Archives pour la catégorie Propriété intellectuelle

The Public Domain Manifesto

OpenEdition Books est désormais en ligne et nous voudrions en profiter pour introduire une des nouvelles fonctionnalités que nous proposons : l'intégration ("encapsulage") de chapitres sur des sites distants. En voici un exemple.

Vous trouverez ci-dessous le "Public domain manifesto"  publié par Open Book Publishers sur OpenEdition Books par Melanie Dulong de Rosnay et Juan Carlos De Martin dans le livre :

DULONG DE ROSNAY, Melanie ; MARTIN, Juan Carlos De. The Digital Public Domain.New edition [online]. Cambridge: Open Book Publishers, 2012 (connexion on 20 février 2013). Available on the Internet : <http://books.openedition.org/obp/513>.

Qu'en pensez-vous? Vous pouvez commenter ce billet.

Le droit n'est pas un modèle économique (Tools of change for publishing) - William Patry

Moral panics and the copyright wars

Moral panics and the copyright wars

William Patry est un juriste prolifique, qui travaille désormais pour Google, mais ne parle pas en son nom aujourd'hui... Il vient parler du droit selon une ligne iconoclaste pour un juriste...

D'après lui, en général, les juristes pensent que la loi est une solution pour tous les types de problème. Les acteurs économiques ont aussi cette tendance très prononcée : chercher dans la loi des solutions à tous leurs problèmes. C'est ainsi que le piratage est dénoncé comme la source de tous les maux des industries culturelles...

Iconoclaste, mais très américain, il croit aux vertus de la compétition. Et ne considère pas qu'on puisse gagner une médaille d'or aux Jeux Olympiques par la seule force de la loi. Pour lui, il n'est pas possible de menacer de prison des jeunes de 20 ou de 25 ans, en espérant que cela aura pour conséquence un succès en librairie ou au box-office...

Il s'appuie sur la notion de “regulatory capitalism”, un capitalisme non libéral, dans lequel on s'appuie sur la loi pour s'imposer, au lieu de jouer le jeu de la concurrence. Lorsque les lobbys de Walt Disney, par exemple, demandent à renforcer la force du copyright, cela revient à exercer une contrainte sur les citoyens, c'est-à-dire à chercher de les empêcher... ce qui revient à les obliger. Mais il n'est pas possible de forcer les gens à acheter un livre ou un album.

William Patry insiste sur le fait que des contraintes juridiques plus fortes ne vont pas contribuer à développer l'édition de livres. Et de révéler sa conviction : le copyright ne crée pas de valeur économique. Le copyright n'a pas de vertu magique. Ce qui donne de la valeur marchande aux biens culturels, c'est la volonté des gens de les acheter.

Il y a trop d'entreprises qui appuient leur modèle économique sur la force de la loi. S'appuyer sur la loi pour construire un projet, c'est compenser les faiblesses de son projet en s'appuyant sur une force artificielle. Il faut, au contraire, s'appuyer sur de l'innovation.

William Patry conclut en s'appuyant sur un exemple de création de valeur qu'il considère comme réellement innovant. Ce sont les Dynamic books de Mac Millan, que le Cléoradar signalait hier : des livres scolaires qui vont pouvoir être composés à façon, pour s'adapter au contexte pédagogique particulier.  Ils ont décidé de les vendre moins cher que les livres classiques. C'est du livre sur-mesure. Or, en ajoutant de la valeur par la personnalisation, ils rendent la revente du livre plus difficile... Il y a donc, pense William Patry, une double création de valeur. Plus c'est personnalisé, moins c'est adapté à d'autres usages.

Sur William Patry

Bio : http://en.wikipedia.org/wiki/William_F._Patry

Blog : Moral panics and the copyright wars

Le Centre pour l'édition électronique ouverte adhère à l'Association française des utilisateurs de logiciels libres (AFUL)

Fortement utilisateur de logiciels libres, développant lui-même des logiciels libres, le Centre pour l'édition électronique ouverte (Cléo) vient d'adhérer à l'AFUL.

Depuis 1998, l'AFUL a pour but de promouvoir le logiciel libre, en particulier les systèmes d'exploitation (comme GNU-Linux ou les systèmes BSD libres), et aide à la diffusion de standards ouverts. L'AFUL est une organisation à but non lucratif (association loi 1901) qui réunit des utilisateurs, des professionnels, des entreprises et d'autres associations situées dans plus de dix pays et régions francophones (France, Belgique, Suisse, Québec, pays d'Afrique francophone, etc.)

Lire la suite

Les projets de l'Open publishing lab (OPL) (Tools of Change for Publishing)

Résumé (officiel)

"Taking Open Source Publishing Further: Tools from the Open Publishing Lab at the Rochester Institute of Technology.
RIT's Open Publishing Lab will present a suite of open-source applications, currently under development, that enhance and extend current publishing platforms, including a tool to automatically convert wikis and blogs into ready-to-print books, Drupal extensions that allow near-instantaneous news gathering and publishing across multiple media, and a game that uses print to enable social networking."

Intervenants

Patricia Albanese (Rochester Institute of Technology),
Matthew Bernius (Open Publishing Lab at the Rochester Institute of Technology),
Michael Riordan (Open Publishing Lab at the Rochester Institute of Technology),
Tona Henderson (Rochester Institute of Technology)

Les projets de l'open publishing lab

Je découvre l"Open publishing lab" (OPL), qui a un nom très proche du "Centre pour l'édition électronique ouverte" que j'ai fondé et que je dirige. L'OPL est un centre de recherches multidisciplinaire. Il recherche de nouvelles méthodes de création de contenus et il développe des applications innovantes, open source, pour publier à travers de nouveaux médias. Il est composé de 24 chercheurs. Financé par une subvention de HP Lab's innovation, par the RIT Sload Printing Industry center, et par la School of Print Media. C'est un laboratoire qui existe depuis 1 an et demi. L'OPL présente quatre projets.

The open publishing guide (OPG)

C'est un site web, qui a pour objectif d'aider à trouver les logiciels libres adaptés aux besoins de l'édition, de fournir des templates prêts à l'emploi,  de fournir des éclairages sur les contraintes juridiques et de mettre en évidence les tendances de l'autopublication et des contenus générés par l'utilisateur (UGC).

Page2pub (projet "Bookit!")

Page2pub est une extension firefox qui collecte textes, images, graphes, tables, etc. à partir de sources en lignes très variées. Il les transforme en documents structurés et prêts à imprimer. Il puise dans des sources très diverses, puis les converti au format Epub, et leur applique un template. Il produit à partir de cela un e-book, un site XHTML et un PDF téléchargeable. Il permet enfin d'envoyer l'ensemble à imprimer à la demande. Technologies utilisées :ePub, XUL, XML, Adobe Flex & Flash,  Java et Javascript. Pour l'instant, l'interface s'inspire de Zotero. C'est aussi un hommage.



iNews

C'est un module Drupal, qui a pour objectif de permettre de couvrir des événements de façon collaborative, avec possibilité d'impression rapide, à partir d'un workflow XML. Cet outil intègre des ressoucres telles que Google Earth. Il a été testé au festival "2008 Imagine RIT festival". Il a permis de produire en moins de 8 heures un journal couvrant l'événement, qui a connu 4 éditions différentes. Il a pour objectif de produire un journal papier quasiment en temps réel.

Social Networking Game

L'objectif est de construire un dispositif favorisant les rencontres, dans le monde réel, entre des personnes participant à une conférence, mais ne se connaissant pas . Icones, tags, badges, tout cela semble nécessaire et je n'ai pas tout compris. Je vous invite à vous faire une religion par vous-même:
http://opl.rit.edu/downloads/SNG_Gameplay_Diagram.pdf
http://opl.rit.edu/project/social-networking-game

Le droit aux images à l’ère de la publication électronique

image En février 2005, le portail Persée, spécialisé dans l'édition numérique rétrospective, ouvrait ses colonnes au public [1]. Parmi les collections disponibles en libre accès figurait une cinquantaine de numéros de la Revue de l'art (1988-1999). Un sort particulier avait été réservé à la plus prestigieuse publication française du domaine. Au lieu de l'abondante illustration accompagnant les numéros papier, les pages en ligne arboraient de vastes espaces blancs, des légendes renvoyant à des cadres vides. Aurait-on admis de voir une revue de littérature dépouillée de ses citations, une revue de mathématiques caviardée de ses équations? Nul ne s'interroge alors sur le symptôme inquiétant que représente une revue d'histoire de l'art débarrassée de l'objet même de ses travaux: son iconographie.

Lire la suite