Les blogs d’Hypothèses dans la Lettre de l’InSHS : Esquisses

Ce billet est une republication d’un article initialement paru dans la lettre de l’InSHS n°60 publiée en juillet 2019. Depuis janvier 2017, l’Institut national des sciences humaines et sociales (InSHS) du CNRS met en Une dans sa lettre bimestrielle un carnet de recherche, sélectionné conjointement par l’InSHS et l’équipe d’Hypothèses. Chacun de ces carnets fait l’objet d’un article, rédigé par l’équipe d’Hypothèses.

Esquisses illustre avec brio ce que peut être un carnet collectif pour une structure de recherche. En effet, le laboratoire Les Afriques dans le Monde (LAM, UMR5115, CNRS / Sciences Po Bordeaux) propose, avec ce carnet, un espace de réflexion sur les études africaines et se dote d’un outil collaboratif d’expérimentation éditoriale et de diffusion des connaissances.

Animé par une équipe de rédaction mais ouvert à une participation plus large, il accueille régulièrement, depuis 2019, des billets particulièrement documentés permettant une meilleure compréhension des sociétés africaines. Les lectrices et lecteurs y trouveront par exemple les retours des observations de terrain réalisées par Dércio Tsandzana à Maputo (Mozambique) à propos de la communication politique en ligne lors des élections municipales d’octobre 2018. La rubrique « Portraits » donne, quant à elle, la parole à des chercheurs à travers la mise en ligne d’entretiens abordant la question de l’usage des téléphones portables en Afrique ou des pratiques numériques dans le secteur informel en Afrique de l’Ouest. Le carnet Esquisses propose aussi des comptes-rendus d’ouvrages, des points de vue de chercheurs sur des débats et des questions d’actualité comme la publication du livre Sexe, race & colonies ou encore sur le sujet de la décolonisation des savoirs (à partir de l’œuvre de Frantz Fanon). Parmi les billets particulièrement remarquables, il faut signaler cette chronique d’une enquête menée dans les archives coloniales. Ce billet est caractéristique d’un format d’écriture hybride et original, propre au blogging scientifique : plus détaillé et analytique que des notes de chercheurs, moins long qu’un article de revue. Françoise Blum et Ophélie Rillon y relatent leur recherche, dans des archives coloniales et privées, d’une femme —  Anta Ali Koïta — qu’elles ne retrouveront pas. À moins d’obtenir de nouvelles pistes via les réponses de leurs lecteurs.


Vous aimerez aussi...