Archives pour la catégorie Canada

pageheadertitleimage_en_us

Scholarly and Research Communication

pageheadertitleimage_en_us

La revue Journal of Scholarly and Research Communication est une nouvelle revue en libre accès traitant des problématiques de production, dissémination et d’usage des savoirs.

SRC is a peer-reviewed, interdisciplinary, Open Access, online journal that publishes original contributions to the understanding of production, dissemination, and usage of knowledge. It emphasizes the dynamics of representation and changing organizational elements, including technologically mediated workflows, ownership, and legal structures. Contributions are welcomed in all media and span formal research and analysis; technical reports and demonstration; commentary, and review.

The inaugural issue of SRC will publish the selected proceedings from the PKP Scholarly Publishing Conference. We would like to invite you to submit a paper based on your presentation for review and possible inclusion.  The submission deadline is September 1, 2009, and papers should be submitted via the Online Submission process for the journal. Please review the author guidelines at: <http://www.src-online.ca/index.php/src/about/submissions#authorGuidelines>.

SRC will be publishing articles on a continuous basis (i.e., as they come in) until each issue is formally closed. So the earlier you submit a paper, the sooner it will appear, following peer review. If you have any questions about the selected proceedings or the SRC, please contact Kevin Stranack or Brian Owen.

Le site de la revue est accessible à cette adresse : http://www.src-online.ca/

Marin Dacos est membre du “International Editorial Board” de cette revue.

International Digital Publishing Forum

Le Cléo rejoint l’IDPF (International Digital Publishing Forum)

International Digital Publishing Forum

International Digital Publishing Forum

Grâce au soutien du TGE Adonis, le Centre pour l’édition électronique ouverte vient d’adhérer à l’IDPF (International Digital Publishing Forum).

L’IDPF est une organisation basée à Toronto, qui a pour vocation de développer et promouvoir l’édition électronique, en particulier en définissant un format dédié aux livres électroniques. À cette fin, l’IDPF a entrepris une réflexion sur les formats et standards adaptés pour une lecture à la fois sur écran et liseuses, recomposable (reflowable), et dont l’aboutissement est le format Epub, basé sur l’OEPBS (Open eBook Publication Structure). Il s’agit d’un format ouvert et sans royalties, qui a été longuement présenté dans l’édition électronique ouverte. L’IDPF propose également des statistiques sur le marché du ebook aux États-Unis, des forums de discussion ouverts et privés, des enquêtes statistiques sur les usages liés à ces technologies, l’organisation de conférences.

L’IDPF accueille éditeurs, producteurs de logiciels ou de hardware, fournisseurs de contenu électronique, bibliothèques, éducation, et groupes de recherches sur l’accessibilité. La plupart des membres sont à l’heure actuelle américains (liste des membres), le Cléo assurera une représentation française au sein de l’organisation, notamment aux côtés de Feedbooks.

Ce qui justifie l’implication du Cléo dans cette instance est le rôle décisif qu’elle va jouer dans la définition du format Epub. Pour nous, ce format  a des chances de devenir le standard des livres électroniques. Aujourd’hui, l’influence d’Adobe et de Hachette sont fortes au sein de l’IDPF et les préoccupations des éditeurs plus modestes ainsi que des milieux de la recherche et de l’enseignement supérieur sont sous-représentées. Nous encouragerons la prise en compte des préoccupations purement éditoriales, loin des enjeux des industries du logiciel et du livre. Nous espérons également favoriser la mise en place de ponts avec le W3C afin que toutes les propriétés adaptées à l’édition de livres et de documents scientifiques soient prises en charge dans les formats Epub et CSS.

Compte rendu de « The state of metadata in open access journals : possibilities and restrictions »

Helena Francke. Lund University. University college of Boras.

Helena Francke a étudié des revues en libre accès à travers :

  • la page d’accueil
  • la table des matières
  • la page article

Helena Francke a étudié le premier numéro publié et le dernier numéro en date, constatant des différences de traitement entre les débuts d’un site et les numéros récents. Cela me surprend plutôt, car cela laisse entendre que les évolutions des sites ne sont pas rétroactives… comme si nous étions encore à l’époque du web statique!

Le corpus de l’étude quantitative est composé d’environ 265 revues, listées dans DOAJ ou Open J-Gate database. Elles sont « peer reviewed » (revues à comités de lecture). Elles sont principalement en anglais, mais pas seulement (danois, français, allemand, norvégien et suédois étant des langues également utilisées dans le corpus). L’étude s’appuie aussi sur un plus petit corpus, de quatre revues, pour une étude qualitative. 70% des titres sont publiés par des départements d’universités, 10% par des presses universitaires et 7% par des associations. La définition du corpus est importante, de ce point de vue, car l’étude a privilégié les revues publiées par des spécialistes de champs disciplinaires plutôt que par des éditeurs professionnels (« much of the publishing work is made by editors who are subject specialists rather than professional publishers »).

Formats

75% des revues publient leurs articles en PDF. Entre 35 et 50% publient en HTML ou XHTML. Environ 20% des revues publient leurs articles dans plus d’un format.

Qualité et richesse

On note des variations notables de la qualité des saisies, notamment à cause de l’utilisation de synonymes, mais aussi de fautes de frappe.

Les métadonnées encapsulées dans les sites décrivent souvent la revue, bien plus rarement les numéros et les articles. Les informations concernant la revue sont placées en page d’accueil (115 cas), dans la table of contents (63 fois), dans l’article (10 fois). Sur un corpus de 265 revues, c’est un résultat bien médiocre… C’est pire pour les descriptions des numéros et des articles, qui sont très rarement présentes, à quelque endroit que ce soit.

Flux RSS

L’étude n’identifie que 25 revues proposant des flux RSS. L’explication semble simple : « 7 of these 25 journals make use of a journal management system ». Cela signifie qu’un nombre extrêmement faible de revues en ligne utilise aujourd’hui, dans le monde, des systèmes de gestion de contenus (CMS) comme OJS, Plone ou Lodel (ces trois logiciels étant cités par l’intervenante). A Revues.org, 100% des revues utilisent un système de gestion de contenus. Chaque revue propose (donc) deux flux RSS, le premier sur les numéros, le deuxième sur les articles. L’usage des CMS n’étant pas l’objet de l’étude, je n’ai pas plus de précision à apporter. Et j’ai négligé de poser la question à l’issue de l’intervention… Il faut que j’y pense aujourd’hui…

Problèmes de normalisation

On note non seulement de prodigieuses lacunes dans l’alimentation des métadonnées, mais aussi des problèmes d’interprétation des normes (DC.Relation est interprété de trois façons différentes dans l’étude qualitative sur 4 revues…). Pour que les données soient lisibles par des machines, c’est-à-dire par les banques de données scientifiques et par les moteurs de recherches scientifiques, il faut que les données soient présentes, normalisées, corrigées. C’est, pour l’instant, loin d’être le cas…

La nécessaire professionnalisation

La conclusion de l’étude appelle à une professionnelisation et à une coopération entre les équipes éditoriales des revues et les professionnels de l’information et des bibliothèques. Elle appelle ces derniers à créer des basic guidelines pour l’amélioration générale de la qualité de l’information structurée dans les sites des revues en ligne:

« This is where journals editors and librarians/information specialists can work together to add value and support service that increase the findability of open access journals published by small publishers. To create basic guidelines for the inclusion of marked up metadata is one way to begin such collaboration, but as with all things that require some form of performance, there also needs to be a reward, a reason for putting in the work ».

Marin Dacos

Compte rendu de la conférence « Keywords and metadata extraction from pre-prints »

Conférence de Heather A Piwowar et Wendy W Chapman

University of Koln – Germany

Le renseignement des métadonnées par des humains coûte cher. Est-il possible de faire en sorte que des systèmes automatiques génèrent les métadonnées à la place des auteurs?

Ils formulent une hypothèse intitulée « The half of loaf hypothes ». Il faut une approche hybride:

  • extraire autant de métadonnées que possible

  • demander à l’utilisateur de vérifier, nettoyer et compléter ce qui doit l’être

Etude des corpus d’archives ouvertes : les PDF peutvent être cryptés, corrompus, mal encodés. Les images peuvent ne pas être incluses. Environ 3 à 6% des documents sont concernés par ces problèmes de qualité.

Ils constatent que la pratique de la structuration sémantique des données souffre de nombreuses exceptions sur le terrain. En particulier, les formats Postscript et PDF positionnent des mots dans la page, pas des éléments sémantiques. D’autre part, l’utilisation d’éditeurs WYSIWYG en HTML produit des résultats très faiblement structurés. Et qui comportent des structurations variables pour le même type d’information. Elles citent en particulier les intertitres, qui sont parfois décrits avec des classes, des polices, et pas toujours avec des instructions de type H1…

La méthode employée est l’extraction de données de fichiers considérés comme de simples flux de caractères, non structurés, donc.

Les informations extraites sont les suivantes:

  1. Titre

  2. Auteurs

  3. Affiliations

  4. Courrils

  5. URL

  6. Résumés

  7. Structuration des intertitres (table des matières)

  8. Citations

  9. Références

  10. Figures, tableaux, …

  11. Acknowledgments

La vogue actuelle d’enthousiasme concernant les pratiques bibliométriques impose de mesurer les citations correctements. Harnad et Carr ont décrit des méthodes permettant d’exploiter des outils tels que OJS et Cogprints, à partir du moment où ils produisent des citations correctement structurées.

Ils identifient de nombreuses erreurs, notamment typographiques et orthographiques dans la saisie. C’est particulièrement vrai pour les citations d’autres auteurs, surtout s’ils viennent d’autres cultures. Par exemple, des inversions de nom et de prénom sont fréquentes.

Les erreurs ont tendance à se propager. Elles confortent une tendance vers des erreurs similaires.

Le système proposé s’appuie sur une importante banque de données, contenant les informations déjà publiées dans le passé, de façon à mieux interpréter l’information, en réalité à prédire des résultats plus pertinents. Par exemple, pour associer un titre, un auteur, un email, une affiliation ensemble, il faut savoir que l’ordre de saisie dans le texte est aléatoire. On doit s’appuyer sur des probabilités.

Corrriger des métadonnées extraites est plus rapide que de saisir ou de copier-coller ces métadonnées. Les métadonnées obtenues comportent moins d’erreurs quand l’utilisateur est invité à corriger des données déjà extraites. La satisfaction de l’utilisateur est meilleure.

Ils ont composé deux groupes de testeurs. Le premier utilisait le système hybride. L’autre le système manuel. Puis ils ont échangé les rôles. Le système hybride est toujours le plus rapide. Il produit des résultats de meilleure qualité. Les utilisateurs indiquent qu’ils préfèrent le modèle hybride.

Le modèle hybride proposé est qualifié par les auteurs « semi automatic meta data entry ».

Marin Dacos

Compte rendu de la conférence “The quality of open scholarship: what follows from open?” de John Willinsky

Je viens d’assister à la conférence introductive du charismatique John Willinsky. En voici un résumé, l’humour et la présence en moins…

The quality of open scholarship: what follows from open?

Conférence de John Willinsky

Stanford University

John WIllinsky, fondateur du Public Knowledge project (PKP) à Vancouver, est désormais Professeur à Stanford. L’Université de Stanford vient de décider de demander à ses enseignants de déposer leurs publications dans une archive ouverte. L’assemblée applaudi chaleureusement cette annonce. Avec malice, JW précise que cela double le nombre d’institutions américaines ayant pris cette décision officiellement… La conférence est nourrie par de nombreuses allusions à Steven Harnad, qui ne peut malheureusement pas être des nôtres pour des raisons de santé familiales.

L’open access a fait beaucoup de progrès. Mais il ne faut pas croire qu’il n’y a qu’un modèle économique pour la publication scientifique. C’est, au contraire, une très grande diversité de solutions et de modèle qui devrait se développer. Nous devons continuer à inventer, à imaginer des solutions, aussi variées que nécessaire.

Il est significatif que l’essentiel de l’assistance à la conférence (150 personnes) provienne du Nord (Amérique du Nord et Europe). Les frais liés au déplacement à Toronto sont décourageants pour les pays en développement. Cependant, de plus en plus de revues en libre accès se développent dans les pays en développement, en Afrique notamment. C’est un événement d’une grande importance.  Cette croissance spectaculaire doit nous conforter dans l’idée que le libre accès à la littérature scientifique progresse et apporte des opportunités de publication à des pays qui étaient marginalisés dans le système précédent.

Le nouvel horizon de l’open access, au-delà des articles, ce sont les données : open data. La carte du génome humain constitue un exemple particulièrement connu. Il faut qu’on puisse partager, citer, créditer les données des chercheurs, comme on le fait pour les articles. Avoir des données citées, c’est important. Et avoir des informations statistiques sur les téléchargements l’est également. Normaliser, documenter et publier les données est un important travail. Il faut que les auteurs puissent avoir une connaissance des usages de leurs données en ligne.

Les monographies sont une espèce en danger. Les bibliothèques ont dépensé de plus en plus d’argent pour les revues. Mais pour les monographies, la courbe est restée très stable, très basse. Or, intellectuellement, on ne peut pas toujours résumer sa pensée en 20 pages. La monographie représente un investissement intellectuel de l’auteur spécifique, d’une grande importance.

Il est possible d’unir la forme la plus académique et la plus traditionnelle, la monographie, et la forme la plus moderne, la communauté à la mode du web 2.0. Autour des monographies, on peut construire des communautés à la mode 2.0.

De nombreuses questions ont été posées et de nombreux commentaires ont été formulés.  L’un d’entre eux portait sur la difficulté d’évaluer le facteur d’impact en s’appuyant sur des noms de personnes qui ne sont pas rares. Le nombre de faux-amis devenant, alors très élevé, et perturbant l’ensemble du dispositif d’évaluation. Un autre commentaire était plus marquant : il ne faut pas se contenter de la mesure des facteurs d’impact, c’est-à-dire du taux de citation entre pairs. Dans le domaine des sciences médicales et biologiques, il faut aussi se demander combien de vies ont pu être sauvées grâce à la diffusion la plus large des dernières avancées de la recherche, grâce au libre accès.

Un autre compte-rendu, en anglais : http://www.utsc.utoronto.ca/~elpub2008/2008/06/willinskys-back-to-future-vision.html

Marin Dacos

header

“Live blogging” à Elpub conference, Toronto

Dans la mesure du possible, si mon niveau d’anglais et la disponibilité aléatoire de l’accès à internet le permettent, je vais tenter une expérience de “live blogging” autour de la conférence Elpub à Toronto à laquelle j’assiste depuis hier. Il s’agit d’un colloque international annuel sur l’édition électronique. Cette année, le thème est “Open scholarship”. En savoir plus sur le site www.elpub.net

J’ai assisté à deux ateliers le premier jour. Le premier sur Open journal systems, par Kevin Stranack, convivial, clair et instructif.  Puis j’ai assisté à l’atelier “Opening scholarship : strategies for integrating open access and open education”, par Mark Surman, Melissa Hagemann, Eve Gray et Heather Joseph. Je n’en ferai pas de compte rendu.

Suivent des comptes rendus de quelques interventions auxquelles j’ai pu assister et que j’ai le temps de chroniquer en direct, c’est-à-dire une petite partie seulement de l’événement global.

Marin Dacos

(c) Jean-Marc Dumont - Surletoit.com

Revues.org sera présent à Toronto à la conférence “Open Scholarship: Authority, Community and Sustainability in the Age of Web 2.0″

(c) Jean-Marc Dumont - Surletoit.com

Revues.org participera à la douzième conférence internationale sur l’édition électronique, qui se tient à Toronto du 25 au 27 juin 2008.

Open Scholarship: Authority, Community and Sustainability in the Age of Web 2.0

ElPub 2008, Toronto, Canada, June 25-27, 2008

The International Conference on Electronic Publishing is entering its twelfth year and ELPUB 2008 marks the first time the conference will be held in North America. The Knowledge Media Design Institute at the University of Toronto is pleased to serve as the host for this important event. We look forward to welcoming you to the cosmopolitan city of Toronto and to your participation in a lively debate about the future of scholarly communication in the ever-changing world of networking technologies.

As with previous ELPUB meetings, we look forward to a diverse contribution of original papers, workshops and tutorials, poster presentations as well as demonstrations. Highly distinguished and internationally renowned individuals will provide the opening and closing keynote addresses.

In addition to the regular programs, a variety of social programs are being planned, such as a day trip to Niagara Falls and the neighbouring wine region, walking tours of Toronto ethnic neighbourhoods, museums and galleries tours.

En savoir plus

Lire la suite

Panorama Montréal

Première formation Lodel au Canada

Panorama Montréal

Une formation Lodel aura lieu à Montréal le 17 et le 18 avril 2008.

La formation Lodel utilisateurs est gratuite. Elle se déroule sur deux jours. Les objectifs de cette formation sont les suivants :

- initiation aux enjeux et principes de l’édition électronique

- initiation à l’utilisation du logiciel Lodel

- apprentissage du stylage des documents dans les logiciels de traitement de texte en vue de leur importation dans Lodel

- apprentissage des critères de qualité de l’édition électronique scientifique

Le nombre de places est limité. L’accès à la formation est soumis à inscription, avec priorité donnée aux revues de Revues.org.

Cette formation sera assurée par Marin Dacos, directeur du Centre pour l’édition électronique ouverte (CLEO).

Pour en savoir plus : http://www.revues.org/index514.html

Lire la suite