Archives pour la catégorie EHESS

Conférence "L’édition en sciences sociales à l’ère numérique : perspectives franco brésiliennes", Paris, 12 décembre 2014

capa_do_no_22-small480OpenEdition participe aujourd'hui à la conférence "L’édition en sciences sociales à l’ère numérique : perspectives franco-brésiliennes" organisée à l'ambassade du Brésil à Paris.

En amont du Salon du livre de Paris (20 au 23 mars 2015), dont le pays invité est le Brésil, les Éditions de l’EHESS et la Chambre brésilienne du livre proposent de confronter les expériences et les analyses sur l’édition numérique et les nouvelles pratiques de lecture.
Au-delà d’un état des lieux, les organisateurs souhaitent apporter une dimension prospective : le Brésil offre une dynamique intellectuelle et économique riche d’intérêts pour les Français.
Cette journée s'inscrit dans le cycle de conférences «Éditer les sciences sociales aujourd’hui».

Marie Pellen, chargée des projets lusophones d'OpenEdition, participera à la table ronde "De l’écriture à sa diffusion : quels modèles à l’ère numérique ?", en compagnie de Guillaume Dervieux, directeur général d’Albin Michel, Suzanna Florisi, directrice du livre, Chambre brésilienne du livre (CBL) et François Gèze, éditeur (La découverte, Cairn, Relire). La discussion sera centrée sur la diffusion de la recherche en sciences sociales, et abordera notamment les enjeux autour des « frontières » entre marchand et non-marchand, articles-livres, papier-numérique, données-texte. Les modèles économiques seront questionnés.

Depuis plusieurs années, OpenEdition est engagé, à travers le programme LusOpenEdition, dans un partenariat avec plusieurs institutions de recherche au Brésil et au Portugal pour la publication de revues, de collections de livres et de carnets de recherche en sciences humaines et sociales. Citons l'exemple des huit revues brésiliennes qui sont en ligne sur Revues.org, notamment la revue franco-brésilienne de géographie Confins qui a rejoint Revues.org en 2006 et propose aujourd'hui l'intégralité de sa collection en accès libre intégrale, et la revue Cadernos de Arte e Antropologia qui vient tout juste de rejoindre Revues.org avec ses six numéros, également en accès libre intégral.
--
Voir Programme complet de la conférence sur le site des Éditions de l'EHESS

Open Access Week : une semaine de rencontres pour le libre accès aux résultats de la recherche

OA Week 2013 ParisDu 21 au 27 octobre prochains se déroulera l'Open Access Week, un événement mondial permettant à tous de découvrir des initiatives visant à permettre le libre accès aux résultats de la recherche.
Cette année, OpenEdition est partenaire de l'événement aux côtés de nombreux partenaires. Ce sont pas moins de trois rencontres thématiques qui sont organisées à Paris les lundi, mercredi et jeudi soirs. En outre, des ateliers pratiques sont prévus tout au long de la semaine, consacrés à des dimensions concrètes de l'open access.
Voici le programme détaillé de ces rencontres. Inscrivez-vous sur cette page et venez nombreux !

21 octobre : L'open access pour tous !

Fondation Maison des Sciences de l'Homme, auditorium, 190 avenue de France, Paris 13e, Métro Quai de la Gare
Soirée présentée par Nicolas De Lavergne, responsable de la communication et de l'innovation numérique à la FMSH.
18h-18h30: Introduction : du libre accès aux sciences participatives

18h30: Table Ronde : ouvrir la recherche aux citoyens. Trois exemples.

19h30: Open Buffet

23 octobre : L'open access pour la recherche

Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, amphithéâtre, 105 boulevard Raspail, Paris 6e. Métro Notre-Dame-des-Champs

24 octobre : Open access et nouveaux médias

Université Pierre et Marie Curie, amphi 25, 4 place Jussieu, Paris 5e, Métro Jussieu

  • 18h15-18h45: Digital humanities
  • 18h45-19h15: Réseaux sociaux et Open Access
  • 19h15-20h15: Vers de nouvelles pratiques de recherche ?
  • 20h15: Open buffet

Ateliers « L’open access en pratique » - 22, 23, 24 octobre

L’URFIST de Paris, le CCSD (Centre pour la communication scientifique directe) et la BUPMC(Bibliothèque universitaire Pierre et Marie Curie) vous proposent des ateliers pratiques d’une durée d’une heure, intitulés :

  • Les modèles économiques : green, gold, qui paie ?
  • Contribuer au libre accès : comment déposer des articles dans l’archive ouverte HAL ?

Les places sont limitées à 15 par session, inscrivez-vous vite !

Open Access Week

OpenEdition au Printemps des sciences humaines et sociales (Nouveau Quartier Latin 13)

Dans la cadre de la semaine du Nouveau Quartier Latin (NQL13), sept grandes institutions (BnF, Bulac, Inalco, EHESS, ENSA Paris-Val de Seine, FMSH, Université Paris Diderot) installées dans le 13e arrondissement de Paris ouvrent leurs portes. À cette occasion, l’EHESS et la FMSH organisent, le 31 mai 2012, Le Printemps des sciences humaines et sociales avec, au programme, des livres, du numérique, des cartes augmentées, des visites chuchotées et dix conférences de 15 minutes.

Dans l’atrium du France seront présentées les ressources du portail Openedition : plus de 300 revues en ligne (Revues.org), un agenda des sciences humaines et sociales (Calenda), une plateforme de blogs de recherche (Hypotheses) et bientôt des collections de livres en libre accès. A 18h00, dans l’amphi du sous-sol,  le directeur adjoint du Centre pour l’édition électronique ouverte Pierre Mounier, donnera une conférence-éclair sur le thème : Qu’apportent les Digital Humanities ?

Programme

Dans l’atrium : des livres, du numérique, des cartes

Florilège de livres et revues de sciences humaines et sociales
Les nouveautés des Éditions de la Maison des sciences de l’homme et des Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, exposition et vente (en collaboration avec le Comptoir des Presses d’universités).

Openedition.org, un portail pour les SHS
Présentation des ressources d’Openedition, acteur majeur de l’édition électronique en SHS.

Paroles d’Asie et du Pacifique
Extraits de portraits filmés de chercheurs, proposés par le Réseau Asie & Pacifique (CNRS-FMSH)

e-Diasporas Atlas, cartographie de l'occupation du web par les migrants
De grandes cartes, nourries d’analyses d’experts et "augmentées" par un site web et une application smartphone, une boussole pour s’orienter dans les nouveaux territoires numériques.

Bibliothèque de la FMSH : visites chuchotées par petits groupes

Une bibliothèque pointue, de plus de 500 000 volumes, des ressources numériques, toutes les sciences humaines et sociales, des services spécifiques pour les chercheurs.

Un bouquet de dix conférences de 15 minutes

Dans l’amphi (au sous-sol), toutes les demi-heures de 14h00 à 19h00

  • 14h00 : Christian Topalov (EHESS) autour du livre de Halbwachs Écrits d’Amérique dont il a établi et présenté l’édition.
  • 14h30 : Christian Walter (FMSH) : Enjeux politiques des normes financières
  • 15h00 : Roberta Shapiro (MCC) autour de l’ouvrage De l’artification - Enquêtes sur le passage à l’art
  • 15h30 : Vinh-Kim Nguyen (FMSH-Collège d’études mondiales) : Nouveaux enjeux mondiaux de la lutte contre le VIH
  • 16h00 : Christophe Prochasson (EHESS) autour de l’ouvrage Inventaires du communisme de François Furet dont il a établi et présenté l’édition.
  • 16h30 : Nikos Kalampalikis  autour de Raison et cultures avec une audiographie de Serge Moscovici
  • 17h00 : André Bourgeot (FMSH) : Le Mali : entre rébellion, djihadisme et démocratie
  • 17h30 : Jean-François Sabouret (CNRS-Réseau Asie & Pacifique) : L’Asie entre risques et défis
  • 18h00 : Pierre Mounier (EHESS-Cléo) : Qu’apportent les Digital Humanities ?
  • 18h30 : Marc Fleurbaey (FMSH-Collège d’études mondiales) : Capitalisme et justice sociale au XXIe siècle

Journée porte ouverte de l’EHESS et de la FMSH
Jeudi 31 mai 2012, 15h00-19h00
Bâtiment Le France
190-198, avenue de France
Paris 75013

Séminaire Digital Humanities : Traitement Automatique des Langues et Apprentissage automatique pour la fouille de textes : comment la connaissance peut jaillir du désordre

La prochaine séance du séminaire Digital Humanities, les transformations numériques du rapport aux savoirs aura lieu le mercredi 15 décembre  2010 de 17h à 19h au 96 bd Raspail, Paris 6e, en salle informatique. Nous accueillerons Patrice Bellot, maître de conférences à l'Université d'Avignon.
Ce séminaire sera l'occasion de présenter, dans leurs grandes lignes, les approches récentes de traitement automatique des langues et d'apprentissage automatique qui permettent à des systèmes informatiques de rechercher, classer et extraire de l'information dans de (très) grandes collections de documents écrits. On s'intéressera aux évolutions historiques des méthodes et hypothèses en oeuvre dans ces systèmes. Elles souligneront les interactions entre les disciplines que sont l'informatique, la linguistique, les mathématiques et les sciences de l'information.
Le propos sera illustré par des exemples concrets obtenus par les chercheurs de la thématique "Langage" du Laboratoire d'Informatique de l'Université d'Avignon (CERI-LIA) sur des données diverses. Ils permettront d'opposer approches de masse "à la Google" et analyses en profondeur ; oppositions qui interrogeront notamment sur la place de l'expert au sein des systèmes d'information et sur la manière dont ces systèmes peuvent, ou non, être adaptés à des corpus spécifiques et à des langues différentes.

En abordant ces différents aspects, nous espérons que les auditeurs du séminaire seront ensuite plus à même d'appréhender les outils de fouille de textes actuels, qu'ils / elles pourront mieux percevoir comment en tirer profit, et, pourquoi pas, apporter leurs propres contributions au futur de ces systèmes.

Page de présentation de Patrice Bellot sur le site du LIA : http://lia.univ-avignon.fr/personnel/index.html?tx_gestionutilisateurs_pi1[idutil]=8

La participation au séminaire est ouverte, mais sur inscription. Pour d’évidentes raisons de gestion des places, il est nécessaire d’annoncer sa présence en écrivant à :

pierre.mounier@revues.org ou marin.dacos@revues.org

Page de présentation du séminaire : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2010/ue/894/

Séminaire Digital Humanities S02 E01. A. Casilli. Les Liaisons numériques. 20 octobre 2010

Le séminaire Digital Humanities, les transformations numériques du rapport aux savoirs reprend pour la seconde année consécutive à l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales à Paris. Le séminaire se penche sur l'émergence des Digital Humanities (DH), en Amérique du Nord et en Europe, à l'intersection des sciences humaines et sociales et des computer sciences. Ce terme désigne tout à la fois un ensemble de pratiques de recherche mobilisant de manière structurelle des moyens informatiques, des modèles épistémologiques relevant du concept de "e-sciences", mais aussi des modes de diffusion des résultats de la recherche qui mobilisent les nouveaux moyens de communication en réseau.

Page de présentation du séminaire : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2010/ue/894/

La première séance de l'année aura lieu le mercredi 20 octobre 2010 de 14h à 16h au 96 bd Raspail, Paris 6e, en salle informatique. Nous inviterons pour cette séance, Antonio Casilli, sociologue, chercheur au Centre Edgar Morin de l'EHESS. Antonio Casilli est l'auteur des Liaisons Numériques, ouvrage paru au Seuil en 2010 dans lequel il explore le développement d'une nouvelle sociabilité s'appuyant en grande partie sur les réseaux numériques. Il viendra nous parler à cette occasion de la manière dont il circonscrit des objets sociologiques, comme des relations sociales, articulant numérique et non-numérique et des questions méthodologiques que cela pose.

La participation au séminaire est ouverte, mais sur inscription. Pour d'évidentes questions de gestion de places, il est nécessaire d'annoncer sa présence en écrivant à pierre.mounier@revues.org ou marin.dacos@revues.org

Le séminaire dispose par ailleurs d'une liste de discussions à laquelle il est conseillé de s'inscrire : https://listes.cru.fr/sympa/subscribe/dh

On peut enfin, pour préparer la séance, aller consulter le site officiel du livre Les Liaisons Numériques, sur lequel on trouvera de nombreux textes de présentations, des liens vers les comptes rendus du livre qui ont été publiés, ainsi que les signalements de interventions de l'auteur : http://www.liaisonsnumeriques.fr/

Enregistrement audio de la séance

Calendrier des formations Lodel 2010-2011

Untitled (Vertical Progression / 10 x red), œuvre de Donald Judd (1928-1994)

Untitled (Vertical Progression / 10 x red), œuvre de Donald Judd (1928-1994)

Comme les années précédentes, le Cléo organise sur un rythme mensuel des formations Lodel utilisateurs.  Ces formations sont gratuites et ouvertes à tous, mais le nombre de places est limité. Les revues adhérentes à Revues.org ainsi que les projets d’édition électronique des établissements soutenant le Cléo (TGE-Adonis, CNRS, EHESS, Université de Provence, Université d’Avignon) sont prioritaires. Ces formations durent 2 jours et se déroulent à l'EHESS, 96 bd Raspail à Paris.

  • 4-5 octobre 2010
  • 18-19 novembre 2010 ;
  • 16-17 décembre 2010
  • 3-4 février 2011
  • 17-18 mars 2011
  • 12-13 mai 2011
  • 9-10 juin 2011
  • 7-8 juillet 2011

Pour s’inscrire aux formations Lodel utilisateurs, il suffit de remplir le formulaire en ligne.

Lire la suite

L’analyse de grands corpus évolutifs et la socio-informatique des controverses : de Prospero à Marloweb (présentation et enregistrement)

Le séminaire du Cléo : Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs a organisé une séance le mercredi 24 mars 2010 sur « L’analyse de grands corpus évolutifs et la socio-informatique des controverses : de Prospero à Marloweb »

Intervenants

Francis Chateauraynaud (GSPREHESS)
Josquin Debaz (Chercheur au GSPR)

Résumé de l'intervention

A partir de travaux développés depuis le milieu des années 1990 à la croisée de la sociologie et de l’informatique, cette séance du séminaire a examiné des méthodes et des procédures utilisées pour l’analyse de dossiers complexes saisis comme autant de grands corpus évolutifs, formés de textes numérisés.

La première partie de la séance est revenue  sur la genèse des outils placés au cœur de la suite logicielle Prospéro-Marlowe-Tirésias tout en les situant dans le champ des outils d’analyse informatisée pour les SHS.

La deuxième partie fut consacrée à une démonstration réalisée sur plusieurs corpus de façon à expliciter un certain nombre de concepts et de protocoles.

Bien que fortement orientés vers les objets de la sociologie des controverses et des conflits, ces outils peuvent trouver des applications sur des corpus très différents, et à ce titre devraient intéresser la plupart des disciplines des sciences sociales.

Enfin, la troisième partie a pris la forme d’un travail d’enquête collaborative sur un dossier choisi par les participants. Les discussions qui ont surgi ont permis d’examiner collectivement les conditions dans lesquelles ce type d’approche peut s’insérer dans le mouvement plus général des digital humanities et entrer en interaction avec de multiples formes d’archivages et de traitements numériques.

La socio-informatique des controverses a depuis l’automne 2009 son carnet de recherche sur hypotheses.org. On y trouvera des billets méthodologiques destinés à accompagner des recherches collectives  et à alimenter les discussions, ainsi que de multiples sources et références relatives aux logiciels utilisés et à leurs grandes applications.

Support de présentation

Enregistrement audio de la séance

XML TEI : un outil méthodologique pour la recherche en SHS (supports de présentation)

La  séance du séminaire Digital Humanities, Les transformations numériques du rapport aux savoirs qui a eu lieu le mercredi 3 février à l’EHESS,a porté  sur le sujet suivant : « XML TEI : un outil méthodologique pour la recherche en SHS ».

La séance s'est déroulée en trois temps. Voici les supports de présentation et enregistrements de cette séance :
  • 1er temps : introduction à XML-TEI. Enjeux et perspectives, par Nicole Dufournaud
  • 2e temps : un projet de recherche en phase de démarrage au Grihl-CRH : l’édition électronique critique de « La Vie de Michel de Marillac par Nicolas Lefevre de Lezeau » (XVIIe siècle). Présentation d’un exemple à partir des variantes de 3 versions manuscrites du chapitre 16 sur la Ligue, par Valérie Gratsac-Legendre, Christian Jouhaud, François-Xavier Petit, Cécile Soudan.
  • 3e temps : atelier pratique. Indexation d’un corpus TEI à partir d’une plateforme collaborative, par Nicole Dufournaud

Enregistrement audio de la séance :

L’analyse de grands corpus évolutifs et la socio-informatique des controverses : de Prospero à Marloweb

Le séminaire du Cléo : Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs tiendra sa prochaine séance le mercredi 24 mars à 14h en salle informatique du 96 bd Raspail.

La séance portera sur « L’analyse de grands corpus évolutifs et la socio-informatique des controverses : de Prospero à Marloweb »

Intervenants

Francis Chateauraynaud (GSPREHESS)
Josquin Debaz (Chercheur au GSPR)

Programme

A partir de travaux développés depuis le milieu des années 1990 à la croisée de la sociologie et de l’informatique, cette séance du séminaire examinera des méthodes et des procédures utilisées pour l’analyse de dossiers complexes saisis comme autant de grands corpus évolutifs, formés de textes numérisés.

La première partie de la séance reviendra sur la genèse des outils placés au cœur de la suite logicielle Prospéro-Marlowe-Tirésias tout en les situant dans le champ des outils d’analyse informatisée pour les SHS.

La deuxième partie sera consacrée à une démonstration réalisée sur plusieurs corpus de façon à expliciter un certain nombre de concepts et de protocoles.

Bien que fortement orientés vers les objets de la sociologie des controverses et des conflits, ces outils peuvent trouver des applications sur des corpus très différents, et à ce titre devraient intéresser la plupart des disciplines des sciences sociales.

Enfin, la troisième partie prendra la forme d’un travail d’enquête collaborative sur un dossier choisi par les participants. Les discussions qui ne manqueront pas de surgir permettront d’examiner collectivement les conditions dans lesquelles ce type d’approche peut s’insérer dans le mouvement plus général des digital humanities et entrer en interaction avec de multiples formes d’archivages et de traitements numériques.

La socio-informatique des controverses a depuis l’automne 2009 son carnet de recherche sur hypotheses.org. On y trouvera des billets méthodologiques destinés à accompagner des recherches collectives  et à alimenter les discussions, ainsi que de multiples sources et références relatives aux logiciels utilisés et à leurs grandes applications.

Contacts

Le séminaire est ouvert mais sur inscription auprès de pierre.mounier@ehess.fr ou marin.dacos@revues.org. Afin de mieux gérer le nombre de places disponibles, il est nécessaire de confirmer par mail sa présence.

Du Literary and linguistic computing aux Digital Humanities : retour sur 40 ans de relations entre sciences humaines et informatique

Dans le cadre du séminaire Digital Humanities : les transformations numériques du rapport aux savoirs, nous avons reçu le 16 décembre dernier Lou Burnard, qui est directeur de l’Information and support group des Oxford University Computing Services. Figure importante de la communauté TEI, il est co-éditeur des Guidelines for Electronic Text Encoding and Interchange et participe aux travaux du British National Corpus. Il travaille depuis cette année à temps partiel pour le TGE Adonis.

Résumé de la communication

Les sciences humaines sont en train de vivre un tournant majeur en intégrant de manière de plus en plus étroite l’usage des technologies numériques dans leurs pratiques de recherche. Cette évolution est pourtant en marche depuis plusieurs décennies, avec, dès les années 60, la réalisation de l’index Thomisticus par Roberto Busa. Dans son intervention, Lou Burnard revient sur cette évolution historique qu’il propose d’analyser suivant une structuration en trois périodes : Literary & linguistic computing, Humanities computing et enfin Digital humanities. Ces trois moments peuvent être identifiés comme trois pistes et positionnements différents dans la manière d’explorer les relations entre sciences humaines et informatique.

Support de présentation

Enregistrement audio de la séance

Notes prises par Marin Dacos au cours de la séance
L'histoire des digital humanities, depuis 40 ans, par la confrontation entre le texte et les données. Dans les années 1970, se posait déjà le problème :

- en traitant le texte comme s'il était des données,

- en traitant les données... comme si elles n'étaient pas du texte ! Les données ne sont pourtant rien sans leur contexte.

Nous avons atteint un point de non-retour. Notre infrastructure scientifique est devenue complètement numérique. La structure de la connaissance est numérique, de façon irréversible. Les modèles commerciaux de l'infrastructure des connaissances sont également devenus numériques. Les bouleversements quantitatifs ont eu un impact qualitatif.

Les objets des SHS sont désormais numériques, même si les méthodes n'y parviennent pas encore. Et nos méthodes changent en permanence.

En particulier, nous sommes en train de passer de l'hypertexte à l'hyperdata : d'un web des documents à un web des données. La technologie est à peu près prête, mais les principaux problèmes sont plutôt socio-politico-culturels.

Première période. Literary and linguistic computing (LLC)

C'est l'âge héroïque. Le père Busa, un Jésuite,  en 1949, s'est mis en tête qu'il pourrait se servir de ces grosses machines, les mainframes IBM. Il avait des amis à Rome qui lui ont permis de se servir de l'installation IBM à Londres, pour gérer une nouvelle édition de Thomas d'Aquin. Ils ont tapé l'ouvrage en entier. C'est le premier travail d'édition électronique! Ça a pris beaucoup de temps. L'index Thomasticum est sorti en 1972.

Dix ans plus tard, à l'université de Brown, aux USA, on a construit le premier corpus linguistique. The Brown corpus for use on digital computers. Deux linguistiques américains, Henry Kucera et Nelson Francis, ont créé ce corpus. Il y avait un million de mots dans ce corpus ! Là aussi, c'était tapé à la machine, sur des cartes perforées, en lettres majuscules. Ils cherchaient à décrire la langue anglaise contemporaine. Ils ont pris quelques dizaines de livres, dans une bibliothèque, comprenant des fictions et des essais, de nombreux genres. C'est une des étape importante dans l'évolution de l'application des technologies dans les recherches linguistiques.

Ensuite, Thesaurus linguae graecae : corpus de langue grecque ancienne. Un professeur de grec, aux USA, Theodor Brunner, donnait des cours du soir, au grand public, pour présenter la littérature grecque. Un soir, un membre du public lui a demandé ce qu'il lui manquait pour mener des recherches sur les occurrences des mots dans la littérature. C'était David Hewlett (fils de Hewlett de Hewlett Packard). Il a financé Brunner pour enregistrer toute la littérautre. Il rencontra notamment des problèmes d'encodage. A l'époque des cartes perforées, il pouvait décrire les 26 lettres de l'alphabet latin, et quelques autres signes. Mais le grec... Ils ont dû inventer leur propre système d'encodage. Il s'appelait Beta Code. C'est une façon de présenter les lettres de l'ancien grec, sous format déguisé, en ASCII. Cela a posé problème ensuite, avec l'apparition d'Unicode... En ASCII, le A est le 31. Mais en Beta code, c'est un Alpha. C'est une convention qui dit : vous êtes en Beta Code, donc il faut savoir que 31 est l'Alpha. C'est un génial bricolage, qui utilise 256 caractères de l'ASCII. Evidemment, pose de gros problèmes de cohabitation entre Latin et Grec, et entre machines.

Il y a eu bien d'autres projets, qui auraient pu être sélectionnés dans cette histoire.

Construire un corpus... c'est bien. Mais que va-t-on faire avec ? A l'époque, l'idée était surtout de quantifier le style : mesurer les régularités statistiques dans le texte (quantification of style). Par exemple, étude de la concordance : la concordance est une invention médiévale, qui permet de savoir comment il faut se servir de tel ou tel mot. Lou montre le British national corpus, et cherche le mot « juxtaposition ». On voit apparaître les régularités des contextes d'apparition du mot, essentiellement les éléments qui le précèdent et qui le suivent. En 1959, les Cornell University Presses publient (sur papier) un nombre de concordances littéraires extraites d'un tri informatique. C'est un travail très lourd, qui donne une ligne par occurrence de chaque mot. Cornell University Press l'a vendu sous forme imprimée, mais ce n'était guère pratique... En 1968, fondation de CETEDOC, à Louvain la Neuve. C'est un des premiers centres de recherche dédié à l'appplication de l'informatique à des études médiévales et classiques. Ce centre fonctionne encore.

Autre cas : recherches portant le style, avec l'idée d'identifier un auteur par son style. Par exemple, ce type de méthode a été appliqué à l'attribution de textes à Saint Paul. A.Q. Morton, Paul, the man and the myth (1966). On étudie la courbe de fréquence des mots de chaque auteur, qui ne correspond pas du tout à une courbe qui serait due au hasard. Selon certains auteurs, il existe des « empreintes digitales » dans la manière dont chaque auteur utilise la langue et les mots. Lou Burnard est un peu sceptique sur cette approche très statistique.

En LLC, ce qui compte... c'est de compter.

En 1974, Robert William Fogel and Stanley L. Engerman, Time on the Cross: The Economics of American Negro Slavery. Boston: Little, Brown and Company, 1974. xviii + 286 pp. L'ouvrage essaie de voir si l'esclavage, en tant que système économique, était plus efficace que la liberté. Leur idéologie était l'idéologie numérique. Pour eux, le plus important étaient les faits, les chiffres, les faits. Ils ont fini par dire que les esclaves n'étaient fouettés que 0,7 fois par an. Ce livre a provoqué une explosion de critiques. C'était méthodologiquement très neuf. Cela reste un texte fondamental dans l'histoire économique et l'histoire des noirs. Ils ont été attaqués comme cliometricians. Cela a porté un coup très dur à la méthode informatique en histoire.

LLC est aussi une revue, fondée en 1976. http://llc.oxfordjournals.org/ Les LLC sont toujours vivantes et particulièrement en France. C'est la textométrie : le texte est considéré comme un phénomène statistique. Ils utilisent l'analyse factorielle et le data mining. Equipe à Lyon.

Deuxième phase. Humanities computing. Les années 1980-1994

Émergence des humanities centers. En Angleterre, se développent les programmes d'informatisation des écoles : “Computers in teaching initiative”. Il y a eu le BBC micro, vendu aux écoles pour que chaque enfant apprenne le Basic. Du côté recherche, “Arts and humanities data service” : une infrastructure pour les centres numériques existants. Est-ce qu'on était en train de faire quelque chose de nouveau ?

Ont émergé des communautés. Le Web n'existait pas. Mais le courrier électronique et les liste de discussion se développent. En 1987, fondation de la liste Humanist.

En 1976, Lou Burnard fonde le Oxford text archive. Ils disposaient d'une machine permettant de scanner et de faire de l'OCR sur le corpus. Ils mettaient la machine à disposition des chercheurs anglais. Ils numérisaient pour les chercheurs, à condition qu'ils acceptent qu'un entrepôt de données conserve les textes.

A la même époque, le Projet Gutenberg se développe, mais ce dernier n'étant pas construit très scientifiquement.

En France, Jean-Philippe Genet et d'autres historiens avancent prudemment l'idée que la numérisation des textes permettrait d'extraire des faits pour soutenir une théorie ou une hypothèse. Cela a été systématisé par Manfred Thaller, via Kleio, une base de données textuelle avant la lettre.

Une association internationale pour l'histoire et l'informatique est créée en 1987.

Le défi pour les humanities computing

Est-ce que les Humanities computing ont une théorie ? Est-ce que les textes numérisés sont intrinsèquement différents des textes analogiques ? Ou est-ce seulement un assemblage de méthodes et d'ingéniéries ?

Quand on a une ressource, on l'encode, on fait l'analyse, mais l'analyse comme l'encodage dépendent d'un modèle abstrait. Le modèle abstrait définit ce qu'est un texte : les paragraphes, les divisions, etc.

Dans le domaine universitaire, il ne suffit pas de conserver les octets d'un encodage. On a besoin d'une continuité de compréhension : l'encodage doit être auto-descriptif. C'est le sens et l'importance de la Text encoding initiative (TEI).

TEI est le seul projet d'Humanities computing qui dure toujours aujourd'hui. Il y avait une véritable tour de Babel de formats, avec une absence totale de standardisation, bien que chacun soit s'appuie sur le même modèle conceptuel. Il était difficile de faire converger les modalités pratiques d'encodage. La TEI a émergé comme un simple modèle, encyclopédique, des « significant particularities » des ressources textuelles.

Exemple : les tablettes de Vindolanda, dans un fort romain du mur d'Hadrien. Dans les années 1980, on a trouvé de petites tablettes, avec couche de cire par dessus. Ça permettait d'effacer. Mais on a trouvé des traces d'écritures superposées. Il montre un exemple d'encodage, qui permet de décrire le texte avec toutes ses ambiguïtés. L'encodage en question est le résultat d'un travail collaboratif de retranscription, débouchant sur un consensus.

Finalement 1995-... : les digital humanities

Et en 1994, le Web est arrivé. Pendant que les humanities computing discutaient... apparition de la numérisation en masse, explosion des capacités informatiques. L'informatique devient une commodité. Dans les années 1980, ça marchait peu ou prou... Emergence du grid computing. Emergence des folksonomies, du cloud computing...

La Library of congress a fait un rapport très intéressant sur les folksonomies apportées par le public à photothèque du Library of Congress sur FlickR.

  • Convergence et collaboration : rethinking scholarly editing, redefining the discipline.
  • New infrastructures?
  • The rise of digital library
  • Problème de l'autorité et de "link-rot".
  • Les biens non rivaux.
  • L'open source.

Est-ce que ce modèle peut marcher pour les ressources numérisées? Il y a des projets qui sont en train d'essayer de faire cela : “Digital humanities manifesto 2.0” (UCLA). Pour eux, les digital humanities ne sont pas un champ unifié, mais un ensemble de pratiques qui convergent :

  1. L'imprimé n'est plus le seul média permettant la dissémination de la connaissance, de la science. L'imprimé se trouve absorbé par de nouvelles configurations multimédia.
  2. Les digital tools, techniques and media ont modifié la façon de faire de la science.

L'économie des digital humanities est basée sur l'abondance, et non sur la rareté.

The importance of not reading

Que va-t-il pouvoir faire des millions de livres numérisés ? John Unsworth : “Although there is still a need for close-reading... we never don't not read”. Nouvelle synergie de méthodes, comme le corpus linguistiques, les pattern recognition, le data mining, la visualisation...

Conclusion

Les humanities apportent une contribution importante au web sémantique (TEI).

Pour Lou, l'informatique, c'est une discipline des humanités.

Lou Burnard : « Du Literary and linguistic computing aux Digital Humanities : retour sur 40 ans de relations entre sciences humaines et informatique »

Marin Dacos et Pierre Mounier  accueilleront demain Lou Burnard dans le  séminaire EHESS du Cléo sur les Digital humanities. Voici une présentation du contenu de cette séance :

Les sciences humaines sont en train de vivre un tournant majeur en intégrant de manière de plus en plus étroite l'usage des technologies numériques dans leurs pratiques de recherche. Cette évolution est pourtant en marche depuis plusieurs décennies, avec, dès les années 60, la réalisation de l'index Thomisticus par Roberto Busa. Dans son intervention, Lou Burnard revient sur cette évolution historique qu'il propose d'analyser suivant une structuration en trois périodes : Literary & linguistic computing, Humanities computing et enfin Digital humanities. Ces trois moments peuvent être identifiés comme trois pistes et positionnements différents dans la manière d'explorer les relations entre sciences humaines et informatique.

Après l'intervention de Corinne Welger-Barboza qui exposait le mois dernier le mode de fonctionnement des centres de digital humanities aujourd'hui aux États-Unis, la communication de Lou Burnard apporte au séminaire sur les Digital humanities une profondeur historique complémentaire permettant de mieux comprendre les enjeux devant lesquels nous nous trouvons actuellement.

Lou Burnard est directeur de l'Information and support group des Oxford University Computing Services. Figure importante de la communauté TEI, il est co-éditeur des Guidelines for Electronic Text Encoding and Interchange et participe aux travaux du British National Corpus. Il travaille depuis cette année à temps partiel pour le TGE Adonis.

Le séminaire est ouvert à tous, mais sur inscription uniquement, auprès de Pierre Mounier ou Marin Dacos.

On peut aussi s’abonner à la liste de discussion du séminaire.

Séminaire Digital Humanities. Les transformations numériques du rapport aux savoirs

1200505864_6e988991d5

Le Cléo organise à l'EHESS un séminaire mensuel sur les Digital humanities dont voici le descriptif :

Le séminaire se penchera sur l'émergence des Digital Humanities (DH), en Amérique du Nord et en Europe, à l'intersection des sciences humaines et sociales et des computer sciences. Ce terme désigne tout à la fois un ensemble de pratiques de recherche mobilisant de manière structurelle des moyens informatiques, des modèles épistémologiques relevant du concept de « e-sciences », mais aussi des modes de diffusion des résultats de la recherche qui mobilisent les nouveaux moyens de communication en réseau. À un autre niveau, le développement des Digital Humanities a des implications en terme de politique scientifique pour les sciences humaines et sociales  en faisant porter l'attention sur le besoin d'infrastructures de recherche d'un nouveau type (développement des cyberinfrastructures, grilles de calcul et plates-formes d'édition). Enfin, les Digital Humanities représentent, pour des disciplines dont l'inscription dans le champ scientifique fait débat, une opportunité pour aborder sous un angle différent leur position dans les relations sciences-société.

C'est à poursuivre ces questionnement que s'attachera le séminaire. Il s'agira, au cours de cette première année de dessiner les contours, d'explorer les différentes dimensions et de dresser une première cartographie d'une notion peu connue en France et n'y faisant pas encore l'objet d'un débat structuré. Du point de vue méthodologique, le séminaire est couplé avec des ateliers pratiques organisés en salle informatique, et permettant aux participants de bénéficier d'une formation minimale à la manipulation des outils où à l'utilisation des ressources évoqués et analysés en séminaire.

Mercredi de 14 h à 18 h (salle informatique, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), les 21 octobre, 18 novembre, 16 décembre 2009, 27 janvier, 24 mars et 26 mai 2010.

L'invitée de la séance du 18 novembre est Corinne Welger-Barboza, maître de conférences à  l'UFR Histoire de l'art et archéologie Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Éditrice de l'Observatoire critique des ressources numériques (2006-2008)

Sa communication porte sur le sujet suivant :

Les Digital Humanities aujourd'hui : centres, réseaux, pratiques et enjeux

Les Digital Humanities peuvent être actuellement définies de la façon suivante : l’exploitation des technologies numériques d’information et de communication par ce que nous ne nommons plus les Humanités mais Sciences humaines et sociales. Cette démarche implique une pratique qui repose sur la collaboration d’enseignants et chercheurs de ces disciplines avec des ingénieurs et des techniciens susceptibles de maîtriser toute la chaîne d’une forme particulière d’édition numérique. Ces réalisations éditées, appelons-les des corpus instrumentés, sont accessibles sur le Web ; elles attestent de l’essor de ce qui est considéré a minima comme un domaine singulier, a maxima comme une discipline. Après avoir dressé rapidement une carte des centres de Digital Humanities, nous nous appuierons plus particulièrement sur les institutions nord-américaines du genre. En effet, celles-ci présentent un mode d’organisation, de fonctionnement et un développement en réseau qui nous paraissent particulièrement ajustés aux objectifs poursuivis par les « Digital Humanists ».

Pour participer au séminaire, il faut s'inscrire auprès de Pierre Mounier ou Marin Dacos

On peut aussi s'abonner à la liste de discussion du séminaire

Crédits photographiques : « Dancing color squares », par Timothy Erickson, en cc by-nc-sa

Calendrier des formations Lodel

Untitled (Vertical Progression / 10 x red), œuvre de Donald Judd (1928-1994)

Untitled (Vertical Progression / 10 x red), œuvre de Donald Judd (1928-1994)

Comme les années précédentes, le Cléo organise sur un rythme mensuel des formations Lodel utilisateurs.  Ces formations sont gratuites et ouvertes à tous, mais le nombre de places est limité. Les revues adhérentes à Revues.org ainsi que les projets d’édition électronique des établissements soutenant le Cléo (TGE-Adonis, CNRS, EHESS, Université de Provence, Université d’Avignon) sont prioritaires. Ces formations durent 2 jours et se déroulent à Paris.

  • 8-9 octobre 2009
  • 19-20 novembre 2009
  • 17-18 décembre 2009
  • 11-12 janvier 2010
  • 4-5 février 2010
  • 11-12 mars 2010
  • 1er et 2 avril 2010
  • 20-21 mai 2010
  • 17-18 juin 2010

Pour s’inscrire aux formations Lodel utilisateurs, il suffit de télécharger le formulaire d'inscription et de l'envoyer à formations@revues.org.

Lire la suite

Un pas vers des digital humanities ? Le numérique au service de la recherche et de l'enseignement à l'EHESS

verba similia

Wordle: verba similia

Une journée d'information proposée par le Cléo/Revues.org et la Direction informatique de l'EHESS

26 mai 2009

À la rentrée 2009, la Direction informatique mettra en place un Environnement numérique de travail (ENT) permettant à l'ensemble des personnels et étudiants de l'EHESS de disposer d'outils performants pour mieux communiquer, s'informer, se documenter et travailler en collaboration. De son côté, le Centre pour l'édition électronique ouverte s'est engagé depuis plusieurs mois dans une diversification éditoriale le conduisant à proposer une plateforme d'édition électronique complète constituée d'espace de publication de collections de livres et de carnets de recherche, autant que de revues et d'annonces d'événements scientifiques.

La DISC et le Cléo s'associent pour présenter cette double actualité concernant des services et outils très complémentaires.

La journée se déroulera en deux parties :

La matinée articulera une présentation de ces outils à une réflexion sur l'instrumentation numérique du travail de recherche en sciences humaines et sociales. Elle se déroulera dans l'amphithéâtre. L'entrée est libre, mais l'inscription obligatoire.

L'après-midi, des ateliers seront organisés en salle informatique pour ceux qui le souhaitent, où des démonstrations et exercices de manipulation seront organisés, aussi bien sur les outils proposés par la DISC au sein de l'ENT, que ceux proposés par le Cléo, en particulier sur sa nouvelle plateforme de carnets de recherche (Hypothèses - http://hypotheses.org ). L'inscription aux ateliers est obligatoire et limitée à 18 places.

Programme de la journée

9h30-12h30 : Présentation dans l'amphithéâtre 105 Bd Raspail

  • Introduction

François Weil

  • Un Environnement Numérique de Travail à l'EHESS

Marie-Anne Marquet, responsable du SIGA, équipe projet ENT
Lucas Morlot, SIGA, équipe projet ENT

  • Le Cléo, une plateforme d'édition électronique complète

Pierre Mounier, Responsable du Pôle formation et usages du Cléo

  • Table-ronde : Technolâtries, technophobies : un faux débat ? État des lieux du numérique en sciences humaines et sociales.

André Gunthert, Maître de conférences à l'EHESS
Marin Dacos, Directeur du Cléo

14h-17h : Ateliers, salle informatique du 96 Bd Raspail

  • Les outils proposés par l'ENT : démonstration et exercices pratiques
  • Ouvrir un carnet de recherche avec Hypothèses

Inscription :

L'inscription du matin et celle de l'après-midi peuvent être prises de manière indépendante. Dans tous les cas, elle se fait par courriel à l'adresse suivante : formatic@ehess.fr . Merci de bien vouloir préciser si l'inscription est pour le matin et/ou l'après-midi.

http://calenda.revues.org/nouvelle12581.html

Lire la suite

Opération campus : l'EHESS (Paris) et Aix-Marseille sélectionnés

L'"Opération campus" a été lancée par le gouvernement français pour développer l'immobilier universitaire. Ce plan bénéficie d'un effort de financement issu de la cession de 3 % d'EDF par l'État, qui permettra la rénovation des 10 premiers grands projets de campus. Le CLEO se félicite de ce que les deux établissements de tutelle qui mettent à sa disposition des locaux aient été sélectionnés parmi les projets qui seront soutenus par l'État :

  • Le projet présenté par le Pôle de Recherche et d'Enseignement Supérieur Aix-Marseille Université
  • le projet "Campus Condorcet Paris-Aubervilliers" présenté par les universités Paris I, Paris VIII et Paris XIII, l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, l'Ecole Pratique des Hautes Etudes, l'Ecole d'économie de Paris et l'Ecole des Chartes.

Voir le communiqué officiel.