Et si iTunes avalait tous vos livres ? (Tools of change for publishing)

Digital Distribution and the Whip Hand: Don’t Get iTunesed with your eBooks (Tools of Change for Publishing)

Cory Doctorow (Happy Mutants LLC).

En direct de New-York (TOC).

Cory Doctorow a fait un show. Comme tous les shows, il s’appuie sur des trucs et des astuces de langue, qui échappent partiellement au français moyen que je suis, du moins en temps réel, et dans leurs nuances.  Mais le coeur du message que Cory Doctorow adresse à la profession des éditeurs est clair.

Premier message, assez largement partagé par les orateurs (quoi que…) : DRM are bad. Les DRM verrouillent les clients, dans les plateformes des vendeurs de DRM. Elles capturent le client dans une plateforme. La société qui contrôle les DRM contrôle le marché, elle contrôlera donc les éditeurs. Il faut tirer la leçon de l’histoire de la musique. De plus, les DRM donnent un avantage sérieux aux pirates, qui diffusent des documents copiables et que l’on peut conserver à l’infini. Alors que les éditions protégées par DRM sont bridées et n’ont qu’une durée de vie très réduite.

Deuxième message : Don’t Get iTunesed with your eBooks. Apple, avec iTunes, est devenu une plateforme, et cette plateforme pourrait devenir le canal dominant, ultra-dominant, d’alimentation en livres électroniques, comme elle l’est devenue pour la musique. Itunes a déjà gagné l’essentiel du marché. Ils ont une base de clients gigantesque, qui sera difficile à rattraper. Et Sony et Amazon proposent le même type de modèle aux éditeurs. Leur objectif est simple et évident.  Amazon, Sony et Apple ne font pas cela pour le bénéfice des éditeurs… pas pour le bénéfice des lecteurs… mais pour leur propre bénéfice.  Faut-il laisser faire?

Une remarque personnelle : Benjamin Bayart élargit ce propos et ce type de réflexion à l’ensemble du réseau, dans une interview remarquable, nourrie de recul historique, accordée à Ecrans intitulée « Tout le monde a intérêt à transformer Internet en Minitel« .  Bonne lecture.

La prestation de CD a été chroniquée par TOC également.


Marin Dacos

Marin Dacos (CNRS) is the founder and director of OpenEdition. He has been awarded two Google Digital Humanities Research Awards (2010 and 2011) and the CNRS Innovation Medal (2016).

Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Merci Marin. Je pense profondément que Cory a raison, mais en même temps, on voit bien que les fournisseurs de contenus rêvent de plateformes de distribution payantes pour leurs contenus : cf. ce que dit Frédéric Filloux sur Slate. En ce sens, Amazon et son Kindle, Apple et son iPhone semblent être un pain béni : enfin des solutions pour vendre des contenus, quand les modèles économiques du gratuit ont eux du mal à permettre des équilibres budgétaires ! Les éditeurs, seront pragmatiques, comme le dit Tim O’Reilly : ils utiliseront toutes les plateformes à leur disposition pour promouvoir et vendre leurs contenus.

    Maintenant, seront-ils capables de construire les leurs ? Y ont-ils intérêt ? C’est là certainement le type de questions qu’ils doivent se poser.

  2. oomu dit :

     » Amazon, Sony et Apple ne font pas cela pour le bénéfice des éditeurs… pas pour le bénéfice des lecteurs… mais pour leur propre bénéfice. Faut-il laisser faire? »

    OUI !

    l’entreprise libre qui obéit à la loi n’est PAS LE MAL !

    vous n’êtes pas obligé de consommer ! Vous pouvez choisir. La concurrence est forte et variée, plus que dans les années 90 !

    Vous êtes en situation de contrôler le futur de l’industrie.

    et si on tire les leçons de la Musique on voit :

    – très vite le Marché a vu apparaitre 250 vendeurs différents
    – Amazon est devenu un véritable concurrent à apple
    – Amazon a supprimé les DRM, forçant tout le monde à bouger
    – Apple a très vite profité pour forcer la négociation et virer les drm
    – le monde fut heureux. fin

    okay ?

    On a maintenant un marché incroyable de la musique ! SANS DRM.


    ho et puis zut ! vous n’êtes qu’un français : vous en êtes à vous poser des angoisses quand la chaine de librairies américaines , Barnes&Nobles a elle créé son propre lecteur de livre électroniques.

    Les américains ne fontpas que se poser des angoisses, ils foncent, ils débarquent, ils vendent, ils se battent entre eux, et ils se laissent pas faire; Amazon dit « RAAH apple » mais sort son app kindle sur ipad. Apple dit « on veut faire ça » mais s’adapte aux exigences des éditeurs et les éditeurs claquent la porte à l’un ou l’autre selon les circonstances. Les libraires n’attendent pas la protection de Bisounours Le Ministère de La Culture, mais s’arment en outil de VENTES.

    et les auteurs américains ? ho my god ! ils parlent de leur vie sur les forums et blog, et leur vie ca passe aussi par le FUTUR de la _vente_. Ils savent les conséquences de l’édition numérique, ils savent qu’ils ont une carte à jouer, qu’ils doivent négocier sévère, qu’ils ne peuvent pas nier l’existence de google, apple ou amazon ni des éditeurs/libraires.

    Ils sont actifs.


    donc bref, itunes va BOUFFER mes livres? oui et. ca c’est très bien passé pour la musique. Je peux écouter mon neo-country japonais quand je veux.

    rappelons que se vendent des epubs (avec et sans drm) depuis des années. Que tous mes livres professionnels depuis 5 ans sont soit des epub, soit des pdf (que j’ai acheté hé oui Maryse ) et qu’ils marchent très bien dans un ipad.

    Epub n’est que html, il est facile d’en créer soi même. A vous aussi de faire jouer la concurrence et d’acheter chez des vendeurs sans drm si le drm vous gène.

    Il y en a.

    Mais rappelez vous une chose : les AYANTS-DROITS (auteurs, éditeurs) souhaitent le drm.

    en musique, en jeux vidéo, en livre, en _tout_. Cela les rassure et leur garantit un modèle commercial viable.

    Il est difficile de les convaincre de lacher les bridages techniques. Cela s’est fait en musique pour 2 raisons :

    – des années d’explications et d’efforts pour les convaincre qu’ils peuvent vivre (dur)
    – le CD audio existe à milliards d’exemplaires SANS DRM. L’existence préalable du CD AUDIO fait que la musique de tous les studios et éditeurs existe déjà massivement SANS drm. imposer un drm était donc quasi impossible.

    Ce n’est PAS le cas des autres médias.

    le jeu vidéo a quasi jamais existé sans drm par exemple (tout au plus les cartouches de l’atari 2600 étaient sans aucune protection, mais fallait trouver un copieur de eprom).

  1. 15 décembre 2009

    […] d’éviter le syndrôme du goulet d’étrangelement évoqué dans Gutenberg, ce criminel et dans Et si Itunes avalait tous vos livres? L’enjeu est économique. Il est culturel. Il est politique. C’est un enjeu de société qui ne […]

  2. 31 décembre 2009

    […] Et si iTunes avalait tous vos livres ? (Tools of change for publishing) (source: Revues.org, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.