Hypothèses et Calenda : deux plateformes d’OpenEdition uniques en leur genre

Hypothèses, la plateforme de blogging scientifique d’OpenEdition, vient de franchir le cap des 3 000 carnets de recherche, dont 2 000 possédant un ISSN. La navigation sur la plateforme Calenda, qui recense les événements scientifiques en sciences humaines et sociales, est quant à elle depuis peu disponible en cinq langues. Céline Guilleux, chargée de validation scientifique pour Hypothèses et Calenda et rédactrice en chef de Calenda, nous donne quelques précisions sur ces deux plateformes de référence dans le monde académique des sciences humaines et sociales.

  • OpenEdition propose un catalogue de plus de 3 000 blogs (carnets de recherche) sur Hypothèses, la plus grande plateforme de blogging académique en sciences humaines et sociales au monde : recevez-vous beaucoup de candidatures ? Comment s’effectue la sélection des carnets au catalogue ?

Nous recevons en moyenne une quinzaine de demandes de création de carnets par semaine. Le flux est relativement régulier. Nous en refusons très peu. Je n’ajoute pas immédiatement les carnets au catalogue d’OpenEdition. J’attends que leur(s) rédacteur(s)/trice(s) ai(en)t pu le prendre en main, publier quelques billets, choisir une image d’en-tête, un thème graphique, et que leurs crédits photographiques soient à jour. Une fois, ces critères réunis, je crée une fiche pour ce carnet dans le catalogue d’OpenEdition. Je mène donc une veille régulière mais certains carnets peuvent passer entre les mailles du filet. C’est pourquoi il ne faut pas hésiter à écrire à hypotheses@openedition.org pour nous signaler un carnet qui remplit ces critères sans pour autant figurer au catalogue. Pour les carnets germanophones et hispanophones, ce sont nos partenaires de la Max Weber Stiftung et de l’UNED qui sélectionnent selon leurs propres critères – en cohérence avec notre politique éditoriale – les carnets à ajouter au catalogue d’OpenEdition.

  • Comment travailles-tu au quotidien avec les carnetiers et carnetières ?

Principalement par email. Je les accompagne en amont de la création de leurs carnets. Ils s’interrogent notamment sur les fonctionnalités disponibles sur Hypothèses, sur l’inscription de leur projet dans le périmètre de la plateforme et, parfois, c’est moi qui ai des questions à leur poser ou des suggestions à leur faire. Plus tard, je suis en contact avec eux pour ce qui concerne le catalogage de leur carnet ou encore l’attribution de son ISSN. En dehors de ces deux étapes de la vie des carnets et au sein de l’équipe d’Hypothèses, c’est surtout Marion Wesely, chargée de l’accompagnement des communautés et de la valorisation des contenus d’Hypothèses, qui accompagne les carnetiers au quotidien, répond à leurs questions, valorise leurs billets…

  • 2 000 carnets de recherche possèdent un ISSN : quel est l’avantage d’avoir un ISSN ? Quel est le processus pour en avoir un ?

L’ISSN est un identifiant unique et standardisé qui s’applique aux publications en série. N’importe quel carnet d’Hypothèses ou blog en dehors de la plateforme peut en faire la demande auprès de son centre ISSN national dès lors qu’il satisfait les critères d’attribution. Un des objectifs d’Hypothèses est de faciliter cette attribution. Nous collaborons donc avec le Centre ISSN France (la Bibliothèque Nationale de France) qui examine notre catalogue et attribue de manière hebdomadaire de nouveaux ISSN aux carnets domiciliés en France sans que les rédacteurs de ces carnets aient à s’en soucier. Il privilégie l’attribution aux carnets de recherche s’inscrivant dans le périmètre de l’information scientifique et technique, en pratiquant notamment une veille éditoriale. L’ISSN n’a pas pour fonction de labelliser le contenu d’une ressource, il atteste de l’existence d’une matière documentaire et l’identifie. Cela permet de verser la ressource au dépôt légal mais aussi de la retrouver dans un certain nombre de catalogues et bases de données nationales et internationales. (Worldcat, catalogue général de la BnF, ROAD). Nous avons d’ailleurs publié un texte sur les ISSN et Hypothèses sur la Maison des carnets en collaboration avec le Centre ISSN France. 

  • Avec plus de 40 000 événements scientifiques, Calenda est une référence incontournable pour la communauté académique. La publication en plusieurs langues est un réel défi : quelle est la proportion entre le français et les autres langues ?

Sur Calenda, on retrouve des événements dans plus de 25 langues différentes (une quarantaine de langues sont disponibles au moment de la suggestion). Les événements peuvent aussi être multilingues. Mais, aujourd’hui, Calenda reste majoritairement francophone : près de 90% des annonces publiées ont le français pour langue principale. Ce qui ne signifie pas qu’il s’agisse d’un calendrier uniquement français. En 2018, les visiteurs de Calenda se situaient dans 205 pays différents avec un usage important provenant des pays francophones (pays du Maghreb, Canada, Belgique).

  • La navigation sur Calenda est désormais disponible en cinq langues, l’espagnol et l’allemand venant s’ajouter au français, à l’anglais et au portugais. Comment cela se traduit-il en termes de contenus ? Cela signifie-t-il que vous acceptez davantage de contenus dans ces langues ? Le contenu existant a-t-il également été traduit ?

Jusqu’à présent, la navigation sur Calenda était disponible en français, anglais et portugais. Désormais, elle l’est aussi en allemand et en espagnol, ce qui a impliqué un travail de traduction important de tous les éléments de l’interface du calendrier. Ce travail a été effectué par Anastasia Giardinelli, qui est aussi chargée de validation scientifique sur Calenda.

Avec l’ajout de ces deux langues, nous voulons rendre Calenda plus compréhensible par les utilisateurs non francophones. Ce qui signifie par exemple qu’aujourd’hui, via l’interface en espagnol, une chercheuse mexicaine peut beaucoup plus facilement soumettre sur Calenda un appel à contribution pour un numéro de revue qu’elle coordonne. Cet appel pourra être publié en espagnol, français, anglais, arabe et dans toutes les langues dans lesquelles elle aura traduit son texte. Il pourra par exemple être lu par un doctorant sénégalais qui pourra lui envoyer sa contribution. Dans ce sens, l’ouverture linguistique vient répondre à une des missions principales du calendrier : la mise en commun de l’information concernant les événements scientifiques en sciences humaines et sociales. Nous espérons donc continuer de publier des événements dans un nombre croissant de langues différentes. 

Pour information, João Fernandes – ancien chargé de validation scientifique – avait en 2016 publié un billet très complet sur cette question de l’internationalisation de Calenda dans lequel il indiquait que 25% des événements scientifiques publiés sur Calenda ont lieu hors de France.

  • Calenda dispose d’un nouveau système de recommandation de lecture, qui est le résultat d’un projet important achevé l’année dernière. Y a-t-il de nouveaux développements à venir ?

Jusqu’à l’année dernière, pour chaque événement mis en ligne, notre système de recommandation proposait d’autres événements publiés sur Calenda et abordant des thématiques proches. Désormais, il inclut aussi des documents issus de toutes les plateformes d’OpenEdition (articles, chapitres de livres, billets de carnets). Ce système de recommandation est basé exclusivement sur le contenu des événements et non sur leurs statistiques de fréquentation ou les préférences des utilisateurs par exemple. C’est effectivement un projet important qui a vu le jour grâce à la coopération entre les équipes de Calenda, du Lab et du secteur informatique d’OpenEdition. 

Cette année, nous allons travailler sur un autre projet, intitulé CaRes (pour Calenda Responsive), visant à adapter la consultation du calendrier à différents terminaux mobiles (téléphones, tablettes…). En effet, les smartphones et tablettes représentent aujourd’hui environ 20% des consultations de Calenda.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.