Les blogs d’Hypothèses dans la Lettre de l’InSHS : Noire Métropole

Ce billet est une republication d’un article initialement paru dans la Lettre de l’InSHS n°61 publiée en septembre 2019. Depuis janvier 2017, l’Institut national des sciences humaines et sociales (InSHS) du CNRS met en Une dans sa lettre bimestrielle un carnet de recherche, sélectionné conjointement par l’InSHS et l’équipe d’Hypothèses. Chacun de ces carnets fait l’objet d’un article, rédigé par l’équipe d’Hypothèses.

Créé en novembre 2018, Noire Métropole est le carnet de recherche de Julie Duprat, conservatrice des bibliothèques. Elle y présente les résultats et les prolongements de sa thèse, soutenue en 2017, sur les minorités noires à Bordeaux au XVIIIe siècle. La ville était alors un des principaux ports français à partir duquel était organisée la traite des Noirs. Pour autant, son travail ne se limite pas au contexte bordelais. Les billets abordent ainsi la place de l’île de Gorée dans le commerce d’esclaves entre la Sénégambie et les puissances européennes — près de 30 000 esclaves y ont été vendus — ou encore de l’îlet Chancel (Martinique) transformé par la famille Dubuc — propriétaire de plantations — en prison flottante.

Avec ce carnet, Julie Duprat tente de nous éclairer sur la vie d’individus oubliés de l’histoire ou invisibilisés : créoles, haïtiens, mauriciens, guinéens, propriétaires   de plantations, artisans, artistes, militaires, étudiants… L’autrice dresse pour cela un nombre relativement important de portraits comme celui de Placide et Isaac Louverture, fils de Toussaint Louverture, de Caroline Branchu, chanteuse lyrique célèbre à Paris au début du XIXe siècle, d’Ira Aldridge, premier acteur afro-américain de renommée internationale ou encore du musicien Georges Bridgetower. À travers ces histoires de familles, ce sont les stratégies et les réseaux des élites noires métropolitaines du monde artistique et intellectuel qui sont donnés à voir. Julie Duprat s’intéresse par exemple à la nature de leurs engagements politiques, notamment en 1789.

Elle met aussi en exergue le fait que la vie quotidienne de celles et ceux qui n’appartenaient pas à cette élite reste malheureusement difficile à retracer. Domestiques, esclaves, marins, apprentis ou encore amoureux passés par Bordeaux ont en effet laissé peu de traces. Cela est également vrai en ce qui concerne la résistance des esclaves à l’oppression coloniale ou encore leur participation au mouvement abolitionniste. Ces parcours individuels et souvent dramatiques sont inséparables d’une histoire mondiale liant esclavage et production de biens, tels que le sucre ou encore le rhum. En soulevant ces points de l’histoire, le carnet Noire Métropole participe à l’élaboration d’une mémoire collective indispensable et plus complexe.


Vous aimerez aussi...