Archives pour la catégorie Digital humanities

OpenEdition à la conférence de l’AIUCD, Bologne, 19-20 septembre

AIUCDL’équipe d’OpenEdition participe à la 3e conférence annuelle de l’Associazione per l’Informatica Umanistica e la Cultura Digitale (AIUCD) sur le thème “La metodologia della ricerca umanistica nell’ecosistema digitale” à Bologne, les 19 et 20 septembre prochains.  Elle présentera, au cours de la “poster session” de la conférence, le rôle central d’OpenEdition dans le développement des Humanités numériques en Europe.
> Voir le poster “OpenEdition: an international infrastructure for the digital humanities”

Par ailleurs, deux séances de présentation spécifiques sont organisées en partenariat avec le Corso Integrato di Storia e Civiltà comparate de l’Université de Bologne :

  • Samedi 20 septembre de 10h00 à 12h30 : présentation des plateformes d’OpenEdition par Pierre Mounier. Entrée libre.
    > Plus d’informations
  • Samedi 20 septembre de 14h00 à 17h00 : formation au blogging scientifique et à l’utilisation d’un carnet de recherche Worpdress sur la plateforme Hypothèses animée par Pierre Mounier et Alessia Smaniotto.  En raison du nombre limité de place, l’inscription est obligatoire.
    > Plus d’informations

L’Institut français investit le champ des humanités numériques

IG DHLa publication de l’étude de Marin Dacos et Pierre Mounier consacrée aux humanités numériques, un programme de de soutien à la participation de chercheurs français à la conférence Digital Humanities 2014 de Lausanne, une table ronde au Salon du livre et une série de rendez-vous dans le réseau culturel : l’Institut français investit le champ des humanités numériques.

Humanités numériques. État des lieux et positionnement de la recherche française dans le contexte international

L’Institut Français vient de publier une étude sur les humanités numérique dont le double enjeu est de faire le point sur cette mutation en cours et de mesurer la part que peut y prendre la recherche française. Co-écrit par Marin Dacos et Pierre Mounier, respectivement directeur et directeur-adjoint du projet OpenEdition développé par  Centre pour l’édition électronique ouverte, le rapport Humanités numériques – État des lieux et positionnement de la recherche française dans le contexte international trace les contours d’un champ en pleine expansion. Qu’il s’agisse de publier en ligne de vastes fonds d’archives, d’analyser en direct l’impact des réseaux sociaux sur les mobilisations militantes ou de mettre au travail une communauté d’internautes sur des pans entiers du patrimoine culturel, le tournant numérique concerne aujourd’hui tous les secteurs de la recherche sur la société, les œuvres et la culture.


Soutien aux acteurs français de la recherche en humanités numériques

Parallèlement, l’Institut français lance un programme de soutien à la mobilité en direction des jeunes chercheurs et ingénieurs français souhaitant participer à Digital Humanities 2014. Cette conférence, qui se tiendra au mois de juillet à Lausanne, verra notamment le lancement de l’association francophone pour les humanités numériques, Humanistica : s’associer à ce lancement est pour l’Institut français une manière d’affirmer l’enjeu stratégique que constitue aujourd’hui le positionnement de la France dans le nouvel âge numérique. L’appel à candidatures pour ce programme de mobilité Digital Humanities 2014 est ouvert du 15 mars au 15 avril 2014. Ce programme s’adresse à tous les acteurs des humanités numériques (de nationalité française ou affiliés à une institution française d’enseignement supérieur et de recherche) sans distinction de discipline, d’affiliation ou de métier.


Un débat au Salon du livre de Paris

De cet enjeu global, il sera largement question lors du débat consacré aux humanités numériques qui se tiendra au Salon du livre de Paris, le 21 mars 2014, sur le stand de l’Institut français : animée par Xavier de la Porte, producteur de l’émission Place de la Toile sur France-Culture, cette table-ronde réunira Pierre Mounier (OpenEdition), Michel Wieviorka (Fondation Maison des Sciences de l’Homme) et Alexandre Gefen (fabula.org).
 Informations pratiques
« Qu’est-ce que les humanités numériques ? »
Vendredi 21 mars 2014, 18h30 – 19h30
Stand de l’Institut français, P76
Paris, Porte de Versailles – Pavillon 1
Métro : porte de Versailles (ligne 12), tramway T2 et T3 (arrêt Porte de Versailles)


Des rendez-vous dans le réseau culturel de l’Institut Français

Par ailleurs, l’Institut français soutient, en 2014, de nombreuses actions en lien avec les digital humanities initiées par le réseau culturel français :
  • le colloque sur les humanités numériques organisé à Madrid par l’Institut français d’Espagne dans le cadre des rencontres consacrées en Espagne aux « nouveaux champs de la création numérique », en collaboration avec la Société internationale des humanités numériques espagnoles et l’Institut français à Paris.
  • une masterclass pour des doctorants en sciences humaines et sociales du Proche-Orient, organisée par l’Institut français du Liban en partenariat avec l’université Sorbonne-nouvelle et l’Agence Universitaire de la francophonie du 18 au 20 juin 2014.

Lancement de la nouvelle Très Grande Infrastructure de Recherche (TGIR) Huma-Num

logo-email

Lancement de la nouvelle Très Grande Infrastructure de Recherche (TGIR) Huma-Num. 

http://www.huma-num.fr/

Née de la fusion du Très Grand Équipement Adonis et de IR-CorpusHuma-Num vise à faciliter le tournant numérique des sciences humaines et sociales.

Elle est bâtie sur une organisation originale consistant à mettre en œuvre un dispositif humain (concertation collective) et technologique (services numériques pérennes) à l’échelle nationale et européenne. Elle s’appuie sur un important réseau de partenaires et d’opérateurs.

La TGIR Huma-Num est portée par l’Unité Mixte de Services 3598 associant le CNRS, l’Université d’Aix-Marseille et le Campus Condorcet.

bas-email

Dariah, la coordination des humanités numériques au niveau européen

La cyber-infrastructure européenne Dariah (Digital Research Infrastructure for Arts and Humanities) se met en place sous la coordination, en France, du TGE Adonis. OpenEdition prend part activement à ce projet dont  l’objectif est la construction d’une infrastructure numérique permettant de mettre en valeur, de développer et de soutenir la recherche dans toutes les disciplines des sciences humaines. Dariah proposera des outils et des services destinés à faciliter l’activité de recherche dans toutes ses dimensions : la collecte, l’analyse, la production ou bien encore la conservation de données, entendues ici au sens large. Ces outils et services s’appuieront sur les technologies de l’information et de la communication, et sur les normes et standards édictés par les organisations internationales telles que le W3C, le Consortium TEI, etc.

La première pierre

En octobre dernier, une première étape a été franchie avec la soumission officielle, par la France, du projet à la Commission Européenne. Le cadre juridique de Dariah sera un ERIC (European Research Infrastructure Consortium). Seront membres de cette structure non des institutions mais des États ou des organisations internationales. Dariah-ERIC devrait être officiellement créé au printemps prochain. Le projet sera co-piloté par l’Allemagne, les Pays-Bas et la France. Outre ces trois pays, devraient s’y associer l’Autriche, le Danemark, l’Irlande et la Slovénie. Des institutions italienne et suisse en seront les partenaires associés.

Une instance de recommandation

Pour OpenEdition, le déploiement de ce type d’infrastructure au niveau européen est fondamental. La création de Dariah démontre la prise de conscience, en Europe, de la nécessité de passer à un niveau supérieur de déve­lop­pe­ment en ce qui concerne les usages des nou­velles tech­no­lo­gies pour les sciences humaines et sociales. Au delà de la mutualisation et de la mise à disposition de masses de données et de nouveaux outils et services d’exploitation de ces données, Dariah devra aussi être une instance de recommandation à tous les niveaux de la communauté scientifique que ce soit les chercheurs, les politiques ou les bibliothèques.

Reprise du séminaire Digital Humanities à l’EHESS

Le séminaire “Digital Humanities, les transformation numériques du rapport au savoir”

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2012/ue/324/

reprend cette année avec une première séance le :

Mercredi 10 octobre de 13h à 15h à l’EHESS, 190 avenue de France, 75013, Salle 3

Nous serons trois cette année à animer ce séminaire : Aurélien Berra, Marin Dacos et Pierre Mounier.

Aurélien Berra assurera la première séance, dans le cycle “Lectures” :

Lectures : L’établissement d’une culture commune implique des références historiques et théoriques. Sous la forme d’ateliers, nous présenterons et discuterons des ouvrages importants, produits aussi bien dans le domaine anglophone que dans les diverses autres traditions des digital humanities.

- Première séance :  Susan Schreibman, Raymond G. Siemens et John M. Unsworth (éd.), A Companion to Digital Humanities, Oxford, Blackwell, 2004 (version préliminaire en ligne : http://www.digitalhumanities.org/companion).

Le séminaire est ouvert à tous, mais il faut annoncer sa présence. Merci de le faire en écrivant à pierre.mounier@ehess.fr

Read/Write Book 2. Une introduction aux humanités numériques

À l’occasion du deuxième THATCamp Paris qui a réuni quelque 160 participants à l’EHESS, les 25 et 26 septembre 2012, OpenEdition Press publie le Read/Write Book 2, Une introduction aux humanités numériques, sous la direction de Pierre Mounier.

Quatrième de couverture :

“Apparue en 2006, l’expression “humanités numériques” connaît depuis un véritable succès. Mais au-delà du slogan à la mode, quelle est la réalité des pratiques qu’il désigne ? Si tout le monde s’accorde sur une définition minimale à l’intersection des technologies numériques et des sciences humaines et sociales, les vues divergent lorsqu’on entre dans le vif du sujet. Les humanités numériques représentent-elles une véritable révolution des pratiques de recherche et des paradigmes intellectuels qui les fondent ou, plus simplement, une optimisation des méthodes existantes ? Constituent-elles un champ suffisamment structuré pour justifier une réforme des modes de financement de la recherche, des cursus de formation, des critères d’évaluation ? L’archive numérique offre-t-elle à la recherche suffisamment de garanties ? Quelle place la recherche « dirigée par les données » laisse-t-elle à l’interprétation ? Telles sont quelques-unes des questions abordées par ce deuxième opus de la collection « Read/Write Book ».
Ces dix-huit textes essentiels, rédigés ou traduits en français par des chercheurs de différentes nationalités, proposent une introduction aux humanités numériques accessible à tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur ce domaine de recherche en constante évolution.
Avec les contributions de :  Janneke Adema, Aurélien Berra, Danah Boyd, Lou Burnard, Antonio Casilli, Francis Chateauraynaud, Kate Crawford, Adam Crymble, Josquin Debaz, Xavier de La Porte, Hubert Guillaud, Pierre Mounier, Serge Noiret, Patrick Peccatte, Roy Rosenzweig, Neel Smith, Melissa Terras, Nicolas Thély, Corinne Welger-Barboza.”

Quiénes son los «humanistas digitales»? Una encuesta de Humanística


Humanística
, la futura asociación europea dedicada a las humanidades digitales, ha elaborado una encuesta con el objetivo de recoger información sobre la incipiente comunidad de “humanistas digitales”.

Contestar al formulario

El proyecto Humanistica y el manifiesto de las humanidades digitales

Contestando a esta encuesta contribuirás a determinar las características de la comunidad de humanistas digitales: tamaño, diversidad, presencia geográfica, lingüística, etc. Esta encuesta es una iniciativa del Centre For Open Electronic Publishing (Cléo) y de OpenEdition en el marco de la reflexión sobre la construcción del proyecto Humanística, Asociación Europea de las Humanidades Digitales. Este proyecto se basa en los valores del Manifiesto de las Humanidades Digitales, que defiende un acercamiento multilingüe y un principio democrático de participación (una persona, una voz). Si compartes estos valores, puedes adherirte firmando el Manifiesto.

Los iniciadores de la encuesta

Zineddine Aboubekeur
Aurélien Berra, Université Paris 10
Lou Burnard, TEI consortium
Delphine Cavallo, Aix-Marseille Université (AMU)
Frédéric Clavert, CVCE
Marin Dacos, CNRS
Michael Eberle Sinatra, Université de Montréal
Domenico Fiormonte, Roma Tre Università
Hubert Guillaud, InternetActu.net
Peter Haber, Universität Basel
Marion Lame
Clément Levallois, University Rotterdam
Benoit Majerus, Université du Luxembourg
Claudine Moulin, Universität Trier
Pierre Mounier, EHESS
Amanda Shuman, University of California, Santa Cruz
Christof Schöch, Université de Würzburg et DARIAH-DE
Francesco Stella, Università di Arezzo
Nadine Wanono, CNRS

Version française : http://leo.hypotheses.org/8795
English version : http://oep.hypotheses.org/896

Qui sont les Digital humanists ? Une enquête d’Humanistica

Humanistica, la future association européenne dédiée aux digital humanities, lance une enquête sous la forme d’un questionnaire en ligne. L’objectif est de recueillir des informations sur la communauté naissante des digital humanists.
Répondre au questionnaire

Le projet Humanistica et le Manifeste des digital humanities

En répondant à l’enquête sur les digital humanities, vous permettez à la communauté des Digital Humanities (Humanités numériques) de mesurer son étendue, sa diversité, sa répartition géographique et linguistique. Ce questionnaire est une initiative du Centre for Open Electronic Publishing (Cléo) et d’OpenEdition.org, dans le cadre de la réflexion sur la construction du projet Humanistica, association européenne des Digital Humanities. Ce projet s’appuie sur les valeurs du Manifeste des digital Humanities qui défend une approche multilingue et un principe démocratique (un homme, une voix). Si vous adhérez aux valeurs des digital humanities, vous pouvez apporter votre contribution en signant le Manifeste : http://www.humanistica.eu/manifesto.

Les initiateurs de l’enquête

Zineddine Aboubekeur
Aurélien Berra, Université Paris 10
Lou Burnard, TEI consortium
Delphine Cavallo, Aix-Marseille Université (AMU)
Frédéric Clavert, CVCE
Marin Dacos, CNRS
Michael Eberle Sinatra, Université de Montréal
Domenico Fiormonte, Roma Tre Università
Hubert Guillaud, InternetActu.net
Peter Haber, Universität Basel
Marion Lame
Clément Levallois, University Rotterdam
Benoit Majerus, Université du Luxembourg
Claudine Moulin, Universität Trier
Pierre Mounier, EHESS
Amanda Shuman, University of California, Santa Cruz
Christof Schöch, Université de Würzburg et DARIAH-DE
Francesco Stella, Università di Arezzo
Nadine Wanono, CNRS

Lire ce billet en anglais

OpenEdition ouvre de.hypotheses.org, le portail des carnets de recherche de langue allemande

Bayerische Akademie der Wissenschaften

Vendredi 9 mars sera officiellement inauguré de.hypotheses.org, le portail des carnets de recherche germanophones édité par OpenEdition et l’Institut historique allemand. Ce portail sera lancé à l’occasion de la tenue du colloque « Weblogs in den Geisteswissenschaften oder: Vom Entstehen einer neuen Forschungskultur » (« Sortir de sa niche : colloque sur les blogs en sciences humaines »), co-organisé par l’équipe de rédaction de de.hypotheses.org, et qui aura lieu à Munich, Allemagne.

Le portail des carnets de recherche germanophones compte déjà 9 carnets actifs, représentatifs de la diversité des carnets accueillis sur Hypotheses.org :

Ce portail bénéficie du travail de traduction et d’animation de Mareike König, directrice de la bibliothèque de l’Institut historique allemand. Son développement est accompagné par un Conseil Scientifique et il dispose de son propre Comité de rédaction. La traduction de la documentation a été effectuée par Infoclio.ch. Le projet est aussi soutenu par le  Stiftung Deutsche Geisteswissenschaftliche Institute im Ausland (DGIA), L.I.S.A. Das Wissenschaftsportal der Gerda Henkel Stiftung, l’Institut für Zeitgeschichte der Universität Innsbruck et Hist.net.

de.hypotheses.org est également présent sur Facebook, sur Twitter et sur Google +.

es.hypotheses.org, el nuevo portal en español de Hypotheses.org

MadridDel 14 al 16 de marzo, el equipo de Hypotheses.org estará en Madrid con motivo del lanzamiento público del portal es.hypotheses.org, el portal en español de Hypotheses.org. Alrededor de este nuevo portal lanzado en versión alpha, también se organizarán dos cursos de blogging científico con Hypotheses.org. Esos tres días de actividad tienen el objetivo de dar a conocer Hypotheses.org a la comunidad científica española y franco-española en Madrid.

En colaboración con la Casa de Velázquez y la UNED, se propondrá un curso en francés el 14 de marzo y un curso en español el 15 de marzo. Los cursos consisten en una introducción al blogging científico, en una presentación de las especificidades de Hypotheses.org, y en ejercicios prácticos que permitirán a los participantes gestionar las funcionalidades principales de un blog de investigación. Las personas que desean descubrir este entorno particular de publicación no necesitan abrir un blog de investigación ni siquiera tener un proyecto previo de blog para participar al curso.

Gracias al apoyo de Medialab Prado, es en el marco de un encuentro en torno a las prácticas del blogging científico que el nuevo portal es.hypotheses.org se presentará el viernes 16 de marzo a las 12:00. En este encuentro participarán varios investigadores-blogueros que compartirán sus experiencias. La presentación de Hypotheses.org se enmarca a la vez en el relato de prácticas y experiencias observadas como en la descripción del proyecto: la existencia de una plataforma específica para el blogging científico contribuye a la visibilización de prácticas de escritura, difusión y diálogo científico y, sobre todo, conribuye a su reconocimiento como elemento legítimo de la actividad de investigador. La internacionalización del proyecto tiene el objetivo de poner a disposición de más comunidades científicas una herramienta que participa en este reconocimiento.

Así, el portal es.hypotheses.org reúne las entradas en español producidas por la comunidad abierta y creciente de blogueros de Hypotheses.org. El portal es.hypotheses.org dispone de su propio consejo científico compuesto de investigadores involucrados en los Digital Humanities y de todas las herramientas de animación de la comunidad y de apoyo que ya existen para los blogueros francófonos.

 

Calendario de los encuentros:

 

Crédito fotográfico : Madrid, por Cuellar, CC by-nc 2.0

es.hypotheses.org, le nouveau portail en espagnol d’Hypotheses.org

MadridDu 14 au 16 mars, l’équipe d’Hypotheses.org sera à Madrid à l’occasion du lancement public du portail es.hypotheses.org, le portail en langue espagnole d’Hypotheses.org. Autour de ce nouveau portail, d’ores et déjà en ligne en version alpha, seront également organisées deux formations au blogging scientifique. Ces trois jours d’activité ont pour objectif de faire découvrir Hypotheses.org à la communauté scientifique espagnole et franco-espagnole.

En collaboration avec la Casa de Velázquez et avec l’UNED seront proposées une formation en français le 14 mars suivie le 15 mars d’une formation en espagnol. Les formations consistent en une introduction aux enjeux du blogging scientifique, en une présentation des spécificités d’Hypotheses.org, suivies par des exercices pratiques qui permettront aux participants de gérer les fonctionnalités principales du carnet de recherche. Les personnes qui souhaitent découvrir ce média particulier de publication n’ont pas besoin d’avoir un carnet de recherche ni même un projet de carnet préalable pour y participer.

Grâce à l’appui de Medialab Prado, c’est dans le cadre d’une rencontre autour des pratiques du blogging scientifique que le nouveau portail es.hypotheses.org sera présenté vendredi 16 mars à 12 h 00. Cette rencontre mettra en présence différents chercheurs-bloggueurs qui partageront leurs expériences. La présentation d’Hypotheses.org s’inscrira à la fois dans le récit de pratiques et d’expériences observées et dans la description du projet : l’existence d’une plateforme spécifique pour le blogging scientifique contribue à la visibilisation des pratiques et surtout à leur reconnaissance comme partie prenante et comptabilisable de l’activité du chercheur. L’internationalisation du projet a pour but de mettre à disposition d’autres communautés scientifiques un outil qui contribue à cette reconnaissance.

Une version alpha du portail es.hypotheses.org réunit les billets produits par la communauté des carnetiers d’Hypotheses.org en langue espagnole. Le portail dispose de son propre conseil scientifique composé de chercheurs et de personnes engagées dans les Digital Humanities, et de tous les outils de dynamisation de la communauté et de soutien disponibles pour les carnetiers francophones.

Calendrier des rencontres :

  • Formation Hypotheses.org en français : mercredi 14 mars, 9 h 00 à 15 h 00, Casa de Velázquez. Pour s’inscrire, veuillez écrire à hypotheses@revues.org
  • Formation Hypotheses.org en espagnol : jeudi 15 mars, 9 h 00 à 15 h 00, UNED, Facultad de Educación. Pour s’inscrire, veuillez compléter le formulaire en ligne accessible ici https://survey.openedition.org/?sid=72918
  • Présentation du portail es.hypotheses.org : vendredi 16 mars, 12 h 00, Medialab Prado, entrée libre. Pour plus d’informations, cliquez ici : http://medialab-prado.es/article/eshypothesesorg

 

Crédit photographique : Madrid, par Cuellar, CC by-nc 2.0

Séminaire Digital Humanities à l’EHESS. Programme de l’année 2012

History Club meeting. New York Public Library

History Club meeting. New York Public Library

Le séminaire Digital Humanities à l’EHESS reprendra ses travaux le mercredi 25 janvier 13h-15h au “France”, 190-198 avenue de France, 75013 Paris, Salle 3. Le séminaire est ouvert à tous mais sur inscription : pierre.mounier@ehess.fr

Présentation

Le Séminaire Digital Humanities, les transformations numériques du rapport aux savoirs http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2011/ue/1094/ se penche sur l’émergence des digital humanities (DH), en Amérique du Nord et en Europe, à l’intersection des sciences humaines et sociales et des sciences de l’information. Ce terme désigne tout à la fois un ensemble de pratiques de recherche mobilisant de manière structurelle des moyens informatiques, des modèles épistémologiques relevant du concept de « e-sciences », mais aussi des modes de diffusion des résultats de la recherche qui mobilisent les nouveaux moyens de communication en réseau. À un autre niveau, le développement des digital humanities a des implications en terme de politique scientifique pour les sciences humaines et sociales en faisant porter l’attention sur le besoin d’infrastructures de recherche d’un nouveau type (développement des cyberinfrastructures, grilles de calcul et plates-formes d’édition). Enfin, les digital humanities représentent, pour des disciplines dont l’inscription dans le champ scientifique fait débat, une opportunité pour aborder sous un angle différent leur position dans les relations sciences-société.

Cette année, le séminaire sera consacré à la préparation d’une action coordonnée par le Cléo qui aboutira en septembre 2012. Cette action s’articule autour de l’organisation d’un événement scientifique, d’une publication, et de la préparation d’un programme de recherche.

Evénement : A la fin du mois de septembre 2012, le Cléo organisera le deuxième THATCamp à l’EHESS à Paris. Pour mémoire,  un ThatCamp – acronyme de The Humanities and Technology Camp – est une conférence qui se déroule selon un mode d’organisation particulier : «Un THATCamp est une rencontre ouverte où chercheurs de sciences humaines et informaticiens de tous les niveaux apprennent ensemble et échangent au cours de sessions proposées spontanément»: http://thatcamp.org/. Des THATCamps sont organisés régulièrement partout dans le monde. C’est à Paris qu’a eu lieu le premier THATCamp se déroulant en Europe : http://tcp.hypotheses.org/

Publication : Conjointement à cet événement, le Cléo publiera un nouveau Read/Write Book, consacrée aux digital humanities (le premier était dédié à l’édition électronique http://cleo.revues.org/128 ). Le RWB 2 constituera une anthologie des meilleurs textes (chapitres d’ouvrages, articles, billets de blogs) publiés en ligne sur le sujet au cours des toutes dernières années.

Programme de recherche : dans le cadre de la construction d’une association européenne des digital dumanities – Humanistica http://www.humanistica.eu/ –, un programme de recherche international, comparatif, sur les périmètres et les méthodes des digital humanities dans les différents pays européens est en préparation. Plusieurs séances du séminaire seront consacrées à l’organisation de ce programme qui démarrera officiellement à la suite du THATCamp.

Contrairement aux années précédentes, le séminaire ne sera donc pas articulé autour de présentations formelles de projets – à une exception près,  la séance du 16 mai. La plupart des séances seront des sessions de travail en commun sur l’un ou l’autre des éléments de l’action coordonnée. Le séminaire est ouvert à tous ceux qui veulent y participer et apporter leur contribution.

Programme des séances :

25 janvier – Un Read/Write Book sur les digital humanities (séance 1)
La séance sera consacrée à une présentation de l’action coordonnée (objectifs, modalités, organisation, calendrier, partenaires) puis à une première recension des textes candidats à sélection dans le RWB2. Tous les participants sont invités à faire des propositions. Une liste bibliographique complète sera établie à l’issue de la séance.

15 février – Un Read/Write Book sur les digital humanities (séance 2)
La séance sera consacrée à une lecture critique et à une discussion des textes proposés. Une organisation par parties et une structuration de la collection de textes sera proposée à l’issue du travail en commun. Ce travail servira à la construction du Read/Write Book 2 qui, comme son prédécesseur, se présente comme une anthologie de textes publiés. L’édition scientifique de cet ouvrage prendra modèle sur les “living books about life” expérimentés par OpenHumanities Press : http://www.livingbooksaboutlife.org/about.html

21 mars – Humanistica, association européenne des digital humanities
La séance sera consacrée à la présentation du projet de création de l’association européenne des digital humanities : Humanistica. L’idée fondatrice en a été lancée à l’issue du THATCamp de Florence (23-26 mars 2011) http://www.thatcampflorence.org/ . Une séance de travail a été organisée au cours du ThatCamp Lausanne (11-12 novembre 2011) http://switzerland2011.thatcamp.org/  qui a débouché sur la proposition de construire un programme de recherche européen sur les méthodes des digital humanities. Cette séance du séminaire permettra de faire avancer la préparation de ce programme. Elle sera organisée en visio-conférence (sous réserve) avec le THATCamp Luxembourg : http://www.digitalhumanities.lu/ qui se déroule au même moment.

16 mai –  Séance spéciale : La généalogie des métadonnées
Seth van Hooland, titulaire de la Digital Information Chair à l’Université libre de Bruxelles http://homepages.ulb.ac.be/~svhoolan/ présentera ses recherches : “Pour une généalogie des méta-données : évaluer et améliorer la qualité des pratiques documentaires dans le secteur culturel”. Résumé : “La numérisation du patrimoine culturel rend la problématique de la qualité des bases de données documentaires particulièrement aigüe. Si l’accès aux collections culturelles est de plus en plus aisé, leur interprétation demeure problématique. Une application originale du concept de «temporalité étagée» (Braudel) à une étude de cas réelle et complexe, à savoir le processus de transformation des supports physiques des catalogues durant plus d’un siècle au sein du Musée Royal de l’Afrique Centrale (Tervuren), contribue à répondre à cette question. Cette herméneutique des bases de données documentaires donne lieu à des résultats opérationnels et généralisables pour la gestion de la qualité des dispositifs documentaires au sein du secteur culturel”.

20 juin – Autour du THATCamp : Bootcamp, Booksprint, Codesprint
Cette séance sera consacrée à la préparation du THATCamp de septembre, et plus particulièrement des sessions qui l’encadreront. Il s’agit de :
- Sessions de formation (Bootcamp) en salle informatique, pour permettre aux participants d’apprendre à maîtriser des logiciels, des techniques de traitement de données ou des dispositifs de co-production, partage ou diffusion de l’information.
- Sessions de co-production intensive de logiciels (Codesprint http://en.wikipedia.org/wiki/Sprint_%28software_development%29) ou de livres (manuels) (Booksprint http://www.booksprints.net/)
Un appel à manifestation d’intérêt pour participer et animer ces sessions est lancé. Les propositions seront discutées et articulées au cours du séminaire.

Call for papers : Websites as sources

Un événement soutenu par le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo)

Digital Humanities Luxembourg (DHLU) 2012 presents two interlinked events taking place in Luxembourg from 20 to 23 March

 I. DHLU Symposium 2012 ‘Websites as sources’

II. THATCamp Luxembourg/Greater Region

 The First Meeting of the International Federation for Public History (IFPH) will take place alongside these two events

CALL FOR PAPERS

DHLU Symposium 2012

WEBSITES AS SOURCES:

How should humanities and social sciences approach, use and diffuse publicly available online sources?

 

The Jean Monnet Chair in History of European Integration and its Research Programme ‘Digital Humanities Luxembourg’ — DIHULUX (research unit Identités-Politiques-Sociétés-Espaces [IPSE]), together with the Centre Virtuel de la Connaissance sur l’Europe (CVCE), are pleased to launch the call for papers for the DHLU Symposium 2012.

This Symposium follows the DHLU Symposium 2009, also organised in Luxembourg by these two institutions on the topic of ‘Contemporary history in the digital age’. This second edition aims to examine the use of websites as sources for research in the humanities and social sciences, especially encouraging an analysis of this heuristic question in the field of on European integration studies (EIS). The Symposium will address both methodological aspects and the theoretical and institutional implications of the public dissemination of research results, focusing on digitised and online published sources as well as on websites themselves, which will be analysed as born digital sources. The potential of this innovative research approach will also be explored and emphasised.

The Symposium will be structured around the following research clusters, but may also include other related approaches:

1.     Holding the mirror

This first cluster addresses the challenges and potentialities of online archives offering primary sources for research purposes. It will look into the modes of presentation and theoretical-methodological debates concerning uses, approaches and interconnections of such sources.

2.     The critical added value

This cluster focuses on online secondary sources and enhanced publications, with a special emphasis in digital research corpora. It aims at examining ongoing developments in the intertwining modes between available primary sources and resulting secondary sources centred on the priority of critically commenting and enriching contents as a scientific asset.

3.      (Self-)reflections and the creative observer

This cluster will take a step beyond textual sources to examine the unique features of audiovisual sources and hence of new forms of creation and re-creation of historical memories. A special section within this cluster will be dedicated to innovative digital oral history sources and projects.

4.     Institutional and dissemination aspects: digital public history

This cluster will focus on forms of institutionalisation of digital research practices, results and dissemination strategies by means of collaborative projects in the humanities and social sciences targeted towards a wide variety of audiences.

5.     Web history and digital history methods for the use of websites as sources

Web history constitutes a new scientific field centred on the historical study of websites for research purposes, thus paving the way for increasingly interdisciplinary trends in the humanities and social sciences. This session will offer Web historians the opportunity to share their experiences concerning their ongoing results and chosen methods.

We welcome papers focusing on digital humanities and social sciences from researchers and scholars at all stages of their careers. Papers examining cases related to European integration studies (EIS) are especially encouraged. Abstracts (max. 500 words), submitted together with a short CV (max. 250 words) and a list of publications, can be written in English or French and should be sent to the following contact email address, which can also be used for any enquiries: dhlu@cvce.eu

The authors of the selected proposals will be invited to present their contributions at the DHLU Symposium 2012, to be held in Luxembourg, and their papers will be published in the Symposium proceedings (only English versions of the revised full papers will be accepted for publication). Participation costs will be covered up to a set limit. For further information, please refer to the DHLU Symposium 2012 website: http://www.digitalhumanities.lu

—    Deadline for proposals: 30th November 2011

—    Deadline for the submission of revised full papers: 30th September 2012

Scheduled keynote speakers are Michael H. Frisch (University at Buffalo, State University of New York) and Peter Haber (hist.net / University of Basel).

The Symposium will be followed by THATCamp Luxembourg/Greater Region, closely linked to the main themes of the Symposium and offering technology and humanities specialists the opportunity to meet and discuss during brainstorming sessions based on the Symposium’s liveliest debates. More information is available at http://www.digitalhumanities.lu/thatcamp

Séminaire « Édition savante et humanités numériques »

Le séminaire Édition savante et humanités numériques est un cycle de conférences complémentaires de l’École des hautes études en sciences sociales (annonce). Il est animé par Aurélien Berra, maître de conférences à l’Université Paris-Ouest (UMR 7041 ArScAn-THEMAM & UMR 8210 ANHIMA) et membre du Conseil scientifique d’Hypotheses.org.

Il a lieu de novembre 2011 à juin 2012, le mercredi de 18 h à 20 h, à l’Institut national d’histoire de l’art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris (plan), salle Walter Benjamin.

Programme

Ce programme est provisoirement définitif : suivez le carnet Philologie à venir et #ESHN !

En alternance, trois cycles thématiques de quatre séances associent l’exploration des propositions actuelles à une perspective historique.
Aspects de l’édition savante par des moyens numériques (analyse d’un corpus d’éditions électroniques) : navigation, comparaison, visualisation, interaction.
• Atelier de lecture de textes majeurs des digital humanities : hypertexte ; informatique et humanités ; édition numérique.
Situation de l’édition savante numérique en France : maniement des textes ; exploitation des bases de données ; vecteurs des échanges dans la communauté ; institutions.

Mercredi 9 novembre 2011
1. Naviguer dans les éditions (Aspects 1)

Mercredi 23 novembre 2011
2. Hypertexte : T. Nelson, E. Barrett, J. Bolter, G. Landow (Lecture 1)

Mercredi 14 décembre 2011
3. Textes numériques : l’encodage, pratique savante ? (Situation 1)

Mercredi 11 janvier 2012
4. Comparer les textes (Aspects 2)

Mercredi 25 janvier 2012
5. Informatique et humanités : W. McCarty (Lecture 2)

Mercredi 8 février 2012
6. Bases de données (Situation 2)

Mercredi 14 mars 2012
7. Visualiser les textes (Aspects 3)

Mercredi 28 mars 2012
8. Édition numérique : J. McGann (Lecture 3)

Mercredi 11 avril 2012
9. Communauté : revues, listes et réseaux sociaux (Situation 3)

Mercredi 9 mai 2012
10. Interagir avec les éditions (Aspects 4)

Mercredi 23 mai 2012
11. Édition numérique : P. Shillingsburg (Lecture 4)

Mercredi 6 juin 2012
12. Centres et institutions (Situation 4)

Téléchargez le programme sur le carnet Philologie à venir !

L’édition savante vise la mise à disposition d’un corpus en vue de son étude. Les problèmes et les promesses de la réinvention des pratiques dans un environnement numérique rendent fondamentale une réflexion sur le devenir de la philologie.

Toutes les personnes intéressées sont bienvenues, quels que soient leur spécialité, leur statut et leur pratique de ces technologies toujours nouvelles. Ce séminaire de recherche est conçu comme un lieu de partage non seulement des connaissances, mais aussi des expériences et des questions.

Hypotheses.org en el ThatCamp Madrid

POPULAR LISBOAEl equipo de Hypotheses.org participará en el próximo ThatCamp Madrid que tendrá lugar los 21 y 22 de noviembre en la UNED y en Medialab Prado. Durante este evento, compuesto de no-conferencias, se abordarán una serie de temas muy diversos como el blogging científico, las interfaces hombre-máquina en las ciencas de la Salud, las estrategias digitales de las bibliotecas, y los nuevos modos de producción y de comunicación del conocimiento en el campo de la Antropología.

El equipo de Hypotheses.org propondrá debatir sobre el blogging científico el 22 de noviembre de las 10 h 00 a las 11 h 30. Será la oportunidad de presentar Hypotheses.org al público hispanohablante e invitarle a participar. El blogging científico además se ha extendido en la comunidad académica española a través de plataformas localizadas1 o de iniciativas personales2. Participar en este ThatCamp nos permitirá también acercarnos a nuevas experiencias y a un nuevo ámbito linguístico.

  1. varias plataformas de universidades como la de la Universidad de Salamanca http://diarium.usal.es/; también la plataforma de Madri+d http://www.madrimasd.org/blogs/ []
  2. por ejemplo, el blog de Fernando Broncano http://laberintodelaidentidad.blogspot.com/ o el blog de Adolfo Estalella y Alberto Corsín http://www.prototyping.es/ []