L’epub pour de vrai (Tools of change for publishing)

Keith Fahlgren (O’Reilly Media, Inc. )

Des fonctionnalités définies pour l’utilisateur (« reader-defined navigation »)

Epub offre de nouvelles possibilités aux lecteurs. Le lecteur a besoin de tables des matières, de plus de figures, d’index, de possibilités de recherche (même dans le domaine de la fiction). Nous devons rendre nos contenus faciles à réutiliser et à relire.

Les fonctionnalités offertes par le CSS

On sous-estime trop souvent les capacités de mise en forme offertes par le CSS : on choisit les polices, la graisse, la taille, les marges, les bordures, les espacements, les alignements, on peut travailler en block on en ligne (« inline »). On peut modifier la ccouleur : il n’y a pas que Sony Reader et le Kindle, qui sont actuellement en noir et blanc. L’iphone est en couleur et l’encre électronique en couleurs va arriver. On peut ajouter des pages break, utiliser la fonction « float » (utile pour mettre en valeur les tables et les illustrations, notamment), des listes, des tables.

En revanche, dans le domaine de la gestion des polices, les liseuses brident les possibilités. En particulier, on s’expose à des maux de têtes juridiques… Il n’est donc absolument pas garanti que tous les caractères exotiques utilisés par les éditeurs soient visibiles sur les liseuses…

Les enrichissements : do it!

Les liens sont très très très importants… « For goodness sake, do it ! ». Créez des liens internes. Créez des liens externes!  Il n’y a aucune raison de refuser que les livres ne ressemblent pas à des sites webs. Chaque chapitre, chaque figure, chaque terme technique, chaque note de bas de page devrait être liée et liable en retour. Sur le Kindle, les notes sont monodirectionnelles… passez votre chemin! Or, faire des notes bidirectionnaires en Epub est possible. Il faut le faire!

Il en est de même pour les médias : insérez des figures, mettez des couleurs (elles seront visibles dans cinq ans). Préférez les dessins vectoriels, au format SVG. Grâce à cette technique, il est possible d’afficher des équations complexes sur un Iphone.

Nous avons besoin de décrire le plus largement possible les contenus de nos livres, sans préjuger de la façon dont le lecteur va s’en servir. Parce que les comportements de lecture sont imprévisibles.

Des limites…

Alors que le Kindle donne l’impression d’un format minimaliste, et ancestral, le choix du CSS par Epub lui fait hériter toute la richesse de dix années d’innovations web.

La première limite est la paresse des développeurs de logiciels, qui implémentent mal les spécifications du format. Par ailleurs, les petits écrans des terminaux mobiles ne peuvent pas tout afficher.

Pour l’instant, epub est limité : pas de flash, pas d’animations, pas de vidéo, pas d’interactivité. En revanche, on peut pointer vers des documents extérieurs. Par exemple, l’Iphone gère très bien les vidéos et on peut pointer vers elles simplement.

Quelques recommandations

Il faut embarquer les polices. Abandonner la notion de page papier, quoi qu’il en coûte aux traditions. Réévaluer ce qui compte vraiment pour les lecteurs.

Le format Epub n’est pas un format d’archivage à long terme. C’est docbook et TEI qui le sont.

Avenir ?

Keith Fahlgren considère que l’Epub devrait avoir l’avenir du MP3. Evident, brillant. Pourtant, le CSS n’as pas été inventé pour produire des textes à lire sur des liseuses, et la gestion des tableaux complexes ou grands pose problème partout, même avec le format Epub.

Les liseuses

Le Kindle ne supporte pas le format epub. Il faut faire pression sur Amazon pour qu’ils changent ce comportement.

Le Sony Reader, de son côté, est beau. Le fait qu’il s’appuie sur Adobe Digital Edition constitue un avantage et un inconvénient. Ce qui paraît invraisemblable, c’est que le Sony Reader ne propose pas de connectivité… Par ailleurs, ses performances sont limitées et il est très restrictif en ce qui concerne la taille des fichiers.

Enfin, l’Iphone est petit. C’est sa force et sa faiblesse. Il est enrichi par de nombreux nouveaux logiciels. Sa dépendance à Apple est un point négatif, qui est compensé par son dynamisme et sa flexibilité.

Les logiciels de lecture

Le logiciel Digital Edition

Ce logiciel est développé par Adobe, ce qui constitue un atout et un inconvénient à la fois. Il est mis à jour régulièrement et supporte les polices embarquées. Il n’est pas totalement conforme aux spécifications…

Bookworm

Le logiciel propose un bel environnement et est très conforme aux spécifications. Il offre un véritable support. Surtout, il est multiplateforme et adapté aux terminaux mobiles. En revanche, il ne fonctionne qu’en ligne, ce qui constitue un handicap.

L’avenir

Ce que nous pouvons attendre du futur :

* des liens entre des fichiers Epub différents (« Inter-epub linking ») : nous avons besoin ;
* des expériences de lecture enrichie ;

* du contenu adapté au web ;

* la signature numérique ;

* les annotations ;

* la possibilité de fonctionnalités de consultation innovantes (« Support for crazy navigation »);

* la possibilité de partager des favoris, localisés précisément dans le document

* la multiplication des liseuses : Plastic Logic, Android, Palm…

Crédits photographiques : « Times Square, vu du Marquis Marriot hotel », MD, licence CC.


Marin Dacos

Marin Dacos (CNRS) is the founder and director of OpenEdition. He has been awarded two Google Digital Humanities Research Awards (2010 and 2011) and the CNRS Innovation Medal (2016).

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Liseur dit :

    Sony ereader lit le epub mais SANS justification
    C’est incroyable et scandaleux !
    L’Opus de Bookeen lui, par contre, justifie les textes et lit aussi epub

    Comme quoi les gros monstres (sony) sont pas forcement les leaders

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *