Archives pour la catégorie ebooks

Le Cléo à la journée d’étude des professionnels de la BAP F de l’INSHS – 25 novembre 2010

Retiring a locomotive driver wheel in the Atchison

Retiring a locomotive driver wheel in the Atchison... Library Of Congress, aucune restriction de copyright connue

Jean-Christophe Peyssard représentera le Centre pour l’édition électronique ouverte à la journée d’étude des professionnels de l’« information, documentation, culture, communication, édition, TICE » de l’INSHS. Son intervention portera sur les formats dédiés aux e-books et l’Open Access.  Revues.org développe en effet une offre de formats de lecture adaptés aux liseuses et téléphones mobiles.  Dans le cadre du développement d’OpenEdition freemium, l’offre premium pour le libre accès,  le Cléo propose ces nouveaux formats aux utilisateurs des bibliothèques, et aux internautes à travers une librairie en ligne. Vous trouverez le catalogue de ces publications sur le Bookserver de Revues.org, basé sur le standard OPDS.

Jean-Christophe Peyssard présentera également, en collaboration avec Françoise Acquier, Aldébaran. Lire et repérer les sciences humaines sur Internet, revues de compte-rendus de ressources documentaires en sciences humaines à travers des notices de sites, des conseils de recherche documentaire et des revues d’ouvrages.

Programme

9h  Accueil des participants – Café

Jean-Luc PINOL – Directeur du TGE ADONIS
Modérateur de la matinée

9h30  Ouverture de la journée par François-Joseph RUGGIU – Directeur adjoint scientifique de l’INSHS

09h45   Serge BAUIN – Directeur de la Direction de l’Information Scientifique et Technique
Présentation de la DIST et de ses actions

10h15-11h  Débat avec la salle

11h-11h20 Michèle DASSA – Chargée de mission « Évaluation-Indicateurs » à l’INSHS
Panorama de la BAP F en SHS au CNRS

11h20-11h45     Pause

11h45-12h15   Bernadette BERGERET et Françoise GIRARD – Expertes auprès de l’Observatoire des Métiers du CNRS pour la BAP F
Enquête sur les métiers de l’IST

12h15-12h45     Daniel CHARNAY – Directeur-adjoint de l’UPS 2275 Centre pour la communication scientifique et directe (CCSD)
Gestion de conférences : SciencesConf-Hal

12h45-14h30     Déjeuner

14h30-16h15     Communications

Odile CONTAT – Chargée des ressources documentaires à l’INSHS
Modérateur de l’après-midi

14h30-14h45     Caroline ABELA, Carlos JENART, Daniel POUYLLAU et Nicole TUAL – UMR5185  Aménagement, Développement, Environnement, Santé et Sociétés (ADES) – Centre de documentation Regards
Documentation, évolution, numérisation, nouveaux services

14h45-15h00     Françoise ACQUIER – UMR1563 Ambiances architecturales et urbaines
Jean-Christophe PEYSSARD – UMS3287  Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo)
Véronique GINOUVES, maison méditerranéenne des sciences de l’homme
Aldébaran, une revue électronique en libre accès pour lire et repérer les sciences humaines et sociales sur internet

15h00-15h15     Christian DURY – UMS1798  Unité mixte de service de l’Institut des Sciences de l’Homme
Exemples
d’utilisation de l’image animée en SHS

15h15-15h30   Olivier MARLET – UPR841 Institut de recherche et d’histoire des textes (IRHT)
Les ressources numériques de l’IRHT

15h30-15h45   Jean-Christophe PEYSSARD – UMS3287 Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo)
L’Open access
et la diffusion de formats dédiés aux e-books

15h45-16h00    Stéphane POUYLLAU – UPS2916 Support à l’accès unique aux données et aux documents numériques en Sciences Humaines et Sociales (SupADONIS)
MédiHal, une archive ouverte de photographies et d’images scientifiques au service de la recherche en SHS et de la valorisation du patrimoine scientifique iconographique

16h00-16h15      Joséphine SIMONNOT, Aude JULIEN – UMR7186 Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (LESC),
Hugues GENEVOIS – UMR7190  Institut Jean le rond d’Alembert,
Véronique GINOUVES - USR3125 Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme,
Marie-Barbara Le GONIDEC
TELEMETA : un projet pour les archives sonores de la recherche : traitement, sauvegarde, valorisation

16h15-17h30     Posters

Françoise ACQUIER, Martine CHAZELAS et Hélène TISSERAND – UMR1563 Ambiances architecturales et urbaines
Ambiances.net, un centre de ressources numériques pour un réseau thématique

Pierre BURGER – UMR8599 Centre d’étude de la langue et de la littérature françaises des XVIIe et XVIIIe siècles
Une expérience de lexicographie appuyée sur les bases de données lexicographiques

Michèle DASSA – INSHS
Christine KOSMOPOULOS – UMR8504 Géographie-cités
Journal Base

Anne DEBRAY-DECORY, Bérengère CLEMENT, Christiane ESCALIER, Marie-Pierre OULIE, Sabine PARTOUCHE et  Danielle ROUVIER – UMR6568 Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM)
La BAP F à l’IREMAM

Anne-Solweig GREMILLET – UMR8558  Centre de recherches historiques (CRH)
Clotilde ROUSSEL – UPS76  Institut de l’information scientifique et technique (INIST)
Pratiques éditoriales, quand la technologie wiki ouvre de nouvelles voies

Brigitte LEQUEUX – USR3225 Maison René-Ginouvès, Archéologie et Ethnologie
Institutionnalisation d’une coopérative de producteurs en GDS statutaires

Marie-Josèphe PIERRAT – UMR8211 Cermes 3 Centre de recherche médecine, sciences, santé, santé mentale, société
Sylvia BOZAN – UMS3036  Bibliothèque des sciences humaines et sociales Descartes – CNRS
Philippe DROUIN – UPS76  Institut de l’information scientifique et technique (INIST)
SemanticScuttle : une application logicielle pour une veille collaborative entre documentalistes et chercheurs sur les ressources en sciences sociales (sociopôle)

Anne-Violaine SZABADOS – UMR7041 Archéologies et Sciences de l’Antiquité (ArScAn)
L’usage de normes pour l’interopérabilité des données sur l’Antiquité : l’exemple des outils documentaires du LIMC

Cécile THIEBAULT – UMR8546 Archéologies d’Orient et d’Occident et Sciences des textes (AOROC)
Bertrand Pierron
Michèle Tahri
TESSELLA : projet en cours de bases de données en ligne destinées aux spécialités et chercheurs qui travaillent sur les mosaïques antiques

Lire aussi :

Revues.org inaugure son bookserver

« Aldiko Reader on Archos Tablet » par umpcportal.com, cc by-nc-nd

Revues.org inaugure son Bookserver. Vous pouvez désormais accéder à l’intégralité du contenu de notre catalogue (livres, revues, cahiers et bulletins) sur vos téléphones mobiles avec les applications Stanza pour Iphone et Aldiko pour Android.

Pour mémoire, Bookserver est la technologie permettant de diffuser des catalogues de livres sur le réseau dont nous vous avons déjà parlé à de nombreuses reprises. Son nom technique est OPDS (Open publication distribution system). Il s’agit d’un format ouvert et libre, qui permet d’échanger les informations de façon transparente, à l’heure où les géants de l’information numérique voudraient imposer leurs formats et protocoles propriétaires.

Bookserver est soutenu notamment par Internet Archive, OLPC, les éditions O’Reilly, Feedbooks et… le Centre pour l’édition électronique ouverte !

Lire aussi :

Sortie d’OPDS 1.0 (Open publication disitribution system), la technologie de BookServer

« A macro shot on a text book through glasses » par Mathias L., cc by-nc-sa

Internet archive, en association avec ses partenaires, O’Reilly Media, Threepress, Book Oven, Feedbooks, OLPC, sortent cette semaine OPDS 1.0.

Le format OPDS (Open Publication Distribution System) est un format de syndication pour la publication électronique s’appuyant sur ATOM (RFC4287) et le protocole HTTP (RFC2616). Il permet l’agrégation, la distribution, la détection et l’acquisition de publications électroniques. OPDS utilise des standards ouverts existants ou émergeants, en mettant l’accent sur la simplicité.

Il s’agit de permettre la diffusion de catalogues de contenus (livres et publications en général), indépendamment de la plateforme de diffusion et du lecteur utilisé (sofware et hardware).

Le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) soutient cette initiative. Il considère qu’il s’agit là d’un dispositif indispensable (comme le fut en son temps le protocole OAI-PMH) permettant la mise en place d’un véritable écosystème ouvert et vivant du livre électronique. L’enjeu le plus important, aujourd’hui, est de permettre l’épanouissement d’un grand nombre d’entrepôts de livres électroniques et d’un grand nombre de libraires électroniques, permettant d’éviter le syndrôme du goulet d’étrangelement évoqué dans Gutenberg, ce criminel et dans Et si Itunes avalait tous vos livres ? L’enjeu est économique. Il est culturel. Il est politique. C’est un enjeu de société qui ne doit pas être réduit à une question technologique. Bien au contraire, il s’agit d’un choix de société. Le format OPDS est soutenu notamment par  OLPC, un ordinateur pour les pays émergeants. OLPC signifie “One laptop per child” et a pour ambition de fournir un ordinateur par enfant dans les classes en Afrique, Inde, Amérique du Sud… (En savoir plus)

En savoir plus

À paraître le 25 mars 2010 : la seconde édition du Read/Write Book. Le livre inscriptible

Read Write Book - Le livre inscriptible - 2ème éditionRead/Write Book. Le livre inscriptible est le premier ouvrage publié par le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo). Sa première version a accompagné, sous forme expérimentale et multi-supports, l’université d’été de l’édition électronique ouverte, qui s’est tenue à Marseille du 7 au 11 septembre 2009.

La seconde version du recueil, revue et augmentée  sortira le 25 mars 2010. Cette nouvelle édition sera diffusée, d’une part au format papier par les Éditions du Cléo et d’autre part aux formats epub et PDF en librairie électronique.

Remerciements

Ce recueil constitue un état des lieux des réflexions d’une communauté de chercheurs, de professionnels du livre, de pédagogues, de professionnels du numérique, d’expérimentateurs et d’explorateurs, parfois même de conquistadores, bref, d’une communauté d’intellectuels inscrits dans leur siècle que l’on appelle parfois la bouquinosphère. Ils partagent, débattent et parfois même s’étripent au sujet d’un sujet qui les passionne tous : le livre. Il faut saluer leur générosité et l’acuité de leur pensée. Je remercie particulièrement Hubert Guillaud, Virginie Clayssen et Pierre Mounier, dont l’inlassable travail de repérage, traduction, confrontation et mise en perspective ont rendu ce livre possible. Enfin, la dette de ce livre envers l’ensemble de l’équipe du Centre pour l’édition électronique ouverte est énorme, à travers l’enthousiasme, l’exigence de service public et le goût du travail bien fait dont ils font preuve chaque jour.

Sommaire

Introduction

Marin Dacos
Read/Write Book. Le livre devient inscriptible

Le livre électronique est un texte

Alain Pierrot et Jean Sarzana
Réflexion autour du livre et de l’œuvre numérique

Hubert Guillaud
Le papier contre l’électronique

Hubert Guillaud
Qu’est-ce qu’un livre à l’heure du numérique ?

Bob Stein
A Unified Field Theory of Publishing in the Networked Era

Nova Spivack
Bienvenue dans le flux : un nouvel âge pour le web

Monopolivre

Joël Faucilhon
Portrait du pirate en conservateur de bibliothèque

Milad Doueihi
Le livre à l’heure du numérique : objet fétiche, objet de résistance

Philippe Aigrain
La contribution créative : le nécessaire, le comment et ce qu’il faut faire d’autre

Robert Darnton
La bibliothèque universelle, de Voltaire à Google

Tim O’Reilly
Concurrence sur le marché du livre

Andrew Savikas
Amazon Ups the Ante on Platform Lock-In

Fabrice Epelboin
Données et métadonnées : transfert de valeur au cœur de la stratégie des médias

Édition électronique scientifique ?

Janet Stemwedel
The Saga of the Journal Comment

Pierre Mounier
L’édition en ligne : un nouvel eldorado pour les sciences humaines ?

Antoine Blanchard
Ce que le blog apporte à la recherche

André Gunthert
Why Blog ?

Conclusion

Pierre Mounier
Le livre et les trois dimensions du cyberespace

Orientations bibliographiques

À propos des auteurs

Blio : un logiciel de lecture de livres électroniques (Tools of change for publishing)

Blio ereader
Pour beaucoup d’orateurs, TOC 2010 a été l’occasion de promouvoir son projet, son produit, sa plateforme. C’est dissimulé plus ou moins délicatement derrière des considérations plus générales, mais c’est bien de cela qu’il s’agit. La présentation de Blio avait, de ce point de vue, le mérite de la clarté : il s’agissait d’une page de publicité, ni plus, ni moins.

Dans la profusion d’initiatives qui touche aujourd’hui l’édition électronique, on voit émerger des propositions de logiciels de lecture de livres. On connaissait déjà, chacun dans son registre, Stanza, Aldiko, Adobe Digital Edition, FBReader, Acrobat Reader… Il faut désormais ajouter à cela Blio. Blio est un logiciel gratuit (ne pas confondre, il ne s’agit pas d’un logiciel libre), qui tourne sur Microsoft WindowsTM Il a, cependant, vocation à fonctionner dans un grand nombre d’environnements fixes et mobiles :

  • Windows
  • Mac
  • Linux
  • Android
  • Symbian
  • Windows Mobile
  • iPhone

La présentation insiste sur la faiblesse de l’affichage sur les technologies d’encre électronique, statiques, lentes et monochromes.

Le projet se concentre plutôt sur une approche multimédia, en s’appuyant sur le format XPS (XML Paper Specification) de MicrosoftTM. Ce format a été lancé, il y a quelques années, pour contrer le PDF. Le Blio Reader pourra, cependant, lire également du PDF et de l’Epub.

De toute évidence, le modèle économique promu par le Blio Reader est celui du Bookstore, sur le modèle qui a tant réussi à Apple. La société K-NFB ouvrira une librairie qui distillera ses livres à destination du Blio Reader. Elle annonce diffuser, prochainement, des ouvrages venus de gros poissons : Elsevier, Hachette, HarperCollins, Random House, Penguin, Simon & Schuster, Wiley. Tout cela, normalement, devrait être truffé de DRM. Il est fort probable que ce bookstore aura le monopole d’alimenter du Blio Reader. Nous n’avons jamais eu autant besoin de la technologie BookServer (OPDS)…

La fonctionnalité la plus intéressante du Blio Reader est celle qui permet le TTS (Text to speech) automatique, car elle est très pédagogique, notamment pour apprendre une langue étrangère. Cette possibilité cohabite avec une fonctionnalité audiobook plus élaborée, quand le texte est lu par un être humain… Bien entendu, cette dernière fonctionnalité, très intéressante pour les enfants notamment, ne passera que par le format XPS, ce qui ne donne pas vraiment envie… mais pourrait pousser les promoteurs de l’Epub à se réveiller un peu. On se demande, en effet, si l’IDPF dort ou bien si elle a décidé de maintenir l’Epub à un niveau low tech pour rester en phase avec le Sony Reader…

Il est également possible d’ajouter des annotations aux livres. L’histoire ne nous dit pas si on pourra le faire sur les trois formats (Epub, PDF et XPS) ou seulement sur l’XPS. L’histoire ne dit pas, non plus, si ces notes seront emprisonnées dans le logiciel, propulsées dans les nuages ou accessibles dans un format ouvert…

Ce lecteur de livre concentre son attention sur les livres de cuisine, les livres pour enfants, les encyclopédies illustrées.

Place de la toile, « Spéciale édition numérique » (le 16 octobre 2009)

logo_franceculture

bd542b6c75771d5c685112a6bbae0e4a

Marin Dacos.  Directeur du Centre pour l’édition électronique ouverte (CLEO). Fondateur du logiciel Lodel et les portails :Revues.org, Calenda, le calendrier des sciences sociales, In-extenso.org, Hypotheses.org. Est ingénieur de recherches au CNRS (architecte de systèmes d’information).
A été chargé de mission pour l’édition électronique au Ministère de la Recherche.

Hubert Guillaud.  Journaliste spécialisé dans les nouvelles technologies, rédacteur en chef d’InternetActu.net et responsable de la veille à la Fondation Internet nouvelle génération.

Virginie Clayssen.  Directrice adjointe du Développement Numérique chez Editis

http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/place_toile/fiche.php?diffusion_id=76648&pg=avenir

À paraître en 2010 : Read/Write Book. Le livre inscriptible

couverture

Read/Write Book. Le livre inscriptible est le premier ouvrage publié par le Centre pour l’édition électronique ouverte. Il accompagne, sous forme expérimentale et multi-supports, l’université d’été de l’édition électronique ouverte, qui se tiendra à Marseille du 7 au 11 septembre 2009. Il réunit des textes écrits par Philippe Aigrain, Antoine Blanchard, Virginie Clayssen, Marin Dacos, Robert Darnton, Milad Doueihi, Fabrice Epelboin, Joël Faucilhon, Hubert Guillaud, André Gunthert, Pierre Mounier, Tim O’Reilly, Andrew Savikas, Nova Spivack et Bob Stein.

Une première édition du livre sera diffusée en impression à la demande (via Unibook) lors de l’université d’été. Les stagiaires vont travailler sur divers formats de ce livre (Epub, TEI, Lodel, etc). Une deuxième édition sera diffusée ensuite, sous forme électronique sur Immatériel.fr et sur Feedbooks.com

Nous remercions UNIBOOK pour leur collaboration très efficace!

Vous pouvez télécharger la version de travail du livre qui sera soumise aux stagiaires (1er septembre 2009).

Hervé Bienvault a eu la gentillesse de le recadrer pour les liseuses. Vous pouvez essayer cette version !

Une version papier du Read/Write Book, en impression à la demande, de la première édition est disponible sur le site d’Unibook.

Sommaire

Introduction
Marin Dacos
Read/Write Book. Le livre devient inscriptible

Chapitre 1. Le livre électronique est un texte

Hubert Guillaud
Le papier contre l’électronique

Hubert Guillaud
Qu’est-ce que le livre à l’heure du numérique ?

Bob Stein
A Unified Field Theory of Publishing in the Networked Era

Nova Spivack, traduction de Virginie Clayssen
Bienvenue dans le flux : un nouvel âge pour le web

Chapitre 2. Monopolivre

Joël Faucilhon
Portrait du pirate en conservateur de bibliothèque

Milad Doueihi
Le livre à l’heure du numérique : objet fétiche, objet de
résistance ?

Philippe Aigrain
La contribution créative : le nécessaire, le comment et ce qu’il faut faire d’autre

Robert Darnton
La bibliothèque universelle, de Voltaire à Google

Tim O’Reilly, traduction de Virginie Clayssen
Concurrence sur le marché du livre

Andrew Savikas
Amazon Ups the Ante on Platform Lock-in

Fabrice Epelboin
Données et métadonnées : transfert de valeur au cœur de la stratégie des médias

Chapitre 3. Édition électronique scientifique ?

Pierre Mounier
L’édition en ligne : un nouvel eldorado pour les sciences humaines ?

Antoine Blanchard
Ce que le blog apporte à la recherche

André Gunthert
Why Blog ?

Conclusion
Marin Dacos
Rendez-vous dans la bouquinosphère

Orientations bibliographiques

Biographie des auteurs

Remerciements

« Ce recueil constitue un état des lieux des réflexions d’une communauté de chercheurs, de professionnels du livre, de pédagogues, de professionnels du numérique, d’expérimentateurs et d’explorateurs, parfois même de conquistadores, bref, d’une communauté d’intellectuels inscrits dans leur siècle que l’on appelle parfois la bouquinosphère. Ils partagent, débattent et parfois même s’étripent au sujet d’un sujet qui les passionne tous : le livre. Il faut saluer leur générosité et l’acuité de leur pensée. Je remercie particulièrement Hubert Guillaud, Virginie Clayssen et Pierre Mounier, dont l’inlassable travail de repérage, traduction, confrontation et mise en perspective ont rendu ce livre possible. Enfin, la dette de ce livre envers l’ensemble de l’équipe du Centre pour l’édition électronique ouverte est énorme, à travers l’enthousiasme, l’exigence de service public et le goût du travail bien fait, dont ils font preuve chaque jour.»

Textes réunis par Marin Dacos.

Open Publication Distribution System (OPDS), une technologie qui répond à un enjeu de société

opdsInternet archive, en association avec ses partenaires, O’Reilly Media, Threepress, Book Oven, Feedbooks, OLPC, et d’autres, prépare un nouveau standard, OPDS Catalogs, pour  Open Publication Distribution System. Il s’agit d’un format de syndication pour la publication électronique s’appuyant sur ATOM (RFC4287) et le protocole HTTP (RFC2616). Il permet l’agrégation, la distribution, la détection et l’acquisition de publications électroniques. OPDS utilise des standards ouverts existants ou émergeants, en mettant l’accent sur la simplicité.

Un workshop autour de ce projet aura lieu à San Francisco en Octobre 2009. Il permettra de faire la démonstration du projet Bookserver d’Internet archive, qui fonctionnera avec OPDS Catalog et améliorera son projet Open Library.

En savoir plus sur l’événement : http://www.opencontentalliance.org/2009/07/17/making-books-apparent/

Le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo)  soutient cette initiative. Il considère qu’il s’agit là d’un dispositif indispensable (comme le fut en son temps le protocole’OAI-PMH) permettant la mise en place d’un véritable écosystème ouvert et vivant du livre électronique. L’enjeu le plus important, aujourd’hui, est de permettre l’épanouissement d’un grand nombre d’entrepôts de livres électroniques et d’un grand nombre de libraires électroniques, permettant d’éviter le syndrôme du goulet d’étrangelement évoqué dans Gutenberg, ce criminel et dans Et si Itunes avalait tous vos livres? L’enjeu est économique. Il est culturel. Il est politique. C’est un enjeu de société qui ne doit pas être réduit à une question technologique. Bien au contraire, il s’agit d’un choix de société. Souhaitons-nous confier le contrôle de la diffusion des livres électroniques à 5 ou 10 acteurs majeurs dans le monde (au hasard : Apple, Amazon, Google) ou souhaitons-nous permettre la naissance de multiples canaux d’émission de livres et de multiples canaux de distributions de livres? En posant la question, on lui apporte une réponse. Merci, donc, aux inventeurs d’OPDS, pour leur travail si important pour l’avenir de la culture.

La bataille du livre électronique est lancée, et elle prend des allures de plus en plus industrielles

Alors que la concentration du secteur de l’édition paraît ne pas se démentir, l’essentiel semble désormais ailleurs. Les fabricants de machines, de logiciels et de services se sont rués dans l’industrie de la culture numérique, cherchant à y prendre une place de choix. Si possible, avec monopole à tous les étages, formats propriétaires, goulets d’étranglements incontournables avec péages et octrois, police de la pensée, création artificielle de rareté, vente donnant droit à des usages restrictifs et provisoires, privatisation du patrimoine culturel de l’humanité. Le livre n’est qu’un secteur de la grande bataille engagée, à laquelle il pensait pouvoir échapper. Désormais, le terrain de jeu touche l’ensemble de la culture, et même un peu au-delà.

Lire la suite sur Blogo-numericus…

CSS, ePub et la typographie du livre électronique

Le format ePub semble en voie de s’imposer comme le nouveau standard de livre électronique, adapté pour une lecture sur toutes sortes d’écrans : de celui de l’ordinateur jusqu’au téléphone portable.

Or, qui dit « livre », dit « typographie ». On peut rétorquer que parler ainsi d’une publication électronique est encore rester dans la métaphore du livre papier traditionnel. Toutefois, il faut garder à l’esprit que ce dernier a amplement fait ses preuves, et qu’il reste adapté à nos habitudes de lecture, pour les avoir créées. À moins de trouver un moyen révolutionnaire de présenter les contenus, qui changerait radicalement la façon dont nous parcourons un texte, la page de livre « classique » reste la plus adaptée, en particulier pour rester concentré sur un texte long.

Certes, il faut que le texte soit recomposable à la volée selon différents écrans et formats de page. Il doit proposer une navigation aisée en ce qui concerne les notes ou les liens hypertexte. Il peut offrir des fonctions supplémentaires comme la présence d’un dictionnaire lors d’un clic sur un mot, ou l’inclusion de fichiers vidéo et audio. Sans oublier les fonctions de recherche, d’annotation, et d’indexation. Néanmoins, il faut bien penser que derrière tout cela, il y a le lecteur, humain, qui n’est pas forcément disposé à changer ses habitudes.

Étant donné qu’ePub se base sur du XHTML et du CSS (présentement une partie de CSS 2), il semble indispensable d’utiliser au maximum les fonctions présentes et à venir des feuilles de style en cascade.

Les normes CSS 2 et 3, qui sont en développement depuis des années (CSS 2 est une recommandation datant de 1998, voir sur http://en.wikipedia.org/wiki/Css), et pas encore totalement implémentées, semblent porteuses de nombreuses possibilités offrant un compromis entre un texte recomposable à la volée et une typographie soignée. En particulier, le module « CSS 3 Text ». Il existe un site consacré à ces questions, www.webtypography.net, qui s’inspire ouvertement du livre de Robert Bringhurst, The Elements of Typographic Style, qui est considéré à juste titre comme une référence dans la mise en page papier. Ce billet, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, est ouvertement inspiré par ce site.

Polices embarquées

Tout d’abord, le format Epub propose d’inclure la police de caractères de son choix, en format Opentype, notamment, ce qui ouvre encore plus de possibilités. Pour cela, il faut faire appel à la propriété @font-face (CSS 3 Web Fonts Module).

L’exemple ci-dessous permet d’importer la police « Goudy Old Style », qui se trouve dans un répertoire « /fonts » du site. Cette police pourra ensuite être utilisée dans le document HTML. Cet import est actuellement supporté par certains navigateurs (Safari, et Opera, notamment).

@font-face {
font-family: "Goudy Old Style";
src: url("http://site/fonts/GoudyOS.otf")}

Toutefois, Epub étant un simple fichier .zip, il semble épineux d’utiliser des jeux de caractères non libres de droits : les polices sont en effet aisément récupérables en ouvrant le fichier, contrairement à l’encapsulage proposé par le format PDF. L’utilisation de caractères libres de droits et de qualité pourrait être un bon compromis (voir la licence SIL Open Font License (OFL) à ce propos : http://scripts.sil.org/cms/scripts/page.php?site_id=nrsi&item_id=OFL).

L’IDPF réfléchit actuellement à la possibilité de brouiller les polices afin qu’elles ne soient pas réutilisables aisément.

Formats de page, titres courants…

Toute la spécification « Paged Media » est consacrée au contenu paginé (par opposition au contenu en « continu » classique des pages web). Une traduction (non officielle) des spécifications de ce module est disponible à cette adresse : http://www.yoyodesign.org/doc/w3c/css2/page.html

Grâce à la règle @page, il est possible de définir les tailles de la justification, des marges, etc. Beaucoup d’autres options concernent des propriétés destinées à l’impression, puisque cette spécification est avant tout dédiée à cet usage. Mais il est intéressant de noter que des pages de gauche et des pages de droite peuvent être distinguées (ce qui permet d’adapter les marges pour une lecture en recto-verso, notamment).

Pour se rapprocher d’une mise en page « classique », la spécification CSS 3 Paged Media ajoute encore des propositions utiles. Notamment les titres courants.

Exemple :

@page :left {
@top-left {
content: "Chapitre 1 : Introduction";
}
}

Cette instruction ajoute la mention « Chapitre 1 : Introduction » sur toutes les pages de gauche.

Césure & justification

Les CSS ne gèrent actuellement pas les césures, ce qui peut occasionner des blancs disgrâcieux dans des textes justifiés. Pour remédier à ce manque, les CSS3 proposent une propriété, hyphenate, qui pourrait s’avérer intéressante, permettant notamment de contrôler le nombre de caractères minimum avant et après chaque mot (hyphenate-before, hyphenate-after), ainsi que le nombre maximal de lignes comportant des césures (hyphenate-lines). Évidemment, effectuer des césures requiert la présence d’un dictionnaire en fonction de la langue du texte : c’est une chose prévue par la spécification (hyphenate-dictionary). Il est possible de faire référence à un dictionnaire interne à la machine ou au navigateur avec la valeur auto, ce qui éviterait d’alourdir chaque fichier (en revanche, la présence de ce dictionnaire est alors indispensable.

L’existence de contenus en plusieurs langues au sein d’un même article est également une donnée à prendre en compte.

Sauts de page, veuves & orphelines

La spécification CSS for Paged Media prévoit une gestion des sauts de page ainsi que des veuves et orphelines, même si cette dernière notion peut ne pas sembler des plus urgentes dans l’ordre des priorités. Comme son nom l’indique, cette notion n’est valable que sur des documents ayant une taille de page définie (règle @page)

page-break-before et page-break-after stipulent respectivement qu’un saut de page doit être fait avant ou après un élément donné. La syntaxe est la suivante :

h1 {
page-break-before:always }

Ici, chaque fois qu’un titre de niveau 1 est rencontré, ce dernier démarre sur une nouvelle page.

.section {
page-break-after:always }

Ici, chaque bloc de la classe « section » doit démarrer sur une nouvelle page.

La propriété page-break-inside empêche les éléments concernés d’être répartis sur plusieurs pages :

h1, h2, h3, h4, h5, h6 {
page-break-inside:never }

Cet exemple stipule que les titres de niveau 1 à 6 ne doivent jamais se retrouver à cheval sur plusieurs pages.

Enfin, en ce qui concerne les veuves et orphelines à proprement parler, l’exemple ci-dessous indique que tous les paragraphes ne doivent jamais avoir moins de 4 lignes au commencement d’une page (widows : veuves), et jamais moins de 4 lignes à la fin d’une page (orphans : orphelines) :

p {
widows:4;
orphans:4 }

Chiffres suspendus

Un autre point de finesse typographique, mais pas franchement prioritaire, est la possibilité d’utiliser soit des chiffres alignés soit des chiffres suspendus (elzéviriens) par l’intermédiaire d’une propriété, et non en utilisant directement la référence Unicode du caractère. Ce qui permettrait de les changer à la volée par une feuille de style.

Peu de polices couramment utilisées pour le web proposent à la fois la variante alignée et la variante suspendue des chiffres. Par exemple, Georgia est la seule police basique qui possède des chiffres suspendus. En revanche, elle ne propose pas de chiffres alignés. Mais cette restriction ne s’appliquerait pas dans le cas d’un livre électronique, s’il est possible d’ajouter la police de son choix, comme précisé plus haut.

Cette distinction n’est actuellement prévue dans aucune des spécifications CSS. Le site Webtypography suggère l’implémentation d’une propriété comme numeral-variant, dans le style de font-variant qui pourrait prendre plusieurs valeurs, comme old-style pour des chiffres suspendus, et lining pour les chiffres alignés. Ou plus simplement, en reprenant les valeurs normal, uppercase, lowercase, small-caps déjà existantes.

Ces quelques propriétés ne constituent qu’une petite partie des choses possibles. Des fonctions bien plus avancées en terme éditorial sont à prévoir. Notamment, en ce qui concerne la gestion des tables des matières, notes de bas de page, ainsi que les références croisées (indispensable pour de l’édition scientifique). Voir à ce sujet le blog d’Hadrien Gardeur, plus connu comme le créateur de Feedbooks : http://blog.feedbooks.com/fr/?p=50

En guise de conclusion, rappelons tout de même que si une présentation très soignée du côté éditeur est souhaitable, il faut néanmoins qu’elle ne soit pas rigide : l’utilisateur doit pouvoir s’il le souhaite afficher le texte selon sa préférence (plus gros, avec une police différente, etc.). C’est un des intérêts de l’édition électronique. Certains sont d’ailleurs plutôt en faveur d’une mise en page la plus simple possible, sans fioritures, afin d’obtenir une adaptation optimale sur des supports très différents.

Liens

http://www.w3.org/TR/css3-text/ : le module CSS Text Level 3 sur le site du W3C.

http://www.alistapart.com/articles/boom : article intéressant sur la réalisation d’un livre en CSS, avec les sources et le résultat final (XHTML + CSS converti en PDF par le logiciel Prince, qui interprète correctement les fonctions CSS 2 liées aux pages, ce qui n’est pas le cas de l’ensemble des navigateurs).

Lire la suite

« La blogosphère du livre » (dossier publié par le journal Vendredi)

Vendredi, l’hebdomadaire papier qui sélectionne les « meilleures infos du Net » publie un supplément spécial sur le Salon du livre. Avec des titres aussi intéressants que :

« Qui a peur du livre numérique ? », par Christophe D, ouinon.net
« Le droit d’auteur est mort, vive le droit d’auteur ! », par Korben.info
« Du blog au papier, Eric Chevillard a trouvé le chemin », par Hubert Artus, rue89.com
« J’ai téléchargé mon propre bouquin… », par François Bon, Tierslivre.net
« Six raisons pour que la liseuse numérique s’impose… ou pas », par Virginie Clayssen, Textes
« Papier ou web, lequel nous rend plus intelligents ? », par Hubert Guillaud, Internetactu.net
« Vers un nouveau modèle de mise en page », par Hubert Guillaud, Internetactu.net
« La révolution attendra encore un peu… », par Marin Dacos, Blogo-numericus
« Vers la rencontre du texte édité et de l’électronique », par Marin Dacos, Blogo-numericus
« Demain, le livre en réseau », par Hubert Guillaud, Internetactu.net
« Les livres pour mieux comprendre le net », par Marie Bonnet, Laura Pynson, Capucine Cousin, F. Martel, François Quinton et Maxime Drouet

En vente pour 1,5€ en kiosque.

Le Cléo rejoint l’IDPF (International Digital Publishing Forum)

International Digital Publishing Forum

International Digital Publishing Forum

Grâce au soutien du TGE Adonis, le Centre pour l’édition électronique ouverte vient d’adhérer à l’IDPF (International Digital Publishing Forum).

L’IDPF est une organisation basée à Toronto, qui a pour vocation de développer et promouvoir l’édition électronique, en particulier en définissant un format dédié aux livres électroniques. À cette fin, l’IDPF a entrepris une réflexion sur les formats et standards adaptés pour une lecture à la fois sur écran et liseuses, recomposable (reflowable), et dont l’aboutissement est le format Epub, basé sur l’OEPBS (Open eBook Publication Structure). Il s’agit d’un format ouvert et sans royalties, qui a été longuement présenté dans l’édition électronique ouverte. L’IDPF propose également des statistiques sur le marché du ebook aux États-Unis, des forums de discussion ouverts et privés, des enquêtes statistiques sur les usages liés à ces technologies, l’organisation de conférences.

L’IDPF accueille éditeurs, producteurs de logiciels ou de hardware, fournisseurs de contenu électronique, bibliothèques, éducation, et groupes de recherches sur l’accessibilité. La plupart des membres sont à l’heure actuelle américains (liste des membres), le Cléo assurera une représentation française au sein de l’organisation, notamment aux côtés de Feedbooks.

Ce qui justifie l’implication du Cléo dans cette instance est le rôle décisif qu’elle va jouer dans la définition du format Epub. Pour nous, ce format  a des chances de devenir le standard des livres électroniques. Aujourd’hui, l’influence d’Adobe et de Hachette sont fortes au sein de l’IDPF et les préoccupations des éditeurs plus modestes ainsi que des milieux de la recherche et de l’enseignement supérieur sont sous-représentées. Nous encouragerons la prise en compte des préoccupations purement éditoriales, loin des enjeux des industries du logiciel et du livre. Nous espérons également favoriser la mise en place de ponts avec le W3C afin que toutes les propriétés adaptées à l’édition de livres et de documents scientifiques soient prises en charge dans les formats Epub et CSS.

L’epub pour de vrai (Tools of change for publishing)

Keith Fahlgren (O’Reilly Media, Inc. )

Des fonctionnalités définies pour l’utilisateur (“reader-defined navigation”)

Epub offre de nouvelles possibilités aux lecteurs. Le lecteur a besoin de tables des matières, de plus de figures, d’index, de possibilités de recherche (même dans le domaine de la fiction). Nous devons rendre nos contenus faciles à réutiliser et à relire.

Les fonctionnalités offertes par le CSS

On sous-estime trop souvent les capacités de mise en forme offertes par le CSS : on choisit les polices, la graisse, la taille, les marges, les bordures, les espacements, les alignements, on peut travailler en block on en ligne (“inline”). On peut modifier la ccouleur : il n’y a pas que Sony Reader et le Kindle, qui sont actuellement en noir et blanc. L’iphone est en couleur et l’encre électronique en couleurs va arriver. On peut ajouter des pages break, utiliser la fonction “float” (utile pour mettre en valeur les tables et les illustrations, notamment), des listes, des tables.

En revanche, dans le domaine de la gestion des polices, les liseuses brident les possibilités. En particulier, on s’expose à des maux de têtes juridiques… Il n’est donc absolument pas garanti que tous les caractères exotiques utilisés par les éditeurs soient visibiles sur les liseuses…

Les enrichissements : do it!

Les liens sont très très très importants… “For goodness sake, do it !”. Créez des liens internes. Créez des liens externes!  Il n’y a aucune raison de refuser que les livres ne ressemblent pas à des sites webs. Chaque chapitre, chaque figure, chaque terme technique, chaque note de bas de page devrait être liée et liable en retour. Sur le Kindle, les notes sont monodirectionnelles… passez votre chemin! Or, faire des notes bidirectionnaires en Epub est possible. Il faut le faire!

Il en est de même pour les médias : insérez des figures, mettez des couleurs (elles seront visibles dans cinq ans). Préférez les dessins vectoriels, au format SVG. Grâce à cette technique, il est possible d’afficher des équations complexes sur un Iphone.

Nous avons besoin de décrire le plus largement possible les contenus de nos livres, sans préjuger de la façon dont le lecteur va s’en servir. Parce que les comportements de lecture sont imprévisibles.

Des limites…

Alors que le Kindle donne l’impression d’un format minimaliste, et ancestral, le choix du CSS par Epub lui fait hériter toute la richesse de dix années d’innovations web.

La première limite est la paresse des développeurs de logiciels, qui implémentent mal les spécifications du format. Par ailleurs, les petits écrans des terminaux mobiles ne peuvent pas tout afficher.

Pour l’instant, epub est limité : pas de flash, pas d’animations, pas de vidéo, pas d’interactivité. En revanche, on peut pointer vers des documents extérieurs. Par exemple, l’Iphone gère très bien les vidéos et on peut pointer vers elles simplement.

Quelques recommandations

Il faut embarquer les polices. Abandonner la notion de page papier, quoi qu’il en coûte aux traditions. Réévaluer ce qui compte vraiment pour les lecteurs.

Le format Epub n’est pas un format d’archivage à long terme. C’est docbook et TEI qui le sont.

Avenir ?

Keith Fahlgren considère que l’Epub devrait avoir l’avenir du MP3. Evident, brillant. Pourtant, le CSS n’as pas été inventé pour produire des textes à lire sur des liseuses, et la gestion des tableaux complexes ou grands pose problème partout, même avec le format Epub.

Les liseuses

Le Kindle ne supporte pas le format epub. Il faut faire pression sur Amazon pour qu’ils changent ce comportement.

Le Sony Reader, de son côté, est beau. Le fait qu’il s’appuie sur Adobe Digital Edition constitue un avantage et un inconvénient. Ce qui paraît invraisemblable, c’est que le Sony Reader ne propose pas de connectivité… Par ailleurs, ses performances sont limitées et il est très restrictif en ce qui concerne la taille des fichiers.

Enfin, l’Iphone est petit. C’est sa force et sa faiblesse. Il est enrichi par de nombreux nouveaux logiciels. Sa dépendance à Apple est un point négatif, qui est compensé par son dynamisme et sa flexibilité.

Les logiciels de lecture

Le logiciel Digital Edition

Ce logiciel est développé par Adobe, ce qui constitue un atout et un inconvénient à la fois. Il est mis à jour régulièrement et supporte les polices embarquées. Il n’est pas totalement conforme aux spécifications…

Bookworm

Le logiciel propose un bel environnement et est très conforme aux spécifications. Il offre un véritable support. Surtout, il est multiplateforme et adapté aux terminaux mobiles. En revanche, il ne fonctionne qu’en ligne, ce qui constitue un handicap.

L’avenir

Ce que nous pouvons attendre du futur :

* des liens entre des fichiers Epub différents (“Inter-epub linking”) : nous avons besoin ;
* des expériences de lecture enrichie ;

* du contenu adapté au web ;

* la signature numérique ;

* les annotations ;

* la possibilité de fonctionnalités de consultation innovantes (“Support for crazy navigation”);

* la possibilité de partager des favoris, localisés précisément dans le document

* la multiplication des liseuses : Plastic Logic, Android, Palm…

Crédits photographiques : “Times Square, vu du Marquis Marriot hotel”, MD, licence CC.

Le format epub (Tools of change for publishing)

Intervenants :

Joshua Tallent (eBook Architects),
Keith Fahlgren (O’Reilly Media, Inc. ),
Garth Conboy (eBook Technologies, Inc.)

Le format epub

L’IDPF travaille à la définition du format epub. En 1998, trois concurrents pour les ebooks : SoftBook Press, NuvoMedia, Microsoft. La production du format OEBF en 1999 a posé des problèmes importants, car les implémentations du format ont produit des incompatibilités nombreuses. Par la suite, le format PML, Palm Markup Language est paru. Puis le format Mobipocket, .prc, .mobi Et le Microsoft Reader. Enfin, Sony sort son format BBeB… qui côtoie déjà le PDF, “not reflowable”, c’est-à-dire non recomposable à la volée en fonction de formats d’affichage différents. Une telle profusion de formats a posé problème au marché de l’édition électronique, qui voyait, dans une grande confusion, s’affronter de nombreux formats, de nombreux systèmes de lectures. Tous incompatibles. C’est la raison de la recherche d’un format standardisé, commun à tous, Epub.

Le format Epub a pour extension “.epub”. C’est un format recomposable (“reflowable”), adapté aux livres numériques. Epub est en fait un ensemble de fichiers zippés. Deux dossiers sont créés : META-INF et OEBPS. Le premier contient des informations en XML.  Chaque chapitre est un fichier XHTML. L’objectif est de s’aligner sur les formats du web et leurs évolutions : HTML, CSS. Avec des polices embarquées. Le format privilégie deux vocabulaires : XHTML et DTBook <http://wiki.mobileread.com/wiki/DTBook>.

Dans le détail :
* CSS box models, CSS visual model, CSS paged media, CSS fonts & text, CSS embedded fonts
* DAISY NCX.
* Vector graphics : added SVG as Core Media Type.
* Embendded images and objects : PNG, JPG, GIF.

Ces particularités permettent de gérer des colonnes, des compositions assez fines (exemples de journaux, exemples de Mangas).

Pour en savoir plus

- Comparaison des formats ebooks : http://en.wikipedia.org/wiki/Comparison_of_e-book_formats

- Forum IDPF : www.idpf.org/forums/

- Validateur epub : http://code.google.com/p/epubcheck/

Crédits photographiques : MC, licence CC. http://flickr.com/photos/revuesorg/3288241936/

Enjeux de l’édition électronique (Tools of change for publishing)

Orateurs :

Neuf enjeux majeurs

L’identification des enjeux de l’édition électronique est un exercice relatif, voire subjectif, qui dépend essentiellement de la position de son auteur. A “Tools of change for publishing”, la préoccupation commerciale est évidente. On parle beaucoup de monétarisation, de business model, de la meilleure façon de “faire de l’argent”, si on traduit littéralement l’expression qui revient très souvent sur les lèvre des orateurs et des auditeurs. C’est à travers cette préoccupation économique que les intervenants du tutoriel sur les ebooks identifient 9 enjeux majeurs :

  1. Digital rights management (DRM),
  2. accessibilité,
  3. prix,
  4. piratage,
  5. problèmes économiques,
  6. standardisation,
  7. identifiants,
  8. compétition,
  9. mondialisation (ce qui signifie, pour eux, conquête de marchés hors des USA).

Ces enjeux sont variables selon le type de marché : littérature général, enseignement supérieur, ouvrages de référence, recherche. Vous reconnaîtrez là la typologie déjà exploitée dans un autre billet.

Littérature générale

Pour la littérature générale, les orateurs considèrent…

  • qu’il faut trouver une façon de protéger les livres avec des DRM, sans placer trop de barrières pour le consommateur. Tim O’Reilly et bien d’autres ont dit, par la suite, que ce modèle était voué à l’échec, même et surtout pour ceux qui veulent développer des marchés rentables;
  • qu’il faut parvenir à envoyer les fichiers sur toutes les plateformes ;
  • que l’accessibilité et le respect des standards s’impose pour les éditeurs scolaires ;
  • les éditeurs continuent à définir les prix en fonction du prix des éditions les plus récente… sur papier
  • les éditeurs doivent passer au format Epub,
  • qu’il faut faire un choix concernant les identifiants uniques : un identifiant par format… ou par titre? (mon opinion personnelle est que ce n’est ni l’un, ni l’autre)
  • qu’il faut s’adapter aux contraintes légales de chaque pays
  • que le piratage ne constitue pas une véritable menace sur ce secteur.

Enseignement supérieur

Pour l’enseignement supérieur, les enjeux majeurs semblent être les suivants:

  • comme pour la littérature générale : maintenir des DRM, qui ne soient pas trop restrictif (no comment);
  • trouver un équilibre entre les prix électroniques et les prix des éditions papier;
  • faire face au piratage, qui est dans ce domaine une vraie préoccupation (contrairement à la littérature générale) ;
  • identifier les documents à l’intérieur du livre, et pas seulement à l’échelle de celui-ci (DOI?);
  • proposer des textes OpenSource. Ce qui n’est pas, en soi, bien clair : comment appliquer une licence libre à un texte auquel on applique des DRM? ;
  • proposer des prix adaptés aux marchés nationaux (ils parlent de marchés “locaux”) ;
  • proposer des versions adaptées aux particularités nationales (ils parlent de spécificités “locales).

Reference

Pour les ouvrages de référence, les intervenants semblent d’accord pour dire que:

  • les DRM ne s’imposent pas;
  • l’accessibilité et le respect des standards, en revanche, s’imposent;
  • le piratage n’est pas un gros problème;
  • les budgets en baisse des bibliothèques sont, en revanche, des problèmes;
  • le fait de faire payer les bibliothèques s’oppose à un modèle de libre accès (bizarrement appelé “open web”);
  • comme pour l’enseignement supérieur, la création de versions adaptées aux particularités nationales s’impose.

Recherche scientifique

  • les DRM ne s’imposent pas;
  • l’accessibilité et le respect des standards, en revanche, s’imposent (à quel niveau ne s’imposeraient-ils pas?;
  • il faut parvenir à adapter les politiques tarifaires à des petites institutions et entreprises ;
  • le piratage est un problème qui existe, mais qui reste de faible importance;
  • le budget des bibliothèques est une contrainte;
  • le mouvement de l’open-access est un concurrent;
  • il faut convertir les corpus vers le format epub et produire également des données au format MARC (tradition des bibliothèques);
  • il faut acheter des DOI pour chaque livre (“top-level DOI”) et des DOI pour chaque chapitre, également;
  • il faut différencier son offre de celle des concurrents;
  • il faut traduire les plateformes dans les langues des marchés principaux… et des nouveaux marchés.

Crédits photographiques : “La vue sur New-York depuis la conférence Tools of change”, MD, licence CC, http://flickr.com/photos/revuesorg/3287315103/