Séminaire HYCAR « Hypothèses : un objet de recherche interdisciplinaire »

Ce 11 décembre débute un cycle de rencontres dédié à l’étude d’Hypothèses, la plateforme de blogging scientifique d’OpenEdition. Organisé dans le cadre du projet HYCAR « La place des carnets de chercheurs d’Hypothèses dans l’écosystème scientifique numérique », porté par nos carnetiers et carnetières d’Hypothèses, ce séminaire est l’occasion d’aborder les questions relatives à la présence numérique, les nouvelles formes de publications, les écritures ordinaires de la recherche, les pratiques de communication au sein de l’activité de recherche ou encore l’autorité numérique. Il comprendra également une Journée événement à l’occasion des 10 ans d’Hypothèses, en partenariat avec l’équipe d’OpenEdition et le Conseil scientifique d’Hypothèses.

Crédit : Photolia

Entretien avec Mélodie Faury, membre du projet HYCAR et du Conseil scientifique d’Hypothèses, carnetière.

  • Comment est né le projet HYCAR ?

Ce projet est né dans le cadre du GIS du réseau des URFIST, à partir des travaux de recherche d’Annaïg Mahé, Evelyne Broudoux, Camille Claverie et Elsa Poupardin, que j’ai rejoint début 2018. Nous voulons étudier les pratiques communicationnelles et de mise en visibilité des chercheurs en sciences humaines et sociales dans le nouvel écosystème scientifique numérique.
Les carnets de chercheurs d’Hypothèses permettent une première entrée sur les écrits non académiques qui se multiplient sur le web. Le projet HYCAR est ouvert à la participation de tou.te.s les chercheur.e.s qui travaillent sur les carnets de recherche, quelle que soit leur approche. Notamment à l’occasion des séminaires que nous organisons tout au long de l’année.

  • Quelles disciplines regroupe-t-il ?

Nos approches sont diversifiées. Nous sommes des chercheuses en sciences de l’information et de la communication, dont les approches sont diverses, parfois à l’intersection des études de sciences (relations sciences-société). Et nous travaillons avec des linguistes, des historien.ne.s, des sociologues, etc.
Notre séminaire est ouvert à toute personne intéressée par les questions de la présence numérique, des nouvelles formes de publications, des écritures ordinaires de la recherche, des pratiques de communication au sein de l’activité de recherche, de l’autorité numérique, de l’engagement, etc.

  • Pourquoi avoir choisi Hypothèses comme objet d’étude ?

Il s’agit tout d’abord de comprendre comment les chercheurs s’approprient les carnets de recherche, comment ils les utilisent, selon quelles logiques. Par exemple, peut-on discerner différentes stratégies de publication ? Selon quels critères ? La fréquence, la taille des billets, le ton ou le vocabulaire utilisé permettent-ils de repérer, de distinguer des comportements type ? Quel rapport à la pratique de recherche, à la publication et à la légitimité scientifique des différents types d’écrits de chercheur.e.s les carnets de recherche expriment-ils ? Quelles places pour la communication, la conversation, la valorisation, la vulgarisation et la réflexivité dans les pratiques de partage et de publication en ligne ?
Il nous paraît également intéressant de voir comment ces carnets s’articulent aux autres formes de présence numérique (archives ouvertes, réseaux sociaux, blogs de revues) ? Peut on distinguer des logiques de partage versus des logiques de communication ? Quelles (nouvelles) articulations entre construction du savoir et partage du savoir (en construction) ? Quels engagements et quels modèles de communication sont mobilisés par les chercheur.e.s ?

  • Quels sont les avantages pour un chercheur d’avoir un carnet de recherche sur Hypothèses ? Quels sont les enjeux ?

Mon travail de recherche plus personnel porte plus particulièrement sur les carnets individuels de chercheur.e.s et de doctorant.e.s. J’étudie les carnets de thèse comme des lieux ordinaires de la recherche où s’appréhende un rapport des doctorant.e.s et des chercheur.e.s à leur expérience académique, qui passe notamment par des modes énonciatifs. Culturellement, le blog accepte volontiers un style d’écriture qui tend vers la forme orale et l’énonciation à la première personne. Pour la recherche, il me semble que cette démarche porte une formidable potentialité réflexive et de développement de savoirs situés, conscients de la place depuis laquelle ils se construisent.
Le carnet de thèse ou de chercheur.e, comme un carnet de notes, est un lieu de multitudes : d’objets, de formes et de manières de dire, d’usages et d’appropriations, d’expérimentation, de foisonnement d’idées, etc. C’est un lieu d’avant-textes, riche d’une diversité d’écritures intermédiaires. C’est un lieu d’artisanat et de création. À la différence du carnet papier, les doctorant.e.s et les chercheur.e.s peuvent choisir de partager numériquement ce foisonnement pour échanger et sortir parfois d’une pratique solitaire, n’attendant pas la publication ou la fin de l’écriture de leur manuscrit pour créer des liens à partir de leur activité de recherche. Elles et ils partagent une pensée en cours d’élaboration, contextualisée par l’espace du carnet qu’elles et ils dessinent pas à pas, qu’elles et ils habitent et animent.

Voir le programme du séminaire.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.