Archives pour la catégorie Outils et usages

Mrs. Duffee Seated on a Striped Sofa, Reading Her Kindle, After Mary Cassatt, Mike Licht (CC BY 2.0)

Formation “Lecture numérique : lire, annoter, organiser et conserver ses livres numériques”

Le Réseau CNRS Mistral-Doc et l’Urfist propose une formation “Lecture numérique : lire, annoter, organiser et conserver ses livres numériques”. La formation sera assurée par Julien Gilet, chargé des systèmes d’information documentaire et du référencement au Cléo / OpenEdition.

 

Mrs. Duffee Seated on a Striped Sofa, Reading Her Kindle, After Mary Cassatt, Mike Licht  (CC BY 2.0)

Mrs. Duffee Seated on a Striped Sofa, Reading Her Kindle, After Mary Cassatt, Mike Licht (CC BY 2.0)

 

  • Lieu : Marseille,  Campus St-Charles , Salle Urfist au sein du CRFCB – Aix-Marseille Université,
  • Date : 4 avril  – 14h00-17h00,
  • Public : professionnels de l’information et de la documentation et chercheurs de la région PACA et Corse désireux de se familiariser avec la lecture numérique. Cette formation s’intéressera plus particulièrement aux sciences humaines et sociales.
  • Objectif : permettre aux lecteurs de la littérature scientifique de découvrir les usages de lectures sur écran de toutes tailles ; découvrir quelles sont les sources principales de livres électroniques, quels sont les formats et les supports de lectures ; permettre à chacun de savoir comment gérer sa bibliothèque de livres électronique et comment la conserver en toute sécurité.
  •  Inscriptions auprès du secrétariat de formation permanente de la Délégation régionale du CNRS pour la région PACA et Corse jusqu’au 15 mars 2013 :  secretariat.fp@dr12.cnrs.fr.

.

Lecteurs d’OpenEdition, qui êtes-vous ?

Avec plus de trois millions de visites par mois sur ses plateformes, OpenEdition est devenu un acteur important dans le paysage de l’édition en sciences humaines et sociales et ce, grâce à vous. En 2009, par le biais d’une première enquête, nous avons identifié le lectorat de la plateforme Revues.org et vous nous avez fait part de vos attentes. Aujourd’hui, nous vous proposons de répondre à une nouvelle enquête qui concerne, cette fois, l’ensemble de notre dispositif de communication scientifique. Elle nous permettra de mieux vous connaître et d’améliorer nos services.

L’équipe d’OpenEdition vous remercie de consacrer quelques minutes pour répondre à ce questionnaire en ligne :

Jabes 2012

OpenEdition Freemium : à la rencontre des bibliothécaires

Journées de l’ABES, 19-20 juin à Montpellier

Jean-Christophe Peyssard, responsable des partenariats au Cléo, sera à Montpellier aux Journées de l’Abes (JABES)  les mardi 19 et mercredi 20 juin pour présenter le programme OpenEdition Freemium pour les bibliothèques. Les Journées ABES rassemblent environ 500 professionnels issus du monde de la documentation et des bibliothèques de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche et principalement les membres des réseaux dédiés au catalogage, à la valorisation des thèses ou à l’achat de documentation électronique. Pendant ces deux journées, se succèdent des interventions d’experts nationaux et internationaux qui offrent un éclairage sur les enjeux majeurs auxquels sont confrontés les bibliothèques universitaires et de recherche.

Conférence LIBER, 26-29 juin à Tartu, Estonie

La semaine suivante,  du 26 au 29 juin, Jean-Christophe Peyssard sera  à la Conférence LIBER à Tartu en Estonie. Il s’agit de la  41e  conférence annuelle de la Ligue des bibliothèques européennes de recherche organisée cette année par la Bibliothèque universitaire de Tartu. La Ligue des bibliothèques européennes de recherche a été fondée en 1971 pour créer un réseau de bibliothèques de recherche destiné à favoriser la conservation et la promotion du patrimoine européen et à améliorer l’accessibilité et la qualité des services fournis aux usagers. Elle est aujourd’hui la principale association de bibliothèques européennes.

 

Façade de la Bibliothèque de Toulouse, rue de Périgort

Babelthèque à la bibliothèque de Toulouse : observations sur les OPAC 2.0, par Eymeric Manzinali

Babelthèque clôturera, d’ici quelques semaines, sa troisième année de présence sur le catalogue de la Bibliothèque municipale de Toulouse. Développé par le réseau social Babelio, à la demande des bibliothécaires (notamment du groupe Bibliothèques hybrides de l’ABF), le service permet aux catalogues de bibliothèques de bénéficier d’enrichissements et d’outils de participation issus de Babelio. Critiques, citations, tags et notes des utilisateurs, algorithme de recommandation et, depuis peu, extraits de critiques presse et vidéos pour chaque notice. Toulouse en a été la bibliothèque pilote, et a participé à son élaboration par l’intermédiaire de Pascal Krajewski, son responsable informatique. Il en assure également un retour critique grâce à son blog. La distance qui nous sépare de cette élaboration et de sa mise en place permet, aujourd’hui, d’en tirer quelques observations sur ce que l’on appelle couramment les OPAC 2.0 : ces catalogues de bibliothèques intégrant des fonctions sociales.

 Un outil d’enrichissement plutôt que de participation

La première observation qui ressort de l’installation de Babelthèque à la bibliothèque de Toulouse est que son intérêt réside dans l’enrichissement du catalogue plutôt que dans les fonctions sociales proposées aux usagers. Comme le souligne Pascal Krajewski, responsable informatique à la bibliothèque, ces dernières fonctions sont peu plébiscitées par les usagers : 114 critiques ont été ajoutées par ces derniers au catalogue de la bibliothèque en 2011. Une constatation que fait également Guillaume Teisseire, fondateur de Babelio, que nous avons interrogé sur la question : « Que les outils de contribution soient proposés par Babelthèque ou natifs dans les catalogues, c’est un fait que les usagers les utilisent peu. L’OPAC est par nature un lieu de consultation, et marginalement un lieu de contribution. En ce sens Babelthèque est principalement un service d’enrichissement des notices avec les contenus issus de la communauté de Babelio (critiques, mais aussi citations, mots clés thématiques, suggestions de lectures, critiques presse et vidéos d’auteur), plutôt qu’un service de mutualisation des critiques d’usagers. Il est important de proposer des outils de contribution au sein du catalogue, mais ces contributions restent marginales dans l’enrichissement des notices. »

 La participation dans les OPAC condamnée à être marginale ?

Il est d’abord à noter que l’OPAC reste, dans la majeure partie des recherches d’usagers, un chemin d’accès vers des documents. Cette recherche, en terme d’expérience utilisateur, peut-être rendue plus riche en favorisant la sérendipité et en multipliant les pistes grâce à des outils de prescription et de recommandation, mais elle n’amène pas les usagers à stagner ou à utiliser l’OPAC comme un réseau social. A l’inverse de l’OPAC, le réseau social pousse effectivement l’information vers l’utilisateur dans un flux ininterrompu, favorisant sa stagnation et sollicitant son interaction, là où l’OPAC reste un stock d’information dans lequel l’utilisateur engage un parcours. Son utilité première n’est donc pas sociale, et si les enrichissements produits par les usagers peuvent, a priori, être utiles à d’autres usagers dans ce parcours, le rôle premier de l’OPAC ne les encourage pas à participer.

On peut ensuite signaler que, pour toute ressource en ligne, on observe de façon empirique un taux très faible de participation parmi la masse des utilisateurs qui la consulte. Ce phénomène est appelé règle du 1%, règle qui avance que moins de 1% des utilisateurs d’un site internet y contribuent de manière proactive. Bien entendu, le chiffre de 1% est donné comme ordre de grandeur symbolique, et la règle trouve des applications et des résultats différents suivant le type de site ou de communauté mais elle reflète une tendance, sur internet, à la constitution d’une majorité passive et d’une faible minorité active.

Un site doit donc drainer un nombre important de visiteurs pour s’assurer une participation satisfaisante, et l’un des problèmes que peut poser l’OPAC d’une bibliothèque municipale est le fossé entre le nombre de notices qu’il comporte et les utilisateurs qu’il vise, délimités à un territoire ou à un lien avec la bibliothèque (inscription). D’où un faible taux de recouvrement des notices par des données sociales, pour les bibliothèques qui ne vont pas chercher ces données ailleurs.

Enfin, le manque de mise en valeur de ces contributions ne les rend que plus invisibles. Lionel Dujol, dans un billet intitulé « Les catalogues 2.0 ou le mythe de l’usager participatif ? » pointe une des faiblesses des OPAC actuels, qui ne proposent que rarement un affichage des commentaires utilisateurs sur la page d’accueil des bibliothèques, pour citer cet exemple.

Faut-il aller chercher les contenus ailleurs ?

Pour toutes ces raisons, le recours à l’offre de contenus d’un réseau social de lecture se révèle beaucoup plus intéressant que la simple mise en œuvre d’outils de contribution à destination des usagers, ne serait ce que pour pallier à la carence de contenus produits par ces derniers à l’aide de ces outils. Au milieu de la masse de critiques importées, leurs contributions restent tout de même identifiables, pour ce qui est de la bibliothèque de Toulouse, grâce à un petit logo. On peut postuler également que, par effet de réseau, la présence de commentaires nombreux sous chaque notice stimule la participation des usagers.

Cette offre, en matière de recommandation de pair à pair et de prescription, permet ensuite d’être plus proche d’autres « catalogues » que les usagers ont l’habitude de consulter, tels que, par exemple, Allociné ou les librairies en ligne. En sus de contenus sociaux, Babelthèque propose depuis peu (2011) un service d’agrégation de critiques issues des grands titres de la presse généraliste et littéraire, sous forme d’extraits, auxquels s’ajoutent des contenus vidéos, service proche de ce que l’on peut, justement, observer sur Allociné.

Babelthèque propose enfin un outil de recommandation, qui utilise l’algorithme de recommandation de Babelio, tout en s’adaptant à la disponibilité des ouvrages recommandés dans le catalogue de la bibliothèque de Toulouse. D’autres bibliothèques, utilisant un catalogue enrichi, ont choisi au contraire de créer leur propre algorithme et d’utiliser les données issues de leur historique de prêts. C’est le cas de la bibliothèque de Saint-Herblain, qui propose un emplacement « les lecteurs qui ont emprunté ce document ont également emprunté… » dans les notices de son catalogue.

Recourir à une offre extérieure, pour l’élaboration de l’algorithme et les données que ce dernier exploitera, présente des avantages : la masse des informations collectées est plus grande, rendant les recommandations plus efficaces. Mais cela peut se faire au détriment d’une liberté de paramétrage, qui échappe alors à la bibliothèque, interrogation que Alexandre Lemaire expose en conclusion de son article sur les outils de recommandation. Les résultats peuvent, en outre, apparaître moins personnalisés aux lecteurs de la bibliothèque.

Exemple de notice enrichie avec l’offre Babelthèque dans le catalogue de la bibliothèque de Toulouse (capture d’écran).

Une navigation plus souple

L’OPAC 2.0 permet, nous l’avons dit, de proposer une navigation plus proche des habitudes des internautes, en proposant des suggestions pertinentes et en favorisant la sérendipité, qui est la faculté, au cours d’une recherche, de découvrir des éléments inattendus grâce au hasard et à l’intelligence. La suggestion d’œuvres de fictions souffre, par exemple, avec les indexations du type Rameau et Dewey, d’un manque de termes et de précision pour catégoriser les œuvres littéraires, chose que relève Alexandre Lemaire dans son article en donnant l’exemple des « romans noirs, les thrillers et les enquêtes policières [...] fourrés dans le « policier » alors que la dystopie, le space opera, l’uchronie et –pire ! – même la fantasy aboutissent  dans le grand sac « science-fiction ». » On pourrait faire la même observation à propos du manga, dont la division en types (shojo, shonen, seinen… etc) est inexistante dans la base RAMEAU, alors que son public est demandeur de recommandations en fonction de cette typologie (de nombreux sites occupent ainsi ce créneau de la recommandation de mangas grâce, par exemple, à des tests). L’indexation en termes naturels permet de combler ce vide en arrivant à une catégorisation plus fine des genres de la littérature populaire, ou à des informations que le catalogueur, qui ne lit pas tous les documents qui lui passent entre les mains, ne peut pas relever.

Cette indexation doit, bien évidemment, être accompagnée d’un système de modération et de structuration appliqué par le bibliothécaire ou le prestataire, permettant par exemple de fusionner deux tags équivalents, au delà de la modération naturelle que constitue une mise en valeur des tags proportionnelle à leur nombre d’utilisations sur une notice.

L’OPAC 2.0 favorise, enfin, la sérendipité, là où un OPAC dans ses fonctions les plus basiques va rarement, pour les œuvres de fiction, au delà de la recherche d’un titre ou d’un auteur précis et permet moins de connexions entre les notices. Les connexions, dans un catalogue qui intègre des fonctions sociales sont, effectivement, plus nombreuses puisqu’elles ne reposent pas uniquement sur un système d’indexation appliqué par un bibliothécaire, mais surtout dynamiques : les recommandations évoluent et s’affinent en permanence, car elles reposent sur des données (statistiques de prêts, bibliothèques des lecteurs pour Babelio…etc) qui sont, elles-mêmes, mouvantes.

Nous remercions Guillaume Teisseire et Pascal Krajewski pour avoir répondu à nos questions.

 Pour aller plus loin

 

Ce billet a été initialement publié le 27 février dernier sur le blog Le monde du livre : http://mondedulivre.hypotheses.org/477


head words

La lecture numérique au regard des technologies de l’attention et des sciences cognitives

head wordsMichel Roland-Guill, co-directeur de l’Urfist PacaC, a présenté à l’université d’été du Cléo une intervention intitulée “De la lecture numérique”, qui met en perspective  les différentes pratiques de lecture avec les évolutions technologiques. S’intéressant particulièrement aux “technologies de l’attention”, son propos fait écho à une  journée d’étude sur l’économie de l’attention organisée par l’Urfist de Bordeaux en juin 2011.

Benoît Le Blanc, directeur adjoint de l’Institut de Cognitique (Université de Bordeaux), y explicitait le concept d’économie de l’attention par rapport aux mécanismes de la mémoire. Claire Belisle,  docteure en psychologie, experte auprès de la Commission Européenne pour l’évaluation des projets de recherche en multimédia éducatif et coordinatrice du livre “Lire dans un monde numérique” (2011),  insistait quant à elle sur le phénomène attentionnel dans les nouvelles pratiques de lecture.

Je propose ici un compte-rendu croisé de ces interventions, qui apportent des éclairages complémentaires notamment au regard des sciences cognitives, sur les enjeux de l’économie de l’attention pour la médiation des ressources documentaires numériques.

1. La fabrique de la mémoire, clé d’entendement des modalités attentionnelles

Suivant une approche cognitive, B. Le Blanc explique que l’attention “se situe entre la perception et la mémoire”.  Ce que l’on perçoit active des éléments de mémoire qui sont en sommeil le reste du temps, afin de ne pas épuiser notre mémoire .. vive. Notre attention procède d’ une forme d’économie (i.e. administration des ressources): en agissant comme un filtre intercesseur vers les éléments mémoriels à mobiliser, elle vise à nous protéger de la surcharge cognitive. Il s’agit donc de prendre en compte les mécanismes de la mémoire pour comprendre les mécanismes de mobilisation de l’attention.

  • La mémoire a trois types d’activités: l’encodage, le stockage, le rappel des éléments mémorisés. Ces rappels peuvent se faire au niveau sémantique, syntaxique ou phonotique.
  • Elle est le résultat d’une perception (attention) et d’une construction circonstancielle (contexte). L’information perçue dans un temps donné d’attention prend sens – devient connaissance- dans un contexte, une association qui est mémorisée.
  • Il y a plusieurs modèles de la mémoire: épisodique, à court terme, sémantique, perceptive et procédurale (liée à l’action, au geste).
  • Au stade du rappel (ou du raisonnement, comme c’est analysé pour les situations de mécanismes décisionnels), deux stratégies humaines peuvent être mobilisées: on peut raisonner avec des heuristiques de représentativité (classification) ou des heuristiques de disponibilité (instanciation).

Pour améliorer les systèmes de navigation dans les interfaces homme-machine, il convient donc de s’appuyer sur une pluralité de styles cognitifs. Les utilisateurs faisant face à trois problèmes majeurs (quantité d’information, localisation des informations, orientation), il faut leur donner des éléments de repérage (identifier les éléments porteurs de sens), d’agrégation (pouvoir nommer un ensemble afin de libérer de l’attention pour le reste), de cadrage (par rapport à un acquis préalable), et d’appropriation (à vérifier dans le temps par des études d’usage). Au terme d’études menées auprès d’usagers, sont notamment identifiés comme supports cognitifs:

  • des points de repères
  • des ruptures interfacielles (pouvoir changer les modes de représentation)
  • des associations geste-information
  • de privilégier la vision périphérique et centrale car la plus attentionnelle
  • de recourir aux images, prédominantes dans l’activité cérébrale

Tout comme M. Roland Guill, B. Le Blanc questionne pour finir l’impact des technologies de l’information sur les pratiques cognitives, en référence mais en contre par rapport à l’ouvrage de Nicolas Carr (Est-ce que Google nous rend idiot?). Il réfute tout déterminisme technologique (il n’existe pas de neurone de la lecture, la culture de l’oralité a dominé longtemps), tout évolutionnisme technologique également (les technologies n’occurrent pas de mutation biologique, ce sont les comportements qui évoluent). Enfin, les technologies ne doivent pas entrer en concurrence avec le cerveau humain mais en être complémentaires afin de libérer de la mémoire, de l’attention.

2. Comprendre les modalités attentionnelles, enjeux des nouvelles pratiques de lecture

La seconde intervention de la journée d’étude sur l’économie de l’attention, donnée par Claire Belisle, portait  sur l’évolution des pratiques de lecture:
1.    La lecture, expérience-clé, se transforme
2.    Le temps de lecture s’accélère
3.    Les capacités d’attention se modifient
4.    Un nouveau rapport au savoir s’invente
5.    De nouveaux défis pour les médiateurs

A l’instar de M. Roland-Guill, C. Belisle précise que les technologies de l’attention comme supports cognitifs à la lecture  ont  existé très tôt et évolué avec les supports et pratiques de lecture, suivant les trois âges de la lecture déterminés par les historiens (R. Chartier):

  • Du rouleau au codex, passage de la lecture collective à haute voix à la lecture individuelle silencieuse: apparition des points et espaces pour faciliter la lecture silencieuse.
  • XVe et XVIe siècles, l’imprimerie s’inscrit au coeur de l’Humanisme, qui voit le passage d’une lecture-médiation à une lecture-réflexion: production de nouveaux repères de lecture (titre, paragraphe, chapitre..). Aux XVIIIe et XIXe siècles, passage de la lecture d’autorité vers la lecture-distraction.
  • Le troisième âge distingué est celui de la lecture au temps de l’informatique numérique, qui marque le passage d’une lecture-continue à une lecture-dispersion (C. Vandendorpe, 2009).

Les pratiques de lecture, explique C. Belisle, sont donc enracinées dans une culture liée au livre papier, mais il est nécessaire de reconstruire une vision culturelle qui intègre les diverses et nouvelles modalités de lecture. Il faut aujourd’hui prendre en compte:

  • La diversification des finalités de lecture: lecture utilitaire et pragmatique, lecture dynamique et focalisée, lecture professionnelle et privée. Cela s’accompagne d’un nouveau rapport au savoir: rapport utilitaire et non plus humaniste au savoir, dans un processus de reconstruction permanente de l’information en fonction de son propre projet.
  • Le déroulement multitâche de la lecture induit par les supports numériques: vitesse, sauts, balayage; courtes séquences de concentration; activation de liens, retours en arrière; recours à des outils (visualisation, moteur de recherche).
  • Les types, capacités et supports de l’attention, qui se modifient: attention focalisée/sélective, spontanée/volontaire, hyper/poly attention; supports technologiques, nouveaux rythmes/repères, supports de l’interaction et interactivité; expérience corporelle émergente: l’acteur participant, multi-tâches, multi-polaire, multiculturel.

Lire est donc une pratique à réinventer. Elle exige de nouvelles compétences (maîtrise d’outils numériques pour interagir avec l’information, maîtrise des structures cognitives des différents types d’information, de savoirs et de connaissances) et la construction de nouveaux repères sensoriels. Il s’agit, conclue C. Belisle, de s’interroger sur les “repères de pensée” – au sens kantien de l’expression (Kant, Critique de la faculté de juger, 1790) – pour l’âge de l’informatique numérique, et d’acquérir “un mode de pensée numérique”, suivant l’expression empruntée à Gérard Berry (chaire Informatique et sciences numériques du Collège de France).

Les interventions de Benoît Le Blanc et Claire Besliles apportent donc un éclairage complémentaire en soulignant l’apport des sciences cognitives pour mieux appréhender les modalités attentionnelles en jeux dans les pratiques informationnelles et de lecture numériques. Nous emprunterons pour conclure la formule de Benoît Le Blanc: “Dans notre univers techno-centré, l’étude des capacités et des limites cognitives de l’humain est une nécessité pour recomposer un monde anthropo-centré”.

 

DHI_Programm_2011_img_0

Dans la toile des médias sociaux : nouveaux moyens de communication et de publication pour les sciences humaines et sociales (27-28 juin 2011)

L’Institut Historique Allemand s’est associé au Cléo pour l’organisation d’un colloque sur les réseaux sociaux et les sciences humaines et sociales. Ce colloque se tiendra les 27 et 28 juin prochains à l’Institut Historique Allemand à Paris. Chercheurs et spécialistes français et allemands y confronteront leurs expériences et points de vue au cours de quatre tables-rondes. Le Directeur de l’Institute of Network Cultures, Geert Lovink, donnera une conférence introductive à l’ensemble du colloque et animera la discussion finale. La participation au colloque est gratuite, mais il faut s’inscrire auprès de Dunja Houelleu: dhouelleu@dhi-paris.fr

A noter que ce colloque s’inscrit dans une série de manifestations par lesquelles l’IHA s’inscrit dans le mouvement des Digital Humanities. Le carnet Digital Humanities à l’Institut Historique Allemand vient d’être ouvert sur Hypotheses.org à cette occasion.

Présentation du colloque

Ce colloque a pour but d’examiner dans une perspective internationale les nouveaux médias sociaux et d’évaluer leurs significations pour les sciences humaines et sociales. Les effets des médias sociaux sur notre culture scientifique actuelle seront au centre du débat.

Mit diesem Kolloquium wollen wir in einer internationalen Perspektive die neuen sozialen Medien und die daraus resultierenden Netzwerke in ihrer Bedeutung für die Geisteswissenschaften näher beleuchten. Im Mittelpunkt des Interesses steht dabei die Frage, wie sich die sozialen Medien auf unsere gegenwärtige Wissenschaftskultur auswirken.

En naviguant sur les sites web scientifiques on découvre de plus en plus des boutons « J’aime » ou « Partager » qui invitent les utilisateurs à évaluer et promouvoir le contenu du site sur Twitter, Facebook, Delicious, Mister Wong ou d’autres médias sociaux. Faire partie d’une communauté scientifique en ligne est devenu aussi courant qu’animer son propre blog et commenter les articles, photos et films des autres chercheurs en ligne. Les réseaux sociaux qui en résultent se transforment en espaces scientifiques de communication et de publication, salués par les uns et critiqués par les autres.

Immer mehr wissenschaftliche Websites fordern mit einem „Gefällt-mir-Button“ dazu auf, Inhalte der Seite über Twitter, Facebook, Mister Wong oder andere soziale Netzwerke zu bewerten und mit „Freunden“ zu teilen. Zu einer online scientific community zu gehören, ist fast schon genauso wissenschaftlicher Alltag, wie einen eigenen Blog zu unterhalten sowie Texte, Fotos und Filme online zu teilen und zu kommentieren. Die daraus entstehenden sozialen Netzwerke entwickeln sich zu einem Ort des wissenschaftlichen Austausches und eröffnen neue Wege zur wissenschaftlichen Kommunikation und Publikation, die von den einen gefeiert, von den anderen kritisch betrachtet werden.

Télécharger le Programme/ Laden Sie das Programm

Lundi, 27 juin 2011

18h00 Gudrun Gersmann (DHI Paris)

Bienvenue / Begrüßung

18h15 Geert Lovink (Institute of Network Cultures, Amsterdam)

Politique culturelle des médias sociaux – de la critique aux alternatives / Kulturpolitik der sozialen Medien – von der Kritik zu Alternativen

20h00 Réception à l’IHA / Empfang im DHI Paris

Mardi, 28 juin 2011

9h00-9h30

Mareike König (DHI Paris), Pierre Mounier (Cléo, Paris)

Ouverture du colloque et Introduction / Eröffnung und Einleitung

9h30-11h00

I. Nouveaux moyens de publication et de communication: Facebook, Twitter, Flickr etc. dans les sciences humaines et sociales / Neue Publikations- und Kommunikationsmittel: Facebook, Twitter, Flickr etc. in den Geisteswissenschaften

Présidence / Moderation: Torsten Reimer (JISC, London)

Michael Nentwich (Institut für Technikfolgen-Abschätzung, Österreichische Akademie der Wissenschaften, Wien), René König (ITAS, Karlsruher Institut für Technologie)

Social Network Sites – une tendance pour les sciences? Social Network Sites – Ein Trend für die Wissenschaft?

Patrick Peccatte (Laboratoire d’histoire visuelle contemporaine EHESS, Paris)

Utiliser Flickr dans un contexte d’archives iconographiques: le projet PhotosNormandie / Flickr als Bildarchive nutzen: das Projekt PhotosNormandie

Patrick Danowski (Institute of Science and Technology Austria, Klosterneuburg)

Ce que les bibliothèques peuvent apprendre de LibraryThing / Was Bibliotheken von LibraryThing lernen können

11h00-11h30 Pause café

11h30-13h00

II. Publications scientifiques et le Web 2.0: Partager le savoir, commenter les textes / Wissenschaftspulikation und das Web 2.0: Wissen teilen, Texte kommentieren

Présidence / Moderation: Mareike König (DHI Paris)

Lilian Landes (Bayerische Staatsbibliothek, München)

Recensions dans le Web 2.0: l’avenir des comptes rendus de livres scientifiques? / Rezensieren im Web 2.0: Die Zukunft der wissenschaftlichen Buchbesprechung?

Gloria Orrigi (CNRS, Institut Nicod, Paris)

Liquid Publications: les publications scientifiques à la rencontre du Web / Liquid Publications: wissenschaftliches Publizieren im Web

Klaus Graf (RWTH Aachen)

Le potentiel scientifique des blogs scientifiques / Das wissenschaftliche Potential von Wissenschaftsblogs

13h00-14h00 Déjeuner sur place

14h00-15h30

III. Les médias sociaux à l’université: formation, enseignement et réseaux d’étudiants / Soziale Medien an der Universität: Ausbildung, Lehre und studentische Netze

Présidence / Moderation: Pierre Mounier (Cléo, Paris)

Marko Demantowsky (Universität Bochum)

Histoire digitale – E-Learning – didactique de l’histoire digitale? Avantages et désavantages de l’Internet pour l’étude historique / Digitale Geschichtswissenschaft – E-Learning – Digitale Geschichtsdidaktik? Vom Nutzen und Nachteil des Internets für das geschichtsbezogene Lernen

Sophie Mahéo (Université Paris Descartes)

Le réseau social universitaire Carnets2Descartes: publication, dynamique communautaire et engagement étudiant / Das universitäre soziale Netz Carnets2Descartes: Veröffentlichung, Gruppendynamik und studentisches Engagement

Antoine Blanchard (C@fé des sciences / Deuxième labo, Paris)

Braconner en SHS: quand les digital natives bousculent les frontières institutionnelles sur le Web / Wildern in den Geisteswissenschaften: wenn die digital natives institutionelle Grenzen im Netz ins Wanken bringen

15h30-16h00 Pause café

16h00-17h30

IV. Quels sont les effets des médias sociaux sur notre culture scientifique actuelle? / Welche Auswirkungen haben die soziale Medien auf unsere aktuelle Wissenschaftskultur?

Présidence / Moderation: Antoine Blanchard (C@fé des sciences / Deuxième labo, Paris)

André Gunthert (EHESS, Paris)

Les médias sociaux dans la pratique de la recherche. Retours sur les usages, constats et enjeux / Soziale Medien in der Recherchepraxis: Erfahrungen, Befunde und Herausforderungen

Milad Doueihi (Université Laval, Québec)

Humanités ou humanisme numérique? / Geisteswissenschaften oder digitaler Humanismus?

Peter Haber (Universität Basel)

Entre méthodologie et pratique: L’écriture de l’Histoire au XXIe siècle / Zwischen Methodologie und Praxis: Geschichte schreiben im 21. Jahrhundert

17h30-18h00

V. Discussion générale / Abschlussdiskussion

Présidence / Moderation: Geert Lovink (Institute of Network Cultures, Amsterdam)

Inscription demandée / Anmeldung erforderlich

Dunja Houelleu: dhouelleu@dhi-paris.fr

Lieu / Ort

DHIP / IHA

8, rue du Parc-Royal

75003 Paris

Métro: Saint-Paul, Chemin Vert

Organisé par / organisiert von

Gudrun Gersmann, Mareike König, Pierre Mounier

« Lire à l’ère du numérique. Technologies, usages et économie numérique en débat » (Paris, 20 janvier 2011)

Marin Dacos, directeur du Centre pour l’édition électronique ouverte, interviendra lors de la sixième session du cycle Une société créative, les sciences, l’innovation et l’éducation en question organisé par l’Institut des hautes études pour la science et la technologie. Cette session, intitulée « Lire à l’ère du numérique. Technologies, usages et économie numérique en débat », aura lieu le jeudi 20 janvier à la Cantine, 75002 Paris.

Programme

Introduction

L’impact de la technologie sur les usages, le développement de l’économie numérique et les débats que ces changements technologiques suscitent seront abordés sous l’angle des objets scientifiques, culturels et patrimoniaux.
Notre approche des pratiques culturelles et de notre propre culture en seront-t-elles modifiées ? La lecture en sera-telle modifiée? Comment les différents groupes sociaux (les jeunes, les scientifiques, usagers des bibliothèques…) réagissent-ils à ces changements?  Que se passe-t-il à l’étranger ?
La session sera l’occasion de regarder comment les technologies numériques se sont développées et ont été absorbées ou non par la société. Les regards de praticiens éclaireront les usages actuels et futurs dans une économie numérique en plein développement.
08h00 Accueil

08h30-09h00 Qu’est-ce que lire ?

Paul MATHIAS, inspecteur général, Inspection générale de l’éducation nationale, Collège philosophie
09h00-09h30 Préparation aux questions
09h30-10h00 Questions à Paul Mathias
10h00-10h30 Pause

10h30 – 11h00 Pourquoi l’accès libre est-il essentiel à la lecture numérique ?

Jean-Claude GUEDON, professeur au Département de littérature comparée, Faculté des arts et des sciences de l’Université de Montréal (UdeM)
11h00-11h30 Questions à Jean-Claude Guédon

11h30-12h00 Les quatre aveugles et l’éléphant web

Fabien GANDON, chercheur au sein de l’équipe de recherche Edelweiss de l’INRIA Sophia Antipolis
12h00-12h30 Questions à Fabien Gandon
12h30-14h00 Déjeuner

14h00-14h30 Économie et politique du livre à l’heure du numérique

Françoise BENHAMOU, professeur au Centre d’économie de l’université Paris nord (Paris13) – CEPN
14h30-15h00 Questions à Françoise Benhamou

15h00-17h00 Livre et lecture numérique, observation des usages

Table ronde animée par :
Francis ANDRE, directeur adjoint de l’information scientifique et technique du CNRS, conseiller de l’IHEST
Avec la participation de :

  • Patrick BAZIN, directeur de la Bibliothèque publique d’information (BPI) au Centre Pompidou
  • François GEZE, président directeur général des éditions La Découverte
  • Marin DACOS, ingénieur de recherches au CNRS et Directeur du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo)
  • Thierry BACCINO, professeur à l’université Paris VIII, directeur scientifique du Laboratoire des usages en technologies d’information numérique (LUTIN) du CNRS

17h00-17h30 Pause

17h30-18h30 Réflexions partagées

Lieu

La Cantine
151 rue Montmartre, Passage des Panoramas
12 Galerie Montmartre
75002 PARIS

Le programme complet au format PDF

Enquête sur les pratiques informationnelles des chercheurs par l’Urfist PACA et Corse

L’Unité régionale de formation à l’information scientifique et technique (Urfist) des régions PACA et Corse réalise une enquête sur les pratiques informationnelles des chercheurs.
Chercheurs, enseignants-chercheurs, doctorants sont donc sollicités pour répondre à un questionnaire (15 minutes environ) accessible en ligne.

vie-universitaire-2-500

Dans le mensuel Vie Universitaire : « La communication scientifique à l’heure du web 2.0 »

Le  mensuel Vie Universitaire consacre son dernier numéro (n°138 – juin 2010) à la question : « communication scientifique : risques et nécessité ».  Ce numéro aborde notamment dans sa rubrique Enquête, la problématique de la communication scientifique à l’heure du web 2.0. Marin Dacos, Directeur du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) donne son avis sur le sujet.

Introduction de l’article :

Alors qu’il existe aujourd’hui une profusion d’outils numériques, la communication scientifique se fait-elle de manière plus directe ? Pas si sûr. Car la communauté des chercheurs hésite à prendre franchement le virage du web 2.0, et ce sont en définitive les institutions qui semblent conduire le mouvement.

Lire la suite :

Télécharger le PDF

shs2010web

Le Cléo participe au « printemps des Sciences Humaines et Sociales »

shs2010_affiche_web« Le Printemps des Sciences Humaines et Sociales » organisé par la Maison des Sciences Humaines et Sociales (MESHS) à Lille aura pour thème cette année les  « SHS 2.0 : objets et pratiques numériques ».

Dans le cadre de cette manifestation, Marin Dacos, directeur du Cléo interviendra aux côtés de Renaud Limelette, chef de projet du portail Fontes Historiae IurisCynthia Pedroja, Chargée des ressources documentaires numériques à la MESHS et Stéphane Pouyllau,  Responsable du pôle Digital Humanities au TGE Adonis et du Centre national pour la numérisation de sources visuelles (CN2SV) dans un séminaire consacré aux Digital Humanities. La séance sera introduite et menée par Gabriel Galvez-Béhar, Maître de conférences en histoire à l’Université Lille 3 (laboratoire IRHiS), responsable scientifique à la MESHS.

L’intensification des usages des technologies de l’information et de la communication bouleversent les sciences humaines et sociales. Si ces pratiques constituent un terrain d’enquête et d’analyse, elles rencontrent également celles des chercheurs en SHS. Avec le développement du micro-ordinateur et avec l’essor d’Internet, de nouvelles possibilités techniques sont mises au service de la recherche et redéfinissent en même temps les manières de faire, voire transforment les communautés savantes elles-mêmes.
Ce constat est au cœur des Digital Studies qui se développent outre-Atlantique depuis plus d’une dizaine d’années et dont le but est d’intégrer les nouvelles technologies aux pratiques de recherche et d’enseignement en SHS. Les humanités numériques jouent désormais un rôle fondamental dans la constitution et la conservation des données ; elles transforment le rapport aux sources, dont la démultiplication nécessite de nouveaux modes de critiques. L’usage des nouvelles technologies intervient également dans la production des connaissances, qu’il s’agisse d’analyse textuelle, de système d’information géographique ou de simulation statistique. Enfin, les humanités numériques jouent aussi un rôle important dans la diffusion des savoirs. L’émergence de l’édition électronique transforme l’économie de l’argumentation mais aussi les modes de validation des connaissances.
Lire la suite…

Ce séminaire est ouvert au public et a lieu le lundi 22 mars 2010 de 15h à 18h / MESHS – Espace Baïetto / 2 rue des canonniers – Lille

Présentation du « printemps des Sciences Humaines et Sociale »

L’importance croissante des données numériques et de leur échange (qu’il s’agisse d’images, de textes, de vidéo, de musique ou de quelque autre « data ») a donné à l’ordinateur individuel, ou au serveur de données, une place prépondérante dans l’économie de la recherche, tout comme dans notre rapport individuel à l’information et au savoir. Sans micro-ordinateur, point de salut. Après avoir bénéficié de l’aide à l’écriture par le biais du traitement de texte, le chercheur dispose aujourd’hui d’un outil de traitement du savoir. Cet outil ordonne, classe, échange, propose, parfois impose des formats. Le numérique est un fait, il remodèle le paysage du savoir, de son apprentissage et des méthodes qui y donnent accès.

Devant notre écran, nous croyons disposer d’un assistant ; d’aucuns pensent que nous avons trouvé un maître (un maître autoritaire) car son action est parfaitement diffuse et continue, parfois tellement omniprésente qu’elle en devient presque invisible et finalement naturelle. Pour avoir sur lui un semblant de maîtrise, il a fallu apprendre des gestes (utiliser des menus, enregistrer, se connecter, envoyer un courriel, ouvrir et redimensionner une image) comme on a appris jadis à lire, compter ou écrire. La pratique de l’outil, si alerte soit-elle, ne nous renseigne cependant pas sur sa nature technologique ou son mode de fonctionnement. Nous utilisons une technique, peut-être même un savoir, si l’on considère que l’informatique est fille des mathématiques, sans toutefois le connaître (à moins d’être informaticien) pour faire progresser ou soutenir le nôtre. Que devons-nous donc penser de cette nouvelle interdépendance des savoirs ?

La Maison européenne des sciences de l’homme et de la société (MESHS), en consacrant son deuxième Printemps des SHS au thème du numérique, s’est proposé de mener une réflexion sur ce qui apparaît à certains comme une révolution. Dans quelle mesure l’informatique (l’ordinateur, pour ne citer que cette machine numérique) intervient-elle dans les processus de recherche ? Jusqu’où les objets d’étude eux-mêmes s’en trouvent-ils modifiés, voire redéfinis ? Dans quelle mesure aussi, et pas seulement au sein des seuls champs disciplinaires des sciences de l’homme et de la société, le numérique réorganise-t-il certains aspects de nos pratiques sociales et culturelles ? (…)

En réunissant des chercheurs d’horizons divers, le Printemps des SHS 2010 entend nourrir une réflexion interdisciplinaire qui rompe avec des questionnements souvent sectoriels sur des pratiques et des objets pourtant omniprésents.
Lire la suite…


Le Printemps des SHS 2010 se déroulera en quatre semaines, introduisant quatre volets différents :

  • L’informatique : un nouveau langage pour un nouveau savoir ?
  • La norme, le droit et la régulation
  • Le document et l’immatériel
  • Accès, interactivité et réseaux sociaux

Les manifestations sont ouvertes à tous. L’entrée y est libre, dans la limite des places disponibles. Une inscription est recommandée.

Liens :

Programme détaillé en ligne

Programme détaillé en PDF

Inscriptions / réservations

Présentation des carnets de recherche et d’Hypothèses à l’INHA

Anne-Laure Brisac d’Invisu a invité le Cléo  à présenter la plateforme Hypothèses et les carnets de recherche en sciences humaines et sociales à l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA). On évoquera en à peu près une heure ce qu’est le blogging en sciences humaines et sociales en montrant plusieurs exemples et un point sera fait sur le développement de la plateforme de carnets de recherche Hypothèses.

Ce sera l’occasion pour des équipes de recherche de voir concrètement comment on peut ouvrir très facilement un site web sur cette plateforme permettant de communiquer sur l’activité d’un séminaire, d’un projet de recherche, d’une thèse, d’un projet de publication, d’un chantier de fouilles archéologiques entre autres.

La présentation se déroule mardi 26 janvier à 18h00 à l’INHA, 6 rue des Petits-Champs, salle Vasari. L’entrée est libre.

logurfistreseau3

Le Cléo et les URFIST s’allient pour la formation aux usages du numérique dans le monde académique

logurfistreseau3Au cours de l’année 2009, le réseau des URFIST et le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) ont conclu un partenariat visant à mutualiser leur travail de veille et de formation sur les usages des technologies numériques dans le monde académique. Ce partenariat se concrétise par l’organisation de formations communes et la migration d’Urfistinfo, le carnet de veille du réseau des URFIST, sur Hypothèses, la plateforme de carnets de recherche proposée par le Cléo.

Des formations communes

Le Cléo et le Réseau des URFIST ont décidé d’organiser en commun deux types de formations, sur les deux thèmes suivants :

  • L’édition électronique de sciences humaines et sociales : les ressources documentaires proposées par le Cléo/Revues.org

Cette formation est prioritairement destinée aux professionnels de l’information scientifique. Elle vise à présenter en particulier aux personnels des bibliothèques et centres de documentation une information à jour et complète sur l’ensemble des services et ressources diffusées sur les portails Revues.org, Hypothèses, Calenda. Au delà, il s’agit de favoriser la prise en compte des ressources en libre accès au sein de ces institutions.

  • Les blogs de sciences : l’exemple de la plateforme Hypothèses

Cette formation est destinée à l’ensemble de la communauté académique. Il s’agit tout à la fois de replacer le développement des pratiques de blogging dans le système d’information scientifique, de présenter Hypothèses, plateforme de carnets de recherche en sciences humaines et sociales, et enfin de proposer une formation pratique à l’usage du blog en utilisant le logiciel WordPress.

Des sessions annuelles sont organisées pour ces deux formations dans les unités régionales qui en font la demande. En 2009-2010, elles auront été organisées dans les URFIST de Rennes, Bordeaux, Nice, Lyon, Strasbourg, Paris. Les partenaires ne s’interdisent pas d’en proposer d’autres à l’avenir, sur la base de besoins spécifiques identifiés.

Stages des URFIST : Rennes, Bordeaux, Nice, Lyon, Strasbourg, Paris

Le transfert d’Urfistinfo sur Hypothèses

Depuis 2004, le réseau des URFIST partage pour l’ensemble de la communauté académique son travail de veille sur tous les domaines de l’information scientifique et technique. C’est le blog Urfistinfo, sur lequel plus de 1000 billets ont été publiés. Fort d’une fréquentation en constante hausse, s’établissant aujourd’hui à plus de 9 000 visites mensuelles, Urfistinfo rejoint la plateforme Hypothèses. La migration est bénéfique pour les deux partenaires : d’un côté l’équipe éditoriale trouve un soutien technique garantissant la pérennité et la visibilité des informations publiées ; de l’autre, Hypothèses s’enrichit d’une source d’informations particulièrement pertinentes pour la communauté scientifique à laquelle elle s’adresse.

Urfistinfo : http://urfistinfo.hypotheses.org

Présentation des URFIST

Mises en place par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche aux débuts des années 80, les Unités régionales de formation à l´information scientifique et technique (Urfist) sont des organismes de formation et de recherche à vocation inter-académique, destinés à développer l’usage de l’information scientifique et technique dans l’enseignement supérieur. Le réseau des Urfist est composé de sept organismes localisés à : Bordeaux, Lyon, Nice, Paris, Rennes Strasbourg et Toulouse, placés sous la tutelle de la Mission de l’information scientifique et technique et du réseau documentaire (ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche). Les missions des Urfist sont les suivantes :

  • Conception et réalisation d’actions de formation
  • Conception et réalisation d’outils pédagogiques
  • Veille et recherche dans le domaine des technologies de l’information, de l’usage des ressources pédagogiques et de la culture informationnelle

Ces missions s’inscrivent dans une vocation plus large – favoriser les liens entre les bibliothèques et la communauté enseignante – qui se traduit notamment par la composition mixte de ses équipes : conservateurs de bibliothèque et enseignants-chercheurs. Les publics privilégiés des Urfist sont les usagers universitaires : professionnels des bibliothèques, enseignants-chercheurs et doctorants. Les actions des Urfist peuvent néanmoins s’adresser aussi à d’autres publics, notamment les enseignants-documentalistes de l’enseignement secondaire.

Présentation du Cléo

Le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo) est un laboratoire associant le CNRS, l’Université de Provence, l’EHESS et l’Université d’Avignon. Cette unité mixte de services (UMS 3287) est installée à Marseille et inscrit son action dans le cadre du Très grand équipement ADONIS, qui lui a confié la charge de coordination de son pôle de valorisation éditoriale. Le Cléo développe Revues.org, plus ancien portail de revues en sciences humaines et sociales en France, qui accueille plus de deux cents revues. Il publie également Calenda, le calendrier des sciences sociales et Hypothèses, plateforme de carnets de recherche. Le Cléo assure des formations diverses dans le domaine de l’édition électronique.

D’autres actions communes seront à prévoir dans les prochaines années, pour renforcer ce fructueux partenariat.

Le Cléo et le Réseau des URFIST

Philadelphia: "Proclaim LIBERTY throughout the land"

Compte-rendu : Open editorial forum: transnationalizing scholarly communication

Philadelphia: "Proclaim LIBERTY throughout the land"

Philadelphia: "Proclaim LIBERTY throughout the land"

Sophie Chevalier, rédactrice en chef de la revue électronique ethnographiques.org, a participé début décembre 2009 au forum Open editorial forum : transnationalizing scholarly communication, organisé à l’occasion du congrès de l’American Anthropological Association. Elle a accepté que nous diffusions son compte-rendu de cette rencontre, au cours de laquelle elle a présenté l’édition des revues anthropologiques en France. Nous l’en remercions vivement.

Lors du congrès de l’American Anthropological Association (2-6 décembre 2009 à Philadelphie), j’ai présenté l’édition – sur papier et en ligne – des revues en anthropologie en France dans le cadre d’un Open editorial forum: transnationalizing scholarly communication (organisé par D. Winnick et D. Brenneis). En particulier, je me suis concentrée sur trois expériences que je connais, soit parce que j’y participe directement, soit parce que je les suis avec attention : la revue « classique » Ethnologie française (papier et Cairn) ; la revue en ligne www.ethnographiques.org ; et enfin, le Centre pour l’édition électronique ouverte, le portail www.revues.org, ainsi que les autres services. L’objectif de cette rencontre était d’échanger les expériences dans le domaine des politiques linguistiques des uns et des autres, en particulier des non-anglophones. De penser diffusion hors de sa zone linguistique et accessibilité. Elle a aussi permis la constitution d’un réseau d’éditeurs de revues en anthropologie dont l’objectif est d’échanger les expériences et les pratiques de uns et des autres. Une trentaine de personnes ont participé à ce forum : des Européens, des Américains, Brésiliens, Mexicains, Japonais et une Indienne.

J’avais donc préparé un powerpoint et j’ai distribué les prospectus de Cléo ; les gens ont été favorablement impressionnés par la plateforme et ses services (et aussi par la prise en charge institutionnelle). Et j’ai mis le reste dans l’immense hall des éditeurs…

Il semble que tout le monde s’accorde pour prôner des traductions en anglais en conservant les articles dans la langue originale pour encourager les lecteurs à « entrer » et découvrir les revues dans les langues originales. Les Brésiliens ont une plateforme – accès libre – www.vibrant.org.br sur laquelle ils traduisent, avec des aides, une sélection d’articles en anglais comme « vitrine » de la recherche en anthropologie. Les Mexicains s’orientent vers la même solution que les Brésiliens, mais d’une façon plus désorganisée (les Brésiliens sont organisés au sein de l’Association brésilienne d’anthropologie – ABA). D’autres propositions ont porté sur des résumés longs – moins coûteux qu’une traduction intégrale (Britanniques). À mon étonnement, il semblerait que le statut de la revue électronique – et donc des publications électroniques – soit peu valorisé dans les CVs des Américains, même si l’AAA a lancé une série de monographies en ligne (impossible de nos jours à publier sur papier, personne n’en veut). Alors que cela ne pose pas de problèmes aux Brésiliens ou Mexicains.

Bref, cette réflexion collective devrait continuer !

Sophie Chevalier

Crédits image : « Philadelphia: “Proclaim LIBERTY throughout the land” », par Tony the Misfit, licence CC.

zarko-drincic-yesterday-news

Journalistes scientifiques et blogs de science

zarko-drincic-yesterday-news

Enquête sur les rapports des journalistes scientifiques avec les blogs de science.

Ce questionnaire anonyme conduit par l’association C@fetiers des sciences et par Hypothèses (Cléo) a pour objectif de déterminer l’impact des blogs de science, en tant que nouveau média, dans la construction et la diffusion du savoir scientifique. Pour la première fois, une enquête cherche à identifier les nouvelles pratiques ou les résistances des journalistes scientifiques face au chamboulement qu’introduit l’Internet participatif. L’exercice pourra être renouvelé pour suivre l’évolution des attitudes au fil des ans.

Ce questionnaire a été conçu afin de prendre en compte toutes les utilisations possibles des blogs de science, que vous en soyez familiers ou pas. Merci d’y répondre de façon la plus précise possible, la qualité des résultats en dépend. Vous pourrez laisser votre adresse de courriel à la fin de l’enquête pour être informé de ses conclusions.

Merci d’avance pour votre participation.

Crédits photographiques : Zarko Drincic, Yesterday news, licence CC – http://www.flickr.com/photos/zarkodrincic/


Les lecteurs de carnets de recherche sont-ils plus fidèles que ceux des revues ?

Dans mon intervention « Que savons-nous de l’identité, des comportements et des attentes des lecteurs de Revues.org en 2008 et 2009 ? », donnée à l’ENSSIB au début du mois, dans le cadre de la journée “Diversité des pratiques documentaires numériques dans les champs scientifiques (INTD – enssib – URFIST)“, j’ai commencé à tirer quelques enseignements de l’enquête actuellement en cours auprès des lecteurs de Revues.org (il est toujours temps d’y répondre !). J’ai également formulé quelques hypothèses sur la fidélité des lecteurs de blogs scientifiques, sur la base d’une analyse rapide des logs des serveurs.

Lire la suite sur Blogo-numericus