OpenEdition célèbre ses 20 ans

Le 4 juin, OpenEdition a convié ses partenaires et proches collaborateurs à la célébration de ses 20 ans au Palais du Pharo à Marseille. Lors de cet événement, nous avons eu l’honneur de compter parmi les intervenants Yvon Berland, Président d’Aix-Marseille Université, Antoine Petit, Président-directeur général du CNRS, Christophe Prochasson, Président de l’EHESS et Philippe Ellerkamp, Président d’Avignon Université. Une occasion privilégiée d’échanger sur 20 années, passées et à venir, de promotion de l’accès ouvert aux publications scientifiques, de collaboration, de développements techniques et d’innovation.

Crédit : 4minutes34.com

Yvon Berland : « L’Open Access est devenu un enjeu majeur pour l’ESRI mais aussi un enjeu de société pour diffuser le savoir et la connaissance […]
C’est toute la richesse et la force d’OpenEdition d’avoir initié cette réflexion et proposé des solutions avant-gardistes. C’est tout le mérite d’OpenEdition d’avoir convaincu les chercheurs, […] les revues, […] les presses universitaires, de confier à OpenEdition leur bien le plus précieux, leur production scientifique. Car aujourd’hui, ce sont bien de telles initiatives qui nous ont permis, à nous universités, établissements d’ESR de France, d’Europe et du monde de tenir les bras de fer avec les éditeurs internationaux. Ces négociations nous les avons tenues fermement, avec la CPU, la CURIF et le réseau Couperin. Et nous avons collectivement obtenus de grandes avancées […]
OpenEdition est une pépite au service de l’intérêt national. Nous attendons à ce jour le lancement de l’appel sur les infrastructures de recherche annoncé dans le cadre du PIA pour prendre la suite des financements apportés à OpenEdition dans le cadre de l’Equipex qui arrive à son terme […]
OpenEdition est un outil formidable déjà existant. Il me semble dans l’intérêt de l’ESRI national que de veiller à son développement. »

Antoine Petit : « […] je voudrais souligner […] la place exemplaire d’OpenEdition dans la stratégie du CNRS pour accélérer le développement de la science ouverte […]
La stratégie du CNRS pour aller vers 100% de publications en accès ouvert est d’encourager la bibliodiversité. Au-delà des grands éditeurs commerciaux, nous souhaitons encourager l’existence d’un véritable écosystème éditorial, nous éloignant peu à peu des situations de monopoles ou d’oligopoles, qui sont mauvaises pour l’innovation, et mauvaises pour le porte monnaie… Il s’agit de diversifier nos modes de publications en accès ouvert.
Les plateformes d’édition électronique à l’image d’OpenEdition sont les modèles vertueux par excellence que nous voulons soutenir. […] Oui, la communication scientifique a un coût, il ne faut évidemment pas le nier. Mais il ne faut pas non plus payer n’importe quoi à n’importe quel prix. Il convient de ne recourir qu’à des plateformes et des services que nous pouvons juger vertueuses : qui permettent aux chercheurs de conserver la maîtrise de leur production et dont les coûts sont raisonnables et transparents. La voie ouverte par OpenEdition en 1999, avant même la création des archives ouvertes HAL est donc la voie d’avenir qu’il faut encourager et développer.
Il est clair que le CNRS et le ministère devront soutenir financièrement ce type de plateformes. »

Christophe Prochasson : « […] OpenEdition a réussi à conjuguer un effort d’adaptation de ses services pour qu’ils correspondent aux besoins et aux contraintes des pratiques réelles de la publication scientifique, d’un côté, et, de l’autre, un souci de favoriser et d’accompagner les formes de publication les plus démocratiques par l’inscription d’OpenEdition dans le mouvement de l’Open Access, puis de l’Open Science dont elle a été un moteur.
L’ancien directeur des éditions de l’EHESS que je suis ne peut qu’être sensible à cette entreprise éditoriale qui complète et enrichit les formes plus traditionnelles de publication à condition de rester en dialogue avec elles. Si certains s’inquiètent de la crise de l’édition en sciences humaines et sociales, je crois à l’inverse que nous vivons une phase de profonde transformation des modalités d’édition […]
L’inventivité et le dynamisme d’OpenEdition témoigneront contre les esprits chagrins que nous entrons dans une phase passionnante pour le monde de l’édition.»

Marin Dacos, ancien directeur d’OpenEdition et conseiller pour la Science ouverte au Ministère de lʼEnseignement supérieur, de la Recherche et de lʼInnovation : « Fêter 20 d’OpenEdition, c’est fêter le succès d’un projet qui est issu de la communauté scientifique […] Chaque plateforme a été un pari. Un pari sur lequel peu ont parié. Mais ce sont ceux qui leur ont fait confiance qui leur ont donné vie. Essentiellement, des chercheurs, des équipes de recherches, des revues […]
Nous avons rencontré de nombreuses difficultés : d’abord, nous n’étions pas attendus, et il a fallu se faire une place, démontrer qu’à Avignon puis Marseille on pouvait construire quelque chose de national voire d’international, situation fortement concurrentielle, difficultés budgétaires, pannes matérielles, bugs capricieux, crises de croissance, difficultés organisationnelles, turn-over. Mais avons aussi eu beaucoup de satisfactions : la principale est, évidemment, de contribuer à sortir les publications d’une forme de confidentialité, d’entre-soi, la satisfaction de rendre service à de nombreux collègues, qui nous ont beaucoup rendu par leur reconnaissance, et enfin, la satisfaction d’apporter notre pierre au partage de la connaissance, à contribuer à la science aimable, de contribuer à une meilleure compréhension du monde par nos concitoyens ! »

Marie Pellen, directrice d’OpenEdition : « Les 20 premières années d’OpenEdition se sont construites grâce à vous, chercheurs, équipes éditoriales, bibliothèques, institutions, tutelles…, et avec vous. Nous vous remercions pour votre confiance. Nos 20 prochaines années continueront à se faire avec vous et vers le paradigme de la science ouverte. Pour cela nous renforçons et renforcerons la collaboration avec les acteurs et les infrastructures de la science ouverte aussi bien au niveau national qu’au niveau international. Je pense en particulier à Métopes, qui fête aussi ses 20 ans cette année, à Persée, à Huma-Num, à HAL, à Couperin, à OAPEN, à OpenEdition Italia, à Scielo et bien sûr à OPERAS […]
Je voudrais en profiter pour adresser un grand merci à tous les collègues qui ont travaillé à OpenEdition pendant ces 20 années. Ils ont tous contribué et contribuent encore très largement au succès actuel et à venir de l’infrastructure OpenEdition. »

Nous tenons à remercier les anciens membres d’OpenEdition et l’équipe actuelle, nos tutelles (CNRS, AMU, EHESS, Avignon Université), les bibliothèques, nos partenaires nationaux et internationaux, les équipes éditoriales, la communauté scientifique, les membres de nos conseils scientifiques et nos lectrices et lecteurs sans lesquels OpenEdition n’aurait pu croître, se développer et devenir un acteur unique et incontournable au service de la science ouverte, tant au niveau national qu’international.



Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.