À paraître en 2010 : Read/Write Book. Le livre inscriptible

couverture

Read/Write Book. Le livre inscriptible est le premier ouvrage publié par le Centre pour l’édition électronique ouverte. Il accompagne, sous forme expérimentale et multi-supports, l’université d’été de l’édition électronique ouverte, qui se tiendra à Marseille du 7 au 11 septembre 2009. Il réunit des textes écrits par Philippe Aigrain, Antoine Blanchard, Virginie Clayssen, Marin Dacos, Robert Darnton, Milad Doueihi, Fabrice Epelboin, Joël Faucilhon, Hubert Guillaud, André Gunthert, Pierre Mounier, Tim O’Reilly, Andrew Savikas, Nova Spivack et Bob Stein.

Une première édition du livre sera diffusée en impression à la demande (via Unibook) lors de l’université d’été. Les stagiaires vont travailler sur divers formats de ce livre (Epub, TEI, Lodel, etc). Une deuxième édition sera diffusée ensuite, sous forme électronique sur Immatériel.fr et sur Feedbooks.com

Nous remercions UNIBOOK pour leur collaboration très efficace!

Vous pouvez télécharger la version de travail du livre qui sera soumise aux stagiaires (1er septembre 2009).

Hervé Bienvault a eu la gentillesse de le recadrer pour les liseuses. Vous pouvez essayer cette version !

Une version papier du Read/Write Book, en impression à la demande, de la première édition est disponible sur le site d’Unibook.

Sommaire

Introduction
Marin Dacos
Read/Write Book. Le livre devient inscriptible

Chapitre 1. Le livre électronique est un texte

Hubert Guillaud
Le papier contre l’électronique

Hubert Guillaud
Qu’est-ce que le livre à l’heure du numérique ?

Bob Stein
A Unified Field Theory of Publishing in the Networked Era

Nova Spivack, traduction de Virginie Clayssen
Bienvenue dans le flux : un nouvel âge pour le web

Chapitre 2. Monopolivre

Joël Faucilhon
Portrait du pirate en conservateur de bibliothèque

Milad Doueihi
Le livre à l’heure du numérique : objet fétiche, objet de
résistance ?

Philippe Aigrain
La contribution créative : le nécessaire, le comment et ce qu’il faut faire d’autre

Robert Darnton
La bibliothèque universelle, de Voltaire à Google

Tim O’Reilly, traduction de Virginie Clayssen
Concurrence sur le marché du livre

Andrew Savikas
Amazon Ups the Ante on Platform Lock-in

Fabrice Epelboin
Données et métadonnées : transfert de valeur au cœur de la stratégie des médias

Chapitre 3. Édition électronique scientifique ?

Pierre Mounier
L’édition en ligne : un nouvel eldorado pour les sciences humaines ?

Antoine Blanchard
Ce que le blog apporte à la recherche

André Gunthert
Why Blog ?

Conclusion
Marin Dacos
Rendez-vous dans la bouquinosphère

Orientations bibliographiques

Biographie des auteurs

Remerciements

« Ce recueil constitue un état des lieux des réflexions d’une communauté de chercheurs, de professionnels du livre, de pédagogues, de professionnels du numérique, d’expérimentateurs et d’explorateurs, parfois même de conquistadores, bref, d’une communauté d’intellectuels inscrits dans leur siècle que l’on appelle parfois la bouquinosphère. Ils partagent, débattent et parfois même s’étripent au sujet d’un sujet qui les passionne tous : le livre. Il faut saluer leur générosité et l’acuité de leur pensée. Je remercie particulièrement Hubert Guillaud, Virginie Clayssen et Pierre Mounier, dont l’inlassable travail de repérage, traduction, confrontation et mise en perspective ont rendu ce livre possible. Enfin, la dette de ce livre envers l’ensemble de l’équipe du Centre pour l’édition électronique ouverte est énorme, à travers l’enthousiasme, l’exigence de service public et le goût du travail bien fait, dont ils font preuve chaque jour.»

Textes réunis par Marin Dacos.

Hypothèses sera indexé par le moteur de recherche Isidore

856989001_1165d29aea

Tout récemment, le TGE Adonis, le très grand équipement numérique pour les sciences humaines et sociales au niveau national, a annoncé la mise en chantier de son « infrastructure numérique d’accès unifié » aux données des SHS. Cette initiative devrait aboutir, à l’échéance d’un an, à la mise à disposition du moteur de recherche Isidore, indexant l’ensemble des données de la recherche française.

Sélectionnée en février dernier dans le cadre de l’appel à projets 2009-2010 lancé par le TGE Adonis, la plateforme Hypothèses constituera une des sources de données importantes pour ce moteur de recherche. Cela signifie que tous les billets publiés sur les carnets d’Hypothèses y seront indexés et repérés, aux côtés des articles de revues, des livres électroniques, des dépôts des archives ouvertes et des sources primaires de la recherche en SHS.

Cette nouvelle est une véritable satisfaction pour l’équipe d’Hypothèses, parce qu’elle marque une double reconnaissance : reconnaissance de la qualité éditoriale et scientifique des carnets de recherche accueillis sur la plateforme d’abord. Bravo donc à nos chers « carnetiers » dont nous lisons tous les jours avec plaisir les riches contributions. Bravo aussi au comité scientifique d’Hypothèses qui, par le travail de sélection mais aussi de conseil qu’il effectue depuis un an avec exigence et bienveillance tout à la fois, est le véritable artisan et le garant de cette qualité.

Cette décision du TGE constitue aussi une marque de reconnaissance plus large envers les blogs de sciences dont l’utilité comme véritable outil de communication et d’information scientifique est ici manifestée. C’est pour nous une étape décisive dans le long combat que nous menons contre le scepticisme qui accueille trop souvent ce moyen de communication dans notre pays.  Nous nous permettrons donc un petit salut amical envers nos frères d’armes, ces « hard blogging scientists », Olivier Ertzscheid, André Gunthert, François Briatte, sans oublier nos amis du C@fé des Sciences, dont nous espérons qu’ils se réjouiront avec nous de cette nouvelle.

Lire la suite

Des liseuses aux terminaux mobiles

Dans le cadre de la préparation de L’édition électronique (Marin Dacos, Pierre Mounier, éditions La Découverte, collection Repères, à paraître début 2010), nous continuons à soumettre nos réflexions sur Blogo-numericus.

Le monde de l’édition semble attendre beaucoup des machines à lire portables. Ces dispositifs, imaginés dès les années 1970 dans le laboratoire de recherche de Palo Alto de Xerox [Soccavo, p.66 dans La bataille de l’imprimé], sont apparus au début des années 2000, puis, après une longue éclipse, sont revenus en 2008 et ont commencé à constituer un marché spécifique en 2009 (surtout autour du Kindle d’Amazon, exclusivement aux USA). On les a longtemps appelés E-Readers, voire même E-books, confondant ainsi le contenu et la machine qui permet de le lire. Virginie Clayssen a proposé d’adopter le terme de liseuse pour désigner la machine.

Lire la suite…

Le Très grand équipement (TGE) ADONIS du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) lance la première phase de réalisation de l’infrastructure numérique d’accès unifié aux données et documents des Sciences Humaines et Sociales (SHS)

Le Très grand équipement (TGE) ADONIS du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) lance la première phase de réalisation de l’infrastructure numérique d’accès unifié aux données et documents des Sciences Humaines et Sociales (SHS).

tge-adonis-2
S’appuyant sur les communautés de chercheurs, d’ingénieurs et de techniciens, mais aussi sur les opérateurs des humanités numériques du monde de la recherche et de l’enseignement supérieur, le TGE ADONIS travaille, depuis deux ans, à la définition d’un accès unifié aux données et à la mise en place d’une interconnexion des services numériques dans le cadre du développement de l’e-science dans les SHS. Ce travail de conception a été réalisé au travers d’appels à projets, de projets pilotes (numérisation, archivage pérenne, expérimentations technologiques) et d’engagements et de soutiens en direction des plateformes technologiques des SHS (mise en ligne de sources et corpus, édition électronique). Il a aussi bénéficié des travaux de l’Université d’été (Lyon, sept. 2008), et des ateliers et séminaires de travail (nov. 2008-jan 2009).
Cette première phase de réalisation, qui va durer un an, permettra la mise en œuvre :- D’un moteur de recherche sur les données, méta-données et documents des SHS accessibles au travers de protocoles standards issus du mouvement de l’open access tel que l’OAI-PMH, utilisé depuis plusieurs années par les producteurs de données en SHS. Ce moteur à facettes permettra de proposer les réponses fondées sur les interconnexions de données les plus pertinentes.

Ce cœur du dispositif est sous traité et donne lieu à un marché. Un prestataire sera choisi en octobre 2009 et une plateforme sera livrée en octobre 2010.
- D’un socle d’intégration de services (annonces scientifiques, géo-localisation de données, transformation automatisée de masse de données, gestionnaires de méta-données, archivage pérenne, hébergement de données, réseaux sociaux). Ces services feront au fur et à mesure l’objet de contractualisations avec les grands opérateurs public

Pour cette première phase, financée par le plan de relance gouvernemental attribué au CNRS, le TGE ADONIS s’est associé au Centre pour le communication scientifique directe (CCSD) du CNRS, au Centre de Calcul de l’IN2P3 et au Centre pour l’édition électronique ouverte (CLEO), en constituant une équipe projet.

En parallèle, durant toute cette phase de réalisation, des consortiums d’équipes retenues par appel à projets (plus de 40 équipes) viendront nourrir d’exemples, contraintes et tests spécifiques les fonctionnalités en cours développement, associant étroitement diverses communautés utilisatrices.

A terme, ce projet vise à :

- Mettre en place la mémoire vivante de la recherche en SHS et à la rendre accessible au plus grand nombre

- Placer les données et documents des SHS dans le Web de données, la prochaine évolution du Web permettant une meilleure mise à disposition, relation et échange de données brutes de/pour la recherche scientifique

- Initier un processus pour améliorer l’exposition, la mise à disposition des données et les projets collaboratifs des communautés (chercheurs, documentalistes, bibliothécaires, ingénieurs en humanités numériques, informaticiens) par l’utilisation de méthodes de travail itérative entre les besoins et les possibilités technologiques du Web de données

- Valoriser le travail sur les données structurées, issues par exemple des méthodes de re-documentarisation des données : sur les méta-données, sur les corpus, sur la normalisation et l’utilisation de référentiels

- Développer l’interconnexion des données et des services au travers de la notion de grille offrant des outils, méthodes, standards et espaces pour les données mutualisées et virtualisées tout en respectant les contraintes d’accès sécurisé.

Concrètement, l’utilisateur final, -chercheur, enseignant, étudiant des SHS- trouvera dans cette infrastructure Web un espace de recherche, de navigation et de travail sans égal. Les opérateurs trouveront en retour des accès intégrés à haute valeur ajoutée pour leurs services, bibliographiques ou éditoriaux, par exemple.

Enfin les grandes institutions des SHS pourront contractualiser ces accès avec le TGE ADONIS, afin de valoriser leurs propres sites Web et leurs recherches.

Lire le communiqué sur le site du TGE ADONIS.

Open Publication Distribution System (OPDS), une technologie qui répond à un enjeu de société

opdsInternet archive, en association avec ses partenaires, O’Reilly Media, Threepress, Book Oven, Feedbooks, OLPC, et d’autres, prépare un nouveau standard, OPDS Catalogs, pour  Open Publication Distribution System. Il s’agit d’un format de syndication pour la publication électronique s’appuyant sur ATOM (RFC4287) et le protocole HTTP (RFC2616). Il permet l’agrégation, la distribution, la détection et l’acquisition de publications électroniques. OPDS utilise des standards ouverts existants ou émergeants, en mettant l’accent sur la simplicité.

Un workshop autour de ce projet aura lieu à San Francisco en Octobre 2009. Il permettra de faire la démonstration du projet Bookserver d’Internet archive, qui fonctionnera avec OPDS Catalog et améliorera son projet Open Library.

En savoir plus sur l’événement : http://www.opencontentalliance.org/2009/07/17/making-books-apparent/

Le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo)  soutient cette initiative. Il considère qu’il s’agit là d’un dispositif indispensable (comme le fut en son temps le protocole’OAI-PMH) permettant la mise en place d’un véritable écosystème ouvert et vivant du livre électronique. L’enjeu le plus important, aujourd’hui, est de permettre l’épanouissement d’un grand nombre d’entrepôts de livres électroniques et d’un grand nombre de libraires électroniques, permettant d’éviter le syndrôme du goulet d’étrangelement évoqué dans Gutenberg, ce criminel et dans Et si Itunes avalait tous vos livres? L’enjeu est économique. Il est culturel. Il est politique. C’est un enjeu de société qui ne doit pas être réduit à une question technologique. Bien au contraire, il s’agit d’un choix de société. Souhaitons-nous confier le contrôle de la diffusion des livres électroniques à 5 ou 10 acteurs majeurs dans le monde (au hasard : Apple, Amazon, Google) ou souhaitons-nous permettre la naissance de multiples canaux d’émission de livres et de multiples canaux de distributions de livres? En posant la question, on lui apporte une réponse. Merci, donc, aux inventeurs d’OPDS, pour leur travail si important pour l’avenir de la culture.

La bataille du livre électronique est lancée, et elle prend des allures de plus en plus industrielles

Alors que la concentration du secteur de l’édition paraît ne pas se démentir, l’essentiel semble désormais ailleurs. Les fabricants de machines, de logiciels et de services se sont rués dans l’industrie de la culture numérique, cherchant à y prendre une place de choix. Si possible, avec monopole à tous les étages, formats propriétaires, goulets d’étranglements incontournables avec péages et octrois, police de la pensée, création artificielle de rareté, vente donnant droit à des usages restrictifs et provisoires, privatisation du patrimoine culturel de l’humanité. Le livre n’est qu’un secteur de la grande bataille engagée, à laquelle il pensait pouvoir échapper. Désormais, le terrain de jeu touche l’ensemble de la culture, et même un peu au-delà.

Lire la suite sur Blogo-numericus…

217 revues adhérentes

Bouquinades

Le Conseil scientifique du Centre pour l’édition électronique ouverte a récemment validé la candidature de quatre jeunes revues.

  • Amerik@
  • FACTS Report
  • Images re-vues
  • Impressions d’Extrême-Orient

Entre septembre 2008 et juillet 2009, le Conseil scientifique du Cléo a examiné 70 dossiers de candidatures ; 5 dossiers ont été ajournés, 4 ont été refusés et 61 acceptés. C’est maintenant l’heure de la pause estivale. Les nouvelles candidatures seront examinées  à partir de la mi-septembre.

Si vous souhaitez que votre revue rejoigne à son tour Revues.org, vous trouverez les conditions générales d’utilisation et le formulaire d’accession à télécharger sur le site du Centre pour l’édition électronique ouverte.

Lire la suite

Offre de stage d’intégrateur web au Cléo

Le Centre pour l’édition électronique ouverte recrute un stagiaire intégrateur web pour une durée de 3 à 6 mois.

Missions

Il sera chargé de l’intégration de maquettes de revues utilisant Lodel.

Il sera également chargé de l’intégration de thèmes WordPress conçus pour Hypothèses. Il s’agit :

  • du portail Hypothèses lui-même,
  • des carnets simples,
  • des carnets « programmes de recherches »,
  • des carnets « photoblogs »,
  • des carnets « planet ».

Le candidat maîtrise les CSS et au moins un langage de templates. Il doit également être en mesure de scripter les opérations répétitives dans un langage simple (Perl, Php, shell…). Son environnement de travail sera Linux et SVN. Il devra s’adapter à l’architecture informatique complexe du Cléo (20 serveurs au total).

La maîtrise des problématiques liées à l’accessibilité et à la normalisation des sites web sera appréciée, ainsi qu’une bonne connaissance des divers navigateurs.

Par ailleurs, le stagiaire devra mener une veille technologique orientée édition web. Cela lui permettra non seulement de mettre à jour ses connaissances, mais également de diffuser au sein de l’équipe un savoir  spécifique concernant les normes et les usages propres aux interfaces web.

Le stagiaire travaillera en étroite coordination avec les prestataires extérieurs et avec le directeur.

Technologies mises en œuvre : CSS, AJAX, Thèmes WordPress.

Lieu : Université de Provence, site Saint-Charles, Marseille (13003).

Date de disponibilité : dès que possible.

Rémunération : indemnité de stage 379€ brut prévue

Pour nous poser des questions ou nous transmettre votre candidature, veuillez écrire à : contact@revues.org

L’employeur

Le Cléo est une unité associant le CNRS, l’EHESS, l’Université d’Avignon et l’Université de Provence. Il fait activement partie du réseau constitué par le Très grand équipement-Adonis. Il est installé à l’Université de Provence (site Saint-Charles) et mène des missions de service public : mise à disposition d’une plateforme complète comprenant un portail (Revues.org) de revues scientifiques en libre accès, une plateforme de carnets de recherche en sciences humaines (Hypothèses), développement de fonctionnalités, mise en place d’accords d’interopérabilité. Il met en ligne plus de 35 000 documents structurés en XML, via des sites web éditorialement gérés par plus de deux cents chercheurs, enseignants, documentalistes et éditeurs en sciences humaines. Le nombre de projets éditoriaux, de visiteurs et de fonctionnalités est en forte croissance.

« L’avenir du livre en questions », cycle de conférences publiques

aff_a3

À l’occasion de son Université d’été de l’édition électronique ouverte, le Cléo/Revues.org organise un cycle de conférences publiques auquel vous êtes chaleureusement conviés.

Marseille et Aix-en-Provence, du 7 au 15 septembre

Programme

Campus St Charles : amphi Charves, 18h

Lundi 7  – Cultures numériques : ce à quoi il faut s’attendre
Milad Doueihi, Université de Glasgow

Mardi 8 – Le droit d’auteur au défi du numérique
Philippe Aigrain, Sopinspace

Attention, la conférence de Philippe Aigrain est annulée

Mercredi 9 – Où va l’édition électronique ?
Hubert Guillaud, InternetActu / La Feuille / Fing

Jeudi 10  – L’impression à la demande : une révolution pour l’objet-livre ?
Luc Spooren, Unibook
Virginie Clayssen, Editis

Bibliothèque de l’Alcazar – BMVR, 18h

Vendredi 11 – Émission en public : « Demain, le livre. La révolution a déjà commencé » diffusée sur France Culture dans l’émission « Place de la toile »

MMSH, Aix-en-Provence : amphi G. Duby, 10h-13h

Mardi 15 – L’édition électronique ouverte : changement de paradigme ?
Table-ronde

Entrée libre

Renseignements : cleo.cnrs.fr | 04 88 57 69 40

Avec le soutien de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS, du Très grand équipement Adonis, de l’Institut des sciences de l’homme, de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Pôle Images-Sons et ANR IMASUD), des Presses universitaires de Lyon, d’OAPEN et d’UniBook.

L’affiche à télécharger : affiche « L’avenir du livre en questions »

Lire la suite

La feuille. Une mine d’informations sur l’édition électronique

hubert-guillaud

Le travail de veille d’Hubert Guillaud dans La feuille est sans doute un des efforts les plus intéressants qui soit donné en France sur l’édition et l’édition électronique. De très nombreux professionnels de l’édition y trouvent une matière indispensable à la compréhension et à l’anticipation de l’évolution de leur métier. En ce mois de juillet, de nombreux billets constituent des jalons indispensables :

  • L’information sur le document fait partie du document

    Extrait : “Andrew Savikas d’O’Reilly revient sur le magasin de Scribd pour rappeler qu’en tant qu’administrateur d’O’Reilly, il obtient par ce biais une information continue sur les publications d’O’Reilly hébergées par Scribd : statistiques d’accès, mises de documents en favoris, critiques et notations des documents par les usagers, nombre de ventes… et ce en temps réel. Et Andrew Savikas de souligner le besoin de statistiques temps réel – peu disponibles jusqu’à présent chez la plupart des vendeurs de livres électroniques -, accessibles non seulement aux éditeurs, mais aussi en grande partie aux lecteurs (notamment les plus lus, les plus appréciés, plus mis en favoris, les plus discutés).”
  • Pratiques de lecture

    Extrait : “Je suis également plus libre des impératifs surmoiques : « il faut finir un livre que l’on a commencé» . Je lis en passant par l’index s’il y en a un, ou en commençant par les chapitres qui m’intéressent. Cela ne me gène pas de parcourir un livre dans tous les sens et cela ne gène pas la compréhension que je peux avoir du texte. En un mot, j’ai du livre une lecture hypertextuelle.””

  • Kindle : Vers un écosystème ouvert ?

    Extrait : “Voilà une bonne nouvelle pour tous ceux qui pensent – c’est mon cas – que les écosystèmes fermés (type Kindle ou iPhone) ne sont pas viables à terme. Visiblement, Jeff Bezos est en passe de le comprendre, comme il l’a déclaré au WiredBiz. Amazon vient donc de libérer le code source du Kindle, ce qui devrait être la porte ouverte au développement d’applications pouvant fonctionner sur le Kindle (via eBouquin) et annonce le portage du catalogue du Kindle sur d’autres lecteurs que le Kindle. Amazon sépare donc la boutique du matériel et ouvre les deux… On devine que c’est bien le seul moyen pour développer de la valeur pour la boutique – vendre sur un seul terminal restreint trop le marché – et la valeur de l’appareil – l’appareil va s’augmenter des innovations des gens – et cela fait longtemps que ce sont eux qui font les meilleures innovations.”

  • La Feuille » Archive du blog » Françoise Benhamou et le livre

    Extrait : “Comme le souligne François Bon sur Twitter, si vous avez le temps, la présentation qu’a donné l’économiste et blogueuse Françoise Benhamou vaut le coup d’être regardé, notamment parce qu’on y trouve quelques vérités à discuter, comme celle-ci : “numérique et papier, on a toujours parlé de complémentarité, elle ne peut être que transitionnelle”. (je fais mon malin, mais je n’ai pas encore eu le temps de tout écouter).”
  • Bookser : la simplicité de la recommandation.

    Extrait : “Bookser est un outil de recommandation d’une déconcertante simplicité qui puise dans Amazon et LibraryThing pour vous donner des conseils une fois que vous avez indiqué le titre et l’auteur du livre que vous avez apprécié. Simple et graphique. Via Karl en son twitt.”
  • L’électronique… encore un effort svp

    Extrait : “Atari et Anuman ont adapté la collection parascolaire Tout Savoir d’Hatier pour la Nintendo DS… Une collection de titres qui se vendent entre 20 et 30 euros. Et bien, non seulement l’adaptation est assez nulle (on a l’impression d’être toujours dans un cahier), mais en plus, je ne résiste pas au plaisir de vous montrer comment ils ont traité les leçons : comme de simples images, des scans de pages de cahiers, coupées par le double écran de la DS… A vous de naviguer pour essayer de lire les leçons…”

  • L’édition électronique doit nous aider à réinventer la profession

    Extrait : “L’éditeur devient l’animateur de la coopération. Il rassemble sous sa bannière les auteurs qui l’intéressent et monte des équipes liées par un intérêt commun. Il consacre son énergie à l’élaboration du contenu et à sa promotion. Il passe d’une économie où il faut miser de l’argent à une économie où il faut miser du temps et de l’intelligence.”

  • Lecture Académie

    Extrait : “Je tombe (via Calaméo) sur Lecture-Academy, un site de partage de lecture pour ados développé par Hachette livre. L’initiative me semble plutôt intéressante (intégration d’extraits via Calameo, possibilité d’achats extérieurs…), même si on a tendance à n’y voir que les limites”
  • Comprendre le monopole de Google

    Extrait : “Comme toujours, une excellente analyse d’Olivier Ertzscheid d’affordance sur le Google Book Settlement (quelqu’un aurait-il commis une traduction, au moins partielle, des 141 pages de l’accord lui-même ?). On pourrait s’arrêter sur de nombreux points, mais j’aime bien son analyse du duopole Amazon et Google

Crédits photographiques : « Hubert Guillaud », par jeanbaptisteparis. Licence CC.

Les lecteurs de carnets de recherche sont-ils plus fidèles que ceux des revues ?

Dans mon intervention « Que savons-nous de l’identité, des comportements et des attentes des lecteurs de Revues.org en 2008 et 2009 ? », donnée à l’ENSSIB au début du mois, dans le cadre de la journée “Diversité des pratiques documentaires numériques dans les champs scientifiques (INTD – enssib – URFIST)“, j’ai commencé à tirer quelques enseignements de l’enquête actuellement en cours auprès des lecteurs de Revues.org (il est toujours temps d’y répondre !). J’ai également formulé quelques hypothèses sur la fidélité des lecteurs de blogs scientifiques, sur la base d’une analyse rapide des logs des serveurs.

Lire la suite sur Blogo-numericus

Scholarly and Research Communication

pageheadertitleimage_en_us

La revue Journal of Scholarly and Research Communication est une nouvelle revue en libre accès traitant des problématiques de production, dissémination et d’usage des savoirs.

SRC is a peer-reviewed, interdisciplinary, Open Access, online journal that publishes original contributions to the understanding of production, dissemination, and usage of knowledge. It emphasizes the dynamics of representation and changing organizational elements, including technologically mediated workflows, ownership, and legal structures. Contributions are welcomed in all media and span formal research and analysis; technical reports and demonstration; commentary, and review.

The inaugural issue of SRC will publish the selected proceedings from the PKP Scholarly Publishing Conference. We would like to invite you to submit a paper based on your presentation for review and possible inclusion.  The submission deadline is September 1, 2009, and papers should be submitted via the Online Submission process for the journal. Please review the author guidelines at: <http://www.src-online.ca/index.php/src/about/submissions#authorGuidelines>.

SRC will be publishing articles on a continuous basis (i.e., as they come in) until each issue is formally closed. So the earlier you submit a paper, the sooner it will appear, following peer review. If you have any questions about the selected proceedings or the SRC, please contact Kevin Stranack or Brian Owen.

Le site de la revue est accessible à cette adresse : http://www.src-online.ca/

Marin Dacos est membre du “International Editorial Board” de cette revue.

CSS, ePub et la typographie du livre électronique

Le format ePub semble en voie de s’imposer comme le nouveau standard de livre électronique, adapté pour une lecture sur toutes sortes d’écrans : de celui de l’ordinateur jusqu’au téléphone portable.

Or, qui dit « livre », dit « typographie ». On peut rétorquer que parler ainsi d’une publication électronique est encore rester dans la métaphore du livre papier traditionnel. Toutefois, il faut garder à l’esprit que ce dernier a amplement fait ses preuves, et qu’il reste adapté à nos habitudes de lecture, pour les avoir créées. À moins de trouver un moyen révolutionnaire de présenter les contenus, qui changerait radicalement la façon dont nous parcourons un texte, la page de livre « classique » reste la plus adaptée, en particulier pour rester concentré sur un texte long.

Certes, il faut que le texte soit recomposable à la volée selon différents écrans et formats de page. Il doit proposer une navigation aisée en ce qui concerne les notes ou les liens hypertexte. Il peut offrir des fonctions supplémentaires comme la présence d’un dictionnaire lors d’un clic sur un mot, ou l’inclusion de fichiers vidéo et audio. Sans oublier les fonctions de recherche, d’annotation, et d’indexation. Néanmoins, il faut bien penser que derrière tout cela, il y a le lecteur, humain, qui n’est pas forcément disposé à changer ses habitudes.

Étant donné qu’ePub se base sur du XHTML et du CSS (présentement une partie de CSS 2), il semble indispensable d’utiliser au maximum les fonctions présentes et à venir des feuilles de style en cascade.

Les normes CSS 2 et 3, qui sont en développement depuis des années (CSS 2 est une recommandation datant de 1998, voir sur http://en.wikipedia.org/wiki/Css), et pas encore totalement implémentées, semblent porteuses de nombreuses possibilités offrant un compromis entre un texte recomposable à la volée et une typographie soignée. En particulier, le module « CSS 3 Text ». Il existe un site consacré à ces questions, www.webtypography.net, qui s’inspire ouvertement du livre de Robert Bringhurst, The Elements of Typographic Style, qui est considéré à juste titre comme une référence dans la mise en page papier. Ce billet, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, est ouvertement inspiré par ce site.

Polices embarquées

Tout d’abord, le format Epub propose d’inclure la police de caractères de son choix, en format Opentype, notamment, ce qui ouvre encore plus de possibilités. Pour cela, il faut faire appel à la propriété @font-face (CSS 3 Web Fonts Module).

L’exemple ci-dessous permet d’importer la police « Goudy Old Style », qui se trouve dans un répertoire « /fonts » du site. Cette police pourra ensuite être utilisée dans le document HTML. Cet import est actuellement supporté par certains navigateurs (Safari, et Opera, notamment).

@font-face {
font-family: "Goudy Old Style";
src: url("http://site/fonts/GoudyOS.otf")}

Toutefois, Epub étant un simple fichier .zip, il semble épineux d’utiliser des jeux de caractères non libres de droits : les polices sont en effet aisément récupérables en ouvrant le fichier, contrairement à l’encapsulage proposé par le format PDF. L’utilisation de caractères libres de droits et de qualité pourrait être un bon compromis (voir la licence SIL Open Font License (OFL) à ce propos : http://scripts.sil.org/cms/scripts/page.php?site_id=nrsi&item_id=OFL).

L’IDPF réfléchit actuellement à la possibilité de brouiller les polices afin qu’elles ne soient pas réutilisables aisément.

Formats de page, titres courants…

Toute la spécification « Paged Media » est consacrée au contenu paginé (par opposition au contenu en « continu » classique des pages web). Une traduction (non officielle) des spécifications de ce module est disponible à cette adresse : http://www.yoyodesign.org/doc/w3c/css2/page.html

Grâce à la règle @page, il est possible de définir les tailles de la justification, des marges, etc. Beaucoup d’autres options concernent des propriétés destinées à l’impression, puisque cette spécification est avant tout dédiée à cet usage. Mais il est intéressant de noter que des pages de gauche et des pages de droite peuvent être distinguées (ce qui permet d’adapter les marges pour une lecture en recto-verso, notamment).

Pour se rapprocher d’une mise en page « classique », la spécification CSS 3 Paged Media ajoute encore des propositions utiles. Notamment les titres courants.

Exemple :

@page :left {
@top-left {
content: "Chapitre 1 : Introduction";
}
}

Cette instruction ajoute la mention « Chapitre 1 : Introduction » sur toutes les pages de gauche.

Césure & justification

Les CSS ne gèrent actuellement pas les césures, ce qui peut occasionner des blancs disgrâcieux dans des textes justifiés. Pour remédier à ce manque, les CSS3 proposent une propriété, hyphenate, qui pourrait s’avérer intéressante, permettant notamment de contrôler le nombre de caractères minimum avant et après chaque mot (hyphenate-before, hyphenate-after), ainsi que le nombre maximal de lignes comportant des césures (hyphenate-lines). Évidemment, effectuer des césures requiert la présence d’un dictionnaire en fonction de la langue du texte : c’est une chose prévue par la spécification (hyphenate-dictionary). Il est possible de faire référence à un dictionnaire interne à la machine ou au navigateur avec la valeur auto, ce qui éviterait d’alourdir chaque fichier (en revanche, la présence de ce dictionnaire est alors indispensable.

L’existence de contenus en plusieurs langues au sein d’un même article est également une donnée à prendre en compte.

Sauts de page, veuves & orphelines

La spécification CSS for Paged Media prévoit une gestion des sauts de page ainsi que des veuves et orphelines, même si cette dernière notion peut ne pas sembler des plus urgentes dans l’ordre des priorités. Comme son nom l’indique, cette notion n’est valable que sur des documents ayant une taille de page définie (règle @page)

page-break-before et page-break-after stipulent respectivement qu’un saut de page doit être fait avant ou après un élément donné. La syntaxe est la suivante :

h1 {
page-break-before:always }

Ici, chaque fois qu’un titre de niveau 1 est rencontré, ce dernier démarre sur une nouvelle page.

.section {
page-break-after:always }

Ici, chaque bloc de la classe « section » doit démarrer sur une nouvelle page.

La propriété page-break-inside empêche les éléments concernés d’être répartis sur plusieurs pages :

h1, h2, h3, h4, h5, h6 {
page-break-inside:never }

Cet exemple stipule que les titres de niveau 1 à 6 ne doivent jamais se retrouver à cheval sur plusieurs pages.

Enfin, en ce qui concerne les veuves et orphelines à proprement parler, l’exemple ci-dessous indique que tous les paragraphes ne doivent jamais avoir moins de 4 lignes au commencement d’une page (widows : veuves), et jamais moins de 4 lignes à la fin d’une page (orphans : orphelines) :

p {
widows:4;
orphans:4 }

Chiffres suspendus

Un autre point de finesse typographique, mais pas franchement prioritaire, est la possibilité d’utiliser soit des chiffres alignés soit des chiffres suspendus (elzéviriens) par l’intermédiaire d’une propriété, et non en utilisant directement la référence Unicode du caractère. Ce qui permettrait de les changer à la volée par une feuille de style.

Peu de polices couramment utilisées pour le web proposent à la fois la variante alignée et la variante suspendue des chiffres. Par exemple, Georgia est la seule police basique qui possède des chiffres suspendus. En revanche, elle ne propose pas de chiffres alignés. Mais cette restriction ne s’appliquerait pas dans le cas d’un livre électronique, s’il est possible d’ajouter la police de son choix, comme précisé plus haut.

Cette distinction n’est actuellement prévue dans aucune des spécifications CSS. Le site Webtypography suggère l’implémentation d’une propriété comme numeral-variant, dans le style de font-variant qui pourrait prendre plusieurs valeurs, comme old-style pour des chiffres suspendus, et lining pour les chiffres alignés. Ou plus simplement, en reprenant les valeurs normal, uppercase, lowercase, small-caps déjà existantes.

Ces quelques propriétés ne constituent qu’une petite partie des choses possibles. Des fonctions bien plus avancées en terme éditorial sont à prévoir. Notamment, en ce qui concerne la gestion des tables des matières, notes de bas de page, ainsi que les références croisées (indispensable pour de l’édition scientifique). Voir à ce sujet le blog d’Hadrien Gardeur, plus connu comme le créateur de Feedbooks : http://blog.feedbooks.com/fr/?p=50

En guise de conclusion, rappelons tout de même que si une présentation très soignée du côté éditeur est souhaitable, il faut néanmoins qu’elle ne soit pas rigide : l’utilisateur doit pouvoir s’il le souhaite afficher le texte selon sa préférence (plus gros, avec une police différente, etc.). C’est un des intérêts de l’édition électronique. Certains sont d’ailleurs plutôt en faveur d’une mise en page la plus simple possible, sans fioritures, afin d’obtenir une adaptation optimale sur des supports très différents.

Liens

http://www.w3.org/TR/css3-text/ : le module CSS Text Level 3 sur le site du W3C.

http://www.alistapart.com/articles/boom : article intéressant sur la réalisation d’un livre en CSS, avec les sources et le résultat final (XHTML + CSS converti en PDF par le logiciel Prince, qui interprète correctement les fonctions CSS 2 liées aux pages, ce qui n’est pas le cas de l’ensemble des navigateurs).

Lire la suite

Trois projets du Cléo lauréats de l’appel à projets 2009 du TGE Adonis

Lumaxart

Lumaxart

Le 7 avril 2009, le Très grand équipement Adonis a rendu public les lauréats de son appel à projets 2009. Trois projets présentés par le Cléo ont été reçus :

– dans le consortium “Projets et expertises centrés sur la valorisation éditoriale et les outils collaboratifs” : Hypothèses, plateforme de carnets de recherches.

– dans le consortium “Projets et expertises centrés sur les réseaux sociaux et animation de communautés” :

  • Socio, portail thématique faisant suite au portail Liens-socio.
  • Calenda, calendrier scientifique des lettres, sciences humaines et sciences sociales.

Crédits illustration : illustration par Lumaxart http://www.flickr.com/photos/lumaxart/2293239853/ Licence CC