Les blogs d’Hypothèses dans la Lettre de l’InSHS : Antiquipop | L’Antiquité dans la culture populaire contemporaine

Ce billet est une republication d’un article initialement paru dans la lettre de l’InSHS n°58 publiée en mars 2019. Depuis janvier 2017, l’Institut national des sciences humaines et sociales (InSHS) du CNRS met en Une dans sa lettre bimestrielle un carnet de recherche, sélectionné conjointement par l’InSHS et l’équipe d’Hypothèses. Chacun de ces carnets fait l’objet d’un article, rédigé par l’équipe d’Hypothèses.

Depuis 2015, le carnet Antiquipop accueille de nombreuses publications traitant des références à l’Antiquité (principalement les mondes grec, romain et égyptien) dans la culture populaire contemporaine. Créé à l’initiative de Fabien Bièvre-Perrin — post-doctorant en histoire et archéologie à l’Institut de recherche sur l’architecture antique (IRAA, USR3155, CNRS/AMU) dans le cadre d’un projet LabexMed/Gerda Henkel —, il s’agit aujourd’hui d’un carnet collectif réunissant plus d’une vingtaine de contributeurs et contributrices, dont les articles puisent leurs sources parmi une multitude de références relativement singulières dans le paysage académique : films hollywoodiens (Hunger games, O’Brothers), mode (Balmain, Chanel), musique (Azealia Banks, Beyoncé), séries (Penny Dreadful), etc.

Chaque billet est l’occasion d’interroger les différentes manières dont la culture populaire s’approprie et réinvente l’Antiquité, voire de déconstruire certains clichés comme dans ce billet sur la table des Anciens allant à l’encontre de l’image classique du banquet romain orgiaque.

Dans le billet Rihanna et l’Antique : de Néfertiti à Méduse, Fabien Bièvre-Perrin s’attarde sur les tatouages de la chanteuse. Pourquoi se faire tatouer Néfertiti plutôt que Cléopâtre ? Que nous dit ce choix des symboles associés à ces deux reines ? On comprend à la lecture du billet que Néfertiti serait une icône plus à même d’incarner l’existence de personnages féminins noirs à la fois forts et puissants, à la différence de Cléopâtre considérée comme orgueilleuse, avide et manipulatrice.

Ce carnet de recherche est aussi un espace d’émergence de questionnements scientifiques à l’interface des études visuelles, de l’histoire de l’art ou encore de la sociologie, autour de nouvelles interprétations esthétiques et de leur réception. Si les notions et concepts de « culture pop », « culture populaire » ou encore, par exemple, de « public(s) » sont employés par les auteurs et autrices d’Antiquipop, ils sont aussi interrogés lors de cycles de conférences et de colloques (dont les actes se trouvent en ligne) organisés par l’association portant le même nom que le carnet.

À travers sa démarche de promotion de l’étude de l’Antiquité dans la culture populaire, le carnet Antiquipop réussi le pari de donner à un public large les clés de compréhension des références qu’il présente et d’en expliciter les enjeux politiques, culturels et sociaux.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.