’ICANN : Internet à l’épreuve de la démocratie », Mouvement, n°18, novembre-décembre 2001

Les métiers du Cléo (9) : rédactrice en chef de Calenda (Delphine Cavallo)

rhızomıng spacε▲timε wall fall plεats . .

rhızomıng spacε▲timε wall fall plεats . .

L’édition électronique ouverte poursuit sa série d’entretiens présentant les métiers du Cléo. Ces entretiens ont été réalisés par Élodie Picard. Aujourd’hui, nous présentons Delphine Cavallo, chargée de communication scientifique, rédactrice en chef de Calenda et responsable du pôle Information scientifique du Cléo.

QUELLE A ÉTÉ TA TRAJECTOIRE AVANT D’ARRIVER AU CLÉO ?

J’ai une trajectoire typiquement SHS. Quand je suis arrivée au Cléo, j’étais encore doctorante en sciences politiques. Auparavant, j’avais obtenu un DEA (actuel master 2) d’économie et un DEA de sciences politiques. Au cours de ma thèse en sciences politiques, j’ai travaillé pour différents laboratoires, notamment l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM). J’ai obtenu une bourse d’aide à la recherche pour une période de quatre ans à l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain (IRMC) de Tunis.
Dans les instituts français à l’étranger, les doctorants font partie intégrante de l’équipe de recherche, quasiment au même titre que les chercheurs. Ils ont des responsabilités en matière d’organisation de séminaires, d’ateliers mais aussi de participation au comité de rédaction de la revue ou du bulletin. À l’IRMC, nous avions à mon arrivée un bulletin scientifique, Correspondances, qui publiait des articles et des comptes rendus, sans pour autant prétendre au statut de revue scientifique. Lorsque le directeur de l’institut a changé, il a été décidé de créer une véritable revue, Alfa, Maghreb et sciences sociales ; cela m’a permis de participer aux discussions autour de sa création, sur la politique éditoriale et la forme que devait prendre cette revue, sur ses objectifs. J’ai aussi co-dirigé le premier numéro.
En rentrant de Tunis, j’ai compris que j’aurais des difficultés à trouver un poste en tant que chercheur ou enseignant-chercheur, et j’ai commencé à chercher des options de conversion : cette expérience autour de la création d’une revue m’avait intéressée, et je me suis tournée vers l’édition en SHS.
J’ai commencé à travailler à Revues.org en tant qu’assistante d’édition. Puis, très vite, j’ai contribué à la validation des annonces pour Calenda. Corine Cassé, qui était alors en charge de la validation sur Calenda, partait, et avec le background que j’avais, notamment ma connaissance du milieu des SHS, davantage de responsabilités m’ont été confiées parce que j’avais les codes pour situer les annonces, situer les personnes, mais aussi pour penser l’évolution de l’outil en lui-même. Aujourd’hui, je fais aussi partie des personnes qui gèrent le blog du laboratoire, je rédige les supports de communication du Cléo, etc.

DONC QUELLE EST TA FONCTION AU SEIN DE L’ÉQUIPE ? COMMENT QUALIFIERAIS-TU TON MÉTIER ?

L’intitulé exact est « chargée de communication scientifique ». Ce que l’on entend par « communication scientifique » au Cléo, c’est d’abord Calenda, c’est-à-dire que nous gérons un outil de communication scientifique et le mettons à la disposition des acteurs des SHS. Plus largement, je suis aussi en charge de la communication du laboratoire au sens traditionnel du terme, de la communication envers les revues, les partenaires, l’extérieur, mais aussi de la communication interne au Cléo. Je m’occupe également d’autres missions telles que le suivi juridique (le montage de contrats) et le suivi de projet par exemple.
Je travaille au pôle Information scientifique, créé par Jean-Christophe Peyssard, qui est d’abord documentaliste. Ce pôle est relativement récent au Cléo ; il correspond à la consolidation de métiers nécessaires dans le domaine de l’édition électronique : le référencement, la documentation, la communication, la diffusion et la qualité de l’information.
L’information scientifique est une fonction assez nouvelle et en perpétuelle redéfinition. Le positionnement de notre pôle au sein du Cléo est particulier. Comparativement aux autres pôles, ce n’est pas toujours très clair, mais en même temps, cela présente l’intérêt de bouger constamment. En ce moment par exemple, on fait beaucoup de suivi de projets, de montage de dossiers de partenariats et de nouveaux projets, de demandes de financements. Conjointement à ça, je fais le suivi du rapport d’activité, je produis la documentation interne, etc. Mais tout ça ne donne pas une définition à proprement parler. J’aime bien l’idée qu’on fait de la médiation scientifique.

QUEL EST LE DERNIER PROJET PARTICULIÈREMENT STIMULANT QUE TU AS MENÉ À TERME ?

Le gros projet que j’ai mené à terme dernièrement, c’est la rédaction des contrats. Il s’agissait de mettre en place l’assise juridique de nos relations avec les revues. On a enfin formalisé les conditions générales d’utilisation, c’est-à-dire les engagements respectifs du Cléo et des revues qui décident d’avoir un site sur Revues.org. Conjointement à ce document, on a réécrit le formulaire de demande d’adhésion qui est devenu un formulaire de demande d’accession. Et on a co-rédigé le contrat tripartite de collaboration entre Cairn, le Cléo et les revues adhérentes du Cléo qui souhaitent avoir une partie de leurs collections commercialisées sur Cairn. Un des intérêts de ce travail se trouve dans la tentative d’appliquer à la constitution de ces documents la méthode valorisée par le Cléo, celle des logiciels libres notamment, qui est de faire une première proposition à tous les acteurs concernés par les contrats, de leur donner un temps pour faire des retours et puis de leur faire une nouvelle proposition. Ça a été le cas pour les conditions générales d’utilisation, qui ont été proposées aux revues au cours de l’assemblée des revues 2008 ; elles ont pu nous envoyer toutes leurs remarques, que l’on a ensuite intégrées. Le texte a été lu et retravaillé par le service Partenariat et Valorisation de la Direction régionale du CNRS, qui est le service juridique du CNRS, et qui n’a pas vraiment l’habitude de cette méthode de travail. L’idée étant d’avoir un contrat unique pour toutes les revues, cela a nécessité de nombreux allers et retours afin de trouver un accord global de la communauté éditoriale concernée.
Ce travail a donc été long, complexe mais il présente l’intérêt d’avoir enfin posé les assises des différentes formes de collaboration entre Revues.org et les revues. Un autre point important a été de sensibiliser le service Partenariat et Valorisation du CNRS aux questions d’édition et plus particulièrement d’édition électronique. Questions qui leur étaient assez étrangères jusqu’alors. Il s’est aussi agit de formaliser ce que sont les apports et la valeur ajoutée du Cléo pour ce qui concerne la mise en ligne, ce qui a eu l’intérêt de permettre de poser et de consolider une définition de nos métiers et de mettre en évidence leurs particularités.

BIBLIOGRAPHIE DE DELPHINE CAVALLO

  • « Trade Unions in Tunisia », in E. Lust-Okar et S. Zerhouni (dir.), Political Participation in the Middle East, Boulder, Lynne Rienner Publishers, 2008 (à paraître), p. 239-255.
  • En co-direction avec Kmar Bendana et Katia Boissevain, « Biographies et récits de vie » (dossier thématique), Alfa, Maghreb et Sciences sociales, 2005, Tunis / Paris, IRMC / Maisonneuve et Larose, 2006, p. 9-118.
  • « Le discours social de la Banque Mondiale sur la Tunisie », Annuaire de l’Afrique du Nord 2000-2001, Paris, Presses du CNRS, 2003, p. 435-447.

Lire la suite