Open Publication Distribution System (OPDS), une technologie qui répond à un enjeu de société

opdsInternet archive, en association avec ses partenaires, O’Reilly Media, Threepress, Book Oven, Feedbooks, OLPC, et d’autres, prépare un nouveau standard, OPDS Catalogs, pour  Open Publication Distribution System. Il s’agit d’un format de syndication pour la publication électronique s’appuyant sur ATOM (RFC4287) et le protocole HTTP (RFC2616). Il permet l’agrégation, la distribution, la détection et l’acquisition de publications électroniques. OPDS utilise des standards ouverts existants ou émergeants, en mettant l’accent sur la simplicité.

Un workshop autour de ce projet aura lieu à San Francisco en Octobre 2009. Il permettra de faire la démonstration du projet Bookserver d’Internet archive, qui fonctionnera avec OPDS Catalog et améliorera son projet Open Library.

En savoir plus sur l’événement : http://www.opencontentalliance.org/2009/07/17/making-books-apparent/

Le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo)  soutient cette initiative. Il considère qu’il s’agit là d’un dispositif indispensable (comme le fut en son temps le protocole’OAI-PMH) permettant la mise en place d’un véritable écosystème ouvert et vivant du livre électronique. L’enjeu le plus important, aujourd’hui, est de permettre l’épanouissement d’un grand nombre d’entrepôts de livres électroniques et d’un grand nombre de libraires électroniques, permettant d’éviter le syndrôme du goulet d’étrangelement évoqué dans Gutenberg, ce criminel et dans Et si Itunes avalait tous vos livres? L’enjeu est économique. Il est culturel. Il est politique. C’est un enjeu de société qui ne doit pas être réduit à une question technologique. Bien au contraire, il s’agit d’un choix de société. Souhaitons-nous confier le contrôle de la diffusion des livres électroniques à 5 ou 10 acteurs majeurs dans le monde (au hasard : Apple, Amazon, Google) ou souhaitons-nous permettre la naissance de multiples canaux d’émission de livres et de multiples canaux de distributions de livres? En posant la question, on lui apporte une réponse. Merci, donc, aux inventeurs d’OPDS, pour leur travail si important pour l’avenir de la culture.

La bataille du livre électronique est lancée, et elle prend des allures de plus en plus industrielles

Alors que la concentration du secteur de l’édition paraît ne pas se démentir, l’essentiel semble désormais ailleurs. Les fabricants de machines, de logiciels et de services se sont rués dans l’industrie de la culture numérique, cherchant à y prendre une place de choix. Si possible, avec monopole à tous les étages, formats propriétaires, goulets d’étranglements incontournables avec péages et octrois, police de la pensée, création artificielle de rareté, vente donnant droit à des usages restrictifs et provisoires, privatisation du patrimoine culturel de l’humanité. Le livre n’est qu’un secteur de la grande bataille engagée, à laquelle il pensait pouvoir échapper. Désormais, le terrain de jeu touche l’ensemble de la culture, et même un peu au-delà.

Lire la suite sur Blogo-numericus…

217 revues adhérentes

Bouquinades

Le Conseil scientifique du Centre pour l’édition électronique ouverte a récemment validé la candidature de quatre jeunes revues.

  • Amerik@
  • FACTS Report
  • Images re-vues
  • Impressions d’Extrême-Orient

Entre septembre 2008 et juillet 2009, le Conseil scientifique du Cléo a examiné 70 dossiers de candidatures ; 5 dossiers ont été ajournés, 4 ont été refusés et 61 acceptés. C’est maintenant l’heure de la pause estivale. Les nouvelles candidatures seront examinées  à partir de la mi-septembre.

Si vous souhaitez que votre revue rejoigne à son tour Revues.org, vous trouverez les conditions générales d’utilisation et le formulaire d’accession à télécharger sur le site du Centre pour l’édition électronique ouverte.

Lire la suite

Offre de stage d’intégrateur web au Cléo

Le Centre pour l’édition électronique ouverte recrute un stagiaire intégrateur web pour une durée de 3 à 6 mois.

Missions

Il sera chargé de l’intégration de maquettes de revues utilisant Lodel.

Il sera également chargé de l’intégration de thèmes WordPress conçus pour Hypothèses. Il s’agit :

  • du portail Hypothèses lui-même,
  • des carnets simples,
  • des carnets « programmes de recherches »,
  • des carnets « photoblogs »,
  • des carnets « planet ».

Le candidat maîtrise les CSS et au moins un langage de templates. Il doit également être en mesure de scripter les opérations répétitives dans un langage simple (Perl, Php, shell…). Son environnement de travail sera Linux et SVN. Il devra s’adapter à l’architecture informatique complexe du Cléo (20 serveurs au total).

La maîtrise des problématiques liées à l’accessibilité et à la normalisation des sites web sera appréciée, ainsi qu’une bonne connaissance des divers navigateurs.

Par ailleurs, le stagiaire devra mener une veille technologique orientée édition web. Cela lui permettra non seulement de mettre à jour ses connaissances, mais également de diffuser au sein de l’équipe un savoir  spécifique concernant les normes et les usages propres aux interfaces web.

Le stagiaire travaillera en étroite coordination avec les prestataires extérieurs et avec le directeur.

Technologies mises en œuvre : CSS, AJAX, Thèmes WordPress.

Lieu : Université de Provence, site Saint-Charles, Marseille (13003).

Date de disponibilité : dès que possible.

Rémunération : indemnité de stage 379€ brut prévue

Pour nous poser des questions ou nous transmettre votre candidature, veuillez écrire à : contact@revues.org

L’employeur

Le Cléo est une unité associant le CNRS, l’EHESS, l’Université d’Avignon et l’Université de Provence. Il fait activement partie du réseau constitué par le Très grand équipement-Adonis. Il est installé à l’Université de Provence (site Saint-Charles) et mène des missions de service public : mise à disposition d’une plateforme complète comprenant un portail (Revues.org) de revues scientifiques en libre accès, une plateforme de carnets de recherche en sciences humaines (Hypothèses), développement de fonctionnalités, mise en place d’accords d’interopérabilité. Il met en ligne plus de 35 000 documents structurés en XML, via des sites web éditorialement gérés par plus de deux cents chercheurs, enseignants, documentalistes et éditeurs en sciences humaines. Le nombre de projets éditoriaux, de visiteurs et de fonctionnalités est en forte croissance.

« L’avenir du livre en questions », cycle de conférences publiques

aff_a3

À l’occasion de son Université d’été de l’édition électronique ouverte, le Cléo/Revues.org organise un cycle de conférences publiques auquel vous êtes chaleureusement conviés.

Marseille et Aix-en-Provence, du 7 au 15 septembre

Programme

Campus St Charles : amphi Charves, 18h

Lundi 7  – Cultures numériques : ce à quoi il faut s’attendre
Milad Doueihi, Université de Glasgow

Mardi 8 – Le droit d’auteur au défi du numérique
Philippe Aigrain, Sopinspace

Attention, la conférence de Philippe Aigrain est annulée

Mercredi 9 – Où va l’édition électronique ?
Hubert Guillaud, InternetActu / La Feuille / Fing

Jeudi 10  – L’impression à la demande : une révolution pour l’objet-livre ?
Luc Spooren, Unibook
Virginie Clayssen, Editis

Bibliothèque de l’Alcazar – BMVR, 18h

Vendredi 11 – Émission en public : « Demain, le livre. La révolution a déjà commencé » diffusée sur France Culture dans l’émission « Place de la toile »

MMSH, Aix-en-Provence : amphi G. Duby, 10h-13h

Mardi 15 – L’édition électronique ouverte : changement de paradigme ?
Table-ronde

Entrée libre

Renseignements : cleo.cnrs.fr | 04 88 57 69 40

Avec le soutien de l’Institut des sciences humaines et sociales du CNRS, du Très grand équipement Adonis, de l’Institut des sciences de l’homme, de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Pôle Images-Sons et ANR IMASUD), des Presses universitaires de Lyon, d’OAPEN et d’UniBook.

L’affiche à télécharger : affiche « L’avenir du livre en questions »

Lire la suite

La feuille. Une mine d’informations sur l’édition électronique

hubert-guillaud

Le travail de veille d’Hubert Guillaud dans La feuille est sans doute un des efforts les plus intéressants qui soit donné en France sur l’édition et l’édition électronique. De très nombreux professionnels de l’édition y trouvent une matière indispensable à la compréhension et à l’anticipation de l’évolution de leur métier. En ce mois de juillet, de nombreux billets constituent des jalons indispensables :

  • L’information sur le document fait partie du document

    Extrait : “Andrew Savikas d’O’Reilly revient sur le magasin de Scribd pour rappeler qu’en tant qu’administrateur d’O’Reilly, il obtient par ce biais une information continue sur les publications d’O’Reilly hébergées par Scribd : statistiques d’accès, mises de documents en favoris, critiques et notations des documents par les usagers, nombre de ventes… et ce en temps réel. Et Andrew Savikas de souligner le besoin de statistiques temps réel – peu disponibles jusqu’à présent chez la plupart des vendeurs de livres électroniques -, accessibles non seulement aux éditeurs, mais aussi en grande partie aux lecteurs (notamment les plus lus, les plus appréciés, plus mis en favoris, les plus discutés).”
  • Pratiques de lecture

    Extrait : “Je suis également plus libre des impératifs surmoiques : « il faut finir un livre que l’on a commencé» . Je lis en passant par l’index s’il y en a un, ou en commençant par les chapitres qui m’intéressent. Cela ne me gène pas de parcourir un livre dans tous les sens et cela ne gène pas la compréhension que je peux avoir du texte. En un mot, j’ai du livre une lecture hypertextuelle.””

  • Kindle : Vers un écosystème ouvert ?

    Extrait : “Voilà une bonne nouvelle pour tous ceux qui pensent – c’est mon cas – que les écosystèmes fermés (type Kindle ou iPhone) ne sont pas viables à terme. Visiblement, Jeff Bezos est en passe de le comprendre, comme il l’a déclaré au WiredBiz. Amazon vient donc de libérer le code source du Kindle, ce qui devrait être la porte ouverte au développement d’applications pouvant fonctionner sur le Kindle (via eBouquin) et annonce le portage du catalogue du Kindle sur d’autres lecteurs que le Kindle. Amazon sépare donc la boutique du matériel et ouvre les deux… On devine que c’est bien le seul moyen pour développer de la valeur pour la boutique – vendre sur un seul terminal restreint trop le marché – et la valeur de l’appareil – l’appareil va s’augmenter des innovations des gens – et cela fait longtemps que ce sont eux qui font les meilleures innovations.”

  • La Feuille » Archive du blog » Françoise Benhamou et le livre

    Extrait : “Comme le souligne François Bon sur Twitter, si vous avez le temps, la présentation qu’a donné l’économiste et blogueuse Françoise Benhamou vaut le coup d’être regardé, notamment parce qu’on y trouve quelques vérités à discuter, comme celle-ci : “numérique et papier, on a toujours parlé de complémentarité, elle ne peut être que transitionnelle”. (je fais mon malin, mais je n’ai pas encore eu le temps de tout écouter).”
  • Bookser : la simplicité de la recommandation.

    Extrait : “Bookser est un outil de recommandation d’une déconcertante simplicité qui puise dans Amazon et LibraryThing pour vous donner des conseils une fois que vous avez indiqué le titre et l’auteur du livre que vous avez apprécié. Simple et graphique. Via Karl en son twitt.”
  • L’électronique… encore un effort svp

    Extrait : “Atari et Anuman ont adapté la collection parascolaire Tout Savoir d’Hatier pour la Nintendo DS… Une collection de titres qui se vendent entre 20 et 30 euros. Et bien, non seulement l’adaptation est assez nulle (on a l’impression d’être toujours dans un cahier), mais en plus, je ne résiste pas au plaisir de vous montrer comment ils ont traité les leçons : comme de simples images, des scans de pages de cahiers, coupées par le double écran de la DS… A vous de naviguer pour essayer de lire les leçons…”

  • L’édition électronique doit nous aider à réinventer la profession

    Extrait : “L’éditeur devient l’animateur de la coopération. Il rassemble sous sa bannière les auteurs qui l’intéressent et monte des équipes liées par un intérêt commun. Il consacre son énergie à l’élaboration du contenu et à sa promotion. Il passe d’une économie où il faut miser de l’argent à une économie où il faut miser du temps et de l’intelligence.”

  • Lecture Académie

    Extrait : “Je tombe (via Calaméo) sur Lecture-Academy, un site de partage de lecture pour ados développé par Hachette livre. L’initiative me semble plutôt intéressante (intégration d’extraits via Calameo, possibilité d’achats extérieurs…), même si on a tendance à n’y voir que les limites”
  • Comprendre le monopole de Google

    Extrait : “Comme toujours, une excellente analyse d’Olivier Ertzscheid d’affordance sur le Google Book Settlement (quelqu’un aurait-il commis une traduction, au moins partielle, des 141 pages de l’accord lui-même ?). On pourrait s’arrêter sur de nombreux points, mais j’aime bien son analyse du duopole Amazon et Google

Crédits photographiques : « Hubert Guillaud », par jeanbaptisteparis. Licence CC.

Les lecteurs de carnets de recherche sont-ils plus fidèles que ceux des revues ?

Dans mon intervention « Que savons-nous de l’identité, des comportements et des attentes des lecteurs de Revues.org en 2008 et 2009 ? », donnée à l’ENSSIB au début du mois, dans le cadre de la journée “Diversité des pratiques documentaires numériques dans les champs scientifiques (INTD – enssib – URFIST)“, j’ai commencé à tirer quelques enseignements de l’enquête actuellement en cours auprès des lecteurs de Revues.org (il est toujours temps d’y répondre !). J’ai également formulé quelques hypothèses sur la fidélité des lecteurs de blogs scientifiques, sur la base d’une analyse rapide des logs des serveurs.

Lire la suite sur Blogo-numericus

Scholarly and Research Communication

pageheadertitleimage_en_us

La revue Journal of Scholarly and Research Communication est une nouvelle revue en libre accès traitant des problématiques de production, dissémination et d’usage des savoirs.

SRC is a peer-reviewed, interdisciplinary, Open Access, online journal that publishes original contributions to the understanding of production, dissemination, and usage of knowledge. It emphasizes the dynamics of representation and changing organizational elements, including technologically mediated workflows, ownership, and legal structures. Contributions are welcomed in all media and span formal research and analysis; technical reports and demonstration; commentary, and review.

The inaugural issue of SRC will publish the selected proceedings from the PKP Scholarly Publishing Conference. We would like to invite you to submit a paper based on your presentation for review and possible inclusion.  The submission deadline is September 1, 2009, and papers should be submitted via the Online Submission process for the journal. Please review the author guidelines at: <http://www.src-online.ca/index.php/src/about/submissions#authorGuidelines>.

SRC will be publishing articles on a continuous basis (i.e., as they come in) until each issue is formally closed. So the earlier you submit a paper, the sooner it will appear, following peer review. If you have any questions about the selected proceedings or the SRC, please contact Kevin Stranack or Brian Owen.

Le site de la revue est accessible à cette adresse : http://www.src-online.ca/

Marin Dacos est membre du “International Editorial Board” de cette revue.

CSS, ePub et la typographie du livre électronique

Le format ePub semble en voie de s’imposer comme le nouveau standard de livre électronique, adapté pour une lecture sur toutes sortes d’écrans : de celui de l’ordinateur jusqu’au téléphone portable.

Or, qui dit « livre », dit « typographie ». On peut rétorquer que parler ainsi d’une publication électronique est encore rester dans la métaphore du livre papier traditionnel. Toutefois, il faut garder à l’esprit que ce dernier a amplement fait ses preuves, et qu’il reste adapté à nos habitudes de lecture, pour les avoir créées. À moins de trouver un moyen révolutionnaire de présenter les contenus, qui changerait radicalement la façon dont nous parcourons un texte, la page de livre « classique » reste la plus adaptée, en particulier pour rester concentré sur un texte long.

Certes, il faut que le texte soit recomposable à la volée selon différents écrans et formats de page. Il doit proposer une navigation aisée en ce qui concerne les notes ou les liens hypertexte. Il peut offrir des fonctions supplémentaires comme la présence d’un dictionnaire lors d’un clic sur un mot, ou l’inclusion de fichiers vidéo et audio. Sans oublier les fonctions de recherche, d’annotation, et d’indexation. Néanmoins, il faut bien penser que derrière tout cela, il y a le lecteur, humain, qui n’est pas forcément disposé à changer ses habitudes.

Étant donné qu’ePub se base sur du XHTML et du CSS (présentement une partie de CSS 2), il semble indispensable d’utiliser au maximum les fonctions présentes et à venir des feuilles de style en cascade.

Les normes CSS 2 et 3, qui sont en développement depuis des années (CSS 2 est une recommandation datant de 1998, voir sur http://en.wikipedia.org/wiki/Css), et pas encore totalement implémentées, semblent porteuses de nombreuses possibilités offrant un compromis entre un texte recomposable à la volée et une typographie soignée. En particulier, le module « CSS 3 Text ». Il existe un site consacré à ces questions, www.webtypography.net, qui s’inspire ouvertement du livre de Robert Bringhurst, The Elements of Typographic Style, qui est considéré à juste titre comme une référence dans la mise en page papier. Ce billet, qui ne prétend pas à l’exhaustivité, est ouvertement inspiré par ce site.

Polices embarquées

Tout d’abord, le format Epub propose d’inclure la police de caractères de son choix, en format Opentype, notamment, ce qui ouvre encore plus de possibilités. Pour cela, il faut faire appel à la propriété @font-face (CSS 3 Web Fonts Module).

L’exemple ci-dessous permet d’importer la police « Goudy Old Style », qui se trouve dans un répertoire « /fonts » du site. Cette police pourra ensuite être utilisée dans le document HTML. Cet import est actuellement supporté par certains navigateurs (Safari, et Opera, notamment).

@font-face {
font-family: "Goudy Old Style";
src: url("http://site/fonts/GoudyOS.otf")}

Toutefois, Epub étant un simple fichier .zip, il semble épineux d’utiliser des jeux de caractères non libres de droits : les polices sont en effet aisément récupérables en ouvrant le fichier, contrairement à l’encapsulage proposé par le format PDF. L’utilisation de caractères libres de droits et de qualité pourrait être un bon compromis (voir la licence SIL Open Font License (OFL) à ce propos : http://scripts.sil.org/cms/scripts/page.php?site_id=nrsi&item_id=OFL).

L’IDPF réfléchit actuellement à la possibilité de brouiller les polices afin qu’elles ne soient pas réutilisables aisément.

Formats de page, titres courants…

Toute la spécification « Paged Media » est consacrée au contenu paginé (par opposition au contenu en « continu » classique des pages web). Une traduction (non officielle) des spécifications de ce module est disponible à cette adresse : http://www.yoyodesign.org/doc/w3c/css2/page.html

Grâce à la règle @page, il est possible de définir les tailles de la justification, des marges, etc. Beaucoup d’autres options concernent des propriétés destinées à l’impression, puisque cette spécification est avant tout dédiée à cet usage. Mais il est intéressant de noter que des pages de gauche et des pages de droite peuvent être distinguées (ce qui permet d’adapter les marges pour une lecture en recto-verso, notamment).

Pour se rapprocher d’une mise en page « classique », la spécification CSS 3 Paged Media ajoute encore des propositions utiles. Notamment les titres courants.

Exemple :

@page :left {
@top-left {
content: "Chapitre 1 : Introduction";
}
}

Cette instruction ajoute la mention « Chapitre 1 : Introduction » sur toutes les pages de gauche.

Césure & justification

Les CSS ne gèrent actuellement pas les césures, ce qui peut occasionner des blancs disgrâcieux dans des textes justifiés. Pour remédier à ce manque, les CSS3 proposent une propriété, hyphenate, qui pourrait s’avérer intéressante, permettant notamment de contrôler le nombre de caractères minimum avant et après chaque mot (hyphenate-before, hyphenate-after), ainsi que le nombre maximal de lignes comportant des césures (hyphenate-lines). Évidemment, effectuer des césures requiert la présence d’un dictionnaire en fonction de la langue du texte : c’est une chose prévue par la spécification (hyphenate-dictionary). Il est possible de faire référence à un dictionnaire interne à la machine ou au navigateur avec la valeur auto, ce qui éviterait d’alourdir chaque fichier (en revanche, la présence de ce dictionnaire est alors indispensable.

L’existence de contenus en plusieurs langues au sein d’un même article est également une donnée à prendre en compte.

Sauts de page, veuves & orphelines

La spécification CSS for Paged Media prévoit une gestion des sauts de page ainsi que des veuves et orphelines, même si cette dernière notion peut ne pas sembler des plus urgentes dans l’ordre des priorités. Comme son nom l’indique, cette notion n’est valable que sur des documents ayant une taille de page définie (règle @page)

page-break-before et page-break-after stipulent respectivement qu’un saut de page doit être fait avant ou après un élément donné. La syntaxe est la suivante :

h1 {
page-break-before:always }

Ici, chaque fois qu’un titre de niveau 1 est rencontré, ce dernier démarre sur une nouvelle page.

.section {
page-break-after:always }

Ici, chaque bloc de la classe « section » doit démarrer sur une nouvelle page.

La propriété page-break-inside empêche les éléments concernés d’être répartis sur plusieurs pages :

h1, h2, h3, h4, h5, h6 {
page-break-inside:never }

Cet exemple stipule que les titres de niveau 1 à 6 ne doivent jamais se retrouver à cheval sur plusieurs pages.

Enfin, en ce qui concerne les veuves et orphelines à proprement parler, l’exemple ci-dessous indique que tous les paragraphes ne doivent jamais avoir moins de 4 lignes au commencement d’une page (widows : veuves), et jamais moins de 4 lignes à la fin d’une page (orphans : orphelines) :

p {
widows:4;
orphans:4 }

Chiffres suspendus

Un autre point de finesse typographique, mais pas franchement prioritaire, est la possibilité d’utiliser soit des chiffres alignés soit des chiffres suspendus (elzéviriens) par l’intermédiaire d’une propriété, et non en utilisant directement la référence Unicode du caractère. Ce qui permettrait de les changer à la volée par une feuille de style.

Peu de polices couramment utilisées pour le web proposent à la fois la variante alignée et la variante suspendue des chiffres. Par exemple, Georgia est la seule police basique qui possède des chiffres suspendus. En revanche, elle ne propose pas de chiffres alignés. Mais cette restriction ne s’appliquerait pas dans le cas d’un livre électronique, s’il est possible d’ajouter la police de son choix, comme précisé plus haut.

Cette distinction n’est actuellement prévue dans aucune des spécifications CSS. Le site Webtypography suggère l’implémentation d’une propriété comme numeral-variant, dans le style de font-variant qui pourrait prendre plusieurs valeurs, comme old-style pour des chiffres suspendus, et lining pour les chiffres alignés. Ou plus simplement, en reprenant les valeurs normal, uppercase, lowercase, small-caps déjà existantes.

Ces quelques propriétés ne constituent qu’une petite partie des choses possibles. Des fonctions bien plus avancées en terme éditorial sont à prévoir. Notamment, en ce qui concerne la gestion des tables des matières, notes de bas de page, ainsi que les références croisées (indispensable pour de l’édition scientifique). Voir à ce sujet le blog d’Hadrien Gardeur, plus connu comme le créateur de Feedbooks : http://blog.feedbooks.com/fr/?p=50

En guise de conclusion, rappelons tout de même que si une présentation très soignée du côté éditeur est souhaitable, il faut néanmoins qu’elle ne soit pas rigide : l’utilisateur doit pouvoir s’il le souhaite afficher le texte selon sa préférence (plus gros, avec une police différente, etc.). C’est un des intérêts de l’édition électronique. Certains sont d’ailleurs plutôt en faveur d’une mise en page la plus simple possible, sans fioritures, afin d’obtenir une adaptation optimale sur des supports très différents.

Liens

http://www.w3.org/TR/css3-text/ : le module CSS Text Level 3 sur le site du W3C.

http://www.alistapart.com/articles/boom : article intéressant sur la réalisation d’un livre en CSS, avec les sources et le résultat final (XHTML + CSS converti en PDF par le logiciel Prince, qui interprète correctement les fonctions CSS 2 liées aux pages, ce qui n’est pas le cas de l’ensemble des navigateurs).

Lire la suite

Trois projets du Cléo lauréats de l’appel à projets 2009 du TGE Adonis

Lumaxart

Lumaxart

Le 7 avril 2009, le Très grand équipement Adonis a rendu public les lauréats de son appel à projets 2009. Trois projets présentés par le Cléo ont été reçus :

– dans le consortium “Projets et expertises centrés sur la valorisation éditoriale et les outils collaboratifs” : Hypothèses, plateforme de carnets de recherches.

– dans le consortium “Projets et expertises centrés sur les réseaux sociaux et animation de communautés” :

  • Socio, portail thématique faisant suite au portail Liens-socio.
  • Calenda, calendrier scientifique des lettres, sciences humaines et sciences sociales.

Crédits illustration : illustration par Lumaxart http://www.flickr.com/photos/lumaxart/2293239853/ Licence CC

Infocentre recherche : système d’information, outil d’aide au pilotage de la recherche d’un établissement de recherche, thèse de Nicolas Barts

bartsnicolas21

Nicolas Barts

Nicolas Barts, développeur au Centre pour  l’édition électronique ouverte, a brillamment soutenu sa thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication le 19 décembre 2008. Intitulée « Infocentre recherche : système d’information, outil d’aide au pilotage de la recherche d’un établissement de recherche. Application à l’Université Paul Cézanne Aix-Marseille III », cette thèse est désormais disponible en ligne.

Elle a été réalisée sous la direction de :

  • Henri DOU (directeur)
  • Jacky KISTER (codirecteur)
  • Hervé ROSTAING (tuteur)

JURY

  • Bernard DOUSSET
    Professeur, Université Paul Sabatier, Rapporteur.
  • Christian LONGEVIALLE
    Professeur, Université de Marne la Vallée, Rapporteur.
  • Maxime CRENER
    Président de l’Université International de Monaco, Examinateur.
  • Henri DOU
    Professeur, Université Paul Cézanne, Directeur.
  • Jacky KISTER
    Directeur de Recherche, CNRS, Codirecteur.
  • Hervé ROSTAING
    Maître de Conférences, Université Paul Cézanne, Tuteur.
  • Michel BIBENT
    Professeur, Université de Montpellier 1, Invité.
  • Luc QUONIAM
    Professeur, Université de Toulon, Invité.

Résumé

Dans un contexte international d’évaluation de la recherche, la France semble s’engager, non sans critiques, dans un processus d’évaluation quantitative qui viendrait compléter, sinon remplacer, l’évaluation traditionnelle par les pairs.

Mais les études infométriques basées sur l’exploitation des grandes bases de données scientifiques internationales sont perturbées par la complexité de l’organisation de la recherche française. Par ailleurs ces bases de données sont inadaptées à l’étude de structures telles que les établissements et les unités de recherche locales.

Après une description de l’existant et une étude des besoins, cette  thèse expose la conception et l’élaboration d’un Système d’Information, outil d’aide au pilotage de la recherche. S’appuyant sur l’utilisation d’un CMS (Système de gestion du contenu) de type extranet collaboratif, ce système d’information, appelé Infocentre Recherche, est totalement paramétrable “en temps réel”. Sa souplesse lui permet de s’adapter dynamiquement aux spécificités de l’établissement ou de l’unité de recherche considéré. Ainsi cet Infocentre Recherche est un instrument capable de dresser en continu un “état des lieux” ou un “tableau de bord” pour ces structures. Plusieurs exemples en sont donnés. L’accent est mis sur le fait que les structures de recherche locales, comme d’ailleurs les structures nationales, ont moins besoin d’évaluation que de valorisation de la recherche.

Mots clés : Systèmes d’information ; Scientométrie ; Pilotage de la recherche ; Valorisation de la recherche ; Veille technologique ; Extranet collaboratif.

Abstract

In the international context of research assessment, France appears to move, not without critics, towards a quantitative evaluation policy which would, eventually, complement or replace the traditional peer review system.

However, infometrics studies, based on the running of large international scientific databases, are confused by the complex organization of the French research system. Furthermore, these databases prove to be inadequate to study the local research institutions and units.

After a description of the present situation and a needs study, this thesis presents the design and the development of an information system conceived as a tool for monitoring the research carried out by an institution or a research unit.

Based on the use of a CMS (Content Management System) dedicated to collaborative extranet, this information system, called Infocentre Recherche, is fully customizable in “real-time”. Its flexibility enables it to dynamically adjust to the specificities of an institution or a research unit.

Several examples are given to demonstrate how this tool is able to continuously develop a “state of the art” or a “dashboard” for these structures.

The emphasis is put on the fact that local research structures, as well as national structures, need less research evaluation than valorization of their research.

Keywords : Information Systems ; Scientometrics ; Research management ; Research development ; Technological watch ; Collaborative extranet.

Lire la suite

213 revues adhérentes

The Library

Le Conseil scientifique de Revues.org a validé les candidatures de sept nouvelles revues :

  • Bulletin de l’AFAS
  • Cahier d’Études anciennes
  • Les Cahiers de Framespa
  • Conserveries mémorielles
  • Éducation et didactique
  • Genre et Histoire
  • PhysioGéo

Si vous souhaitez que votre revue rejoigne à son tour Revues.org, vous trouverez toutes les informations utiles, les conditions générales d’utilisation et le formulaire d’accession sur le site du Centre pour l’édition électronique ouverte.

Lire la suite

Offre de stage au pôle informatique du Centre pour l’édition électronique ouverte

Le Cléo recrute un(e) stagiaire (6 mois) pour son pôle informatique.
Il/elle participera au développement d’un webservice d’enrichissement de références bibliographiques, connecté à Hypothèses et aux autres plateformes du Cléo.

Sujet : Participation au développement de webservices d’enrichissement de références bibliographiques

Ses missions consisteront à travailler en collaboration avec un développeur XML autour de :

  • Évaluation et implémentation de solutions libres existantes (Lemon8, OTX, etc.).
  • Développement d’un webservice qui :
    – détecte et analyse une référence bibliographique dans un document semi-structuré ;
    – interroge des bases de données externes (DOI, ISBN, Author , etc…) pour enrichir et “linker” ces références.
  • Développement des connecteurs (WordPress pour Hypothèses, Lodel pour Revues.org) sachant interroger ce webservice.

Environnement de travail :

Linux, Apache, Php, Mysql, CVS/SVN

Compétences requises :

  • Programmation objet et modélisation.
  • Familiarité avec l’environnement LAMP (Linux / Apache / MySQL / PHP).
  • Maîtrise du langage SQL.
  • Maîtrise de PHP et des Regexp.
  • Connaissances de XML, XSLT, Schémas.
  • Connaissances des WebServices et des protocoles structurés d’échanges de données.

Durée : 6 mois
Indemnité de stage de 659€ brut prévue
Le stage aura lieu à Marseille (13003).
Pour toute information, écrivez à contact@revues.org

Attention : seuls les élèves des grandes écoles listées sur cette page peuvent postuler à ce stage d’élève ingénieur.

L’employeur

Le Cléo est une unité associant le CNRS, l’EHESS, l’Université d’Avignon et l’Université de Provence. Il fait activement partie du réseau constitué par le Très grand équipement-Adonis. Il est installé à l’Université de Provence (site Saint-Charles) et mène des missions de service public : mise à disposition d’une plateforme complète comprenant un portail (Revues.org) de revues scientifiques en libre accès, une plateforme de carnets de recherche en sciences humaines (Hypothèses), développement de fonctionnalités, mise en place d’accords d’interopérabilité. Il met en ligne plus de 35 000 documents structurés en XML, via des sites web éditorialement gérés par plus de deux cents chercheurs, enseignants, documentalistes et éditeurs en sciences humaines. Le nombre de projets éditoriaux, de visiteurs et de fonctionnalités est en forte croissance.

Les métiers du Cléo (10) : responsable du pôle Formations et Usages (Pierre Mounier)

piotrr-1

L’édition électronique ouverte poursuit sa série d’entretiens présentant les métiers du Cléo. Ces entretiens ont été réalisés par Élodie Picard. Aujourd’hui, nous présentons Pierre Mounier, responsable du pôle Formations et Usages du Cléo.

Comment es-tu arrivé au Cléo ? Quelle a été ta trajectoire ?

J’ai d’abord suivi un cursus en lettres classiques puis je me suis tourné vers l’anthropologie pour finir par les sciences de l’information et de la communication. Sur le plan statutaire, je suis  enseignant. À partir de là, j’ai acquis des compétences « sur le tas » dans les technologies de l’information et de la communication (TIC), en particulier lorsque j’ai fondé le site Homo Numericus, qui traite des relations entre les technologies numériques et les questions de société.  En 2002, j’ai été recruté par l’École normale supérieure Lettres et sciences humaines afin de monter une cellule d’édition numérique en sciences humaines et sociales. J’ai très vite compris qu’il était intéressant de le faire en partenariat avec Revues.org qui était alors une initiative encore proche de ses débuts. J’ai donc rencontré Marin Dacos et j’ai été très séduit par la manière dont Revues.org voulait faire de l’édition électronique, c’est-à-dire à la fois en profitant de l’aspiration de toutes les innovations du Web, et en plaçant la notion d’appropriation au cœur de cette innovation. Je suis ensuite entré au comité de rédaction de Revues.org en 2003. Les années passant, j’ai continué de développer cette cellule d’édition numérique – qui est aujourd’hui devenue un service d’édition numérique à l’ENS LSH – tout en participant au comité de rédaction de Revues.org. Par la suite, j’ai fini par basculer totalement chez Revues.org qui est devenu le Cléo depuis. Je suis donc entré officiellement au Cléo en septembre 2008.

Comment définirais-tu ton métier aujourd’hui au sein de l’équipe du Cléo ?

Au Cléo, je suis responsable du pôle formations et usages et mon métier, c’est d’être formateur. Ce poste prend en charge plusieurs aspects liés les uns aux autres : le premier et le plus important serait la formation sous ses différentes facettes. Il s’agit d’assurer et d’organiser des formations à l’édition électronique. Certaines  formations  sont généralistes et théoriques. Elles peuvent prendre la forme de présentations ou de formations plus formelles, comme par exemple l’Université d’été que nous organisons en septembre. Et puis il y a des formations pratiques à l’utilisation du logiciel Lodel ou à l’utilisation d’autres outils proposés par le Cléo comme Hypothèses, Manuscrits, ou même à l’utilisation du portail lui-même, plus récemment.

Le dernier aspect de mon métier concerne les usages. Cela correspond à un rôle plutôt exploratoire sur le développement de nouveaux usages et de nouveaux services. Deux services sont actuellement en cours de développement : Hypothèses et Manuscrits, pour lesquels je joue un rôle d’explorateur.

Ensuite, il y a un travail de rédaction et de documentation, complémentaire aux formations. On souhaite aussi développer de nouveaux supports de formation tels que des screencasts (des petites vidéos montrant les actions à accomplir, des sortes de tutoriels).

Le troisième aspect, moins visible mais aussi important, est un travail de veille. Il consiste en un suivi quotidien des évolutions de l’environnement, qu’il soit immédiat comme tout ce qui concerne l’actualité de l’édition électronique en SHS, l’actualité de l’édition électronique pour les publications scientifiques de manière plus large, l’actualité de l’édition électronique en soi et l’actualité des nouvelles technologies. Ce sont des niveaux qui sont imbriqués les uns dans les autres et les innovations sont tellement rapides et importantes qu’on ne peut pas se priver de regarder ce qui se passe, même dans des domaines qui peuvent paraitre assez lointains comme la question de la musique ou du cinéma en ligne, ou celle de la gouvernance de l’internet par exemple, etc. ; en fait, tout ce qui peut avoir des répercussions sur l’édition électronique.

Les blogs sont un cas typique. On se dit souvent que les blogs n’ont absolument rien à voir avec l’édition électronique en SHS, que cela ne relève que du narcissisme adolescent ou de l’expression personnelle. L’expérience montre le contraire. Ce qui s’est développé au niveau des interactions sociales, au niveau de la vie quotidienne des gens, a eu des répercutions dans le milieu de la recherche. Il y a de plus en plus de chercheurs qui utilisent cet outil aujourd’hui pour faire ce que nous appelons les carnets de recherches en sciences humaines. Je crois que c’est un bon exemple de l’importance de l’activité de veille qui permet de détecter des innovations à la marge de son coeur de métier, mais qui, à terme, vont avoir un impact important.

Alors justement, une question ciblée : comment définirais-tu la notion d’usages ?

C’est un terme qui est presque un faux ami, on se dit souvent que les usages consistent simplement en l’utilisation d’un outil ou d’un objet technique. Finalement, c’est autre chose. C’est un concept qui permet d’éviter ce qu’on pourrait qualifier de réductionnisme. Quand on s’intéresse aux technologies de l’information et de la communication, il y a plusieurs pièges et notamment des pièges de réductionnisme dans lesquels il vaut mieux éviter de tomber.  Le mieux connu est le réductionnisme techniciste qui tendrait à croire que c’est bien l’objet technique qui détermine les utilisations, que c’est l’innovation technique qui entraîne un certain type de pratiques. Beaucoup d’études ont démontré le contraire depuis.

Ce qu’on pourrait appeler un réductionnisme sociologique au contraire, consisterait à croire que ce sont les structures sociales qui déterminent entièrement les utilisations et que la technologie serait neutre, qu’elle n’aurait aucune incidence sur les pratiques en question. C’est aussi les études micros sur les pratiques et sur les utilisations des objets techniques qui ont montré que ce n’était pas non plus le cas, qu’il n’y avait pas une détermination complète par des structures sociales pré-établies des utilisations des objets techniques.

La sociologie des usages essaie de sortir de ce double réductionnisme. En France, la chercheuse Josiane Jouët en est une des représentantes. Ce courant est assez important pour ce que l’on fait, nous, au Cléo. Nous ne faisons pas de recherche mais nous tentons de garder à l’esprit cette approche lorsque nous  imaginons des dispositifs techniques ou lorsque nous les mettons en place. Nous essayons d’avoir à l’esprit et de garder ensemble tout un tas de niveaux et d’éléments hétérogènes qui jouent un rôle très important dans notre travail. Il y a des éléments micros, comme des éléments d’ergonomie par exemple ; il y a des éléments techniques, liés à la nature même de l’objet technique ; mais il y a aussi d’autres éléments, plus macros cette fois et moins évidents dans une première approche, liés aux représentations, c’est-à-dire aux imaginaires techno-culturels. Comment les personnes, c’est-à-dire à la fois ceux qui conçoivent les dispositifs et ceux qui les utilisent, imaginent utiliser ces dispositifs. Sachant que les pratiques ne correspondent pas automatiquement aux imaginaires évidemment.

Patrice Flichy, qui se situe en grande partie dans ce courant de la sociologie des usages, a très bien étudié ce rôle des imaginaires socio-techniques dans l’innovation, surtout pour les technologies de l’information et de la communication.

D’autres aspects sont aussi importants, il s’agit par exemple des questions de normes qui sont en partie liées aux représentations, avec la question de savoir comment les normes se construisent dans les usages des objets techniques ou des dispositifs techniques et/ou comment s’appliquent des normes qui sont propres à un milieu par exemple. Ici, le milieu auquel on s’adresse est celui de sciences humaines et sociales qui a sa propre déontologie. Cette déontologie, ces normes, ces coutumes jouent un rôle essentiel dans la manière dont les chercheurs utilisent les dispositifs.

Il s’agit avant tout de faire en sorte que ce que l’on essaie d’imaginer, d’inventer, que les innovations que l’on essaie de pousser aient une prise sur le public auquel on s’adresse. Et pour cela, il faut satisfaire tous les niveaux.

Une des notions primordiales de la sociologie des usages, que Revues.org utilise d’ailleurs depuis très longtemps, c’est la notion d’appropriation. L’appropriation est donc possible lorsque tous ces éléments ont été pris en compte et que le dispositif que l’on a imaginé se situe au point de rencontre entre des préoccupations techniques, ergonomiques, politiques même (au sens rapport de pouvoir), sociologiques, professionnelles, etc. Et c’est pour ça que le mot usage est important et n’est pas synonyme de celui d’utilisation.

Bibliographie de Pierre Mounier

  • En collaboration avec Marin Dacos : L’édition électronique, coll. « Repères », La Découverte, Paris, 2010 (à paraître) ;
  • En collaboration avec Marin Dacos : « Les carnets de recherche, laboratoire du savoir savant et d’une refondation du rapport science-société », in Christian Jacob (dir.), Lieux de savoir, T. 2, Gestes et supports du travail savant, Albin Michel, à paraître ;
  • « Internet governance and the question of legitimacy », in Governance, Regulations and Powers on the Internet, E. Brousseau, M. Marzouki, C. Méadel (dir.) Cambridge University Press (à paraître) ;
  • En collaboration avec Marin Dacos : « Sciences et société en interaction sur Internet. Eléments pour une histoire de l’édition électronique en sciences humaines et sociales », Communication et Langage, avril 2009.
  • « Les NTIC et la crise de la culture », in L’état du monde, 2009, Paris, La Découverte, 2008.
  • « Assurer la diversité culturelle à l’ère numérique », in G. Debrégéas et T. Lacoste (dir.), L’Autre Campagne, Paris, La Découverte, 2007.
  • « Une analyse technologique d’un réseau de communautés : samizdat.net », in Communautés virtuelles : penser et agir en réseau, Presses de l’Université Laval, 2006
  • « Technologies libres et société », La Revue Nouvelle, n°6-7, juin-juillet 2005
  • En collaboration avec Joëlle Le marec, « Institutions publiques : entre logiques marchandes et échanges communautaires », Terminal, n°97-98, 2006
  • Accès libre », in La ‘société de l’information’, glossaire critique, Commission nationale française pour l’UNESCO, La Documentation Française, Paris, 2005
  • Les Maîtres du Réseau : une histoire politique d’Internet, Paris, La Découverte, 2002.
  • Pierre Bourdieu, une introduction, Paris, Pocket, 2001.
  • « L’ICANN : Internet à l’épreuve de la démocratie », Mouvement, n°18, novembre-décembre 2001