Compte rendu de la conférence “The quality of open scholarship: what follows from open?” de John Willinsky

Je viens d’assister à la conférence introductive du charismatique John Willinsky. En voici un résumé, l’humour et la présence en moins…

The quality of open scholarship: what follows from open?

Conférence de John Willinsky

Stanford University

John WIllinsky, fondateur du Public Knowledge project (PKP) à Vancouver, est désormais Professeur à Stanford. L’Université de Stanford vient de décider de demander à ses enseignants de déposer leurs publications dans une archive ouverte. L’assemblée applaudi chaleureusement cette annonce. Avec malice, JW précise que cela double le nombre d’institutions américaines ayant pris cette décision officiellement… La conférence est nourrie par de nombreuses allusions à Steven Harnad, qui ne peut malheureusement pas être des nôtres pour des raisons de santé familiales.

L’open access a fait beaucoup de progrès. Mais il ne faut pas croire qu’il n’y a qu’un modèle économique pour la publication scientifique. C’est, au contraire, une très grande diversité de solutions et de modèle qui devrait se développer. Nous devons continuer à inventer, à imaginer des solutions, aussi variées que nécessaire.

Il est significatif que l’essentiel de l’assistance à la conférence (150 personnes) provienne du Nord (Amérique du Nord et Europe). Les frais liés au déplacement à Toronto sont décourageants pour les pays en développement. Cependant, de plus en plus de revues en libre accès se développent dans les pays en développement, en Afrique notamment. C’est un événement d’une grande importance.  Cette croissance spectaculaire doit nous conforter dans l’idée que le libre accès à la littérature scientifique progresse et apporte des opportunités de publication à des pays qui étaient marginalisés dans le système précédent.

Le nouvel horizon de l’open access, au-delà des articles, ce sont les données : open data. La carte du génome humain constitue un exemple particulièrement connu. Il faut qu’on puisse partager, citer, créditer les données des chercheurs, comme on le fait pour les articles. Avoir des données citées, c’est important. Et avoir des informations statistiques sur les téléchargements l’est également. Normaliser, documenter et publier les données est un important travail. Il faut que les auteurs puissent avoir une connaissance des usages de leurs données en ligne.

Les monographies sont une espèce en danger. Les bibliothèques ont dépensé de plus en plus d’argent pour les revues. Mais pour les monographies, la courbe est restée très stable, très basse. Or, intellectuellement, on ne peut pas toujours résumer sa pensée en 20 pages. La monographie représente un investissement intellectuel de l’auteur spécifique, d’une grande importance.

Il est possible d’unir la forme la plus académique et la plus traditionnelle, la monographie, et la forme la plus moderne, la communauté à la mode du web 2.0. Autour des monographies, on peut construire des communautés à la mode 2.0.

De nombreuses questions ont été posées et de nombreux commentaires ont été formulés.  L’un d’entre eux portait sur la difficulté d’évaluer le facteur d’impact en s’appuyant sur des noms de personnes qui ne sont pas rares. Le nombre de faux-amis devenant, alors très élevé, et perturbant l’ensemble du dispositif d’évaluation. Un autre commentaire était plus marquant : il ne faut pas se contenter de la mesure des facteurs d’impact, c’est-à-dire du taux de citation entre pairs. Dans le domaine des sciences médicales et biologiques, il faut aussi se demander combien de vies ont pu être sauvées grâce à la diffusion la plus large des dernières avancées de la recherche, grâce au libre accès.

Un autre compte-rendu, en anglais : http://www.utsc.utoronto.ca/~elpub2008/2008/06/willinskys-back-to-future-vision.html

Marin Dacos


Marin Dacos

Marin Dacos (CNRS) is the founder and director of OpenEdition. He has been awarded two Google Digital Humanities Research Awards (2010 and 2011) and the CNRS Innovation Medal (2016).

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 9 janvier 2010

    […] The quality of open scholarship: what follows from open? [Voir […]

  2. 9 janvier 2010

    […] The quality of open scholarship: what follows from open? (source: Revues.org, 26/06/08) Compte-rendu de la conférence d’ouverture ELPUB. [Voir aussi, […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.