Présidence et vice-présidence du Conseil scientifique d’OpenEdition

En septembre dernier, le Conseil scientifique d’OpenEdition a procédé à la désignation de son bureau : Michael Sinatra assurera la présidence du Conseil scientifique, Karine Bennafla et François Bougard la vice-présidence.

Le Conseil scientifique d’OpenEdition a pour missions principales de développer l’édition électronique ouverte en sciences humaines et sociales, de participer au développement stratégique des plateformes d’OpenEdition, et d’assurer le pilotage scientifique de l’unité.

Michael Sinatra

Professeur titulaire à l’Université de Montréal, spécialiste du romantisme britannique et fondateur du Centre de recherche sur les humanités numériques au Québec, Michael Sinatra dispose de plus de vingt ans d’expérience de recherche et de direction dans le monde des sciences humaines numériques et de l’édition électronique.

Créateur d’une des premières revues électroniques académiques en accès libre Romanticism on the Net dès février 1996 à Oxford durant son doctorat, il est de 2007 à 2012 responsable du projet pancanadien Synergies, une infrastructure de recherche en sciences humaines et sociales du Canada financée dans le cadre du programme des plateformes nationales de la Fondation canadienne pour l’innovation.

Michael Sinatra a joué un rôle majeur dans l’institutionnalisation des humanités numériques à l’échelle internationale en exerçant de 2009 à 2015 la présidence francophone de la Société canadienne des humanités numériques (SCHN). Pendant trois ans membre du comité directeur de l’Alliance des organisations pour les humanités numériques (2011-2014), il siège ensuite au comité de coordination d’Humanistica, l’association internationale francophone des humanités numériques, depuis sa création en 2014 jusqu’en 2019.

Avec Marcello Vitali-Rosati, il fonde en 2014 la collection « Parcours numériques » aux Presses de l’Université de Montréal, une collection hybride en accès libre avec une version enrichie des ouvrages en ligne, publiant dans cette collection le manuel « Pratiques de l’édition numérique ». 

Il dirige actuellement le Groupe de recherche sur les éditions critiques en contexte numérique subventionné par le Fonds de recherche du Québec – Société et culture.

« OpenEdition est une structure majeure dans le monde de la publication savante avec un historique impressionnant et c’est un honneur de prendre la présidence du Conseil scientifique pour accompagner les développements futurs et participer aux enjeux actuels de la légitimation des contenus universitaires ».

Karine Bennafla

Karine Bennafla – professeure en géographie à l’université Lyon III. Après une thèse sur le commerce frontalier en Afrique centrale, elle a travaillé au Liban, puis au Maroc comme chercheuse en délégation CNRS (2007-2009). Membre junior de l’Institut universitaire de France (2011), elle a été Visiting scholar à l’université d’Edimbourg (Center for African Studies) pendant deux ans. Ses thèmes de recherche portent principalement sur le développement, les espaces frontaliers, et l’économie urbaine dite informelle. De 2015 à 2019, elle a été directrice du CEDEJ (USR 3123) au Caire, en Egypte, où elle fut responsable des éditions.

François Bougard

François Bougard – ancien directeur des études médiévales à l’Ecole française de Rome (1997-2004), est professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense. Il est détaché au CNRS comme directeur de l’Institut de recherche et d’histoire des textes (UPR 841) depuis septembre 2014.

Spécialiste du haut Moyen Âge, il est l’auteur d’une thèse sur l’exercice de la justice dans le royaume d’Italie entre le VIIIe et le XIe siècle (publiée en 1995) et de traductions commentées d’auteurs du haut Moyen Âge italien (Paul Diacre, Liudprand de Crémone). Son activité de recherche porte aussi sur l’histoire des bibliothèques, avec un intérêt particulier pour les milieux cisterciens français et, plus récemment, pour le fonds manuscrit du cardinal de Richelieu.

« Mon intérêt pour OpenEdition est à la fois personnel et institutionnel. La science ouverte est une nouvelle frontière pour le développement de nos disciplines, que certains ont déjà franchie mais dont d’autres sont encore loin. Il faut aussi la concilier avec les pratiques et les supports en usage, spécialement dans les centres de recherche de tradition ancienne, comme c’est le cas à l’IRHT. C’est pour contribuer à relever ce défi collectif que j’ai voulu faire partie du Conseil scientifique ».

En savoir plus sur la composition du Conseil scientifique


Vous aimerez aussi...