Archives pour la catégorie Actualités

Formation “Lecture numérique : lire, annoter, organiser et conserver ses livres numériques”

Le Réseau CNRS Mistral-Doc et l’Urfist propose une formation “Lecture numérique : lire, annoter, organiser et conserver ses livres numériques”. La formation sera assurée par Julien Gilet, chargé des systèmes d’information documentaire et du référencement au Cléo / OpenEdition.

 

Mrs. Duffee Seated on a Striped Sofa, Reading Her Kindle, After Mary Cassatt, Mike Licht  (CC BY 2.0)

Mrs. Duffee Seated on a Striped Sofa, Reading Her Kindle, After Mary Cassatt, Mike Licht (CC BY 2.0)

 

  • Lieu : Marseille,  Campus St-Charles , Salle Urfist au sein du CRFCB – Aix-Marseille Université,
  • Date : 4 avril  – 14h00-17h00,
  • Public : professionnels de l’information et de la documentation et chercheurs de la région PACA et Corse désireux de se familiariser avec la lecture numérique. Cette formation s’intéressera plus particulièrement aux sciences humaines et sociales.
  • Objectif : permettre aux lecteurs de la littérature scientifique de découvrir les usages de lectures sur écran de toutes tailles ; découvrir quelles sont les sources principales de livres électroniques, quels sont les formats et les supports de lectures ; permettre à chacun de savoir comment gérer sa bibliothèque de livres électronique et comment la conserver en toute sécurité.
  •  Inscriptions auprès du secrétariat de formation permanente de la Délégation régionale du CNRS pour la région PACA et Corse jusqu’au 15 mars 2013 :  secretariat.fp@dr12.cnrs.fr.

.

Lecteurs d’OpenEdition, qui êtes-vous ?

Avec plus de trois millions de visites par mois sur ses plateformes, OpenEdition est devenu un acteur important dans le paysage de l’édition en sciences humaines et sociales et ce, grâce à vous. En 2009, par le biais d’une première enquête, nous avons identifié le lectorat de la plateforme Revues.org et vous nous avez fait part de vos attentes. Aujourd’hui, nous vous proposons de répondre à une nouvelle enquête qui concerne, cette fois, l’ensemble de notre dispositif de communication scientifique. Elle nous permettra de mieux vous connaître et d’améliorer nos services.

L’équipe d’OpenEdition vous remercie de consacrer quelques minutes pour répondre à ce questionnaire en ligne :

OpenEdition Freemium : à la rencontre des bibliothécaires

Journées de l’ABES, 19-20 juin à Montpellier

Jean-Christophe Peyssard, responsable des partenariats au Cléo, sera à Montpellier aux Journées de l’Abes (JABES)  les mardi 19 et mercredi 20 juin pour présenter le programme OpenEdition Freemium pour les bibliothèques. Les Journées ABES rassemblent environ 500 professionnels issus du monde de la documentation et des bibliothèques de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et principalement les membres des réseaux dédiés au catalogage, à la valorisation des thèses ou à l’achat de documentation électronique. Pendant ces deux journées, se succèdent des interventions d’experts nationaux et internationaux qui offrent un éclairage sur les enjeux majeurs auxquels sont confrontés les bibliothèques universitaires et de recherche.

Conférence LIBER, 26-29 juin à Tartu, Estonie

La semaine suivante,  du 26 au 29 juin, Jean-Christophe Peyssard sera  à la Conférence LIBER à Tartu en Estonie. Il s’agit de la  41e  conférence annuelle de la Ligue des bibliothèques européennes de recherche organisée cette année par la Bibliothèque universitaire de Tartu. La Ligue des bibliothèques européennes de recherche a été fondée en 1971 pour créer un réseau de bibliothèques de recherche destiné à favoriser la conservation et la promotion du patrimoine européen et à améliorer l’accessibilité et la qualité des services fournis aux usagers. Elle est aujourd’hui la principale association de bibliothèques européennes.

 

Babelthèque à la bibliothèque de Toulouse : observations sur les OPAC 2.0, par Eymeric Manzinali

Babelthèque clôturera, d’ici quelques semaines, sa troisième année de présence sur le catalogue de la Bibliothèque municipale de Toulouse. Développé par le réseau social Babelio, à la demande des bibliothécaires (notamment du groupe Bibliothèques hybrides de l’ABF), le service permet aux catalogues de bibliothèques de bénéficier d’enrichissements et d’outils de participation issus de Babelio. Critiques, citations, tags et notes des utilisateurs, algorithme de recommandation et, depuis peu, extraits de critiques presse et vidéos pour chaque notice. Toulouse en a été la bibliothèque pilote, et a participé à son élaboration par l’intermédiaire de Pascal Krajewski, son responsable informatique. Il en assure également un retour critique grâce à son blog. La distance qui nous sépare de cette élaboration et de sa mise en place permet, aujourd’hui, d’en tirer quelques observations sur ce que l’on appelle couramment les OPAC 2.0 : ces catalogues de bibliothèques intégrant des fonctions sociales.

 Un outil d’enrichissement plutôt que de participation

La première observation qui ressort de l’installation de Babelthèque à la bibliothèque de Toulouse est que son intérêt réside dans l’enrichissement du catalogue plutôt que dans les fonctions sociales proposées aux usagers. Comme le souligne Pascal Krajewski, responsable informatique à la bibliothèque, ces dernières fonctions sont peu plébiscitées par les usagers : 114 critiques ont été ajoutées par ces derniers au catalogue de la bibliothèque en 2011. Une constatation que fait également Guillaume Teisseire, fondateur de Babelio, que nous avons interrogé sur la question : « Que les outils de contribution soient proposés par Babelthèque ou natifs dans les catalogues, c’est un fait que les usagers les utilisent peu. L’OPAC est par nature un lieu de consultation, et marginalement un lieu de contribution. En ce sens Babelthèque est principalement un service d’enrichissement des notices avec les contenus issus de la communauté de Babelio (critiques, mais aussi citations, mots clés thématiques, suggestions de lectures, critiques presse et vidéos d’auteur), plutôt qu’un service de mutualisation des critiques d’usagers. Il est important de proposer des outils de contribution au sein du catalogue, mais ces contributions restent marginales dans l’enrichissement des notices. »

 La participation dans les OPAC condamnée à être marginale ?

Il est d’abord à noter que l’OPAC reste, dans la majeure partie des recherches d’usagers, un chemin d’accès vers des documents. Cette recherche, en terme d’expérience utilisateur, peut-être rendue plus riche en favorisant la sérendipité et en multipliant les pistes grâce à des outils de prescription et de recommandation, mais elle n’amène pas les usagers à stagner ou à utiliser l’OPAC comme un réseau social. A l’inverse de l’OPAC, le réseau social pousse effectivement l’information vers l’utilisateur dans un flux ininterrompu, favorisant sa stagnation et sollicitant son interaction, là où l’OPAC reste un stock d’information dans lequel l’utilisateur engage un parcours. Son utilité première n’est donc pas sociale, et si les enrichissements produits par les usagers peuvent, a priori, être utiles à d’autres usagers dans ce parcours, le rôle premier de l’OPAC ne les encourage pas à participer.

On peut ensuite signaler que, pour toute ressource en ligne, on observe de façon empirique un taux très faible de participation parmi la masse des utilisateurs qui la consulte. Ce phénomène est appelé règle du 1%, règle qui avance que moins de 1% des utilisateurs d’un site internet y contribuent de manière proactive. Bien entendu, le chiffre de 1% est donné comme ordre de grandeur symbolique, et la règle trouve des applications et des résultats différents suivant le type de site ou de communauté mais elle reflète une tendance, sur internet, à la constitution d’une majorité passive et d’une faible minorité active.

Un site doit donc drainer un nombre important de visiteurs pour s’assurer une participation satisfaisante, et l’un des problèmes que peut poser l’OPAC d’une bibliothèque municipale est le fossé entre le nombre de notices qu’il comporte et les utilisateurs qu’il vise, délimités à un territoire ou à un lien avec la bibliothèque (inscription). D’où un faible taux de recouvrement des notices par des données sociales, pour les bibliothèques qui ne vont pas chercher ces données ailleurs.

Enfin, le manque de mise en valeur de ces contributions ne les rend que plus invisibles. Lionel Dujol, dans un billet intitulé « Les catalogues 2.0 ou le mythe de l’usager participatif ? » pointe une des faiblesses des OPAC actuels, qui ne proposent que rarement un affichage des commentaires utilisateurs sur la page d’accueil des bibliothèques, pour citer cet exemple.

Faut-il aller chercher les contenus ailleurs ?

Pour toutes ces raisons, le recours à l’offre de contenus d’un réseau social de lecture se révèle beaucoup plus intéressant que la simple mise en œuvre d’outils de contribution à destination des usagers, ne serait ce que pour pallier à la carence de contenus produits par ces derniers à l’aide de ces outils. Au milieu de la masse de critiques importées, leurs contributions restent tout de même identifiables, pour ce qui est de la bibliothèque de Toulouse, grâce à un petit logo. On peut postuler également que, par effet de réseau, la présence de commentaires nombreux sous chaque notice stimule la participation des usagers.

Cette offre, en matière de recommandation de pair à pair et de prescription, permet ensuite d’être plus proche d’autres « catalogues » que les usagers ont l’habitude de consulter, tels que, par exemple, Allociné ou les librairies en ligne. En sus de contenus sociaux, Babelthèque propose depuis peu (2011) un service d’agrégation de critiques issues des grands titres de la presse généraliste et littéraire, sous forme d’extraits, auxquels s’ajoutent des contenus vidéos, service proche de ce que l’on peut, justement, observer sur Allociné.

Babelthèque propose enfin un outil de recommandation, qui utilise l’algorithme de recommandation de Babelio, tout en s’adaptant à la disponibilité des ouvrages recommandés dans le catalogue de la bibliothèque de Toulouse. D’autres bibliothèques, utilisant un catalogue enrichi, ont choisi au contraire de créer leur propre algorithme et d’utiliser les données issues de leur historique de prêts. C’est le cas de la bibliothèque de Saint-Herblain, qui propose un emplacement « les lecteurs qui ont emprunté ce document ont également emprunté… » dans les notices de son catalogue.

Recourir à une offre extérieure, pour l’élaboration de l’algorithme et les données que ce dernier exploitera, présente des avantages : la masse des informations collectées est plus grande, rendant les recommandations plus efficaces. Mais cela peut se faire au détriment d’une liberté de paramétrage, qui échappe alors à la bibliothèque, interrogation que Alexandre Lemaire expose en conclusion de son article sur les outils de recommandation. Les résultats peuvent, en outre, apparaître moins personnalisés aux lecteurs de la bibliothèque.

Exemple de notice enrichie avec l’offre Babelthèque dans le catalogue de la bibliothèque de Toulouse (capture d’écran).

Une navigation plus souple

L’OPAC 2.0 permet, nous l’avons dit, de proposer une navigation plus proche des habitudes des internautes, en proposant des suggestions pertinentes et en favorisant la sérendipité, qui est la faculté, au cours d’une recherche, de découvrir des éléments inattendus grâce au hasard et à l’intelligence. La suggestion d’œuvres de fictions souffre, par exemple, avec les indexations du type Rameau et Dewey, d’un manque de termes et de précision pour catégoriser les œuvres littéraires, chose que relève Alexandre Lemaire dans son article en donnant l’exemple des « romans noirs, les thrillers et les enquêtes policières [...] fourrés dans le « policier » alors que la dystopie, le space opera, l’uchronie et –pire ! – même la fantasy aboutissent  dans le grand sac « science-fiction ». » On pourrait faire la même observation à propos du manga, dont la division en types (shojo, shonen, seinen… etc) est inexistante dans la base RAMEAU, alors que son public est demandeur de recommandations en fonction de cette typologie (de nombreux sites occupent ainsi ce créneau de la recommandation de mangas grâce, par exemple, à des tests). L’indexation en termes naturels permet de combler ce vide en arrivant à une catégorisation plus fine des genres de la littérature populaire, ou à des informations que le catalogueur, qui ne lit pas tous les documents qui lui passent entre les mains, ne peut pas relever.

Cette indexation doit, bien évidemment, être accompagnée d’un système de modération et de structuration appliqué par le bibliothécaire ou le prestataire, permettant par exemple de fusionner deux tags équivalents, au delà de la modération naturelle que constitue une mise en valeur des tags proportionnelle à leur nombre d’utilisations sur une notice.

L’OPAC 2.0 favorise, enfin, la sérendipité, là où un OPAC dans ses fonctions les plus basiques va rarement, pour les œuvres de fiction, au delà de la recherche d’un titre ou d’un auteur précis et permet moins de connexions entre les notices. Les connexions, dans un catalogue qui intègre des fonctions sociales sont, effectivement, plus nombreuses puisqu’elles ne reposent pas uniquement sur un système d’indexation appliqué par un bibliothécaire, mais surtout dynamiques : les recommandations évoluent et s’affinent en permanence, car elles reposent sur des données (statistiques de prêts, bibliothèques des lecteurs pour Babelio…etc) qui sont, elles-mêmes, mouvantes.

Nous remercions Guillaume Teisseire et Pascal Krajewski pour avoir répondu à nos questions.

 Pour aller plus loin

 

Ce billet a été initialement publié le 27 février dernier sur le blog Le monde du livre : http://mondedulivre.hypotheses.org/477


Les « À la une » de Calenda, du 2 au 15 janvier

Chaque jour, l’équipe de Calenda examine et valide les annonces d’événements scientifiques en lettres, sciences humaines et sociales qui lui ont été suggérées par le biais d’un formulaire en ligne. Parmi les dernières annonces validées, nous avons notamment choisi de mettre « à la une » :

Les « À la une » de Calenda, du 1er au 16 décembre

Chaque jour, l’équipe de Calenda examine et valide les annonces d’événements scientifiques en lettres, sciences humaines et sociales qui lui ont été suggérées par le biais d’un formulaire en ligne. Parmi les dernières annonces validées, nous avons notamment choisi de mettre « à la une » :

1000 fiches Plume !

Communiqué de presse de l’équipe de Plume

1000 fiches descriptives de logiciels et de ressources validés par la communauté de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche sont déjà publiées sur la plate-forme PLUME.

Depuis quatre ans, chercheurs, enseignants, ingénieurs et techniciens des universités et des laboratoires de recherche disposent d’une plate-forme accessible par le web qui leur permet de trouver la description de logiciels pour la plupart « libres », évalués, validés et commentés par des utilisateurs experts. Initié au sein du CNRS et ouvert à l’ensemble des acteurs de la recherche et de l’enseignement supérieur, PLUME vient de passer le cap, symbolique mais significatif, des 1000 publications.

Le projet PLUME est animé par un double objectif : d’une part, mutualiser les compétences sur les logiciels en référençant des logiciels libres, orientés métiers, utilisés dans les laboratoires de recherche et les universités et d’autre part faire connaître, promouvoir, valoriser les développements réalisés dans cette communauté. Hébergé par la plate-forme PLUME, le référencement des logiciels et de ressources centrées sur la production des logiciels repose sur le principe des contributions multiples volontaires.

À ce jour, 750 contributeurs ont collaboré pour publier plus de 750 fiches descriptives de logiciels, mises à jour régulièrement, auxquelles s’ajoutent près de 250 fiches « ressources », toutes organisées selon douze thématiques (biologie, chimie, maths, réseaux…). Désireux de partager leur expérience dans l’utilisation ou le développement des logiciels métier, les contributeurs sont toujours plus nombreux, +60 % en un an. Parallèlement, l’intérêt des internautes pour la plate-forme PLUME est en constante augmentation depuis son lancement. Au mois d’octobre 2011, 230 000 pages ont été consultées par 38 000 internautes.

Grâce aux collaborations dans lesquelles ils sont engagés, les membres de l’équipe PLUME ont tissé un réseau de partenaires, universités, laboratoires, organismes de recherche qui apportent leur compétence métier. Sensibilisés par les économies réalisées dans la recherche ou la création de logiciels fiables, ces partenaires sollicitent fréquemment l’équipe PLUME pour une présentation lors de conférences ou de journées de formation.

En parallèle, les responsables thématiques de l’équipe PLUME organisent deux à trois journées par an de présentation d’outils sur un thème précis à partir du catalogue PLUME. Ces journées réunissent régulièrement plus d’une centaine de chercheurs, enseignants ou ingénieurs. Retransmises sur le web puis disponibles en vidéo à la demande, elles sont une source d’information et d’échanges pour tous.

À l’horizon 2012-2013, PLUME a pour ambition de couvrir l’ensemble des métiers et domaines scientifiques pour devenir progressivement la plate-forme de référence des logiciels de qualité, principalement libres, utilisés ou développés dans les laboratoires de recherche et les universités. Dans cette optique, l’équipe PLUME souhaite étendre ses partenariats avec les acteurs publics ou privés de la communauté scientifique et universitaire et stimuler les contributions. L’étendue des compétences réunies et le caractère novateur des logiciels décrits permettront de conforter l’audience de PLUME et de diffuser plus largement les connaissances de la recherche scientifique au niveau national voire international. Un portail anglophone est déjà ouvert.

Site internet de la plate-forme PLUME : http://www.projet-plume.org
Contact : plume@services.cnrs.fr

Pour aller plus loin :

Les « À la une » de Calenda, du 10 au 24 octobre

Chaque jour, l’équipe de Calenda examine et valide les annonces d’événements scientifiques en lettres, sciences humaines et sociales qui lui ont été suggérées par le biais d’un formulaire en ligne. Parmi les dernières annonces validées, nous avons notamment choisi de mettre « à la une » :

  • Mercredi 30 novembre 2011     |     Histoire     |     Appel à contribution
    Culture de table

Les « À la une » de Calenda, du 17 septembre au 7 octobre

Chaque jour, l’équipe de Calenda examine et valide les annonces d’événements scientifiques en lettres, sciences humaines et sociales qui lui ont été suggérées par le biais d’un formulaire en ligne. Parmi les dernières annonces validées, nous avons notamment choisi de mettre « à la une » :

  • Mardi 15 novembre 2011     |     Études urbaines     |     Appel à contribution
    Paysage en partage
calenda euromed

Calenda et les événements scientifiques dans le monde

De janvier 2010 à août 2011, Calenda a annoncé plus de 4000 événements scientifiques. La majorité de ces événements se déroulent en France, mais nous annonçons également un nombre croissant d’événements ayant lieu à l’étranger. En voici la synthèse en quelques cartes1.

L’actualité scientifique dans les nuages (mais pas trop)

À sa création, Calenda visait notamment à assurer une circulation large et publique des événements scientifiques qui se déroulent partout en France. Dix ans plus tard, le pari est tenu : Calenda relaie une partie de la vie de la recherche de la plupart des départements français, tout en manifestant particulièrement bien l’effet du centralisme parisien sur l’activité scientifique française : presque la moitié des événements annoncés sur Calenda se déroulent en Île-de-France.

On remarquera aussi l’effet notable des sites « historiques » d’implantation de Revues.org, devenu le Centre pour l’édition électronique ouverte en 2009, et de ses partenaires (comme Liens-socio) : Marseille, Avignon, Lyon. L’actualité en sciences humaines et sociales des régions Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur est particulièrement bien relayée, ce qui montre que même dans l’univers du numérique, le lieu physique où les activités se déroulent n’est pas sans conséquence.

Aujourd’hui, les événements annoncés sur Calenda sont le reflet de l’implantation des établissements d’enseignement et de recherche sur le territoire français, prouvant que le calendrier des lettres et sciences humaines et sociales est un outil largement répandu au sein de la communauté scientifique.

 

Calenda mundial : au-delà d’une internationalisation francophone

Depuis plusieurs années, Calenda tend à être un calendrier de l’actualité francophone en sciences humaines et sociales. En effet, le monde académique belge, suisse et québecois s’est très tôt saisi de l’outil que représentait le calendrier, pour annoncer des événements scientifiques nationaux ou internationaux de langue française.

Plus récemment, cette aire francophone croise une aire méditerranéenne de plus en plus dynamique sur Calenda, par le biais du monde de la recherche au Maghreb ou au Machrek. Le réseau des Instituts français de recherche à l’étranger (Ifpo, Ifea…), partenaire de Calenda, a notamment contribué à cette évolution.

Mais depuis 2010, Calenda relaie aussi un nombre croissant d’annonces dans d’autres langues que le français, et notamment en portugais, dans le cadre du projet LusOpenEdition, qui inclut le développement d’un portail lusophone de l’actualité en sciences humaines et sociales. C’est ainsi que le Portugal est le pays où se déroulent le plus d’événements annoncés sur Calenda, juste après la France et à égalité avec la Belgique. La communauté scientifique brésilienne commence également à se saisir de cet outil.

Cette évolution de Calenda vers une plus large couverture géographique et linguistique va pouvoir s’appuyer sur la nouvelle version du site, en cours de développement. Elle permettra notamment de naviguer dans des contenus linguistiques de manière plus spécifique et plus fine.

Pour annoncer des événements scientifiques francophones, lusophones, anglophones ou autre, se déroulant en France, au Portugal ou ailleurs dans le monde, n’hésitez pas à suggérer une annonce sur Calenda !

  1. Ces cartes ont été réalisées grâce à PhilCarto, logiciel développé par Philippe Waniez. Je tiens à remercier Mathieu Coulon (LAMES et TELEMME, CNRS) pour l’aide apportée à leur réalisation. []

La lecture numérique au regard des technologies de l’attention et des sciences cognitives

head wordsMichel Roland-Guill, co-directeur de l’Urfist PacaC, a présenté à l’université d’été du Cléo une intervention intitulée “De la lecture numérique”, qui met en perspective  les différentes pratiques de lecture avec les évolutions technologiques. S’intéressant particulièrement aux “technologies de l’attention”, son propos fait écho à une  journée d’étude sur l’économie de l’attention organisée par l’Urfist de Bordeaux en juin 2011.

Benoît Le Blanc, directeur adjoint de l’Institut de Cognitique (Université de Bordeaux), y explicitait le concept d’économie de l’attention par rapport aux mécanismes de la mémoire. Claire Belisle,  docteure en psychologie, experte auprès de la Commission Européenne pour l’évaluation des projets de recherche en multimédia éducatif et coordinatrice du livre “Lire dans un monde numérique” (2011),  insistait quant à elle sur le phénomène attentionnel dans les nouvelles pratiques de lecture.

Je propose ici un compte-rendu croisé de ces interventions, qui apportent des éclairages complémentaires notamment au regard des sciences cognitives, sur les enjeux de l’économie de l’attention pour la médiation des ressources documentaires numériques.

1. La fabrique de la mémoire, clé d’entendement des modalités attentionnelles

Suivant une approche cognitive, B. Le Blanc explique que l’attention “se situe entre la perception et la mémoire”.  Ce que l’on perçoit active des éléments de mémoire qui sont en sommeil le reste du temps, afin de ne pas épuiser notre mémoire .. vive. Notre attention procède d’ une forme d’économie (i.e. administration des ressources): en agissant comme un filtre intercesseur vers les éléments mémoriels à mobiliser, elle vise à nous protéger de la surcharge cognitive. Il s’agit donc de prendre en compte les mécanismes de la mémoire pour comprendre les mécanismes de mobilisation de l’attention.

  • La mémoire a trois types d’activités: l’encodage, le stockage, le rappel des éléments mémorisés. Ces rappels peuvent se faire au niveau sémantique, syntaxique ou phonotique.
  • Elle est le résultat d’une perception (attention) et d’une construction circonstancielle (contexte). L’information perçue dans un temps donné d’attention prend sens – devient connaissance- dans un contexte, une association qui est mémorisée.
  • Il y a plusieurs modèles de la mémoire: épisodique, à court terme, sémantique, perceptive et procédurale (liée à l’action, au geste).
  • Au stade du rappel (ou du raisonnement, comme c’est analysé pour les situations de mécanismes décisionnels), deux stratégies humaines peuvent être mobilisées: on peut raisonner avec des heuristiques de représentativité (classification) ou des heuristiques de disponibilité (instanciation).

Pour améliorer les systèmes de navigation dans les interfaces homme-machine, il convient donc de s’appuyer sur une pluralité de styles cognitifs. Les utilisateurs faisant face à trois problèmes majeurs (quantité d’information, localisation des informations, orientation), il faut leur donner des éléments de repérage (identifier les éléments porteurs de sens), d’agrégation (pouvoir nommer un ensemble afin de libérer de l’attention pour le reste), de cadrage (par rapport à un acquis préalable), et d’appropriation (à vérifier dans le temps par des études d’usage). Au terme d’études menées auprès d’usagers, sont notamment identifiés comme supports cognitifs:

  • des points de repères
  • des ruptures interfacielles (pouvoir changer les modes de représentation)
  • des associations geste-information
  • de privilégier la vision périphérique et centrale car la plus attentionnelle
  • de recourir aux images, prédominantes dans l’activité cérébrale

Tout comme M. Roland Guill, B. Le Blanc questionne pour finir l’impact des technologies de l’information sur les pratiques cognitives, en référence mais en contre par rapport à l’ouvrage de Nicolas Carr (Est-ce que Google nous rend idiot?). Il réfute tout déterminisme technologique (il n’existe pas de neurone de la lecture, la culture de l’oralité a dominé longtemps), tout évolutionnisme technologique également (les technologies n’occurrent pas de mutation biologique, ce sont les comportements qui évoluent). Enfin, les technologies ne doivent pas entrer en concurrence avec le cerveau humain mais en être complémentaires afin de libérer de la mémoire, de l’attention.

2. Comprendre les modalités attentionnelles, enjeux des nouvelles pratiques de lecture

La seconde intervention de la journée d’étude sur l’économie de l’attention, donnée par Claire Belisle, portait  sur l’évolution des pratiques de lecture:
1.    La lecture, expérience-clé, se transforme
2.    Le temps de lecture s’accélère
3.    Les capacités d’attention se modifient
4.    Un nouveau rapport au savoir s’invente
5.    De nouveaux défis pour les médiateurs

A l’instar de M. Roland-Guill, C. Belisle précise que les technologies de l’attention comme supports cognitifs à la lecture  ont  existé très tôt et évolué avec les supports et pratiques de lecture, suivant les trois âges de la lecture déterminés par les historiens (R. Chartier):

  • Du rouleau au codex, passage de la lecture collective à haute voix à la lecture individuelle silencieuse: apparition des points et espaces pour faciliter la lecture silencieuse.
  • XVe et XVIe siècles, l’imprimerie s’inscrit au coeur de l’Humanisme, qui voit le passage d’une lecture-médiation à une lecture-réflexion: production de nouveaux repères de lecture (titre, paragraphe, chapitre..). Aux XVIIIe et XIXe siècles, passage de la lecture d’autorité vers la lecture-distraction.
  • Le troisième âge distingué est celui de la lecture au temps de l’informatique numérique, qui marque le passage d’une lecture-continue à une lecture-dispersion (C. Vandendorpe, 2009).

Les pratiques de lecture, explique C. Belisle, sont donc enracinées dans une culture liée au livre papier, mais il est nécessaire de reconstruire une vision culturelle qui intègre les diverses et nouvelles modalités de lecture. Il faut aujourd’hui prendre en compte:

  • La diversification des finalités de lecture: lecture utilitaire et pragmatique, lecture dynamique et focalisée, lecture professionnelle et privée. Cela s’accompagne d’un nouveau rapport au savoir: rapport utilitaire et non plus humaniste au savoir, dans un processus de reconstruction permanente de l’information en fonction de son propre projet.
  • Le déroulement multitâche de la lecture induit par les supports numériques: vitesse, sauts, balayage; courtes séquences de concentration; activation de liens, retours en arrière; recours à des outils (visualisation, moteur de recherche).
  • Les types, capacités et supports de l’attention, qui se modifient: attention focalisée/sélective, spontanée/volontaire, hyper/poly attention; supports technologiques, nouveaux rythmes/repères, supports de l’interaction et interactivité; expérience corporelle émergente: l’acteur participant, multi-tâches, multi-polaire, multiculturel.

Lire est donc une pratique à réinventer. Elle exige de nouvelles compétences (maîtrise d’outils numériques pour interagir avec l’information, maîtrise des structures cognitives des différents types d’information, de savoirs et de connaissances) et la construction de nouveaux repères sensoriels. Il s’agit, conclue C. Belisle, de s’interroger sur les “repères de pensée” – au sens kantien de l’expression (Kant, Critique de la faculté de juger, 1790) – pour l’âge de l’informatique numérique, et d’acquérir “un mode de pensée numérique”, suivant l’expression empruntée à Gérard Berry (chaire Informatique et sciences numériques du Collège de France).

Les interventions de Benoît Le Blanc et Claire Besliles apportent donc un éclairage complémentaire en soulignant l’apport des sciences cognitives pour mieux appréhender les modalités attentionnelles en jeux dans les pratiques informationnelles et de lecture numériques. Nous emprunterons pour conclure la formule de Benoît Le Blanc: “Dans notre univers techno-centré, l’étude des capacités et des limites cognitives de l’humain est une nécessité pour recomposer un monde anthropo-centré”.

 

Les semaines du 5 et du 12 septembre sur Calenda

Chaque jour, l’équipe de Calenda examine et valide les annonces d’événements scientifiques en lettres, sciences humaines et sociales qui lui ont été suggérées par le biais d’un formulaire en ligne. Parmi les dernières annonces validées, nous avons notamment choisi de mettre « à la une » :

 

Les semaines du 13 et du 20 juin sur Calenda

Chaque jour, l’équipe de Calenda examine et valide les annonces d’événements scientifiques en lettres, sciences humaines et sociales qui lui ont été suggérées par le biais d’un formulaire en ligne. Parmi les dernières annonces validées, nous avons notamment choisi de mettre « à la une » :

Dans la toile des médias sociaux : nouveaux moyens de communication et de publication pour les sciences humaines et sociales (27-28 juin 2011)

L’Institut Historique Allemand s’est associé au Cléo pour l’organisation d’un colloque sur les réseaux sociaux et les sciences humaines et sociales. Ce colloque se tiendra les 27 et 28 juin prochains à l’Institut Historique Allemand à Paris. Chercheurs et spécialistes français et allemands y confronteront leurs expériences et points de vue au cours de quatre tables-rondes. Le Directeur de l’Institute of Network Cultures, Geert Lovink, donnera une conférence introductive à l’ensemble du colloque et animera la discussion finale. La participation au colloque est gratuite, mais il faut s’inscrire auprès de Dunja Houelleu: dhouelleu@dhi-paris.fr

A noter que ce colloque s’inscrit dans une série de manifestations par lesquelles l’IHA s’inscrit dans le mouvement des Digital Humanities. Le carnet Digital Humanities à l’Institut Historique Allemand vient d’être ouvert sur Hypotheses.org à cette occasion.

Présentation du colloque

Ce colloque a pour but d’examiner dans une perspective internationale les nouveaux médias sociaux et d’évaluer leurs significations pour les sciences humaines et sociales. Les effets des médias sociaux sur notre culture scientifique actuelle seront au centre du débat.

Mit diesem Kolloquium wollen wir in einer internationalen Perspektive die neuen sozialen Medien und die daraus resultierenden Netzwerke in ihrer Bedeutung für die Geisteswissenschaften näher beleuchten. Im Mittelpunkt des Interesses steht dabei die Frage, wie sich die sozialen Medien auf unsere gegenwärtige Wissenschaftskultur auswirken.

En naviguant sur les sites web scientifiques on découvre de plus en plus des boutons « J’aime » ou « Partager » qui invitent les utilisateurs à évaluer et promouvoir le contenu du site sur Twitter, Facebook, Delicious, Mister Wong ou d’autres médias sociaux. Faire partie d’une communauté scientifique en ligne est devenu aussi courant qu’animer son propre blog et commenter les articles, photos et films des autres chercheurs en ligne. Les réseaux sociaux qui en résultent se transforment en espaces scientifiques de communication et de publication, salués par les uns et critiqués par les autres.

Immer mehr wissenschaftliche Websites fordern mit einem „Gefällt-mir-Button“ dazu auf, Inhalte der Seite über Twitter, Facebook, Mister Wong oder andere soziale Netzwerke zu bewerten und mit „Freunden“ zu teilen. Zu einer online scientific community zu gehören, ist fast schon genauso wissenschaftlicher Alltag, wie einen eigenen Blog zu unterhalten sowie Texte, Fotos und Filme online zu teilen und zu kommentieren. Die daraus entstehenden sozialen Netzwerke entwickeln sich zu einem Ort des wissenschaftlichen Austausches und eröffnen neue Wege zur wissenschaftlichen Kommunikation und Publikation, die von den einen gefeiert, von den anderen kritisch betrachtet werden.

Télécharger le Programme/ Laden Sie das Programm

Lundi, 27 juin 2011

18h00 Gudrun Gersmann (DHI Paris)

Bienvenue / Begrüßung

18h15 Geert Lovink (Institute of Network Cultures, Amsterdam)

Politique culturelle des médias sociaux – de la critique aux alternatives / Kulturpolitik der sozialen Medien – von der Kritik zu Alternativen

20h00 Réception à l’IHA / Empfang im DHI Paris

Mardi, 28 juin 2011

9h00-9h30

Mareike König (DHI Paris), Pierre Mounier (Cléo, Paris)

Ouverture du colloque et Introduction / Eröffnung und Einleitung

9h30-11h00

I. Nouveaux moyens de publication et de communication: Facebook, Twitter, Flickr etc. dans les sciences humaines et sociales / Neue Publikations- und Kommunikationsmittel: Facebook, Twitter, Flickr etc. in den Geisteswissenschaften

Présidence / Moderation: Torsten Reimer (JISC, London)

Michael Nentwich (Institut für Technikfolgen-Abschätzung, Österreichische Akademie der Wissenschaften, Wien), René König (ITAS, Karlsruher Institut für Technologie)

Social Network Sites – une tendance pour les sciences? Social Network Sites – Ein Trend für die Wissenschaft?

Patrick Peccatte (Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine EHESS, Paris)

Utiliser Flickr dans un contexte d’archives iconographiques: le projet PhotosNormandie / Flickr als Bildarchive nutzen: das Projekt PhotosNormandie

Patrick Danowski (Institute of Science and Technology Austria, Klosterneuburg)

Ce que les bibliothèques peuvent apprendre de LibraryThing / Was Bibliotheken von LibraryThing lernen können

11h00-11h30 Pause café

11h30-13h00

II. Publications scientifiques et le Web 2.0: Partager le savoir, commenter les textes / Wissenschaftspulikation und das Web 2.0: Wissen teilen, Texte kommentieren

Présidence / Moderation: Mareike König (DHI Paris)

Lilian Landes (Bayerische Staatsbibliothek, München)

Recensions dans le Web 2.0: l’avenir des comptes rendus de livres scientifiques? / Rezensieren im Web 2.0: Die Zukunft der wissenschaftlichen Buchbesprechung?

Gloria Orrigi (CNRS, Institut Nicod, Paris)

Liquid Publications: les publications scientifiques à la rencontre du Web / Liquid Publications: wissenschaftliches Publizieren im Web

Klaus Graf (RWTH Aachen)

Le potentiel scientifique des blogs scientifiques / Das wissenschaftliche Potential von Wissenschaftsblogs

13h00-14h00 Déjeuner sur place

14h00-15h30

III. Les médias sociaux à l’université: formation, enseignement et réseaux d’étudiants / Soziale Medien an der Universität: Ausbildung, Lehre und studentische Netze

Présidence / Moderation: Pierre Mounier (Cléo, Paris)

Marko Demantowsky (Universität Bochum)

Histoire digitale – E-Learning – didactique de l’histoire digitale? Avantages et désavantages de l’Internet pour l’étude historique / Digitale Geschichtswissenschaft – E-Learning – Digitale Geschichtsdidaktik? Vom Nutzen und Nachteil des Internets für das geschichtsbezogene Lernen

Sophie Mahéo (Université Paris Descartes)

Le réseau social universitaire Carnets2Descartes: publication, dynamique communautaire et engagement étudiant / Das universitäre soziale Netz Carnets2Descartes: Veröffentlichung, Gruppendynamik und studentisches Engagement

Antoine Blanchard (C@fé des sciences / Deuxième labo, Paris)

Braconner en SHS: quand les digital natives bousculent les frontières institutionnelles sur le Web / Wildern in den Geisteswissenschaften: wenn die digital natives institutionelle Grenzen im Netz ins Wanken bringen

15h30-16h00 Pause café

16h00-17h30

IV. Quels sont les effets des médias sociaux sur notre culture scientifique actuelle? / Welche Auswirkungen haben die soziale Medien auf unsere aktuelle Wissenschaftskultur?

Présidence / Moderation: Antoine Blanchard (C@fé des sciences / Deuxième labo, Paris)

André Gunthert (EHESS, Paris)

Les médias sociaux dans la pratique de la recherche. Retours sur les usages, constats et enjeux / Soziale Medien in der Recherchepraxis: Erfahrungen, Befunde und Herausforderungen

Milad Doueihi (Université Laval, Québec)

Humanités ou humanisme numérique? / Geisteswissenschaften oder digitaler Humanismus?

Peter Haber (Universität Basel)

Entre méthodologie et pratique: L’écriture de l’Histoire au XXIe siècle / Zwischen Methodologie und Praxis: Geschichte schreiben im 21. Jahrhundert

17h30-18h00

V. Discussion générale / Abschlussdiskussion

Présidence / Moderation: Geert Lovink (Institute of Network Cultures, Amsterdam)

Inscription demandée / Anmeldung erforderlich

Dunja Houelleu: dhouelleu@dhi-paris.fr

Lieu / Ort

DHIP / IHA

8, rue du Parc-Royal

75003 Paris

Métro: Saint-Paul, Chemin Vert

Organisé par / organisiert von

Gudrun Gersmann, Mareike König, Pierre Mounier

Les semaines du 2 et du 9 mai sur Calenda

Chaque jour, l’équipe de Calenda examine et valide les annonces d’événements scientifiques en lettres, sciences humaines et sociales qui lui ont été suggérées par le biais d’un formulaire en ligne. Parmi les annonces validées cette semaine, nous avons choisi de mettre « à la une »  :