Premiers résultats de l’expérience OpenEdition Books Select : témoignages de bibliothécaires

Suite à la publication en accès ouvert des six premiers ouvrages sélectionnés pour le programme OpenEdition Books Select, nos partenaires bibliothécaires expliquent les raisons pour lesquelles leur institution adhère au projet.

Crédit : CC0, geralt

Delphine Gallot, Service commun documentation, Université Bordeaux-Montaigne
« L’Université Bordeaux-Montaigne est engagée depuis plusieurs années pour le soutien et la mise en oeuvre de la science ouverte : mise en place des dépôts en archive ouverte, vote du conseil d’administration en faveur de l’appel de Jussieu, partenariats Presses universitaires/service de la documentation pour l’accompagnement des projets de publications de livres en libre accès, abonnements de soutien (Érudit, DOAJ). L’évolution des modèles économiques de la documentation numérique de l’abonnement ou l’achat, vers une forme de subventionnement, de soutien financier collectif, nous apparaît comme un modèle durable, en accord avec nos idéaux d’accès numérique.
Les bibliothèques de l’université achètent par ailleurs régulièrement depuis plusieurs années les livres de la plateforme OpenEdition en freemium, convaincues que nous sommes que le modèle économique est adapté à la chaîne de diffusion de la recherche scientifique. La monographie est pour les disciplines de nos chercheurs un support très important, et il nous semblait nécessaire de soutenir une évolution de ce support incontournable vers le numérique et le libre accès.
C’est donc tout naturellement que nous avons participé à [cette opération de] financement participatif pour la libération des livres de recherche francophones sur la plateforme OpenEdition.
Nous sommes particulièrement heureux de poursuivre ainsi notre action de constitution de collections de qualité en accès libre. »

Daphné Celet, responsable du service documentation électronique, Université de Strasbourg
« La contribution du Service des bibliothèques de l’Université de Strasbourg à ce projet de financement participatif traduit la volonté politique de l’université de soutenir la science ouverte. Il s’agit pour nous d’encourager concrètement un modèle alternatif et innovant de publication scientifique à travers le financement en amont d’ouvrages de recherche dans le domaine des sciences humaines et sociales, qui plus est en langue française, afin d’en permettre la diffusion en open access. Nous nous inscrivons ainsi activement dans la dynamique de l’Appel de Jussieu pour la science ouverte et la bibliodiversité qui a été signé par l’Unistra ainsi que dans le Plan national pour la science ouverte. »

Louise Beraud-Le Franc, responsable du pôle périodiques et documentation électronique, Université de La Rochelle
« Nous avons décidé de soutenir le projet OpenEdition Books Select car nous voulons contribuer au développement des politiques de libération de contenu scientifique. Cette année nous avons pu modifier nos abonnements, pour pouvoir contribuer plus largement aux projets d’open access et au même titre que nous avons rejoint le groupement de commandes OpenEdition Journals, nous souhaitions rejoindre OpenEdition Books Select. »

Hélène Coste, directrice adjointe, Bibliothèque universitaire, Université le Havre Normandie
« Depuis quelques années la BU du Havre est moteur pour promouvoir l’open access au sein de l’université. Avec l’ouverture officielle d’un portail HAL pour la Normandie, l’institution est désormais également bien engagée dans cette voie. En 2018 la BU a souhaité s’abonner à l’offre OpenEdition freemium pour apporter un soutien concret à l’édition scientifique ouverte. La participation au projet OpenEdition Books Select est une autre façon de soutenir la publication en open access, de façon collective, concrète et immédiatement visible. Et pour une bibliothèque qui a la mission traditionnelle de conserver des livres, quoi de plus tentant que de contribuer à en libérer quelques-uns ? »

Carolle Blais, Université du Québec à Montréal
« [Nous avons décidé de soutenir le projet] parce que c’est dans notre politique de “supporter” le libre accès. »

Claire Nguyen, responsable de la Politique documentaire, Université Paris-Dauphine. Université Paris-Dauphine
« [Notre institution a décidé de soutenir ce projet] pour soutenir l’open access et la bibliodiversité (notre établissement a signé l’Appel de Jussieu), tout en sachant que les ouvrages libérés intéressent nos publics à la marge. »

Marie-Sophie Bercegeay, Cellule des Ressources électroniques, KBR – Bibliothèque royale de Belgique – Koninklijke Bibliotheek van België (Belgique)
« KBR (Bibliothèque royale de Belgique) s’est engagé depuis 2016 en faveur de l’open access et soutient financièrement diverses initiatives dans le domaine des sciences humaines et sociales (Knowledge Unlatched, OpenEdition…), pour offrir aux usagers du monde entier un accès pérenne et gratuit aux publications scientifiques. Ces projets sont d’une importance capitale pour notre institution puisqu’ils favorisent et soutiennent la recherche, tout en s’inscrivant dans notre mission de bibliothèque nationale et scientifique et dans nos objectifs liés aux recommandations européennes en matière d’open access ainsi qu’à notre volonté de soutenir des modèles novateurs permettant une plus grande bibliodiversité. »

Geneviève Roche, Forum Interkulturelle Frankreichforschung (FIFF) – Rachreferate Romanistik und USA, Université de Mayence (Allemagne)
« Notre réponse est simple. Par principe, l’Université de Mayence s’est fixé le but de soutenir les publications en accès libre et a manifesté officiellement son engagement dès 2012 (OA Policy : https://www.openaccess.uni-mainz.de/). Notre soutien particulier pour OpenEdition (en l’occurrence ce bouquet de OpenEdition Books Select) est de plus lié au fait que depuis 1991 l’université entretient dans la bibliothèque universitaire un fonds spécial d’études françaises et francophones, dont je suis responsable (https://www.ub.uni-mainz.de/frankreichforschung – cette page d’accueil est actuellement en réfection). J’essaie moi aussi de m’engager dans le numérique et, dans la mesure du possible, pour l’accès libre. L’une de mes motivations majeures est d’aider par cette modeste contribution les pays francophones en développement à accéder gratuitement à la culture. »


Vous aimerez aussi...