Archives pour la catégorie TOC

L’impression numérique (Tools of change for publishing)

Pour la deuxième année consécutive, me voici à New York, pour assister à Tools of change for publishing (TOC), la grand-messe sur l’édition et sur l’édition électronique. Je tente de bloguer en direct les conférences les plus marquantes.

Sur l’impression numérique, il y avait hier un atelier à TOC 2010. Hubert Guillaud l’a bien mieux résumé que ce que j’aurais pu faire.

Lors d’un des premiers ateliers de l’après-midi, Brian O’Leary de Magellan Media et Ashley Gordon de Mockingbird Publishing ont proposé une défense très orientée business de l’impression numérique et de ses possibilités. Les spécialistes n’apprendront pas grand chose de cette présentation, mais la synthèse était riche d’exemples d’utilisation possible de l’impression numérique pour les éditeurs. Il faut reconnaître que ceux-ci y ont encore trop peu recours. Cela explique certainement la clarté très argumentée de cet atelier.

L’univers de l’impression numérique ne se limite pas à l’impression à la demande (le bien connu POD, pour Print on demand), rappelle Ashley Gordon. Elle ne se limite pas non plus au livre, mais à l’ensemble des contenus, glisse-t-elle subtilement. L’impression numérique recouvre plusieurs réalités comme l’impression à la demande, l’impression à court terme, l’impression unique…

Lire la suite…

Le droit n’est pas un modèle économique (Tools of change for publishing) – William Patry

Moral panics and the copyright wars

Moral panics and the copyright wars

William Patry est un juriste prolifique, qui travaille désormais pour Google, mais ne parle pas en son nom aujourd’hui… Il vient parler du droit selon une ligne iconoclaste pour un juriste…

D’après lui, en général, les juristes pensent que la loi est une solution pour tous les types de problème. Les acteurs économiques ont aussi cette tendance très prononcée : chercher dans la loi des solutions à tous leurs problèmes. C’est ainsi que le piratage est dénoncé comme la source de tous les maux des industries culturelles…

Iconoclaste, mais très américain, il croit aux vertus de la compétition. Et ne considère pas qu’on puisse gagner une médaille d’or aux Jeux Olympiques par la seule force de la loi. Pour lui, il n’est pas possible de menacer de prison des jeunes de 20 ou de 25 ans, en espérant que cela aura pour conséquence un succès en librairie ou au box-office

Il s’appuie sur la notion de “regulatory capitalism”, un capitalisme non libéral, dans lequel on s’appuie sur la loi pour s’imposer, au lieu de jouer le jeu de la concurrence. Lorsque les lobbys de Walt Disney, par exemple, demandent à renforcer la force du copyright, cela revient à exercer une contrainte sur les citoyens, c’est-à-dire à chercher de les empêcher… ce qui revient à les obliger. Mais il n’est pas possible de forcer les gens à acheter un livre ou un album.

William Patry insiste sur le fait que des contraintes juridiques plus fortes ne vont pas contribuer à développer l’édition de livres. Et de révéler sa conviction : le copyright ne crée pas de valeur économique. Le copyright n’a pas de vertu magique. Ce qui donne de la valeur marchande aux biens culturels, c’est la volonté des gens de les acheter.

Il y a trop d’entreprises qui appuient leur modèle économique sur la force de la loi. S’appuyer sur la loi pour construire un projet, c’est compenser les faiblesses de son projet en s’appuyant sur une force artificielle. Il faut, au contraire, s’appuyer sur de l’innovation.

William Patry conclut en s’appuyant sur un exemple de création de valeur qu’il considère comme réellement innovant. Ce sont les Dynamic books de Mac Millan, que le Cléoradar signalait hier : des livres scolaires qui vont pouvoir être composés à façon, pour s’adapter au contexte pédagogique particulier.  Ils ont décidé de les vendre moins cher que les livres classiques. C’est du livre sur-mesure. Or, en ajoutant de la valeur par la personnalisation, ils rendent la revente du livre plus difficile… Il y a donc, pense William Patry, une double création de valeur. Plus c’est personnalisé, moins c’est adapté à d’autres usages.

Sur William Patry

Bio : http://en.wikipedia.org/wiki/William_F._Patry

Blog : Moral panics and the copyright wars