Archives pour la catégorie Interopérabilité

"data.tron" de Ryoji Ikeda, Sébastien Bertrand (CC BY 2.0)

Un nouveau dépôt OAI-PMH pour OpenEdition

"data.tron" de Ryoji Ikeda, Sébastien Bertrand (CC BY 2.0) OpenEdition a récemment mis en place un nouveau dépôt OAI-PMH disponible à cette adresse : http://oai.openedition.org. Ce nouveau dépôt, accessible à tous, contient l’ensemble des documents des quatre plateformes d’OpenEdition : OpenEdition Books, Revues.org, Hypothèses et Calenda. Il remplace le précédent dépôt de 2009 qui proposait uniquement les données de Revues.org.

Le dépôt contient des données au format Dublin Core (DC) et au format METS (Metadata Encoding and Transmission Standard). En complément, les partenaires d’OpenEdition ont accès au format TEI (Text encoding initiative), qui décrit le texte intégral des documents de Revues.org et d’OpenEdition Books.

Voici les principales requêtes qui peuvent être adressées au dépôt. Attention, ces requêtes renvoient du XML et s’adressent en premier lieu à des robots moissonneurs.

Une documentation technique complète est disponible à cette adresse : http://www.openedition.org/8883

« Steacie Library », par Raysonho, domaine public

Revues.org et Zotero : une affaire qui roule !

« Steacie Library », par Raysonho, domaine public

Zotero est un logiciel libre de gestion de références bibliographiques, développé par le Center for history and new media. Il permet de récupérer automatiquement les métadonnées d’articles disponibles en ligne, grâce à un système de « translators ».

Un translator assurait la compatibilité entre Revues.org et Zotero depuis 2008, mais ne permettait l’importation que d’un nombre limité de métadonnées. Un nouveau translator pour Revues.org a donc été développé par l’équipe du Cléo depuis fin 2009 ; il assure désormais une meilleure compatibilité entre Zotero et les revues et livres du portail. Le développement de ce translator s’est notamment basé sur la mise en place et l’harmonisation de métadonnées Prism et Dublin Core qualifié.

Les fonctionnalités suivantes sont dès à présent disponibles pour plus de 170 publications en ligne du portail :

  • reconnaissance des chapitres de livre pour les collections de livres du portail ;
  • récupération de lots d’articles à partir des sommaires et pages d’index ;
  • capture d’écran automatique des pages importées ;
  • récupération des fac-similés des articles au format pdf ;
  • récupération du plan de l’article ou du chapitre, enregistré comme note annexe ;
  • dans le cadre de l’interopérabilité entre Revues.org et Persée, possibilité d’importer des articles disponibles sur Persée à partir de sommaires présents sur Revues.org.

Les données suivantes sont également importées :

  • le nom des contributeurs : directeurs de publication, rédacteurs en chef, éditeurs scientifiques, traducteurs… ;
  • le numéro et le volume du numéro de la revue ;
  • le titre du numéro ;
  • la pagination de l’article ;
  • la langue de l’article ;
  • l’ISSN de la revue ;
  • les droits d’auteur ;
  • le début de l’article, placé dans le champ « Extra » ;
  • les entrées d’index, placées dans l’onglet « Marqueurs » de Zotero ;
  • pour les chapitres de livre : auteur du chapitre, auteur du livre, titre du livre et ISBN.

D’autre part, la possibilité d’importer des données depuis les résultats du moteur de recherche de Revues.org est en cours d’étude.

Pour des raisons techniques, quelques revues ne profitent pas encore de ces fonctionnalités, mais verront leur compatibilité avec Zotero s’améliorer dans les semaines et mois à venir.

Les carnets de recherche de la plateforme Hypothèses sont quant à eux compatibles dans leur intégralité avec Zotero.

Pour plus d’informations sur Zotero :

Book collage

Revues.org présent dans les bibliothèques universitaires étrangères

Bibliotheca José Vasconcelos

« Biblioteca José Vasconcelos », par CLiNKer, CC by ca

Un récent travail sur les statistiques de fréquentation du portail a mis en évidence l’indexation par les bibliothèques universitaires internationales d’une partie des revues adhérentes.

Petit tour d’horizon :

Avec le développement des Digital Library, les  « étagères virtuelles » se multiplient, sur lesquelles les revues en Open Access occupent une place de choix. Ainsi, certaines  revues adhérentes sont indexées aux États-Unis dans plusieurs catalogues :

Au sein des universités, certaines revues sont aussi sélectionnées par les départements comme des ressources bibliographiques conseillées pour leurs étudiants. En voici quelques exemples :

Enfin, c’est parfois l’ensemble des revues adhérantes au portail qui sont proposées par les bibliothèques universitaires, grâce à leurs partenariats avec les sociétés gestionnaires de catalogues (Serials Solutions, Elsevier, Ex-Libris, EBSCO….) qui utilisent les outils d’intéropérabilités développés par le Cléo. Les statistiques présentent ainsi des résultats en provenance de grandes bibliothèques québécoises :

Pour tout renseignement complémentaire sur le référencement des revues du portail, n’hésitez pas à nous contacter à l’adresse suivante :  referencement@revues.org

Create-Your-Own-Economyblurbbook

Socialgraphics (Tools of change for publishing)

Create-Your-Own-EconomyblurbbookDale Dougherty a co-confondé les éditions O’Reilly. Depuis six ans, il crée des magazines. Il est venu parler pour revenir sur le Web 2.0 et ses possibilités dans l’édition générale, orientée très grand public et même kiosques. Comme la très grande majorité des autres intervenants, il est là pour proposer des possibilités de développer des revenus.
Il met en avant un nombre : 84000. C’est le nombre de personnes qui exercent la profession d’interprète d’Elvis Presley aux USA. Il énumère également de nombreux “tribudes bands”, ces groupes qui clonent Kiss ou les Village People. Le jeu Guitar hero surfe sur ce type de passion, ce qui a permis de vendre 34 millions de morceaux… Et Dale Dougherty de citer les Guitar Zeros, qui ont détourné Guitar hero pour pouvoir programmer leur propre musique… Cette énumération d’exemples permet à Dale Dougherty de proposer à ses auditeurs de s’appuyer sur l’enthousiasme du public, pour ses passions. Il se base sur le livre de Tyler Cowen, Create your own economy. The Path to Prosperity in a Disordered World. Ce livre affirme que Twitter, Facebook, Myspace sont des espaces de création de valeur.

Rien de bien neuf, il faut le reconnaître. Le conférencier en profite pour parler de ses projets autour de l’idée de “Do it yourself” :  http://makerfaire.com/ et http://makersmarket.com/ Des rencontres de bricoleurs, que Dale Dougherty réunit, fait se rencontrer. Il se présente donc comme un catalyseur de passions… mais il faut reconnaître que c’est bien peu intéressant… De même, l’application ebird.org, une encyclopédie des oiseaux, avec géolocalisation, qui est devenue une application iPhone, qui permet aux passionnés de retrouver l’information en contexte, particulièrement d’un point de vue géographique. On voit bien le potentiel de ces livres-applications, mais la démonstration s’arrête vite… on passe déjà à foursquare, puis Tweetawatt, qui est un outil pour twitter sa consommation électrique en temps réel… So what?

Le cœur du propos du conférencier est de pousser à l’étude et à la cartographie des usages sociaux en ligne, ce qu’il appelle sociographics. Il s’agit d’une analyse statistique et graphique des comportements en réseau des internautes, à travers l’étude de leur identité numérique, de leurs relations et de leur activité en ligne. Il cite quelques outils allant dans ce sens :
- http://my.peoplebrowsr.com/
- http://squawq.com/

Pas de quoi tomber de son fauteuil, me semble-t-il. Au fond, le vrai point intéressant de la conférence porte sur la dénonciation des approches fermées et centralisatrices des réseaux sociaux comme Facebook. Il promeut l’adoption de Google Open Social API, pour disposer d’outils transversaux et ouverts, permettant d’avoir des interactions sociales dans un univers complexe, associant de nombreux sites et de nombreux périphériques. Mais les détails sur l’API Open Social de Google seront sans doute pour une autre conférence…

Schéma OPDS

Bookserver, diffusion et commercialisation distribuée de livres sur Internet (OPDS pour les intimes) – TOC 2010

Schéma de Bookserver - Auteur inconnu et licence inconnue

Schéma de Bookserver - Auteur inconnu et licence inconnue

Pour la deuxième année consécutive, me voici à New York, pour assister à Tools of change for publishing (TOC), la grand-messe sur l’édition et sur l’édition électronique. Je tente de bloguer en direct les conférences les plus marquantes.

Je l’ai déjà écrit dans ces colonnes, les protocoles et les formats d’échanges de données doivent être ouverts. Dans le domaine de l’édition électronique, l’enjeu est évident. La norme OPDS, pour  Open Publication Distribution System, est une des planches de salut en direction d’une ouverture du monde des livres en ligne, dans une perspective distribuée, par opposition à une perspective qui serait hyper-concentrée autour de trois ou quatre acteurs, qui serait Amazon, Apple et Google.

Le format OPDS est un format de syndication pour la publication électronique s’appuyant sur ATOM (RFC4287) et le protocole HTTP (RFC2616). Il permet l’agrégation, la distribution, la détection et l’acquisition de publications électroniques. OPDS utilise des standards ouverts existants ou émergeants, en mettant l’accent sur la simplicité.

Dans un atelier très clair, mais trop court pour entrer dans les détails, Hadrien Gardeur (Feedbooks), Keith Fahlgren (Threepress Consulting Inc.) et Liza Daly (Threepress Consulting Inc.) ont montré le potentiel de ce format.

Il s’agit de permettre la diffusion de catalogues de contenus (livres et publications en général), indépendamment de la plateforme de diffusion et du lecteur utilisé (sofware et hardware). C’est l’équipe de développement de Stanza est à l’origine de la création d’OPDS. Depuis son acquisition par Amazon, si j’ai bien compris, il n’y a pas de position officielle d’Amazon au sujet d’OPDS.

J’ai tenté de résumer l’architecture par un schéma naïf (ci-dessous).

Schéma OPDS

On distingue :

  • le lecteur, qui s’adresse à un client (au sens de logiciel),
  • le client, qui peut être une application iPhone (Stanza), Androïd (Aldiko), un cyberlibraire (Immateriel),
  • des catalogues, qui sont compatibles avec OPDS.

Le lecteur interroge l’interface proposée par le client. Sur Aldiko, la présentation est construite pour donner l’impression qu’on consulte une bibliothèque. Le client est capable de mettre en valeur chaque catalogue séparément, ou bien de mettre en place sa propre approche de valorisation, s’appuyant sur les métadonnées de l’ouvrage délivrées par le catalogue, ou bien en ajoutant une couche d’information qui lui soit propre.

Le catalogue offre au client deux types d’informations :

  • des métadonnées classiques, décrivant la ressource;
  • un ou des liens dits d’acquisition : lien vers emprunt, location ou achat. L’acquisition peut être gratuite ou payante.
Ecran d'Aldiko

Ecran d'Aldiko

OPDS s’appuie sur ATOM, standard très répandu. Le protocole s’appuie aussi sur le standard OpenSearch. Il a, par ailleurs, l’ambition d’être un standard plus simple qu’Onyx.

Les spécifications ne sont pas encore définitives. On nous les promet pour bientôt…

L’OPDS a pour objectif d’être, pour les livres, ce que l’OAI-PMH a été pour les articles scientifiques. Un outil de distribution relativement aisé à mettre en place, délivrant des métadonnées structurées à destination des opérateurs souhaitant moissonner et valoriser les contenus des dépôts d’articles. Ici, la différence est que le livre a fortement inspiré ce protocole (qui n’est en fait pas vraiment un protocole), ce qui a plusieurs incidences :

  • l’objet physique a une importance, et les outils de consultation de catalogue affichent volontiers une couverture (au besoin, une couverture fictive), qui est prévue dans les champs de base du format ;
  • l’unité documentaire de base est la publication (en général, le livre), c’est-à-dire que nous nous situons plus haut dans la hiérarchie documentaire. L’unité documentaire de l’OAI-PMH, les articles, est plus profonde, ce qui a eu pour effet de diluer l’importance du numéro, parfois même de la revue elle-même. Il y a bien des “sets”, mais ceux-ci peuvent décrire beaucoup de choses différentes, et la structure n’est pas très directive… Au final, dans l’OPDS, il est possible de décrire en profondeur une structure éditoriale, et à chaque niveau, de proposer le texte correspondant au téléchargement. C’est conçu pour des livres, mais ça peut marcher pour des revues : il suffit de proposer au téléchargement le numéro (au niveau n) et les articles (au niveau n-1 ou n-2 ou même n-3).
  • le format de diffusion du texte intégral n’est pas contraint, mais les concepteurs d’OPDS promeuvent le format Epub. Il est tout-à-fait possible de proposer de la TEI, du PDF ou du MP3…
  • la diffusion en libre accès n’est qu’une des modalités de diffusion : la diffusion commerciale est également possible, avec inclusion d’un prix et d’un protocole de transaction. C’est sur ce point que la présentation a été la plus rapide et la moins précise. Il semble cependant que la transaction soit en fait assurée par le détenteur du catalogue, typiquement l’éditeur. L’authentification https semble prévue, mais les détails ont manqué lors de cette courte présentation. Des authentifications par plages d’IP seront-elles possibles ? Pourra-t-on gérer des accès à des lots ou des bouquets de contenus, en complément d’accès à l’unité ?

On devine qu’il sera possible de créer une architecture plus complexe que cela, dans laquelle des catalogues OPDS seraient alimentés par d’autres catalogues OPDS…

Par ailleurs, OPDS ne demande qu’à se développer et à s’étendre (Cf. Extending OPDS).

Il faudra approfondir tout cela. Les organisateurs de TOC ont considéré que le sujet était assez important pour lui consacrer une conférence plénière, en plus de l’atelier d’aujourd’hui : A Future for Books: BookServer. C’est Brewster Kahle, d’Internet Archive, qui officiera. Quand on vous dit que c’est important ! Et on se doute que certains acteurs vont contourner OPDS pour imposer leur mode opératoire et construire des citadelles bien gardées. Il ne tient qu’à la profession de s’organiser pour rendre cela impossible.

Mieux comprendre

Un diaporama qui reprend une grande partie de ce qui a été dit aujourd’hui : http://www.slideshare.net/bisg/bisg-webcast-bookserver

Des explications d’Internet Archive : http://www.archive.org/bookserver

Hubert Guillaud a assisté à la même conférence que moi : Welcome to OPDS (Open publication distribution system) !

Quelques liens techniques

Le site d’OPDS : http://code.google.com/p/openpub/

Spécifications provisoires : http://code.google.com/p/openpub/wiki/CatalogSpecDraft

Propositions d’extensions d’OPDS : Extending OPDS

Logo_AFUL3

Le Cléo est membre de l’Association française des utilisateurs de logiciels libres (AFUL)

Logo_AFUL3

Fortement utilisateur de logiciels libres, développant lui-même des logiciels libres, le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) renouvelle cette année son adhésion à l’AFUL.

Depuis 1998, l’AFUL a pour but de promouvoir le logiciel libre, en particulier les systèmes d’exploitation (comme GNU-Linux ou les systèmes BSD libres), et aide à la diffusion de standards ouverts. L’AFUL est une organisation à but non lucratif (association loi 1901) qui réunit des utilisateurs, des professionnels, des entreprises et d’autres associations situées dans plus de dix pays et régions francophones (France, Belgique, Suisse, Québec, pays d’Afrique francophone, etc.)

  • L’AFUL est un contact privilégié pour joindre la communauté francophone du logiciel libre. Elle tient à jour la liste de référence des groupes d’utilisateurs de logiciels libres (GUL).
  • L’AFUL est un acteur clé dans le domaine de l’Éducation, avec l’accord-cadre passé avec le ministère français de l’Éducation nationale (depuis 1998) et avec l’Agence Universitaire de la Francophonie (depuis 1999).
  • L’AFUL est membre fondateur de l’association Scideralle qui depuis 2002 soutient des projets visant à fournir à tout public des logiciels et ressources libres pour l’enseignement et l’éducation populaire.
  • L’AFUL s’est considérablement impliquée dans des travaux, rapports, et processus législatifs liés à l’évolution de la législation française du droit d’auteur et relatifs à la législation touchant les médias numériques, dont Internet. L’AFUL participe aux travaux du Conseil Supérieur de la Propriété Littéraire et Artistique Français (CSPLA) au titre des logiciels libres et plus généralement des œuvres ouvertes et sous licence libre.
  • L’AFUL est l’initiatrice en 1999 du mouvement contre les brevets logiciels, et un des membres fondateurs de l’Alliance EuroLinux. L’AFUL soutient également les actions d’Economic Majority.
  • L’AFUL tient à jour un dossier sur les modèles économiques liés aux logiciels libres. Ses membres débattent en permanence afin d’analyser, évaluer et conseiller dans le champ économique. Ordinateurs et outils électroniques sont vendus ces dernières années avec des logiciels préinstallés, empêchant les consommateurs de choisir les logiciels et de payer seulement pour ceux dont ils ont besoin.
  • Depuis 1999, l’AFUL est un des acteurs les plus avancés au monde dans la lutte contre la vente liée et l’information du consommateur dans le domaine de l’informatique. L’AFUL a financé des actions en justice et a initié la pétition Racketiciel.info dans le but que chaque utilisateur/consommateur puisse acheter des ordinateurs et du matériel sans être contraint de payer de logiciel non désiré.
  • L’AFUL aide à organiser et financer des actions et des évènements tels que les Rencontres Mondiales du Logiciel Libre.

Plaquette de l’AFUL

Positions de L’AFUL sur certains sujets majeurs liés aux logiciels libres

opds

Open Publication Distribution System (OPDS), une technologie qui répond à un enjeu de société

opdsInternet archive, en association avec ses partenaires, O’Reilly Media, Threepress, Book Oven, Feedbooks, OLPC, et d’autres, prépare un nouveau standard, OPDS Catalogs, pour  Open Publication Distribution System. Il s’agit d’un format de syndication pour la publication électronique s’appuyant sur ATOM (RFC4287) et le protocole HTTP (RFC2616). Il permet l’agrégation, la distribution, la détection et l’acquisition de publications électroniques. OPDS utilise des standards ouverts existants ou émergeants, en mettant l’accent sur la simplicité.

Un workshop autour de ce projet aura lieu à San Francisco en Octobre 2009. Il permettra de faire la démonstration du projet Bookserver d’Internet archive, qui fonctionnera avec OPDS Catalog et améliorera son projet Open Library.

En savoir plus sur l’événement : http://www.opencontentalliance.org/2009/07/17/making-books-apparent/

Le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo)  soutient cette initiative. Il considère qu’il s’agit là d’un dispositif indispensable (comme le fut en son temps le protocole’OAI-PMH) permettant la mise en place d’un véritable écosystème ouvert et vivant du livre électronique. L’enjeu le plus important, aujourd’hui, est de permettre l’épanouissement d’un grand nombre d’entrepôts de livres électroniques et d’un grand nombre de libraires électroniques, permettant d’éviter le syndrôme du goulet d’étrangelement évoqué dans Gutenberg, ce criminel et dans Et si Itunes avalait tous vos livres? L’enjeu est économique. Il est culturel. Il est politique. C’est un enjeu de société qui ne doit pas être réduit à une question technologique. Bien au contraire, il s’agit d’un choix de société. Souhaitons-nous confier le contrôle de la diffusion des livres électroniques à 5 ou 10 acteurs majeurs dans le monde (au hasard : Apple, Amazon, Google) ou souhaitons-nous permettre la naissance de multiples canaux d’émission de livres et de multiples canaux de distributions de livres? En posant la question, on lui apporte une réponse. Merci, donc, aux inventeurs d’OPDS, pour leur travail si important pour l’avenir de la culture.

Delphine au séminaire interne du Cléo

Les métiers du Cléo (2) : chargée d’édition (Delphine Mandin)

Delphine au séminaire interne du Cléo

Delphine au séminaire interne du Cléo

L’édition électronique ouverte poursuit sa série d’entretiens présentant les métiers du Cléo. Ces entretiens ont été réalisés par Élodie Picard. Aujourd’hui, nous présentons Delphine Mandin, chargée d’édition.

Quelle a été ta trajectoire avant d’arriver au Cléo ? Et comment y es-tu arrivée ?

Pendant que je préparais ma thèse de sociologie, d’autres doctorantes et moi avons monté un groupe de recherche. Dans ce cadre, on a pris en charge un numéro de revue de A à Z. Il s’agissait des Cahiers de l’IRSA (Institut de recherches sociologiques et anthropologiques de Montpellier III). Après l’arrêt de ma thèse, j’avais un peu dans l’idée de me réorienter dans l’édition. Je cherchais un stage et c’est là que je suis tombée sur une annonce publiée sur le portail. J’ai postulé et j’ai été prise.

Quel était ton poste ?

Au départ, j’ai été recrutée sur un mi-temps en tant qu’assistante d’édition, et au bout d’un mois et demi environ, Marin (Dacos) m’a proposé d’une part de passer à plein temps, et d’autre part d’évoluer vers un poste de chargée d’édition.

Comment définis-tu ton métier aujourd’hui ? Quelles en sont les missions ?

Le plus gros du travail consiste à accompagner les revues lors de leur passage à l’édition électronique, c’est-à-dire de l’adhésion à la sortie du site. Mais il s’agit aussi d’assurer le suivi tout au long de la vie de la revue : la mise à jour du contenu, la refonte des sites, les migrations, etc. Par ailleurs, il faut aussi assurer la formation au logiciel Lodel auprès des adhérents. C’est, je crois, ce qui me plaît le plus : être en contact avec les personnes qui s’occupent des revues. Tout ça, c’est le cœur du travail de chargée d’édition.

Une autre partie de mon travail consiste à organiser tout ce qui relève du stylage, c’est-à-dire à travailler avec les assistants d’édition qui stylent les numéros des revues, lorsqu’elles ne peuvent pas le faire elles-mêmes.

Quelles évolutions as-tu pu observer dans ce poste depuis que tu es au Cléo ?

Comme je me suis formée au fur et à mesure, je dirais que l’évolution s’est déjà trouvée à ce niveau : apprendre à devenir opérationnelle. Sinon, il y a des évolutions, par exemple pour le stylage, parce qu’on découvre constamment de nouvelles astuces et de nouveaux outils. Ce sont des informations que l’on peut ensuite transmettre aux revues.

Quel est le dernier projet particulièrement intéressant sur lequel tu as travaillé ?

En ce moment, je travaille surtout à la refonte de sites. En fait, quand je suis arrivée, il y a deux ans, j’ai pris en charge beaucoup de revues d’un coup et depuis ce n’est plus moi, ou rarement, qui prends les nouvelles adhésions. Les revues dont je m’occupe sont donc anciennes et ont parfois des sites obsolètes sous Lodel 0.7. Il faut donc les migrer sous Lodel 0.8. C’est l’occasion de leur proposer une nouvelle maquette.

Parmi celles qui me viennent à l’esprit, je pencherais pour la Revue européenne des migrations internationales (REMI), pour laquelle il a fallu mettre en place l’interopérabilité côté Persée et plus récemment côté Cairn. On a aussi dû retravailler le contenu et leur proposer une nouvelle maquette.

Bibliographie de Delphine Mandin

Delphine Mandin, « Parentalité et changements contemporains des rapports de sexe dans le couple » in Nos disciplines face à la problématique du genre. Actes du séminaire transdisciplinaire des 6, 7 et 8 juin 2006, Montpellier, Publications de Montpellier III, à paraître.

Delphine Mandin, « Places de la paternité et de la maternité dans les couples hétérosexuels contemporains » in Mohand Khellil (dir.), Genre et rapports sociaux de sexe. Les enjeux contemporains de la recherche. Actes du séminaire transdisciplinaire doctoral du 2 juin 2005, Montpellier, Publications de Montpellier III, 2006, pp. 51-67.

Delphine Mandin, « Paternité/maternité : butoir du nouveau modèle de couple hétérosexuel ? » in Pour une valorisation de la recherche sur le genre et les rapports sociaux de sexe. Actes du séminaire transdisciplinaire doctoral des 12 et 13 mai 2004, Montpellier, Publications de Montpellier III, 2005, pp. 181-191.

Delphine Mandin, « Pour une utopie de la famille », Les Cahiers de l’IRSA, numéro spécial Penser le Sexe… de l’utopie à la subversion ?, septembre 2004, pp. 57-70.

Lire la suite

Nicolas présente OpenText au séminaire interne du Cléo

Les métiers du Cléo (1) : développeur PHP orienté XML (Nicolas Barts)

Nicolas présente OpenText au séminaire interne du Cléo

Nicolas présente OpenText au séminaire interne du Cléo

L’édition électronique ouverte inaugure aujourd’hui une série d’entretiens présentant les métiers du Cléo. Ces entretiens ont été réalisés par Élodie Picard. Nous commençons par Nicolas Barts.

Quelle a été ta trajectoire avant d’arriver au Cléo ?

Initialement, je suis ingénieur en informatique. J’ai travaillé six ans dans le privé, à la suite desquels j’ai décidé de me reconvertir dans l’enseignement supérieur et la recherche. C’était finalement ce qui me convenait le mieux. J’ai donc fait un DEA puis une thèse en sciences de l’information et de la communication, que j’ai soutenue en décembre 2008. Mais dans le même temps j’étais abonné à des listes d’offres d’emploi, jusqu’à ce que j’apprenne que le Cléo recrutait. L’annonce se trouvait sur SupLibre ; j’y ai répondu et je me suis retrouvé au pôle informatique, ce qui correspond à ma première formation. Dans le même temps, ma seconde compétence m’a amené à m’intéresser fortement à ce que font les gens du pôle information scientifique.

Quel rôle joues-tu au sein de l’équipe ? Comment se situe ton intervention au sein du processus de l’édition électronique ?

Je suis développeur au sein du pôle informatique. Je m’occupe plus particulièrement de tout ce qui concerne l’interopérabilité, c’est-à-dire de transformer électroniquement le texte intégral des documents des revues ainsi que leurs métadonnées en format XML. Le schéma qui a été adopté dans ce cadre est la TEI. J’ai donc aussi dû effectuer une veille sur ce sujet.

Quels changements, quelles évolutions as-tu pu observer dans ton métier depuis que tu le pratiques au Cléo ?

En fait, les trois premiers mois j’étais un peu perdu… Maintenant, j’ai acquis une vision plus globale de ce que propose l’édition électronique et cela rend ma mission plus claire. Aujourd’hui les choses évoluent, il y a par exemple la refonte du servOo : OpenText. Ce n’était pas gagné d’avance. En fait, c’est après ces fameux trois mois, au cours d’une réunion décisive avec Bruno (Cénou) et Marin (Dacos), que j’ai présenté toute la veille que j’avais faite et ce à quoi j’étais arrivé. La décision de passer à OpenText à été prise à ce moment-là.

Et c’est quoi le OpenText exactement ?

C’est le serveur qui convertit les documents Word, Open Office ou même RTF en un format XML, un format électronique puisqu’on parle d’édition électronique. C’est comme ça que le CMS Lodel parvient à traiter de manière électronique ce type de documents sources.

Quels intérêts vois-tu dans ce métier appliqué à l’édition électronique ?

On dit souvent qu’il y a le producteur et le consommateur. Pendant ma thèse je me situais au niveau du consommateur, c’est à dire que j’ingurgitais des tas de notices bibliographiques, qui correspondent aussi aux métadonnées d’une revue par exemple, et je devais alors les traiter. Maintenant, je me retrouve au niveau du producteur. Au Cléo, on produit ces fameuses métadonnées pour les diffuser ensuite, ce qui me donne un aperçu de toute la chaîne. Je trouve cela passionnant ; pour moi, intellectuellement, cela se complète parfaitement.

Une question technique pour terminer : un DOI c’est quoi ?

Le Digital Object Identifier (DOI), c’est aussi une façon, parmi d’autres, d’identifier un élément électronique, un document par exemple, d’une manière unique sur internet. Cette manière-là va d’une certaine façon à l’encontre du mouvement Open Access parce que l’attribtion d’un DOI est payante. L’avantage pour le Cléo est que, si un document possédant un numéro de DOI cite un document venant de chez nous qui a lui-même un numéro de DOI, on en sera informé automatiquement. Je dirais que l’intérêt principal se trouve dans l’analyse des citations entre documents électroniques.

Bibliographie de Nicolas Barts

Nicolas Barts, Infocentre Recherche : un système d’information, outil d’aide au pilotage de la recherche d’un établissement de recherche. Application à l’Université Paul Cézanne Aix-Marseille III, Thèse en Sciences de l’information et de la communication, Marseille, Université Paul Cézanne Aix-Marseille III, soutenue le 19 décembre 2008.

Hervé Rostaing et Nicolas Barts, « Chantier de repérage des publications de l’Université Paul Cézanne », OST-MENESR, mars 2007.

Hervé Rostaing et Nicolas Barts, « ”Etiqueter” ses publications pour plus de visibilité », Intercours, Université Paul Cézanne Aix-Marseille III, mars 2005.

Séminaires

Nicolas Barts, « Le rôle de la TEI dans les plateformes éditoriales, le projet Revues.org », communication à la Session publique du TEI Council à l’École normale supérieure Lettres et sciences humaines, Lyon, France, le 1er avril 2009.

Nicolas Barts, « Le rôle de la TEI dans le portail de sciences humaines et sociales Revues.org », communication aux Premières rencontres francophones TEI, Domaine de l’Asnée, Villers-lès-Nancy, France, 27-29 octobre 2008.

Hervé Rostaing, Nicolas Barts et Valérie Leveille, « Scientific portfolio analysis of a scientific area by a competitive position approach », communication au 11th International Conference of the International Society for Scientometrics and Informetrics, ISSI’07, CINDOC/CSIC, Madrid, 25-27 juin 2007.

Crédits photographiques : Nicolas présente OpenText au séminaire interne du Cléo, licence CC, par Lisa George.

persee-revue-org1

Mutualisation des collections de Persée et de Revues.org

Les portails Persée et Revues.org diffusent une vingtaine de revues communes. Persée a numérisé la partie patrimoniale, sur la longue durée, et Revues.org diffuse les numéros récents.

Les deux portails annoncent que, désormais, ils ont mis en place une continuité de consultation des revues dont ils partagent la diffusion.

Les deux portails francophones privilégient ainsi leur complémentarité et le libre accès aux résultats de la recherche. Ils assurent une mission commune de valorisation des revues scientifiques en sciences humaines et sociales (SHS).

Les équipes de Persée et de Revues.org travaillent depuis plusieurs mois à favoriser une navigation fluide entre les deux sites de diffusion. Désormais, la communauté scientifique dispose d’un accès simple à des collections complètes de revues, du premier numéro paru au plus récent, quel que soit le portail de diffusion. Les lecteurs peuvent ainsi, sans changer d’interface, feuilleter les sommaires de tous les numéros d’une revue, quel que soit le portail d’entrée.

La consultation du texte intégral, en revanche, s’effectue via le portail d’origine du document. Il suffit de cliquer sur le titre d’un article dans le sommaire pour accéder directement à sa page sur son portail de diffusion. Le lecteur peut donc naviguer parmi les différents numéros d’une revue entre les deux portails. Cette interopérabilité repose sur l’utilisation du protocole OAI-PMH et le partage de modèles de données XML (formats METS et Dublin Core notamment).

La continuité de consultation est dès aujourd’hui effective pour dix revues :

Elle sera proposée à court terme pour l’ensemble des revues communes à Persée et Revues.org.

Courant 2009, les moteurs de recherche des deux portails permettront d’effectuer une recherche sur le texte intégral des articles du portail partenaire (format XML TEI).

Le programme Persée est piloté par le ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche et réalisé par l’université Lumière Lyon 2, en association avec la fédération de recherche Maison de l’Orient et de la Méditerranée Jean-Pouilloux et le Centre informatique national de l’enseignement supérieur.
Persée : http://www.persee.fr
Contact : Nathalie Fargier,  nathalie.fargier@persee.fr

Le portail Revues.org est développé par le Centre pour l’édition électronique ouverte (CLEO), laboratoire associant le CNRS, l’EHESS, l’Université de Provence et l’Université d’Avignon, et qui inscrit son activité dans le cadre du très grand équipement ADONIS.
Revues.org : http://www.revues.org
Contact
: Marin Dacos, marin.dacos@revues.org

Le communiqué de presse au format PDF est téléchargeable depuis ce billet : Mutualisation des collections de Persée et de Revues.org

Opml Icon

Les sommaires de Revues.org avec OPML

Opml Icon

Revues.org propose désormais la possibilité d’obtenir l’ensemble des flux de syndication des revues du portail grâce à la mise en ligne d’un fichier OPML.

OPML qui vaut pour Outline Processor Markup Language est un format XML qui permet d’échanger des listes de ressources électroniques : listes de signets, listes de titres musicaux, listes de flux de syndication…

OPML est un format qui permet d’exporter des informations d’une application informatique vers une autre, ce que l’on appelle de l’interopérabilité.

Une fois téléchargé, le fichier OPML de Revues.org permet de s’abonner en un tournemain à l’ensemble des flux des revues du portail (numéros et articles). Il suffit pour cela d’importer le fichier OPML dans l’agrégateur habituellement utilisé pour lire les flux de syndication. Cet agrégateur peut-être un service en ligne ou bien un logiciel installé sur le disque dur de l’ordinateur. Tout agrégateur qui se respecte et respecte ses utilisateurs permet d’effectuer ce type d’import et d’export. Et – très important pour les utilisateurs – c’est le moyen de sauvegarder leurs listes de flux de syndication par mesure de sécurité, pour échanger leur liste avec d’autres personnes ou tout simplement afin de changer d’agrégateur. Par exemple, Bloglines, RSS Bandit, Google Reader, Liferea et Thunderbird permettent ce type d’import/export.

Ce fichier OPML permet aussi à Revues.org de créer des formes d’interopérabilité avec un service comme TicTOCS.

N’hésitez pas à nous faire connaître en commentaire de ce billet votre expérience avec ce fichier OPML.

Télécharger le fichier OPML de Revues.org : http://www.revues.org/opml.php

Voir le code du fichier OPML de Revues.org : http://www.revues.org/?page=opml

ticTOCs : des sommaires à portée de souris

ticTOCs est un projet de service d’alerte sur les sommaires (TOC=Table Of Content) des revues scientifiques porté par le Joint Information Systems Committee (JISC) et une série de partenaires, dont le DOAJ.

“Le but du projet ticTOCs est de développer un service gratuit qui améliore la veille sur les tables des matières des revues en la rendant facile afin que des universitaires et des chercheurs retrouvent, affichent, conservent, combinent et réutilisent les sommaires en provenance de multiples éditeurs au sein d’un d’un environnement personnalisable sur le Web.”

Pour cela, ticTOCs utilise les flux de syndication disponibles sur les sites des revues. La communauté scientifique se verra ainsi proposer un annuaire de flux et un service de suivi des nouveautés parues sur les sites de ces revues, ou – en d’autres termes – un agrégateur de contenu. Pour celles et ceux qui n’utilisent pas encore la syndication, sachez que c’est une façon très efficace et pratique de se tenir informé et de lire les nouveautés du Web.

Revues.org sera bientôt inclus dans ce nouveau service en ligne. En attendant l’ouverture au public de ticTOCs, Roddy MacLeod, membre de l’équipe du projet, a publié la liste des flux de syndication disponibles pour les revues publiées en ligne par Revues.org (flux au format RSS annonçant les nouveaux articles publiés) : Journal TOC RSS feeds from Revues.org (long post)

Merci à Roddy Macleod pour ce billet. Nous attendons maintenant avec impatience de pouvoir tester ce nouveau service qui sera certainement très utile à la communauté scientifique.

Pour en savoir plus sur ticTOCs :