Archives pour la catégorie Formats

"data.tron" de Ryoji Ikeda, Sébastien Bertrand (CC BY 2.0)

Un nouveau dépôt OAI-PMH pour OpenEdition

"data.tron" de Ryoji Ikeda, Sébastien Bertrand (CC BY 2.0) OpenEdition a récemment mis en place un nouveau dépôt OAI-PMH disponible à cette adresse : http://oai.openedition.org. Ce nouveau dépôt, accessible à tous, contient l’ensemble des documents des quatre plateformes d’OpenEdition : OpenEdition Books, Revues.org, Hypothèses et Calenda. Il remplace le précédent dépôt de 2009 qui proposait uniquement les données de Revues.org.

Le dépôt contient des données au format Dublin Core (DC) et au format METS (Metadata Encoding and Transmission Standard). En complément, les partenaires d’OpenEdition ont accès au format TEI (Text encoding initiative), qui décrit le texte intégral des documents de Revues.org et d’OpenEdition Books.

Voici les principales requêtes qui peuvent être adressées au dépôt. Attention, ces requêtes renvoient du XML et s’adressent en premier lieu à des robots moissonneurs.

Une documentation technique complète est disponible à cette adresse : http://www.openedition.org/8883

Xava du

Schema XML TEI OpenEdition

Xava du

Xava du

Le 10 avril 2013, OpenEdition a mis en ligne la version 1.1 du schéma XML W3C pour l’encodage TEI OpenEdition.

Ce format XML TEI permet l’encodage des textes (articles des revues et chapitres des livres) importés dans Lodel et publiés sur les plateformes Revues.org et OpenEdition Books. Il permet également à OpenEdition d’échanger les documents avec ses partenaires dans un format normalisé.

Ce schéma XML résulte d’une collaboration avec les Presses Universitaires de Caen engagé en 2010 et visant à faire converger les formats TEI utilisés par OpenEdition et par l’AEDRES (L’Association des éditeurs de la recherche et de l’enseignement supérieur, http://www.aedres.fr). Cette convergence facilite les passerelles entre les chaînes de production des éditeurs et les plateformes de publication d’OpenEdition.

Ce schéma est versionné et disponible publiquement à l’adresse : http://www.lodel.org/ns/, et peut être librement utilisé pour valider des fichiers TEI OpenEdition.
Il est accompagné d’une documentation technique qui décrit le modèle de contenu de chaque élément, à cette adresse : http://www.lodel.org/715.
Enfin le guide d’encodage, accompagné de fichiers d’exemples est disponible en français à l’adresse http://www.lodel.org/701 et en anglais à l’adresse : http://www.lodel.org/719.

Text Encoding Initiative

Atelier d’édition numérique à la MRSH de Caen : édition de sources et TEI

L’équipe du Cléo participera  à l’atelier d’édition numérique  “Sources éditées : du texte à la structure, de la structure aux formes” qui se tiendra du 9 au 13 juillet à la Maison de la Recherche en Sciences Humaines à l’université de Caen Basse-Normandie.

Les participants envisageront, à partir de l’étude des cas concrets, un ensemble de méthodes permettant d’une part la production de balisages TEI à partir de fichiers (Word, OpenOffice, InDesign…) destinés à la production d’une édition traditionnelle et, d’autre part, la production de formes éditées à partir de flux XML-TEI (PAO, web, ePub…).

Responsables: Dominique ROUX  et Pierre-Yves BUARD (MRSH, Université de Caen)
Autres intervenants :  Alexandre GEFEN (CNRS, Paris), Thomas LEBARBÉ (Grenoble), Jean-François RIVIÈRE (Cléo), Inès SECONDAT DE MONSTESQUIEU (Cléo), Maud INGARAO (ENS-Lyon).

Les inscriptions sont closes.
Informations sur l’atelier :  http://www.cahier.paris-sorbonne.fr/2012/06/ateliereditionnumerique
Informations sur la Text Encoding Initiative sur le site du TEI consortium : http://www.tei-c.org/index.xml

Capure Aldiko catalogue

Revues.org inaugure son bookserver

« Aldiko Reader on Archos Tablet » par umpcportal.com, cc by-nc-nd

Revues.org inaugure son Bookserver. Vous pouvez désormais accéder à l’intégralité du contenu de notre catalogue (livres, revues, cahiers et bulletins) sur vos téléphones mobiles avec les applications Stanza pour Iphone et Aldiko pour Android.

Pour mémoire, Bookserver est la technologie permettant de diffuser des catalogues de livres sur le réseau dont nous vous avons déjà parlé à de nombreuses reprises. Son nom technique est OPDS (Open publication distribution system). Il s’agit d’un format ouvert et libre, qui permet d’échanger les informations de façon transparente, à l’heure où les géants de l’information numérique voudraient imposer leurs formats et protocoles propriétaires.

Bookserver est soutenu notamment par Internet Archive, OLPC, les éditions O’Reilly, Feedbooks et… le Centre pour l’édition électronique ouverte !

Lire aussi :

capture iphone 4

Le Bookserver de Revues.org sur Stanza : mode d’emploi

Ajout du catalogue OPDS de Revues.org

Sur iPhone, iPad et iPod Touch via l’application Stanza

Entrez dans l’application Stanza :

  • au bas du menu qui apparait, cliquez sur [télécharger] ;
  • ensuite cliquez sur l’onglet [partagé] en haut du menu;
  • puis sur l’onglet [+] en haut à droite de votre écran.

Le menu [Ajouter une source] apparait alors.

Plusieurs champs sont ici à remplir :

Terminez en cliquant sur le bouton [Catalogue] et [enregistrer] en haut à droite.
Le catalogue Revues.org est maintenant disponible comme source de livres :

Le catalogue de Revues.org sur Stanza

Le catalogue est divisé en plusieurs entrées dont voici les correspondances :

  • Open access content (latest issues), contient les publications les plus récentes en accès libre ;
  • Book for sale, contient les ouvrages en vente ;
  • All publications, liste de l’ensemble des publications de Revues.org ;
  • Alphabetical by title, titre de toutes les publications par ordre alphabétique ;
  • Authors, liste des noms d’auteurs classés par ordre alphabétique ;
  • Journals, liste alphabétique des revues de Revues.org ;
  • Reviews, liste alphabétique des cahiers de Revues.org ;
  • Book series, liste des collections de livres ;
  • Bulletins, liste des bulletins de Revues. org.

Remarques

Les applications stanza et aldiko utilisées sur l’iphone et l’android, ne sont pas totalement abouties, ce qui explique l’apparition de certains problèmes lors de l’utilisation du catalogue OPDS de Revues.org.

Lire aussi :

aldiko 1

Le bookserver de Revues.org sur Aldiko : mode d’emploi

Ajout du catalogue OPDS de Revues.org

Via l’application Aldiko sur le système d’exploitation Android mais aussi sur iPod Touch et iPad (Apple)

Sélectionnez l’application Aldiko :

  • Dans le menu principal d’Aldiko sélectionnez [Télécharger des livres] (Download books).

Les catalogues d’Aldiko s’affichent :

  • Appuyer sur le bouton [menu] du téléphone et dans les options qui s’affichent, sélectionnez [Catalogues personnalisés] (Custom Catalogs), puis sélectionnez [Ajouter un catalogue] (Add a Catalog).

Plusieurs champs sont alors à remplir :

  • Titre (Title) : saisir le titre du catalogue
  • URL : saisir l’URL du catalogue OPDS de Revues.org : http://bookserver.revues.org
  • Description : saisir une éventuelle description du catalogue. Terminez par [OK]

Le catalogue Revues.org apparait alors dans les catalogues personnalisés d’Aldiko, il suffit de cliquer sur ce lien pour y accéder.

Le catalogue de Revues.org sur Aldiko

Le catalogue est divisé en plusieurs entrées dont voici les correspondances :

  • Open access content (latest issues), contient les publications les plus récentes en accès libre ;
  • Book for sale, contient les ouvrages en vente ;
  • All publications, liste de l’ensemble des publications de Revues.org ;
  • Alphabetical by title, titre de toutes les publications par ordre alphabétique ;
  • Authors, liste des noms d’auteurs classés par ordre alphabétique ;
  • Journals, liste alphabétique des revues de Revues.org ;
  • Reviews, liste alphabétique des cahiers de Revues.org ;
  • Book series, liste des collections de livres ;
  • Bulletins, liste des bulletins de Revues. org.

Remarques

Les applications stanza et aldiko utilisées sur l’iphone et l’android, ne sont pas totalement abouties, ce qui explique l’apparition de certains problèmes lors de l’utilisation du catalogue OPDS de Revues.org.

Lire aussi :

liseuse-moderne-détail

Sortie d’OPDS 1.0 (Open publication disitribution system), la technologie de BookServer

« A macro shot on a text book through glasses » par Mathias L., cc by-nc-sa

Internet archive, en association avec ses partenaires, O’Reilly Media, Threepress, Book Oven, Feedbooks, OLPC, sortent cette semaine OPDS 1.0.

Le format OPDS (Open Publication Distribution System) est un format de syndication pour la publication électronique s’appuyant sur ATOM (RFC4287) et le protocole HTTP (RFC2616). Il permet l’agrégation, la distribution, la détection et l’acquisition de publications électroniques. OPDS utilise des standards ouverts existants ou émergeants, en mettant l’accent sur la simplicité.

Il s’agit de permettre la diffusion de catalogues de contenus (livres et publications en général), indépendamment de la plateforme de diffusion et du lecteur utilisé (sofware et hardware).

Le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) soutient cette initiative. Il considère qu’il s’agit là d’un dispositif indispensable (comme le fut en son temps le protocole OAI-PMH) permettant la mise en place d’un véritable écosystème ouvert et vivant du livre électronique. L’enjeu le plus important, aujourd’hui, est de permettre l’épanouissement d’un grand nombre d’entrepôts de livres électroniques et d’un grand nombre de libraires électroniques, permettant d’éviter le syndrôme du goulet d’étrangelement évoqué dans Gutenberg, ce criminel et dans Et si Itunes avalait tous vos livres ? L’enjeu est économique. Il est culturel. Il est politique. C’est un enjeu de société qui ne doit pas être réduit à une question technologique. Bien au contraire, il s’agit d’un choix de société. Le format OPDS est soutenu notamment par  OLPC, un ordinateur pour les pays émergeants. OLPC signifie “One laptop per child” et a pour ambition de fournir un ordinateur par enfant dans les classes en Afrique, Inde, Amérique du Sud… (En savoir plus)

En savoir plus

« Steacie Library », par Raysonho, domaine public

Revues.org et Zotero : une affaire qui roule !

« Steacie Library », par Raysonho, domaine public

Zotero est un logiciel libre de gestion de références bibliographiques, développé par le Center for history and new media. Il permet de récupérer automatiquement les métadonnées d’articles disponibles en ligne, grâce à un système de « translators ».

Un translator assurait la compatibilité entre Revues.org et Zotero depuis 2008, mais ne permettait l’importation que d’un nombre limité de métadonnées. Un nouveau translator pour Revues.org a donc été développé par l’équipe du Cléo depuis fin 2009 ; il assure désormais une meilleure compatibilité entre Zotero et les revues et livres du portail. Le développement de ce translator s’est notamment basé sur la mise en place et l’harmonisation de métadonnées Prism et Dublin Core qualifié.

Les fonctionnalités suivantes sont dès à présent disponibles pour plus de 170 publications en ligne du portail :

  • reconnaissance des chapitres de livre pour les collections de livres du portail ;
  • récupération de lots d’articles à partir des sommaires et pages d’index ;
  • capture d’écran automatique des pages importées ;
  • récupération des fac-similés des articles au format pdf ;
  • récupération du plan de l’article ou du chapitre, enregistré comme note annexe ;
  • dans le cadre de l’interopérabilité entre Revues.org et Persée, possibilité d’importer des articles disponibles sur Persée à partir de sommaires présents sur Revues.org.

Les données suivantes sont également importées :

  • le nom des contributeurs : directeurs de publication, rédacteurs en chef, éditeurs scientifiques, traducteurs… ;
  • le numéro et le volume du numéro de la revue ;
  • le titre du numéro ;
  • la pagination de l’article ;
  • la langue de l’article ;
  • l’ISSN de la revue ;
  • les droits d’auteur ;
  • le début de l’article, placé dans le champ « Extra » ;
  • les entrées d’index, placées dans l’onglet « Marqueurs » de Zotero ;
  • pour les chapitres de livre : auteur du chapitre, auteur du livre, titre du livre et ISBN.

D’autre part, la possibilité d’importer des données depuis les résultats du moteur de recherche de Revues.org est en cours d’étude.

Pour des raisons techniques, quelques revues ne profitent pas encore de ces fonctionnalités, mais verront leur compatibilité avec Zotero s’améliorer dans les semaines et mois à venir.

Les carnets de recherche de la plateforme Hypothèses sont quant à eux compatibles dans leur intégralité avec Zotero.

Pour plus d’informations sur Zotero :

Lodel & OTX

Offre de stage au pôle édition du Cléo

Le Centre pour l’édition électronique ouverte recrute un(e) stagiaire pour son pôle éditorial pour une durée de 3 à 6 mois.

Missions

Le stagiaire interviendra dans la mise en œuvre du format XML TEI-P5 comme format de stockage et comme format de sortie de la plateforme Revues.org. Les documents concernés sont principalement des articles de revues scientifiques (sciences humaines et sociales) et des recensions.

Le Cléo développe actuellement le logiciel Opentext destiné à convertir des documents issus de traitements de texte au format XML TEI. Opentext permet également d’enrichir les métadonnées du document TEI produit avec une source complémentaire (ici, PRISM et Lodel). Voir les deux schémas ci-dessous :

Lodel & OTX

Crédits : « Fonctionnement d'Opentext », Veronica Holguin, © Surletoit, Tous droits réservés.

Schema de la circulation de l'information dans Lodel_dec_2009

Crédits : « Schéma de circulation de l'information dans Lodel », Veronica Holguin, © Surletoit, Tous droits réservés.

Nous proposons au stagiaire de travailler sur deux points particuliers :

1) Produire la documentation officielle de la TEI « Revues.org », c’est-à-dire documenter toutes les balises et attributs utilisés et ainsi obtenir un schéma TEI-Revues.org. Ces balises sont générées dynamiquement par Opentext sur la base du modèle éditorial (modèle de données) utilisé par les revues du portail. Cette documentation fera l’objet d’une publication électronique publique, à destination notamment de nos partenaires
2) Proposer des enrichissements à notre schéma TEI en se basant sur les spécifications de la norme TEI-P5 et les recommandations d’usage (TEI pour l’édition électronique) :

  • pour des objets génériques, il s’agirait par exemple de décrire une recension et l’ouvrage commenté dans un header TEI et de décrire une collection complète (revue/numéro/article) dans le header TEI d’un article.
  • déterminer les balises nécessaires pour une utilisation ultérieure dans un contexte de Web sémantique. Il s’agira par exemple de déterminer quelles balises sont nécessaires pour une exploitation ultérieure de notre TEI en RDFa (établir les correspondances entre la TEI Revues.org existante et la norme RDFa) ; proposer des enrichissements du schéma TEI en vue d’une conversion des données en RDFa.
  • proposer des schémas spécifiques pour des disciplines particulières (par exemple en linguistique, qui nécessite une forte sémantisation de l’information)

Le stagiaire pourra s’appuyer sur la communauté existante, notamment sur la liste de discussion TEI for Scholarly Publishing.

Technologies mises en œuvre : XML TEI-P5

Lieu : Université de Provence, site Saint-Charles, Marseille (13003).

Date de disponibilité : dès que possible.

Rémunération : indemnité de stage 417 € brut prévue

Pour nous poser des questions ou nous transmettre votre candidature, veuillez écrire à : contact@revues.org

L’employeur

Le Cléo est une unité associant le CNRS, l’EHESS, l’Université d’Avignon et l’Université de Provence. Il fait activement partie du réseau constitué par le Très grand équipement-Adonis. Il est installé à l’Université de Provence (site Saint-Charles) et mène des missions de service public : mise à disposition d’une plateforme complète comprenant un portail (Revues.org) de revues scientifiques en libre accès, une plateforme de carnets de recherche en sciences humaines (Hypothèses), développement de fonctionnalités, mise en place d’accords d’interopérabilité. Il met en ligne plus de 35 000 documents structurés en XML, via des sites web éditorialement gérés par plus de deux cents chercheurs, enseignants, documentalistes et éditeurs en sciences humaines. Le nombre de projets éditoriaux, de visiteurs et de fonctionnalités est en forte croissance.

Cléo Revues.org
CNRS/EHESS/UP/UAPV
3, place Victor Hugo, Case n°86,
13331 Marseille Cedex 3
FRANCE
Tél. +33 4 88 57 69 29
Fax +33 4 88 57 69 30
http://cleo.cnrs.fr

Lire la suite

Canada type, by arnoKath, licence CC

XML TEI : un outil méthodologique pour la recherche en SHS

CanadaType

La prochaine séance du séminaire Digital Humanities, Les transformations numériques du rapport aux savoirs, aura lieu le mercredi 3 février à l’EHESS, de 14h à 18h, au 96 bd Raspail, Salle informatique. Cette séance portera sur le sujet suivant : « XML TEI : un outil méthodologique pour la recherche en SHS ».

La séance se déroulera en trois temps :
  • 1er temps : introduction à XML-TEI. Enjeux et perspectives, par Nicole Dufournaud
  • 2e temps : un projet de recherche en phase de démarrage au Grihl-CRH : l’édition électronique critique de « La Vie de Michel de Marillac par Nicolas Lefevre de Lezeau » (XVIIe siècle). Présentation d’un exemple à partir des variantes de 3 versions manuscrites du chapitre 16 sur la Ligue, par Valérie Gratsac-Legendre, Christian Jouhaud, François-Xavier Petit, Cécile Soudan.
  • 3e temps : atelier pratique. Indexation d’un corpus TEI à partir d’une plateforme collaborative, par Nicole Dufournaud

Le séminaire est ouvert sur inscription auprès de pierre.mounier@ehess.fr ou marin.dacos@ehess.fr. Afin de mieux gérer le nombre de places disponibles, merci de bien vouloir confirmer par courriel votre présence.

Lire la suite

406086026_32f18796c9

Indexation : Revues.org référencé par Serials Solutions

aberdonian serial killer

Serials solutions référence aujourd’hui 156 revues adhérentes de Revues.org, soit presque l’intégralité des revues en ligne sur notre portail.

Serials Solutions est un gestionnaire de catalogue de bibliothèque. Il est utilisé par de nombreuses bibliothèques, en particulier par celles d’universités américaines prestigieuses telles que Yale et Cornell (Ithaca). Grâce à la coverage list de Revues.org (http://www.revues.org/coverage),  il intègre à son catalogue les revues adhérentes, y compris les plus récentes, en temps réel.

Le pôle information scientifique du Cléo travaille au référencement des publications de Revues.org en collaboration avec les bibliothèques, leurs organismes de gestion des collections ainsi que les centres universitaires du monde entier (Japon, États-Unis, Mexique..).

Le Cléo a ainsi mis en place des outils pour faciliter ce processus d’indexation :

Ces outils sont aussi là pour vous ! Si vous souhaitez  indexer nos ressources n’hésitez pas à les utiliser, ou à nous contacter à l’adresse referencement@revues.org.

Nous remercions l’équipe de Serials Solutions pour cette indexation, et souhaitons d’ores et déjà à nos collègues du monde entier une bonne lecture.

Crédits photographiques : « Aberdonian serial killer… (69/365) » par Mags_cat, licence Creative Commons CC.

521804_42ea4f44af_o

CSS, ePub et la typographie du livre électronique

Le format ePub semble en voie de s’imposer comme le nouveau standard de livre électronique, adapté pour une lecture sur toutes sortes d’écrans : de celui de l’ordinateur jusqu’au téléphone portable.

Or, qui dit « livre », dit « typographie ». On peut rétorquer que parler ainsi d’une publication électronique est encore rester dans la métaphore du livre papier traditionnel. Toutefois, il faut garder à l’esprit que ce dernier a amplement fait ses preuves, et qu’il reste adapté à nos habitudes de lecture, pour les avoir créées. À moins de trouver un moyen révolutionnaire de présenter les contenus, qui changerait radicalement la façon dont nous parcourons un texte, la page de livre « classique » reste la plus adaptée, en particulier pour rester concentré sur un texte long.

Certes, il faut que le texte soit recomposable à la volée selon différents écrans et formats de page. Il doit proposer une navigation aisée en ce qui concerne les notes ou les liens hypertexte. Il peut offrir des fonctions supplémentaires comme la présence d’un dictionnaire lors d’un clic sur un mot, ou l’inclusion de fichiers vidéo et audio. Sans oublier les fonctions de recherche, d’annotation, et d’indexation. Néanmoins, il faut bien penser que derrière tout cela, il y a le lecteur, humain, qui n’est pas forcément disposé à changer ses habitudes.

Étant donné qu’ePub se base sur du XHTML et du CSS (présentement une partie de CSS 2), il semble indispensable d’utiliser au maximum les fonctions présentes et à venir des feuilles de style en cascade.

Les normes CSS 2 et 3, qui sont en développement depuis des années (CSS 2 est une recommandation datant de 1998, voir sur http://en.wikipedia.org/wiki/Css), et pas encore totalement implémentées, semblent porteuses de nombreuses possibilités offrant un compromis entre un texte recomposable à la volée et une typographie soignée. En particulier, le module « CSS 3 Text ». Il existe un site consacré à ces questions, www.webtypography.net, qui s’inspire ouvertement du livre de Robert Bringhurst, The Elements of Typographic Style, qui est considéré à juste titre comme une référence dans la mise en page papier. Ce billet, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, est ouvertement inspiré par ce site.

Polices embarquées

Tout d’abord, le format Epub propose d’inclure la police de caractères de son choix, en format Opentype, notamment, ce qui ouvre encore plus de possibilités. Pour cela, il faut faire appel à la propriété @font-face (CSS 3 Web Fonts Module).

L’exemple ci-dessous permet d’importer la police « Goudy Old Style », qui se trouve dans un répertoire « /fonts » du site. Cette police pourra ensuite être utilisée dans le document HTML. Cet import est actuellement supporté par certains navigateurs (Safari, et Opera, notamment).

@font-face {
font-family: "Goudy Old Style";
src: url("http://site/fonts/GoudyOS.otf")}

Toutefois, Epub étant un simple fichier .zip, il semble épineux d’utiliser des jeux de caractères non libres de droits : les polices sont en effet aisément récupérables en ouvrant le fichier, contrairement à l’encapsulage proposé par le format PDF. L’utilisation de caractères libres de droits et de qualité pourrait être un bon compromis (voir la licence SIL Open Font License (OFL) à ce propos : http://scripts.sil.org/cms/scripts/page.php?site_id=nrsi&item_id=OFL).

L’IDPF réfléchit actuellement à la possibilité de brouiller les polices afin qu’elles ne soient pas réutilisables aisément.

Formats de page, titres courants…

Toute la spécification « Paged Media » est consacrée au contenu paginé (par opposition au contenu en « continu » classique des pages web). Une traduction (non officielle) des spécifications de ce module est disponible à cette adresse : http://www.yoyodesign.org/doc/w3c/css2/page.html

Grâce à la règle @page, il est possible de définir les tailles de la justification, des marges, etc. Beaucoup d’autres options concernent des propriétés destinées à l’impression, puisque cette spécification est avant tout dédiée à cet usage. Mais il est intéressant de noter que des pages de gauche et des pages de droite peuvent être distinguées (ce qui permet d’adapter les marges pour une lecture en recto-verso, notamment).

Pour se rapprocher d’une mise en page « classique », la spécification CSS 3 Paged Media ajoute encore des propositions utiles. Notamment les titres courants.

Exemple :

@page :left {
@top-left {
content: "Chapitre 1 : Introduction";
}
}

Cette instruction ajoute la mention « Chapitre 1 : Introduction » sur toutes les pages de gauche.

Césure & justification

Les CSS ne gèrent actuellement pas les césures, ce qui peut occasionner des blancs disgrâcieux dans des textes justifiés. Pour remédier à ce manque, les CSS3 proposent une propriété, hyphenate, qui pourrait s’avérer intéressante, permettant notamment de contrôler le nombre de caractères minimum avant et après chaque mot (hyphenate-before, hyphenate-after), ainsi que le nombre maximal de lignes comportant des césures (hyphenate-lines). Évidemment, effectuer des césures requiert la présence d’un dictionnaire en fonction de la langue du texte : c’est une chose prévue par la spécification (hyphenate-dictionary). Il est possible de faire référence à un dictionnaire interne à la machine ou au navigateur avec la valeur auto, ce qui éviterait d’alourdir chaque fichier (en revanche, la présence de ce dictionnaire est alors indispensable.

L’existence de contenus en plusieurs langues au sein d’un même article est également une donnée à prendre en compte.

Sauts de page, veuves & orphelines

La spécification CSS for Paged Media prévoit une gestion des sauts de page ainsi que des veuves et orphelines, même si cette dernière notion peut ne pas sembler des plus urgentes dans l’ordre des priorités. Comme son nom l’indique, cette notion n’est valable que sur des documents ayant une taille de page définie (règle @page)

page-break-before et page-break-after stipulent respectivement qu’un saut de page doit être fait avant ou après un élément donné. La syntaxe est la suivante :

h1 {
page-break-before:always }

Ici, chaque fois qu’un titre de niveau 1 est rencontré, ce dernier démarre sur une nouvelle page.

.section {
page-break-after:always }

Ici, chaque bloc de la classe « section » doit démarrer sur une nouvelle page.

La propriété page-break-inside empêche les éléments concernés d’être répartis sur plusieurs pages :

h1, h2, h3, h4, h5, h6 {
page-break-inside:never }

Cet exemple stipule que les titres de niveau 1 à 6 ne doivent jamais se retrouver à cheval sur plusieurs pages.

Enfin, en ce qui concerne les veuves et orphelines à proprement parler, l’exemple ci-dessous indique que tous les paragraphes ne doivent jamais avoir moins de 4 lignes au commencement d’une page (widows : veuves), et jamais moins de 4 lignes à la fin d’une page (orphans : orphelines) :

p {
widows:4;
orphans:4 }

Chiffres suspendus

Un autre point de finesse typographique, mais pas franchement prioritaire, est la possibilité d’utiliser soit des chiffres alignés soit des chiffres suspendus (elzéviriens) par l’intermédiaire d’une propriété, et non en utilisant directement la référence Unicode du caractère. Ce qui permettrait de les changer à la volée par une feuille de style.

Peu de polices couramment utilisées pour le web proposent à la fois la variante alignée et la variante suspendue des chiffres. Par exemple, Georgia est la seule police basique qui possède des chiffres suspendus. En revanche, elle ne propose pas de chiffres alignés. Mais cette restriction ne s’appliquerait pas dans le cas d’un livre électronique, s’il est possible d’ajouter la police de son choix, comme précisé plus haut.

Cette distinction n’est actuellement prévue dans aucune des spécifications CSS. Le site Webtypography suggère l’implémentation d’une propriété comme numeral-variant, dans le style de font-variant qui pourrait prendre plusieurs valeurs, comme old-style pour des chiffres suspendus, et lining pour les chiffres alignés. Ou plus simplement, en reprenant les valeurs normal, uppercase, lowercase, small-caps déjà existantes.

Ces quelques propriétés ne constituent qu’une petite partie des choses possibles. Des fonctions bien plus avancées en terme éditorial sont à prévoir. Notamment, en ce qui concerne la gestion des tables des matières, notes de bas de page, ainsi que les références croisées (indispensable pour de l’édition scientifique). Voir à ce sujet le blog d’Hadrien Gardeur, plus connu comme le créateur de Feedbooks : http://blog.feedbooks.com/fr/?p=50

En guise de conclusion, rappelons tout de même que si une présentation très soignée du côté éditeur est souhaitable, il faut néanmoins qu’elle ne soit pas rigide : l’utilisateur doit pouvoir s’il le souhaite afficher le texte selon sa préférence (plus gros, avec une police différente, etc.). C’est un des intérêts de l’édition électronique. Certains sont d’ailleurs plutôt en faveur d’une mise en page la plus simple possible, sans fioritures, afin d’obtenir une adaptation optimale sur des supports très différents.

Liens

http://www.w3.org/TR/css3-text/ : le module CSS Text Level 3 sur le site du W3C.

http://www.alistapart.com/articles/boom : article intéressant sur la réalisation d’un livre en CSS, avec les sources et le résultat final (XHTML + CSS converti en PDF par le logiciel Prince, qui interprète correctement les fonctions CSS 2 liées aux pages, ce qui n’est pas le cas de l’ensemble des navigateurs).

Lire la suite

graphique-servoo

Enquête concernant le service de conversion de documents Servoo

Le Centre pour l’édition électronique ouverte met à la disposition du public un service, appelé « Servoo ». Développé par Ghislain Picard en 2002, ce logiciel permet la conversion des fichiers bureautiques stylés. Le Servoo interne de Revues.org est utilisé par ses 200 revues. Un Servoo public est utilisé, gratuitement, par 1500 comptes. Nous avons lancé en novembre et décembre 2008 une enquête auprès de ces utilisateurs, dans un contexte de refonte de la politique technique du Cléo concernant ce service. Nous travaillons en effet au développement d’une solution alternative complètement nouvelle, déjà utilisée en interne depuis novembre 2008.

Nous livrons ici les résultats de cette enquête, réalisée par Marie Pellen. Dans un prochain billet, nous exposerons nos projets concernant la nouvelle solution que nous allons déployer.

Synthèse

Nombre de réponses

224 réponses

Un outil utilisé dans de nombreux pays

L’ensemble des personnes qui ont répondu au questionnaire est rattaché à des organismes d’enseignement supérieur ou de recherche de pays francophone. La majorité des sondés utilise Servoo pour des revues, une petite minorité l’utilise pour des sites de centre de recherche, et d’autre type de publication en ligne comme des actes de colloques, des livres et des dictionnaires.

Lire la suite

International Digital Publishing Forum

Le Cléo rejoint l’IDPF (International Digital Publishing Forum)

International Digital Publishing Forum

International Digital Publishing Forum

Grâce au soutien du TGE Adonis, le Centre pour l’édition électronique ouverte vient d’adhérer à l’IDPF (International Digital Publishing Forum).

L’IDPF est une organisation basée à Toronto, qui a pour vocation de développer et promouvoir l’édition électronique, en particulier en définissant un format dédié aux livres électroniques. À cette fin, l’IDPF a entrepris une réflexion sur les formats et standards adaptés pour une lecture à la fois sur écran et liseuses, recomposable (reflowable), et dont l’aboutissement est le format Epub, basé sur l’OEPBS (Open eBook Publication Structure). Il s’agit d’un format ouvert et sans royalties, qui a été longuement présenté dans l’édition électronique ouverte. L’IDPF propose également des statistiques sur le marché du ebook aux États-Unis, des forums de discussion ouverts et privés, des enquêtes statistiques sur les usages liés à ces technologies, l’organisation de conférences.

L’IDPF accueille éditeurs, producteurs de logiciels ou de hardware, fournisseurs de contenu électronique, bibliothèques, éducation, et groupes de recherches sur l’accessibilité. La plupart des membres sont à l’heure actuelle américains (liste des membres), le Cléo assurera une représentation française au sein de l’organisation, notamment aux côtés de Feedbooks.

Ce qui justifie l’implication du Cléo dans cette instance est le rôle décisif qu’elle va jouer dans la définition du format Epub. Pour nous, ce format  a des chances de devenir le standard des livres électroniques. Aujourd’hui, l’influence d’Adobe et de Hachette sont fortes au sein de l’IDPF et les préoccupations des éditeurs plus modestes ainsi que des milieux de la recherche et de l’enseignement supérieur sont sous-représentées. Nous encouragerons la prise en compte des préoccupations purement éditoriales, loin des enjeux des industries du logiciel et du livre. Nous espérons également favoriser la mise en place de ponts avec le W3C afin que toutes les propriétés adaptées à l’édition de livres et de documents scientifiques soient prises en charge dans les formats Epub et CSS.

img_8554

L’epub pour de vrai (Tools of change for publishing)

Keith Fahlgren (O’Reilly Media, Inc. )

Des fonctionnalités définies pour l’utilisateur (“reader-defined navigation”)

Epub offre de nouvelles possibilités aux lecteurs. Le lecteur a besoin de tables des matières, de plus de figures, d’index, de possibilités de recherche (même dans le domaine de la fiction). Nous devons rendre nos contenus faciles à réutiliser et à relire.

Les fonctionnalités offertes par le CSS

On sous-estime trop souvent les capacités de mise en forme offertes par le CSS : on choisit les polices, la graisse, la taille, les marges, les bordures, les espacements, les alignements, on peut travailler en block on en ligne (“inline”). On peut modifier la ccouleur : il n’y a pas que Sony Reader et le Kindle, qui sont actuellement en noir et blanc. L’iphone est en couleur et l’encre électronique en couleurs va arriver. On peut ajouter des pages break, utiliser la fonction “float” (utile pour mettre en valeur les tables et les illustrations, notamment), des listes, des tables.

En revanche, dans le domaine de la gestion des polices, les liseuses brident les possibilités. En particulier, on s’expose à des maux de têtes juridiques… Il n’est donc absolument pas garanti que tous les caractères exotiques utilisés par les éditeurs soient visibiles sur les liseuses…

Les enrichissements : do it!

Les liens sont très très très importants… “For goodness sake, do it !”. Créez des liens internes. Créez des liens externes!  Il n’y a aucune raison de refuser que les livres ne ressemblent pas à des sites webs. Chaque chapitre, chaque figure, chaque terme technique, chaque note de bas de page devrait être liée et liable en retour. Sur le Kindle, les notes sont monodirectionnelles… passez votre chemin! Or, faire des notes bidirectionnaires en Epub est possible. Il faut le faire!

Il en est de même pour les médias : insérez des figures, mettez des couleurs (elles seront visibles dans cinq ans). Préférez les dessins vectoriels, au format SVG. Grâce à cette technique, il est possible d’afficher des équations complexes sur un Iphone.

Nous avons besoin de décrire le plus largement possible les contenus de nos livres, sans préjuger de la façon dont le lecteur va s’en servir. Parce que les comportements de lecture sont imprévisibles.

Des limites…

Alors que le Kindle donne l’impression d’un format minimaliste, et ancestral, le choix du CSS par Epub lui fait hériter toute la richesse de dix années d’innovations web.

La première limite est la paresse des développeurs de logiciels, qui implémentent mal les spécifications du format. Par ailleurs, les petits écrans des terminaux mobiles ne peuvent pas tout afficher.

Pour l’instant, epub est limité : pas de flash, pas d’animations, pas de vidéo, pas d’interactivité. En revanche, on peut pointer vers des documents extérieurs. Par exemple, l’Iphone gère très bien les vidéos et on peut pointer vers elles simplement.

Quelques recommandations

Il faut embarquer les polices. Abandonner la notion de page papier, quoi qu’il en coûte aux traditions. Réévaluer ce qui compte vraiment pour les lecteurs.

Le format Epub n’est pas un format d’archivage à long terme. C’est docbook et TEI qui le sont.

Avenir ?

Keith Fahlgren considère que l’Epub devrait avoir l’avenir du MP3. Evident, brillant. Pourtant, le CSS n’as pas été inventé pour produire des textes à lire sur des liseuses, et la gestion des tableaux complexes ou grands pose problème partout, même avec le format Epub.

Les liseuses

Le Kindle ne supporte pas le format epub. Il faut faire pression sur Amazon pour qu’ils changent ce comportement.

Le Sony Reader, de son côté, est beau. Le fait qu’il s’appuie sur Adobe Digital Edition constitue un avantage et un inconvénient. Ce qui paraît invraisemblable, c’est que le Sony Reader ne propose pas de connectivité… Par ailleurs, ses performances sont limitées et il est très restrictif en ce qui concerne la taille des fichiers.

Enfin, l’Iphone est petit. C’est sa force et sa faiblesse. Il est enrichi par de nombreux nouveaux logiciels. Sa dépendance à Apple est un point négatif, qui est compensé par son dynamisme et sa flexibilité.

Les logiciels de lecture

Le logiciel Digital Edition

Ce logiciel est développé par Adobe, ce qui constitue un atout et un inconvénient à la fois. Il est mis à jour régulièrement et supporte les polices embarquées. Il n’est pas totalement conforme aux spécifications…

Bookworm

Le logiciel propose un bel environnement et est très conforme aux spécifications. Il offre un véritable support. Surtout, il est multiplateforme et adapté aux terminaux mobiles. En revanche, il ne fonctionne qu’en ligne, ce qui constitue un handicap.

L’avenir

Ce que nous pouvons attendre du futur :

* des liens entre des fichiers Epub différents (“Inter-epub linking”) : nous avons besoin ;
* des expériences de lecture enrichie ;

* du contenu adapté au web ;

* la signature numérique ;

* les annotations ;

* la possibilité de fonctionnalités de consultation innovantes (“Support for crazy navigation”);

* la possibilité de partager des favoris, localisés précisément dans le document

* la multiplication des liseuses : Plastic Logic, Android, Palm…

Crédits photographiques : “Times Square, vu du Marquis Marriot hotel”, MD, licence CC.