Archives pour la catégorie USA

Blio ereader

Blio : un logiciel de lecture de livres électroniques (Tools of change for publishing)

Blio ereader
Pour beaucoup d’orateurs, TOC 2010 a été l’occasion de promouvoir son projet, son produit, sa plateforme. C’est dissimulé plus ou moins délicatement derrière des considérations plus générales, mais c’est bien de cela qu’il s’agit. La présentation de Blio avait, de ce point de vue, le mérite de la clarté : il s’agissait d’une page de publicité, ni plus, ni moins.

Dans la profusion d’initiatives qui touche aujourd’hui l’édition électronique, on voit émerger des propositions de logiciels de lecture de livres. On connaissait déjà, chacun dans son registre, Stanza, Aldiko, Adobe Digital Edition, FBReader, Acrobat Reader… Il faut désormais ajouter à cela Blio. Blio est un logiciel gratuit (ne pas confondre, il ne s’agit pas d’un logiciel libre), qui tourne sur Microsoft WindowsTM Il a, cependant, vocation à fonctionner dans un grand nombre d’environnements fixes et mobiles :

  • Windows
  • Mac
  • Linux
  • Android
  • Symbian
  • Windows Mobile
  • iPhone

La présentation insiste sur la faiblesse de l’affichage sur les technologies d’encre électronique, statiques, lentes et monochromes.

Le projet se concentre plutôt sur une approche multimédia, en s’appuyant sur le format XPS (XML Paper Specification) de MicrosoftTM. Ce format a été lancé, il y a quelques années, pour contrer le PDF. Le Blio Reader pourra, cependant, lire également du PDF et de l’Epub.

De toute évidence, le modèle économique promu par le Blio Reader est celui du Bookstore, sur le modèle qui a tant réussi à Apple. La société K-NFB ouvrira une librairie qui distillera ses livres à destination du Blio Reader. Elle annonce diffuser, prochainement, des ouvrages venus de gros poissons : Elsevier, Hachette, HarperCollins, Random House, Penguin, Simon & Schuster, Wiley. Tout cela, normalement, devrait être truffé de DRM. Il est fort probable que ce bookstore aura le monopole d’alimenter du Blio Reader. Nous n’avons jamais eu autant besoin de la technologie BookServer (OPDS)…

La fonctionnalité la plus intéressante du Blio Reader est celle qui permet le TTS (Text to speech) automatique, car elle est très pédagogique, notamment pour apprendre une langue étrangère. Cette possibilité cohabite avec une fonctionnalité audiobook plus élaborée, quand le texte est lu par un être humain… Bien entendu, cette dernière fonctionnalité, très intéressante pour les enfants notamment, ne passera que par le format XPS, ce qui ne donne pas vraiment envie… mais pourrait pousser les promoteurs de l’Epub à se réveiller un peu. On se demande, en effet, si l’IDPF dort ou bien si elle a décidé de maintenir l’Epub à un niveau low tech pour rester en phase avec le Sony Reader…

Il est également possible d’ajouter des annotations aux livres. L’histoire ne nous dit pas si on pourra le faire sur les trois formats (Epub, PDF et XPS) ou seulement sur l’XPS. L’histoire ne dit pas, non plus, si ces notes seront emprisonnées dans le logiciel, propulsées dans les nuages ou accessibles dans un format ouvert…

Ce lecteur de livre concentre son attention sur les livres de cuisine, les livres pour enfants, les encyclopédies illustrées.

hubert-guillaud-0001.1265997430

L’impression numérique (Tools of change for publishing)

Pour la deuxième année consécutive, me voici à New York, pour assister à Tools of change for publishing (TOC), la grand-messe sur l’édition et sur l’édition électronique. Je tente de bloguer en direct les conférences les plus marquantes.

Sur l’impression numérique, il y avait hier un atelier à TOC 2010. Hubert Guillaud l’a bien mieux résumé que ce que j’aurais pu faire.

Lors d’un des premiers ateliers de l’après-midi, Brian O’Leary de Magellan Media et Ashley Gordon de Mockingbird Publishing ont proposé une défense très orientée business de l’impression numérique et de ses possibilités. Les spécialistes n’apprendront pas grand chose de cette présentation, mais la synthèse était riche d’exemples d’utilisation possible de l’impression numérique pour les éditeurs. Il faut reconnaître que ceux-ci y ont encore trop peu recours. Cela explique certainement la clarté très argumentée de cet atelier.

L’univers de l’impression numérique ne se limite pas à l’impression à la demande (le bien connu POD, pour Print on demand), rappelle Ashley Gordon. Elle ne se limite pas non plus au livre, mais à l’ensemble des contenus, glisse-t-elle subtilement. L’impression numérique recouvre plusieurs réalités comme l’impression à la demande, l’impression à court terme, l’impression unique…

Lire la suite…

Schéma OPDS

Bookserver, diffusion et commercialisation distribuée de livres sur Internet (OPDS pour les intimes) – TOC 2010

Schéma de Bookserver - Auteur inconnu et licence inconnue

Schéma de Bookserver - Auteur inconnu et licence inconnue

Pour la deuxième année consécutive, me voici à New York, pour assister à Tools of change for publishing (TOC), la grand-messe sur l’édition et sur l’édition électronique. Je tente de bloguer en direct les conférences les plus marquantes.

Je l’ai déjà écrit dans ces colonnes, les protocoles et les formats d’échanges de données doivent être ouverts. Dans le domaine de l’édition électronique, l’enjeu est évident. La norme OPDS, pour  Open Publication Distribution System, est une des planches de salut en direction d’une ouverture du monde des livres en ligne, dans une perspective distribuée, par opposition à une perspective qui serait hyper-concentrée autour de trois ou quatre acteurs, qui serait Amazon, Apple et Google.

Le format OPDS est un format de syndication pour la publication électronique s’appuyant sur ATOM (RFC4287) et le protocole HTTP (RFC2616). Il permet l’agrégation, la distribution, la détection et l’acquisition de publications électroniques. OPDS utilise des standards ouverts existants ou émergeants, en mettant l’accent sur la simplicité.

Dans un atelier très clair, mais trop court pour entrer dans les détails, Hadrien Gardeur (Feedbooks), Keith Fahlgren (Threepress Consulting Inc.) et Liza Daly (Threepress Consulting Inc.) ont montré le potentiel de ce format.

Il s’agit de permettre la diffusion de catalogues de contenus (livres et publications en général), indépendamment de la plateforme de diffusion et du lecteur utilisé (sofware et hardware). C’est l’équipe de développement de Stanza est à l’origine de la création d’OPDS. Depuis son acquisition par Amazon, si j’ai bien compris, il n’y a pas de position officielle d’Amazon au sujet d’OPDS.

J’ai tenté de résumer l’architecture par un schéma naïf (ci-dessous).

Schéma OPDS

On distingue :

  • le lecteur, qui s’adresse à un client (au sens de logiciel),
  • le client, qui peut être une application iPhone (Stanza), Androïd (Aldiko), un cyberlibraire (Immateriel),
  • des catalogues, qui sont compatibles avec OPDS.

Le lecteur interroge l’interface proposée par le client. Sur Aldiko, la présentation est construite pour donner l’impression qu’on consulte une bibliothèque. Le client est capable de mettre en valeur chaque catalogue séparément, ou bien de mettre en place sa propre approche de valorisation, s’appuyant sur les métadonnées de l’ouvrage délivrées par le catalogue, ou bien en ajoutant une couche d’information qui lui soit propre.

Le catalogue offre au client deux types d’informations :

  • des métadonnées classiques, décrivant la ressource;
  • un ou des liens dits d’acquisition : lien vers emprunt, location ou achat. L’acquisition peut être gratuite ou payante.
Ecran d'Aldiko

Ecran d'Aldiko

OPDS s’appuie sur ATOM, standard très répandu. Le protocole s’appuie aussi sur le standard OpenSearch. Il a, par ailleurs, l’ambition d’être un standard plus simple qu’Onyx.

Les spécifications ne sont pas encore définitives. On nous les promet pour bientôt…

L’OPDS a pour objectif d’être, pour les livres, ce que l’OAI-PMH a été pour les articles scientifiques. Un outil de distribution relativement aisé à mettre en place, délivrant des métadonnées structurées à destination des opérateurs souhaitant moissonner et valoriser les contenus des dépôts d’articles. Ici, la différence est que le livre a fortement inspiré ce protocole (qui n’est en fait pas vraiment un protocole), ce qui a plusieurs incidences :

  • l’objet physique a une importance, et les outils de consultation de catalogue affichent volontiers une couverture (au besoin, une couverture fictive), qui est prévue dans les champs de base du format ;
  • l’unité documentaire de base est la publication (en général, le livre), c’est-à-dire que nous nous situons plus haut dans la hiérarchie documentaire. L’unité documentaire de l’OAI-PMH, les articles, est plus profonde, ce qui a eu pour effet de diluer l’importance du numéro, parfois même de la revue elle-même. Il y a bien des “sets”, mais ceux-ci peuvent décrire beaucoup de choses différentes, et la structure n’est pas très directive… Au final, dans l’OPDS, il est possible de décrire en profondeur une structure éditoriale, et à chaque niveau, de proposer le texte correspondant au téléchargement. C’est conçu pour des livres, mais ça peut marcher pour des revues : il suffit de proposer au téléchargement le numéro (au niveau n) et les articles (au niveau n-1 ou n-2 ou même n-3).
  • le format de diffusion du texte intégral n’est pas contraint, mais les concepteurs d’OPDS promeuvent le format Epub. Il est tout-à-fait possible de proposer de la TEI, du PDF ou du MP3…
  • la diffusion en libre accès n’est qu’une des modalités de diffusion : la diffusion commerciale est également possible, avec inclusion d’un prix et d’un protocole de transaction. C’est sur ce point que la présentation a été la plus rapide et la moins précise. Il semble cependant que la transaction soit en fait assurée par le détenteur du catalogue, typiquement l’éditeur. L’authentification https semble prévue, mais les détails ont manqué lors de cette courte présentation. Des authentifications par plages d’IP seront-elles possibles ? Pourra-t-on gérer des accès à des lots ou des bouquets de contenus, en complément d’accès à l’unité ?

On devine qu’il sera possible de créer une architecture plus complexe que cela, dans laquelle des catalogues OPDS seraient alimentés par d’autres catalogues OPDS…

Par ailleurs, OPDS ne demande qu’à se développer et à s’étendre (Cf. Extending OPDS).

Il faudra approfondir tout cela. Les organisateurs de TOC ont considéré que le sujet était assez important pour lui consacrer une conférence plénière, en plus de l’atelier d’aujourd’hui : A Future for Books: BookServer. C’est Brewster Kahle, d’Internet Archive, qui officiera. Quand on vous dit que c’est important ! Et on se doute que certains acteurs vont contourner OPDS pour imposer leur mode opératoire et construire des citadelles bien gardées. Il ne tient qu’à la profession de s’organiser pour rendre cela impossible.

Mieux comprendre

Un diaporama qui reprend une grande partie de ce qui a été dit aujourd’hui : http://www.slideshare.net/bisg/bisg-webcast-bookserver

Des explications d’Internet Archive : http://www.archive.org/bookserver

Hubert Guillaud a assisté à la même conférence que moi : Welcome to OPDS (Open publication distribution system) !

Quelques liens techniques

Le site d’OPDS : http://code.google.com/p/openpub/

Spécifications provisoires : http://code.google.com/p/openpub/wiki/CatalogSpecDraft

Propositions d’extensions d’OPDS : Extending OPDS

forge

Zotero 1.5 beta est sorti

En direct de la forge logicielle de nos amis du Center for history and new media (CHNM), vient de nous parvenir l’annonce de la sortie de Zotero 1.5 beta. Attention, cette version ne doit pas être utilisée en dehors d’un contexte de tests.

Voici le texte de l’annonce de l’équipe dirigée par Dan Cohen :

New Features

We are excited to announce the launch of Zotero 1.5 Beta, which introduces a powerful slate of new features, including:

Syncing

  • Automatic synchronization of collections among multiple computers. For example, sync your PC at work with your Mac laptop and your Linux desktop at home.
  • Free automatic backup of your library data on Zotero’s servers.
  • Automatic synchronization of your attachment files to a WebDAV server (e.g. iDisk, Jungle Disk, or university-provided web storage).

Other New Features

Lire la suite

img_8554

L’epub pour de vrai (Tools of change for publishing)

Keith Fahlgren (O’Reilly Media, Inc. )

Des fonctionnalités définies pour l’utilisateur (“reader-defined navigation”)

Epub offre de nouvelles possibilités aux lecteurs. Le lecteur a besoin de tables des matières, de plus de figures, d’index, de possibilités de recherche (même dans le domaine de la fiction). Nous devons rendre nos contenus faciles à réutiliser et à relire.

Les fonctionnalités offertes par le CSS

On sous-estime trop souvent les capacités de mise en forme offertes par le CSS : on choisit les polices, la graisse, la taille, les marges, les bordures, les espacements, les alignements, on peut travailler en block on en ligne (“inline”). On peut modifier la ccouleur : il n’y a pas que Sony Reader et le Kindle, qui sont actuellement en noir et blanc. L’iphone est en couleur et l’encre électronique en couleurs va arriver. On peut ajouter des pages break, utiliser la fonction “float” (utile pour mettre en valeur les tables et les illustrations, notamment), des listes, des tables.

En revanche, dans le domaine de la gestion des polices, les liseuses brident les possibilités. En particulier, on s’expose à des maux de têtes juridiques… Il n’est donc absolument pas garanti que tous les caractères exotiques utilisés par les éditeurs soient visibiles sur les liseuses…

Les enrichissements : do it!

Les liens sont très très très importants… “For goodness sake, do it !”. Créez des liens internes. Créez des liens externes!  Il n’y a aucune raison de refuser que les livres ne ressemblent pas à des sites webs. Chaque chapitre, chaque figure, chaque terme technique, chaque note de bas de page devrait être liée et liable en retour. Sur le Kindle, les notes sont monodirectionnelles… passez votre chemin! Or, faire des notes bidirectionnaires en Epub est possible. Il faut le faire!

Il en est de même pour les médias : insérez des figures, mettez des couleurs (elles seront visibles dans cinq ans). Préférez les dessins vectoriels, au format SVG. Grâce à cette technique, il est possible d’afficher des équations complexes sur un Iphone.

Nous avons besoin de décrire le plus largement possible les contenus de nos livres, sans préjuger de la façon dont le lecteur va s’en servir. Parce que les comportements de lecture sont imprévisibles.

Des limites…

Alors que le Kindle donne l’impression d’un format minimaliste, et ancestral, le choix du CSS par Epub lui fait hériter toute la richesse de dix années d’innovations web.

La première limite est la paresse des développeurs de logiciels, qui implémentent mal les spécifications du format. Par ailleurs, les petits écrans des terminaux mobiles ne peuvent pas tout afficher.

Pour l’instant, epub est limité : pas de flash, pas d’animations, pas de vidéo, pas d’interactivité. En revanche, on peut pointer vers des documents extérieurs. Par exemple, l’Iphone gère très bien les vidéos et on peut pointer vers elles simplement.

Quelques recommandations

Il faut embarquer les polices. Abandonner la notion de page papier, quoi qu’il en coûte aux traditions. Réévaluer ce qui compte vraiment pour les lecteurs.

Le format Epub n’est pas un format d’archivage à long terme. C’est docbook et TEI qui le sont.

Avenir ?

Keith Fahlgren considère que l’Epub devrait avoir l’avenir du MP3. Evident, brillant. Pourtant, le CSS n’as pas été inventé pour produire des textes à lire sur des liseuses, et la gestion des tableaux complexes ou grands pose problème partout, même avec le format Epub.

Les liseuses

Le Kindle ne supporte pas le format epub. Il faut faire pression sur Amazon pour qu’ils changent ce comportement.

Le Sony Reader, de son côté, est beau. Le fait qu’il s’appuie sur Adobe Digital Edition constitue un avantage et un inconvénient. Ce qui paraît invraisemblable, c’est que le Sony Reader ne propose pas de connectivité… Par ailleurs, ses performances sont limitées et il est très restrictif en ce qui concerne la taille des fichiers.

Enfin, l’Iphone est petit. C’est sa force et sa faiblesse. Il est enrichi par de nombreux nouveaux logiciels. Sa dépendance à Apple est un point négatif, qui est compensé par son dynamisme et sa flexibilité.

Les logiciels de lecture

Le logiciel Digital Edition

Ce logiciel est développé par Adobe, ce qui constitue un atout et un inconvénient à la fois. Il est mis à jour régulièrement et supporte les polices embarquées. Il n’est pas totalement conforme aux spécifications…

Bookworm

Le logiciel propose un bel environnement et est très conforme aux spécifications. Il offre un véritable support. Surtout, il est multiplateforme et adapté aux terminaux mobiles. En revanche, il ne fonctionne qu’en ligne, ce qui constitue un handicap.

L’avenir

Ce que nous pouvons attendre du futur :

* des liens entre des fichiers Epub différents (“Inter-epub linking”) : nous avons besoin ;
* des expériences de lecture enrichie ;

* du contenu adapté au web ;

* la signature numérique ;

* les annotations ;

* la possibilité de fonctionnalités de consultation innovantes (“Support for crazy navigation”);

* la possibilité de partager des favoris, localisés précisément dans le document

* la multiplication des liseuses : Plastic Logic, Android, Palm…

Crédits photographiques : “Times Square, vu du Marquis Marriot hotel”, MD, licence CC.

toolsofchange

Enjeux de l’édition électronique (Tools of change for publishing)

Orateurs :

Neuf enjeux majeurs

L’identification des enjeux de l’édition électronique est un exercice relatif, voire subjectif, qui dépend essentiellement de la position de son auteur. A “Tools of change for publishing”, la préoccupation commerciale est évidente. On parle beaucoup de monétarisation, de business model, de la meilleure façon de “faire de l’argent”, si on traduit littéralement l’expression qui revient très souvent sur les lèvre des orateurs et des auditeurs. C’est à travers cette préoccupation économique que les intervenants du tutoriel sur les ebooks identifient 9 enjeux majeurs :

  1. Digital rights management (DRM),
  2. accessibilité,
  3. prix,
  4. piratage,
  5. problèmes économiques,
  6. standardisation,
  7. identifiants,
  8. compétition,
  9. mondialisation (ce qui signifie, pour eux, conquête de marchés hors des USA).

Ces enjeux sont variables selon le type de marché : littérature général, enseignement supérieur, ouvrages de référence, recherche. Vous reconnaîtrez là la typologie déjà exploitée dans un autre billet.

Littérature générale

Pour la littérature générale, les orateurs considèrent…

  • qu’il faut trouver une façon de protéger les livres avec des DRM, sans placer trop de barrières pour le consommateur. Tim O’Reilly et bien d’autres ont dit, par la suite, que ce modèle était voué à l’échec, même et surtout pour ceux qui veulent développer des marchés rentables;
  • qu’il faut parvenir à envoyer les fichiers sur toutes les plateformes ;
  • que l’accessibilité et le respect des standards s’impose pour les éditeurs scolaires ;
  • les éditeurs continuent à définir les prix en fonction du prix des éditions les plus récente… sur papier
  • les éditeurs doivent passer au format Epub,
  • qu’il faut faire un choix concernant les identifiants uniques : un identifiant par format… ou par titre? (mon opinion personnelle est que ce n’est ni l’un, ni l’autre)
  • qu’il faut s’adapter aux contraintes légales de chaque pays
  • que le piratage ne constitue pas une véritable menace sur ce secteur.

Enseignement supérieur

Pour l’enseignement supérieur, les enjeux majeurs semblent être les suivants:

  • comme pour la littérature générale : maintenir des DRM, qui ne soient pas trop restrictif (no comment);
  • trouver un équilibre entre les prix électroniques et les prix des éditions papier;
  • faire face au piratage, qui est dans ce domaine une vraie préoccupation (contrairement à la littérature générale) ;
  • identifier les documents à l’intérieur du livre, et pas seulement à l’échelle de celui-ci (DOI?);
  • proposer des textes OpenSource. Ce qui n’est pas, en soi, bien clair : comment appliquer une licence libre à un texte auquel on applique des DRM? ;
  • proposer des prix adaptés aux marchés nationaux (ils parlent de marchés “locaux”) ;
  • proposer des versions adaptées aux particularités nationales (ils parlent de spécificités “locales).

Reference

Pour les ouvrages de référence, les intervenants semblent d’accord pour dire que:

  • les DRM ne s’imposent pas;
  • l’accessibilité et le respect des standards, en revanche, s’imposent;
  • le piratage n’est pas un gros problème;
  • les budgets en baisse des bibliothèques sont, en revanche, des problèmes;
  • le fait de faire payer les bibliothèques s’oppose à un modèle de libre accès (bizarrement appelé “open web”);
  • comme pour l’enseignement supérieur, la création de versions adaptées aux particularités nationales s’impose.

Recherche scientifique

  • les DRM ne s’imposent pas;
  • l’accessibilité et le respect des standards, en revanche, s’imposent (à quel niveau ne s’imposeraient-ils pas?;
  • il faut parvenir à adapter les politiques tarifaires à des petites institutions et entreprises ;
  • le piratage est un problème qui existe, mais qui reste de faible importance;
  • le budget des bibliothèques est une contrainte;
  • le mouvement de l’open-access est un concurrent;
  • il faut convertir les corpus vers le format epub et produire également des données au format MARC (tradition des bibliothèques);
  • il faut acheter des DOI pour chaque livre (“top-level DOI”) et des DOI pour chaque chapitre, également;
  • il faut différencier son offre de celle des concurrents;
  • il faut traduire les plateformes dans les langues des marchés principaux… et des nouveaux marchés.

Crédits photographiques : “La vue sur New-York depuis la conférence Tools of change”, MD, licence CC, http://flickr.com/photos/revuesorg/3287315103/

cory

Et si iTunes avalait tous vos livres ? (Tools of change for publishing)

Digital Distribution and the Whip Hand: Don’t Get iTunesed with your eBooks (Tools of Change for Publishing)

Cory Doctorow (Happy Mutants LLC).

En direct de New-York (TOC).

Cory Doctorow a fait un show. Comme tous les shows, il s’appuie sur des trucs et des astuces de langue, qui échappent partiellement au français moyen que je suis, du moins en temps réel, et dans leurs nuances.  Mais le coeur du message que Cory Doctorow adresse à la profession des éditeurs est clair.

Premier message, assez largement partagé par les orateurs (quoi que…) : DRM are bad. Les DRM verrouillent les clients, dans les plateformes des vendeurs de DRM. Elles capturent le client dans une plateforme. La société qui contrôle les DRM contrôle le marché, elle contrôlera donc les éditeurs. Il faut tirer la leçon de l’histoire de la musique. De plus, les DRM donnent un avantage sérieux aux pirates, qui diffusent des documents copiables et que l’on peut conserver à l’infini. Alors que les éditions protégées par DRM sont bridées et n’ont qu’une durée de vie très réduite.

Deuxième message : Don’t Get iTunesed with your eBooks. Apple, avec iTunes, est devenu une plateforme, et cette plateforme pourrait devenir le canal dominant, ultra-dominant, d’alimentation en livres électroniques, comme elle l’est devenue pour la musique. Itunes a déjà gagné l’essentiel du marché. Ils ont une base de clients gigantesque, qui sera difficile à rattraper. Et Sony et Amazon proposent le même type de modèle aux éditeurs. Leur objectif est simple et évident.  Amazon, Sony et Apple ne font pas cela pour le bénéfice des éditeurs… pas pour le bénéfice des lecteurs… mais pour leur propre bénéfice.  Faut-il laisser faire?

Une remarque personnelle : Benjamin Bayart élargit ce propos et ce type de réflexion à l’ensemble du réseau, dans une interview remarquable, nourrie de recul historique, accordée à Ecrans intitulée “Tout le monde a intérêt à transformer Internet en Minitel“.  Bonne lecture.

La prestation de CD a été chroniquée par TOC également.

open-publishing-guide2

Les projets de l’Open publishing lab (OPL) (Tools of Change for Publishing)

Résumé (officiel)

“Taking Open Source Publishing Further: Tools from the Open Publishing Lab at the Rochester Institute of Technology.
RIT’s Open Publishing Lab will present a suite of open-source applications, currently under development, that enhance and extend current publishing platforms, including a tool to automatically convert wikis and blogs into ready-to-print books, Drupal extensions that allow near-instantaneous news gathering and publishing across multiple media, and a game that uses print to enable social networking.”

Intervenants

Patricia Albanese (Rochester Institute of Technology),
Matthew Bernius (Open Publishing Lab at the Rochester Institute of Technology),
Michael Riordan (Open Publishing Lab at the Rochester Institute of Technology),
Tona Henderson (Rochester Institute of Technology)

Les projets de l’open publishing lab

Je découvre l”Open publishing lab” (OPL), qui a un nom très proche du “Centre pour l’édition électronique ouverte” que j’ai fondé et que je dirige. L’OPL est un centre de recherches multidisciplinaire. Il recherche de nouvelles méthodes de création de contenus et il développe des applications innovantes, open source, pour publier à travers de nouveaux médias. Il est composé de 24 chercheurs. Financé par une subvention de HP Lab’s innovation, par the RIT Sload Printing Industry center, et par la School of Print Media. C’est un laboratoire qui existe depuis 1 an et demi. L’OPL présente quatre projets.

The open publishing guide (OPG)

C’est un site web, qui a pour objectif d’aider à trouver les logiciels libres adaptés aux besoins de l’édition, de fournir des templates prêts à l’emploi,  de fournir des éclairages sur les contraintes juridiques et de mettre en évidence les tendances de l’autopublication et des contenus générés par l’utilisateur (UGC).

Page2pub (projet “Bookit!”)

Page2pub est une extension firefox qui collecte textes, images, graphes, tables, etc. à partir de sources en lignes très variées. Il les transforme en documents structurés et prêts à imprimer. Il puise dans des sources très diverses, puis les converti au format Epub, et leur applique un template. Il produit à partir de cela un e-book, un site XHTML et un PDF téléchargeable. Il permet enfin d’envoyer l’ensemble à imprimer à la demande. Technologies utilisées :ePub, XUL, XML, Adobe Flex & Flash,  Java et Javascript. Pour l’instant, l’interface s’inspire de Zotero. C’est aussi un hommage.



iNews

C’est un module Drupal, qui a pour objectif de permettre de couvrir des événements de façon collaborative, avec possibilité d’impression rapide, à partir d’un workflow XML. Cet outil intègre des ressoucres telles que Google Earth. Il a été testé au festival “2008 Imagine RIT festival”. Il a permis de produire en moins de 8 heures un journal couvrant l’événement, qui a connu 4 éditions différentes. Il a pour objectif de produire un journal papier quasiment en temps réel.

Social Networking Game

L’objectif est de construire un dispositif favorisant les rencontres, dans le monde réel, entre des personnes participant à une conférence, mais ne se connaissant pas . Icones, tags, badges, tout cela semble nécessaire et je n’ai pas tout compris. Je vous invite à vous faire une religion par vous-même:
http://opl.rit.edu/downloads/SNG_Gameplay_Diagram.pdf
http://opl.rit.edu/project/social-networking-game

shortcovers

Expériences d’édition électronique (Tools of change for publishing)

Liveblogging en direct de New York,  TOC.

Orateurs :

La matinée sur les ebooks a permis de couvrir un certain nombre d’expérimentations en cours, dont je vous propose une sélection ici. Constatant que le temps passe et que je n’aurai jamais le temps de résumer et traduire la totalité du matériau collecté, je me résous à panacher des synthèses issues de mon clavier et des textes anglais issus des supports des orateurs, en introduisant simplement un titre en français. Tous les textes en français sont de moi.

Ventes par chapitres

http://www.shortcovers.com/

Indigo va lancer prochainement Shortcovers, qui a pour modèle de vendre des chapitres de livres. Son argument est de permettre la découverte de votre “prochaine grande lecture”, c’est-à-dire proposer un échantillon conséquent, payant.

Random House a expérimenté la vente par chapitre, à la découpe, avec Made to Stick.

La “sérialisation” : Daily Lit

http://www.dailylit.com/

Dailyit est construit pour les gens qui n’ont pas le temps de lire. Les livres sont décomposés en petites unités, destinées à permettre une lecture durant moins de cinq minutes. De cette façon, l’ouvrage est découpé en unités qui peuvent être digérées en de nombreuses séquences étalées dans le temps. Les unités sont envoyées par courriel ou par RSS. Le lecteur décide du rythme d’expédition, choisissant des jours de la semaine, des moments de la journée, avec, toujours, la possibilité d’en recevoir plus àç la demande. Le modèle économique s’appuie sur le mécénat, la publicité et le paiement.

Video Books

Des synthèses vidéo d’ouvrages sont proposées par Amazon. Elles ne constituent pas seulement des teasers pour attirer vers la lecture, car elles sont payantes. Exemple : une vidéo de 23 minutes résumant What Would Google Do? de Jeff Jarvis est vendue $9.99. Ce service est actuelement disponible à travers le service de vidéo à la demande d’Amazon. Il est en cours de développement.

http://www.amazon.com/What-Would-Google-Do-V-Book/dp/B001R5H2X0/ref=sr_1_1?ie=UTF8&s=digital-video&qid=1234267091&sr=1-1

General reader app : Stanza et Fictionwize

http://www.lexcycle.com/
http://www.iphonebookshelf.com/index.php
Démonstration vidéo de Stanza
Des applications gratuites sont proposées au téléchargement sur Itunes. Les livres sont achetés à travers d’autres sites, ou à travers l’application elle-même. Stanza et eReader ont, chacun, obtenu plus de 500.000 téléchargements de leur application. Ils vendent tous les deux des fichiers eReader sur lesquels s’appliquent des DRM. D’autres formats protégés vont être exploités prochainement.

Des livres comme des applications autonomes

http://scrollmotion.com/
http://oreilly.com/catalog/9780596513740/

Les livres comme applications autonomes constituent une nouveauté lancée en décembre 2008. ITunes perçoit un revenu sur chaque vente du livre. Les deux principaux vendeurs sont Scroll Motion et Stanza. Le IPhone, the missing manual est un best-seller.

My Copy

http://www.springer.com/e-content/ebooks/my+copy?SGWID=0-165802-12-536399-0

MyCopy permet à une bibliothèque cliente de commande commander des livres à couverture souple. Les couvertures sont en couleurs. Les livres sont au prix unique de $24.95.

Lecteurs en ligne pour iPhone et Android : Google Book Search for mobiles

http://books.google.com/googlebooks/mobile/
Mobile version of Google Book Search vient de sortir et autorise la lecture de fichiers images et de texte recomposable à la volée (reflowed text).

Il est possible de télécharger gratuitement 1,5Mo de livres du domaine public. Une étape probable vers la “monétisation”, comme on dit en anglais.

Bricks and mortar e-books sales

http://www.symtio.com/symtio/control/NewWayToRead
Symtio:
Opens up new revenue channel by enabling bricks & mortar bookstores to sell e-books.
Books are presented on individual cards merchandised in displays in the store.
When consumer purchases the e-book a code on the card is activated.
The consumer enters the code on the web to get the download in desired format.

Des mash-up éditoriaux : Authormapper end-user applications using metadata

http://www.authormapper.com/
An online tool for visualizing scientific research, enables document discovery based on author locations and geographic maps.
Explore patterns in scientific research, Identify new and historic literature trends, Discover wider relationships, Locate other experts in your field.
Search results are complemented by graphs, timelines, and keyword tag clouds
AuthorMapper searches the Springer Journals collection and offers access to nearly one hundred fifty years’ of articles from more than 1,900 journals available on SpringerLink

Ad supported

http://www.wowio.com/
Passion for FREE BOOKS + FREE MINDS.
To build a unique and viable company that creates valued relationships between readers, sponsors, and publishers.
Readers get books for free. Sponsors get opportunities to establish valued relationships with readers. Authors, artists, and their publishers get fair compensation. It’s a win-win-win for the WOWIO community

Et puis plein d’autres choses…

  • Single platform for user
  • Related documents
  • Android and Blackberry applications
  • Online audio delivery
  • Courseware
  • Custom editions
  • Focus on student and professor workflows
  • Born-digital short content
  • Intermediated sales
  • Tie access fees into tuition
  • Ad supported free web sites
  • Mass customized designs
  • XML-native workflows
  • Content tagging
  • “Service” oriented products
  • Develop communities around content verticals
  • Platform consolidation problematic
  • Open web databases
  • Channel integration initiatives (driving open web traffic to subscribing libraries)
  • Advertising supported content
  • Digital first product development
  • Content tagging
  • Online first workflows
  • et ça risque de continuer comme ça quelques temps encore…

What would Google do? (Tools of change for publishing)

Jeff Jarvis (Buzzmachine.com)

JEFF JARVIS is the author of What Would Google Do? (Collins, January). He blogs about media and news at Buzzmachine.com and as a columnist for the Guardian. He is associate professor and director of the interactive journalism program at the City University of New York’s new Graduate School of Journalism. He is consulting editor of Daylife, a news startup. Jarvis was creator and founding editor of Entertainment Weekly; Sunday editor and associate publisher of the New York Daily News; TV critic for TV Guide and People; a columnist on the San Francisco Examiner; assistant city editor and reporter for the Chicago Tribune; reporter for Chicago Today.


ifbook

“A book is a place” (Tools of change for publishing)

Bob Stein, de l’Institute for the Future of the Book, a ouvert la journée par une intervention sur la définition du livre. Il part de l’idée que les livres sont les choses qui permettent aux humains de manipuler des idées à travers le temps et l’espace (“Books are what humans use to move ideas arount time and space”). Et il fait évoluer peu à peu cette définition, constatant que le réseau, bien plus que le numérique, apporte de profondes modifications au livre…
Et de proposer une nouvelle définition : un livre est un endroit où les lecteurs, et parfois les auteurs, se retrouvent (“A book is a place where readers (and sometimes authors) congregate”). Et il va plus loin, suggérant que les auteurs deviennent les têtes de file de communautés de questionnements (quand il s’agit d’essais et d’idées) ou les créateurs de mondes que les lecteurs peuplent, quand il s’agit de fictions. Je ne résiste pas au plaisir de le citer dans le texte : “Authors becomle leaders of communities of inquiry (non-fiction) or creators of worlds that readers populate (fiction)”. Il me semble bien avoir entendu que, concernant la fiction, son modèle était Warcraft (en fait, World of warcraft). Un monde conçu par des gens qui constituent la population de ce monde… Renversant.

Se plaçant délibérément dans une approche prospective, il soutient que nos arrières petits-enfants penseront la lecture comme une expérience socialisée, quelque chose que l’on fait à plusieurs. “Our great grandchildren will think of reading as a sociales experience -something they do with others.” Dès lors, le rôle principal des éditeurs dans le futur pourrait être de construire et d’alimenter des communautés vivantes, pour les auteurs et pour leurs lecteurs. “The principel role of publishers in the future is to build and nutrure vibrant communities for authors and their readers.”

Dans The book nobody read, Owen  Gingerich, rappelle que De revolutionibus est un livre qui a été annoté énormément. L’annotation est un ancien concept. C’est une forme de conversation entre le lecteur et l’auteur. Le livre en réseau va plus loin. Le livre devient le support d’une conversation, plus vaste, au point de devenir une conversation lui-même. C’est dans cette optique que Commentpress a été développé par l’institut pour le futur du livre : pour développer des pratiques de lectures publiques (pas au sens des bibliothèques)  des lectures conversationnelles. Désormais, le livre n’est pas la fin du processus. Le livre ne procède plus seulement des réflexions, discussions et échanges qui précèdent son impresion et le figent. Il y a désormais un processus après, qui relève de l’écrit, et qui est notoire, public. Et la boucle peut être bouclée. Le potentiel de rétroactivité est important, puisque la conversation post-publication peut donner naissance à une évolution du livre, voire à une véritable réédition de celui-ci.

Commentpress va être encore amélioré, plus robuste, plus puissant. Giant Chair va s’impliquer dans son développement.
Je me permets d’ajouter une remarque personnelle, inspirée par cette conférence: pour qu’une culture soit vivante, elle ne doit pas être trop fortement sacralisée. Le livre, par certains aspects, est parfois devenu l’objet d’une vénération quasi-mystique, qui me paraît négative, parce qu’elle en fige la dynamique, la forme et les modalités. Le livre n’est pas sacré, il est précieux. L’annoter, c’est entrer en relation avec lui. C’est lui marquer la plus grande marque de respect, puisqu’il s’agit de commencer à penser ou à ressentir avec lui.

oschart

Le casse-tête des formats de livres électroniques (Tools of change for publishing)

Dans le cadre d’un voyage d’études aux USA, je vais tenter de rendre compte, en direct, de mes rencontres et des informations collectées. Ce travail de compte-rendu, appelé “live blogging” a pour objectif le partage de l’information avec l’équipe du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo), et, d’une façon plus large, avec les acteurs des “Digital humanities” en France. Parce qu’un savoir qui n’est pas partagé est un savoir stérile. En tant que partenaire privilégié du Cléo, le TGE-Adonis a décidé de reprendre cette activité de veille internationale sur son propre site. Cette possibilité est ouverte aux autres acteurs qui le souhaiteraient. Merci à Emma Bester, stagiaire du CNAM (INTD), pour son travail d’édition de mes notes.

Orateurs de la matinée “Ebooks” :

Ce billet sera court et simple. Il montre la diversité des formats, dont certains me sont même inconnus. En gros, on identifie clairement Epub, DocBook, Mobipocket, eReader et le PDF. On note l’absence dans ce tableau du format TEI, pourtant cité largement par ailleurs au cours des conférences TOC.

La multitude des formats d’encodage de livres électroniques

Ce tableau est issu de la présentation que nous avons suivie le matin. Je l’ai traduit, dans la mesure où les standards technologiques sont traductibles…

Littérature générale Enseignement supérieur Ouvrages de références STM
Standard XML EPUB DocBook
NIMAS
IMS Suite
SCORM
IEEE LOM
EPUB
Dérivés du format Epub Kindle/Mobipocket (EPUB>PRC)
SonyReader (EPUB>BBeB>LRF)
DNAML (EPUB>DNL)
eReader  (EPUB>PML>PDP)
Microsoft Reader (OEB>LIT)
Kindle/Mobipocket (EPUB>PRC)
SonyReader (EPUB>BBeB>LRF)
Online OEB avec indexation Kindle/Mobipocket (EPUB>PRC)
SonyReader (EPUB>BBeB>LRF)
Nativement Epub Adobe Digital Editions
Unencrypted Stanza
XML propriétaire XML spécifique à l’éditeur
Ex: CenDoc
SGML propriétaire XML spécifique à l’éditeur,
Ex: XML/A++
Dérivés d’autres formats qu’Epub Safari (DocBook)
Books24×7 (DocBook)
Phoenix (DocBook)
Formats PDF Optimized PDF Optimized PDF
Zinio
Optimized PDF
Formats images LibreDigital

Les e-book reading platforms

Ingram a publié trois graphiques qui synthétise les compatibilités entre les “e-book reading platforms”, d’une part, et les systèmes d’exploitations, les navigateurs internet et les liseuses, d’autre part.

Tableau des systèmes d’exploitation

Tableau des navigateurs

Tableau des liseuses

Un casse-tête, vraiment?

En réalité, cette complexité technologique pourrait s’accroître si une guerre des formats se développait, comme nous en avons connu pour la plupart des standards au moment de leur apparition, dès que des entreprises industrielles ont souhaité prendre le dessus sur leurs concurrents. Il semble que, pour les ebooks, Amazon et son Kindle jouent le rôle du “méchant”. On verra, dans un prochain billet, que le casse-tête pourrait ne pas être si “têtu” que ce qu’on pourrait craindre, si le format Epub l’emporte, et s’il ne dérive pas vers trop de complexité.