Archives pour la catégorie Vie des universités

Les « À la une » de Calenda, du 1er au 16 décembre

Chaque jour, l’équipe de Calenda examine et valide les annonces d’événements scientifiques en lettres, sciences humaines et sociales qui lui ont été suggérées par le biais d’un formulaire en ligne. Parmi les dernières annonces validées, nous avons notamment choisi de mettre « à la une » :

calenda euromed

Calenda et les événements scientifiques dans le monde

De janvier 2010 à août 2011, Calenda a annoncé plus de 4000 événements scientifiques. La majorité de ces événements se déroulent en France, mais nous annonçons également un nombre croissant d’événements ayant lieu à l’étranger. En voici la synthèse en quelques cartes1.

L’actualité scientifique dans les nuages (mais pas trop)

À sa création, Calenda visait notamment à assurer une circulation large et publique des événements scientifiques qui se déroulent partout en France. Dix ans plus tard, le pari est tenu : Calenda relaie une partie de la vie de la recherche de la plupart des départements français, tout en manifestant particulièrement bien l’effet du centralisme parisien sur l’activité scientifique française : presque la moitié des événements annoncés sur Calenda se déroulent en Île-de-France.

On remarquera aussi l’effet notable des sites « historiques » d’implantation de Revues.org, devenu le Centre pour l’édition électronique ouverte en 2009, et de ses partenaires (comme Liens-socio) : Marseille, Avignon, Lyon. L’actualité en sciences humaines et sociales des régions Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur est particulièrement bien relayée, ce qui montre que même dans l’univers du numérique, le lieu physique où les activités se déroulent n’est pas sans conséquence.

Aujourd’hui, les événements annoncés sur Calenda sont le reflet de l’implantation des établissements d’enseignement et de recherche sur le territoire français, prouvant que le calendrier des lettres et sciences humaines et sociales est un outil largement répandu au sein de la communauté scientifique.

 

Calenda mundial : au-delà d’une internationalisation francophone

Depuis plusieurs années, Calenda tend à être un calendrier de l’actualité francophone en sciences humaines et sociales. En effet, le monde académique belge, suisse et québecois s’est très tôt saisi de l’outil que représentait le calendrier, pour annoncer des événements scientifiques nationaux ou internationaux de langue française.

Plus récemment, cette aire francophone croise une aire méditerranéenne de plus en plus dynamique sur Calenda, par le biais du monde de la recherche au Maghreb ou au Machrek. Le réseau des Instituts français de recherche à l’étranger (Ifpo, Ifea…), partenaire de Calenda, a notamment contribué à cette évolution.

Mais depuis 2010, Calenda relaie aussi un nombre croissant d’annonces dans d’autres langues que le français, et notamment en portugais, dans le cadre du projet LusOpenEdition, qui inclut le développement d’un portail lusophone de l’actualité en sciences humaines et sociales. C’est ainsi que le Portugal est le pays où se déroulent le plus d’événements annoncés sur Calenda, juste après la France et à égalité avec la Belgique. La communauté scientifique brésilienne commence également à se saisir de cet outil.

Cette évolution de Calenda vers une plus large couverture géographique et linguistique va pouvoir s’appuyer sur la nouvelle version du site, en cours de développement. Elle permettra notamment de naviguer dans des contenus linguistiques de manière plus spécifique et plus fine.

Pour annoncer des événements scientifiques francophones, lusophones, anglophones ou autre, se déroulant en France, au Portugal ou ailleurs dans le monde, n’hésitez pas à suggérer une annonce sur Calenda !

  1. Ces cartes ont été réalisées grâce à PhilCarto, logiciel développé par Philippe Waniez. Je tiens à remercier Mathieu Coulon (LAMES et TELEMME, CNRS) pour l’aide apportée à leur réalisation. []
Nice Valrose, licence CC, par Cercamon

colloque international : « Penser global, agir local. Politiques de mise en ligne de la production académique »

Nice Valrose, licence CC, par Cercamon

Nice Valrose, licence CC, par Cercamon

Le Cléo participe au colloque international « Penser global, agir local. Politiques de mise en ligne de la production académique » qui se tient à Nice les 29 et 30 mars 2010. Marin Dacos est membre du Comité scientifique du colloque et Pierre Mounier interviendra au cours du colloque.

***

L’explosion de l’offre et de la demande en IST (information scientifique et technique) et en ressources documentaires induite par le développement technologique est un changement de modèle considérable dans un contexte mondialisé de compétition très rude. Ce changement affecte les acteurs du monde académique (enseignants-chercheurs, bibliothécaires, étudiants, éditeurs), les supports, les modes de signalisation, d’accès et de diffusion (bases de données, périodiques, livres, cédéroms, plate-formes, portails, blogs). Il fait évoluer les pratiques des usagers. Il bouscule des organisations assises et sûres de leur pérennité. Il génère de nouveaux modèles économiques et de nouveaux modèles d’évaluation des résultats de la recherche. Il implique aussi de nouveaux modèles de financement.

Lundi 29 et mardi 30 mars 2010

Lieu : Université de Nice-Sophia Antipolis, Campus Valrose, Théâtre du Grand Château

Thématiques :

* Enjeux et modèles économiques et scientifiques, payants et en libre-accès, de la mise en ligne de la production académique.
* Pratiques et expériences en cours dans la communauté académique.
* Acculturation des pratiques du libre-accès à l’IST.

Public : Tout membre de la communauté académique, de la gouvernance aux enseignants-chercheurs et aux professionnels de l’IST et de la documentation, ayant une pratique ou une approche projective du sujet.

Patronage : CS-UNS

Organisation et contacts : SCD / UNS
Louis [point] Klee (at) unice [point] fr ; Catherine [point] Jomotte (at) unice [point] fr

Comité scientifique :

* Raymond Bérard (ABES-agence bibliographie de l’enseignement supérieur),
* François Cavalier (Sciences-Po-Paris Bibliothèque),
* Marin Dacos (Revues.org),
* Jean-Claude Guédon (Université de Montréal),
* Louis Klee (Université Sophia Antipolis SCD),
* Annaïg Mahé (URFIST Ecole des Chartes-Sorbonne),
* Michel Roland (URFIST PACA ),
* Jean-Emile Tosello-Bancal (Universités Panthéon Sorbonne et Panthéon Assas Bibliothèque Cujas),
* Guy Cobolet (BIU Médecine Paris)

EXPOSÉ DES MOTIFS

L’explosion de l’offre et de la demande en IST (information scientifique et technique) et en ressources documentaires induite par le développement technologique est un changement de modèle considérable dans un contexte mondialisé de compétition très rude. Ce changement affecte les acteurs du monde académique (enseignants-chercheurs, bibliothécaires, étudiants, éditeurs), les supports, les modes de signalisation, d’accès et de diffusion (bases de données, périodiques, livres, cédéroms, plate-formes, portails, blogs). Il fait évoluer les pratiques des usagers. Il bouscule des organisations assises et sûres de leur pérennité. Il génère de nouveaux modèles économiques et de nouveaux modèles d’évaluation des résultats de la recherche. Il implique aussi de nouveaux modèles de financement.

La mise en ligne des résultats de la recherche comme de la pédagogie, que nous globalisons en « production académique » est devenue un enjeu important dans la politique des universités et ce dans un contexte mondial dominé par la compétition entre éditeurs, par le mouvement du libre-accès aux résultats de la recherche et par les évaluations internationale et nationale des universités, initiées par le classement de Shanghaï. En effet, la mise en ligne procède de 2 démarches complémentaires : une démarche altruiste (partager et échanger des résultats) et une démarche plus individualiste (identité et valorisation de la personne morale et physique, antériorité d’une publication et citabilité de la personne morale et physique).

Les Archives Ouvertes, le libre-accès et la réflexion autour de la mise en ligne des résultats de la production académique restent en France en-deçà des standards anglo-saxons. La tenue de Berlin 7 à Paris du 2 au 4/12/2009 représente une sérieuse avancée. L’Université de Nice Sophia Antipolis (UNS) et son SCD organisent ce colloque avec l’objectif de poursuivre sur cette lancée au niveau très pragmatique et factuel des établissements et de la communauté académique de « base » pour contribuer ainsi à l’acculturation des pratiques de libre-accès. Ce n’est donc pas un colloque de spécialistes mais une rencontre entre intervenants compétents, présentant leurs démarches, leurs expériences et leurs difficultés dans les processus de mise en ligne de la production académique. Il permettra de confronter les pratiques et les expériences en cours dans la communauté académique, de dégager les enjeux, la prospective et des pistes d’action.

Le colloque souhaite favoriser les échanges entre les protagonistes : il n’est pas conçu sur une suite de communications institutionnelles mais sur un principe inter-actif d’alternance de présentations suivies par des tables-rondes / débats associant les participants, un peu sur le modèle d’une émission radiophonique. Les modérateurs seront des acteurs importants de la pédagogie du colloque en favorisant le dialogue. Au final chaque participant devrait repartir avec le désir d’agir ou de poursuivre dans cette politique.

Un mot sur l’UNS. Elle développe une politique raisonnée en matière de mise en ligne des résultats de la recherche : JALON plate-forme de mise en ligne des cours, REVEL plate-forme pépinière de mise en ligne de ses revues SHS, s’orientant aussi vers la mise en ligne d’autres types de publications. Elle utilise aussi iTunesU. Elle a développé un partenariat avec revues.org pour ses revues et avec le CCSd pour HAL-unice, portail de dépôt de HAL, archive ouverte multidisciplinaire. Elle abrite une URFIST (Unité de formation à l’IST) dont l’une des missions spécifiques est la veille dans le domaine des publications en ligne.

Programme

1ère journée, lundi 29 mars 2010 : Penser global

modérateur : Joachim Schöpfel (MCF, membre du laboratoire GERIICO et directeur de l’UFR IDIST Lille 3)

10h30 – Ouverture par le président Albert Marouani et présentation du colloque : Louis Klee, directeur SCD UNS et Jean-Claude Guédon, PR Université de Montréal et grand témoin du colloque

10h45-11h45 Contexte et enjeux de la mise en ligne de la production académique. Grandes tendances en STM et en SHS par Annaïg Mahé (MCF, URFIST Ecole des Chartes Sorbonne)

11h45-12h30 Propriété intellectuelle, débat avec Fabrice Siirianen (PR Université de Nice Sophia Antipolis, Faculté de droit, GREDEG équipe CREDECO), Danièle Bourcier (DR CNRS, responsable du groupe » Droit gouvernance et technologies » au CERSA, spécialiste des Creative commons), Carine Bernault (MCF à l’université de Nantes)

12h30-14h Buffet

14h15-15h45 Politiques éditoriales et modèles économiques des éditeurs commerciaux :

* Elsevier / Jean-Franck Cavanagh (directeur des relations extérieures en France),
* Springer / Guido Zosimo-Landolfo (directeur général en France),
* Cairn / Marc Minon (directeur)

Pause : 15′

16h-17h15 Politiques éditoriales et modèles économiques du monde académique :

* CLEO et Revues.org / Marin Dacos (directeur),
* Persée / Gilbert Puech (PR, directeur et ancien président de l’université Lyon 2),
* PubMed / Guy Cobolet (directeur BIUM Paris),
* Revue d’Economie industrielle / Richard Arena (PR UNS, directeur de la publication)

17h15-18h15 Conclusion sur le marché de l’édition scientifique par Ghislaine Chartron (PR CNAM) et débat entre les intervenants :

* Jean-Franck Cavanagh,
* Guido Zosimo-Landolfo,
* Marin Dacos,
* Gilbert Puech,
* Bernard Rentier,
* Richard Arena

20h Dîner du colloque à la brasserie FLO

2ème journée, mardi 30 mars 2010 : Agir local. Le patrimoine des établissements

modérateur : Jean-Emile Tosello-Bancal (directeur Bibliothèque Cujas)

9h-10h15 Les métadonnées : réflexion croisée et éclairages sur l’interopérabilité : logiciels de gestion (Apogée, STAR, HAL, etc.), moissonnage et continuité des collections

* ABES, Raymond Bérard, dir.
* BNF, Dominique Stutzmann, Département information bibliographique et numérique
* AMUE, Christian Michau, adj.dir. de l’AMUE
* Couperin, Grégory Colcanap, dir. SCD Evry
* Persée, Viviane Bouletreau
* CCSd, Daniel Charnay

Pause : 15′

10h30-12h45 Patrimoine des chercheurs, patrimoine des établissements et mise en ligne de la production académique. Dialogue entre opérateurs nationaux et locaux en Europe :

* TGE Adonis, accès unifié aux données et documents numériques en SHS (Yannick Maignien, directeur),
* CCSd : hal.archives-ouvertes.fr (Angel Alastuey et Daniel Charnay),
* EPFL Lausanne Suisse (David Aymonin),
* Université de Liège recteur ULg (Bernard Rentier),
* Sciences-Po Paris (François Cavalier, directeur bibliothèque),
* OATAO (Sandrine Malotaux, directrice bibliothèque INP Toulouse),
* Université de Nice Sophia Antipolis : REVEL et HAL-unice (Louis Klee, directeur SCD-BU),
* TICE JALON / iTunesU (Christophe Bansart, directeur TICE)

13h-14h Buffet

14h15-15h15 Google’s goggles : éclairages sur la numérisation de masse
Introduction par Olivier Ertzscheid puis débat avec Michel Roland (URFIST-PACA) et Yannick Maignien (TGE Adonis)

15h15-16h15 Science 2.0 : évaluation des usages, pratiques pour les chercheurs et les étudiants à l’ère du numérique et enjeux de la formation
Dialogue entre

* Michel Roland (URFIST-PACA),
* Pierre Mounier (CLEO, Revues.org),
* Cherifa Boukacem (MCF responsable du projet EPEF, membre du laboratoire GERIICO)

Pause : 15′

16h30-17h Table-ronde de synthèse et de prospective : Jean-Claude Guédon, grand témoin, en compagnie de quelques intervenants

Diffusion et publication des Actes

Le colloque sera enregistré par le service TICE de l’UNS sur iTunesU et sera diffusé dans les 15 jours via son portail La possibilité d’organiser des interviews spécifiques est étudiée, de même que la publication d’actes en ligne (plate-forme REVEL) et sur support papier.

Organisation / contacts
► SCD / UNS : Louis [point] Klee (at) unice [point] fr ; Catherine [point] Jomotte (at) unice [point] fr

Bulletin d’inscription
► Site SCD UNS ou fichier joint

Participation aux frais
► 150 € pour une inscription, 200 € : inscriptions multiples (2 à 5) pour la même institution, incluant les buffets de midi. Repas du colloque : 40 € par personne

Correspondance
► SERVICE COMMUN DE LA DOCUMENTATION – BU DIRECTION – Parc Valrose B.P. 2053 06101 NICE CEDEX 2 ♦ tel. 04.92.07.60.00 ♦ fax 04.92.07.60.10

Autres renseignements pratiques

Office du tourisme

En savoir plus

openaccess_logo

L’Université de Provence se prononce pour la signature de la Déclaration de Berlin

openaccess_logo

Le conseil d’administration de l’Université de Provence vient de se prononcer sur la signature de la Déclaration de Berlin, étape majeure pour garantir à tous l’accès à la connaissance sans barrière financière et monopole commercial. Une étape décisive dans l’Open Access.

Voici le texte du communiqué de presse :

Mardi 10 novembre 2009

Université de Provence
Communiqué de presse

Diffusion de connaissances
L’Université de Provence se prononce pour la signature de la Déclaration de Berlin

Le 2 novembre, le Conseil d’Administration de l’Université de Provence a approuvé la signature de la Déclaration de Berlin sur le « libre accès à la connaissance en sciences exactes, sciences de la vie, sciences humaines et sociales ».

L’Université de Provence fera partie des 15 premiers signataires français. La déclaration de Berlin date de 2003 et a été signée à ce jour par 300 institutions scientifiques majeures dans le monde.

La déclaration de Berlin est l’une des étapes clés dans le développement libre accès, car elle marque l’implication des principaux organismes de recherche Européens signataires qui s’engagent ainsi à « promouvoir un Internet qui soit un instrument fonctionnel au service d’une base de connaissance globale et de la pensée humaine », et définissent « des mesures (…) à envisager par les responsables politiques en charge de la science, les institutions de recherche, les agences de financement, les bibliothèques, les archives et les musées. »*

Garantir à tous l’accès à la connaissance sans barrière financière ni monopole commercial

L’Université de Provence est particulièrement impliquée dans ce mouvement pour le libre accès au travers du Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo), laboratoire associant le CNRS, l’EHESS, l’Université de Provence et l’Université d’Avignon. Cette unité est installée Marseille, sur le site Saint Charles de l’Université de Provence ; elle inscrit son action dans le cadre du Très grand équipement ADONIS, réseau dont elle fait activement partie.

*Source : http://openaccess.inist.fr

Grande université pluridisciplinaire, lʼUniversité de Provence compte 2000 personnels et accueille 22 000 étudiants. Elle dispense des formations en arts, lettres, langues, en sciences humaines et sociales et en sciences et technologies. LʼUniversité de Provence cʼest : 95 mentions de diplômes, 60 unités de recherche labellisées de niveau international, 45 langues cultures et civilisations étrangères enseignées, 285 établissements partenaires à travers le monde, 18 implantations géographiques sur 7 villes de la région.

Le communiqué de presse au format PDF

camion-grille-universite-pr

Fermeture temporaire des locaux du Cléo

Le campus Saint-Charles de l’université de Provence, qui héberge les locaux du Centre pour l’édition électronique ouverte, est fermé depuis vendredi 27 mars pour des raisons de sécurité. Des émanations de sulfure d’hydrogène (H2S) ont été constatées et ont entraîné une fermeture des locaux, dans l’attente des résultats de l’analyse des prélèvements d’air.

L’équipe du Cléo télé-travaille donc depuis vendredi. Nous sommes injoignables par téléphone sur nos lignes fixes professionnelles. Nous restons à votre disposition par messagerie électronique et répondons à vos demandes dans la mesure du possible. Nous faisons de notre mieux pour que cette situation n’affecte pas le fonctionnement de nos plateformes.

Nous vous remercions de votre compréhension et espérons avec vous que cette situation ne durera pas.

Lire la suite

Le Cleo prend position et se projette dans l’avenir

Ingénieurs de recherche, ingénieurs d’études, assistants ingénieurs, techniciens, enseignants, titulaires, en CDD, en contrats de vacations, tous personnels du Centre pour l’édition électronique ouverte, unité de service du CNRS, de l’EHESS, de l’Université de Provence, de l’Université d’Avignon, nous exprimons notre vive inquiétude quant à l’avenir du CNRS et de la politique de recherche en France. Nous exprimons notre attachement à un organisme de recherche national, qui regroupe l’ensemble des disciplines scientifiques et des métiers contribuant à une recherche de qualité, reconnue au niveau international. Nous refusons à ce titre que le CNRS se transforme en agence de moyen séparant de fait les chercheurs des métiers d’accompagnement de la recherche. Nous exprimons également notre refus d’une précarisation institutionnalisée des postes d’ITA comme de ceux des chercheurs.

Nous soutenons le mouvement de la Coordination nationale des universités autour du statut des enseignants-chercheurs en ce que cette réforme préfigure l’éclatement des personnels aux services de la recherche.

Nous soutenons également la motion votée par l’Assemblée générale régionale PACA du CNRS le 28 janvier 2009.

Enfin, nous soutenons l’« Appel des appels » et insistons sur les dangers qu’une précarisation des emplois fait peser sur la qualité des services publics, notamment celui de la recherche.

Site de l'Université François Rabelais de Tours

Tours, le 1er décembre 2008 : blogs et carnets de recherche en SHS

L’équipe du CLEO poursuit la présentation de la plateforme Hypothèses auprès des chercheurs des différentes institutions et universités.

Intervenant :

Marin Dacos, CNRS, Agrégé d’histoire,
Directeur du Centre pour l’édition électronique ouverte (CLEO)

Lieu :

Université François Rabelais de Tours
Site Tanneurs
5ème étage de la Bibliothèque Universitaire Lettres-Langues, Arts-Sciences humaines

Date et horaire :

le 1 décembre 2008 de 15 à 17 heures

Page de l’Université François Rabelais de Tours

Une présentation de la plateforme “Hypothèses” par Marin Dacos, directeur du Centre pour l’édition électronique ouverte.

Le CLEO a lancé en février 2008 sa plateforme de carnets de recherche Hypothèses. Ouverte à toute la communauté académique dans toutes les disciplines des sciences humaines et sociales, elle permet aux chercheurs et équipes de recherche de diffuser facilement et rapidement de l’information en relation directe avec leur pratique scientifique.

Depuis quelques années, les étudiants avancés, les chercheurs et les enseignants, mais également les documentalistes et les ingénieurs des milieux de la recherche utilisent ces outils de mise en ligne rapides et légers dans leur activité professionnelle.
Ces “carnets de recherche” constituent de véritables instruments de communication et d’information scientifique. Leurs usages sont très divers : carnets de fouilles archéologiques, cahiers de terrain en sciences sociales, moyens de diffusion des savoirs, journaux de bord de projets de recherche, publications d’actualités pour des revues scientifiques ; ils correspondent certainement au désir des acteurs de la recherche en sciences humaines et sociales de pouvoir présenter leur travail sans filtre ni intermédiaire, mais aussi à la pression croissante d’un environnement de recherche toujours plus demandeur en terme de communication.

Les carnets de recherche constituent en tous cas un intéressant complément par rapport à la publication traditionnelle qu’ils ne remplacent évidemment pas.

Cette présentation est proposée par le Centre pour l’édition électronique ouverte, le Service Commun de Documentation de l’université François-Rabelais et le Centre de Ressources Electroniques sur les Villes de la Maison des Sciences de l’Homme de Tours.

operation-campus-carte-11-juillet-2008_31642

Opération campus : l’EHESS (Paris) et Aix-Marseille sélectionnés

L’”Opération campus” a été lancée par le gouvernement français pour développer l’immobilier universitaire. Ce plan bénéficie d’un effort de financement issu de la cession de 3 % d’EDF par l’État, qui permettra la rénovation des 10 premiers grands projets de campus. Le CLEO se félicite de ce que les deux établissements de tutelle qui mettent à sa disposition des locaux aient été sélectionnés parmi les projets qui seront soutenus par l’État :

  • Le projet présenté par le Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur Aix-Marseille Université
  • le projet “Campus Condorcet Paris-Aubervilliers” présenté par les universités Paris I, Paris VIII et Paris XIII, l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, l’Ecole Pratique des Hautes Etudes, l’Ecole d’économie de Paris et l’Ecole des Chartes.

Voir le communiqué officiel.