Les métiers du Cléo (3) : chargée de la gestion financière et administrative (Ingrid Escalier)

Ingrid Escalier

Ingrid Escalier

L’édition électronique ouverte poursuit sa série d’entretiens présentant les métiers du Cléo. Ces entretiens ont été réalisés par Élodie Picard. Aujourd’hui, nous présentons Ingrid Escalier, chargée de gestion financière et administrative.

Comment es-tu arrivée au Cléo ? Quelle a été ta trajectoire ?

J’étais étudiante à la fac tout en travaillant en tant que tutrice à la médiathèque de la MMSH (Maison méditerranéenne des sciences de l’homme). J’ai ensuite obtenu un CDD d’assistante gestionnaire à l’Institut de recherche sur le monde arabe et musulman (MMSH – Aix-en-Provence), ce qui m’a permis de m’occuper de la gestion de cet institut pendant presque deux ans. C’est à cette période que j’ai su qu’il y avait une offre de poste à Revues.org. Je me suis présentée et j’ai été recrutée. Cela fait maintenant près de deux ans et demi que je travaille ici.

Comment définirais-tu ton métier au sein du Cléo ?

C’est assez particulier. En fait, je suis multipostes. Je suis chargée d’un côté de la gestion financière et comptable, d’un autre de la gestion des ressources humaines mais aussi de tout ce qui est administratif (courriers, etc.). En fait, il n’y a pas de définition exacte de mon poste, j’ai quatre postes en un : assistante de direction, responsable administrative, financière et des ressources humaines.

Et en deux ans, quelles évolutions as-tu pu observer concernant ton poste ?

Il y a beaucoup de choses qui ont évolué. Au début, je m’occupais de l’interface avec les revues – ce que fait Marie (Pellen) aujourd’hui et que faisait Jean-François (Rivière) auparavant -, c’est-à-dire du suivi des adhésions : orienter les revues vers les bonnes personnes, leur donner les informations pour candidater, assurer la correspondance avec le comité de rédaction et les experts, rédiger l’ordre du jour pour chaque comité de rédaction, etc. Tout cela, cumulé, me prenait beaucoup trop de temps au fur et à mesure que l’équipe grossissait. Aujourd’hui, cette fonction est gérée par le Pôle information scientifique.

Quelle est la particularité de ton métier au sein de l’édition électronique ?

Je pense que ce poste est le seul à ne pas être particulier à l’édition électronique. Je pourrais faire exactement les mêmes choses dans un autre laboratoire qui ne ferait pas du tout d’édition électronique. Par contre, j’ai la chance de pouvoir faire plusieurs choses différentes alors que dans d’autres laboratoires, je serais sans doute confinée à la gestion financière ou simplement au rôle d’assistante de direction. J’aime la variété des tâches : il faut être hyper-réactive aux demandes de chacun, avoir une réponse rapidement, cela permet de ne jamais se lasser. Il faut savoir répondre aux exigences du directeur, aux besoins des membres de l’équipe, organiser les déplacements de chacun d’eux, et ceux des personnes extérieures au laboratoire. Il faut être disponible, autonome, s’informer des changements de lois et de règles au sein de la gestion financière, comptable et des ressources humaines – des changements quels qu’ils soient, du CNRS et de la fonction publique en général. Il faut être polyvalente, réactive, efficace.

Question technique : que sont et comment fonctionnent les EPST ?

Le CNRS est un EPST (Établissement public à caractère spécifique et technique) sous la tutelle administrative du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche. Les spécificités des EPST concernent tout ce qui touche à la question du fonctionnement des établissements de la fonction publique, tout ce qui les différencie du privé. Il s’agit, par exemple dans le cadre des contrats de vacation, de savoir que l’agent est soumis à une période de deux mois de carence avant de pouvoir signer un CDD. En fait, il s’agit de toutes les petites choses propres au service public : les particularités de la comptabilité, de la gestion des ressources humaines, etc. Pour cela, j’utilise le logiciel Xlab qui est un outil dédié exclusivement à la comptabilité des laboratoires du CNRS. Mais je ne ferai pas faire ici une énumération complète de ce que représentent les EPST, ce serait trop long.

Crédits photographiques : Ingrid Escalier, licence CC, par Élodie Picard.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.