Référencement : les données d’Hypothèses obtiennent un label de qualité de l’ABES

Dans le cadre de la collaboration d’OpenEdition avec l’Agence Bibliographique de l’Enseignement Supérieur (ABES), les métadonnées décrivant l’état des collections des carnets de recherche d’Hypothèses ont été référencées au format KBART dans la base BACON (Base de Connaissance Nationale de l’ABES). Ces données ont récemment obtenu un label de qualité de l’ABES, « preuve de l’engagement de l’éditeur dans sa démarche globale d’amélioration de description et de signalement de son contenu ». Il s’agit du premier jeu de données KBART d’OpenEdition à être ainsi distingué.

Entretien avec Clément Corbin, Chargé de référencement au Service Données d’OpenEdition.

  • Comment fonctionne le référencement des données d’OpenEdition ?

Les activités de référencement conduites à OpenEdition recouvrent deux aspects, technique et documentaire, l’une ou l’autre de ces facettes se dévoilant selon que l’objet à référencer est considéré au prisme de la donnée ou de la publication.

D’une part, les problématiques d’interopérabilité des données constituent l’essentiel de la dimension technique : il s’agit de s’assurer de la fluidité des échanges avec les partenaires, ce qui suppose que les données produites par le système d’information d’OpenEdition soient conformes aux différents standards qui formalisent la structuration des données.

D’autre part, s’agissant de publication académique, les activités de référencement incluent nécessairement une forte composante documentaire : identification, signalement et indexation des ressources. Ainsi, le chargé de référencement est amené à faire des demandes d’attribution d’ISSN pour les revues qui rejoignent la plateforme Journals, à maintenir les états de collection à jour ou encore à accompagner les revues dans leur candidature au DOAJ.

  • En quoi consiste cette collaboration avec l’ABES ?

OpenEdition entretient une longue et fructueuse collaboration avec l’Agence Bibliographique pour l’Enseignement Supérieur, acteur incontournable de l’information scientifique et technique en France. Différents liens se sont tissés au fil du temps : nous pouvons à ce titre évoquer les chantiers CERCLES, lancés en 2015, qui consistent en un programme d’enrichissement continu des notices bibliographiques produites par OpenEdition et signalées dans le SUDOC. Dans ce cadre, nous sommes régulièrement en relation avec nos collègues du SCD de l’Université de Tours.

Cette année, une convention est en cours de négociation entre OpenEdition et l’ABES afin de pouvoir distribuer ces notices enrichies par les CERCLES à nos partenaires étrangers, et leur permettre ainsi de jouir des fruits de l’excellent travail documentaire mené par l’ABES (catalogage selon les règles RDA-FR, classification des contenus avec RAMEAU, etc.).

Enfin, OpenEdition contribue également à la Base de Connaissance Nationale (BACON) depuis son lancement par l’ABES, en 2015. Depuis un an, nous avons renforcé notre engagement à ce niveau et noué des relations avec l’équipe de BACON. Ensemble, nous avons ainsi pu identifier les besoins des usagers, élargir et préciser le signalement des états de collection de nos contenus. 80 nouveaux packages décrivant les contenus diffusés par OpenEdition ont ainsi été ajoutés à BACON depuis un an.

  • Qu’apporte cette labellisation ? Quel est l’avantage pour les bibliothèques partenaires d’OpenEdition et pour les blogueurs d’Hypothèses ?

Tout l’intérêt de BACON est de proposer une plateforme centralisant les états de collections de différents fournisseurs de données. BACON s’appuie pour cela sur le format standard KBART, une recommandation de la NISO. Le label de qualité attribué par l’ABES est une façon de certifier la qualité du fichier lui-même et des données qu’il contient. Ainsi sont vérifiés aussi bien des aspects formels tels que l’encodage du fichier ou sa structuration en 25 colonnes tabulées, mais également des aspects documentaires (identification des ressources, cohérence des métadonnées bibliographiques, etc.)

Le package Hypothèses dans BACON va permettre aux bibliothèques de mieux signaler les carnets de recherche dans leur logiciel métier et ainsi de valoriser ces contenus auprès de leurs usagers. Nos échanges avec l’équipe de BACON nous a permis d’identifier ce besoin récurrent des bibliothèques. En miroir, on devine l’intérêt d’un tel signalement pour les carnetiers, promesse d’un trafic accru depuis les bibliothèques universitaires, qui devrait s’accompagner de plus de visibilité, de plus de réactions, et in fine de plus d’émulation scientifique.

  • On parle beaucoup de la « FAIRification » des données (i.e. selon les principes de l’initiative GO FAIR – Findable, Accessible, Interoperable and Reusable), qui est un enjeu fort pour OpenEdition. Quelle est la prochaine étape pour le référencement des données d’OpenEdition dans ce cadre ?

OpenEdition a mené ces derniers mois une réflexion interne au sujet de ces enjeux, au sein d’un groupe de travail FAIR regroupant des membres du Service Données, du Service de Développement International et du Lab. Nous avons ainsi identifié deux chantiers prioritaires pour aller vers des données davantage FAIR : l’identification de toutes les ressources par des identifiants permanents (PID) et un besoin en formation, en information et en transparence quant aux licences attribuées aux documents.

En ce sens, la prochaine étape pour OpenEdition est la coordination, avec l’Université de Turin et la TGIR Huma-Num, du réseau d’implémentation de GoFAIR CO-OPERAS IN, un projet soutenu par l’ANR. Ce réseau rassemble aujourd’hui plus de quarante partenaires, principalement européens, autour de la FAIRification des données en sciences humaines et sociales.

Pour en savoir plus

——————————————————————————————————————————————–

Crédit image : stock.adobe.com


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search