Les blogs d’Hypothèses dans la Lettre de l’InSHS : Isidore & Ganesh

Ce billet est une republication d’un article initialement paru dans la lettre de l’InSHS n°59 publiée en mai 2019. Depuis janvier 2017, l’Institut national des sciences humaines et sociales (InSHS) du CNRS met en Une dans sa lettre bimestrielle un carnet de recherche, sélectionné conjointement par l’InSHS et l’équipe d’Hypothèses. Chacun de ces carnets fait l’objet d’un article, rédigé par l’équipe d’Hypothèses.

Isidore & Ganesh est le carnet de thèse de Johanna Daniel, doctorante en histoire de l’art à l’université Lyon 2 et consultante en valorisation du patrimoine par le numérique. Le nom de ce carnet est un hommage à la fois aux thématiques qui y sont abordées et aux écoles où a été formée sa rédactrice (l’École du Louvre et l’École des Chartes). Isidore de Séville est, en effet, le saint patron de l’informatique et d’Internet. Quant à Ganesh, il est la divinité hindoue protectrice des bibliothèques.

Créé en 2014, alors que Johanna Daniel réalise un mémoire sur les outils d’annotation pour l’édition de corpus textuels historiques, ce blog déménage au tout début de l’année 2019 sur Hypothèses. Ce changement accompagne l’inscription en thèse de Johanna Daniel et la mise en place d’une nouvelle ligne éditoriale. Parmi les raisons qu’elle évoque pour migrer sur Hypothèses se trouve notamment la possibilité de prendre part à la vie et aux échanges d’une communauté scientifique plus large, d’être encouragée dans sa démarche et d’être elle-même une source d’encouragement pour les autres.

Aux précieux billets sur les outils méthodologiques et numériques (cartographie numérique pour débutant, tutoriel pour télécharger des images sur Gallica en haute définition) et à ceux concernant ses projets d’édition numérique, s’ajoute donc désormais son journal de thèse. Elle y partage son travail et ses questionnements autour des vues d’optique, estampes produites au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle et de la première moitié du XIXe siècle. Comment et par qui sont-elles échangées ? Qui sont leurs acheteurs ? Comment le paysage urbain y est-il représenté ?

Voici autant de questions posées par la carnetière. Elle aborde aussi l’expérience du doctorat dans des dimensions plus personnelles. Elle parle ainsi du découragement, de ses motivations, de la difficulté de « commencer à commencer ».

À travers ses billets, Johanna Daniel illustre avec constance et brio les différents apports d’un carnet au travail de thèse. Cette « écriture connectée », à la fois exposée (notamment à la critique) et collaborative, participe notamment à renouveler sa manière d’aborder son travail de recherche. La lecture d’Isidore et Ganesh pourra ainsi certainement faire des émules parmi les doctorantes et doctorants en leur offrant des ressources particulièrement intéressantes, tout en donnant à voir plus largement les coulisses de l’écriture scientifique.

Céline Guilleux et François Pacaud


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.