Compte rendu de « The state of metadata in open access journals : possibilities and restrictions »

Helena Francke. Lund University. University college of Boras.

Helena Francke a étudié des revues en libre accès à travers :

  • la page d’accueil
  • la table des matières
  • la page article

Helena Francke a étudié le premier numéro publié et le dernier numéro en date, constatant des différences de traitement entre les débuts d’un site et les numéros récents. Cela me surprend plutôt, car cela laisse entendre que les évolutions des sites ne sont pas rétroactives… comme si nous étions encore à l’époque du web statique!

Le corpus de l’étude quantitative est composé d’environ 265 revues, listées dans DOAJ ou Open J-Gate database. Elles sont « peer reviewed » (revues à comités de lecture). Elles sont principalement en anglais, mais pas seulement (danois, français, allemand, norvégien et suédois étant des langues également utilisées dans le corpus). L’étude s’appuie aussi sur un plus petit corpus, de quatre revues, pour une étude qualitative. 70% des titres sont publiés par des départements d’universités, 10% par des presses universitaires et 7% par des associations. La définition du corpus est importante, de ce point de vue, car l’étude a privilégié les revues publiées par des spécialistes de champs disciplinaires plutôt que par des éditeurs professionnels (« much of the publishing work is made by editors who are subject specialists rather than professional publishers »).

Formats

75% des revues publient leurs articles en PDF. Entre 35 et 50% publient en HTML ou XHTML. Environ 20% des revues publient leurs articles dans plus d’un format.

Qualité et richesse

On note des variations notables de la qualité des saisies, notamment à cause de l’utilisation de synonymes, mais aussi de fautes de frappe.

Les métadonnées encapsulées dans les sites décrivent souvent la revue, bien plus rarement les numéros et les articles. Les informations concernant la revue sont placées en page d’accueil (115 cas), dans la table of contents (63 fois), dans l’article (10 fois). Sur un corpus de 265 revues, c’est un résultat bien médiocre… C’est pire pour les descriptions des numéros et des articles, qui sont très rarement présentes, à quelque endroit que ce soit.

Flux RSS

L’étude n’identifie que 25 revues proposant des flux RSS. L’explication semble simple : « 7 of these 25 journals make use of a journal management system ». Cela signifie qu’un nombre extrêmement faible de revues en ligne utilise aujourd’hui, dans le monde, des systèmes de gestion de contenus (CMS) comme OJS, Plone ou Lodel (ces trois logiciels étant cités par l’intervenante). A Revues.org, 100% des revues utilisent un système de gestion de contenus. Chaque revue propose (donc) deux flux RSS, le premier sur les numéros, le deuxième sur les articles. L’usage des CMS n’étant pas l’objet de l’étude, je n’ai pas plus de précision à apporter. Et j’ai négligé de poser la question à l’issue de l’intervention… Il faut que j’y pense aujourd’hui…

Problèmes de normalisation

On note non seulement de prodigieuses lacunes dans l’alimentation des métadonnées, mais aussi des problèmes d’interprétation des normes (DC.Relation est interprété de trois façons différentes dans l’étude qualitative sur 4 revues…). Pour que les données soient lisibles par des machines, c’est-à-dire par les banques de données scientifiques et par les moteurs de recherches scientifiques, il faut que les données soient présentes, normalisées, corrigées. C’est, pour l’instant, loin d’être le cas…

La nécessaire professionnalisation

La conclusion de l’étude appelle à une professionnelisation et à une coopération entre les équipes éditoriales des revues et les professionnels de l’information et des bibliothèques. Elle appelle ces derniers à créer des basic guidelines pour l’amélioration générale de la qualité de l’information structurée dans les sites des revues en ligne:

« This is where journals editors and librarians/information specialists can work together to add value and support service that increase the findability of open access journals published by small publishers. To create basic guidelines for the inclusion of marked up metadata is one way to begin such collaboration, but as with all things that require some form of performance, there also needs to be a reward, a reason for putting in the work ».

Marin Dacos


Marin Dacos

Marin Dacos is the founder of OpenEdition and is now Open Science Advisor at the Ministry of Higher Education, Research and Innovation. He has been awarded two Google Digital Humanities Research Awards (2010 and 2011) and the CNRS Innovation Medal (2016).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.